Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/07/2020

Quand la FRANCE aura-t-elle de nouveaux des députés d'origine ouvrière ?

je rappelle que le dernier que comptait l'Assemblée, Maxime Gremetz s'est maintenant retiré, donc maintenant c'est ZERO !

et pour les employés un ou deux je crois

 

députés d'origine ouvriers employés.png

et pour voir la comparaison (en 2012) du nombre et représentation en députés pour l'ensemble des classes sociales voyez ici, c'est impressionnant de manque de démocratie !!

c'est là qu'on se dit les idée d'Etienne Chouard, ça aurait des mérites.

 

EN VOILA UNE "PARITE" QU'IL EST GRAVE, HYPER-GRAVE, Q'ELLE NE SOIT PAS RESPECTEE !!!

et avec la bande à Macron :

" le second tour des législatives confirme, voire amplifie, ce que les scrutins précédents ont marqué : un fossé social de plus en plus profond.

C’est caricaturalement visible dans l’abstention : plus encore que d’habitude, ce sont bien les classes populaires qui ont fait massivement la grève de l’isoloir. Ces mêmes catégories qui avaient, pour une large part, placé Marine Le Pen au second tour de la présidentielle, et permis à Jean-Luc Mélenchon de créer la surprise au premier tour de celle-ci (même si ce dernier a également rallié beaucoup de bobos des centre-villes, séduits par un discours écologique post-moderne, par ailleurs mortifère au regard de toute espérance de transformation sociale).

Idéologiquement : une France ouverte...à l’ultralibéralisme et à la mondialisation (c'est à dire à la spéculation effrénée et mortifère, des spéculateurs, guidés par leurs "audit interne" !) ; contre une France « arc-boutée »...sur sa protection sociale et sa souveraineté (sur les valeurs de civilisation quoi ! celles qui fondent une société et une démocratie !!).

Ce clivage de classe se reflète dans la sociologie des nouveaux élus. Les candidats macronistes étaient à 70 % issus des classes supérieures et dirigeantes. Du coup, En Marche ! est bel et bien en passe de « renouveler » la classe politique. Mais la question est : dans quel sens ? Certes, le Palais-Bourbon ne brillait pas par l’abondance d’ouvriers, de techniciens, de caissières de supermarché ou de chômeurs.....

Lire la suite de l’article sur ruptures-presse.fr

 

 

12/07/2020

résumé des deux derniers siècles d'histoire

le fascisme est L'IDÉOLOGIE QUI REMET —DE FORCE— L'ÉTAT AU SERVICE DES POSSÉDANTS QUAND LES ÉLECTIONS N'Y SUFFISENT PLUS.

Les plus riches privilégiés, — APRÈS avoir été farouchement parlementaristes tout le temps (19e siècle et début 20e) où le gouvernement dit "représentatif" conduisait systématiquement au pouvoir des républicains pour rire (c'est-à-dire strictement au service des affairistes et des banquiers) —, ces mêmes privilégiés, DEVINRENT au contraire violemment antiparlementaires avec la montée des socialistes aux élections et la vive crainte que le "suffrage universel" ne leur garantisse plus d'accaparer tous les pouvoirs politiques.


Maintenant : les mêmes ultra-riches sont ensuite REDEVENUS parlementaristes quand l'appropriation des (très importants) médias de masse et la corruption des (très importants) partis dits "de gauche" ont rendu au gouvernement dit "représentatif" cette vertu —très convenable— de donner TOUJOURS le pouvoir aux plus riches.


Hitler, Mussolini, Franco et autres Pinochet — ainsi que l'Union européenne — garantissent aux plus riches privilégiés le maintien de "l'ordre social", c'est-à-dire l'affaiblissement maximum des syndicats et des salaires, ainsi que l'impuissance politique et la docilité des salariés, travailleurs condamnés aux travaux forcés au profit des propriétaires.

 

 

Et ne pas oublier que la corruption financière, est forcément également morale, regardant l'actualité :  "il faut quitter l'oms. trop de corruption financière et donc morale, car la moralité des représentants découle des compromis liés aux pots de vin. appelons un chat un chat" Oui c'est le bon sens marxiste !

 

 

10/07/2020

typique !

savez-vous que :

(durant la Révolution) " les riches bourgeois, pour leur part, ne semblent pas être gênés par le cours des événements. Alors que les classes pauvres se serrent la ceinture, les grands bourgeois maritimes, par exemple, continuent à envoyer des navires négriers pour le trafic d'esclaves et le commerce triangulaire. Comme pour se mettre au goût du jour, ils prennent soin de faire appeler leurs navires La Fraternité, Le ça ira ou L'égalité..." (André Lepic)



ça rappelle très fort les propagandes et les phraséologies actuelles de certains milieux !

09/07/2020

la pensée du bon sens - faites tourner, on peut changer la politique


08/07/2020

alors comme ça on se remet à décider administrativement d'apporter une solution finale aux espèces "nuisibles et invasives" ??

il va falloir ajouter un nouveau slogan pour  2017 : Liberté pour les perruches à collier immigrées en France !

l’approche existentielle est la base de la morale, comme l'a sans doute compris Elian-J Finbert (et Brigitte Bardot)

ils (les intégristes de l'écologie et les "scientifiques, aussi impavides que il y a un siècle les savants nazis...) sont tellement dans leurs concepts d’espèces et de biodiversité, qu’ils oublient que les individus, bien vivants et bien concrets, sont des êtres sensibles.

Les perruches à collier de France.

Pour retrouver leurs premières traces, il faut remonter au milieu des années 1970, affirment les spécialistes interrogés par franceinfo. "En 1976, une centaine d’individus se sont échappés de l'aéroport d'Orly", assure Rémy Delanoue, ornithologue et juge international lors de concours de beauté de psittacidés (comprenez perroquets, perruches et autres inséparables). La piste semble vraisemblable. A cette époque, l'oiseau, à la mode dans les animaleries, était importé en nombre par avion. "Leur cage s’est ouverte lors d’une manipulation par un Fenwick [un chariot de manutention] et une centaine de perruches ont ainsi pu s'envoler", croit-il savoir.  L'autre foyer d'origine, plus récent, se situerait du côté de l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle (Val-d'Oise). Pas d'erreur de manutention cette fois : les soupçons se portent sur un grossiste qui ignorait sans doute la malice de l'animal et sa capacité à s'échapper de sa cage. "Elles sont de la famille des perroquets, l'un des oiseaux les plus intelligents qui soient", explique ****** ******, de l'antenne francilienne de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO). "Au début des années 1990, les contrôles des oiseaux étaient moins stricts et les fenêtres du bâtiment où elles étaient entreposées n'étaient pas grillagées. (comme Fleury-Mérogis !...) C'était facile pour elles de prendre le large", insiste R. D.. Depuis un demi-siècle on a vu arriver les tourterelles turques, les roselins cramoisi pointent leurs nez, les merles ont envahi nos villes depuis le XIX siècle (autrefois ils ne sortaient pas des forêts), Autrefois les moineau, oiseaux des rochers, ont peuplé les villes, les alouettes les campagnes. À part les intégristes ecologistonazis qui s’en plaint ? la carte de leurs dortoirs (les lieux où elles passent la nuit) le confirme : ils n'ont quasiment pas bougé depuis quarante ans et se concentrent autour de Wissous (Essonne) et Roissy-en-France (Val-d'Oise). Contacté par franceinfo, le gestionnaire Aéroports de Paris explique avoir entendu parler de ces thèses, mais n'a retrouvé aucune trace des "évasions" supposées. Le responsable du pôle Espaces verts d'Orly penche plutôt pour des remises en liberté par des propriétaires lassés de ces oiseaux trop bruyants. 

Environ 8 000 spécimens (non, êtres vivants ! Je dirais même mieux personnes vivantes, images de Dieu) en Ile-de-France

Quoi qu'il en soit, les perruches sont bien là... et se reproduisent. (comme les humains ! lisez « Un Nid » de Sully-prudhomme) ) Résultat, en Ile-de-France, la population s'est envolée : leur nombre est passé de quelques dizaines d'individus dans les années 1980, à 1 100 en 2008 puis 4 200 en 2015, selon  une étude menée par des chercheurs du Muséum d'histoire naturelle de Paris. Avec deux à trois oisillons par an et par couple, la progression est très rapide. Désormais, en 2017, "on s'approche plus des 7 000 à 8 000 individus" dans la région, estime le spécialiste de la LPO. L'Ile-de-France n'est pas la seule concernée par le phénomène : d'autres foyers ont été signalés près de Marseille (Bouches-du-Rhône),  Roubaix, Villeuneuve d'Ascq ou encore Toulouse. A l'étranger aussi, comme à Barcelone au-dessus des Ramblas ou en Grande-Bretagne, où elles seraient plus de 30 000. (+ la Rhénanie ! + Bruxelles ! )  L'invasion fait le bonheur des passionnés. Cela fait vingt-trois ans que Bruno Lebrun, agent d'accueil du parc de Sceaux (Hauts-de-Seine) et détaché à la surveillance des oiseaux nicheurs, arpente les 180 hectares pensés par Le Nôtre. Depuis 2003 et l'arrivée du premier couple de perruches, pas un nid ne lui échappe. Chaque année, il est chargé de recenser les couples qui s'installent entre février et juin dans les creux des platanes centenaires, abri idéal pour décourager les écureuils roux, friands de leurs œufs et de leurs oisillons. Aujourd'hui, il en dénombre plus de 90 qui, chaque soir, s'envolent en nuées vers leurs dortoirs de Wissous et Massy, situés de l'autre côté de l'A86.

Ici, elles trouvent de tout, toute l'année. Au printemps, elles dévorent les bourgeons, l'été elles trouvent toutes sortes de fruits et de baies et à l'automne, ce sont les glands et les pommes.Bruno Lebrun, du parc de Sceaux.

"Elles sont magnifiques", glisse un promeneur

mais  ces racistes anti-immigrés que sont les écologistes intégristes, n'es veulent pas : elles ne "sont pas d'cheu nous" !

Les perruches peuvent compter sur la générosité des promeneurs qui leur apportent des graines, malgré les panneaux d'interdiction. Au détour d'une allée longeant l'un des bassins du parc de Sceaux, Amadou témoigne. "J'adore les perruches. Elles sont magnifiques",

(LES IBIS SACRES AUSSI ETAIENT MAGNIFIQUES…...)

s'enthousiasme-t-il. Séduit, il en a même acheté plusieurs pour agrémenter son balcon... mais elles se sont échappées. Les fugueuses reviennent le voir régulièrement : "Même après les hivers les plus secs et rigoureux, elles sont toujours là."

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, la rigueur de nos hivers ne leur fait pas froid aux yeux. "A l'origine, elles vivent sur les contreforts de l'Himalaya, jusqu'à 1 500 mètres d'altitude", rappelle Frédéric Malher, président du Centre ornithologique Ile-de-France. Autant dire que les quelques épisodes de neige francilienne n'ont rien d'incroyable pour elles.  "L'hiver, elles passent 50% de leur temps près des mangeoires ou des boules de graisse disposées dans les jardins par les particuliers", précise Olivier Païkine, de la LPO Ile-de-France. Même celles suspendues en hauteur et destinées aux petits oiseaux y passent. Avec leurs pattes, les perruches agrippent le fil, le remontent et se régalent. Elles se servent aussi chez les particuliers. Près du parc de la Vallée-aux-Loups, à Châtenay-Malabry (Hauts-de-Seine), un voisin n'a pas pu savourer ses cerises cette année. "Les perruches ont découpé le filet de protection qu'il avait installé pour éloigner les oiseaux et elles se sont régalées", s'amuse Bruno Lebrun.

Peu de prédateurs et très envahissante

ouais , mais comme dit Christian Lévêque :

« Les écosystèmes ont des capacités d’adaptation importantes, aussi bien lorsqu’ils perdent des espèces que lorsqu’ils acquièrent de nouvelles espèces, comme l’a montré l’écologie rétrospective. »

Leur vie est à peine troublée par quelques prédateurs : la chouette hulotte. Des plumes de perruches ont été retrouvées dans le nid d'un rapace, dans le 15e arrondissement de Paris, rapporte la LPO. Et si les écureuils et les rats peuvent occasionnellement se délecter de leurs œufs, les perruches savent se défendre d'un coup de bec. Un écureuil en a déjà fait les frais dans un parc de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne).

Sans véritable prédateur et avec son chant, la perruche agace. Et inquiète aussi (les fonctionnaires du Commissariat général aux questions juives ) Car elle entre en compétition avec d’autres oiseaux, notamment pour les nids. Opportuniste, la perruche à collier ne creuse pas son propre nid. Dès février, elle élargit ceux des autres oiseaux (comme la sittelle torchepot, l'étourneau sansonnet et le pigeon colombin), bien avant que ces espèces ne s'y installent. Ce qui les oblige à trouver d'autres lieux de nidification.

Dans le parc de Sceaux, on a déjà remarqué une baisse du nombre d'étourneaux sansonnets. Bruno Lebrun à franceinfo. Pour certains spécialistes de la biodiversité, il est temps de « réguler » la population de perruches. La LPO demande d'ailleurs l'aide des Franciliens pour les "signaler" ! (ça s'est déjà fait autrefois pour localiser des personnes pourchassées) Pour le moment, "en Ile-de-France, elles ne vivent qu'en petite couronne, tempère Bruno Lebrun. Mais si elles s'attaquent aux cultures, comme elles le font en Inde par exemple, elles peuvent faire des ravages..." par exemple, jusqu'à 70% des récoltes de tournesol ont parfois été perdues. De quoi préoccuper certains maires franciliens.  à Antony (Hauts-de-Seine), des perruches ont déjà creusé des nids dans les plaques isolantes de façades d'immeubles récemment ravalés. [tant mieux ! j'ai vécu les effets de l'isolation thermique de l'IA,c'est étouffant !] 

La perruche à collier est-elle une menace pour « notre » [ça veut dire quoi ? Un écosystème par définition ça évolue constamment, ça veut dire quoi une « menace » ? Si on réfléchit bien, ça n’a pas de sens, et puis c’est quoi ce « notre » ? l’écosystème ne vous appartient pas], écosystème ? Aucun consensus ne s'est dégagé sur la question, estime l'ornithologue Philippe Clergeau, et la loi reste floue.. N'empêche, le sujet devient politique. En 2015, le sénateur des Hauts-de-Seine André Gattolin (ex-EELV, désormais LREM - tiens tiens ! je vois le genre .... ) avait interpellé le ministère de l'Ecologie pour inclure la perruche à collier parmi les espèces nuisibles et invasives. [et donc à exterminer, exactement comme Hitler avait mis les tziganes et les juifs dans la liste des espèces d’humains nuisibles et invasives…] "La législation actuelle permet à l'autorité administrative d'organiser la capture ou la destruction des immigrés. Mais, pour l'instant, aucune action de cet ordre n'a été entreprise à ma connaissance", explique-t-il à franceinfo.

Une population trop difficile à "contrôler" (en anglais ça se dit :"to control a disease" mais en français ça veut dire "se rendre maître de" voire "éradiquer",  là ils sont en train d'éradiquer la langue française !)

Au cas où, plusieurs solutions existent pour réguler leur nombre : stériliser des couples ou secouer leurs œufs pour les empêcher d'éclore. Mais avec des nids situés à plus de 10 mètres de hauteur dans les arbres, "de telles opérations semblent irréalisables" à grande échelle, aux yeux de Bruno Lebrun. "En revanche, en lançant des filets sur les dortoirs des perruches, on pourrait en capturer un grand nombre d'un seul coup. Mais cela coûte très cher à réaliser."  Aux Seychelles, dans l'océan Indien, la réponse au problème des perruches à collier (après le « problème juif » on nous bassine avec le « problème rom », et après ça va être le « problème perruches à colliers » ! mais les intéressés qu’est-ce qu’ils en pensaient ou qu’ils en pensent? Comment ils on vécu, ou vivront ça ?) a été radicale (une « solution finale » quoi ! Comme pour les Ibis Sacrés). Des opérations d'éradication ont été lancées dès 2013 et le dernier spécimen de perruche à collier aurait été tué début septembre, rapporte Seychelles News Agency. Mais pour Jean-Philippe Siblet, du Muséum d'histoire naturelle, il est déjà trop tard. "Sur une île, une espèce invasive peut être éradiquée, mais à l'échelle d'un continent comme l'Europe, c'est totalement impossible." En cage comme en liberté, les perruches à collier n'ont donc pas fini d'échapper au contrôle de l'homme. (les roms non plus)  

 

un millier de Tadorne Casarca, beau canard roux originaire des déserts d'Asie centrale, s'est installé en Suisse (outre qq millions d'humains de toutes origines). L'office Suisse de "protection" des oiseaux commente

"Cette situation est problématique, car ses effectifs ne sont pas indigènes."

Et voilà !  C'est clair, comme motivation ! (mais les celtes quand ils sont arrivés en Helvétie étaient-ils indigènes ? pas plus que les alouettes et les moineaux, bref tout ce qui n'était pas hommes de Néandertal et rhinocéros laineux ! )

alors comme ça sous prétexte qu'elles "ne sont pas d'cheu nous" et qu'elles en concurrencent d'autres il faudrait es exterminer ?

donc fallait-il au XIXè sièce exterminer les auvergnats qui ont concurrencé les bistrotiers parisiens "de souche" en ouvrant partout des commerces de "vins et Charbon" ?  Heureusement qu'on n'a pas fait ça : on n'aurait pas eu les bals musettes !!  ni cette musique qui pendant  un demi-siècle est devenue le symbole même de la culture française populaire !

donc faut-il exterminer les jaïns de l'Inde qui à Anvers sont en trains de retirer le commerce des diamants des mais des juifs ?

donc Fallait-il exterminer les polonais du Pas-de-Calais qui ont pris le charbon des mains des mineurs autochtones ?

Etc donc selon les écologistes, et les préfets à leurs ordres, il faut raisonner comme ça ? ban en voilà des génocides en perspective ! Le Pen à côté c'est un ange ! Je sais , dans les années 30 il y a eu quelqu'un qui a raisonné comme ça, envers les juifs et les roms, mais je croyait qu'il en avait gardé  une sinistre réputation ! Les écologistes vont-ils se mettre à son école ?

07/07/2020

Brigitte Bardot ou Les vraies valeurs

 

https://ru-clip.net/video/5w7XvRVEbeY/brigitte-bardot-le-...

 

le début est à réécouter en boucle !

06/07/2020

bernard Friot ouvre un chapitre de l'histoire de la pensée socialiste - et Etienne Chouard dans l'histoire de la pensée démocrate

Par Étienne, dimanche 7 novembre 2010 à 11:13 - Sentinelles du peuple
L'enjeu des retraites, brillamment expliqué par Bernard Friot


Chers amis, Je voudrais proposer ici une réflexion sur la "réforme" le sabotage des retraites imposée aux Français par leurs prétendus "représentants".

Nos grands-parents ont mis au point et institué en 1945, juste après la deuxième guerre mondiale, dans un pays dévasté et ruiné, un système de retraites génial, insubmersible, toujours en équilibre, par construction :

Pour financer les retraites par répartition, on ne tire pas de plans sur la comète à dix ou vingt ans : on sait chaque année très exactement combien on aura de retraités l'an prochain et combien il faudra leur verser en pensions ; on en déduit donc aisément — chaque année — le taux de cotisation nécessaire pour financer le système.

Évidemment, en période de vieillissement démographique, les taux de cotisation montent progressivement, mais moins vite que la croissance du pouvoir d'achat, ce qui rend le processus parfaitement indolore. C'est comme ça que tout s'est passé pendant « les trente glorieuses » (1945-1975) : les taux de cotisations "salariales" et "patronales" n'ont pas cessé de croître, doucement, et le système est donc resté équilibré. Insubmersible, je vous dis. Sauf si un traître troue la coque volontairement, bien sûr !

Il est essentiel de comprendre trois choses fondamentales :

1) Notre système de retraite par répartition finance les dépenses présentes avec la richesse créée aujourd'hui => ce système n'a donc PAS BESOIN D'ÉPARGNE PRÉALABLE pour se financer, pas besoin d'accumulation du capital, ce système fonctionne donc SANS L'ARGENT DES RICHES, SANS AVOIR BESOIN DES MARCHÉS FINANCIERS, et donc SANS INTÉRÊTS À VERSER à qui que ce soit.

Relisez bien ceci, c'est absolument fondamental.

Pour Bernard Friot, le succès avéré de la retraite par répartition, le succès du salaire à vie, inconditionnel et autofinancé par cotisations, cette réussite incontestable est la preuve formelle que ce n'est pas une utopie : nous sommes capables, d’ores et déjà et sans attendre, de financer nous-mêmes un service public immense (des centaines de milliards par an, avec des engagements de long terme, sur des dizaines d’années) sans avoir besoin de l'épargne, sans avoir besoin des excédents des riches (au prix ruineux de l’intérêt), sans avoir à nous sacrifier aux dieux modernes, capricieux et cruels, nommés « marché financiers » et qu’il faudrait sans cesse « rassurer » et « apaiser ».

 

Et logiquement, Bernard Friot nous invite à imaginer d'ÉTENDRE CETTE MÉTHODE QUI MARCHE à d'autres secteurs importants pour nous tous : LES SALAIRES, ET MÊME L'INVESTISSEMENT, qui pourraient être, eux aussi, financés par des cotisations et des caisses non étatiques ; étendre la méthode plutôt que de la laisser asphyxier.  http://miiraslimake.hautetfort.com/archive/2014/12/21/ca-...

 

C'est donc pour reprendre le contrôle d'un système qui leur échappait complètement jusqu'ici que les riches le sabotent.


2) Ce système a été organisé pour que les acteurs sociaux gèrent eux-mêmes leurs affaires, sans avoir recours à l'État : ce sont les "partenaires sociaux" qui gèrent eux-mêmes la Retraite et la Sécurité sociale, en principe loin des contraintes étatiques.

Or, précisément, et malheureusement, l'État s'est mêlé de cette gestion paritaire pour imposer aux Français, depuis 1979, le gel des cotisations patronales (sur injonction des patrons, devenus les maîtres des politiciens), ce qui a mis en route la ruine progressive du système (l’objectif réel des riches). Mais cette ruine n'a donc rien d'une fatalité : c'est le résultat d'une politique. Il suffirait d'en changer pour que tout rentre dans l'ordre.
3) Si nos parents ont pu instituer un tel système socialisé, —conforme à l'intérêt général et indépendant des riches du moment—, c'est qu'ils n'avaient pas les riches de l'époque pour se mettre en travers de leur politique : en effet, les riches de l'époque avaient montré au grand jour, pendant la guerre, leur nuisance profonde et leur malhonnêteté crasse, en collaborant au dernier degré avec les nazis (nazis que les industriels, les banquiers et leurs journaux avaient voulus, créés et financés, avant de collaborer avec eux dans l'horreur fasciste).

À la fin de la guerre, il était donc évidemment question de fusiller les collabos, d'exterminer ces canailles anti-républicaines. Autant dire que les riches n'en menaient pas large. Ils ont donc laissé faire le Conseil National de la Résistance, le CNR, bien contents de ne pas être exécutés pour leurs félonies. C'est pour cette raison, CETTE RAISON QUI N'EXISTE PLUS AUJOURD'HUI, que les pauvres de l'époque ont pu instituer une forme de socialisme vrai, dont nous profitons tous aujourd'hui, tout naturellement.

Mais petit à petit, nos grands-parents sont morts et malheureusement, leurs enfants sont profondément incultes, ils ne lisent rien et ils ont tout oublié, ils ne savent même pas que le CNR a existé, ils ne se méfient plus des riches, ils marchent tranquillement vers l'abattoir…

Alors que les riches, eux, ont la rancune tenace et la culture solide : il y a longtemps qu'ils attendent et préparent leur revanche.

Nous y sommes.

La période actuelle, depuis les années 80, c'est ce que Fakir appelle très justement "LA REVANCHE DES COLLABOS".

C'est d'ailleurs aussi, apparemment, la revanche des nobles, des prêtres et des privilégiés de l'Ancien régime qui en veulent toujours à mort aux révolutionnaires de 1789 qui les ont ruinés : regardez tous ces "historiens" modernes qui noircissent la Révolution française en montant en épingle ce qu'ils appellent "la Grande Terreur" (et en oubliant fort à propos l'autre terreur, terreur initiale et cause véritable de tous les maux dans toutes les révolutions, terreur engendrée par les anciens privilégiés, contre-révolutionnaires prêts à massacrer pour conserver leurs privilèges), tous ces "historiens" qui voudraient bien que le peuple ait honte aujourd'hui de toute pulsion révolutionnaire, honte de toute pulsion violente, fut-ce pour se défendre contre la violence inouïe des riches d'aujourd'hui ; tous ces "historiens", vous le remarquerez, sont payés de près ou de loin par les patrons et les privilégiés du moment, payés pour réécrire l'histoire en oubliant ou en minimisant les forfaits des riches.

Sur la corruption de l'histoire par les patrons soudoyant les historiens, voir le travail important d'Annie Lacroix-Riz : L'histoire contemporaine sous influence".


Il est donc essentiel de garder à l'esprit ces faits majeurs quand on nous parle des retraites : 1) la retraite par répartition est insubmersible, elle ne peut pas faire faillite, tant que des saboteurs ne trouent pas la coque en gelant les taux de cotisation ; 2) L'État n'est pas légitime pour imposer aux salariés le système de retraite qui convient à ses électeurs. 3) CE SONT LES RICHES QUI SONT LES ENNEMIS DU PEUPLE, COMME TOUJOURS DEPUIS LA NUIT DES TEMPS, ET IL EST ESSENTIEL DE NE PAS LAISSER LES RICHES PRENDRE LE CONTRÔLE DES REPRÉSENTANTS POLITIQUES (via l'appropriation des médias et le financement des campagnes électorales), D'OÙ L'IMPORTANCE ABSOLUMENT STRATÉGIQUE DU TIRAGE AU SORT DANS NOS PROJETS D'ÉMANCIPATION PAR RAPPORT AUX RICHES DU MOMENT, tant il est vrai que 200&nbspans d'expérience politique montrent que, sans exception, L'ÉLECTION PERMET AUX RICHES DU MOMENT D'ACHETER LE POUVOIR.

CHOUARD :  le procès de l'élection - Étienne Chouard - Free

le procès de l'élection , document pdf :

 
L'élection pousse au mensonge et favorise les menteurs alors que le tirage au sort pousse à la vertu.
 

05/07/2020

la "DETTE" !

http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/lemonde/archives/2015/02...

Elle a également mis en exergue les frais «significatifs» imposés aux domestiques par les agences de placement dans leur pays d'origine, frais qui sont ensuite déduits de salaires peu élevés.
Les domestiques sont prises au piège, lorsqu'elles ne sont pas heureuses, elles ne peuvent partir ou changer d'employeur, car elles doivent rembourser leur dette»,

ruse et procédés couramment utilisés depuis l'antiquité, et au Mexique (romans de Traven, j'en ai plusieurs) et les seringeiros d'Amazonie, au Népal, et sans doute etc :

Et maintenant on utilise les mêmes procédés au niveau des Etats entiers !

sujet d'actualité !

Et dire que les gens de notre époque sont encore aussi crédules, soumis, et "pigeons" que les paysans méxicains de Traven !

 

"C'est un système qui marche parfaitement bien !" pour les véritables buts qui sont les siens. - Gérard Foucher nous explique :

"la solution principale c'est de sortir de l'ignorance"


Chouard : ça crée du chômage, et ils le font justement pour ça ! (le NAIRU, vous connaissez ?)

04/07/2020

1944 du temps des gerbes de blé

*1944mamanetsansdoutesonamieGhislaine.jpg

Maman (la brune) avec sans doute son amie Ghislaine. Des gens du signe du cancer, son signe, il est dit :
"Vous appréciez les belles choses de la vie et vous faites presque tout pour vous les procurer, souvent d'heureuse façon. Vous possédez beaucoup d'entregent : vous faire des amis est chose facile"
C'est ressemblant.

elle est née un 14 luillet

trouvés sur le site : http://lusile17.centerblog.net/rub-signe-astrologique-du-...

Les enfants auront une grande importance dans sa vie, car il a besoin de chouchouter et d’aimer.
Il est très doué pour la création, la recherche, la décoration.
Tout ce qui a trait à l'image, à l'imagination, à l'imaginaire le concerne. C'est pourquoi il est doué pour la photographie , la poésie et l'écriture romanesque et la peinture.

Symbolisme astrologique du signe du Cancer
Le signe du Cancer symbolise la sensibilité, l'émotivité, le rêve, le changement, les caprices, la ténacité, la fécondité.
Le Cancer attache une grande importance à sa famille, il aime son foyer, ses enfants, dont il sera le protecteur durant toute sa vie.
De nature assez possessive, quelque peu lunatique, son caractère peut être souvent explosif. Le Cancer est quelquefois un sujet cyclothymique.
Assez renfermé, souvent replié sur lui-même, parfois inquiet il aime vivre dans ses souvenirs. Le Cancer doit apprendre à se détacher des autres et de son passé pour mieux vivre son présent.
Le Cancer est doté d'une forte intuition, d'une grande imagination, mais il est très souvent inquiet pour un rien.
Sentimentalement, le Cancer sera attiré par des partenaires qui assureront leur rôle de parent. De nature très affectueuse, il peut se révéler être un grand sentimental, mais souvent fort jaloux. En amour, tout comme pour sa sexualité, rien n'est simple pour lui.

 

autre description :
Le Cancer a la réputation d’être nostalgique, le regard porté sur son passé, plus précisément sur son enfance. Très lié à sa famille, il passe le plus clair de son temps à chérir cette dernière et met tout en œuvre pour la sécuriser. Il en ira de même avec ses parents qui, à ses yeux, sont très importants. Son partenaire devra donc prendre en considération cet élément, s’il souhaite une entente dans son couple.
Le Cancer est un grand enfant, qui aime autant se faire choyer, chouchouter que bouder. Il sera au comble du bonheur dès lors que la tendresse embaumera ses jours. Son partenaire se devra d’être aussi mystérieux que romantique, un peu comme lui d’ailleurs.
La nostalgie étant un de ses traits de caractère des plus marquants, il aime s’étendre sur ses souvenirs ce qui implique aussi qu’il n’oublie rien par conséquent la rancune ou les regrets peuvent l’assaillir facilement.
Grand rêveur, son imagination l’emmène loin jusqu’à parfois le confondre dans des histoires ou des mensonges. A force de trop rêver, sa nonchalance peut le placer dans la paresse. Ceci dit, il ne lui en faudra que peu pour se secouer. Car, qui dit paresse, ne dit pas fainéantise. Sous ses airs de « je ne fais rien », il est capable d’en faire beaucoup.
Sa sexualité est emprunte de tendresse et de jeux. Tel un enfant, il aimera se faire réconforter auprès de son/sa partenaire. Signe d’eau et très féminin, le Cancer materne autant qu’il aime. La sensualité baigne dans les démonstrations de tout genre, ce qui lui vaut aussi une réputation d’endurant dans ses relations intimes. En ce qui concerne sa fidélité, elle sera à son apogée dès lors qu’il sera chéri dans son foyer. Mais si d’aventure, la routine et le désintérêt s’installaient, il pourrait fantasmer sur d’autres horizons voire passer à l’acte de l’extraconjugal pour apaiser sa soif de tendresse.
Son imagination développée, il aime s’entourer de personnes intuitives. Il possède d’ailleurs des dons artistiques voire médiumniques. Son partenaire saura le satisfaire s’il sait nourrir cette part de son être.


Elle aimait aller sous la pluie battante, cueillir et manger du cassis  avec une tartine beurrée à même le jardin, la neige blanche, peindre, les calins, les baisers, les chats,  les ours en peluche, les dragons. Et bien sûr jouer aux carte, faire du crochet.

 

le site "Nonsco"

 

Martha Argerich jouant Bach en 2008, cette vidéo me touche beaucoup, car maman aussi était resté très juvénile et avait les mêmes cheveux :  https://ru-clip.net/video/7mFDXNODNyc/martha-argerich-bac...

 

03/07/2020

Masque et distanciation sociale ne sont pas anodines

Il faut boycotter tous les magasins, tous les commerces et toutes les
"chaînes" de magasins qui imposent le masque. Masque et distanciation
sociale ne sont pas anodines. Ce sont des violations criminelles et
graves de nos libertés fondamentales qui visent à humilier le peuple et à
le soumettre. Personnellement j'ai par exemple boycotté ****. Je devais acheter quelque chose chez eux mais ils se vantent d'imposer le masque aux citoyens. J'ai donc acheté ailleurs. Il faut
faire passer le message aux commerçants. Ceux qui collaborent avec le
système totalitaire auront moins de clients.