Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/11/2017

Asselineau sur l'Education Nationale


11/11/2017

15 min "il faudra un jour que vous soyez tous jugés"


 

10/11/2017

je pense que nous sommes le fer de lance de la position la meilleure en matière de politique

L'UPR ne ressemble à rien d'autre, et l'UPR fait réfléchir tout le monde


09/11/2017

Le Comité Valmy propose de réaliser un compromis historique impliquant la constitution d’un vaste front républicain patriotique, l’actualisation du programme progressiste du Conseil National de la Résistance et la nationalisation des secteurs stratégiques

 

Le Comité Valmy propose de réaliser un compromis historique impliquant la constitution d’un vaste front républicain patriotique, l’actualisation du programme progressiste du Conseil National de la Résistance et la nationalisation des secteurs stratégiques.

C'est également ce que de facto propose l'UPR de François Asselineau

et le PARDEM de Jacques Nikonoff

ALLEZ ! ON Y VA !
il est plus que temps !!

 

 

 

07/11/2017

le guide Michelin preuve de la CHUTE de notre société

C'est hallucinant de voir les prix des chambres d'hotel maintenant.

en 1977 les chambres d'hotel les moins chères  faisaient entre 22 et 39 francs la nuit pour une personne.

prix hotel 1977 GUIDE MICHELIN.jpg


De nos jours c'est 10 fois plus.....
or l'inflation officielle n'a été que de 310 (pour une base 100 en 1977) les  salaires moyens 515 même calcul), un fonctionnaire débutait dans les 2.200 francs/mois (le SMIC était à 2.000 fr/mois, un ouvrier pouvait facilement trouver une nuit pour 2% de son salaire mensuel), aujourd'hui dans les 9.600 francs (1.500 "euros")
Faites le calcul.
Il est devenu IMPOSSIBLE pour, non seulement un français modeste mais aussi bien pour un français moyen de voyager maintenant ! La France n'est plus son pays mais un monde étranger et interdit, là aussi c'est la fin de la France.

c'est épouvantable.  
les salaires ont à peine triplé eux

La société autrefois était une société hiérarchisée, les plus riches avaient mieux, les moins riches moins bien, mais il y avait pour toutes les bourses, partout ! Maintenant c'est - bien pire - une société d' ex-clu-sion : ou bien vous appartenez à la classe qui a les moyens de se payer les aménités de luxe ou bien il n'y a simplement plus RIEN pour vous, vous pouvez crever !  


j'ai constaté ce matin que pour un hotel une étoile, donc la catégorie la plus basse et la moins chère, les prix sont : 57,20 machins ("Euros") pour la chambre la moins chère et  108,20 pour la plus chère (ce qui fait  375 francs et 710 fancs ! dix fois plus cher qu'en 79 !!! mais les salaires n'ont pas été multipliés par dix !) plus loin une chambre pour une personne 78,00 c'est à dire511 francs, pour passer UNE nuit pour une personne !!! Du délire !!!! Qui peut encore voyager de nos jours ? à part les hommes d'affaire, la haute bourgeoisie et les cadres sup qui se font payer leurs frais sur l'entreprise ? La France est devenu un pays interdit aux français

06/11/2017

quand on est traité comme ça c'est la preuve qu'on est dans le vrai


 

mais "les gens sont en train de s'éveiller, il va se passer des choses"

23/10/2017

Il n'y a qu'en créant notre propre système d'exploitation, notre propre moteur de recherche et nos propres réseaux sociaux non censurés et protégés que nous pourrons sortir de cette dictature électronique !

http://vahineblog.over-blog.com/2017/05/compte-facebook-d...

sinon vous serez ici (là, à la place de la saucisse : http://reseauinternational.net/renseignement-ne-nous-lais...

de toutes façons on est "complotiste" dès qu'on commence à parler, et on est "complotiste" dès que ça ne plaît pas aux hommes au pouvoir du moment et leurs larbins.


ob_5b378a_complotisme.jpg

 


"Et c’est ainsi qu’ officiellement les médias du Pouvoir annoncent la mort par évidence de leur crédibilité devenant de vastes outils de propagandes sans contrôle autre que celui de la Mafia des milliardaires : comme déjà démontré ! Nous allons bientôt retourner en 40 où nos parents achetaient et lisaient sous le manteau une presse « papier » interdite par l’ occupant en écoutant la bonne nouvelle débitée par la TSF et poste à galène , interdits sous peine d’ être fusillé en cas de possession de l’ objet du délit, qui s’ annonçait par l’ intro de la 5ième de Beethoven! On pourra donc toujours « p…..à la r… » du Pouvoir « confiscatoire » de nos libertés !"

(heureusement que les inspecteurs de police sont "complotistes" sinon ils n'attraperaient jamais un seul criminel ! et heureusement que les historien étaient "complotistes", sinon on aurait de drôles de livres d'histoire !!)*

ET SURTOUT HEUREUSEMENT QUE MAINTENANT IL Y A INTERNET !

Sans internet pas de NON à la "constitution européenne en 2005, pas de refus du vaccins Bachelot en 200ç, ni du Linky en 2017, etc, etc. Internet c'est comme l'invention de l'imprimerie pour le XIVè siècle, comme les journaux bon marchés pour le XIXè, cette nouvelle technique est porteuse de démocratisation, de libération, de possibilités de culture, de prises de consciences, de résistances jusqu'alors impossibles, le peuple va pouvoir s'organiser hors de nos maîtres du grand capital et de l'Establishment, ça va même peut-être nous permettre la lutte de classe et le socialisme !

Souvenons-nous de Dieudonné :


 

et les révolutions qui se préparent sont innombrables, par exemple celle-ci (il nous faut absolument reprendre le pouvoir):


14/10/2017

ce qui est important ce sont les faits porteurs d'avenir


Asselineau est l'un des rare à les voir

11/10/2017

la "mondialisation" stade ultime du capitalisme

 

arton181088-be9feC’est une sorte d’hydre à plusieurs têtes ; avant on l’appelait « GAFA » pour « Google, Apple, Facebook, Amazon » mais d’autres têtes lui ont poussé depuis… Twitter, Netflix, Uber… Et puis il y a toujours Monsanto, Total, Goldman Sachs, et quelques autres encore… mais elles ne sont pas tant que ça en définitive.

Sauf que ce monstre insatiable est en train de mener une lutte acharnée pour le pouvoir, et ce sur deux fronts en même temps : contre les citoyens bien sûr (les lanceurs d’alerte vous le confirmeront !), mais aussi contre les Etats qui refusent de se soumettre à leurs exigences -ou ne le font pas assez vite.

On soupçonnait bien qu’un jour les financiers finiraient par se confronter aux politiques, inévitablement : leurs intérêts divergent à partir du moment où la compromission du pouvoir politique par le pouvoir financier commence à être rendue publique (Luxleaks, Panama papers pour ne citer que les affaires les plus récentes). Internet -et sa force de frappe planétaire- est un danger pour tous les tricheurs qui veulent rester discrets : c’est pour cela qu’ils poussent les politiques à adopter, pour leur propre sécurité mutuelle, des mesures restrictives sur tout ce qui concerne les libertés sur internet ; le terrorisme étant le biais idéal pour faire passer la fin des libertés sur internet comme un sacrifice difficile -mais nécessaire- à accepter.

Sacrifice qui s’ajoute à ceux exigés par les politiques quand les financiers commandent des lois aux politiques qui les servent (et se servent eux-mêmes au passage)… Contraints de faire passer la pilule auprès des peuples qui ne sont pas toujours d’accord (ce qui ajoute une raison de contrôler internet !), nos hommes politiques sont parfois quelque peu réticents à risquer leur place pour quelques accommodements avec leurs convictions. Regardez le TAFTA : des dispositions légales impliquant une égalité de pouvoir entre une entreprise et un Etat pose des problèmes à tous : les politiques rechignent à signer par peur du peuple qui doit continuer de les élire, tandis que les entreprises payent des sommes considérables pour obtenir ces signatures. Même si au bout du compte ces accords seront adoptés bon gré mal gré, le temps et l’argent perdu par les multinationales pour obtenir la légalisation de leurs comportements immoraux les empêche d’avancer comme ils veulent… d’autant que ces traités sont sujets à changements au gré des alternances gouvernementales.

 Quand on pense que certaines entreprises possèdent des ressources financières parfois bien plus importantes que celles d’Etats entiers -dettes comprises !- on est en droit de se demander si des pays entiers ne pourront pas être définitivement achetés par une entreprise -un peu comme dans « les condamnés à mort », un livre que j’ai découvert il y a peu, écrit en 1920 par « Claude Farrère ». Ainsi ils supprimeraient les intermédiaires gênants qui ralentissent le bon déroulement des affaires.

Du coup se pose également la question de la démocratie : ne nuirait-elle donc pas aux affaires ? Alors que la Chine rachète tout ce qu’elle peut de par le monde, la démocratie devrait-elle empêcher « l’Occident » continuer de vivre dans l’opulence ? Cette façade idéologique marque bien toute l’hypocrisie de ce genre de discours, alors que ce sont ces mêmes Apple, Facebook ou Amazon qui exploitent le travail de ces Chinois, dont les plus corrompus gagnent des fortunes. C’est qu’en réalité il n’y a pas de combat entre le nord et le sud, pas plus qu’entre l’est et l’ouest. Le combat est celui des riches contre les pauvres. A l’heure où il est de bon ton de s’alarmer du climat, de la surpopulation, des terroristes, de la pollution, on peut se demander si l’on essaye pas de nous faire peu à peu comprendre qu’il n’y a pas de place pour tout le monde, et que par conséquent on ne gardera que « les meilleurs »…

Ce qui se passe actuellement est une offensive directe de la part de quelques entreprises géantes qui ne veulent plus se laisser emmerder par la démocratie, même fictive. Ils veulent lever le rideau et prendre les commandes en direct. Quittes à imposer la dictature.

Le mouvement de concentration des médias et leur rachat malgré leur faible rentabilité montre également à quel point la bataille de l’opinion doit quand même leur être acquise avant de donner l’assaut final. Prêts à dépenser des milliards pour obtenir nos données, pour nous faire voir le monde à leur manière, ils désirent contrôler ce que nous avons le droit de savoir ou de ne pas savoir, ce que nous devons vouloir ou ne pas vouloir, afin de continuer à nous vendre leurs produits, ainsi que leur idéologie : soyez les meilleurs, sinon vous n’aurez pas votre place parmi les « élus ».

 Cette concentration constitue la dernière étape du système capitaliste, qui pourrait conduire au rachat de pays entiers par des multinationales qui gèreront les peuples à la manière de leurs entreprises, avec les moyens techniques de surveillance et de contrôle dont ils disposent. Les riches ont pris l’ascendant et sont bel et bien en train de gagner la lutte des classes. Leur puissance a atteint de tels sommets qu’il est désormais impossible de leur faire entendre raison : too big too fail, un point c’est tout !

De leur point de vue, c’est d’une logique imparable : de la même manière que Monsanto achète petit à petit toutes les entreprises qui produisent des semences « non-OGM » afin de les empêcher de « nuire aux affaires », et que la Chine (pays devenu capitaliste depuis que le Parti Communiste Chinois de "parti de la classe ouvrière" est devenu "Le parti des entrepreneurs") à son tour achète l'immonde et mortifère Sygenta, chaque multinationale dominante désire racheter ses concurrents pour les rendre inoffensifs. Toutes les barrières réglementaires qui contraignent leur puissance est un ennemi à abattre. Et la démocratie nuit aux affaires. Comme l’écologie et les journalistes, ou les droits sociaux.

 Tant que l’on ne remettra pas en cause l’idéologie qui érige la rentabilité en valeur supérieure à toutes les autres il ne peut y avoir ni démocratie ni écologie ; mais il y aura des guerres, et de la misère aussi. Car dans un monde où la rentabilité est la valeur supérieure, il n’y a pas de limite à l’exploitation de l’homme.

Caleb Irri

 

08/10/2017

Rien d’étonnant à cela quand on comprend la menace que représente cet homme pour la classe politique totalement corrompue, tant il est pétri des qualités qui manquent cruellement et depuis fort longtemps déjà à cette dernière.

Asselineau !

pourquoi les merdias (tous propriétés de 8 milliardaires, et ce n'est même pas la personnalité de ces 8 personnes qui compte c'est la totalité de la CLASSE des interêts, et des cercles de pouvoir qu'ils représentent) ont pendant 10 ans black-outé complètement l'UPR, puis quand il leur a été impossible de ne pas en parler, essayé systématiquement de le ridiculiser, de le décrédibiliser , de le diaoliser, de le diffamer ?

facile ? il faut comme toujours revenir, un peu d'bon sens comme dirait Jacques Chirac, à ce que j'appelle le principe du commissaire Bourrel "à qui profite le crime ?", les interêts des banques européistes et de leurs agences de notations, les interêts des impérialistes de l'OTAN, les intérêts de ce qu'est devenu la classe politique totalement "collabos" qui s'est hissée au pouvoir

comme dit cet article https://flammedalterite.wordpress.com/2017/04/08/sri-auro... :

Rien d’étonnant à cela quand on comprend la menace que représente cet homme pour la classe politique totalement corrompue, tant il est pétri des qualités qui manquent cruellement et depuis fort longtemps déjà à cette dernière.

 

Lorsque grâce à Asselineau la France sera sortie de l’UE, et que suivant son exemple tous les autres peuples d’Europe en seront sortis aussi, il y a un aspect de la chose, qui en est en fait l’ASPECT CENTRAL, c’est que Asselineau aura (sans s’en rendre compte sans doute), apporté une grande victoire dans le cadre de la lutte des classes !
En effet vous vous êtes j’espère quand-même rendu compte que l’UE est un instrument de lutte de classes, l'avatar XXIè siècle de la vague fasciste des années 20 et 30, un autre moyen plus subtil de bloquer à jamais les luttes ouvrières et d’enfermer les peuples dans un « piège à rats »
https://www.youtube.com/watch?v=mrrNpl4Nk28
http://www.pardem.org/union-europeenne/pourquoi-et-commen...
et un « puissant levier », comme disait l’autre, pour imposer un retour en arrière vers un max d’exploitation pour les uns, et de profits boursiers pour les autres.
Aussi pour les peuples sortir de l’Union Européenne c’est une libération pas seulement nationale mais surtout de classe, c’est mettre un coup d’arrêt aux plans machiavéliques du grand capital.

 

Et ici dans cet interview il nous donne une analyse pénétrante et lumineuse de sagacité et d'humanisme, il serait temps que les gens comprennent et se ressaisissent (et qu'ils cesse de "voter utile", de nos jours il n'a jamais été aussi utile de voter selon ce que vous dit votre intelligence et vos valeurs !)