Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/10/2021

depuis plusieurs décennies on nous a totalement décérébrés, il va falloir se refaire une culture politique, et une capacité à réfléchir CONCRETEMENT

Donc on commence par l'essentiel, la notion de "démocratie" - dans le dictionnaire de Richelet vous lisiez "démocratie ; régime où les places se donnent au sort", POINT ! fermez le ban ! - depuis plus de deux siècles on vit sur des mensonges ! et la crise actuelle nous montre à quel point ça peur être criminel et mortifère les mensonges ! alors, on commence ! regardez cette vidéo :



ça c'est élémentaire, un enfant comprend, pas un électeur !!! mais un enfant  - lui ! - comprend.

Il est donc interessant de revoir les argument d'Etienne Chouard pour le tirage au sort, opposé à l'élection des députés.

 

1. L'élection repose sur la volonté des gens et donc donne de nombreuses prises aux escrocs, menteurs séduisants, trompeurs professionnels de volonté.

1. Le tirage au sort ne repose pas sur la volonté des gens et donc ne donne aucune prise aux escrocs, menteurs séduisants,trompeurs professionnels de volonté.

 

3. L’élection pousse au mensonge les représentants : d’abord pour accéder au pouvoir, puis pour le conserver, car les candidats ne peuvent être élus, puis réélus, que si leur image est bonne : cela pousse mécaniquement à mentir, sur le futur et sur le passé.

3. Le tirage au sort dissuade du mensonge les représentants, aussi bien pour accéder au pouvoir que pour le conserver : d’abord le mensonge ne sert à rien (et on évite les intrigues)

4. L’élection pousse à la corruption : elle permet (à ceux qui le peuvent) d’aider des candidats, et les élus ainsi "sponsorisés" sont ainsi mécaniquement dépendants de ceux qui ont financé leur campagne électorale et acheté les médias pour les faire connaître davantage que les autres candidats. Les acteurs politiques serviront des intérêts particuliers au lieu de servir l’intérêt général.

4. Le tirage au sort ne permet pas d’aider quelqu’un à accéder au pouvoir. Ceci est absolument décisif. Il ne peut pas y avoir de tirés au sort sponsorisés-donc-débiteurs. L’indépendance des représentants est donc garantie (alors que l’élection l’interdit !).

Les acteurs politiques serviront le bien commun au lieu deservir des intérêts particuliers.

5. L’élection favorise certaines classes sociales et en défavorise d’autres : ceux qui parlent bien, ceux qui savent s’imposer, et ceux qui ont des facilités (avocats et fonctionnaires), ce qui contredit gravement l’égalité politique revendiquée par la démocratie. Une assemblée élue n’est jamais représentative, elle diffère toujours profondément de la population représentée.

5. La procédure du tirage au sort est impartiale et équitable : la loi des grands nombres garantit une justice distributive, la parité hommes-femmes par exemple mais aussi la parité sociale ! Une assemblée tirée au sort est toujours représentative, elle ressemble au peuple représenté.

 

6. L’élection incite au regroupement en partis et soumet l’action politique à des clans et surtout à leurs chefs, avec son cortège de turpitudes liées aux logiques d’appareil et à la quête ultra prioritaire (vitale) du pouvoir.

6. Le tirage au sort n’incite pas au regroupement en partis pour aider des candidats à conquérir le pouvoir, et ne soumet donc pas la société à leur logique hiérarchique (fin du combat des chefs et des logiques d’appareil).

Les partis imposent leurs candidats, ce qui rend nos choix factices. La concurrence déloyale des partis dans la compétition électorale prive la plupart des individus isolés de toute chance de participerau gouvernement et favorise donc le désintérêt politique (voire le rejet) des citoyens.

 

9. Élire c’est abdiquer, c’est renoncer à sa souveraineté, accorder une confiance exagérée, et renoncer à contrôler.

L’élection porte à négliger le contrôle permanent des élus : on est prié de se contenter du "risque" de non réélection (contrôle très illusoire).

L’élection nécessite par définition une bonne connaissance des candidats (puisqu’on est censé les choisir puis les surveiller) l’élection est donc mal adaptée pour les entités de grande taille. Alors qu’on entend dire généralement le contraire.

9. Tirer au sort, c’est tenir à sa souveraineté, se méfier, et imposer des contrôles réels de tous les représentants.

Le TAS s’accompagne toujours de contrôles drastiques et bien réels à tous les étages (avant, pendant et après les mandats). Le TAS ne nécessite donc pas de bien connaître les représentants (puisqu’ils sont beaucoup contrôlés par ailleurs) le tirage au sort est mieux adapté que l’élection pour les entités de grande taille. Alors qu’on entend dire généralement le contraire.

 

10. L’élection crée des rancunes de la part de tous ceux qui ont "perdu", et des fiertés chez ceux qui ont "gagné" qui deviennent vanitLes partis imposent leurs candidatseux et se sentent supérieurs et légitimes pour décider seuls.

10. Le tirage au sort ne crée jamais de rancunes : pas de vanité d’avoir été choisi ; pas de ressentiment à ne pas avoir été choisi : il a des vertus pacifiantes pour la Cité, de façon systémique. L’élection fabrique des maîtres, qui se sentent supérieurs.

 

12. L’élection délègue... favorise la formation de castes d’élus, professionnels à vie de la politique, toujours portés à tirer vanité de leur condition et cherchant toujours à jouir de privilèges, très loin de leurs électeurs pour finalement ne plus représenter qu’eux-mêmes.

12. Le tirage au sort peut mobiliser n’importe qui et responsabilise (rapproche) les citoyens de l’activité politique ; il empêche l’apparition de politiciens professionnels ,il impose l’amateurisme en politique ; les amateurs tirés au sort, forcément proches du peuple, partagent ses intérêts et objectifs, ils sont de bons porte-voix populaires.

 

14. L’élection donne le pouvoir à ceux qui le veulent (les candidats),c’est-à-dire aux pires d’entre nous, alors qu’on sait depuis au moins 2500 ans qu’il ne faut surtout pas donner le pouvoir à ceux qui le veulent (lire Platon et Alain).

14. Le tirage au sort donne le pouvoir à ceux qui ne le veulent pas et qui sont précisément les meilleurs d’entre nous, modestes et honnêtes. Les mandats courts et non renouvelables per-mettent de ne pas les surcharger.

 

15. L’élection est aristocratique par définition (elle désigne le meilleur, aristos), pas du tout démocratique. L’expression "élection démocratique" est un oxymore (un assemblage de mots contradictoires).

15. Le tirage au sort est démocratique par définition (il désigne un égal, un pair). L’expression "démocratie par tirage au sort" est un pléonasme (une répétition de mots identiques).

 

16. DE FAIT, depuis 200 ans (depuis le début du 19 ème ), l’élection a éonne le pouvoir politique aux plus riches et à eux seuls, jamais aux autres : l’élection de représentants politiques SYNCHRONISE durablement le pouvoir politique et le pouvoir économique, créant progressivement des monstres irresponsables écrivant le droit pour eux-mêmes et s’appropriant le monopole de la force publique à des fins privées, créant ainsi des fortune colossales (et une puissance de corruption supplémentaire en proportion).

On est donc tenté de penser que c’est l’élection des acteurs politiques qui a rendu possible le capitalisme : écrire la constitution a permis aux riches de choisir la procédure qui leur permet d’aider les candidats, de rendre débiteurs les élus, et d’imposer leurs lois.

16. DE FAIT, pendant 200 ans de tirage au sort quotidien (au V e et IV e siècle av. JC à Athènes), les citoyens riches n’ont JAMAIS gouverné, et les citoyens pauvres toujours. (Les riches vivaient confortablement, mais ils ne pouvaient pas tout rafler sans limite, faute d’emprise politique.) Ceci est essentiel : mécaniquement, infailliblement, irrésistiblement, le tirage au sort DÉSYNCHRONISE le pouvoir politique du pouvoir économique. C’est une façon astucieuse d’affaiblir les pouvoirs pour éviter d’être dominé par eux.

On suggère ici que le tirage au sort retirerait aux capitalistes leur principal moyen de domination.

(et avec ça j'ajoute cette excellente interview où il aborde plein de sujets https://www.youtube.com/watch?v=DROqR_7EKvs )

Quad on voit de quelle manière le système électoral a amené que les français se retrouvent gouverné par un "pion" des banques pour le programme duquel moins de 5% des français ont voté !

electeurs-macron.jpg

 

22/10/2021

Contrairement aux bistrots français et aux cours d'Espéranto, l'IRAN sera à partir du 23 octobre librement accessible à tous sans restrictions fascistes ou autres....

ainsi en a décidé le nouveau président anti-corruption et pro-peuple, donc ultra-démocrate et de centre-gauche de la République d'Iran, Raissi.

 

ah ! au fait revenons en France, un message de Florian Philippot, un peu le Raissi français :

chers Patriotes,
J’ai l’immense honneur de vous inviter à l’événement de lancement de ma campagne présidentielle !
Cet événement aura lieu le dimanche 24 octobre, à 14h aux « Docks Pullman » à Paris, adresse : 87 avenue des magasins généraux, Aubervilliers (infos transports sur le visuel ci-dessous).
Des bus seront mis en place pour ceux qui viennent de loin et qui sont intéressés, et le lieu est facilement accessible par métro et RER.
L’entrée sera évidemment gratuite.
Vous le savez, je le dis souvent, je ne pense pas que le destin de la France changera par une seule élection. Notre devoir constant est de faire monter le niveau de conscience générale du peuple français. D’éveiller un maximum de monde. Nous le faisons chaque jour, par des vidéos, par des manifestations gigantesques, encore ce mardi 12 octobre devant le Sénat, par des rencontres, par l’action remarquable des dizaines de milliers d’adhérents Patriotes et des bénévoles qui font vivre toutes ces initiatives dans nos régions !
Cependant, comme je l’expliquais le 14 juillet dernier lorsque je me suis déclaré candidat à l’élection présidentielle, la situation est bien trop grave !
Cette gravité exige qu’un discours clair et rassembleur de rupture avec l’ordre oligarchique, un discours de rétablissement total de nos libertés et de notre souveraineté nationale et populaire, qu’un discours franc de respect et de dignité, un projet d’amour de la France, de projection dans l’avenir, soit bel et bien présent dans l’élection la plus importante de notre pays !
Avec toute une équipe, j’aurai l’honneur de porter ces belles valeurs, et le 24 octobre sera un moments-clé pour y rallier un maximum de monde !
Afin que nous puissions évaluer le nombre de personnes attendues le 24 octobre, merci de vous inscrire via le formulaire ci-dessous si vous avez l’intention de venir. L’inscription au formulaire n’est pas obligatoire pour venir, mais elle est importante afin que nous puissions au mieux nous organiser

être candidat à l’élection présidentielle nécessite de réunir 500 signatures de maires. Nos équipes sont sur le terrain pour les recueillir. Néanmoins, si vous-même vous pensez être en capacité d’obtenir une signature, parce que vous êtes maire, ou parce que vous connaissez bien un maire, alors écrivez-nous sans délai à : parrainage@les-patriotes.fr

Ma campagne présidentielle sera l’inverse d’un alignement de promesses sans lendemain. Elle sera synonyme de sincérité, de vérité, de courage, d’espoir, portée par un amour indéfectible pour la France éternelle et l’immense enrichissement personnel que les dizaines de manifestations populaires auxquelles je participe depuis tant de mois m’apportent

Merci de relayer l’information partout autour de vous pour ce lancement du 24 octobre !
Il faut que ce soit un énorme événement, à la hauteur du magnifique projet d’avenir que nous portons pour la Franceµ
(et pour l'humanité, car là on est dans un défi anthropologique pour tout humain face à l'offensive fasciste et capitaliste de Klaus Schwab, l'OMS, et sa clique de kapos totalitaires, tel Macron)

Le jour des ELECTIONS n'oubliez jamais ces actes de Barbaries, n'oubliez jamais tous ces cas d'homicides volontaires..... Il y aurait eu tellement moins de morts si d'autres médecins tels P. PERRONNE, TOUSSAIN, LUC MONTAGNIE,  Louis Fouché avaient géré cette pandémie... J'espère que la JUSTICE saura condamner le jour venu ces criminels..

https://odysee.com/@ArtemisiaCollege:7/appels_a_reagir:1

même les nazis ne sont pas allé jusque là. on n'arrête pas de descendre dans l'ignominie et le totalitarisme déshumanisant

« Nous sommes tous dans le caniveau mais certains d’entre-nous regardent les étoiles. » (Oscar Wilde)

21/10/2021

Coluche, le Dieudonné des années 80

mort "mystérieusement" (en fait pas du tout ! c'est très clair) le 19 juin 1986 - rappelons son historique candidature à la présidence de la république :

 

Représentation unique au Gymnase. Le 30 octobre 1980, Coluche donne une « matinée » exceptionnelle, pour un parterre choisi. Il vient de s'asseoir derrière un guéridon posé sur le devant de la scène. Il porte sa salopette, mais pas le nez rouge. Il a ajouté à sa tenue une chemise à carreaux jaunes et noirs, un foulard et des mocassins jaunes. Coluche est en civil.

Il ne propose pas non plus son spectacle habituel. Ce qu'il a à dire aux journalistes, aux équipes de télévision qui occupent les premiers rangs, tient en peu de mots. Il est officiellement candidat à l'élection présidentielle. Il vient « semer la merde ». Précipiter sa « plaisanterie à caractère social » dans le débat national. (...)

Le 29 octobre, Cavanna a fait paraître dans Charlie un entretien dans lequel le futur candidat expose ses motivations. « Je me présente pour tous ceux, affirme-t-il, qui subissent la politique, qui bossent toute leur vie, sont exploités jusqu'à la moelle, et n'ont que le droit de regarder de loin comment ça se passe (...). » Son programme ? « Faire un bras d'honneur à tous, aux malfrats de la droite, aux rigolos de la gauche. » Pour l'avoir trop attendue, il en veut d'ailleurs plus à la gauche qu'à la droite. Cavanna s'inquiète qu'on puisse détecter dans la croisade coluchienne des relents poujadistes. Coluche ignore toujours le sens de ce mot, et apprend l'existence, à cette occasion, de Pierre Poujade, parti en guerre, en 1956, contre l'impôt et l’État, avec, précise Cavanna, « un paquet de petits commerçants et de vieux fachos ». Leurs deux noms seront souvent réunis, dans les semaines à venir. Celui du gosse de Montrouge et celui du papetier de Saint-Céré.

« J'en ai rien à foutre, répond Coluche, j'étais pas né. J'ai pas besoin de Poujade pour savoir qu'en France, on ne demande qu'à bosser, mais (...) qu'on en a marre de payer des impôts pour nourrir des flics qui nous regardent comme si on était des étrons de chien et qui nous tapent sur la gueule. » Suit un rêve étrange : « Un flic, ça devrait être un pote qui te ramène à la maison quand il te trouve bourré dans la rue. (...) On devrait se dire : chouette, voilà le gars (...) qui va me dépanner, qui va me sourire et sécher mes larmes. Un flic, ça devrait être la Providence. » Cavanna opine, quand même dubitatif.

Coluche réaffirme qu'il s'adresse aux abstentionnistes, aux non-inscrits, aux mal-aimés du système électoral et social. Il devrait réaliser un score supérieur à 2 %. Au second tour, il conseillera à ses électeurs « d'aller tirer un coup ou d'aller à la pêche ». Il ne se désistera pas. Pas même pour le candidat socialiste. Cavanna s'inquiète encore : ne dit-on pas que cette candidature de la dérision serait « un moyen de diversion, un pipe-voix manipulé en sous-main » ? « Leurs magouilles, rien à foutre, tonne le candidat. Mon seul objectif : leur fourrer le doigt dans le cul à tous ! »

C'est encore un peu court. En dernière page de son numéro, Charlie publie l'appel solennel du candidat. Un « avis à la population », sur fond jaune, encadré de tricolore. « J'appelle les fainéants, les crasseux, les drogués, les alcooliques, les pédés, les femmes, les parasites, les jeunes, les vieux, les artistes, les tau-lards, les gouines, les apprentis, les Noirs, les piétons, les Arabes, les Français, les chevelus, les fous, les travestis, les anciens communistes, les abstentionnistes convaincus, tous ceux qui ne comptent pas pour les hommes politiques à voter pour moi, à s'inscrire dans leur mairie et à colporter la nouvelle. Tous ensemble pour leur foutre au cul avec Coluche ! » Un peu juste, toujours. Plusieurs journaux ont donné l'information, mais cette déclaration tonitruante et très libertaire fait, pour quelques heures encore, figure de blague.

« Je m'adresse à ceux qui ont voté à gauche pendant trente ans pour rien (...) Je m'adresse aussi à ceux qui ont voté à droite pendant trente ans pour rien non plus. Vous en connaissez, des promesses tenues ? » Il se présente pour « rappeler qu'on existe aux marchands d'espoir et de courants d'air ». Il invite à peu près tous les exclus à le rejoindre. Il sera le candidat « des faiseurs de patins à roulettes, des pédés, des nègres, des vieux qui ont une retraite de merde, des chômeurs qui sont un million et demi, des crasseux, des chevelus, des consommateurs de politique, ceux qui la subissent et pour qui on ne fait rien ». Comme prévu, Coluche brasse au plus large, à gauche, et à droite, loin derrière les partis de gauche et ceux de droite. Effectivement néo-libertaire et populiste, démagogue et généreux. Il renvoie, ce jour-là, tous les camps dos à dos. (...)

Comme il est plus représentatif, plus percutant que l'ensemble des « petits candidats » réunis, Coluche sert de pôle à une analyse sans complaisance pour cette Ve République apparemment exsangue. Tous les titres, quelle que soit leur tendance, y vont de leurs éditoriaux. « L'exécutif règne sans partage, écrit Edmond Bergheaud dans Le Figaro. Si bien que le citoyen moyen estime n'avoir d'autre moyen de contester l'omnipotence du pouvoir que de rechercher d'autres intermédiaires, quitte à tomber sur un Coluche. » Dominique Jamet, dans Le Quotidien de Paris : «Malheur aux petits partis en voie de constitution ou d'extinction ! Malheur aux pauvres ! Malheur aux individus ! Est désormais décrété marginal dans la vie politique tout ce qui n'appartient pas aux grandes formations. Tout a été délibérément, froidement, cyniquement organisé pour assurer la perpétuation de la bande des quatre .» (...)

Les experts en communication politique assurent désormais que Coluche, malgré l'intervention du C.I.C. (le Centre d'Intervention Civique hostile à la candidature de Coluche), et les inévitables pressions préfectorales, n'aura aucun mal à recueillir ses cinq cents signatures. D'autant qu'il a été rejoint, dès le début du mois de novembre, par une poignée d'intellectuels et que cela fait aussi quelque bruit dans Landerneau. Maurice Najman a ramené, un soir, rue Gazan, Félix Guattari, l'homme de l'antipsychiatrie, l'auteur, avec Gilles Deleuze, de L'Anti-Œdipe. Le philosophe de l'après-68, sympathisant des « autonomes » italiens jusqu'à l'assassinat d'Aldo Moro, favorable à la dépénalisation du haschisch, trouve immédiatement, à travers Coluche, l'exutoire de ses dernières désillusions politiques. En adhérant spontanément à un phénomène confus, que Coluche croit être encore une plaisanterie, l'intellectuel ne peut s'empêcher de parer cette campagne au nez rouge d'une dimension dialectique.
suite ...


http://www.youtube.com/watch?v=LzjVqiRuUqg

pour la rentrée 86 il avait prévu un spectacle "saignant" où il devait attaquer l'Establishment politique, ses magouilles et ses false flags comme jamais. Il n'a pas pu.

Dieudonné, le Béranger du 21èsiècle (celui du XIXè siècle; plus le REGIME d'alors le mettait en prison plus il devenait populaire ! jusqu'à entrer au Panthéon de la culture française, lui aussi. comme a dit qq : vous verrez d’ici quelques années on se souviendra de Dieudo comme d’un des plus grands résistants de son temps et les personnes qui normalement font l’histoire seront totalement oubliés. Quand certains d’entre eux seront jugés pour crimes et traitrise envers le peuple français, ils diront, "je n’ai fait qu’obéir aux ordres !"*

Les vidéos qu'il a faites et publiées (j'espère au plus haut point que vous les avez toutes téléchargées et enregistrées et conservées précieusement dans votre ordinateur. Ce sont presque toutes des chef d'oeucre de la langue française, de force mordante, de sagacité d'analyse, elles entreront dans l'histoire. Un jour, quand la France sera redevenu un pays libre elles seront éditées parmi les petits classiques !

Un jour disait Robert Desnos,en 1942

Or, du fond de la nuit, nous témoignons encore
De la splendeur du jour et de tous ses présents.
Si nous ne dormons pas c’est pour guetter l’aurore
Qui prouvera qu’enfin nous vivons au présent.

 

 

17/10/2021

l'avenir : un monde totalitaire policier et étouffant, auprès duquel les totalitarismes du XXème siècle apparaîtront comme d'innocentes plaisanteries d'enfants de chœur...

MAINTENANT vous voyez que j'avais raison ! (depuis trois décennies) .....

Chine : des caméras devinent qui sont les passants dans la rue

La fiction rejoint la réalité : la reconnaissance faciale dans la rue permet de suivre la trace de quiconque, dans un pays disposant de 170 millions de caméras de surveillance. L’UPR ne veut pas de ce modèle anxiogène et liberticide pour la France. Source : Le Monde (28 septembre)

"L'empire du Bien triomphe, il devient urgent de le saboter"   (LOUIS PAUWELS)

 

une chose à faire : "lister tous les efforts que depuis 40 ans on nous a demandé de faire, toutes les contraintes que l’on nous a imposées, comme si cela ne coûtait rien :"
très juste ! et important !! et justement il est extrèmement lamentable que les gens ont depuis 30 ans tout « avalé » successivement accepté sans réagir.
Et je reviens sur un truc, que je trouvais déjà louche à l’époque, mais dont le but apparaît aintenant clair comme de l’eau de roche avec le recul et le contexte : la matraquage anti-tabac, dont on nous a rebattu les oreilles et les yeux, et ave lequelq on a esclavagisé, réduit les fumeurs à l’état de juifs chassés de partout et dévisagés d’un air méprisant par les « aryens » : c’etait une psy-op, un test pour voir si en jouant sur la PEUR, et le matraquage en blouse blanche (expérience de Milgram …) on allait pouvoir soumettre les gens, créer un nouveau « sous-homme » dans leur regards, leur impreigner oa CULPABILITE, l’obeissance et la soumission, la hantise, et les forcer à renancer à une de leur habitudes SOCIALES les plus importantes, et accepter les rites humiliants et l’apartheid. Eh bien ils ont vu que ça marchait, alors maintenant ils foncent !
(la preuve que ceux qui ont tombés dans le panneau font partie de ceux dont Graham Greene disait qu’ « ils pavent l’enfer »)

Maids comme le dit l’auteur c’est u n fait général, et chacune des acceptetions lâches et passives en fait partie (celles des cookies par exemple !!!) et selon moi ça a commencé en 1978 avec les bornes « contrôlez-vous vous-mêmes » dans les gares. Réfléchissez !

 

 
Philippot n'a strictement rien à voir avec *Zemmour ! Et ce n’est pas une opposition contrôlée (Asselineau l’est devenu …. je crois qu’on le fait chanter, et que les psychologue professionnels des Services Secrets se sont pencés sur son cas, détecté son EGO surdimensionné, et s’en sont servis pour déstabiliser l’UPR, et transforme FA en fausse opposition et en diviseur, il devrait avoir honte!)
Et il se confirme que Philippot, contrairement à ce que croient le beubeus, et que veut faire croire la propagande des journaputes du Régime, est un homme de GAUCHE, pas d’extrème droite, en dépit de son passage, qu’il a cru intelligent, au FN, Preuves concrètes : dans son programme il prévoie la NATIONALISATION DES BANQUES des assurances et des industries stratégiques, c’était le programme des communistes en 1945.
dans cette vidéo 
il dit « il y a une lutte des clases là-dedans , vous avez bien compris la lutte des classes dans le covidisme » (oui j’ai bien compris ! c’est même central, c’est la première chose qu’on voit dès le début ! comme dans le fascisme 1.0 des années 20 et 30)

Dans cette présidentielle Philippot sera le SEUL CANDIDAT REEELLEMENT DE GAUCHE ! le PS, comme disait Asselineau, dans il était mordant c’est le gouvernement le plus d’extrème-droite que la France ai connu depuis 1944, le PFC n’est plus qu’un ramassis de bobos européistes, Mélenchon est trouble et pas fiable. Philippot visiblement comprend les choses concrètement et selon le bon sens marxiste ! outre son profond humaniste français et Résistant !

15/10/2021

LA BONNE REFORME DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL !

Florian Philippot a trouvé la meilleure solution pour une réforme du Conseil Constitutionnel; écoutez ça, enfin LA SOLUTION !
.

Et après on s'attaque au Sénat ! (un sénat tiré au sort en suivant les idées d'Etienne Chouard et de David van Reybrouck ça serait la meilleure solution !)

 

Comme c'est triste de voir les gens qui se proclament candidats pour défendre la France. La grande majorité d'entre eux est corrompue, hypocrite, opportuniste. Comme il fait bon de voir Florian se battre pour son pays. Je pensais qu'il n'existait plus de politique honnête, conscient de ses responsabilités, intègre dans sa démarche. C'est lui que les gens "propres" doivent suivre et élire.

 

13/10/2021

qu'est-ce que la révolution a changé à

* On devrait sur le modèle de la célèbre blague soviétique « Qu’est-ce que la Révolution a changé aux boucheries ?(1)» faire une série de textes sur « Qu’est-ce que l’époque actuelle a changé à -- ? »

Par exemple : Qu’est-ce que l’époque moderne a changé à la manière dont les enfants achètent des bombons ?

- Eh bien, avant les enfants allaient avec leur pièce dans une épicerie, et l’épicière, en souriant puisait les bombons dans un grand bocal de verre et les leurs remettait comme ça, ou tout juste dans un cornet de papier si c’était des bonbons collants.

- Maintenant (1990...maintenant c'est encore pire) ils vont dans un Supermarché, là ils trouvent des paquets de plastique, enveloppés dans du plastique, et contenant des enveloppes en plastique, au fond desquels se trouvent quelques bombons. Et ils n’ont pas le temps d’arriver à la caisse qu’ils se fond agresser par des vigiles privés qui leurs disent que les enfants n’ont pas à faire des achats eux-mêmes ni à pénétrer dans un Supermarché tout seuls, qui les menacent de la police et de la prison et qui vont les rendre traumatisés à vie, sans risquer pour autant de prendre 20 ans de prison pour ça...

 

- Le monde, les mœurs changent.

Autrefois on s'adressait la parole, même entre inconnus, maintenant si jamais vous adressez la parole à quelqu'un on fait semblent de n'avoir rien entendu ou bien on appelle la police ! Autrefois la vie privée était respectée (sauf par les voisins et par les curés), maintenant tout le monde est sous surveillance de la DDASS et autres. Autrefois on se déplaçait en train ou en car, ( et il y en avait PARTOUT de disponibles, et des hotels !) maintenant en voiture. Autrefois on mangeait principalement des tartines de pain, maintenant on ne consomme presque plus de pain, et en Belgique plus du tout. Autrefois les enfants jouaient sur la chaussée, maintenant ce n'est plus possible, et si jamais ils le font sur les parkings ils sont catalogué "loubards". Autrefois les animaux menaient souvent une "vie de chien", maintenant on les euthanasie, les humains aussi. Autrefois il y avait le clair de lune et les étoiles, maintenant l'éclairage urbain. Autrefois les pannes d'électricité, les bougies, la radio, aujourd'hui la télé. Etc.

 

 

-  Autrefois - plus loin ! - disons au XVII ème siècle, les grands drames d'amour venaient des amoureux qu'on empêchait de s'aimer et de s'épouser à cause des préjugés sociaux ou de l'autorité toute-puissante que les parents avaient sur leurs enfants (mêmes grands). C'était le principal sujet de la littérature.

De nos jours ce genre de drames n'existe plus (sauf dans les pays islamiques). de nos jours les drames d'amour viennent des enfants qu'on arrache à leurs parents ou au parent (généralement les hommes) auquel l'autre parent (flanqué là aussi de l'autorité des juges et de la police !) empêche de voir ses enfants; c'est l'équivalent XX ème siècle de la "plaie" et des drames de la société du XVI ème siècle, et c'est là que la littérature pourrait puiser des drames et de pitoyables tragédies ( et le cinéma commence en effet à l'aborder avec "Ladybird" de Ken Loach ou (en version comédie) "Mrs Doubtfire".

(par contre il y a des choses qui reviennent, français vous vous souvenez de l'ordonnance du 8 juillet 1942....
En Italie, citation du plus grand philosophe italien vivan :  "comment peut-on accepter que, pour la première fois dans l'histoire de l'Italie, après les lois fascistes de 1938 sur les non-aryens, on crée des citoyens de seconde zone soumis à des restrictions identiques à celles subies par les non-aryens")

 

12/10/2021

Enveloppez-vous dans mon manteau de voyage La grande neige d’automne fond sur votre visage Et vous avez sommeil

Quelques extraits de mon journal intime il y a bientôt 30 ans comme je l'ai déjà dit et redit plusieurs fois !!!


16/2/1985 sur certains souvenirs récents et sur l’ONIC :

Se rendent-ils compte de ce que ça représente de vivre ça, tout seul ?

Ils (elles) me font l’effet de petites figures en carton-pâte qui s’agitent en tous sens, de puériles et inconsistantes marionnettes, sans cœur, et qui ne communiquent rien avec personne, qui échangent des lieus communs et des faux-semblants, ils jouent, avec leurs esprits égoïstes et étroits, à un jeu codé, se masquent les réalités quand elles sont gênantes, et crêvent et puis on t’enterre et puis c’est fini» chantait vers 1960 ROBERT LAMOUREUX. Et les survivants continuent de s’agiter frénétiquement et de manipuler le jeu.

 

- Avec le temps vient le moment où on n’a même plus la force de se révolter, comme ces vieillards qu’on voit évoquer leur mort en
l’acceptant, voire en la souhaitant, état ultime d’aberration et de
déchéance humaine. Déjà avec l’age l’avachissement, le dessèchement du cœur on perd la conscience des choses, même si on l’a eu étant enfant, même si on en a plus que jamais le savoir intellectuel. Et puis  quand l’expérience de la vie, le désespoir et la fatigue ont fini par tout miner, user les facultés productrices d’illusions …n'y a-t-il rien d'autre que le vide et le gâchis ? Et pourtant j'aime tellement la vie. Même si on passe à côté de tout. Même si l'immense majorité des gens sont si bêtes qu'ils lui coupent les ailes et la ratatinent d'égoïsme, de conformisme, d'inconscience et de vulgarité. Et pourtant il y a tellement de si belles choses; du langage Prolog à
l'architecture du château de Hillerød, de la morale personnaliste aux beaux gros minets.
Pourquoi faut-il que tout cela, et la vie de tous ces enfants soient dénués de tout sens !


-
Le 3 avril au soir : Pourquoi faut-il n'avoir à penser que des trucs à vous fendre le coeur ?!  enfermé de toutes parts, hermétiquement, de murs entiers de choses à fendre le coeur. Sans pouvoir y échapper, sans même pouvoir se voiler la face
ou se boucher le nez.
J'ai un coeur qui ne demande qu'à déborder de tendresse, une âme qui ne demande qu'à être aussi vaste que le Cosmos, aussi passionnée que la musique, et je suis irrémédiablement sevré de tout amour, d'espoir, de sens, autour de moi, devant moi que le vide, l'impuissance, le désespoir, le gâchis, la souffrance, et l'horreur.

 

Les chiens écrasés, cette forme de beauté, cette masse de chaleur et d’amour, de vie et de sensations qui est, là, transformée en une informe galette de sang et de boue ; De temps en temps on en rencontre Nulle part, de quelque côté qu’on tourne son esprit, dans la sphère intelligible comme dans la sphère sensible, il n’y a aucun réconfort ni aucun espoir, aucun sens, rien qui soit désirable, ni même supportable. Il n’y a aucune chaleur nulle part dans la vie, ni dans les choses, ni dans les gens, rien qu’un froid mortel. Rien que la solitude et la conscience de devoir mourir.

 

- 8/5/1985 « Manhattan », le film de Woody Allen, est passé à la télévision. C’est un pur chef d’œuvre. Je suis allé le voir 2 fois au cinéma, ça fait donc 3 fois. Et s’il repassait à Arras j’irais encore le revoir une 4ème fois. Il y aurait tant de choses à en dire. La scène finale est une des rares œuvres qui me met les larmes aux yeux. Je me souviens ça ne m’est je crois arrivé qu ‘en lisant un extrait des « Mémoires d’outre-tombe » de Chateaubriand intitulé « Un orage en Suisse ». Et une fois en lisant « Brève rencontre » de Françoise Sagan. Et au cinema la dernière scène de « Paris, Texas »

 

- Je n’essaye même plus d’entreprendre ou d’acquérir quoi
que ce soit, à quoi bon ! puisque ce ne serait que encore des fatigues et des souffrances pour un résultat nul ou une dégradation supplémentaire. Si seulement avec toutes ces fatigues, efforts, souffrances, j’obtenais quelque chose ou si la stérilité n’était que le prix du repos et de la décontraction, même pas : Toujours souffrir pour rien,  fatigues pour le gâchis, dépenses de temps et d’argent pour un mal supplémentaire.

 

- 25/5/1985 Maman ! je voudrais mourir dans tes bras, et avoir enfin la paix.
Mon Dieu, je ne veux pas mourir ! Ayez pitié de nous. J’aime ce monde.

 

- Marie-José me réécrit, après 20 ans. Dans ses lettres je lui trouve un type flamand dans le caractère (et ce n’est pas un compliment)
Tant pis ! Puisqu’elle veut bien correspondre avec moi, je vais sauter dessus comme la pauvreté sur le monde !

 

 29/6/1985 Je vis dans  la solitude et l'incomprehension.
Et pourtant je suis sentimental comme un chévrefeuille  …



Le mardi 18 juin j'ai vu le film « Les baliseurs du désert ». Je me
disais C'est de circonstance, c'est comme mes vacances (en tous cas c'est comme ma vie) on cherche on n'arrive pas à savoir quoi, mais ce n'est pas gênant, puisque que de toutes manières on ne le trouve pas ! De toutes façons, c'est pas grave parce qu'il n'y a rien à trouver.

 

- 24/6/1985 Tous les gens que je fréquente sont tellement
médiocres, que même avec les très rares avec lesquels je peux me sentir en confiance, je ne peux rien partager.
J’aurais envie de faire venir l’accordeur de piano, rien que pour voir quelqu’un de sérieux : un professionnel « sérieux » c’est de nos jours quelque chose de si rare, et pour rencontrer quelqu’un, quelqu’un, et pas ces éternelles insignifiantes pécores.

 

- 30/6/1985 Tout va encore bien, mais un jour ça ne
fonctionnera plus ; un jour mon cerveau ne sera plus irrigué, alors toutes ces nunuteries, toutes ces cocottes en papier, toutes ces petites conneries disparaîtront et le monde avec, et la passé et l’amour.

 

Développer la comparaison entre le début d’un amour et le mouvement vers Dieu.

(sauf que je ne l’ai pas fait ! une fois de plus, décidément je ne suis pas assez doué, ou surtout trop feignant, note de 2003) Sauf que Dieu ne répond pas, n'appelle pas, n’a pas de qualités à lui, pas de défauts, pas de visage unique, sacré entre mille, on ne peut pas le serrer dans ses bras, manque plus rédhibitoire qu’on ne pense, pire : il n’existe pas.



Devochelle appelait Mme D.« la môme D. »,
car il l’avait connue toute petite. Bientôt on pourra l’appeler « Mémé D. » … Plus tard on dira « C’était là qu’était enterrée Mme D. » Moi je serai mort depuis longtemps, toutes mes affaires dispersées ou jetées à la décharge. Et plus personne ne se souviendra  seulement que j’ai existé. Pas même moi ; et c’est bien là le problème ……….


Souvenirs mis par écrit le 30/12/97…

Maman était tellement fatiguée qu’elle s’endormait en tricotant ou faisant du crochet, et toutes ses mailles se défaisaient, et quand sa tête penchait et tombait en avant ça la réveillait en sursaut, et ainsi de suite.

Tous ses travaux de broderies !

Elle avait un goût prononcé, et un don, pour la peinture, et n’ayant eu aucune formation, sans calculer ni y mettre d’application comme moi, dont les résultats étaient si maladroits malgré les efforts ! (ou à cause ?), elle parvenait à de bien meilleurs résultats, sans inhibitions elle improvisait des couleurs de son cru et c’était harmonieux ; elle aurait plu aux profs des écoles de maintenant. Mais de son temps ça n’existait pas. Si elle avait pu faire des études ? Mais dans son temps et milieu c’était exclu.

Tout ça a été jeté par papa après ; je n’ai presque plus rien.

Et les radio-crochets avec Zappy Max (Il est mort.. .). Les chansons de Dalida (elle est morte ...) à la radio.

Les cha-cha-cha burlesques. Mireille.
La Marseillaise tous les soirs à minuit à la fin des émissions.

Et les concours qu’on faisait, où il fallait classer les chansons dans le même ordre de préférence que le résultat global. (On n’a jamais gagné je crois)

« Quitte ou double », « Le rêve de votre vie », (et les publicités pour  Soir de Paris de Bourgeois et Kléber-Colombes) « Accusé levez-vous ! », « Je voudrais bien savoir », et l’après-midi du jeudi entièrement consacrée à des émissions enfantines. Michel Auriac, Marianne Oswald.

Stéphane Pizella, « Au-delà des mers » et Bachir Touré, le seul comédien noir à cette époque ! encore coloniale. Les émissions en langue kabyle qu’on écoutait tous les soirs. Et les émissions polonaises de Radio-Lille. « Mouvi Paris nafari gochni Lille » (je ne garanti pas l’orthographe !) Et Simons. Et les messages aux familles des militaires en Algérie. On ne savait pas ce qui se passait réellement à l’époque.

Tout ce que maman avait, des heures durant, raonté sur son enfance, sa jeunesse, sa famille, Malincourt, et les voisins, le curé Bodchon (il y a un opuscule de lui sur Internet ! http://pagesperso-orange.fr/pierre.decaudin/malincourt/in... j’ai vu) - qu’elle critiquait tant ! - et la vie à l’époque ; que j’ai oubliés. Ce n’est plus possible de le reconstituer… plus jamais.

L’éclairage dans les campagnes avant que l’électricité ne soit installée, les lampes à pétrole, les quinquets, les saucissons et les pains de sucre candi pendus au plafond, et dont on cassait de petits morceaux pour mettre dans le café, (ça c'était avant 14) les coups de casquette de son père (une fois passé la toute petite enfance, où ils avaient le droit de tout , les enfants étaient dressés à la dure). Le tennis sport de riches, le scandale devant les premières jupes « courtes » (au genou) etc. Les zizanies, rancunes, et autres démélés dans sa famille (ce n’était pas la joie !) Sa sœur Julie morte en couches, d’hémorragie (c’est pourquoi elle-même 15 ans plus tard est allé à la maternité, et avec raison, car elle aussi a eu une hémorragie), la phlébite et la mort de son père en 41, celle de sa mère en 46 (qu'elle appelait encore dans son sommeil à près de 70 ans) l’occupation par les soldats allemands en 14, et en 40. Les « pikinini chinois » en 18, et les prisonniers russes se nourrissant de trognons de betterave en 40. L’évacuation à Binche en 1918, et la grippe espagnole.

Le vieil Auguste Wargniez, si frèle, si vieux, et sa femme Reine. A Malincourt leur maison sur la place, et son beau « jardin de curé ». Maintenant la maison est mise à louer, en langue anglaise !…  pour des touristes !….

Les dernières batteuses, que je voyais passer dans la rue à Bailleul, et les derniers chevaux de trait, de race flamande, si gros et grands. Et la baladeuse à bras dont papa se servait pour aller monter des chapelles mortuaires chez les gens. La dernière pompe à eau publique dans la rue du Musée, supprimée après 1954, 55 ?
Les séances de jogging qu’on faisait avec Claude Roatta le midi (vers 1990, on change d’époque !), et avec la fameuse Noëlle (morte subitement longtemps après en 2007) en allant à la cantine, avec les aller-retour en voiture c’était la course (en 1987-89 ?), maintenant ce serait tout à fait impossible, les déplacements en voitures en ville deviennent de plus en plus lents et difficiles, quand ce n’est pas carrèment impossibles.

Les éboueurs, vers 1960, à l’époque pas de poubelles standard, ni de benne étudiée pour, simplement un camion où les éboueurs piétinaient dans les ordures en y vidant, à la force du poignet les récipients de fortune qui servaient de poubelle. (Maintenant c’est l’excès contraire ; je ne sais pas où ça va nous mener ce caporalisme et ce totalitarisme hygiéniste qui commence à étendre sa chappe de plomb sur la société (1998, et après ...)

un hygiénisme maladif, psychotique, qui provient du cerveau malade des eurocrates de Bruxelles

 

 ( mithridatisation.

Et nous vivons, aujourd’hui, une forme de mithridatisation collective, sociale et sanitaire.On commence par de toutes petites doses, qu’on augmente à mesure que l’on y devient insensible.

La crise du Covid-19 a sonné le départ d’une perverse mithridatisation des esprits.

Le poison de cette mithridatisation, ce n’est pas le virus, cest la fascisme ! ce sont les mesures qui s’accumulent pour, nous dit-on, nous en « protéger ». 

L’énormité de cette mithridatisation nous dépasse déjà.

Il y a deux ans, le principe du pass sanitaire, hormis peut-être quelques technocrates fadas biberonnés aux GAFA[2], nous aurait semblé révoltant. Plus qu’inapplicable : inimaginable.

Mais la privation de liberté « pour le bien de tous » s’est faite à petites doses.

Il y a eu certes le choc du premier confinement, mais tout, ensuite, s’est déroulé par touches subtiles, comme sur un tableau impressionniste :

  • Les attestations de sorties ;
  • Le port du masque obligatoire ;
  • Le couvre-feu ;
  • La quarantaine ;
  • Les tests obligatoires, gratuits, puis payants ;
  • La vaccination « conseillée », puis « encouragée » et finalement de facto obligatoire…

Nous avons avalé toutes ces mesures empoisonnées. Une à une. Chacune allant un peu plus loin que la précédente, jusqu’à cet état de fait inquiétant : la discrimination pour raisons médicales.   l'ordonnance du 8 juillet 1942  vous connaisez ? sinon recherchez son contenu , vachement familier hein ! sauf qu'il suffit de remplacer "juifs" par "non-vaccinés")

« Est-ce ainsi que les hommes vivent ?
Et leurs baisers au loin les suivent

oui, c'est tout à fait ça. Très juste comme expression.

10/10/2021

le nazisme 2.0 Valérie Bugault parvient aux mêmes conclusions que moi et de plus en plus d'auteurs, depuis mai 2020


et comme elle le dit à 7 minutes 40  c'est le fruit d'une évolution dans laquelle on était engagé depuis fort longtemps. Excusez-moi de revenir toujours à ça mais je crois que c'était le début, quand en 1978 on a (là aussi pour des raisons de lutte des classes, maximisation du profit, par la suppression des emplois, dans la perspective d'une vente au privé) remplacé les contrôleurs à la sortie des gares par des robots électroniques "contrôlez-vous vous-mêmes" (mais si jamais vous ne le faites pas on vous traitera comme des criminels !), et toutes les innovations qu'on nous a instillées petit à petit, depuis, et chaque fois sans révolte de la part des gens (sauf de moi ! mais j'étais bien seul et incompris) et sans prise de conscience des dangers que cela allait entraîner (pourtant déjà les antiques - et l'auteur du livre "ils pensaient qu'ils étaient libres, les allemands 1933-1945" -  le disaient "Principiis obsta" et "Finem respices")

"L’école à la maison va être interdite. Puis c’est la maison elle-même qui le sera, c’est-à-dire toute notion de foyer familial. Quant à vos déplacements, ce sera votre voiture dite "autonome" qui arrêtera leur quota. La loi sur l’euthanasie inscrira sur vos vies la date de péremption décidée par les sages hommes de Davos. Vu le programme, il faut se préparer au pire. Au fait, l’épidémie de Covid-19 est terminée depuis début mai et la surmortalité entre 2020 et 2019, corrigée de la tendance naturelle, n’a été que de vingt mille morts (calcul de Jean-Claude Barescut)… Moins que la grippe de Hong-Kong en 1969, qui s'en souvient ?  Bienvenue dans la société nazie 2.0 !"

(un commentateur sur Internet, qui analyse en profondeur)

 

Quand à l'histoire de la cloroquine elle relève du "business-plan" de Big Parma, c'est de la lutte des classes, le cynisme criminel du grand capital comme dit un commentaire sur Internet  "NOUS SOMMES VRAIMENT GOUVERNES PAR DES RATS IMMONDES, PETITS SOLDATS DES LOBBIES PHARMACEUTIQUES ET TRAITRES A LA PATRIE ET A L HUMANITÉ !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! UN JOURS ILS PAIERONT TOUS !!!!!!!!!!!!!! ET CES POURRIS DES MEDIAS AVEC !!!!!!!!"

Ce sont les concepts et et la vision du monde nazies qui meut tous les discours mmesures et projets du covidisme (et lisez les articles qui analysent le livre de Klaus Schwab ! fondateur du Forum de Davos et grand manitou de ce plan.

Lisez le livre de Jean-Marc Royer paru chez les éditions "Le Passager Clandestin"

et qui a pour titre "La monde comme projet Manhattan" il est très très important pour comprendre l'essance de tout ça, et àpporte de l'eau au moulin de mon article en Esperanto paru sur Sennaciulo "Longdaŭra historia tendenco"

Et LUTTE DES CLASSES !

décidément, "ils ne connaissent que le rapport de force !" À la surprise générale, hier, en commission les sénateurs ont rejeté l’obligation vaccinale Covid-19 : une excellente nouvelle ! Malgré tout, le Sénat doit se prononcer en assemblée plénière sur ce texte le 13 octobre : nous allons continuer de faire monter la pression, nous vous donnerons des informations sur ce sujet très bientôt !

Oui, ils ne connaissent que la mobilisation, la résistance et le rapport de force. De la même façon, le ministre du tourisme a renoncé à imposer le pass sanitaire cet hiver dans les stations de ski françaises.
Ce n’était pas gagné d’avance ! Il y a des victoires, il y a aussi malheureusement des points d’alerte : l’Agence européenne du médicament vient sans surprise d’approuver la 3è dose. La Haute autorité de santé veut l’imposer aux soignants, pour commencer… Et bien sûr, il y a cette menace qui plane de prolonger le pass sanitaire au-delà du 15 novembre ! N’oublions pas non plus nos compatriotes de Nouvelle-Calédonie et de Polynésie française, qui vivent une situation inacceptable. Et nous nous battons pour les centaines de milliers de travailleurs suspendus, soignants, médecins, pompiers, militaires, gendarmes, opticiens, dentistes, et tant d’autres dont nous exigeons la réintégration immédiate dans leur métier !

À ce sujet, je félicite les animateurs du Collectif de défense des travailleurs suspendus et vaccinés sous contrainte, qui s’est installé cette semaine, comme l’ADEE (Association de défense des élèves et étudiants), qui a mené ce mercredi une première opération devant le rectorat de Créteil !
Ces initiatives ont été permises grâce à des rencontres lors des immenses manifestations du samedi, et nous allons continuer à intensifier ce travail utile de mise en réseau de la résistance !

Toute action de résistance paie donc. Nous avons lancé il y a 10 jours une mobilisation générale pour bloquer la France. Les premiers blocages ont commencé en divers points du pays ce lundi, et même la presse a dû s’en faire l’écho. Ce n’est qu’un début !

Toute action de résistance compte. Ainsi, je vous attends pour cette 47è semaine de mobilisation plus nombreux que jamais pour le cortège national unitaire à Paris : rendez-vous à 14h place de l’Alma ce samedi 9 octobre.
Amenez du monde, soyons avec nos drapeaux français, et pourquoi pas des drapeaux australiens en soutien à un peuple opprimé, et nos pancartes « liberté ! », dans la paix et la force d’un peuple qui arrache des victoires mais veut gagner définitivement cette guerre qu’on lui mène ! Soyons une foule immense !
Les tentes de professionnels seront là : notre objectif est maintenant d’organiser les choses pour nos anciens, et les indépendants.

Sans votre soutien, rien n’est possible. Ainsi, un grand bravo à ceux d’entre vous qui dès maintenant vont rejoindre Les Patriotes, reprendre leur adhésion annuelle ou faire un don de soutien au mouvement, et donc à la résistance toute entière ! Tout cela donne droit à déduction fiscale. Et tout cela est vital pour un mouvement qui ne reçoit pas un centime de l’État, mais qui grâce à l’énergie de centaines de bénévoles sur le terrain porte quasiment seul tout le poids d’une résistance populaire face à la tyrannie ! (Pour aider, voir les liens en fin de mail).

Bravo aux référents et militants bénévoles qui organisent des rassemblements pour la liberté ce samedi 9 octobre :

75 PARIS  14h  Défilé national pour la liberté Départ : Place de l’Alma – métro Alma-Marceau. Avec Florian Philippot.

88 SAINT-DIÉ-DES-VOSGES  14h30  Défilé contre le pass sanitaire Départ : devant la cathédrale

La campagne présidentielle a commencé. J’aurai l’occasion d’y revenir. Mais déjà, j’entends des promesses fuser dans tous les sens. Soyons sérieux ! Que ce soit pour redonner de la dignité aux travailleurs, des salaires et des pensions décentes, remettre le service public au niveau, assurer sécurité et tranquillité, arrêter une immigration qui ne sert que les intérêts de l’oligarchie, permettre à la France l’indépendance énergétique et baisser les prix, avoir un outil de Défense puissant, un pays qui porte une voix indépendante dans le monde, qui rayonne culturellement, pour créer une démocratie directe réelle, il faut commencer par pouvoir le faire !

Aujourd’hui, sur tous ces sujets, aucune promesse n’est tenable dans un pays sous tutelle oligarchique. Sous tutelle de l’Union européenne, de l’euro, de la CEDH, de Schengen, de l’OTAN, sous tutelle de la grande finance : tutelles que nous devons défaire. Prisons dont nous devons sortir. Liberté et souveraineté que nous devons bâtir ensemble.

Si ce préalable n’est pas posé, toute promesse n’est qu’un slogan de campagne, qui a vocation à finir dans la corbeille à trahisons. Nous valons mieux que ça !

Je mène le combat avec vous, élections ou pas, car je crois en la force de nos convictions, en nos belles valeurs, en notre France éternelle, et je vous demande d’avoir chevillés au cœur la foi, l’espérance et le courage

Florian Philippot
(notre prochain Président ! la seule vrai opposition, qui sera le SEUL candidat de gauche dans les prochaines élections (Mélenchon , le rhéteur de centre-gauche est ambigu et pas crédible, Philippot sera notre De-Gaulle-France-Libre du XXIè siècle)

08/10/2021

crotte !

en voyant des crottes de chien sur le trottoir :

C’est un peu dégeu’, oui. Un peu seulement. Mais en tous cas il vaut mieux avoir un peu de merde canine sur les trottoirs que beaucoup de merde humaine en uniforme….

(pour ne pas parler des dérives totalitaires de plus en plus hallucinantes et effrayantes)  

je me souviens de l'époque où je rentrais chez moi le soir depuis le centre-ville, le trottoir de la rue Abel Bergaigne était tout recouvert de crottes de chiens, je ne savais pas où mettre les pieds, maintenant  quand j'y repense à choisir je préfèrerais largement que ça soit encore comme ça plutôt que de voir des horreurs flicardes pareilles que ce qu'est devenue la société de merde où on vit maintenant !

 

 

https://animap.fr/

Sur le site ci-dessus vous trouverez la listes des professionnels qui n’exigeront pas de vaccination ni de test de leurs clients.

BOYCOTTEZ RESOLUMENT ET IMPITPOYABLEMENT TOUS LES LIEUX QUI N’EN FERONT PAS PARTIE !!

02/10/2021

Des églises ouvertes et des cafés (où on pouvait fumer) partout - des caméras de vidéo-surveillance nulle part !

tiens, un autre problème qui fait que la vie en 1960 était beaucoup plus commode et moins stressée que maintenant :

Depuis lors le Grand Capital a fait mourir tous les magasins.

Ce qui veut dire ?

Ce qui veut dire qu'alors, jusque dans les années 70, il n'y avait nul besoin de faire ses courses à la semaine (voire plus si on commande par catalogue comme Maximo par exemple,  ce que les gens font de plus en plus, c'est plus reposant et on échappe à la soumission et à leurs immondes caméras de vidéo-surveillance! pour le mois entier),
on pouvait acheter les choses au fur et à mesure qu'on en avait besoin !
- Un saut dans les magasins de la ville, voire du coin, quelques minutes de promenade (pas plus que dans un parking d'hypermarché !),  et voilà !

Et on avait droit au sourire de la crémière (pas à la gueule des vigiles privés) ! ce qui change les relations sociales et l'ambiance des journées, je vous assure.

Et on pouvait y envoyer les enfants, qui s'en faisaient une distraction, voire comme le raconte Elian-J Finbert le chien, dressé à aller acheter les croissants ! (et qui savait les compter !)

 

c'était LA FRANCE, c'était la Civilisation, c'était la vie normale