Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/09/2022

l'énergie "verte" est une imposture - donc ?

L’énergie « verte » est une imposture (si vous ne le savez pas encore regardez les vidéos (libres ! pas la propagande du Régime !) qui en parlent !).

Et le battage que la mafia de Davos fait en ce moment , quel est son but ?

un commentaire sous la vidéo

Bonsoir Salim, vous êtes quelqu'un d’intelligent et je peine à vous faire passer mon message. Je ne sais pas si vous lirez ce commentaire. Mais prenez le problème dans l'autre sens. pensez-vous qu'il ne savent pas que l'électrique et le renouvelable ne suffiront pas ? Ils le savent très bien. Ils savent également que le pétrole vas manquer. Alors que faire. Et bien c'est simple. Inventer un pandémie. Décimer les gens avec un injection. Éliminer un maximum de gens. Et d'ici 2035 les rares qui auront survécu seront en esclavage. Rien ne remplacera le pétrole. Cette énergie est à la base de notre civilisation. Pourquoi croyez-vous que Ferrari et les autres voitures de luxe auront des dérogations pour fabriquer leur bolides thermiques après 2035. Une petite élite se partagera ce qu'il reste de ressources. En continuant à vivre comme avant confortablement. Mais pour cela ils doivent éliminer la majorité d'entre nous. C'est la seule explication plausible. Je n'ai jamais, jamais un signe d'aucun lanceur d'alerte ! Personne ne parle de ce foutu pic pétrolier. On ne parle que de Co2. Ce Co2 qui est la vie de toutes plantes ou arbres et qu'on nous fait croire être le nœuds du problème. Ne voyez-vous pas le plastique disparaitre de nos supermarchés pour du carton ou du papier. Ils ne le font pas pour la planète, ils le font parce que le pétrole va manquer. En tout cas pour l'Europe qui n'en produit presque pas. Même les capuchons des pots d'épices en supermarché ont changés pendant le Covid. Plus fin et transparents. Afin d'utiliser moins de pétrole. Salim S.V.P. ! Abordez le sujet. Réfléchissez tout mène à ça ! Les trottinettes électrique que l'on pousse les jeunes à utiliser. Les pistes cyclables qui apparaissent pendant le confinement. Les abonnement bus moins cher pour les jeunes. Le permis de conduire de plus en plus cher pour décourager les jeunes à l'obtenir. Le contrôle technique qui élimine les veilles voitures pour qu’un maximum de gens se retrouvent à pied. Etc..

soumission !

« vous voulez avoir une image de l’avenir ? Imaginez une botte écrasant un visage humain, toujours et toujours, voilà l’avenir » Georges Orwell

15/09/2022

c'est tout à fait ce qui se passe ! en France, en Suède, et ailleurs

Les leçons des élections en Suède.
13 septembre 2022
Nous parlons de la Suède mais sur tout le continent européen, on assiste au même mouvement ce qui nous confirme qu’il y a là une stratégie du capital qui a accompagné la déshérence des partis communistes dans la débâcle "bobo", (qui s'est manifesté en France à partir de 1983, mais qui a sans doute été planiiée dés avent). C’est l’aboutissement d’une dérive qui avait commencé comme dans les autres pays en 1980 par une soumission totale à des politiques de privatisation et d’attaque contre le monde du travail, dans l’entreprise comme dans les modes de consommation assortie d’une adhésion de fait à l’OTAN et à l’UE de la social démocratie comme de la droite modérée. On retrouve la même dérive des ex-communistes pour des raisons d’intérêts carriéristes, la lutte des places à défaut de la lutte des classes, qu’ils confondaient volontiers avec la lutte contre l’extrême-droiteIl faut mesurer jusqu’où est allée la dérive y compris durant le COVID et le scandale de l’euthanasie dans les maisons de retraite. Le pays de l’alternative social-démocrate après la chute de l’URSS a montré à quel point la tolérance aux conquêtes social-démocrates dépendait pour le patronat de la peur du communisme. Mais tout cela est mené par le capitalisme financiarisé et mondialisé qui fait monter l’extrême- droite avec la complicité des “élites” médiatiques et politiques en plein consensus. C’est dans ce contexte-là qu’il faut analyser le choix de rallier l’OTAN dans la croisade anti russe.
LE GOUVERNEMENT DE CENTRE GAUCHE BATTU ET L’EXTRÊME-DROITE DEVIENT LE PREMIER PARTI DE DROITE 
Selon les premiers résultats portant sur plus de 94% des bulletins dépouillés, le gouvernement de centre-gauche semble être battu par l’opposition de droite-extrême droite.

Ainsi, le Parti du centre (centre-droite) remporte 6,10% des voix et conserve 24 sièges (-7). Le Parti de gauche (Vänsterpartiet) remporte 6,63% des voix contre 8% en 2018, les anciens communistes qui ont suivi le chemin pro-européen et de liquidation qui était celui de la direction du PCF avant le 38e congrès perdent 5 sièges au parlement et conservent néanmoins 23 mandats. Enfin, le dernier parti allié gouvernemental, Parti de l’environnement Les Verts, progresse avec 18 sièges (+2) et 5,02% des voix.
C’est la coalition de droite-extrême droite qui s’impose avec 176 sièges et 49,8% des voix. À sa tête, les Démocrates de Suède avec 20,71% des voix et 73 sièges (+11). Les alliés de l’extrême-droite reculent. Le Parti modéré de rassemblement (centre-droite) remporte 19,09% des voix et 68 sièges (-2). Les Chrétiens-démocrates remportent 5,36% des voix et 19 sièges (-3) et les Libéraux recueillent 4,58% des voix et 16 sièges (-4). Depuis quelques années, les partis de droite ont systématiquement intégré l’extrême-droite et cela a eu lieu comme en France dans un basculement des “élites” politiques et médiatiques à droite.
Ces résultats indiquent que la coalition gouvernementale n’a plus de majorité au parlement avec seulement 173 sièges sur 349. Les autres formations ne franchissent pas le seuil électoral des 4%. La participation importante encore a été de 80,62%, en net recul par rapport à 2018 (87,18%).
L’ÉVOLUTION D’UNE SITUATION MONDIALE
En Suède l’opposition de droite a été menée par les modérés conservateurs, un bloc formé par les libéraux, les Démocrates chrétiens et elle intégrait une Extrême-droite minoritaire. Le fait est que ce bloc a basculé au profit de l’extrême-droite : les Démocrates de Suède qui deviennent comme le prévoyaient les sondages le premier parti de la coalition de droite et que sous cette poussée le centre gauche ait perdu sa majorité constitue un résultat qui ne surprendra personne tant le scénario se renouvelle.
Les Démocrates de Suède sont issus de la montée du mouvement néonazi en Suède à la fin des années 1980. Ils ont assaini leur image publique mais une étude récente du groupe de recherche Acta Publica a révélé que beaucoup de ceux qui se présentent aux élections sous l’étiquette Démocrates de Suède sont membres du Nordic Resistance Movement, l’organisation néonazie scandinave qui lutte pour établir un État nordique totalitaire, racialement et culturellement «pur». Jimmie Åkesson, chef des Démocrates de Suède depuis 2005, a décrit la minorité musulmane suédoise comme notre «plus grande menace étrangère depuis la Seconde Guerre mondiale». Il dénonce «l’alliance impie entre les libéraux et les "marxistes" […] unis dans un mépris commun pour l’identité nationale». Depuis ces années 1980, ils sont passés de 1,4 % des voix de l’électorat (2002) à 5,7 % (2010), à 12,9 % (2014) puis à 17,5 % (2018) et 20,71% aujourd’hui. Ce parti dont la trajectoire, on le voit comme en France et sous les mêmes influences, a été largement promu, véritable épouvantail il est peu à peu apparu comme la seule alternative à des partis qui se conduisaient comme en France et témoignaient d’un alignement sur la collaboration de classe. 
Tout était à l’avenant : l’École suédoise, considérée comme l’une des plus performantes et égalitaires du monde il y a trente ans, est devenue un contre-modèle. La cause ? Une logique de marché et une privatisation galopantes creusant les inégalités. C’est à ce contexte là qu’il faut sans cesse revenir pour juger des responsabilités dans la montée de l’extrême-droite. 
Nous sommes donc devant un phénomène mondial qui tient à l’absence de perspective révolutionnaire. 
Le capitalisme à ce stade aggrave l’exploitation interne et a une démarche de plus en plus belliciste. Faire de l’extrême-droite un repoussoir et en même temps le faire monter par une politique de collaboration de classe assure la promotion dont le capital a besoin et en Suède comme en France la social-démocratie et le parti qui n’avait même plus le nom de communiste, ne s’intéressait qu’au sociétal, a favorisé la montée de l’extrême-droite. C’est non seulement une alternative à l’alignement de la gauche et des communistes sur la politique de la droite, face à des travailleurs écœurés, divisés et désespérés.
Mais la démarche a été encore plus loin que nous en France mais on voit bien que c’est celle que Macron met en place. En Suède cela s’est passé en 2014, lorsque le parti social-démocrate comme Macron aujourd’hui a alterné avec la droite modérée, Stefan Löfven n’avait pas la majorité et a proposé de rompre avec le traditionnel clivage gauche droite de la politique suédoise et il conclu une sorte d’accord avec le regroupement quadripartite de la droite qui lui assurait une majorité à la condition qu’il applique une discipline budgétaire totale en ce qui concerne les services publics, les acquis des travailleurs, les salaires et des mesures anti-immigrés. Cette politique a permis aux Démocrates de Suède de regagner du terrain lors des élections de 2018. Löfven y a vu une approbation et a rendu plus étroits ses liens avec le centre et les libéraux dans un accord connu sous le nom d’«accord de janvier». C’est sur cette base que la Suède a été gouvernée lorsque la pandémie de COVID-19 a frappé et que Stockholm est devenu l’un des principaux partisans de la stratégie meurtrière de «l’immunité collective» dans le monde plutôt qu’un effort de santé. La “gauche” anciens communistes n’ont pas pipé mot et ont suivi en s’accrochant aux avantages de carrière de ce choix.
LE BUDGET MILITAIRE ET L’ADHÉSION A L’OTAN
Mais si l’austérité était de mise en matière de services publics et de droits sociaux, il n’en a pas été de même en ce qui concerne le budget militaire et là aussi nous voyons bien ce qu’il en advient d’une gauche qui feint d’ignorer ce contexte militariste et suit l’OTAN, se range par pur opportunisme derrière l’envoi d’armes létales en Ukraine. La Suède a augmenté fortement les dépenses de défense, réintroduisant le service militaire et envoyant des armes pour soutenir la guerre par procuration des États-Unis et de l’OTAN contre la Russie en Ukraine. Les sociaux-démocrates ont abandonné leur opposition traditionnelle à l’alliance militaire de l’OTAN et ont mené la charge pour l’adhésion de la Suède, contribuant à transformer la Scandinavie en un autre front dans la campagne des puissances impérialistes visant à soumettre la Russie au statut de semi-colonie. Les sociaux-démocrates de Suède ont également joué un rôle de premier plan dans la persécution du lanceur d’alerte Julian Assange, dont le travail a révélé les crimes de guerre de l’impérialisme américain et de ses alliés.
Après une crise gouvernementale, le parti social démocrate a fini dans une débâcle totale en acceptant de mettre en œuvre un budget rédigé par les modérés et les Démocrates de Suède, la première fois qu’un budget suédois était co-rédigé par le parti d’extrême-droite. Quant aux ex-communistes, ils ont été assez immondes en justifiant à chaque moment leur participation carriériste par le danger de l’extrême-droite dont ils acceptaient de cautionner le programme. C’est l’aboutissement d’une dérive qui avait commencé comme les autres en 1980 par une soumission totale à des politiques de privatisation et d’attaque contre le monde du travail, dans l’entreprise comme dans le monde du travail et de soumission à l’OTAN et à l’UE, pour des raisons d’intérêts carriéristes qu’ils confondaient volontiers avec la lutte contre l’extrême-droite… Il faut mesurer jusqu’où est allée la dérive y compris durant le COVID et le scandale de l’euthanasie dans les maisons de retraite. Le pays de l’alternative social démocrate après la chute de l’URSS a montré à quel point celle-ci dépendait pour le patronat de la peur du communisme.
Les communistes bien sûr ont prétendu s’opposer à l’adhésion à L’OTAN mais dans le même temps ils soutenaient l’Ukraine et refusaient de voir ce qui provoquait la guerre ; ils jouaient les idiots humanistes. Le chef du Parti de gauche Nooshi Dadgostar a déclaré: «Ma position est que nous sommes plus en sécurité en Suède si nous sommes en dehors de toute alliance militaire. Mais il est important que nous ayons un large consensus. Que nous le fassions ensemble comme un seul peuple et une seule nation. Je ne suis pas souvent d’accord avec Carl Bildt [un ancien premier ministre conservateur et défenseur de longue date de l’adhésion à l’OTAN], mais sur cette question, je le suis. Il y a la gauche et il y a la droite, mais l’armée suédoise, c’est tous les Suédois ensemble.» C’était une longue tradition que ce soutien de fait par exemple à la guerre en Libye. Même complaisance en matière de xénophobie et des dangers de l’immigration. Dans le même temps où tout en acceptant le démantèlement des services publics, l’austérité, le chômage et en cautionnant les guerres impérialistes de la politique à laquelle ils participaient ils trouvaient des boucs émissaires commodes à la crise de leur propre société.
Danielle Bleitrach

(ah ! Danielle Bleitrach a bien compris ce qui se passe, et ce qui s'est passé depuis 1983)

01/09/2022

LGBT et civilisation occidentale actuelle - le POURQUOI

voilà l'explication :

le LGBT est devenu un "pilier" de la civilisation occidentale actuelle en ce sens : la civilisation occidentale a grandie fondée sur la notion de liberté, et de liberté individuelle.

Or les phantasmes administro-gouvernementaux (ne pas oublier la grande découverte de Zygmunt Bauman : le nazisme est causé par l'esprit de la modernité, une fois qu'il suit son développement sans que rien ne l'arrête) mènent à une hubris pathologique de totalitarisme (voyez Klaus Schwab, etc), et le capitalisme tout-puissant est incompatible avec la liberté des êtres humains ! alors, maintenant ils tournent le dos à toutes les libertés ! mais le culte de la liberté est la sève de leur culture, que faire ? il ne reste plus que la "liberté" sexuelle (elle-même très relative vu la chape de plomb et la paranoïa judiciaire, répressive et culpabilisatrice puritaine du féminisme !), de plus le LGBT permettra de faire chuter en flèche la natalité, et d'enfermer ce qu'il en restera dans un "marché" capitalistique juteux ! et la possibilité extrême de NORMALISER les êtres qui seront produits. C'est pourquoi dans son pourrissement anti-humaniste la civilisation occidentale fonce dans le LGBT.

28/08/2022

il faut mettre le problème à plat et voir quels sont les mécanismes qui ont créé ça !

 

 

25/08/2022

une chose qu'on ne sait pas ! - les études viennent de le montrer - les centristes sont les pires - explication

Les centristes sont ceux qui sont sont les plus hostiles à la démocratie

tocqueville_02_2

Si !
S’ouvre aujourd’hui vendredi 8 juin, au château de Tocqueville (Tocqueville, le raciste et élitiste aristocrate qui en 1848 disait « je n’ai pas peur du suffrage universel : les gens voteront pour qui on leur dira de voter » ), un grand colloque international sur « la démocratie en Occident au XXIème siècle » — ce qu’Alexandre Devecchio, qui en rend excellemment compte dans le Figaro du 8 juin, appelle « la grande fracture démocratique ».

Une appréhension hâtive d’un tel sujet amènerait peut-être le lecteur à penser qu’en ces temps de Front national, de Ligue du Nord, d’UKIP (Angleterre), AfD (Allemagne), ÖVP (Autriche) et autres Fidesz – Magyar Polgári Szövetség (Hongrie) ou Prawo i Sprawiedliwość (Pologne), la menace est déjà installée à l’extrême-droite. (non ce n’est pas à l’extrême-droite souvent fantasmée d'ailleurs, que se trouve la menace, mais chez des gens comme Macron, Sarko, Hollande, et les européistes bien sûr ! - (ma note) -  chez tout l’Establishment libéral-fasciste des « diplômés » qui méprisent tant le peuple, les Jean Monnet - lisez le livre de De Villiers à son sujet "j'ai tiré sur le fil du mensonge")

Enter David Adler, political researcher, comme dit le New York Times. Dans un article fascinant paru le 31 mai dernier, il fait état de sa recherche sur le rapport à la notion de démocratie — et à sa pratique — dans les pays occidentaux, tous supposés démocrates. De sa recherche et de sa stupéfaction : dans tous les pays « démocratiques », les centristes, globalement au pouvoir, sont majoritairement hostiles à la démocratie.
Certes, les partis d’extrême-droite aiment les hommes forts. (mais ils se réclament très souvent de la démocratie, et en général sincèrement, rares, seuls les plus extrémistes, son ceux qui s’opposent à la démocratie) ,Mais les centristes les talonnent : ils ont horreur de la qu’on appelle vox populi. Voyez plutôt :

: Capture d’écran 2018-06-08 à 10.59.42

 

Capture d’écran 2018-06-08 à 11.00.12

Horreur surtout de ce qui peut résulter d’un vote démocratique (eh oui ! Ce sont des bourgeois, purs et durs, et ils ont la plus profonde méconnaissance des conditions de vie des travailleurs et le plus profond mépris pour le peuple les « pas diplômés du supérieur » et « les gens du sexe masculin qui mangent avec leurs doigts »!). Rappelez-vous la façon dont les démocrates centristes de chez nous, ceux qui sont aux manettes à Bruxelles, ont contourné le vote sur Maastricht. Souvenez-vous des cris d’orfraie des démocrates anglais de la City à la suite du Brexit, suggérant que Londres (ah, une mégapole mondialisée, quel pied…) fasse sécession. Et remarquez depuis quelques jours les hurlements de nos démocrates à nous, face à l’issue des dernières élections italiennes : le président Sergio Mattarella cherchant à confisquer l’élection, qui lui semblait peu compatible avec les sempiternels critères européens, et les journalistes de chez nous appelant quasiment le châtiment divin sur la tête des inconscients qui ont voté là-bas pour la Ligue du Nord ou pour Cinque Stelle. Etienne Gernelle, dans le Point, a trouvé de jolies invectives contre ces « histrions » qui ont « stupidement tonné » mais qui ont mangé le pain blanc de leur bêtise. Et Matteo Salvini, le patron de la Ligue, doit désormais se faire à l’idée que c’en est fini de « la période bénie où il pouvait dire ce qu’il souhaitait sans que cela porte à conséquence ». On n’est pas plus aimable avec des gens qui ont quand même ramassé une large majorité des voix. Ces Italiens sont sans doute moins intelligents qu’un éditorialiste français.

L’inversion des codes ne date pas d’hier. « L’ignorance, c’est la force », disaient jadis en chœur George Orwell et Philippe Meirieu — avec des intentions différentes, sarcasme là, programme ici. Mais cela fait une grosse dizaine d’années que les « démocrates » auto-proclamés se conduisent comme des autocrates. (non, plus longtemps que ça, cette mentalité est déjà en plein chez Jean Monnet, et en France elle plastronne depuis 1983, Michel Onfray l’a d’ailleurs récemment dénoncé) Des tyrans, parfois. Des Européens à la botte de l’Allemagne, qui n’en finit pas de caresser dans le sens du poil les descendants des oustachis, lancent une guerre insensée en ex-Yougoslavie — dont est sortie une Bosnie porte-avion de l’islamisme et des trafics d’organes. Un Premier ministre anglais, « french poodle » du président américain, lance son pays dans la guerre sans demander l’avis de quiconque. Un président français s’assoit sur un référendum, nous ramène à l’Otan sans en référer à qui que ce soit et lance en Libye une opération unilatérale et incertaine — restons poli (en fait criminelle et abjecte ! Demandez à Khaled Hamedi). Un autre, après lui, joue avec les unités d’élite en Afrique, et menace la Syrie de représailles au nom d’un « ordre mondial » démocratique. Et je passe outre la politique européenne vis-à-vis de la Russie, tout cela à propos de l’Ukraine, autre vieil allié du IIIème Reich — et d’ailleurs les partis néo-nazis y fleurissent. Ces démocraties-là décidément sentent bon…
Parce que ces opérations unilatérales, décidées dans le silence feutré des cabinets, sont lancées au nom de la démocratie – sans demander jamais son avis au Démos, le peuple qui a bon dos, de larges épaules et le portefeuille vide.

Nous allons vers des temps troublés. Nos prétendus démocrates se sont saisis de la démocratie pour contourner la République. Non seulement Tocqueville, qui faisait l’éloge de la démocratie en Amérique tout en soulignant ses limites, avait raison, mais Montesquieu, qu’il avait lu de près, avait raison lui aussi : la démocratie (une certaine espèce de démocratie) est une perversion, et elle se confond désormais avec cette autre perversion qu’est l’oligarchie (ça c’est à cause du système de l’élection ! Etienne Chouard l’explique très bien!), la séparation nette du peuple d’en bas d’avec les élites supposées d’en haut. Et ces deux perversions en produisent une troisième que Montesquieu appelait tyrannie. C’est une combinatoire. J’exagère ? Ah oui ?

J’ai mis du temps à comprendre que les politiques scolaires ne visaient au fond qu’à accentuer cette séparation, et que l’argent déversé sur le bas avait pour but essentiel de préserver les privilèges d’en haut. J’ai mis du temps à admettre qu’on ne changerait pas le système scolaire sans changer de régime, en revenant à une république vraie et en balayant nos démocrates de façadeceux qui tentent chaque jour de faire croire que populisme est un gros mot, sans doute parce qu’ils croient que le peuple est une menace. C’est même la seule chose dont ils ont peur. (c’est un aveu! Eh eh !)

Au fond, ce ne sont pas les partis « fascistes » qui présentent un vrai danger. Ce sont ceux qui se parent ostensiblement des oripeaux de la démocratie — pour mieux la contourner. Le danger, c’est l’extrême-centre. Depuis 50 ans, en Occident, aucun coup d’Etat n’est venu des extrêmes. Ils sont tous partis du centre — sur le modèle de Louis-Napoléon  Bonaparte : on se fait élire par des bourgeois, puis on prend le pouvoir en suspendant toutes les libertés. Le prochain, que je crois poche, fonctionnera sur le même modèle — ou il se contentera de changer la loi électorale et le mode d’élection des députés (et leur nombre) pour continuer à régner. Que d’aucuns ne le voient pas trouble ma foi en la nature humaine…

Alors, fratelli d’Italia, ne vous laissez pas impressionner. Appliquez votre programme. Allez jusqu’au bout : dénoncez la dette absurde dont on vous fait payer (comme à nous) les intérêts sans espoir de la régler un jour. Pour la résorber, il faudrait que les Etats puissent créer de l’argent – et ils ne le peuvent pas, ficelés qu’ils sont par le système bancaire. Faites crouler ce vieux monde : seuls ceux qui ont beaucoup ont quelque chose à y perdre — et l’INSEE vient d’avouer que notre « démocratie » ne profite qu’aux plus riches !

DETTE :  « Les Etats se surendettent de plus en plus pour pallier aux effets de la mondialisation (désindustrialisation, chômage, etc), donc peu à peu les Etats s’appauvrissent, les grands groupes s’enrichissent et tiennent les Etats en dépendance par la dette ». Ce rapport de force très favorable aux nouveaux maîtres du monde, ceux qui ont l’argent, décuple leur ambition de s’emparer du pouvoir politique. Cela se fait de manière insidieuse parce que les peuples ne sont pas d’accord.

Non, l’Histoire n’est pas finie, Elle commence — ou elle continue. Avanti popolo !

Jean-Paul Brighelli

et écoutez cette vidéo :https://ru-clip.net/video/zkfGY7Y96NE/changement-de-cap.h...   à partir de la 8ème minute écoutez bien la  déclaration de l'OMS, qui ne semle pas avoir été écoutée par la clique à Macron (et d'autres) ce qui montre bien, que derrière tout ça il y a ien un projet FASCISTE, ça confirme le prégnance depuis 45 (en fait depuis 1845 ! si on replonge son nez dans les documents historiques on comprend) d'une tendance lourde au fascisme, un virus idéologique, issu d'une véritable psychose perverse chez, ben chez les "centristes ! on y revient...  On veut transformer  toute la société en en vaste CAMP DE CONCENTRATION et les français en un troupeau de zombis nazis biens soumis.

Pour ce qui est de redonner confiance aux Français envers la France, Florian Philippot, l’admirateur de Hugo Chavez, y arrive très bien. Souverainistes, donc démocrates (c'est logique, réfléchissez ! ), donc prolétaires, de tous bords unissons nous. Le système est totalement gangrené par la main-mise des lobbies, la seule chose qui importe c'est un retour à nos libertés fondamentales tant au niveau individuel que collectif, et surtout faire en sorte que la France et son Peuple, aussi disparate soit il, retrouve sa souveraineté. Son indépendance politique, économique et monétaire ! Cela ne sera possible qu'en sortant de l'union européenne et en adoptant le RIC comme toile de voûte de notre fonctionnement politique. Nous sommes à la croisée de deux paradigmes, ou nous nous soumettons à une oligarchie capitaliste et technocratique qui pillera la planète et fera de nous des esclaves, ou des "bons sujets", ou nous résistons pour préserver notre patrimoine, nos valeurs de liberté et de fraternité, notre souveraineté et donc notre dignité en tant que Peuple de France. Actuellement sur la scène politique Florian Philippot est l'un des rares à avoir compris le schmilblick de l'UE, et il ose mener le combat de front. Alors soutenons-le de toute notre masse musculaire et mentale, et avec Bravoure !
( * Florian Philippot https://ru-clip.net/video/cpw-QxnCITw/esclavage-pour-dett...    
va toujours à la source des problèmes, plus loin qu'Asselineau et, l'air de rien plus, à gauche, toutes ses vidéos et interventions dans les médias qui l'invitent sont honnêtes et très instructives, il envoie du lourd, il parle de tout ce dont les autres, y compris Asselineau, ne veulent pas parler ou qu'ils minimisent. C'est le seul en politique qui peut sauver la France,il prône le rassemblement, sans invective envers les autres. Il faut le soutenir à fond et le faire mieux connaître et bien sûr adhérer aux Patriotes)

17/08/2022

ne pas oublier : ne laissez pas disparaître l'argent liquide, c'est une condition de vie ou de mort, défendez -vous ! défendez la civilisation !

La suppression de l’argent liquide : un pas vers le totalitarisme

Nous avons vu que le système monétaire de l’Inde a  été quasiment anéanti par décision unilatérale de son premier ministre et que les interdictions peuvent également frapper l’or et l’argent. Selon l’analyste économique Liliane Held-Khawam, les ordres viennent directement des grandes multinationales qui veulent imposer leur économie mondialisée totalitaire.

Même analyse du côté de Dan Popescu à propos de la prétendue lutte contre la corruption :

« Leur motivation est bien plus sordide : avoir le pouvoir absolu sur la monnaie afin qu’elle puisse être plus efficacement dévaluée, taxée ou purement confisquée. Les pièces d’or et d’argent ont déjà été confisquées, mais cela a été très peu efficace Les pièces d’or et d’argent ont déjà été confisquées, mais cela a été très peu efficace, dispendieux et compliqué. Pour générer de l’inflation, il a fallu que l’Empire Paradoxalement, l’Inde a été choisie en premier (la Somalie, sans injurier le premier cheptel mondial de camélidés, est un nain économique. Si la Chine était le A, la Somalie serait une lettre qui n’existe pas et loin, mais alors très loin, du Z…) car il s’agit plus gros morceau à avaler, ayant des retards structurels extrêmes en économie… ce qui devient un avantage. Elle précise notamment : « Le gouvernement n’a pas le choix. Ou il est apte à mettre en place une société sans cash piloté par les incontournables entreprises globalisées américaines – et assimilées – de trafic de paiement pour qu’elles « monitorent » le pays, ou l’Inde doit renoncer à son statut de pays global avec la menace/chantage de voir migrer ces mêmes entreprises avec leurs flux financiers et leurs places de travail… ».romain se réapproprie les pièces et les refrappent avec moins d’or ou d’argent. Avec la monnaie papier, cela a été plus facile, vu que l’État pouvait en imprimer autant qu’il le voulait, mais ce n’était pas encore parfait. Ce qui est parfait pour les pays souverains, avec la monnaie électronique, est qu’elle n’est plus en votre possession physique et qu’ils peuvent, avec un simple clic, limiter l’accès à cette monnaie. Il y a déjà des limites en place sur les retraits en cash aux guichets automatiques. »

La destruction de l’argent liquide est notamment recommandée par l’économiste allemand Peter Bofiner et les marges des gouvernements sont restreintes, comme nous l’avons vu dans le précédent article. Cependant, comme le dit Dan Popescu : « Il ne tient pas compte de l’ingénuité humaine. La crise indienne démontre à quelle vitesse les gens peuvent réagir et trouver des alternatives », l’or pour les riches et l’argent-métal pour les pauvres. C’est exactement ce qui se passe en Inde.

Cependant, tenu par la haute finance internationale, le gouvernement indien tente d’escroquer les épargnants indiens en leurs faisait déposer leur or dans les banques et dans les temples pour leur faire acquérir en échange un soi-disant « or-papier » qui n’existe pas, qui est « garanti par le gouvernement » (« Les promesses n’engagent que ceux qui les reçoivent » disait Charles Pasqua, expert en filouterie) et qui est censé rapporter un intérêt annuel de 2,75 % (c’est-à-dire que récupérez l’équivalent de votre capital en 24 ans…). Expropriation générale : les capitalistes en ont été accusés, les communistes en ont rêvé, les spéculatistes le feront. Tout ce qui est virtuel peut disparaître du jour au lendemain. « Les sots se ruent là où les anges n’osent pas s’aventurer » dit le proverbe. La contrebande d’or, qui représente environ 220 tonnes par an, soit environ un tiers du marché officiel.

En ce qui concerne l’Inde, précisons que les chiffres sur la part des paiements en liquide est en fait une simple estimation. Après croisement des sources, les chiffres oscillent en fait entre 87 et 96 %, dans un pays où 1 % seulement de la population paie un impôt sur le revenu. « Comment ruiner un payline-height: 100%;s en quelques jours » titrait un site internet économique suisse.  L’économiste Charles Sannat donne cette analyse qui n’est pas valable que pour l’Inde :

« Vous êtes Indien, que préférez-vous ? Des mauvaises roupies avec un gouvernement qui, du jour au lendemain, est dans un autoritarisme monétaire total et qui peut vous ruiner en une seconde par un simple décret ou vous préférez avoir des dollars et accessoirement de l’or qui sont « hors » roupie indienne ? Si les billets indiens ne valent rien, les dollars, eux, vaudront toujours quelque chose. Le gouvernement indien peut interdire les dollars, les euros ou l’or, d’abord ce sera compliqué, mais surtout, il y aura un marché noir !! Même en URSS, même avec les goulags et le KGB, il y avait le marché noir des dollars américains, et de plus les frontières étaient fermées et très surveillées. Vous imaginez aujourd’hui !! Cela nous amène donc à dire que la prudence et l’indépendance vis-à-vis des États nous amènent à considérer qu’avoir une partie de ses actifs dans une monnaie que votre État ne dirige pas est évidemment une bonne idée de diversification prudentielle. Le dollar est bien plus solide que l’euro qui peut exploser à tout moment. Le dollar est la monnaie d’un pays unique et homogène, l’euro une monnaie commune à une Europe à bout de souffle et en pleine déliquescence… Avoir des dollars est-il une bonne idée ? En tous cas, ce n’est pas une mauvaise idée que d’avoir des monnaies autres que la sienne, et aussi des métaux précieux qui, évidemment, vous garantissent d’être épargné un peu plus que les autres en cas de décision brutale et absurde de nos autorités monétaires. »

La Corée du Sud est l’étape suivante dans les pays démonétisés, la Somalie y est déjà ralliée.  En 2020, il n’y aura plus de pièces de monnaies en Corée du Sud, qui a terminé sa « normalisation bancaire », avec 95 % des paiements faits par carte de crédit. La dernière en date, la T Money, est destinée à remplacer les portemonnaies. Le prétexte cette fois est de réaliser une économie de 40 millions $ (coût de la fabrication des pièces de monnaies). Ensuite, viendront le tour de la Norvège et de la Suède (98 % de paiement non-numéraire) dont les banques commencent même à interdire les dépôts en liquide…

(ils choisissent les pays dont les habitants ont la plus grande tradition d’obéissance et d’auto-discipline exacerbée ! )

Comme le dit l’économiste Charles Sannat dans sa phrase-choc que j’apprécie particulièrement : « Préparez-vous, il est déjà trop tard… »

Hristo XIEP - 9 décembre 2016

 

L’interdiction de l’argent liquide va permettre aux Banques et au Système d’avoir un pouvoir absolu sur vos vies ! ........ un pouvoir de vie ou de mort dans le vrai sens du terme !.


Dans une société sans argent liquide , un seul interdit bancaire sans entourage familiale ou amical pour vous aider et c’est la MORT assurée ! ....... même faire la manche sera impossible !.


Le Nouvel Ordre Mondial nous conduit petit à petit , étape par étape vers le système totalitaire le plus impitoyable qui aie jamais existé !

Les commerçants devraient s’unir pour prendre une décision : déclarer leur intention de ne plus accepter les paiements par carte bancaire à partir d’une certaine date et procéder à la destruction du terminal de paiement en place publique. Puis ils inciteront vivement la clientèle à se ravitailler en espèces.

11/08/2022

UN MONDE DE DEPOSSESSION

COMME TOUJOURS pour le plus grand profit des firmes du GRAND CAPITAL

l'accumulation du capital ça s'appelle, lisez par exemple comment ça s'est passé en Angleterre au XVIe siècle (si vous avez le coeur bien acroché, le cynisme puant et la cruauté de ces gens est hallucinant ! que ça serve d'avertissement il n'y a aucune raison qu'ils ne soient =pas capables de choses pareilles maintenant, ils le sont déjà!) : https://histoireetsociete.wordpress.com/2018/06/13/karl-m...

et un article d'actualité :

COMME TOUJOURS pour le plus grand profit des firmes du GRAND CAPITAL

NOTES À PROPOS DE L’AFFAIRE DU PROFESSEUR FOURTILLAN ET DE CE QU’ELLE MONTRE DE NOTRE SOCIÉTÉ DÉCADENTE DE PLUS EN PLUS INHUMAINE ET DÉNUÉE DE SENS

11 mai 2021

La pitoyable histoire présente du Professeur Fourtillan embastillé en préventive est symptomatique de notre société qui vit la tête en bas. Préventive pour un procès dont l’aspect répréhensible médicalement parlant ne sera sans doute pas facile à établir. Préventive, ce que souvent on n’applique même pas à la racaille notoirement délinquante tant du bas que du haut de la société.

On en a des exemples en masse. Et ceci tous les jours, qui montrent que le monde de la Justice est lui aussi totalement contaminé par le maboulisme ambiant imbécile et/ou malfaisant. Bien évidemment fort révélateur de la déliquescence des mœurs et des dites élites de la bourgeoisie totalitaire, uniformisante, atomisante, dictatoriale et délétère. *

Que reproche-t-on à ce Docteur en Pharmacie ? D’avoir distribué des patches d’une substance naturelle non toxique à des personnes âgées, non pas en vue de leur ramener la jeunesse mais simplement d’améliorer leur mémoire, ou leur sommeil.

Il ne serait pas le premier ni le dernier (fort heureusement) à le faire. J’ignore si ce produit est efficace mais il ne semble pas être plus dangereux (sic) ou néfaste que les herbes médicinales de nos herboristes qui ont été voués à la disparition, pour les remplacer par l’industrie des tisanes des rayons « plantes et produits naturels » (sic, c’est fait comment une industrie naturelle?) des pharmacies et plus encore des supermarchés à vigiles privés.

Le péché du professeur (qui a fait toute sa carrière dans la recherche pharmaceutique) a été de dire ou laisser dire qu’il soignait ! Or en France comme partout ailleurs, sauf dans certains pays dits « sous-développés », la santé est un secteur réglementé par la loi, l’obtention de diplômes et comme on le voit présentement par une vraie police sanitaire qui impose de plus en plus de protocoles dans le domaine de la recherche et même dans celui du traitement des maladies. Avec les directives des ARS entre autres ou le médecin a de moins en moins son mot à dire et n’a plus qu’à appliquer ce qui est écrit sur des fiches de protocoles sanitaires !

Tenant en laisse principalement les soignants donc, y compris même en parfaite contradiction avec les buts premiers de la médecine (et du serment d’Hippocrate) qui est de soigner, de traiter les malades, de secourir, sans discrimination ni distinction aucunes et au mieux des connaissances scientifiques et des savoir-faire de chaque soignant. Avec l’aide de diverses techniques et technologies médicales. La médecine a la particularité d’être à la fois une science et un art où chaque cas est particulier.

Qui n’a pas encore remarqué que dans cette présente corona-folie (montée de toute pièce) le but n’est plus de soigner mais de « vacciner ». Ce qui veut dire que très officiellement (et sous la conduite des monopoles pharmaceutiques) des États ont pu décréter qu’il ne fallait plus soigner (et surtout pas avec de vieilles molécules efficaces et peu coûteuses) mais attendre d’hypothétiques vrais ou faux « vaccins » (ces derniers, totalement expérimentaux et jusqu’à ce jour réservés à des cas désespérés ou à des maladies génétiques ; et connus depuis au moins une décennie ou deux pour ne pas être efficaces, voire dangereux, voire mortels).

Je ne développe pas sur les raisons d’un tel choix : recherche de profits faramineux (cf analyse marxiste), réduction au passage d’une partie de la population, assujettissement des masses humaines à de nouvelles formes d’esclavage (cf Marx : l’Esclavage antique, puis le servage, puis le prolétariat, bien sûr il n’a pas pu prsager ce qui est venu un siècle après sa mort : le nouvel esclavage ) (techno-sanitaire, avant d’être bientôt techno-financier et techno-sécuritaire à l’image de cette grande démocratie qui se trouve en Chine), etc. Chacun choisira, dans cette courte liste, ce qu’il préfère en penser.

Pour ceux qui ne croiraient pas à une volonté délibérée de réduire le nombre d’humains d’une manière radicale et infecte, repensez à ce qui est arrivé l’an passé dans plus d’un EHPAD où plus d’un cas d’euthanasie a été officiellement prôné par le gouvernement et les ARS. Avec la préconisation de l’usage d’un médicament de fin de vie ! Et ce refus de soigner et d’accueillir les plus vieux dans les hôpitaux démunis par l’incurie gouvernementale et des années de diminution des budgets (ceci à la demande de ladite Union Européenne).
(Et après on refusera de voir les rapport antre le fascisme actuel et le nazisme eugéniste dont le premier génocide fut celui des fous et des handicapés Aktion T4 !) Demandez-vous pourquoi on s’est empressé de vacciner les personnes des EHPAD avec des produits qui n’ont pas réuni les conditions sanitaires pourtant assez draconiennes (du moins en théorie) de diffusion dans le public. Des produits expérimentaux dont les premiers cobayes sont aussi les plus fragiles (dont un certain nombre « vaccinés » de force, sous la contrainte y compris physique). Dans le non-respect des Conventions de Nuremberg mis en place juste après guerre pour éviter les dérives « médicales ». Précisément pour éviter celles du genre qui avaient sévi dans les camps de concentration allemands.** (rappelez-vous ce que disait Zygmunt Bauman : que le nazisme était ce que donne l’esprit e la modernité « quand il n’y a rien pour l’arrêter »)

Le professeur Fourtillan n’a tué personne. Il est importuné par la Justice et un procureur femelle particulièrement à crans contre lui, en bonne alliée des instances médicales officielles totalement noyautées par les plus bornés ou filous et percluses de « conflits d’intérêts » (comme on dit pudiquement) avec BigPharma. On voit ce que ça donne au niveau de la « gestion » quotidienne de la corona-folie.

Par contre, tous les jours depuis plus d’un an, combien de personnes sont mortes à cause de cette gestion catastrophique ou de la « vaccination » ? À cause, ou par volonté, de BigPharma et alliés genre Gates. ***

Comment en droit on nomme les responsables de morts pour des raisons crapuleuses ?

En fait, Fourtillan est à ranger en compagnie des herboristes d’autrefois. L’artisan doit disparaître comme le petit commerce, comme on le voit également en ce moment. On tolère encore les tireuses de cartes, tout juste les rebouteux et les conjureurs. Attendons-nous à ce qu’ils soient interdits d’exercer en des temps futurs et proches, vu comme on est parti. Les marabouts, tireuses de cartes, ou derniers prêtres font de la concurrence aux psys officiels et (plus ou moins) diplômés. Mais les Impôts s’en satisfont tant que ces anachroniques déclarent leurs revenus.

Dois-je ajouter que pour aggraver son cas Jean-Bernard Fourtillan a établi des correspondances entre le virus de la covid et le dépôt (sauf erreur, en 2015) d’un brevet vaccinal de l’Institut Pasteur. À ce jour, c’est-à-dire plusieurs mois après ses propos publics, l’Institut Pasteur n’a pas encore démenti quoi que ce soit. Ni porté plainte pour diffamation ou propos mensongers.

Cette histoire me fait penser à ce qui s’est passé dans les années d’après-guerre en France où sous couvert de lutter contre l’alcoolisme, les petits producteurs de vin pour leur usage familial ont été incités financièrement à arracher leurs ceps de vigne. Ce fut le cas dans ma famille. Le grand commerce allait bientôt faire son émergence en force partout.

Je me souviens d’une histoire ancienne, peut-être dans les années soixante-dix / quatre-vingt, dans ma région, quand une personne a eu des ennuis pour avoir bouilli quelques litres d’alcool qu’il avait dû vendre illégalement. Il avait confectionné un alambic à partir d’une cocotte-minute. Je ne sais qui l’avait dénoncé et ce qui lui est arrivé au final.

Il faut savoir qu’il faut posséder une patente ou une licence, je ne sais trop, pour pouvoir être bouilleur de cru. Enfin une autorisation officielle. Exercice en voie de disparition puisque que ça fait quelques dizaines d’années maintenant que ce droit n’est plus transmissible. Pour l’unique profit ici aussi de l’industrie des alcools.

On peut prendre n’importe quel domaine de la société et l’on arrive toujours au même type d’exemples qui montrent que tout devient réglementé mais surtout que tout ou presque tout est passé entre les mains de l’industrie, de la grosse industrie, et derrière tout ça dans les mains de la finance ; ou de l’État quand le privé ne peut pas ou ne veut pas se substituer à lui. Il ne reste plus au simple particulier que le droit de vendre du muguet au premier Mai (simple tolérance ! l’administration, la police, les impôts ferment les yeux); ou aux gamins de ma région, sur les bords des grandes routes, à vendre des jonquilles au début du Printemps, et encore j’ai l’impression que cette activité soit en voie de disparition.

Un autre exemple est également remarquable : celui des plants normés et souvent « OGM-isés » que les coopératives agricoles vendent aux agriculteurs, maraîchers, jardiniers, ce qui met au rancart un tas d’espèces agricoles et horticoles. Autrement dit la diversité, qui est la vie même. Pendant qu’on crée à tour de bras des plantes résistantes à ceci ou cela, ou des fleurs hybrides plus vraiment naturelles. Ou qu’on choisit d’engraisser la terre avec des produits qui tuent les abeilles, autre vecteur essentiel de la vie de la flore sur Terre. Fort heureusement des bourses d’échange existent et des espèces renaissent (il existe de véritables archives des graines et des plantes). Il ne faut pas le dire trop fort car je crois bien qu’il est interdit d’en faire commerce. Jusqu’au jour où un produit ou une espèce sera reprise par l’industrie agricole. Là l’interdiction sera levée, comme par enchantement. Plus encore quand le produit sera déclaré bio, à bon ou à mauvais escient. ****

Notre monde est devenu un monde de dépossession de tout ce qui a un aspect productif et créatif, ou de bien commun naturel ou humain, de patrimoine, pour la masse humaine. L’homme du commun qui autrefois était celui d’une communauté naturelle, d’une langue, d’une église, ou même d’un parti ou syndicat de masse, n’est plus que l’homme dépossédé, simple rouage de la production ou de la consommation (consommation au sens le plus large, de la consommation alimentaire à la consommation sanitaire en passant par la consommation dite culturelle, plus précisément sous-culturelle et audio-visuelle ; ou encore consommation élective politicienne, bien que la concurrence ne semble plus y exister, réduite à de simples étiquettes publicitaires de produits politicards et autres ersatz de grande consommation, interchangeables comme les lessives). Un simple spectateur d’un changement vers l’inhumanité.

Et de nos jours ce qui tient les hommes atomisés (et présentement masqués comme des "Rhinocéros", du moins dans les espaces clos publics) entre eux relève d’une médiatisation inouïe : automatisation, robotisation d’une bonne part de la production industrielle, même les BTP sont sur-équipés en machines diverses ; médiatisation audio-visuelle de l’information (communication à sens unique, propagandiste pour l’essentiel), médiatisation électronique des moyens de paiement, médiatisation des communications interpersonnelles par sa généralisation à distance et dans l’instant même…

J’ai écrit plus haut « élites de la bourgeoisie totalitaire, uniformisante, atomisante, dictatoriale et délétère ». Ce ne sont pas des mots mais bien une réalité concrète. Des maux sociaux. Que l’on prenne le milieu de la finance, de l’industrie, du commerce, ou … de la santé, de l’agriculture, des media et de la « culture ».

Notes :

* Pour donner un exemple : Cela faisait dix ans que le Tunisien (« bien connu des services de police ») qui a égorgé une policière il y a quelques jours vivait en toute illégalité en France. À Nantes, un jeune Guinéen arrivé en France en 2017, et depuis parfaitement intégré, qui fait des études tout en travaillant en alternance, et dont le temps libre consiste à écrire de la poésie (dangereux terroriste!) … est en instance d’expulsion parce que la Préfecture juge sans preuve que ses papiers d’identité guinéens ne seraient pas bons, bien que produits par l’administration consulaire guinéenne ! Heureusement pour ce dernier, il a du soutien, mais en aura-t-il suffisamment et du « bon » si on peut dire ?

** Mais, j’ajouterai que les « méchants nazis » n’ont pas eu le monopole d’une recherche criminelle, pour ne citer que deux pays — sans développer sur les deux bombes atomiques balancées sur les « sous-hommes » jaunes — il est bien connu (ou plutôt pas assez connu) que les « démocratiques » États-Unis (et en particulier le département de la CIA) se sont faits une spécialité bien avant la seconde guerre mondiale, ou après, d’expérimenter sur diverses populations dont les amérindiens mais aussi sur celles de divers pays du monde, des produits « médicaux » ou autres. Pensez-y : Quand on est capable de balancer du napalm et des défoliants sur une population entière et une végétation comme au Vietnam on est prêt à tout, y compris aujourd’hui à expérimenter n’importe quoi sur une partie de l’humanité sous le couvert de la soigner, non pardon, de la « vacciner » avec des produits qui ne sont d’ailleurs pas des vaccins. Mais qui relèvent, répétons-le encore, au moins en partie, d’une thérapie génique criminelle. Le deuxième exemple est celui des milliers de Juifs séfarades qui ont subi, bien évidement à leur insu, des expérimentations criminelles dans les années cinquante en Palestine occupée, de la part de Juifs européens ashkénazes. Qui a dit ashkénazis ? Qu’en pensent les anti-fascistes et anti-nazis ?

*** Rigolo au moins à ce niveau, la femme de Gates semble avoir demandé le divorce depuis que Melina a pris conscience que Bill avait fréquenté Epstein et plus précisément ses soirées … Du moins, c’est ce qui se dit dans la presse nord-américaine (mais pas trop fort, quand-même).

**** Autrefois on se limitait à dire que l’enseignement était obligatoire de 6 ans à 14 ans. Puis on est passé à l’éducation nationale (alors même que les premiers éducateurs sont les parents, normalement), où il fallait moins instruire les jeunes que les bien former et formater, mais à quoi donc ? Vu les résultats depuis l’après-guerre, on dira que le but a été — par des théories absurdes (lecture globale, usage de la théorie des groupes en mathématiques tout en généralisant l’usage des calculettes), restriction drastique de l’apprentissage par cœur, de l’usage des livres, refus de la rigueur et du développement de la notion de travail, et cerise sur le gâteau : histoire devenue simple propagande politique — de transformer des générations en analphabètes et consommateurs/électeurs béats. Mais ce n’était pas encore assez, ces dernières années on a fait rentrer le sociétal et le polémique dans les écoles. Y compris une « liberté d’expression » fausse et biaisée pouvant aller jusqu’à la propagande pornographique au collège, ou la théorie délirante du genre à la maternelle. Et ce n’est toujours pas assez, car en ces temps présents l’apprentissage scolaire à la maison a été notablement restreint (autorisé). Toujours pour de bonn2,00es raisons. Les atteintes à la liberté, aux libertés essentielles sont toujours initiées par les dominants pour  restreindre ou interdire de « mauvais usages » de ces mêmes libertés. Présentement ce serait celui (fantasmé) d’un apprentissage islamiste et « séparatiste », « non républicain ». Pour avoir été l’un des anonymes qui participèrent aux débuts difficiles des écoles Diwan en langue bretonne (ou plus exactement bilingues françaises et bretonnes), je sais ce que veux dire « séparatisme » et ce qu’il recouvre dans les hautes sphères jacobines — depuis d’ailleurs la révolution bourgeoise et centraliste de 1789… On en est, aux temps présents, non plus à un enseignement obligatoire de six à quatorze ans, mais à une école obligatoire de trois ans à seize ans, pour un résultat global peut être pire qu’il y a un siècle. Combien de bacheliers d’aujourd’hui ne seraient même pas capables d’obtenir l’ancien, abandonné il y a un demi-siècle par là, certificat d’études primaires ? !! Tout est dans les mots, devenus vides de sens. Analphabète, certes, mais bachelier et chômeur (pardon, « demandeur d’emploi ») déqualifié à venir et … bien souvent à vie. Que demander de plus pour les capitalistes et autres exploiteurs ?! Bien évidemment, certains s’en tirent (tout relativement) mieux que d’autres puisqu’il existe deux écoles en France : celle des riches (ou des pauvres qui pensent mieux s’en sortir de cette manière, mais ils ne savent pas que tout se joue ailleurs, dans des réseaux auxquels ils n’ont pas accès), l’école privée confessionnelle ou non, et celle de la masse des pauvres et moins pauvres, publique (dans un aussi bon état que les hôpitaux publics). Tandis que ceux qui prenaient le problème à bras le corps en se passant de l’instruction publique comme on disait « dans le temps », doivent remettre contraints et forcés (et pourtant archi-minoritaires) leurs enfants à la société, ou plus exactement à l’État (quel qu’il soit). On peut alors se demander s’il existe une différence entre une école dite laïque, républicaine et démocratique et une école d’une société stalinienne ou maoïste, ou mieux encore chinoise de 2021.

voltaire_absurdites_atrocites.jpgordonnance du 8 juillet 1942.jpg

je regrette mais pour moi ce sera "ni oubli ni pardon" ! je refuserai désormais de remettre jamais les pieds chez des gens et dans des lieux qui auront à un moment donné appliqué l'ordonnance du 8 juillet 1942 (que celui qui a  des oreilles entende !!!) Je n'arrive absolument pas à  comprendre comment des gens puissent se retrouver face à des gens pareil sas avoir envie de leur cracher à la gueule et de tourner le dos en "secouant la poussière de ses chaussures"

la France envahie de rhinocéros nazis : 

Avec ceux qui ont du rester chez eux en prenant de l'Aspirine avant d'appeler le 15, le chiffre de 20.000 morts est évoqué ça et là.

c'est une honte de vivre cette dictature en France alors que des anciens ce sont battues et sont mort pour devenir un pays libre.

03/08/2022

serĉi en la vagonaro konvenan kupeon

 Iam ie en Esperanta vortaro mi legis tiun ekzemplofrazon:

"serĉi en la vagonaro konvenan kupeon"

Jes ja estis bela kaj bona la vivo. Sed tio estas afero, kion oni ne plu povas fari, neniam, nun.
Jes estis tuta vivarto, kaj tuta libereco,
malaperintaj....

Une phrase-type quelque part en un dictionnaire d'Espéranto, "chercher dans le train un compartiment qui convienne" - chose qu'il n'est plus possible de faire, - que de fois ! que pendant d'heures accumulées a-t-on fait ça ! je me souviens. C'était vivre ! comme des êtres humains, eh oui, c'était tout un art de vivre, et toute une liberté,
disparus
 
trains.jpg

22/07/2022

qui se sent morveux il se mouche - dit la sagesse des nations

pourquoi un tel matraquage, qui tourne à l'obsession, de la part des médias des 9 milliardaires (un autre proverbe de bon sens dit "qui paye commande", tous ces médias ne sont en rien libres, ni honnêtes, leurs "collaborateurs" - terme NOVLANGUE pour désigner leurs salariés, bref ou bien putes ou bien chômeurs ! -

339.png?w=534&ssl=1

 

Pour conclure, on aurait envie de dire à la classe dirigeante : “laissez-les prescrire, laissez-les filmer, laissez-nous écrire, laissez-nous travailler, laissez-nous penser, laissez-nous ... tranquilles.”

"Il ne faut pas se rassurer en pensant que les barbares sont encore loin de nous ; car s'il y a des peuples qui se laissent arracher des mains la lumière, il y en a d'autres qui l'étouffent eux-mêmes sous leurs pieds." Alexis de Tocqueville

 

 

06/07/2022

Hitler a gagné la guerre

Jean Fourastié dans son ouvrage, dans  la  célèbre collection  que sais-je : "La civilisation de 1960" (qui date de 1950) qui est un hymne à la Croissance, dans l'introduction mentionne cependant l'idée suivante, il dit que des pessimistes se rallient à "des slogans comme "Hitler a gagné la guerre" (en ce sens qu'il aurait imposé au monde sa conception de l'Etat et de la vie économique)

BEN ! VOYEZ ! ces "pessimistes" (Jean Fourastier, qui fut le créateur de la pensée  des "technocrates" était sans doute aussi celui des bobos "anti-complotistes") avaient bien raison. Ce qui se passe depuis 2020 (et EN FAIT DEPUIS BIEN AVANT ! POUR QUI SAIT OBSERVER !) l'a bien montré!!   il y a d'ailleurs une continuité entre sa pensée et Klaus Schwab


tiens ! c’est un peu ce que j’ai dit une fois dans ce journal, ça s’accorde aussi sans doute avec la pensée de Bernard Charbonneau.
et avec les dénonciations de Jean-Marie Le Mené

 

oui, ce texte je l'avais écrit un an avant la crise politique et idéologique  (car ce n'EST PAS UNE CRISE SANITAIRE !) actuelle, et même si j'étais largement plus pessimiste de le commun des naïfs, je ne savais pas à quel point j'avais raison !!!

Quant à la "crise climatique" (écoutez dans la vidéo ci-dessous comme elle est de nouveau instrumentalisée par la mafia de Davos !) c'était de même que le Covidisme (et que l'hystérique campagne anti-tabac qu'on nous martèle depuis trente ans, qui était un test pour voir si on pouvait culpabiliser soumettre et décérébrer toute une population par la Peûeûeûrrrr !) un plan pour soumettre la totalité de l'humanité en un nouvel "esclavage antique" l'esclavage deux point zéro où les téléphones portables et les QRcodes remplacent les colliers de fer

(bon, le gars est un peu "approximatif" Poutine et Trump "sauveurs de l'humanité" ! ils Poutine, objectivement, comme dirait un marxiste, je veux bien comme le fut l'URSS en 44, mais Trump plus typiquement américain tu meurs ! demandez à Maduro et aux vénezueliens pour voir si il est un "sauveur" ! )

 

par contre ce n'est pas pour rien que NOS MAÎTRES du grand capital, et donc une de leurs bras armés l'UE, veulent INTERDIRE tout ce qui ne leur rapporte pas des PROFITS (et tout ce qui pourrait ressortir de la libre vie des personnes)  - élémentaire mon cher Watson !  - tout se tient ! on revient vous le voyez TOUJOURS aux principes d'analyse marxiste !  le marxisme c'est le bon sens même, (pour ceux à qui le seul nom de MARX donne "des cloques sur la poitrine" lisez La Fontaine, ça peut suffire !)

et ici un lien à une vidéo censurée qu'on n'a pas le droit ni de télécharger ! ni d'intégrer dans un blog !!

https://rumble.com/v1azc8b-pre-michel-viot-le-prtre-catho...