Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/12/2020

memoroj plurestantaj

24/12/2010 "en la kerno de memoroj plurestantaj restas indiko de sekvenda vojo" diras la kanzono.

au centre des souvenirs qui restent, traîne une indication sur la voie à suivre

est-ce qu'ils veulent dire que ce qu'il faut faire, que la voie à suivre c'est de se faire laver le visage par sa mère avec sa salive ? ce serait bien impossible, tout autant que de laver soi-même le visage de ses propres enfants avec sa salive, pour ça il faudrait en avoir, et pouvoir encore en avoir.

à quoi bon rechercher à parcourir les memoroj plurestantaj, puisqu'ils vont eux aussi disparaître à tout jamais avec le reste?

28/12/2020

pensée de Jean Rostand - vérité des choses

*

MalincourtJardin.jpg

 

(le petit garçon de trois ans vous avez deviné, c'etait moi)
"L'espèce humaine passera, comme ont passé les Dinosaures et les Stégocéphales. Peu à peu, la petite étoile qui nous sert de soleil abandonnera sa force éclairante et chauffante... Toute vie alors aura cessé sur la Terre, qui, astre périmé, continuera de tourner sans fin dans les espaces sans bornes... Alors, de toute la civilisation humaine ou surhumaine - découvertes, philosophies, idéaux, religions -, rien ne subsistera. En ce minuscule coin d'univers sera annulée pour jamais l'aventure falote du protoplasme... Aventure qui déjà, peut-être, s'est achevée sur d'autres mondes... Aventure qui, en d'autres mondes peut-être, se renouvellera... Et partout soutenue par les mêmes illusions, créatrice des mêmes tourments, partout aussi absurde, aussi vaine, aussi nécessairement promise dès le principe à l'échec final et à la ténèbre infinie..."

(Jean Rostand)

27/12/2020

si Jésus naissait à notre époque comment ça se passerait ?

SI JÉSUS NAISSAIT DE NOS JOURS… OU LA NOËL REVISITÉE
Un commentaire de Marc-Alain Von BW (vu sur Facedebouc le 25 décembre 2020)
« Si Jésus naissait de nos jours…
ou la Noël revisitée…
Cela donnerait la «Une» suivante dans tous les journaux télévisés :
Hier le 24 décembre, un «nouveau-né» a été trouvé dans une étable. La police s’est rendue immédiatement sur les lieux et a fait appel au SAMU.
Un charpentier et une mineure (vraisemblablement la mère) ont été placés en garde à vue.
Ce matin très tôt, les autorités ont été avisées par un citoyen de la
banlieue de Bethléem, qu’une famille de S.D.F s’était installée dans son étable.
À son arrivée sur les lieux, la police a découvert un nouveau-né
enveloppé dans des morceaux de tissu sans précaution d’hygiène et
dormant sur une litière de paille.
Le charpentier, identifié plus tard, Joseph (de Nazareth), s’est opposé à ce que les autorités emmènent l’enfant afin de le mettre en lieu sûr.
Il était aidé de plusieurs bergers, ainsi que de trois étrangers sans
papiers.
Ces trois étrangers, se présentant comme mages, ont été arrêtés. Ils
sont passibles de prison pour reconstitution de secte dissoute.
Le ministère de l’Intérieur s’interroge sur l’origine de ces trois
hommes probablement en route vers Calais.
Le préfet a confirmé qu’ils n’avaient pas de papiers d’identité mais
qu’ils détenaient de l’or ainsi que des produits suspects et illicites.
Ils prétendent que Dieu leur a dit de ne pas répondre aux questions…
Les produits suspects ont été envoyés en laboratoire pour analyse.
Le lieu où le nouveau-né se trouve actuellement n’a pas été communiqué.
D’après le service social en charge de l’affaire, le père avoisinerait
la cinquantaine tandis que la mère n’est certainement pas majeure.
On vérifie pour le moment la relation entre les deux. Mais à défaut de
soupçon de pédophilie, le détournement de mineure est très suspecté…
La mère se trouve pour l’instant à l’hôpital universitaire de Bethléem
pour des examens médicaux et psychiatriques.
Elle prétend être encore vierge et affirme que le bébé vient de Dieu. Si son état mental le permet, elle sera mise en examen pour non-assistance à personne en danger.
La consommation de stupéfiants, probablement amenés par les trois
étrangers, doit sans doute être prise en compte dans cette affaire.
Des prélèvements et des prises de sang ont d’ailleurs été faits en vue
de retrouver les empreintes d’ADN nécessaires à l’enquête.
Aux dernières nouvelles, on apprend que les bergers présents sur les
lieux affirment avoir vu un grand homme, tout de blanc vêtu, qui leur a ordonné de se rendre à l’étable, avant de s’envoler mystérieusement.
Aucune hypothèse n’est écartée,
Les Verts rappellent que faire un feu de bois dans une étable est source de pollution…
Le parti de la Marine dénonce l’absence de contrôles aux frontières, qui permettent aux étrangers de venir accoucher en France pour bénéficier des allocations familiales.
L’extrême gauche dénonce le capitalisme sauvage qui augmente les loyers et empêche les familles modestes d’avoir un logement décent.
Une cellule de crise a été installée sous la direction du préfet Hérode, l’autorité craignant un complot dont les rumeurs avaient persisté ces
derniers temps.
On pourra également suivre les images en direct sur BFM télé…
et à 17h30 « C dans l’air » organisera un débat sur le thème « peut-on encore accoucher dans une étable de nos jours ? » en présence de plusieurs invités : notre confrère de libération auteur d’une enquête sur « la rue pour toute vie « , d’un sociologue enseignant à l’Institut d’Etude Politique, spécialiste de la précarité sociale , de l’écrivain Hugo Victor qui a écrit « les Misérables » et de M. Pilate Ponce, représentant le gouvernement.
« Une » dernière :
Pour conclure, après examen médical, la fille mineure ayant
effectivement été reconnue vierge, le couple a été placé en garde à vue pour rapt d’enfant… »
D C

 

excellent c'est tout à fait ça la société actuelle, bien observé, et jusque dans les moindres détails terminologiques !....

26/12/2020

Sur des affirmations « scientifiques » et rationalistes, qui sont en fait des actes de "foi du charbonnier"  ressortant de la pensée magique !

L’une de ces conclusions (toutes deux - de même que l’analyse que fait Etienne Chouard de l’élection et du caractère « pourri » des politiciens, leur non-représentativité, et la dégénérescence profonde des anciens partis de gauche - sont du type de l’oeuf de Colomb, c.à d. que là aussi on se rend compte que "c’est simple, mais il fallait y penser", c’est, quand on y pense bie, en fait évident, mais on avait paresseusement passé à côté sans s’en rendre compte) l'une de ces conclusions, donc, dont j’ai découvert l’absurdité,.je l’ai découverte lors de la lecture d’un livre de Vincent Fleury « La Chose humaine » .

Ill est d’usage chez les scientifiques, en particulier pour « expliquer » l’apparition de la conscience dans un cerveau matériel d’invoquer « la complexité. Vincent Fleury montrait que cette fameuse "complexité" est une imposture et une erreur, que la nature fonctionne en fait vers le plus simple, simplicité qui peut nous paraître complexe à cause de la difficulté que souvent nous avons à en maîtriser la mise en forme mathématique, etc, mais qui sont au fond toujours des phénomènes ultra-simples et matériels (dans son cas la physique de la déformation des matériaux mous).

En effet si on y pense bien, pour une mystérieuse « complexité » (et qui commence OU ?! hein ? où on va mettre le début où ça devient "complexe" ? Cf le paradoxe du tas de sable ! En fait, la complexité, voilà un « concept » bien anthropocentrique !! - et bien vague en plus, si on veut faire preuve d’un peu de rigueur ! - Bref faire confiance (!) c-à-d mettre sa FOI, aveuglément dans une «complexité », qui permet, telle les impénétrables « voies de dieu » autrefois, d’expliquer, en fait de couvrir - puisque justement c’est RENONCER à expliquer !! - notre incapacité à comprendre comment ça peut se faire !

La deuxième c’est la croyance darwinienne que toute l’évolution s’est produite en termes de sélection naturelle du plus apte, alors que plein de faits (dont certains sont rapportés par Fleury), et que « le temps » très long, si long qu’il en devient magique ! Que comme la « complexité » son mystère se transforme en boite noire - ou chapeau de prestidigitateur ! - d’où on suppose, par là aussi une « Foi du charbonnier » que ça doit bien à la longue permettre d’obtenir ce que, en fait, on ne sait pas expliquer !

 

et surtout relisez ce billet du 2 déc 2020 http://miiraslimake.hautetfort.com/archive/2019/01/16/cha...

25/12/2020

en France c'est l'horreur absolue et la barbarie - on est comme dans le régime nazi !


 

ah ! Asselineau se décide enfin à appeler un chat un  chat !

 Vivons nous vraiment cette ruine politique, économique, sociale, culturelle "pour de vrai !" ? où s’agit-il d’un cauchemar ?! Pincez moi très fort, je veux absolument me réveiller !!!!

24/12/2020

commentaires sur l'avortement

"Lequel d’entre nous veut-il vivre dans une société où une femme qui ne veut pas garder son enfant n’a pas d’autre possibilité que le faire tuer ? La réponse à cette question va de soi...
Cette réponse s’impose avec tellement de force, qu’elle appelle une autre question : lequel d’entre nous veut-il vivre dans une société où il faut poser la première question ?"


"Il me semble bizarre d’en être arrivé à se dire « il faut trouver un moyen de tuer de façon civilisée et hygiénique. » Je comprends qu’il est horrible pour une femme de se faire avorter dans des conditions clandestines mais le pauvre fœtus n’y est pour rien, il me semble. Je me mets à la place de ce fœtus qui veut exister, il n’a pas envie qu’on passe une loi pour que sa mère puisse le tuer dans des conditions moins traumatisantes pour elle.
J’essaie de me mettre à la place de ce fœtus. Même si j’étais le fruit d’un viol, je voudrais accéder à la vie. Ce ne serait pas de ma faute à moi si la société s’est dégénérée au point d’avoir pervertie la sexualité humaine, moi je voudrais vivre, un point c’est tout. J’espère n’offenser personne, je ne suis pas un expert.
Vive la vie et le respect des autres."

23/12/2020

Cette police doit être réformée et nettoyée au karcher car la vraie racaille se trouve dans ses rangs.

Aux USA des militants utilisent la reconnaissance faciale pour identifier les policiers qui dissimulent leurs badges (Vivement que ça se répande partout !!!! en France en particulier !)

Afin de responsabiliser les policiers lorsqu’ils tentent de dissimuler leur identité, un nombre croissant de militants développent des outils de reconnaissance faciale qui permettent d’identifier les flics, rapporte le New York Times – une inversion frappante de la façon dont les flics ont tendance à utiliser la reconnaissance faciale sur les manifestants et les suspects.
C’est un renversement de rôle satisfaisant. Les policiers cachent leur identité tout en réprimant les manifestations, en d’autres termes, juste pour être démasqués par la même technologie invasive qu’ils utilisent pour surveiller la population.

L’un des projets était une douche pensée pour le programmeur autodidacte Christopher Howell. Il identifie les flics de Portland, dans l’Oregon, parce qu’ils ont été autorisés à couvrir leurs noms tout en répondant aux protestations (en français on dit « manifestations »). Portland a interdit la reconnaissance faciale pour les policiers et les entreprises, mais le NYT rapporte que le projet de Howell est autorisé parce que c’est un individu qui travaille sur un projet de passion.
« Il y a beaucoup de force excessive ici à Portland », a déclaré Howell au NYT. « Savoir qui sont les officiers (en français on dit « agents »!!!!) semble être une base de référence ».
Changement de tribunal
La construction de ces outils est devenue simple, rapporte le NYT, grâce à des logiciels de plus en plus courants. Le véritable défi, selon les militants, est de trouver suffisamment d’images de la police locale pour entraîner l’algorithme. Ils ont eu de la chance sur les médias sociaux, ont-ils déclaré au journal.
« Pendant un certain temps, tout le monde était conscient que les grands pouvaient s’en servir pour identifier et opprimer les petits, mais nous approchons maintenant du seuil technologique où les petits peuvent le faire avec les grands », a déclaré au NYT Andrew Maximov, un développeur travaillant sur un projet similaire. « Ce n’est pas seulement la perte de l’anonymat. C’est la menace de l’infamie ».
source : https://futurism.com
traduit par Aube Digitale
via https://www.aubedigitale.com

bien fait !

La plupart es maux de la société vient d'un manque d'équilibre (pensez au rôle pervers du NAIRU ! c'est paradigmatique !). ça rétablira peut-être (peut-être !) un peu d'équilibre entre les "clébards" du Régime et leurs victimes les pékins de citoyens sans défense
s i ça pouvait par la peur remoraliser ces êtres totalement pervertis par leur impunité (tout pouvoir corrompt, tout pouvoir absolu corrompt absolument" disait lord Acton)

 

AUTRE RETOUR DE BATON :
https://lesdeqodeurs.fr/

La Préfecture a menti pour couvrir des policiers

Au Royaume de France, la République est pourrie des pieds à la tête...

Quand la Préfecture de Paris en arrive à mentir pour couvrir une sale bavure d'un policier qui se croit au Far West et qui tire sur tout ce qui bouge, on mesure l'état de pourriture avancée des institutions de l'Etat. Nous ne sommes pas dans le Chicago de la pègre et d'Al Capone ni dans le Bronx d'avant Rudy Giuliani mais en France.

Cette police sans foi ni loi, cette police sans ethique et sans morale, cette police armée est un danger pour tous les citoyens car ce qui est arrivé à ces jeunes, pourrait arriver à un de nos enfants ou à nous-mêmes.

Cette police doit être réformée et nettoyée au karcher car la vraie racaille, la plus dangereuse se trouve dans ses rangs. Cela fait des années que nous assistons à ces bavures qui n'en sont plus, tant elles font partie de la manière de faire de ces gens sans honneur. Alors oui, certains disent qu'ils font la chasse aux racailles et que la police mérite notre soutien... Si en plus les victimes s'appellent Mohamed ou Mamadou, certains applaudissent des deux mains...

Cette police a un grave problème et le problème vient de la médiocrité du recrutement. N'importe quel blaireau, n'importe quel loubard pervers peut entrer dans la police. Qu'il sache lire ou pas, compter ou non, avoir un minimum de culture ou d'éducation n'est pas important. Et au contraire, les caractériels et les névrosés sont les bienvenus. Comme si le pouvoir prenait un malin plaisir à sélectionner les pires, sachant qu'à terme cette police là finirait par être haï par le peuple. Et nous y sommes car "tout le monde hait et méprise la police !"

Alors que Gérald Darmanin, dans un ridicule numéro d'équilibriste affirme qu'il n'y a pas de divorce entre la police et les Français, oubliant que dans un sondage proposé par un syndicat d'extrême droite et demandant de répondre par oui ou par non pour savoir si les citoyens soutiennent la police, plus de 90% de ceux qui ont répondu, ont voté NON ! alors que en principe l'extrème-droite adore la police !

Darmanin est comme ses petits collègues : déconnecté du monde réel. Il a été auditionné lundi à l’Assemblée nationale sur l’action des forces de l’ordre. Repris en main par son prédécesseur Castaner, désavoué par le Président et par son parti, le violent camouflet qu'il lui a été infligé, aurait poussé n'importe quel ministre à démissionner. Pas Darmanin. Comment renoncer aux privilèges et aux avantages de la fonction quand on prend goût à l'ivresse du pouvoir ?

Pauvre France... tombée dans des mains aussi médiocres... Nous touchons le fond. Et en voilà une nouvelle preuve...

Mediapart publie une nouvelle vidéo témoignant d’une action incompréhensible.

Six jeunes, n’ayant commis aucun délit, sont violemment interpellés par des policiers agissant en toute illégalité. L’un des agents tire deux fois, sans sommation, vers la tête du conducteur. La préfecture de police de Paris n’a pas suspendu ce policier affirmant que la justice avait conclu à la légitime défense. Ce qui est faux.

"Une voiture noire nous a coupé la route." Des hommes en sont sortis, "j’ai vu deux armes pointées sur nous et, quelques secondes après, on a entendu les coups de feu." Assis à l’arrière de la voiture, "j’ai baissé la tête, j’ai vu ma vie défiler car j’ai vu la vitre se briser", confie Hugo, 19 ans, l’un des passagers.

Son ami Paul, qui ce soir-là conduisait le véhicule, se souvient, lui aussi, de ces hommes armés qui lui criaient : "Coupe le contact, coupe le contact, enculé !” J’étais terrorisé. J’ai enclenché la marche arrière, car j’ai cru qu’on allait se faire tuer."

Cette nuit du 30 avril 2019 restera à jamais gravée dans la mémoire de Paul, d’Hugo et de quatre de leurs amis, âgés de 16 à 22 ans. À 2 heures du matin, dans le bois de Boulogne à Paris, arrêtée à un feu rouge, leur voiture est soudainement bloquée par trois véhicules. Huit hommes armés en sortent, les mettent en joue et l’un d’entre eux tire à deux reprises, visant notamment la tête de Paul.

Contrairement à ce que pensaient ces jeunes gens, ces hommes ne sont pas des voyous, mais bien des policiers de la brigade anticriminalité (BAC) qui, parce qu’ils les suspectent d’un vol de sac à main, les interpellent sans le moindre signe d’identification, ni brassard ni gyrophare. Et, alors que la situation ne présente aucun danger, ils vont user de leur arme sans faire de sommation.

Aucune image de ces violences policières n’a circulé sur les réseaux sociaux ou dans les médias. Et pour cause, les seuls enregistrements provenant des caméras de vidéosurveillance n’ont été transmis à Paul qu’en juin, après de nombreuses demandes, depuis octobre 2019, de son avocat, Raphaël Kempf, auprès du parquet de Paris.

Enterrées alors même qu’elles prouvent que les policiers agissent en toute illégalité et que l’un d’entre eux fait usage de son arme sans que la situation ne le justifie, ces images "démentent la version des policiers qui m’ont accusé de violence. J’ai été poursuivi pour ça et relaxé seulement en novembre dernier. Par contre, le policier qui a tiré en me visant continue de se balader avec son arme. J’ai porté plainte, mais l’enquête est plus longue le concernant", constate Paul.

Quand les institutions censées faire respecter la loi, la bafoue allégrement et en plus y rajoute le mensonge, c'est que le pays est complétement à refaire, sinon l'insurrection armée est la seule réponse possible.

Au Royaume de France, la République est pourrie des pieds à la tête... et nous citoyens, en subissons les graves conséquences.Source : Reddit
+ Ajouts de la rédaction

 

Un poème de 1942 qui redevient d'actualité, récitez-le vous chaque soir avant de vous coucher :

dédié à tous ceux qui refusent de porter la muselière.

« Demain »

Âgé de cent mille ans, j’aurais encor la force
De t’attendre, ô demain pressenti par l’espoir.
Le temps, vieillard souffrant de multiples entorses,
Peut gémir : Le matin est neuf, neuf est le soir.

Mais depuis trop de mois nous vivons à la veille,
Nous veillons, nous gardons la lumière et le feu,
Nous parlons à voix basse et nous tendons l’oreille
À maint bruit vite éteint et perdu comme au jeu.

Or, du fond de la nuit, nous témoignons encore
De la splendeur du jour et de tous ses présents.
Si nous ne dormons pas c’est pour guetter l’aurore
Qui prouvera qu’enfin nous vivons au présent.

Robert Desnos, 1942

(c'est aussi le moment de se rappeler la phrase clè d'Etienne Chouard : "Tous nos maux viennent de ce que nous n'écrivons pas nous-mêmes notre constitution" oui ! y compris ceux que nous vivons actuellement, si nos représentants avaient été tirés au sort jamais tout ce qui est arrivé récemment à cause du régime Macron ne serait arrivé)

22/12/2020

URGENCE ABSOLUE !

Un projet de loi a été déposé le 21 décembre 2020 par Jean Castex en France permettant de subordonner les déplacements des personnes ou leurs activités (...) à l’administration d’un vaccin. 

Projet de loi no 3714 instituant un régime pérenne de gestion des urgences sanitaires (Procédure accélérée)

 

On peut lire notamment dans la section 2 “État d’urgence sanitaire” au paragraphe 6:

“Le Premier ministre peut, le cas échéant dans le cadre des mesures prévues aux 1° à 5°, subordonner les déplacements des personnes, leur accès aux moyens de transports ou à certains lieux, ainsi que l’exercice de certaines activités à la présentation des résultats d’un test de dépistage établissant que la personne n’est pas affectée ou contaminée, au suivi d’un traitement préventif, y compris à l’administration d’un vaccin, ou d’un traitement curatif. Le décret mentionné au deuxième alinéa du présent article précise l’étendue de cette obligation ainsi que ses modalités d’application s’agissant notamment des catégories de personnes concernées.”

Le projet en entier.

https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/textes/l15b3714...

Signons et diffusons massivement la pétition de France Soir. Et les autres infos qu'il diffuse.

 

https://www.francesoir.fr/

 

https://www.mesopinions.com/petition/politique/votez-cont...

Le gouvernement profite de Noel et du relâchement pour faire passer la pire des lois.

La dictature on la doit aux moutons ... Comme d'hab ! comme en 40
Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal mais par ceux qui les regardent sans rien faire ...Albert Einstein !


Dr Wolfgang WODARG le Raoult allemand :


pour comprendre ce qui se passe il est plus nécessaire que jamais de regarder le film "Plandemic" si vous ne l'avez pas encore fait dépèchez-vous ! ici par exemple :

https://video.latavernedejohnjohn.fr/videos/watch/d98ca745-c0f4-4afe-a9da-f9c57155c424

en Allemagne des parents ont été érrêtés par la police et envoyés en prison pour avoir refusé d'envoyer leurs enfants suivre les cours d'éducation sexuelles et du "gender"

Ils ont manifesté devant la cathédrale de Cologne, 30 français dont Farida Belghoul sont venus les soutenir


en France 175.000 enfants "placés" abusivement par la DDASS, et arrachés à leurs parents, et si les parents protestent qu'est-ce qu'on fait ? devinez !

*En France aussi !

et les parents se suicident, ça vous étonne ? mettez-vous à leur place.

on s'enfonce dans l'inhumanité et l'horreur


 

en France 175.000 enfants "placés" abusivement par la DDASS, et arrachés à leurs parents, et si les parents protestent qu'est-ce qu'on fait ? devinez !


"La désobéissance civile devient un devoir sacré quand l'Etat est hors-la-loi et corrompu" :

21/12/2020

Vive l'instruction en famille !

https://laveritesansmasque.blogspot.com/

https://ru-clip.net/video/2kldCihC5-A/le-masque-pour-les-...

Vendredi 2 octobre Macron a prononcé un discours aux Mureaux (1) dans lequel il appelait au « réveil républicain » face au « séparatisme islamiste ». Fustigeant les « comportements de certains » et leur opposant les « valeurs de la République », il a entre autres rappelé l’importance de l’école comme « creuset républicain », « cœur de l’espace de la laïcité », et lieu où former « les consciences pour que les enfants deviennent des citoyens libres, rationnels, pouvant choisir leur vie ».

À ce titre, outre le renforcement de l’encadrement des écoles hors contrat et la suppression des “ELCO”, ces “Enseignements en langues et culture d’origine” faits par des ressortissants contractuels des pays concernés dépendant des ambassades (mais remplacés par des contrats de même type, simplement plus encadrés), l’instruction en famille se retrouve dans le collimateur du gouvernement qui souhaite l’interdire, sauf raisons médicales.

Cette mesure ne passe évidemment pas auprès des associations et des parents des quelque 50 000 enfants qui bénéficient de cette possibilité d’instruction en famille.

Cette annonce, faite du jour au lendemain et devant prendre effet, après le vote de la loi, dès la rentrée de 2021, est vécue extrêmement mal par des familles qui pour beaucoup n’ont pas d’autre choix. (2)

Cette possibilité est pourtant très encadrée par les inspecteurs de l’Éducation Nationale et par les mairies. Les contrôles sont réguliers, et les sanctions, avec retour des enfants dans le cadre scolaire, tombent si une suspicion de conditions de vie et d’apprentissage non conformes est soulevée. (3)

Quant à la menace de "radicalisation" (sous entendu radicalisation islamiste)  des enfants scolarisés à la maison, nombreux sont ceux qui font remarquer que les terroristes qui ont agi ces derniers temps, soient avaient usé leurs culottes sur les bancs de l’école publique, soit n’avaient pas fait leur scolarité en France !

Le premier rapport annuel publié en 2003 par la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (MIVILUDES) a fait le constat que la « suspicion de dérive "sectaire" n’est apparue que très rarement lors [des] contrôles [pédagogiques] » menés par les inspecteurs d’académie. En 2006, l’agence gouvernementale rappelait à nouveau qu’« il faut se garder de considérer que les parents qui éduquent leurs enfants à domicile ou les établissements privés hors contrat relèvent de la sphère des activités de nature sectaire ». (4)

La mesure annoncée par Macron semble donc être soit un effet d’annonce, soit une utilisation d’un problème réel pour faire – enfin – passer une suppression que la majorité des politiques essaie d’imposer depuis longtemps déjà. On peut ressortir par exemple un projet de loi de 2013, « visant à limiter la possibilité d’instruction obligatoire donnée par la famille à domicile aux seuls cas d’incapacité » (5).

Qui sont donc les parents d’élèves non scolarisés à l’école ?
Pour quelle raison font-ils ce choix ?
Et pourquoi devrions-nous tous nous sentir concernés par cette perte de liberté, même si nous n’envisageons pas ce mode d’apprentissage pour nos propres enfants ?

 

L’instruction en famille ?

« L’instruction obligatoire peut être donnée soit dans les établissements ou écoles publics ou privés, soit dans les familles par les parents, ou l’un d’entre eux, ou toute personne de leur choix. » (6)

Traduite en ces termes dans le Code de l’Éducation, l’obligation d’instruction décidée par Jules Ferry en 1882 a toujours respecté, en France, la liberté de choix des parents. Si l’instruction est obligatoire, l’école ne l’est pas.

On retrouve la même liberté dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948 : « Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants. » (7) (article 26-3)

Si de nombreux pays interdisent l’instruction en famille, comme par exemple l’Allemagne depuis une loi du IIIe Reich du 6 juillet 1938 sur laquelle les Allemands ne sont pas revenus, cette liberté de choix n’avait pas été remise en cause en France jusqu’en 1998.

Depuis la loi du 18 Décembre 1998, sous le gouvernement Jospin avec le ministre Claude Allègre, le fameux « dégraisseur de mammouth », comme ministre de l’Éducation Nationale, les attaques contre cette liberté de choix se sont intensifiées.

En 1998 fut imposée la priorité à l’instruction à l’école et les contrôles des familles devinrent systématiques.

Puis, des mesures ont été introduites régulièrement pour renforcer les contrôles et imposer aux familles de suivre strictement le programme de l’Éducation nationale, ou dernièrement le « socle commun de connaissance et de culture ». La liberté pédagogique est diminuée au maximum, les enfants lors des contrôles sont soumis à des exercices écrits et oraux, dans un climat souvent très mal vécu par les familles.

La loi « pour une école de la confiance » votée l’année dernière, en plus d’étendre l’obligation d’instruction de 3 à 16 ans et d’imposer une obligation de formation de 16 à 18 ans, a achevé de donner un carcan à l’instruction en famille.

 

Pourquoi des familles choisissent-elles l’instruction en famille ?

Même s’il est en augmentation, ce choix reste peu utilisé en France. Il est en revanche en plein essor dans les pays anglo-saxons, où il a fait l’objet de bien plus d’études qu’en France. On peut les utiliser pour comprendre ce qui peut motiver les familles, même si le cadre sociologique français n’est pas le même.

Les motivations des familles, qui ressortent lors du recensement, en Amérique, et qui sont le plus avancées, sont :

  • la supériorité de l’éducation des parents à la maison (50,8 %)  ;
  • les motivations religieuses (33,0 %) ;
  • la mauvaise qualité de l’environnement scolaire (29,8 %) ;
  • l’objection au contenu des programmes scolaires (14,4 %) ;
  • le niveau insuffisant de l’enseignement scolaire (11,5 %).

On peut y ajouter les motivations liées à la santé et au handicap, au mode de vie familial (itinérance, éloignement géographique des établissements…), ou liées au vécu des parents de leur propre scolarité.

Dans « Instruction(s) en famille, Explorations sociologiques d’un phénomène émergent »(8)  Philippe Bongrand et Dominique Glasman expliquent que malheureusement en France ces motivations sont passées sous silence, et que les médias mettent surtout en avant soit des profils particuliers prônant l’épanouissement de l’enfant avant tout, soit des discours inquiets de la « radicalisation » à l’œuvre au sein de ménages non scolarisants.

            Ils regrettent que si ces profils, certes, existent, ils détournent l’attention du reste des familles qui ont fait ce choix, alors même que souvent de grandes souffrances se cachent derrière cette décision, vécue comme le recours de la dernière chance.

            Et pour détourner encore un peu l’opinion publique de cette liberté d’instruction chez soi, sont également mis en avant les problèmes de sociabilisation, qui ne pourrait se faire que dans le cadre scolaire, ce que réfutent les partisans de l’école à la maison. Des études anglo saxones montrent au contraire que les résultats de la scolarisation à la maison en terme de socialisation sont très positifs. (9)

Et le niveau scolaire ?

            Toutes les catégories socio-professionnelles utilisent l’instruction en famille, de nombreuses aides existant, depuis la scolarisation par le CNED (ex-CNTE) en France, ou les réseaux d’entraide entre parents. Cette possibilité n’est pas réservée, dans les faits, même si c’est une contrainte, aux classes les plus aisées. Il semblerait de plus que l’implication des parents dans l’instruction des enfants gomme les inégalités sociales et qu’elles n’aient pas d’impact négatif sur les résultats des enfants.

            Des études faites aux Etats Unis montrent que les enfants non scolarisés ayant passé des tests standardisés donnés habituellement aux enfants scolarisés ont des scores en général plus élevés. Et si globalement, le sentiment des parents pratiquant l’IEF est que leurs enfants s’en sortent mieux, également lors de leurs études supérieures ou une fois de retour dans un cadre scolaire, en tout cas les injonctions à retourner dans le système scolaire faites lors des contrôles sont rares, et rarement à cause du niveau.

            Une chose est sûre, si pour l’instant seulement 0,3% des enfants n’est pas sur les bancs de l’école, ce nombre augment de plus en plus en France ces dernières années (10) et le niveau de l’école publique est de plus en plus montré du doigt, inquiétant de plus en plus les familles.

            On peut se rendre compte de ce problème de niveau de notre système scolaire public simplement en étudiant le rapport de 2018 sur la journée défense et citoyenneté : près de 20% des jeunes ne maîtrisent pas des fondamentaux de la langue française et pour près de 10%, la lecture est non maîtrisée, au point de s’apparenter à un handicap pour 5% des jeunes ayant passé la journée d’appel. (11)

            Et si le classement PISA nous met toujours dans la moyenne des pays de l’OCDE, le niveau des élèves restant sable ces dernières années (mais peut-on s’en féliciter, quand notre système scolaire était envié, dans les décennies après guerre?), il est relevé que nous sommes champions… en inégalités, ainsi que sur un point très inquiétant pour l’avenir de notre pays : seuls 9% des élèves testés par PISA sont encore capables de faire la différence entre un fait et une opinion ! (12)

            Comment Macron peut il vanter l’école de la République, formant «  les consciences pour que les enfants deviennent des citoyens libres, rationnels, pouvant choisir leur vie », quand le résultat que l’on obtient c’est qu’une écrasante majorité ne peut distinguer fait et opinion, n’étant par là même plus capables de garder une pensée libre ?

            Comment ne peut on voir que ce n’est pas la « radicalisation » supposée des familles qui pousse à l’augmentation du nombre d’enfants instruits en famille, mais cette inquiétude pour nos enfants, liée au niveau de l’école, et aux difficultés rencontrées par certains, harcèlement, difficultés de scolarisation, désert scolaire dans certains lieux ?

            La première des solutions si l’on veut maintenir le maximum d’enfants à l’école, c’est de faire en sorte que ce ne soit pas un lieu qui renforce les inégalités, que ce ne soit pas un lieu qui nivelle le niveau des élèves par le bas et rogne leur capacité à penser, que ce ne soit pas un lieu qui maintienne les élèves dans un carcan où ils n’auront d’autre choix que de suivre la voie imposée même si leurs aspirations sont autres. Que ce ne soit pas un lieu situé trop loin de la maison, parce que l’on a décidé de faire des regroupements d’écoles trop petites et jugées non rentables. Ou que les choix de matières ne soient pas imposés par les restrictions budgétaires. (13)

            Il faut que l’école soit un réel lieu d’instruction, qui respecte l’envie d’apprendre des enfants, qui croit en leurs capacités et leur donne envie de réussir, qui leur donne des bases solides sur lesquelles ils pourront bâtir leur libre arbitre, et leur vie.

            Actuellement malgré les efforts et l’implication admirables des enseignants qui pour beaucoup se battent contre des moulins à vent, le « creuset républicain » ne forge plus l’élite de demain, mais la main d’oeuvre soumise qui créera la richesse des actionnaires de leurs futures entreprises.

            Dans ces conditions, l’instruction en famille devient une nécessité, un droit absolu pour tous ceux qui veulent une alternative autre qu’une école privée.

            C’est une liberté qui permet à de nombreux enfants de trouver un moyen de continuer à s’instruire.

            C’est un droit que chacun peut être amené à utiliser un jour, même pour une courte durée, pour passer un cap difficile.

            A l’UPR nous nous battrons toujours dans ce but, car comme l’écrivait Condorcet il y a plus de 200 ans,

L’inégalité d’instruction est une des principales sources de tyrannie (14)

 

(1) : https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2020/10/02/la-repub...

https://www.lefigaro.fr/politique/lutte-contre-les-separa...

(2) : https://www.liberation.fr/france/2020/10/04/ecole-obligat...

(3) : https://cache.media.eduscol.education.fr/file/Actualites/...

(4) : https://www.derives-sectes.gouv.fr/publications-de-la-miv...

https://www.derives-sectes.gouv.fr/publications-de-la-miv...

(5) : https://www.senat.fr/leg/ppl13-245.html

(6) : https://www.legifrance.gouv.fr/codes/article_lc/LEGIARTI0...

(7) : https://www.un.org/fr/universal-declaration-human-rights/...

(8) : https://journals.openedition.org/rfp/8566

(9) : http://www.rama.1901.org/vens/jen/res-search.htm

(10) : https://laia-asso.fr/chiffres-etudes/

(11) : https://www.education.gouv.fr/journee-defense-et-citoyenn...

(12) : http://www.slate.fr/story/184872/classement-pisa-jeunes-1...

(13) : https://www.upr.fr/france/suppression-doptions-de-postes-...

 

Le "masque", parlons-en... Contre des virus, cela revient, en substance, à prétendre se protéger des piqûres de moustiques en s'enrobant d'un filet de pêche ! C'est donc uniquement un symbole : Le fait de le porter en public signe l'ignoble marque de notre SOUMISSION volontaire... (Comme le salut "Heil Hitler !" en d'autres temps) Nous sommes loin d'en sortir, du supermarché aux morts-vivants (zombies)... (au fait boycottez les Supermarchés et toutes les grandes surfaces !!!! achetez uniquement sur le marché ou dans le petit commerce !
En aparté: "domestication" est le terme et le concept adéquat, "vérifiables à chaque instant" !

  •