Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/05/2019

histoire des comportements humains

une expérience qui permet de comprendre le fonctionnement des sociétés humaines, la formation et la pérennité des civilisations, des morales, des normes sociales, des religions, des théories scientifiques, et bien d'autres choses encore !

Le Théorème du singe

Mettez vingt chimpanzés dans une chambre.
Accrochez une banane au plafond et mettez une échelle permettant d’accéder a la banane.
Assurez vous qu’il n’y a pas d’autre moyen d’attraper la banane que d’utiliser l’échelle.
Mettez en place un système qui fait tomber de l’eau très glacée dans toute la chambre des qu’on commence a escalader l’échelle.
Les chimpanzés apprennent vite qu’il ne faut pas escalader l’échelle.

Arrêtez le système d’eau glacée, de sorte que l’escalade n’a plus son effet gel.
Maintenant remplacez l’un des vingt chimpanzés par un nouveau. Ce dernier va chercher a escalader et sans comprendre pourquoi, se fera tabasser par les autres.
Remplacez encore un des vieux chimpanzés par un nouveau. Ce dernier se fera encore tabasser, et celui qui a été introduit juste avant lui ne sera pas le dernier à le frapper.

Continuez le processus jusqu’a ce qu’il n’y ait plus que des nouveaux.
Alors aucun ne cherchera a escalader l’échelle et si jamais il y en a un qui pour une raison quelconque ose y penser, il se fait massacrer illico presto par les autres.
Le pire, c’est qu’ aucun des chimpanzés n’a la moindre idée sur le pourquoi de la chose.

17/05/2019

c'est indéfendable dès qu'on prend 2 minutes pour analyser ça

****

**

Et maintenant, le résumé de la situation :

https://blogs.mediapart.fr/jean-pierre-chalier/blog/201215/vers-un-totalitarisme-capitaliste
Vers un totalitarisme capitaliste 20 déc. 2015 Par Jean-Pierre Chalier
Ceux qui croient encore que nous sommes dans un état de droit démocratique commettant certes quelques erreurs en prolongeant un état d’urgence « pour notre sécurité », en arrêtant des militants écologistes au lieu de terroristes,se réveilleront lorsqu’il sera trop tard. Ce ne sont pas des erreurs mais la phase presque finale de l’emprise des grands capitalistes sur les nations et les peuples.
Qui sont ces grands capitalistes ? Ce ne sont pas ceux qui possèdent leur outil de travail, les petits paysans ou les petits entrepreneurs mais ceux qui possèdent de très grandes superficies ou de très grandes entreprises. Le système économique capitaliste leur permet de s’approprier environ le tiers de la valeur produite par les travailleurs, ce qui dans le cas de très grosses entreprises représente des sommes considérables qui leur permettent de corrompre les politiques. (Non, le mot n’est pas trop fort : comment appeler autrement le fait qu’en échange des services rendus quand ils étaient au pouvoir, ces politiques retrouvent un emploi bien rémunéré dans ces entreprises, quand ils n’en viennent pas. Et qui a payé leur campagne ?). Cet argent leur permet d’acheter aussi les medias : pratiquement tous les médias français appartiennent à 5 ou 6 grands industriels et diffusent exclusivement leur idéologie en dénigrant ou censurant les alternatives. (Pourquoi parle-t-on toujours du coût du travail, ce qui est le point de vue du patronat minoritaire, au lieu de parler du coût du capital, point de vue des travailleurs majoritaires ?).Ces quelques très riches, représentant à peine 1% de la population constituent une classe sociale qui dirige le pays dans son intérêt propre et non dans celui de la population, au-dessus des lois qu’ils imposent aux autres. N’oublions pas dans cette classe les grands banquiers, ceux que l’on a autorisé à jouer le rôle de banque centrale, ne créant la monnaie qu’au prix d’un endettement de l’état.
Le fait qu’une petite minorité de grands capitalistes dirige de fait et dans l’ombre le pays, les institutions d’apparence démocratique n’étant qu’un décor pour que la population ne se révolte pas, ne devient évident chez nous que depuis relativement peu de temps : il y a eu des époques où le pouvoir politique arrivait à mieux contenir le capitalisme. Par contre, c’est ce que les USA connaissent depuis leur fondation : les banquiers alliés aux grands propriétaires ont toujours fait et défait les présidents et conduit le pays au moyen d’un capitalisme sauvage très dur envers ceux du bas de l’échelle sociale, n’hésitant pas à sacrifier la population dans des conditions de travail dangereuses et dans des guerres de conquêtes pour le profit. Les USA ne sont pas une démocratie (les médias canalisent les votes sur 2 grands partis qui s’opposent sur des détails mais ne remettent pas en cause le système  économique qui laisse le pouvoir aux grands capitalistes) et ne sont pas les amis des démocraties : ils sont capables de renverser (en se cachant, par CIA interposée) des régimes démocratiques qui vont contre leurs intérêts financiers : tout le monde a en mémoire Salvador Allende au Chili mais il y en a eu beaucoup d’autres.
Leur appétit de pouvoir est immense et mortifère : combien de milliers de civils morts en Irak dans une guerre uniquement pour le profit ? Les attentats du 11 septembre (dont de sérieux doutes pèsent sur les auteurs de l’organisation) leur ont permis d’avancer vers plus de totalitarisme en faisant voter des lois liberticides qui, sous prétexte de s’attaquer au terrorisme, permettent d’emprisonner sans jugement tout opposant au système.
Vous reconnaissez ce qui nous arrive ? Ce n’est pas un hasard : les USA ont été très présents dans la construction européenne et ils l’ont fait se construire sur le même modèle qu’eux : obligation pour les états de s’endetter auprès de banques privées, parlement sans grand pouvoir réel, les décisions étant prises par une « commission » non élue, verrouillage des grands partis politiques sur le même programme économique favorisant uniquement les grandes entreprises, utilisation de l’état pour détricoter les lois sociales et augmenter la partie répressive.
Il n’y a pas succession d’erreurs, tout cela converge vers un but : l’établissement d’une dictature mondiale des grands capitalistes sur toutes les nations et les peuples de la planète.
Il est encore possible de résister et la France, si elle sortait de l’UE, en aurait encore les moyens, mais plus pour longtemps. Pour cela, il ne faut surtout pas voter pour 1 des 3 partis promus par les médias : le FN sert actuellement de repoussoir pour faire voter PS ou LR mais cela est un mauvais calcul pour eux car il incite tous les déçus du PS à cause de la misère sociale à voter FN. Et le FN, s’il était élu, ne gênerait pas les grands capitalistes car il a multiplié les signaux auprès des banques pour dire que, contrairement à ce qu’il prétend, il ne sortirait pas du système néo-libéral (de même que François Hollande, après son discours du Bourget où il disait qu’il allait s’attaquer à la finance était parti immédiatement rassurer les banquiers Anglais en leur disant le contraire). Les promesses n’engagent que ceux qui y croient et c’est pourquoi les médias (propriétés de 9 millliardaires) canalisent l’opinion uniquement sur ces 3 partis. Pourtant d’autres solutions que cette dictature du capitalisme existent, il est encore possible pour un état qui le déciderait de reprendre le contrôle de la monnaie et d’endiguer les désirs d’hégémonie capitaliste mais les partis qui le prônent sincèrement sont exclus des grands médias et il leur sera encore plus difficile de se faire entendre car, profitant de la trêve de Noël, le gouvernement fait passer une loi rendant plus difficile à ces autres partis de se présenter et diminuant leur temps de parole pendant la campagne présidentielle.

**

Agoravox, site orwellien, je suis totalitarismophobe, et je t'emmerde

15/05/2019

rue Noël Trannin

Mercredi 15 mai 2013 me revoici dans cette maison (4, rue noël Trannin) qui fut la mienne, et où j'ai eu tant de souvenirs, que comme tous les autres souvenirs, je n'ai même plus le temps, la force, la capacité, quoi ? De me remémorer. Il s'en est passé des choses dans cette maison ! … C'était là que ce soir où Isabelle était restée avec moi l'après-midi, en faisant croire à ses parents qu'elle travaillait, attendait maintenant, vers les cinq heures, avec une impatience et une inquiétude non dissimulée que sa copine arrive pour la prendre. C'était devant cette porte où on a pris une photo avec Claude et Isa, une photo de papa, de laquelle je voyais arriver Denise dans sa vaste jupe-culotte, avec sa bouille ronde et un grand sourire, où aussi on était assis avec Claude durant le déménagement de 1989 qui disait « je la regretterai cette petite maison », et que j'ai répondu « moi aussi », surtout que je sentais déjà de l'étouffement avec Denise, n'est-ce pas. Et c'est dans cette pièce un soir que Denise a fait avouer à Claude qu'il avait le SIDA, et c'est là où un des premiers soirs ensemble que je lui avait montré le programme Eliza d'ordinateur simulant un psychanalyste, et qu'il avait fini par couper court, quand il s'est mis à parler d'une souffrance à propos de je ne savais pas encore pourquoi (les conséquences de son sida en fait), ou quand j'ai joué le prélude n° 15 de Chopin et qu'il a dit « tu joues avec passion » ou qq comme ça. Ou tous les soirs quand en rentrant chez moi, je m'installais devant le petit poste de télé, posé sur le buffet (il est toujours là le buffet à 1m de moi, et il était là au-milieu de notre salle à manger dans mon enfance, lorsque j'avais peur de la mort, et lorsque je regardait le caniche thermomètre, et bien d'autres choses) et regardais regardais sans rien faire d'autre, devenu accro à la télé. Ou quand on jouait aux piquet avec papa, et qu'il passait un temps fou à se demander à l'écart : « qu'est-ce que je lâche » (c'était bien lui ça !). Et c'est dans cette maison que j'ai reçu les dizaines de belles lettres que j'avais eu en réponse à mon annonce « matrimoniale » sur Libération (en 85 Libé n'était déjà plus un journal de gauche, mais n'avait pas encore tout perdu de ses origines), et que depuis ma chambre au second j'ai téléphoné à France ROBERT, dont le nom suscitait tant de jeux de mots, et que je suis allé voir dans la banlieue parisienne, et téléphoné à Marie-José bien sûr. C'était là au rez-de-chaussée qu'il y avait la desserte, et sur la desserte, trop tard, pas avant l'automne 84, qu'est arrivé mon premier téléphone, il avait encore la forme classique d'un téléphone, mais il n'avait plus de roue, seulement des touches, et il n'était pas gris mais beige clair. Et je ne m'en suis jamais servi pour téléphoner à papa, il était trop tard déjà, et c'est là que le soir du 4/12/84 j'entendais le curé m'appeler et me dire qu'il allait s'occuper de faire faire un cercueil tout simple pour papa.

C'est dans cette pièce où j'avais mis enfin ce fameux tapis persan (bakhtiari) que papa avait « récupéré » pour lui au « bouloir » (choses données par les paroissiens pour les « œuvres » de la paroisse) et dont il m'avait si souvent parlé quand on se promenait dans les rues de Dunkerque, et j'essayais de lui faire donner des détails, à quoi il ressemblait, ce qu'il était bien entendu pas capable de faire), et contre la fenêtre le canapé rouge brique, où se sont déroulées des scènes torrides ce soir de mai 88 quand j'ai ramené Denise avec moi. Et c'est quelque temps après dans la cuisine qu'elle m'a passé sa chaîne autour du cou, que j'ai si longtemps regardée comme une alliance matrimoniale, que je lui en ai acheté une au Puy en Velay (et je crois une autre pour moi quand la première a cassé). Et sur ce canapé je suis resté des journées entières (et la nuit ? Je pense que je ne pouvais pas monter et que j'ai du la passer dessus aussi) quand j'ai eu un si terrible tour de rein, que je ne pouvais pas bouger, j'avais téléphoné à Mme Delmotte (c'était en 87, je venait de quitter l'ONIC) et elle est venue m'apporter mes médicaments; ça doit être la même fois (ou une autre ?) que quand je l'ai attrapé après avoir rencontré Annie Lamblin à Arras, gâchis raté, et elle a du passer une nuit terrible dans un hôtel de la Grand' Place, et rentré chez moi je restais debout dans le salon sans bouger d'avancer un pied ça me faisait trop mal. C'est dans cette maison qu'est venu plusieurs fois Gérard (qui est mort maintenant le 8/6/2011 l'année de ma retraite, et m'a laissé un nombre incroyable de millions, il y en aura finalement pour plus de 300.000 « euros », soit 200 millions de francs anciens ! - et ça représente la moitié de ce qu'il avait amassé vu les taxes de 55% en droits de succession), dont une fois, il était encore presque jeune, à vélo, il se faisait tout fier de dire qu'il avait l'intention de participer un jour au Paris-Roubaix pour amateurs (il ne l'a pas fait). Et quand il m'a aidé à fixer l'armoire à outil au mur; Devochelle aussi était venu une fois pour m'aider, et m'avais prêté cette infecte ponceuse de parquets, qui a fait que des années encore après on ramassait encore des fils de cuivre dans les fentes de parquet.

Je m'y suis aussi soulé, au moins deux fois, le soir après la mort de mon père, où j'étais resté placide toute la journée, car ça faisait longtemps que je savais que ça allait arriver, même que je n'étais pas étonné quand le coup de téléphone me l'a annoncé. Et après le lettre finale de Marie-José (pas Connan ! Celle d'Annay-sous-Lens, dons je me demande si elles n'était pas leucémique, qui était petite et « sexy »), pourtant là aussi je me doutais que ça finirait comme ça, et que ça ne pouvait pas durer, et que j'acceptais la chose.
Et le soir où je suis resté figé devant le papier à lettre d'Annie Lamblin en (? 87 ?) qui représentait un couple enlacé devant un lac, pendant des heures, de voir que ça pouvait enfin arriver que quelqu'un m'envoie une lettre comme ça, j'étais tétanisé.
Bien sûr le mur de gauche du séjour était recouvert par un grand poster de coucher de soleil sur un lac de forêt, tout en teintes rouges, qui évoquait le fameux trio de Schubert qui était sur la musique de film de Barry Lyndon, et qui me fascinait tant.

Il y avait une reproduction de tableau de Rembrandt au fond au-dessus de buffet. Et j'ai encore la photo avec figaro le chat de Denise sur la table. (Il y avait aussi une belle lampe à l'ancienne avec un globe, que papa avait cassé, et que je l'avais alors engueulé, en disant que c'était la seule chose belle dans cette maison et il venait de la casser.

C'était là que papa était en colère et a presque pleuré parce que je refusais de ranger les livres dans les rayonnages de Bailleul, selon le plan original qu'il avait soigneusement noté …. Et c'est là aussi que quand il y a eu le second déménagement quand les gens de Bailleul ont amené chez moi tout ce qu'il avait gardé pour lui dans sa maison, maison que le curé voulait récupérer maintenant qu'il était à l'hospice, et qu'on savait bien, tous, qu'il ne sortirait plus de l'hopital vivant. Et que je passais des jours parmi les cartons entassés dans la pièce à essayer de ranger, et à découvrir des choses, et que je me faisais cette réflexion qui se trouve sur mon journal intime à cette date, comme ça passe vite une génération, et qu'il reste peu de chose de toute une vie, comment ne pas en avoir constamment le coeur tout morfondu ?

Et quand son piano s'est mit à prendre place devant ce poster sur le mur de gauche, parce que …
Et que je me suis mis à essayer d'en jouer.

14/05/2019

Chouard - la lutte des classes


Merci partagez en masse . Les jeudi Chouard doivent être vus 1 millions de fois. Ces émissions resteront dans l'histoire

11/05/2019

Totalitarisme actuel, et mentalités de certains pays ...

Dans l’Europe actuelle il y a des villes où il est interdit :
1 de blasphémer sur la voie publique (amende de 50 à 100 euros)
2 de construire des châteaux de sable sur la plage
(amende de 100 à 500 euros, confiscation de l’argent récolté)
3 de faire des massages sur la plage (amende de 100 à 200 euros)
4 de mendier sur la voie publique (confiscation de l’argent récolté)
5 de se promener sur la voie publique le torse nu (amende 100 à 200 euros)
6 de se promener sur la voie publique avec des chaussures de bois qui font trop de bruit (amende 50 à 100 euros)
7 de tondre sa pelouse en dehors de vendredi-samedi-dimanche (amende 50-100 euros)
9 de se rassembler ou de se déplacer à plus de 3 personnes après 11 du soir (amende selon les circonstances)
10 de s’arrêter la nuit dans un parc « public » (le jour on la le droit mais seulement à 2 personnes)
11 de donner à manger aux pigeons, quelle que soit l’heure (amende 25 à 150 euros selon la quantité)
12 de jouer de la guitare ou de tout autre instrument de musique sur la voie publique ou sur une place (amende 50 à 200 euros, confiscation de l’instrument de musique)
13 de dessiner avec des craies sur le trottoir (confiscation de l’argent récolté et effacement du dessin)
14 de faire l’amour dans une automobile (amende 500 euros)
15 de tirer des feux d’artifices sauf le samedi entre 10h30 et 23h du soir (amende 150 à 500 euros)
16 de porter de grands sacs ou de petits sacs en plastique avec des objets susceptibles d’être vendus (amende 150 euros)
17 de, sur la voie publique, avoir à la main une bouteille ou une cannette (amende 50-100 euros)
18 pour les moins de 15 ans de porter des tatouages ou des pendentifs sans autorisation parentale (appel des parents)
19 à tout âge de porter des pendentifs aux parties intimes du corps (confiscation, arrestation de celui qui les a posés)
20 de fouiller dans les bennes à ordures (confiscation des objets trouvés, amende de 150 à 250 euros)
21 de pique-niquer sur une voie publique ou une place publique (confiscation de la nourriture et amende de 100 à 200 euros)
22 de protester contre l’application des lois ci-dessous (arrestation sous l’inculpation de « rébellion envers un fonctionnaire public »)

(la dame qui a vu ça ne dit pas dans quel pays, mais, bon, ça a été vu l'année du congrès universel d'espéranto à Rotterdam... )

de toutes façons les Pays-Bas est un despays les plus totalitaires d'Europe : https://www.lesechos.fr/monde/europe/ca-se-passe-en-europ...  ( je rappelle que la disparition de l'argent liquide est la plus grande menace contre les libertés et nos vies physiques mêmes)

10/05/2019

un jour Dieudonné sera dans les livres d'histoire

 et c'est sérieux ! tout à fait

https://hdclips.top/hd-videos/6NqrqRhUfOg/dieudonn%C3%A9-...

souvenez-vous, les gendarmes qui dans les années 20 (1820 !) ont mis Béranger en prison bombaient eux aussi le torse, la mine patibulaire pour se persuader qu'ils étaient les plus forts et représentaient la vérité la légalité et le bien !! http://fdata.over-blog.com/pics/smiles/icon_lol.gif          

(ceci dit le Zemmour, un gars totalement incohérent - qui porte un nom - d'origine pas du tout française - de VIKINGS, ces gens qui ont déferlés sur la France pour brûer les monastères et égorger les moines - les djihadistes à côté c'est des enfants de choeur  -  il a pas l'air de bien connaître l'histoire de France ! le moindre élève du primaire en sait plus que lui sur les ERIC, et autres prénoms d'origine française - Dieudonné par exemple -  ou pas - tous les autres quasiment)

amis de Béranger, pardon ! de Dieudonné préparez les bouteilles de chambertin pour les lui envoyer dans sa cellule.

un jour Dieudonné sera dans les livres d'histoire -  qu'est-ce qu'on parie ?! - comme Béranger (les Valls de l'époque - une sacré bande de cons eux aussi ! - qui l'avaient mis en prison n'ont fait que le rendre encore plus populaire, et les gens se sont cotisés pour payer ses amendes et lui envoyer des bouteilles de bon vin de Bourgogne dans sa cellule) ou comme Pierre Dac (à l'époque, 1942, les autorités françaises le considéraient comme un propagandiste des "terroristes" gaullistes n'oubliez pas)

(et il a plus de talent qu'eux !)

et Molière aussi , relisez vos manuels, a eu en son temps de gros ennuis avec la Compagnie du Saint-Sacrement, qui l'aurait bien interdit de jouer "nulle part en France" elle aussi ! Heureusement lui il avait un protecteur haut placé (Louis XIV himself) tandis que Dieudonné c'est le contraire ! et il n'a que son public, c'est donc comme Béranger. Et comme Béranger il finira dans les Petits Classiques, et quand il mourra on lui fera des obsèques nationales.


ce comique "taquin" qui "aime bien faire chier les cons" (comme tous les comiques ! ils sont là pour ça non ?) il va entrer dans l'histoire par la porte de la prison,
ce qui est le chemin qu'on suivi tous les hommes qui ont marqué l'histoire, et que maintenant on admire


 

https://www.youtube.com/watch?v=T99ZmNN_-po

https://www.youtube.com/watch?v=t1XNrYN5sHY

https://www.youtube.com/watch?v=8849bRhEZ5Y

https://www.youtube.com/watch?v=FzoZSn9IQFM

https://www.youtube.com/watch?v=EtTpdXKTJw0

etc, etc

et https://www.youtube.com/watch?v=aL_sqHjfTyo !

 

et pensez que les puissants au pouvoir du haut de leur château (d'où maintenant on les a envoyé VALLSer !), ces gens qui suent l'arrogance et la HAINE par toutes le pores  voulaient le détruire professionnellement et physiquement !!! on se serait cru en Union Soviétique quand ils voulaient faire mourir Pliouchtch ou Sakharov, heureusement une marée de petites gens, son immense public lui est resté fidèle et a même grandi, comme a grandie la renommée de Béranger face à ses persécuteurs, les français ont sauvé la  vie  à Dieudonné et à sa famille, qui les puissants du jour voulaient détruire, maintenant Valls ne pourra plus se présenter "nulle part en France !" bien fait pour lui !  VIVE NOLAN !

https://www.youtube.com/watch?v=Mc16a-PzmKw

 

ET MAINTENANT LA CONFERENCE DE PRESSE !

POUR COMPRENDRE TOUT LE SERIEUX DE L'ENJEU

https://www.youtube.com/watch?v=mf9GVR6CqFw

 

Continue à nous faire rire Dieudonné Tu as du  panache  !

 

comme il dit on a la sensation de vivre un moment historique, c'est mieux que la chute du mur de Berlin.

et ici :
https://hdclips.top/hd-videos/0d5Tys2Y7XA/dieudonn%C3%A9-...

avec allusion à "les "hônnetes gens" comme disait Henrui Guillemin, n'aiment pas être dérangés par les contestataires ! hein ?Henri guillemin

son rire nuit aux interêts du grand capital, (comme le rire de daumier nuisait aux interêts des banquiers luois-phillipars , crucifions le comme on a crucifié Je$ésus qui compromettait les gras profits faits sur les bêtes tuées dans le temple et la change de l'argent destiné à les acheter !

ca serait un beau témoignage de notre époque, si un jour Dieudonné publiait l'intégrale de ses notes, écrits, en particulier toute la série de ses vidéos concernants les gilets jaunes, d'une si grande pertinence, d'un si grand humanisme, sous son ton farceur, et toutes ses autres interventions face caméra depuis la toute première. Tout le monde achèterait cette anthologie (et peut-être que ses détracteurs sans l'avoir entendu !! ..... se rendraient compte alors de ce qu'il dit réellement et ce qu'il est réellement, et se rendraient compte aà quel point ils se sont mis le doigt dans l'oeil jusqu'au coude !!

ça servira de domuments dans les manuelk d'histoire de nos petits enfants, comme les caricatures de Daumier ou les chansons de Béranger y sont entré. Mieux : ça entrera parmis les classiques de la littérature française , on parie ?

09/05/2019

Zamane balance tout


06/05/2019

les CCP

13/2/2019 j’ai reçu ce matin mon relevé du 7/2, donc 6 jours après la date. Autrefois les CCP, service public géré par des fonctionnaires, envoyait un relevé à chaque opération, et avec de courts délais (comme tous les délais postaux d’ailleurs, qui arrivaient dans les 24 heures) et le tout GRATIS. Alors que les avides et cyniques, de plus en plus cyniques, de plus en plus avides, de plus en plus menteurs, pratiquant de manière de plus en plus agressive la lutte de classe anti-peuple, et l’exploitation de leurs clients (autrefois on disait « le client est roi »maintenant les clients sont réduits à l’état d’esclaves, et sont traités comme on traite les pères divorcés!) banquiers privés qui ont volé les CCP sur l’injonction de la Commission « européenne » font payer ! Pour un service dégradé. Et ce relevé, occupé pour moitié par de la PUB, déborde sur deux feuillets et oblige les pauvres détenteurs de compte à passer leur temps à les découper et recoller pour en faire un relevé présentable et rangeable !
Autrefois ils savaient le faire fiable commode et gratis, maintenant à plus forte raison, informatisés, et avec des techniques d’impression de moins en moins chères, il pourraient encore plus facilement ! Alors pourquoi? Ben, le rapport de forces de la lutte des classes a changé, l’URSS est tombée, et depuis 30 ans les capitalistes sont devenus de plus en plus cyniques, de plus en plus avides, de plus en plus arrogants, et ont de plus en plus captés tous les pouvoirs, et ont transformé l’ex-République française en une baraque de camp de concentration à leur service, via la fameuse « Union européenne », ce « puissant levier » , comme disait le Président du medef il y a 20 ans.

30/04/2019

La télé Sénégalaise débats de haute tenue (bien meilleurs que sur TF1)

et on commence par un sujet très grave et actuel du phénomène de VOL de la planète Terre, de ses ressources,ses gens, ses Etats, tout ! par le grand capital spéculatif, et si la France grâce à la révolution française a échappé au sort de la Grande-Bretagne où les terres ne sont plus la propriété de personnes physiques, et surtout pas des agriculteurs qui la cultivent, une nouvelle vague de ce que les marxistes appellent "accumulation primitive", traduisez VOL mafieux, se déroule sur le dos des pauvres paysans du Tiers-Monde. Oui ! les gros consortiums financiers sont en train de mettre le grappin sur les terres dont ont besoin les peuples pauvres pour vivre, et d'y créer de nouveaux domaines féodaux, des "haciendas" !!

Kémi Séba sur la télé sénégalaise :

 

Connaître la monde et changeant de côté est très enrichissant

Ce Kemi seba, en France était pourchassé par la police et présenté par les médias comme un affreux !

Au Sénégal il préside une émission sur la télé nationale; il est devenu chroniqueur politique TV dans le talk-show le plus populaire d’Afrique francophone; je vous laisse juger (et regardez les autres vidéos de ses émissions, elles sont encore plus interessantes, seulement plus longues, je conseille par exemple :

        

    

ou :

 

KEMI SEBA lutteur indomptable ci-dessous 29 mars 2019 conférence de presse :

https://hdclips.top/hd-videos/-uhKQp_Ew8U/kemi-seba-conf%...

25/04/2019

La Course au Mouton Sauvage

Il y a un livre que j’aime beaucoup. C’est « La course au mouton sauvage » de Haruki Murakami. Haruki Murakami, japonais féru de tragédie grecque et de jazz est vraiment un auteur très important, à mettre parmi les grands classiques mondiaux, et qui résonne beaucoup en moi.


Voici la fin du dernier chapitre, et LE début de l’Epilogue (et où accessoirement, on constate, à deux détails - vous savez à quel point je remarque les détails que les autres laissent passer, mais qui sont lourds de signification -  que je Japon de 1978 était, l’est-il encore je ne sais, un pays libre et convivial, ce que la France n’est plus) :


« Je ne vis qu’un vieillard qui déblayait à la pelle la neige du rond-point . Un chien efflanqué était assis à côté de lui, la queue toute frétillante.
« Un grand merci, dis-je au chauffeur.
- il n’y a pas de quoi, dit-il. À propos, vous avez essayé le numéro de téléphone de Dieu ?
- Non, faute de temps.
- Depuis que le Maître est décédé, je ne parviens plus à obtenir la ligne. Je me demandes bien ce qu’il se passe.
- Il doit être débordé en ce moment, dis-je.
- C’est possible, dit le Chauffeur. Bon, soignez-vous bien !
- Au revoir », dis-je.
Un train partait à midi juste. Les quais étaient déserts., et je ne comptai guère que quatre voyageurs, moi y compris, dans le train. Je me sentais cependant soulagé de voir des silhouettes humaines. J’étais bien revenu dans le monde des vivants. Dans mon monde à moi, fût-il d’une banalité et d’un ennui suprêmes.
La sonnerie annonçant le départ retentit alors que je croquais ma tablette de chocolat. Le train cahota et, à cet instant, j’entendis le bruit d’une explosion au loin. Je soulevais la fenêtre d’un geste énergique et passai la tête en dehors. Une seconde explosion se fit entendre dix secondes après la première. Le train s’élançait déjà. Environ trois minutes plus tard, je vis s’élever une colonne de fumée noire du côté de la montagne conique.
Et pendant trois bonnes minutes, jusqu’à ce que le train virât à droite, je ne quittai pas cette fumée noire des yeux.

EPILOGUE
« Tout est fini, dit le Docteur ès moutons. Tout est bien fini.
- Oui, c’est fini, dis-je .
- Je crois bien que je dois te remercier.
- J’y ai laissé pas mal de choses.
- Pas tant que ça, fit-il, en hochant la tête. Tu viens à peine de commencer à vivre ?
- Vous avez raison », dis-je.
Quand je sortis de sa chambre, le Docteur ès moutons était couché sur son bureau et sanglotait, étouffant ses pleurs. Je venais de le dépouiller de ses années perdues. Avais-je eu raison ? Je me le demande encore.
« Elle est partie, me dit tristement le propriétaire de l’Hôtel du Dauphin. Elle n’a pas dit où elle allait. Vous n’avez pas l’air d’aller très bien.
- Si, si » dis-je.
Je récupérai mes bagages et m’installai dans la même chambre. La fenêtre donnait toujours sur les locaux de cette énigmatique compagnie. Je n’y vis pas la silhouette de la fille aux gros seins, mais deux employés qui travaillaient à leur bureau en fumant. L’un lisait des chiffres que l’autre reportait sur un immense graphique en traçant une ligne brisée à la règle. Ce n’était plus du tout la même compagnie, eût-on dit, sans doute à cause de l’absence de la fille aux gros seins. Rien n’était identique, sinon que je ne savais toujours pas à quoi l’on s’y occupait. À six heures, les employés partirent et l’immeuble fût plongé dans l’obscurité. »

 

quelques autres citations du livre :

« L’histoire de Jûnitaki était encore longue, mais celle du jeune Aïnou s’arrêtait ici. J’allai aux toilettes, où j’urinai le contenu de deux boites de bières. »

 

«Mais il y avait rangés à l'intérieur de ces cinq doigts et de cette paume comme dans une mallette d'échantillon, tout ce que je voulais et tout ce que je devais savoir de la vie. C'est elle qui m'apprit, en me prenant la main, qu'il existait bel et bien un lieu de plénitude au cœur même de la réalité."

 

Et il y en a encore plein d'autres, qui vous laissent figé dans des abîmes d'émotion, et je ne vous ai pas cité les dernières phrases du livre ...