Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/06/2021

"les patriotes" parti de Florian Philippot, seul parti humaniste de Résistance, et seul parti de gauche dans la France actuelle !

Programme du parti « Les Patriotes » de Florian Philippot :

 

* Stop aux confinements réouverture de toutes les activités économiques et culturelles, retour de toutes nos libertés, fin du masque obligatoires

* Vaccins covid19 liberté totale ! Lutte contre les conflits d’intérêts et la corruption, liberté de SOIGNER

* Solide Service Public de santé, fin de la logique du profit financier !

* Frexit rapide pour redonner à la France sa liberté. Et sortie de l’OTAN

* Nationalisation des banques, des assurances et des grandes entreprises stratégiques.

* Interdiction des délocalisations

* Hausse des salaires et des retraites

* Plan de soutien aux artisan, commerçants, PME

* Lutte contre les lobbies pharmaceutiques.

* Inéligibilité à vie pour tout élu condamné pour conflit d’intérêt ou corruption.

* création du Référendum d’Initiative Populaire (le RIC des gilets jaunes)

 

Nous sommes le camp de la liberté de la souveraineté ! Le camp de l’humanité

Florian Philippot :
" J’évoquais la tyrannie européiste. Ne pensez pas qu’elle soit fondamentalement différente de la tyrannie covidiste : quand nous ciblons l’une, nous ciblons l’autre aussi. Quand nous faisons reculer l’une, nous faisons reculer l’autre. C’est la même oligarchie, la même idéologie, qui nie la liberté des gens et des nations.
Il faut donc bien comprendre pourquoi Macron et son gouvernement, malgré une très lourde défaite électorale il y a quelques jours, ressortent précipitamment l’affreuse réforme de l’assurance chômage et pourquoi ils parlent maintenant de la retraite à 64 ans, alors que Macron avait promis en 2017 qu’il ne toucherait pas à l’âge légal de départ.
Ils le font, parce que ça correspond à leurs vues, mais aussi parce que notre pays appartient à l’Union européenne et l’euro, et qu’à ce titre il n’a plus le choix de ses politiques. Nous sommes soumis à la Finance, qui va contre l’économie réelle, contre la justice sociale, contre la possibilité de créer dans notre pays. Contre la juste rémunération du travail. Contre la dignité."

03/06/2021

le psychiatre Fédéric Badel

comme dit le psychiatre Frédéric Badel

https://www.le-journal-catalan.com/pro-ou-anti-vaccin-lavis-du-psychiatre-frederic-badel/86849/

(Superbe Article ! Merci beaucoup de cette magnifique réaction. Je ne sais pas si les gens réalisent ce qui les attends à la rentrée prochaine, les Vax accusant les non-Vax et les fuyant comme la peste et les non-Vax accusant les Vax et les fuyant comme la peste … ça va être Joyeux la France déjà pas joyeuse du tout ! déjà entre les troupeaux de "Rhinocéros" masqués et les "derniers hommes" (termes de la pièce de Ionesco) vomissant à la vue d'une muselière il n'y a plus que le dégout et la haine)

la population française est maintenant divisée en deux groupes, comme en 40-44, les pétainistes et les Résistants, Ceux à qui ont a fait l'ablation du cerveau et qui sont remplis de haine sommaire (il n'y a qu'à lire les "trolls" - certains sont certainement payés, mais d'autres sont "sincères" et c'est le pire !.... - qui injurient les héros de l'humanisme (et du courage ! relisez le livre de Michel Terestchenko "un si fragile vernis d'humanité" et les films sur Giuseppe Belvedere, et relisez le roman de John Le Carré "La patience du jardinier")

Et ceux qui se servent de leurs cerveaux, et qui n'ont pas perdus le sens des valeurs de l'humanité (comme les personnages de "La rue aux moineaux" le roman de Wilhelm Raabe) et de la République, et de la Civilisation, et celles qui sont le BA-ba de tout inspecteur de police, et bien sûr les principes d'analyse marxiste de base ! (ou le bon sens de La Fontaine, ça peut suffire si vous avez des préjugés ridicules contre cet esprit clair et très documenté - déjà ! - qu'est Marx).

Et comme en 40-44 entre ces deux Frances il ne peut plus y avoir que LE MEPRIS ET LA HAINE, et un jour il n'y aura plus que des balles,çsi !

(des commentaires au hasard sur internet : Chomeur Et fier de l être Il y a jour : Qui serait partant pour une chasse aux "covidistes" ? Carlos Il aura qu'une seule façon de terminer ce cirque... CYRIL  Il y a jour  Ce n'est pas juste manifester pacifiquement qui va changer les choses , ça fait 1 an que ça dure , il faut une vraie revolte . )

En tous cas le mépris et la haine. Moi les français de la première catégorie, je ne leur adresserai plus jamais la  parole, ils sont la honte de l'humanité, ils donnent envie  de vomir, (et "des cloques sur la poitrine" comme chanterait Sim) comme ceux qui en 33-45 acceptaient avec zèle de faire le salut nazi, parce que il fallait faire comme ça si on était "pas un fou", "citoyen", "solidaire", "décent", zombie bien obéissant,  et tout ça !

 

Vive Richard Boutry !

et Olivier Probst !

et louis Fouché

 

Le texte de l'article du psychiatre :

Constat et analyse du Docteur Frédéric Badel, médecin-psychiatre spécialisé dans les stress post-traumatiques :

« – La population est désormais scindée en deux groupes.

Le premier, hétérogène, est composé des personnes favorables au vaccin. Il réunit celles qui, par conviction ou par lassitude, sont prêtes à s’y soumettre pour sortir de la crise. Il abrite ainsi les personnes qu’il a été possible de sensibiliser, qui croient sans hésitation au message relayé par les ondes. Celles-là resteront réceptives à tous les messages de danger et agréeront la méthode de sortie de crise, fût-elle assortie de privations pérennes de leurs droits.

On trouve aussi dans ce groupe les personnes qui se sont coupées de toute information depuis longtemps, pour se protéger, et qui sont devenues indifférentes à tout discours. Pour elles, l’essentiel est de ne plus entendre parler du sujet. Elles ont disqualifié tous les avis pour les neutraliser. Ainsi le leurre des tests conduisant à une épidémie de cas, sans morts ni malades, ne parvient plus à leur entendement, comme si leur cerveau avait été débranché. Leur priorité est de mettre un terme à la maltraitance qui leur est infligée en se coupant de toute nuisance.

Le second groupe rassemble les détracteurs du vaccin, ceux qui ont échappé à l’influence du matraquage médiatique, qui ont souvent pris des avis ou cherché des informations hors des sources classiques, tout en restant sensibles à la réalité de leur environnement (services hospitaliers non saturés, nombre de morts comparable aux années précédentes, mesures prises non proportionnées, amenuisement des droits fondamentaux sans justification etc.). Ces personnes ont également intégré qu’une vaccination n’exempterait pas des mesures de distanciation sociale et, par conséquent, que la convivialité ne serait pas rétablie, que le gouvernement garderait de façon arbitraire le contrôle de la population et de ses activités. Elles observent avant tout l’immixtion toujours croissante de l’État dans leur quotidien et dans leur vie privée.

Ces deux groupes sont désormais séparés par une ligne qu’il sera difficile de faire bouger. La manipulation a montré des limites qui étaient prévisibles et elle sera sans effets sur ceux qu’elle a tenté, en vain, de convaincre. Ces groupes se sont figés, leurs effectifs se sont immobilisés, et peu importe les arguments avancés, les scandales établis ou les preuves apportées, ceux-ci se noieront dans un récit national inaliénable impossible à dénoncer sauf à être traité de complotiste. Les mots se seront substitués à la réalité et, utilisés à contre-emploi, ils auront perdu de leur sens et véhiculeront des idées en rupture avec les faits.

Le pouvoir en place pourra même avouer ses mensonges, le peuple l’acclamera, incapable de le croire mal intentionné et persuadé qu’il est au-dessus des soupçons. Il n’est donc plus temps de publier des résultats d’études prouvant l’efficacité de tel produit, le mensonge sur tel autre, de produire des courbes démontrant le caractère infinitésimal du risque sanitaire et disproportionné des réactions de peur. Surdité et aveuglement règnent en maître chez les personnes qui, conditionnées, sont privées de jugement et incapables d’admettre que des faits objectifs puissent démentir la réalité qu’elles ont construite.

Organiser l’affrontement de ces deux groupes de la population est une possibilité – occasion ? – désormais envisageable. Nos dirigeants devraient rapidement s’en saisir (de cette occasion)pour encourager une organisation sociale qui opposerait bons et mauvais citoyens, gens sains, dociles, responsables et vaccinés et gens toxiques, rebelles, inconséquents et non vaccinés. Ce système de bons citoyens est présent en Chine. Il repose sur la délation et l’obéissance à la règle.

Le bon usage par le gouvernement de la graduation dans la contrainte et la soumission du peuple conduisent à ce jour à l’acceptation d’une vaccination inutile dont la toxicité n’est pas évaluée et pour laquelle les laboratoires, compte tenu de la rapidité d’élaboration des produits, ont déjà négocié de ne pas être tenus responsables de potentiels effets secondaires, obtenant des États qu’ils répondent de telles conséquences. Et pourquoi pas en définitive puisque les politiques sont devenus médecins.

Nos gouvernants et nos parlementaires, de par leur pouvoir et leur influence, vont inciter toute une population à faire un geste dont l’intérêt n’est pas démontré et dont les conséquences ne sont pas mesurées, et se présenter ainsi en sauveurs.

Cela évoque les techniques sectaires et les suicides collectifs. Pour échapper à la fin du monde ou aux extra-terrestres – ici au virus mortel -, le sacrifice est présenté comme salvateur. La réalité ensevelie sous les messages quotidiens discordants, culpabilisants, a laissé la place au délire dans lequel les liens logiques se dissolvent.

Les sectes se servent de ces moyens : isoler les individus en les coupant de leurs liens sociaux et familiaux, rendre les gens dépendants en les privant de leurs moyens de subsistance, propager un discours univoque martelé dans des grand-messes permanentes, évincer toute pensée divergente, présenter les opposants comme des nuisibles qui ne comprennent ni leur propre intérêt, ni l’intérêt commun supérieur. « Nous contre les autres » est généralement la doctrine simple compréhensible par chacun car simpliste, et hélas adoptée.

Le cap est franchi. Maintenant que les lignes de partage qui clivent la population se précisent, ce gouvernement n’a plus la possibilité de revenir à des positions plus raisonnables et proportionnées. Il a fait tout son possible dans le domaine de la manipulation, il a mobilisé toutes les sphères d’influence tout en restant crédible auprès d’une partie importante de la population. Pour ceux qui, rebelles, refusent d’adhérer, d’autres méthodes plus coercitives encore s’imposent.

Les signes de cette dérive totalitaire se trouvent dans les techniques de lavage de cerveau employées, identiques à celles des sectes. Elles étaient là dès le départ, mais comment croire qu’un gouvernement démocratiquement élu puisse se retourner contre son peuple ?

Aujourd’hui, une partie de ce peuple est plongée dans la pauvreté, le désarroi, les « non-essentiels » commencent à se suicider, les troubles psychiatriques se multiplient et… le conseil scientifique continue d’assurer sa grand-messe à une armée de fidèles hallucinés.

Demain, n’importe quel virus, réel ou fictif, pourra de nouveau semer la terreur chez des populations prêtes à se faire vacciner pour conserver un peu de liberté. Elles y sont prêtes. Et si les tests actuels sont encore utilisés -contre toute logique-, même les populations vaccinées seront positives et resteront contagieuses. Les mesures de distanciation resteront la règle.

Signe supplémentaire de la supercherie, les hommes qui murmurent à l’oreille des virus prédisent déjà les vagues à venir et leurs dates d’apparition. Toute science a vraiment déserté nos sociétés.  Les réseaux sociaux, « complotistes », ont donné des dates de confinement bien avant leur annonce officielle, montrant ainsi que toute préoccupation sanitaire était absente des décisions officielles.

Les conséquences humaines sont terribles. Tout lieu de convivialité a disparu, les gens sont plus isolés que jamais, ils souffrent de mesures iniques imposées par une poignée de dirigeants, sans aucune concertation, sous couvert d’assurer leur salut. Ce qui fait l’humain, sa capacité à tisser des liens, son besoin d’entrer en contact avec l’autre, est menacé. Le tissu social s’est dissout dans les mesures imposées par un régime devenu fou, hors de contrôle, déroulant une feuille de route établie de longue date en dépit de toute considération du réel. Les mesures prises altèrent la santé de la population et tuent. Elles sont anti-sanitaires. La dictature est en marche.

Notre mode de vie a effectivement bien changé ; le Covid n’en est que le prétexte, le catalyseur. Cette dégradation de nos conditions d’existence et la disproportion des mesures prises pour lutter contre un virus donne du crédit au discours de ceux qui voient là le moyen d’instaurer un nouvel ordre mondial qui doit annihiler notre vie privée et nos droits individuels.

Les premiers constats montrent les signes de la réalisation de cet ordre nouveau. »

"Que le profit soit convenable, et le capital devient courageux : 10% d’assurés, et on peut l’employer partout ; 20%, il s’échauffe ; 50%, il est d’une témérité folle, à 100%, il foule aux pieds toutes les lois humaines ; à 300%, et il n’est pas de crime qu’il n’ose commettre" (TJ Dunning, 1860 "Trade-Unions and Strikes")

Regardez ! Encore un point commun de plus avec l'Allemagne nazie : https://www.wikistrike.com/2021/01/royaume-uni-un-projet-...

et l'explication psychosociologique des facteurs sur lesquels ils jouent :

https://odysee.com/@WakeUp:d/RedactriceEnChef-DeLa-TV-WochenBlick-Tout-Sera-Pire-Apres-La-Vaccination:6

La société technologique qui a contribué à l’Holocauste gère désormais les « passeports vaccinaux ».
Vous avez probablement déjà entendu parler du projet maniaque de « passeport vaccinal » de l’État profond, qui sera finalement utilisé pour soumettre le monde entier à la tyrannie médicale. Eh bien, nous savons maintenant qu’IBM dirige la création et la mise en œuvre des passeports vaccinaux dans une grande partie du monde développé, IBM étant la même société qui a aidé à organiser l’Holocauste, soit dit en passant.
Tout a commencé avec les masques, qui, après être devenus « obligatoires », ont été utilisés comme un outil de division pour séparer les « désirables » qui sont prêts à s’y conformer des « indésirables » qui disent simplement non à la tyrannie médicale.

En1945 les gens n'ont pas voulu comprendre les vraies  caractères ,du fascisme, ilson"poussé la poussière sous le sofa" et se sont couchés dessus. On nous fait croire que Hitler était simplement "un fou" et les millions de nazis ? oh des extra-terrestres débarqués d'on ne sait où ! Ah oui ? Churchill a dit dans un discours de 1948 que ceux qui ne voulaient pas tirer les leçons de l'histoire seront condamnés à la revivre ..*

 déjà que depuis trente ans les français qui acceptaient d’entrer dans les magasins qui mettaient des caméras de vidéo-surveillance, ou ceux qui n’allaient dans les gares que pou réserver leur biller à une machine, puis repartir par le même chemin, ou les juifs - pardon ! Les fumeurs - qui sortaient, debouts dans les exhalations des gaz d’échappement pour fumer honteusement, m’inspiraient le dégoût. Alors maintenant ! Ils n’avaient pas compris ce que à quoi on les habituaient, maintenant ils voient ! Non ! même pas ils continuent à trouver ça bien, ces nazis bien zélés. Cette sale race de rhinocéros-nés me donnent le haut-le-cœur. On a qu’un envie : de les jeter à la poubelle et bien refermer le couvercle dessus !

Alors ? et   maintenant   vous avez fini par comprendre  quelle est l'essence du fascisme ????????

 

 

6/6/2021 un bon dévot qui fait ses exercices de piété (son jogging je le rappelle). Ça fait un bout de temps qu’il en a, ça. C’est comme en 40 il y avait plein de dévots, et puis en plus il a eu plein de pétainistes, comme maintenant. C’était souvent les mêmes, c’étaient beaucoup les mêmes milieux, car ça ressort de la même démarche mentale.