Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/09/2022

l'éléphant dans le salon

Vincent Lambert, c'est nous !

Manifestation en soutien à Vincent Lambert
Vincent Lambert, c'est nous !
Photo prise lors d'une "Marche pour la vie" en soutien à Vincent Lambert, qui était alors entre la vie et la mort, le 25 janvier 2015.

TRIBUNE — Vincent Lambert a été précipité vers son destin à peine six mois avant l’explosion de la Covidémence, avec son cortège de dizaine de milliers de morts évitables et puis, depuis 18 mois, les dizaines (centaines ?) de milliers de morts et blessés par injection expérimentale. Le tout, dans le silence des agneaux.

À trois ans de sa mort, le 11 juillet 2019. À Monsieur Vincent Lambert, résistant.

Vincent Lambert, c’est nous.

Ayant détruit l’Afrique et l’Amérique latine, les fonds d’investissement, privés des opportunités de pillage que leur fournissait la délocalisation en Russie et en Chine, se doivent, pour « sauver le soldat Finance », de liquider les populations de l’Union européenne. À l’exception de quelques mercenaires, informaticiens-mathématiciens à leur service et quelques cuisiniers, couturiers et hommes de ménage, le citoyen lambda n’a plus de raison d’exister car aucune utilité. Il est devenu une bouche inutile, pour qui les fours crématoires seraient trop inefficaces car trop lents.

Vincent Lambert, c’est nous.

Quels sont les enseignements que Vincent Lambert nous a laissés ?

Eu égard à la malveillance ambiante, je remplacerai les termes qui autrement s’imposeraient par une circonlocution. Ainsi par exemple, on lira « extinction par main d’autrui » à la place de...

Comme son nom l’indique, l’auteur de ces lignes n’est ni catholique, ni même chrétien — inutile donc de le taxer de fondamentaliste chrétien. À l’instar des musulmans avec lesquels il échange beaucoup, Mendelssohn Moses professe une religion orientale. Celle-ci est fondée sur dix commandements dont le premier exhorte à vénérer Yahvé et le sixième : « Tu ne tueras point ».

Or, l’extinction de Monsieur Lambert, ourdie par ceux qui méconnaissent Yahvé, jette une lumière cruelle sur les faiblesses de l’idéologie française depuis la Révolution : un anti-cléricalisme frôlant l’hystérie et aboutissant à une aversion pathologique à la notion de transcendance et à tout individu mu par des principes ; une passivité coupable doublée de fascination érotique devant les autorités (comment ose-t-on célébrer les guerres de Napoléon en Espagne et en Russie ?) ; un esprit de meute, dont la Terreur est l’exemple le plus « abouti ».

Cette tribune est un appel à l’introspection.

Par ailleurs, l’affaire est caractérisée par l’intervention sans relâche des autorités françaises dans le processus judiciaire. À chaque fois qu’un Tribunal ordonnait la reprise de l’eau et des aliments, le gouvernement a fait appel, allant jusqu’à la Cour de Justice européenne et la Cour de cassation et ce, jusqu’à obtenir la mort.

Quant à M. Macron, qui a pour ainsi dire présidé à la mort, il a refusé d’intervenir — trois mois à peine après avoir refusé de répondre à la lettre formelle des ophtalmologues au sujet des Gilets jaunes éborgnés.

Un projet de comité

En février 2020, juste avant que n’éclate la Covidémence, je rédigeais un projet pour l’établissement d’un comité permanent en l'honneur de M. Vincent Lambert, et écrivais :

« Le sort dévolu à M. Vincent Lambert – la mort par privation d’eau et de nourriture - est emblématique de celui auquel seront voués - sous prétexte de restrictions budgétaires prétendues inéluctables - de plus en plus de grands handicapés, de vieillards impotents et de personnes atteintes de maladies dites “incurables”. Incurables, car la France se désintéresse de la recherche fondamentale […] tout en privatisant son jadis-enviable système de santé public, garant du droit à la vie de tout son peuple. »

Le principe fondateur du proto-comité était « la défense de la vie [qui] conformément au droit naturel, se trouve à l’origine de tous les systèmes juridiques du monde. »

Qui était Vincent Lambert ?

Sans prononcer un mot ni faire un geste, par sa seule volonté de résister aux mauvais traitements infligés, Vincent Lambert a su déclencher la plus terrible polémique en France depuis la guerre d’Algérie.

Infirmier psychiatrique de son état, Monsieur Lambert est victime d’un grave accident de la route en septembre 2008. Aucun organe vital n’est touché et il vivra sans aucun dispositif de réanimation. Cependant, il se débat depuis dans un état pauci-relationnel (dite « conscience minimale plus ») jusqu’à son extinction par main d’autrui en 2019.

Une fois transféré à l’hôpital, il ne bénéficie que pendant trois mois d’un suivi en kinésithérapie, abandonné pour motifs non-élucidés (budgétaires ? La Loi Hôpital dite Loi Bachelot entrée en vigueur en 2008 ?) En 2011, il se retrouve à l’unité de soins palliatifs au CHU de Reims.

Rédigée par ses familiers, la chronologie de l’affaire permettra au lecteur de se retrouver dans les batailles juridiques précédant l’extinction ; ainsi nous ne ferons ici que souligner les principes en jeu.

Dîtes vos adieux à ceux qui « coûtent un pognon de dingue » à la collectivité.

Soudain, en 2012, alors que l’état de santé de Monsieur Lambert n’avait nullement empiré, une campagne médiatique et politique en faveur de son extinction est lancée, orchestrée par un scénariste X (agence de conseil étrangère ? fonds d’investissement ?) dans le style d’un feuilleton télé américain.

Pour ce faire, puisqu’il est tout sauf mourant et n’est branché à aucune machine, hâter son destin par intervention de main d’autrui devient indispensable.

Mais parmi les quelque 1 700 autres patients de France en état pauci-relationnel, pourquoi Monsieur Lambert a-t-il été désigné à l’opprobre public, puis à l’extinction ? Il se fait que l’entourage de Monsieur Lambert présentait des spécificités fort utiles.

Cible idéale, les parents Lambert sont des catholiques fervents et ont eu de nombreux enfants. Le père, médecin-obstétricien, très âgé et cardiaque, n’était pas censé pouvoir résister (« Yet who would have thought the old man to have had so much blood in him ? » – Lady MacBeth).

Leurs avocats, Me Paillot et Me Triomphe, très engagés et à qui nous tenons à rendre hommage ici, sont également de fervents catholiques.

Tout ce monde sera taxé dans la presse, Libération en tête of course, de suppôts de l’extrême droite, accusation pour laquelle on peine à trouver une base factuelle. Que Valeurs Actuelles ou la Fondation Lejeune aient soutenu Monsieur Lambert n’enlève rien aux vérités en jeu.

Belle trouvaille du point de vue du scénariste X, la famille est divisée.

L’épouse de Monsieur Lambert, Rachel, charmante blonde télégénique, et son neveu, le fringant François, sont reçus sans cesse et complaisamment à la télévision, où il se montrent animés de la même ferveur pro-euthanasie que celle qu’entretiennent pour la foi chrétienne les parents, la sœur Anne et le demi-frère de Vincent, David Philippon.

La mission dévolue au scénariste X

La mission dévolue au scénariste X, mission énergiquement appuyée par les pouvoirs dits publics, était d’amener le Français moyen à se réjouir devant la mort d’un innocent. Après tout, la Covidémence guettait pour 2020, et il fallait en préparer le lancement, comme l’explique Paul Schreyer.

Mission de propagande qui serait en effet avantageusement mise en œuvre à grande échelle en 2020, avec notamment la kyrielle de mensonges entourant l’extinction des « bouches inutiles » — les aînés à l’hôpital, à domicile et en EHPAD sous prétexte de Covid (cf. l’article anonyme qui termine avec ces mots : « Quand on vit dans une dictature à tendance totalitaire qui décide de la vie et de la mort de sa population, on ne signe pas ses articles. »)

Le Mensonge officiel

Le feuilleton médiatique repose sur deux mensonges patents :

- Monsieur Lambert « aurait » dit à son épouse qu’il « aurait souhaité » mourir en cas d’accident grave.

Or, le seul témoin d’une prétendue conversation informelle sans valeur juridique était l’épouse. Alors que Monsieur Lambert était infirmier et connaissait la loi, il n’a laissé aucune directive écrite en ce sens.

- Monsieur Lambert bénéficiait de traitements lourds, était en réanimation non-stop, et présentait un encéphalogramme plat.

L’eau et les aliments ne sont pas des soins. De fait, il ne bénéficiait d’aucun traitement, ni même de kinésithérapie. Pourtant, dans les mass-média, on retrouve omniprésent le terme « traitements ».

Quant à l’éncéphalogramme dit plat, Monsieur Lambert voit, entend, reconnaît son entourage et ses amis (cf. cette vidéo tournée par son ami Emmanuel Guépin).

Le 5 décembre 2016, soit huit ans après l’accident, Monsieur Lambert a tenté quatre fois de vocaliser devant ses parents, et la quatrième fois devant deux aide-soignantes, qui en furent témoins. Ainsi, huit ans après l’accident et même sans le bénéfice de soins spécialisés, son état s’est encore amélioré.

Cela n’a pas échappé au polémiste Michel Houllebecq, qui écrit :

« Vincent Lambert n’était nullement en proie à des souffrances insoutenables, il n’était en proie à aucune souffrance du tout. [...] Il n’était même pas en fin de vie. Il vivait dans un état mental particulier, dont le plus honnête serait de dire qu’on ne connaît à peu près rien […] La dignité ne peut en aucun cas être (altérée) par une dégradation, aussi catastrophique soit-elle, de son état de santé. Ou alors c’est qu’il y a eu, effectivement, une "évolution des mentalités". Je ne pense pas qu’il y ait lieu de s’en réjouir. »

C’est précisément pour cela que le scénariste X devait faire souffler la chandelle de la vie devant les yeux des Français, voyeurs gourmands d’un calvaire qui s’est transformé en résistance farouche.

L’affaire est caractérisée par l’intervention sans relâche des autorités françaises dans le processus judiciaire. À chaque fois qu’un Tribunal ordonnait la reprise de l’eau et des aliments, le gouvernement a fait appel, allant jusqu’à la Cour de Justice européenne et la Cour de cassation et ce, jusqu’à obtenir la mort.

Marisol Touraine Reveyrand de Menton dans ses oeuvres. Diligent petit commis dans cette entreprise, le ministre de la Santé et des Solidarités (!). Selon la chronologie :

« Fin janvier 2013 : Sollicités par Marisol Touraine, ministre de la Santé, Rachel l’épouse, François le demi-neveu de Vincent et le CHU annoncent leur décision de faire appel de la décision prise par le Tribunal Administratif de Châlons-en-Champagne le 16 Janvier 2014 devant le Conseil d’Etat.

« À noter, fait incroyable dans une affaire privée, mettant en jeu la vie d’un homme, que la ministre de la Santé a donné l’ordre écrit au Directeur général de faire appel, alors qu’il avait annoncé ne pas vouloir porter cette affaire devant le Conseil d’Etat. Marisol Touraine appellera également Rachel Lambert pour l’assurer de son soutien. 

« C’est la première fois que la plus haute juridiction administrative française devra se prononcer sur la légalité d’une décision médicale ayant pour conséquence d’entraîner la mort d’une personne par arrêt de son alimentation et de son hydratation. »

Il n’est nullement surprenant de retrouver Marisol Touraine — épouse de l’Ambassadeur Reveyrand de Menton et mère de Gabriel Reveyrand de Menton aux loisirs très particuliers — yeux dans les yeux, le 8 mai 2022 lors de l’inauguration de M. Macron, lui chuchotant amoureusement à l’oreille : « Maintenant tu as les mains libres. Tu peux fa« Maintenant tu as les mains libres. Tu peux faire tout ce que tu veux... »ire tout ce que tu veux... »

Soutien de Dominique Strauss-Kahn et comme lui chantre de l’austérité, Mme Touraine Reveyrand de Menton s’est fait connaître par la réforme des retraites et son habileté à déguiser l’austérité budgétaire à l’hopital.

Le ministre Touraine Reveyrand de Monton a été remplacée par un autre bienfaiteur de l’humanité, Agnès Buzyn, chevalier de l’épopée hydroxychloroquine, qu’elle fit classer substance vénéneuse en janvier 2020 — juste à temps pour éviter que cette antidote au Sars-Cov-19 ne soit disponible aux médecins cherchant à retenir de ce côté du fleuve Styx leurs milliers de patients.

Alors que la Cour d’appel de Paris avait, en mai 2019, ordonné que Monsieur Lambert reçoive de l’eau et des aliments (toujours qualifiés de « traitement lourds » dans la presse), le ministre Buzyn se pourvoit sur le champ en Cassation contre la décision de la Cour d’appel. Cet acharnement non-thérapeutique aboutira à neuf jours d’agonie, sans aliment et avec un seul verre d’eau, jusqu’à l’extinction de Monsieur Lambert, survenue le 11 juillet 2019.

Je propose au lecteur de tenter de survivre neuf jours sans eau ni aliment, puis de revenir vers moi.

Si certains meurent, d’autres sabrent le champagne.

Alors qu’en 2020, les vieillards des EHPAD seront interdits d’hôpital, enfermés à clef dans leur chambre avant d’être évacués vers Hadès dans des sacs-poubelle, en cette France si bienveillante et solidaire, Mme Buzyn, ex-ministre des Solidarités, sera richement récompensée de ses faits d’armes : promue en 2020 chef de l’Académie de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Légion d’Honneur dans la promotion 2022, et dès le 1er septembre 2022, maître conseiller à la Cour des comptes. Gagner sa vie en faisant ce que l’on aime !

Monsieur Lambert est un résistant.

À l’instar de tous les grands malades, Vincent Lambert ne voulait pas mourir, mais guérir.

Tous les progrès de la médecine reposent sur la lutte désespérée des médecins de sauver les cas désespérés.

Le cas d’Adrien Bocquet, arraché plusieurs fois à la mort puis à la chaise roulante, illustre bien les avancées récentes en neurologie. Il devrait être une évidence qu’éteindre les Adrien Bocquet de ce monde, qui « coûtent un pognon de dingue », stoppera net tout progrès scientifique.

Car il ne fait aucun doute que Monsieur Lambert tenait à la vie.

Justement, l’opinion dissidente de la Cour eLe cas d’Adrien Bocquet, arraché plusieurs fois à la mort puis à la chaise roulante, illustre bien les avancées récentes en neurologie. Il devrait être une évidence qu’éteindre les Adrien Bocquet de ce monde, qui « coûtent un pognon de dingue », stoppera net tout progrès scientifique.uropéenne des droits de l’homme (CEDH), rendue publique en juin 2015, met en exergue ce passage issu de la requête de ses avocats, qui y confrontaient le gouvernement français :

« Si réellement M. Vincent Lambert avait eu la volonté ferme de ne plus vivre, si réellement il avait "lâché" psychologiquement […] il serait déjà, à l’heure actuelle, mort. Il n’aurait en effet pas tenu 31 jours sans alimentation (entre le premier arrêt de son alimentation, le 10 avril 2013, et la première ordonnance rendue par le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne, le 11 mai 2013 ordonnant la remise en place de son alimentation) s’il n’avait pas trouvé en lui une force intérieure l’appelant à se battre pour rester en vie. Nul ne sait quelle est cette force de vie. Peut-être est-ce, inconsciemment, sa paternité et le désir de connaître sa fille ? Peut-être est-ce autre chose. [...]

« À l’inverse, tous les soignants de patients en état de conscience altérée le disent : une personne dans son état qui se laisse aller meurt en dix jours. Ici, sans manger, et avec une hydratation réduite à 500 ml par jour, il a survécu 31 jours. »

Ignorée de la majorité des Français, ladite opinion dissidente est signée par les Juges de la CEDH Hajiyev, Šikuta, Tsotsoria, De Gaetano et Gritco et leurs conclusions sont très sévères :

«  […] à présent […] que les distinctions juridiques les plus subtiles ont été établies et que les cheveux les plus fins ont été coupés en quatre, ce qui est proposé revient ni plus ni moins à dire qu’une personne lourdement handicapée, qui est dans l’incapacité de communiquer ses souhaits quant à son état actuel, peut, sur la base de plusieurs affirmations contestables, être privée de deux composants essentiels au maintien de la vie, à savoir la nourriture et l’eau, et que de plus la Convention est inopérante face à cette réalité. Nous estimons non seulement que cette conclusion est effrayante mais de plus – et nous regrettons d’avoir à le dire – qu’elle équivaut à un pas en arrière dans le degré de protection que la Convention et la Cour ont jusqu’ici offerte aux personnes vulnérables.

« Nous ne comprenons pas, […] pourquoi le transfert de Vincent Lambert dans une clinique spécialisée […] a été bloqué par les autorités.

 « Nous posons donc la question : qu’est-ce qui peut justifier qu’un État autorise un médecin […] en l’occurrence non pas à "débrancher" Vincent Lambert […] mais plutôt à cesser ou à s’abstenir de le nourrir et de l’hydrater, de manière à, en fait, l’affamer jusqu’à la mort ? Quelle est la raison impérieuse, dans les circonstances de l’espèce, qui empêche l’État d’intervenir pour protéger la vie ? Des considérations financières ? Aucune n’a été avancée en l’espèce. La douleur ressentie par Vincent Lambert ? Rien ne prouve qu’il souffre. Ou est-ce parce qu’il n’a plus d’utilité ou d’importance pour la société, et qu’en réalité il n’est plus une personne mais seulement une "vie biologique" ?

« Cette affaire est une affaire d’euthanasie qui ne veut pas dire son nom. En principe, il n’est pas judicieux d’utiliser des adjectifs ou des adverbes forts dans des documents judiciaires, mais en l’espèce il est certainement extrêmement contradictoire pour le gouvernement défendeur de souligner que le droit français interdit l’euthanasie et que donc l’euthanasie n’entre pas en ligne de compte dans cette affaire. »

Aktion T4, l’éléphant dans la pièce

Or, les considérations financières sont bien l’éléphant dans la pièce : retraités, malades, bébés « malformés » voire même « sains », sont désormais qualifiés d’« unfunded liabilities » (passifs non provisionnés), pour emprunter le terme de l’analyste financier Edward Dowd.

Voilà l’idéologie qui a abouti à l’Aktion T4.

Par exemple, pour le théologien Christine Fontaine (juillet 2015), l’état de délabrement des hôpitaux serait un fait irréversible et avec lequel il faudrait composer. En conséquence, le triage des « bouches inutiles » telles que Monsieur Lambert serait indispensable. Elle écrit :

« Je viens d’accompagner […] un ami très proche dans l’hôpital d’une ville de province […] aux jours de forte canicule. Pas de ventilateur dans les chambres, pas de personnel pour venir hydrater les patients […] une seule fois en dix jours, une aide-soignante a posé un gant de toilette sur le front de mon ami. Pas de médecin titulaire […] personne pendant le week-end. Raisons de tout cela : restrictions budgétaires. 

La vie humaine de ces personnes hospitalisées dans cette ville de province est-elle moins "sans prix" que celle de Vincent Lambert dont l’hospitalisation depuis 13 ans a coûté à la société environ deux millions d’euros ? […] Monseigneur Barbarin […] n’a pas le droit de faire supporter le coût de son choix à l’ensemble de la société. Je serais donc favorable à ce qu’il organise une collecte auprès de tous ceux qui, au nom de leur foi, pensent à l’opposé des lois civiles que la vie de Vincent doit être maintenue. »

Et sur le même site « chrétien », Mme Triomphe-Hollier renchérit : « Pourquoi Vincent Lambert, plus qu'un enfant très prématuré, qu'un vieillard en état végétatif, aurait-il le droit d'absorber des ressources collectives ? »

Si je suis la logique de l’argument de Mesdames Fontaine et Triomphe-Hollier, une fois soufflée la chandelle de Monsieur Lambert, l’hôpital et les comptes publics seront saufs, à condition que l’on sacrifie aussi les 1 700 autres personnes en état pauci-relationnel en France (trois milliards et 40 millions d’euro épargnés sur ces mêmes 13 ans), puis les dizaines de milliers d’impotents et de grabataires en France. Après tout, pourquoi auraient-ils le droit de faire supporter le coût de leur choix de vivre à l’ensemble de la société ?

Effectivement, il est plus aisé de mépriser avant d’éliminer les vulnérables, que de s’attaquer à la puissance monstrueuse des fonds d’investissement qui contrôlent tout en ce pays.

Les sentiments de Mme Fontaine se trouvant reflétés dans des milliers de commentaires haineux sous les articles dans la grande presse relatant l’affaire, pour apprécier le contexte, j’invite le lecteur à consulter l’abondante documentation sur Aktion T4 et à étudier l’affiche que nous reproduisons ici.

L’affiche date de 1938 et indique : « 60 000 Reichsmark, c’est ce que la vie de cette personne souffrant d’un défaut héréditaire coûte à la communauté populaire. Chers concitoyens, c’est aussi votre argent. »

20/09/2022

on n'est plus habitués à vivre comme ça

17/12/2016 C’est fou !!! on n’est plus habitué à vivre comme ça !
On n’est plus habitués à ce que la vie se déroule à un rythme aussi rapide !
Ça fait à peine quelques jours que j’ai envoyé, par courrier, une commande aux ***, et une entreprise privée sans-doute sous-traitant du groupe capitaliste qui a dénationalisé notre PTT, avec bien-sûr des petits jeunes sous contrat précaire et mal-payés, est venu me livrer un colis, CE colis !!! j’en tombais des nues ! Je n’ai pas du tout fait au départ le rapprochement avec cette commande. On n’est plus du tout habitués à notre époque à une telle rapidité !
Oui, parfois c'est déjà arrivé, et chaque fois j’étais estomaqué, et chaque fois c’était parce que la boîte était une petite entreprise, un bouquiniste par exemple, ou le Groupe Ornithologique Nord, sans doute géré par un bénévole non informatisé (sinon ç’aurait été beaucoup beaucoup plus lent).

Oui dans les années 60 (et avant, bien sûr) ç’aurait été normal cette rapidité de réaction, et la Poste, gérée par des fonctionnaires, fonctionnait souvent en 24 heures, c’était banal ; mais maintenant ! Maintenant quand de telles choses arrivent ça fait totalement surréaliste.

La vie moderne, et dans tous les domaines, nous a maintenant tellement habitué à ce que tout demande des délais, des délais et des délais, imprévisibles, et toujours plus longs qu’annoncé, toujours, et que prévus, et totalement incontrôlables, des délais immenses, d’une lenteur absolument féroce. On n’a plus du tout l’idée en tête de recevoir ce qu’on a commandé par retour de courrier !

 

Les *** sont sans doute des gens encore habitués à vivre à l’ancienne, quand la vie était beaucoup plus rapide (et fiable) que maintenant.

Et le « petit jeune » ne comprenait même pas pourquoi je trouvait anormal que le service postal soit fait par une boite privée ! Ça rappelle mon billet sur les jeunes maintenant ne peuvent plus comparer et se rendre compte de tout ce qu’on a perdu, et ce monde libéral-fasciste ils trouvent ça normal, les caméras de vidéo-surveillance ne les choque même pas, ni les puces implantées. et pour eux le terme « socialiste » est devenu péjoratif, les syndicalistes des « mauvais », bientôt ils ne sauront même plus ce que c’est, comme l’Espéranto, 90 % ne savent pas ce que c’est. Etc.

17/09/2022

il faudrait quand-même se rendre compte des choses comme elles sont

poème "upon ascending the parapet at youzhou"

par chen zi-ang (661-702) - regardez depuis si longtemps il est MORT !...

 

before me, unseen are the ancients,

behind me, unseen those to come.

thinking of this infinite universe

alone, in my sorrow, i shed tears.

 

en chinois : 张廷琛英译   (以及国柱的汉语猜读)

在我之前的这些古人,已经看不到了。

在我之后,那些要来的人,也看不见。

想到无穷尽的宇宙,

孤独,忧愁,我泪流满面。

14/09/2022

Marat

vivent les parents soviétiques qui ont donné à leur enfant le  prénom MARAT !

ils ont eu raison

13/09/2022

cassez !

https://ruclips.net/video/l1SCUU_nn5Y/iquioussen-le-maria...

https://ruclips.net/video/l1SCUU_nn5Y/iquioussen-le-maria...

à 20 min 30 elle dit "cassez vos télévisions !" dans le contexte actuel il y a quelque chose de  beaucoup plus important à casser, absolument vital pour l'avenir de l'humanité : c'est CASSEZ VOS TELEPHONES PORTABLES ! et CASSEZ VOS CARTES DE CREDIT ! ça c'est absolument indispensable, c'est la première chose à faire !! si vous ne faites qu'une chose pur résister ça doit être ça !!! (et boycotter le lieux où ils mettent des caméras de vidéosurveillance)

(bon, à part ça il y a à prendre et à laisser chez cette femme par ailleurs dévouée et courageuse, moi la Révolution Française je suis pour ! (pas pour les Girondins ! lisez Henri Guillemin vous comprendrez !) Marat, Gracchus Baboeuf et Robespierre je les défends !

11/09/2022

les origines de Hitler

 

Sur cette fiche des Renseignements Généraux que le magazine Sciences et Avenir a publié en mars 2009, on peut clairement lire le deuxième prénom d’Hitler : Jacob.

Adolf Jacob Hitler serait le petit-fils de Salomon Mayer Rothschild. Cette information a été divulguée par deux sources de très haut niveau : Hansjurgen Koehler officier d’Heydrich, qui était lui-même l’adjoint direct d’Heinrich Himmler et Walter Langer le psychiatre qui a réalisé le profil psychologique d’Hitler pour l’OSS, les services secrets US pendant la seconde guerre mondiale.

 Hitler est un personnage méconnu à la personnalité complexe et dont l’histoire recèle de nombreux secrets que l’on découvre peu à peu.

Le Livre Jaune n°7 (Collectif d’auteurs, Ed. Félix, Fritz Springmeier) s’était déjà penché sur ses origines et avait écrit : « Walter Langer, un psychanalyste, démontre dans son livre « The mind of Hitler », preuves à l’appui, qu’Hitler était le petit fils du baron de Rothschild de Vienne. La police autrichienne a constitué un dossier secret sur les origines d’Hitler. Le chancelier Dollfuss avait ordonné cette enquête. On a découvert que sa grand mère, Maria Anna Schicklgruber, travaillait au service du baron Rothschild, quand elle est tombée enceinte. Quand les Rothschild ont appris la nouvelle, ils l’ont envoyée dans une clinique de la ville dont elle était originaire. C’est là qu’est né en 1837, Alois Hitler, le père d’Adolf Hitler. »

En effet, celui qui a diligenté cette enquête, Engelbert Dollfuss, chancelier fédéral de l’Autriche du 20 mai 1932 au 25 juillet 1934, ainsi que dictateur à partir du 4 mars 1933 s’opposait à Hitler. Il avait ainsi tenté de déstabiliser son pire ennemi. Hitler l’a d’ailleurs fait assassiner le 25 juillet 1934 par des nazis déguisés en uniforme militaire. Celui-ci prévenu, tente alors de s’enfuir de la chancellerie, mais surpris par ceux-ci, il est grièvement blessé et meurt dans la journée de ses blessures.
 

Hansjurgen Koehler, un officier de haut grade de la Gestapo, qui travaillait pour Reinhard Tristan Eugen Heydrich, adjoint direct de Heinrich Himmler, aurait conservé les documents relatifs à cette enquête, documents qu’il a dévoilé en partie dans son livre « A l’Intérieur de la Gestapo » et dans lequel on retrouve les origines d’Adolf Hitler à la page 143.

Il faut savoir qu’Heydrich, l’adjoint direct de Himmler, était officier à la section politique des services de renseignements de la marine à Kiel à partir de1930 et travaillait en étroite collaboration avec Wilhelm Canaris, futur amiral et futur chef de l’Abwehr, le service de contre-espionnage militaire allemand.

Certaines mauvaises langues affirment qu’Heydrich aurait été assassiné car il connaissait trop de secrets. N’oublions pas que les trois « résistants » tchèques qui l’ont abattu ont été parachutés de Londres et ont bénéficié de complicités. De plus, le fils d’Heydrich, Klaus, est mort étrangement le 24 octobre 1943 lors d’un « accident de la route ».

Il existe un autre indice étonnant, ainsi, après l’Anschluss, c’est à dire l’annexion de l’Autriche par l’Allemagne nazie en 1938, Hitler fit raser Döllersheim, le village natal de son père. Etrange de vouloir détruire à ce point les preuves de son origine !

Il existe de plus une autre piste concernant la personnalité de Salomon Mayer Rothschild qui permet de comprendre sous un angle plus trivial ce qui a pu se passer. Hermann Von Goldschmidt, le fils de l’employé principal de Salomon Mayer Rothschild (1774 – 1855), avait écrit un livre, publié en 1917 dans lequel on peut lire :

« Dans les années 1840, il avait développé un enthousiasme téméraire pour les jeunes filles.. » et « Il avait une passion débauchée pour de très jeunes filles, les rumeurs de ses aventures scandaleuses étant étouffées par la police. »

Salomon Mayer, vivait seul dans la Maison à Vienne où la grand-mère d’Hitler (jeune à ce moment là) travaillait. N’oublions pas qu’Alois, le père d’Hitler, naquit en 1837.
Plus étonnant, un des fils de Salomon s’appelait à l’origine Jacob de Rothschild, mais il a changé son prénom pour James.

Mais, la deuxième source fondamentale concernant les origines d’Hitler provient de Walter Langer. Walter Charles Langer (1899-1981) n’était pas n’importe qui. Il a été professeur à l’Université d’Harvard mais surtout, il a été responsable d’un rapport intitulé « A Psychologial Profile of Adolph Hitler His Life and Legend » sur le profil psychologique d’Hitler pour l’« Office of Strategic Services » basé à Washington.

Plus étonnant encore, son frère aîné William était le responsable du département d’histoire à l’Université d’Harvard et surtout, à la tête de la section analyse et recherche de l’Office américain des Services Stratégiques (OSS). 

Son frère avait donc accès à tous les documents les plus secrets de l’époque. On peut donc supposer qu’il ait communiqué le dossier de Koehler à son frère qui devait établir pour l’OSS son profil psychologique.

C’est pourquoi « The Mind of Adolf Hitler , The Secret Wartime Report » (qui est en fait la publication du rapport secret commandité par l’OSS : « A Psychologial Profile of Adolph Hitler His Life and Legend ») écrit en 1972 par Walter Charles Langer, qui affirme qu’Hitler était le fils illégitime de Maria Anna Schicklgruber et de Salomon Mayer Rothschild n’est pas un livre comme les autres et que ses affirmations concernant les origines d’Hitler sont à prendre avec le plus grand sérieux.

Encore une fois, il semble qu’on nous cache la vérité, comme dans le mythe de la caverne. Une réalité simple et atroce, cachée afin de masquer l’une des plus grande supercherie de l’histoire. En effet, comment analyser la haine d’Hitler pour les juifs si on connaît ses origines sémites ? Se cacherait-il quelque chose de plus important ? Hitler a-t-il obéi à des puissances supérieures comme cela est écrit sur sa fiche des Renseignements Généraux ? 

Nous commençons à comprendre que l’histoire réelle du nazisme ne correspond pas à la réalité.

Le secret des origines d’Hitler est en effet l’arbre qui cache la forêt. On a beaucoup parlé de ses crimes, cependant, on a oublié de préciser ses liens avec les multinationales (IG Farben, Général Motors et IBM entre autres). Les camps de la mort étant avant tout des camps d’extermination d’esclaves exploités par celles-ci car n’oublions pas leur maxime « Arbeit macht frei », le travail rend libre, tout un programme ! 

Jacques Pauwels, historien et chercheur à l’université de Toronto a d’ailleurs fournit des preuves irréfutables sur cette réalité dans son livre « Le mythe de la bonne guerre ». Une vidéo de sa conférence est visible sur Dailymotion, un document exceptionnel que l’on peut voir sur mon blog :http://gillesbonafi.skyrock.com/2504758747-Jacques-Pauwel...

Les débats stupides sur l’existence des chambres à gaz n’ayant qu’un seul objectif, cacher la vérité sur le but réel des camps de la mort et leurs liens avec les multinationales car comme l’affirme Noam Chomsky « Structurellement, l’équivalent politique de l’entreprise est l’Etat totalitaire. »
Benito Mussolini avait lui-même donné sa définition du fascisme : « Le Fascisme devrait plutôt être appelé Corporatisme, puisqu’il s’agit en fait de l’intégration des pouvoirs de l’état et des pouvoirs du marché », ce que résume à merveille le sénateur Homer T. Bone qui déclarait le 4 juin 1943, au comité du sénat américain pour les affaires militaires : « Farben était Hitler et Hitler était Farben."

Source 

Révélation: Les tests ADN sur des parents du dirigeant nazi Adolf Hitler montrent qu’il était sans doute descendant de juifs et de nord-africains

Par ALLAN HALL

Il est probable qu’Adolf Hitler descendait à la fois de Juifs et d’Africains, selon des tests ADN.

Les échantillons prélevés sur des proches du dirigeant nazi montrent qu’il était biologiquement apparentés aux races de « sous-hommes » qu’il cherchait à exterminer.

Le journaliste Jean-Paul Mulders et l’historien Marc Vermeeren ont utilisé l’ADN pour retrouver 39 des membres de la famille du Führer au début de cette année.

Ils comprenaient un agriculteur autrichien qui s’est révélé n’être qu’un cousin portant le nom de Norbert H.

Un magazine d’informations belge a indiqué que des échantillons de salive prélevés sur ces personnes, suggèrent fortement qu’Hitler avaient des antécédents dont il ne se serait certainement pas soucié.

Un chromosome appelé Haplopgroup E1b1b (Y-ADN), trouvé dans leurs échantillons, est considéré comme rare en Allemagne ainsi qu’en Europe occidentale.

« Il est le plus souvent trouvé chez les Berbères du Maroc, en Algérie, Libye, et Tunisie, ainsi que chez les juifs ashkénazes et séfarades, » a déclaré M. Vermeeren.

« On peut à partir de cela postuler qu’Hitler était apparenté à des gens qu’il méprisait », ajoute M. Mulders dans le magazine, Knack.

L’Haplogroupe E1b1b1, qui est retrouvé sur les chromosomes Y d’environ 18 à 20% des ashkénazes, et 8,6% à 30% des séfarades, semble être l’un des lignages fondateurs majeurs de la population juive.

« C’est un résultat surprenant », dit Ronny Decorte, un spécialiste en génétique qui était d’accord sur le fait qu’Hitler avait probablement des racines en Afrique du Nord.

Racines: l’ADN d’Hitler s’est avéré contenir l’haplogroupe E1b1b, communément trouvé chez les Berbères du Maroc (à gauche) – et représente environ 18 à 20% des chromosomes Y des Juifs séfarades (à droite) qui sont originaires du Maroc, d’Espagne, et du Portugal

« Il est difficile de prévoir les effets que produira cette information, à la fois sur les opposants et les partisans d’Hitler », a t-il ajouté.

Le magazine affirme que pour obtenir ces résultats, l’ADN a été analysé dans des conditions de laboratoire rigoureuses.

Ce n’est pas la première fois que des historiens ont suggéré qu’Hitler avait une ascendance juive.

On pense que son père, Alois, aurait été la progéniture illégitime d’une bonne nommée Maria Schickelgruber et d’un jeune homme juif de 19 ans portant le nom de Frankenberger.

L’homme qui a inspiré l’Holocauste aurait donc été un quart juif.

L'ADN a également été prélevé sur l’Americain Alexande Stuart-Houston, 61 ans, petit-neveu d’Hitler. Il a été traqué pendant sept jours jusqu’à ce qu’il laisse tomber une serviette qu’il avait utilisé ce qui, dit Mulders, l’a conduit au cousin en Autriche – ainsi qu’au lien avec les ennemis jurés d’Hitler.

L’ADN trouvé sur une serviette appartenait à Alexander Stuart-Houston (aujourd’hui âgé de 61 ans), un petit-neveu d’Hitler.

07/09/2022

les vraie valeurs

1.jpg

25/08/2022

une chose qu'on ne sait pas ! - les études viennent de le montrer - les centristes sont les pires - explication

Les centristes sont ceux qui sont sont les plus hostiles à la démocratie

tocqueville_02_2

Si !
S’ouvre aujourd’hui vendredi 8 juin, au château de Tocqueville (Tocqueville, le raciste et élitiste aristocrate qui en 1848 disait « je n’ai pas peur du suffrage universel : les gens voteront pour qui on leur dira de voter » ), un grand colloque international sur « la démocratie en Occident au XXIème siècle » — ce qu’Alexandre Devecchio, qui en rend excellemment compte dans le Figaro du 8 juin, appelle « la grande fracture démocratique ».

Une appréhension hâtive d’un tel sujet amènerait peut-être le lecteur à penser qu’en ces temps de Front national, de Ligue du Nord, d’UKIP (Angleterre), AfD (Allemagne), ÖVP (Autriche) et autres Fidesz – Magyar Polgári Szövetség (Hongrie) ou Prawo i Sprawiedliwość (Pologne), la menace est déjà installée à l’extrême-droite. (non ce n’est pas à l’extrême-droite souvent fantasmée d'ailleurs, que se trouve la menace, mais chez des gens comme Macron, Sarko, Hollande, et les européistes bien sûr ! - (ma note) -  chez tout l’Establishment libéral-fasciste des « diplômés » qui méprisent tant le peuple, les Jean Monnet - lisez le livre de De Villiers à son sujet "j'ai tiré sur le fil du mensonge")

Enter David Adler, political researcher, comme dit le New York Times. Dans un article fascinant paru le 31 mai dernier, il fait état de sa recherche sur le rapport à la notion de démocratie — et à sa pratique — dans les pays occidentaux, tous supposés démocrates. De sa recherche et de sa stupéfaction : dans tous les pays « démocratiques », les centristes, globalement au pouvoir, sont majoritairement hostiles à la démocratie.
Certes, les partis d’extrême-droite aiment les hommes forts. (mais ils se réclament très souvent de la démocratie, et en général sincèrement, rares, seuls les plus extrémistes, son ceux qui s’opposent à la démocratie) ,Mais les centristes les talonnent : ils ont horreur de la qu’on appelle vox populi. Voyez plutôt :

: Capture d’écran 2018-06-08 à 10.59.42

 

Capture d’écran 2018-06-08 à 11.00.12

Horreur surtout de ce qui peut résulter d’un vote démocratique (eh oui ! Ce sont des bourgeois, purs et durs, et ils ont la plus profonde méconnaissance des conditions de vie des travailleurs et le plus profond mépris pour le peuple les « pas diplômés du supérieur » et « les gens du sexe masculin qui mangent avec leurs doigts »!). Rappelez-vous la façon dont les démocrates centristes de chez nous, ceux qui sont aux manettes à Bruxelles, ont contourné le vote sur Maastricht. Souvenez-vous des cris d’orfraie des démocrates anglais de la City à la suite du Brexit, suggérant que Londres (ah, une mégapole mondialisée, quel pied…) fasse sécession. Et remarquez depuis quelques jours les hurlements de nos démocrates à nous, face à l’issue des dernières élections italiennes : le président Sergio Mattarella cherchant à confisquer l’élection, qui lui semblait peu compatible avec les sempiternels critères européens, et les journalistes de chez nous appelant quasiment le châtiment divin sur la tête des inconscients qui ont voté là-bas pour la Ligue du Nord ou pour Cinque Stelle. Etienne Gernelle, dans le Point, a trouvé de jolies invectives contre ces « histrions » qui ont « stupidement tonné » mais qui ont mangé le pain blanc de leur bêtise. Et Matteo Salvini, le patron de la Ligue, doit désormais se faire à l’idée que c’en est fini de « la période bénie où il pouvait dire ce qu’il souhaitait sans que cela porte à conséquence ». On n’est pas plus aimable avec des gens qui ont quand même ramassé une large majorité des voix. Ces Italiens sont sans doute moins intelligents qu’un éditorialiste français.

L’inversion des codes ne date pas d’hier. « L’ignorance, c’est la force », disaient jadis en chœur George Orwell et Philippe Meirieu — avec des intentions différentes, sarcasme là, programme ici. Mais cela fait une grosse dizaine d’années que les « démocrates » auto-proclamés se conduisent comme des autocrates. (non, plus longtemps que ça, cette mentalité est déjà en plein chez Jean Monnet, et en France elle plastronne depuis 1983, Michel Onfray l’a d’ailleurs récemment dénoncé) Des tyrans, parfois. Des Européens à la botte de l’Allemagne, qui n’en finit pas de caresser dans le sens du poil les descendants des oustachis, lancent une guerre insensée en ex-Yougoslavie — dont est sortie une Bosnie porte-avion de l’islamisme et des trafics d’organes. Un Premier ministre anglais, « french poodle » du président américain, lance son pays dans la guerre sans demander l’avis de quiconque. Un président français s’assoit sur un référendum, nous ramène à l’Otan sans en référer à qui que ce soit et lance en Libye une opération unilatérale et incertaine — restons poli (en fait criminelle et abjecte ! Demandez à Khaled Hamedi). Un autre, après lui, joue avec les unités d’élite en Afrique, et menace la Syrie de représailles au nom d’un « ordre mondial » démocratique. Et je passe outre la politique européenne vis-à-vis de la Russie, tout cela à propos de l’Ukraine, autre vieil allié du IIIème Reich — et d’ailleurs les partis néo-nazis y fleurissent. Ces démocraties-là décidément sentent bon…
Parce que ces opérations unilatérales, décidées dans le silence feutré des cabinets, sont lancées au nom de la démocratie – sans demander jamais son avis au Démos, le peuple qui a bon dos, de larges épaules et le portefeuille vide.

Nous allons vers des temps troublés. Nos prétendus démocrates se sont saisis de la démocratie pour contourner la République. Non seulement Tocqueville, qui faisait l’éloge de la démocratie en Amérique tout en soulignant ses limites, avait raison, mais Montesquieu, qu’il avait lu de près, avait raison lui aussi : la démocratie (une certaine espèce de démocratie) est une perversion, et elle se confond désormais avec cette autre perversion qu’est l’oligarchie (ça c’est à cause du système de l’élection ! Etienne Chouard l’explique très bien!), la séparation nette du peuple d’en bas d’avec les élites supposées d’en haut. Et ces deux perversions en produisent une troisième que Montesquieu appelait tyrannie. C’est une combinatoire. J’exagère ? Ah oui ?

J’ai mis du temps à comprendre que les politiques scolaires ne visaient au fond qu’à accentuer cette séparation, et que l’argent déversé sur le bas avait pour but essentiel de préserver les privilèges d’en haut. J’ai mis du temps à admettre qu’on ne changerait pas le système scolaire sans changer de régime, en revenant à une république vraie et en balayant nos démocrates de façadeceux qui tentent chaque jour de faire croire que populisme est un gros mot, sans doute parce qu’ils croient que le peuple est une menace. C’est même la seule chose dont ils ont peur. (c’est un aveu! Eh eh !)

Au fond, ce ne sont pas les partis « fascistes » qui présentent un vrai danger. Ce sont ceux qui se parent ostensiblement des oripeaux de la démocratie — pour mieux la contourner. Le danger, c’est l’extrême-centre. Depuis 50 ans, en Occident, aucun coup d’Etat n’est venu des extrêmes. Ils sont tous partis du centre — sur le modèle de Louis-Napoléon  Bonaparte : on se fait élire par des bourgeois, puis on prend le pouvoir en suspendant toutes les libertés. Le prochain, que je crois poche, fonctionnera sur le même modèle — ou il se contentera de changer la loi électorale et le mode d’élection des députés (et leur nombre) pour continuer à régner. Que d’aucuns ne le voient pas trouble ma foi en la nature humaine…

Alors, fratelli d’Italia, ne vous laissez pas impressionner. Appliquez votre programme. Allez jusqu’au bout : dénoncez la dette absurde dont on vous fait payer (comme à nous) les intérêts sans espoir de la régler un jour. Pour la résorber, il faudrait que les Etats puissent créer de l’argent – et ils ne le peuvent pas, ficelés qu’ils sont par le système bancaire. Faites crouler ce vieux monde : seuls ceux qui ont beaucoup ont quelque chose à y perdre — et l’INSEE vient d’avouer que notre « démocratie » ne profite qu’aux plus riches !

DETTE :  « Les Etats se surendettent de plus en plus pour pallier aux effets de la mondialisation (désindustrialisation, chômage, etc), donc peu à peu les Etats s’appauvrissent, les grands groupes s’enrichissent et tiennent les Etats en dépendance par la dette ». Ce rapport de force très favorable aux nouveaux maîtres du monde, ceux qui ont l’argent, décuple leur ambition de s’emparer du pouvoir politique. Cela se fait de manière insidieuse parce que les peuples ne sont pas d’accord.

Non, l’Histoire n’est pas finie, Elle commence — ou elle continue. Avanti popolo !

Jean-Paul Brighelli

et écoutez cette vidéo :https://ru-clip.net/video/zkfGY7Y96NE/changement-de-cap.h...   à partir de la 8ème minute écoutez bien la  déclaration de l'OMS, qui ne semle pas avoir été écoutée par la clique à Macron (et d'autres) ce qui montre bien, que derrière tout ça il y a ien un projet FASCISTE, ça confirme le prégnance depuis 45 (en fait depuis 1845 ! si on replonge son nez dans les documents historiques on comprend) d'une tendance lourde au fascisme, un virus idéologique, issu d'une véritable psychose perverse chez, ben chez les "centristes ! on y revient...  On veut transformer  toute la société en en vaste CAMP DE CONCENTRATION et les français en un troupeau de zombis nazis biens soumis.

Pour ce qui est de redonner confiance aux Français envers la France, Florian Philippot, l’admirateur de Hugo Chavez, y arrive très bien. Souverainistes, donc démocrates (c'est logique, réfléchissez ! ), donc prolétaires, de tous bords unissons nous. Le système est totalement gangrené par la main-mise des lobbies, la seule chose qui importe c'est un retour à nos libertés fondamentales tant au niveau individuel que collectif, et surtout faire en sorte que la France et son Peuple, aussi disparate soit il, retrouve sa souveraineté. Son indépendance politique, économique et monétaire ! Cela ne sera possible qu'en sortant de l'union européenne et en adoptant le RIC comme toile de voûte de notre fonctionnement politique. Nous sommes à la croisée de deux paradigmes, ou nous nous soumettons à une oligarchie capitaliste et technocratique qui pillera la planète et fera de nous des esclaves, ou des "bons sujets", ou nous résistons pour préserver notre patrimoine, nos valeurs de liberté et de fraternité, notre souveraineté et donc notre dignité en tant que Peuple de France. Actuellement sur la scène politique Florian Philippot est l'un des rares à avoir compris le schmilblick de l'UE, et il ose mener le combat de front. Alors soutenons-le de toute notre masse musculaire et mentale, et avec Bravoure !
( * Florian Philippot https://ru-clip.net/video/cpw-QxnCITw/esclavage-pour-dett...    
va toujours à la source des problèmes, plus loin qu'Asselineau et, l'air de rien plus, à gauche, toutes ses vidéos et interventions dans les médias qui l'invitent sont honnêtes et très instructives, il envoie du lourd, il parle de tout ce dont les autres, y compris Asselineau, ne veulent pas parler ou qu'ils minimisent. C'est le seul en politique qui peut sauver la France,il prône le rassemblement, sans invective envers les autres. Il faut le soutenir à fond et le faire mieux connaître et bien sûr adhérer aux Patriotes)

23/08/2022

stoppons l'épidémie

de vidéosurveillance !

et autres saloperies encore pire

Levallois contaminé

STOPPONS L'EPIDEMIE


La vidéosurveillance étend ses tentacules sur des domaines de plus en plus variés : entreprises,  commerces, rues et places publiques, transports en commun, maisons de quartiers, parties communes des immeubles. jusque dans les salles d'attente des médecins !! jusque dans les églises !!!!! (Jésus se retournerait dans sa tombe)
Son implantation géographique ne cesse de croître ,ses capacités techniques de contrôle sont sans cesse accrues : programmes de reconnaissance des comportements "déviants", logiciels d'identification, miniaturisation à la limite de l'inexistence des caméras.
La liberté individuelle et la vie privée deviennent un sous-produit de la raison d'Etat et des pratiques sécuritaires, Il devient naturel de contrôler tout autant que d'être contrôler.
Les dérives liberticides et totalitaires des " big brothers " consacrent le règne du contrôle social.

Dans une société de plus en plus fortement marquée par le sceau des ses inégalités, nous sommes de plus en plus convaincus que justice sociale et liberté individuelle vont de pair.
"on a rien à se reprocher, on doit tout montrer" nous dénonçons ce modèle culturel qui nous apprend la soumission.

Des collectifs issus du mouvement social présents dans une vingtaine de villes ont décidé de réagir et de se constituer en coordination nationale à l'occasion de cette deuxième semaine nationale . Ils entendent : - interpeller l'opinion sur ce débat confisqué, - empêcher l'installation de nouveaux réseaux et obtenir l'éradication des anciens.

æ" Tranquilisez-vous, vous êtes cernés "æ

ACTIONS-COORDINATION

20/08/2022

où on voit à quel point la société s'est dégradée

C'est là qu'on voit à quel point la France des années 50 était infiniment plus sociable, détendue, etc, que la France actuelle : on était dans une ville flamande, catho, les flamands c'est pas ce qu'on fait de plus sociable ! Et ma mère farouchement anti-cléricale a sans doute dès le début jeté un froid parmi les dévotes de la paroisse. Mon père n'a pas arrêté de lui reprocher d'avoir refusé de s'intégrer, d'avoir repoussé tout le monde. Et bien malgré tout ça on connaissait et fréquentait plein de monde ! On allait regarder la télévision chez des gens, plein de gens venaient chez nous (et bien entendu sans prendre rendez-vous ni prévenir à l'avance, on n'était pas comme les merdeux actuels !!), et maman, n'hésitait pas à leur montrer la maison de la cave au grenier ! Et on parlait avec plein de gens. Des heures durant. Et on discutait avec les commerçants en long en large et en travers. Et ils ou elles nous racontaient tous leurs problèmes, et les détails de leur opération, et les problèmes de l'allemande mariée à un français, et la peur de celle qui interdisait à sa petit fille de sauter de joie, de peur qu'elle n'attrape une descente de matrice ! Et la vieille qui se rend compte que c'est justement quand on approche de la mort qu'on aime le plus la vie (c'étaient les années 50, l'époque que je définirais comme celle de la science et du désespoir). Etc, etc, et un de ces dévots flamands de la paroisse nous avait transporté dans sa voiture jusque dans le Cambraisis.

Tout ça serait totalement impensable dans la France de maintenant ….