Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/10/2021

comment les chats sont des professeurs d'humanité

Avoir un chat « rouleur » apprend à se sentir comme les femmes des couples « traditionnels » envers  leurs maris, et à comprendre et vivre leurs sentiments, et comment elles les aimaient. (n’en déplaise à la in-sekto!)

Il y a même l’odeur : en rentrant les vêtements des hommes sentaient le tabac,  les poils des chats sentent  la terre mouillée et les feuilles pourries …..

 

et puis "please help !" lien http://www.ipernity.com/doc/323779/50424316

un bel monster appeal !

18/10/2021

dialogue

un enfant se blotti contre la poitrine de son père. Le père lui explique que c’est parce qu’il est enfant qu’il fait ça et que quand il sera grand il ne le fera plus.

- J’espère bien que non !

- Est-ce que avec mon propre père je fait pareil ?

- C’est pas normal.

- Tu as peut-être raison

- Bien sûr que j’ai raison !

le père l’embrasse et lui dit après un temps de réflexion :

- Je t’aime comme ça.

Tu seras un grand penseur.

16/10/2021

résumé du monde

un autre poème extrait de ce recueil : http://flammesvives.com/Boutique/Produit/Les_pleurs_de_la...

 

Images

 

Une vieille lessiveuse avec une chatte qui a fait ses petits dedans

 

Une bulle de savon

 

Un reflet de lune sur l’eau

 

Un curé qui, dans les années 70, parle encore de vie éternelle dans un sermon, pendant le carême

 

Une enfant qu’on envoie devant un psychiatre parce qu’elle dit qu’elle veut entrer au Carmel

 

05/10/2021

établissements scolaires

6/6/2016 en passant  Là c’est censé être un collège là mais on ne voit jamais d’enfants. Ni de cour de récréation. Des cours de récréations de toutes façons on n’en voit plus jamais. De toutes façons maintenant il semble bien qu’il n’y a plus de cour de récréation dans les écoles. Oh je pense que ça a été interdit par la loi ! « pour des raisons de sécurité » bien sûr ! Je suppose que les enfants (s’il en reste!) n’ont plus le droit de sortir des locaux, ni de courir, et qu’on poste un flic derrière chacun !

02/10/2021

Des églises ouvertes et des cafés (où on pouvait fumer) partout - des caméras de vidéo-surveillance nulle part !

tiens, un autre problème qui fait que la vie en 1960 était beaucoup plus commode et moins stressée que maintenant :

Depuis lors le Grand Capital a fait mourir tous les magasins.

Ce qui veut dire ?

Ce qui veut dire qu'alors, jusque dans les années 70, il n'y avait nul besoin de faire ses courses à la semaine (voire plus si on commande par catalogue comme Maximo par exemple,  ce que les gens font de plus en plus, c'est plus reposant et on échappe à la soumission et à leurs immondes caméras de vidéo-surveillance! pour le mois entier),
on pouvait acheter les choses au fur et à mesure qu'on en avait besoin !
- Un saut dans les magasins de la ville, voire du coin, quelques minutes de promenade (pas plus que dans un parking d'hypermarché !),  et voilà !

Et on avait droit au sourire de la crémière (pas à la gueule des vigiles privés) ! ce qui change les relations sociales et l'ambiance des journées, je vous assure.

Et on pouvait y envoyer les enfants, qui s'en faisaient une distraction, voire comme le raconte Elian-J Finbert le chien, dressé à aller acheter les croissants ! (et qui savait les compter !)

 

c'était LA FRANCE, c'était la Civilisation, c'était la vie normale

30/09/2021

Eleonore est devenue grand' mère

cette présentation, qui était la seule belle vient d'être censurée par le totalitarisme capitaliste !

les liens ci-dessous je les donne, mais ce sont tous de la merde pure et simple, car il n'y a que le son et pas du tout la vidéo ! (qui était tellement belle, ceux qui l'ont peuvent-ils la remettre sur Odysee (avec un seul s et pas d'accent sur le é) ? là la merde capitaliste ne pourra pas la recensurer

https://www.youtube.com/watch?v=PmA3TjNod3Y

https://www.youtube.com/watch?v=-mlwEa2NcN8

https://www.youtube.com/watch?v=S5QZ8vvPvPM

https://www.youtube.com/watch?v=e-IISCx-P2k

des liens libres échappant au totalitarise capitaliste de Youtube :

https://kzclip.com/video/0fvVemCYLYc/les-amis-de-la-musique-remastered-2017.html

https://ytube.tv/watch?v=fXIPPwjmpIk

 

eh oui entre 1925 et 1960 la jeune Eléonore qui dansait le charleston est devenue grand mère, et maintenant BB qui  là dans la vidéo que vous ne verrez pas est toute jeunette évoquant ce passé révolu est à  son tour devenu grand-mère et a maintenant 83 ans ...

(mais elle est toujours ardente solidaire des souffrances des animaux et des gilets jaunes, avec son franc-parler elle est presque la seule de la corporation du show-biz à avoir la dignité et le courage de préférer la vérité à  sa carrière)

 

(les gilets jaunes leur plus noble et inoubliable manifestation fut leur dernière, juste avant que la France tombe dans la geole du fascisme covidiste, à la barbe du virus, à la barbe de la police, à la barbe de la propagande de peur  des manipulateurs à la Goering ! avec la determination et le courage de Don Quichotte et de Cyrano de Bergerac, "qu'importe ! je me bats ! je me bats ! je me bats !" un éternel salut à leur combat !

https://ruclip.com/video/11whYv2TVLg/direct-acte70-yellowvests-giletsjaunes-14mars-partie2-live-paris.html

24/09/2021

les églises

autun-nave.jpg

Les églises autrefois, il y a vingt ans et plus déjà ! …   quand elles étaient ouvertes, constituaient, au cœur des villes, grandes et petites, un « commun » comme disent et redécouvrent en ce moment plusieurs penseurs, venus de divers horizons, un espace qui était à tout le monde, un espace de beauté, où tout le monde pouvait entrer LIBREMENT, à peu près tout le temps, où on pouvait prier bien entendu, personne n’oubliait que c’étaient des lieux chrétiens et sacrés, et il était très important, vital pour un chrétien de disposer d’un tel lieu, partout, mais aussi pour tout un chacun croyant, athée ou autre pour visiter et contempler pour son esthétique, et aussi, last but not least ! (en Esperanto « krome kaj krone ») un lieu de silence, de paix, de recueillement, où, à tout moment de la journée, tout un chacun, pour des buts religieux ou pas du tout, pouvait entrer, sans aucun problème et à tout moment, et s’y reposer loin du bruit, réfléchir, pleurer, méditer son chagrin d’amour, sa peur, ses dilemmes, ou tout ce qu’on veut, se ressourcer, une pause dans la journée.
C’était un lieu sacré, pour tous, même les athées et les indifférents, un lieu précieux et indispensable. Et disponible. Un « commun ».

et

http://fr.novopress.info/154827/eglise-aux-portes-ouverte...

Aussi c’est un drame de première gravité, un scandale inadmissible de les voir maintenant (depuis 1990 environ) presque toutes et en permanence fermées !!!                       
une immense et très grave perte pour la société et les êtres. Une tendance absolument inadmissible et lamentable de notre époque.

15/09/2021

Vive l'instruction en famille ! encore une date à retenir : la loi du Reich du 6 juillet 1938...

On n'est nul besoin d'être chrétien intégriste ni musulman, ni antirépublicain (!) pour trouver que le combat de Farida Belghoul pour la défense des ENFANTS, des INDIVIDUS CONCRETS? des ETRES HUMAINS VIVANTS AVEC UN CŒUR, UN DESTIN, UN FOYER, et LA PEUR CHEVILLEE AU VENTRE est absolument primordial !  à partir de 1 heure 45 elle explique le TRES TRES GRAVE problème maintenant qu'affrontent ceux qui veulent échapper à la jungle totalitaire de l'école et pratiquer l'école à la maison, ET C'EST CETTE ANNEE OU JAMAIS !!!! elle vous explique pourquoi :

et pour ceux qui veulent par solidarité avec les malheureux parents crevant de PEUR faire un don par chèque il y a sous la vidéo une adresse et elle vous donnera une adresse pour envoyer les chèques

 

(ET n'oubliez pas : un enfant qui n'a pas appris à lire par la méthode syllabique ne SAIT PAS LIRE ! d'où des problèmes sans fin (et tous ces adultes et ETUDIANTS qu'on voit partout maintenant sur Internet faire des fôtes enaurmes ! pas du Bernard Pivot !! des fautes d'enfants de classes primaires ! Farida se bat aussi sur ce terrain)

o
https://laveritesansmasque.blogspot.com/

https://ru-clip.net/video/2kldCihC5-A/le-masque-pour-les-...

Vendredi 2 octobre Macron a prononcé un discours aux Mureaux (1) dans lequel il appelait au « réveil républicain » face au « séparatisme islamiste ». Fustigeant les « comportements de certains » et leur opposant les « valeurs de la République », il a entre autres rappelé l’importance de l’école comme « creuset républicain », « cœur de l’espace de la laïcité », et lieu où former « les consciences pour que les enfants deviennent des citoyens libres, rationnels, pouvant choisir leur vie ».

À ce titre, outre le renforcement de l’encadrement des écoles hors contrat et la suppression des “ELCO”, ces “Enseignements en langues et culture d’origine” faits par des ressortissants contractuels des pays concernés dépendant des ambassades (mais remplacés par des contrats de même type, simplement plus encadrés), l’instruction en famille se retrouve dans le collimateur du gouvernement qui souhaite l’interdire, sauf raisons médicales.

Cette mesure ne passe évidemment pas auprès des associations et des parents des quelque 50 000 enfants qui bénéficient de cette possibilité d’instruction en famille.

Cette annonce, faite du jour au lendemain et devant prendre effet, après le vote de la loi, dès la rentrée de 2021, est vécue extrêmement mal par des familles qui pour beaucoup n’ont pas d’autre choix. (2)

Cette possibilité est pourtant très encadrée par les inspecteurs de l’Éducation Nationale et par les mairies. Les contrôles sont réguliers, et les sanctions, avec retour des enfants dans le cadre scolaire, tombent si une suspicion de conditions de vie et d’apprentissage non conformes est soulevée. (3)

Quant à la menace de "radicalisation" (sous entendu radicalisation islamiste)  des enfants scolarisés à la maison, nombreux sont ceux qui font remarquer que les terroristes qui ont agi ces derniers temps, soient avaient usé leurs culottes sur les bancs de l’école publique, soit n’avaient pas fait leur scolarité en France !

Le premier rapport annuel publié en 2003 par la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (MIVILUDES) a fait le constat que la « suspicion de dérive "sectaire" n’est apparue que très rarement lors [des] contrôles [pédagogiques] » menés par les inspecteurs d’académie. En 2006, l’agence gouvernementale rappelait à nouveau qu’« il faut se garder de considérer que les parents qui éduquent leurs enfants à domicile ou les établissements privés hors contrat relèvent de la sphère des activités de nature sectaire ». (4)

La mesure annoncée par Macron semble donc être soit un effet d’annonce, soit une utilisation d’un problème réel pour faire – enfin – passer une suppression que la majorité des politiques essaie d’imposer depuis longtemps déjà. On peut ressortir par exemple un projet de loi de 2013, « visant à limiter la possibilité d’instruction obligatoire donnée par la famille à domicile aux seuls cas d’incapacité » (5).

Qui sont donc les parents d’élèves non scolarisés à l’école ?
Pour quelle raison font-ils ce choix ?
Et pourquoi devrions-nous tous nous sentir concernés par cette perte de liberté, même si nous n’envisageons pas ce mode d’apprentissage pour nos propres enfants ?

 

L’instruction en famille ?

« L’instruction obligatoire peut être donnée soit dans les établissements ou écoles publics ou privés, soit dans les familles par les parents, ou l’un d’entre eux, ou toute personne de leur choix. » (6)

Traduite en ces termes dans le Code de l’Éducation, l’obligation d’instruction décidée par Jules Ferry en 1882 a toujours respecté, en France, la liberté de choix des parents. Si l’instruction est obligatoire, l’école ne l’est pas.

On retrouve la même liberté dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948 : « Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants. » (7) (article 26-3)

Si de nombreux pays interdisent l’instruction en famille, comme par exemple l’Allemagne depuis une loi du IIIe Reich du 6 juillet 1938 sur laquelle les Allemands ne sont pas revenus, cette liberté de choix n’avait pas été remise en cause en France jusqu’en 1998.

Depuis la loi du 18 Décembre 1998, sous le gouvernement Jospin avec le ministre Claude Allègre, le fameux « dégraisseur de mammouth », comme ministre de l’Éducation Nationale, les attaques contre cette liberté de choix se sont intensifiées.

En 1998 fut imposée la priorité à l’instruction à l’école et les contrôles des familles devinrent systématiques.

Puis, des mesures ont été introduites régulièrement pour renforcer les contrôles et imposer aux familles de suivre strictement le programme de l’Éducation nationale, ou dernièrement le « socle commun de connaissance et de culture ». La liberté pédagogique est diminuée au maximum, les enfants lors des contrôles sont soumis à des exercices écrits et oraux, dans un climat souvent très mal vécu par les familles.

La loi « pour une école de la confiance » votée l’année dernière, en plus d’étendre l’obligation d’instruction de 3 à 16 ans et d’imposer une obligation de formation de 16 à 18 ans, a achevé de donner un carcan à l’instruction en famille.

 

Pourquoi des familles choisissent-elles l’instruction en famille ?

Même s’il est en augmentation, ce choix reste peu utilisé en France. Il est en revanche en plein essor dans les pays anglo-saxons, où il a fait l’objet de bien plus d’études qu’en France. On peut les utiliser pour comprendre ce qui peut motiver les familles, même si le cadre sociologique français n’est pas le même.

Les motivations des familles, qui ressortent lors du recensement, en Amérique, et qui sont le plus avancées, sont :

  • la supériorité de l’éducation des parents à la maison (50,8 %)  ;
  • les motivations religieuses (33,0 %) ;
  • la mauvaise qualité de l’environnement scolaire (29,8 %) ;
  • l’objection au contenu des programmes scolaires (14,4 %) ;
  • le niveau insuffisant de l’enseignement scolaire (11,5 %).

On peut y ajouter les motivations liées à la santé et au handicap, au mode de vie familial (itinérance, éloignement géographique des établissements…), ou liées au vécu des parents de leur propre scolarité.

Dans « Instruction(s) en famille, Explorations sociologiques d’un phénomène émergent »(8)  Philippe Bongrand et Dominique Glasman expliquent que malheureusement en France ces motivations sont passées sous silence, et que les médias mettent surtout en avant soit des profils particuliers prônant l’épanouissement de l’enfant avant tout, soit des discours inquiets de la « radicalisation » à l’œuvre au sein de ménages non scolarisants.

            Ils regrettent que si ces profils, certes, existent, ils détournent l’attention du reste des familles qui ont fait ce choix, alors même que souvent de grandes souffrances se cachent derrière cette décision, vécue comme le recours de la dernière chance.

            Et pour détourner encore un peu l’opinion publique de cette liberté d’instruction chez soi, sont également mis en avant les problèmes de sociabilisation, qui ne pourrait se faire que dans le cadre scolaire, ce que réfutent les partisans de l’école à la maison. Des études anglo saxones montrent au contraire que les résultats de la scolarisation à la maison en terme de socialisation sont très positifs. (9)

Et le niveau scolaire ?

            Toutes les catégories socio-professionnelles utilisent l’instruction en famille, de nombreuses aides existant, depuis la scolarisation par le CNED (ex-CNTE) en France, ou les réseaux d’entraide entre parents. Cette possibilité n’est pas réservée, dans les faits, même si c’est une contrainte, aux classes les plus aisées. Il semblerait de plus que l’implication des parents dans l’instruction des enfants gomme les inégalités sociales et qu’elles n’aient pas d’impact négatif sur les résultats des enfants.

            Des études faites aux Etats Unis montrent que les enfants non scolarisés ayant passé des tests standardisés donnés habituellement aux enfants scolarisés ont des scores en général plus élevés. Et si globalement, le sentiment des parents pratiquant l’IEF est que leurs enfants s’en sortent mieux, également lors de leurs études supérieures ou une fois de retour dans un cadre scolaire, en tout cas les injonctions à retourner dans le système scolaire faites lors des contrôles sont rares, et rarement à cause du niveau.

            Une chose est sûre, si pour l’instant seulement 0,3% des enfants n’est pas sur les bancs de l’école, ce nombre augment de plus en plus en France ces dernières années (10) et le niveau de l’école publique est de plus en plus montré du doigt, inquiétant de plus en plus les familles.

            On peut se rendre compte de ce problème de niveau de notre système scolaire public simplement en étudiant le rapport de 2018 sur la journée défense et citoyenneté : près de 20% des jeunes ne maîtrisent pas des fondamentaux de la langue française et pour près de 10%, la lecture est non maîtrisée, au point de s’apparenter à un handicap pour 5% des jeunes ayant passé la journée d’appel. (11)

            Et si le classement PISA nous met toujours dans la moyenne des pays de l’OCDE, le niveau des élèves restant sable ces dernières années (mais peut-on s’en féliciter, quand notre système scolaire était envié, dans les décennies après guerre?), il est relevé que nous sommes champions… en inégalités, ainsi que sur un point très inquiétant pour l’avenir de notre pays : seuls 9% des élèves testés par PISA sont encore capables de faire la différence entre un fait et une opinion ! (12)

            Comment Macron peut il vanter l’école de la République, formant «  les consciences pour que les enfants deviennent des citoyens libres, rationnels, pouvant choisir leur vie », quand le résultat que l’on obtient c’est qu’une écrasante majorité ne peut distinguer fait et opinion, n’étant par là même plus capables de garder une pensée libre ?

            Comment ne peut on voir que ce n’est pas la « radicalisation » supposée des familles qui pousse à l’augmentation du nombre d’enfants instruits en famille, mais cette inquiétude pour nos enfants, liée au niveau de l’école, et aux difficultés rencontrées par certains, harcèlement, difficultés de scolarisation, désert scolaire dans certains lieux ?

            La première des solutions si l’on veut maintenir le maximum d’enfants à l’école, c’est de faire en sorte que ce ne soit pas un lieu qui renforce les inégalités, que ce ne soit pas un lieu qui nivelle le niveau des élèves par le bas et rogne leur capacité à penser, que ce ne soit pas un lieu qui maintienne les élèves dans un carcan où ils n’auront d’autre choix que de suivre la voie imposée même si leurs aspirations sont autres. Que ce ne soit pas un lieu situé trop loin de la maison, parce que l’on a décidé de faire des regroupements d’écoles trop petites et jugées non rentables. Ou que les choix de matières ne soient pas imposés par les restrictions budgétaires. (13)

            Il faut que l’école soit un réel lieu d’instruction, qui respecte l’envie d’apprendre des enfants, qui croit en leurs capacités et leur donne envie de réussir, qui leur donne des bases solides sur lesquelles ils pourront bâtir leur libre arbitre, et leur vie.

            Actuellement malgré les efforts et l’implication admirables des enseignants qui pour beaucoup se battent contre des moulins à vent, le « creuset républicain » ne forge plus l’élite de demain, mais la main d’oeuvre soumise qui créera la richesse des actionnaires de leurs futures entreprises.

            Dans ces conditions, l’instruction en famille devient une nécessité, un droit absolu pour tous ceux qui veulent une alternative autre qu’une école privée.

            C’est une liberté qui permet à de nombreux enfants de trouver un moyen de continuer à s’instruire.

            C’est un droit que chacun peut être amené à utiliser un jour, même pour une courte durée, pour passer un cap difficile.

            A l’UPR nous nous battrons toujours dans ce but, car comme l’écrivait Condorcet il y a plus de 200 ans,

L’inégalité d’instruction est une des principales sources de tyrannie (14)

 

(1) : https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2020/10/02/la-repub...

https://www.lefigaro.fr/politique/lutte-contre-les-separa...

(2) : https://www.liberation.fr/france/2020/10/04/ecole-obligat...

(3) : https://cache.media.eduscol.education.fr/file/Actualites/...

(4) : https://www.derives-sectes.gouv.fr/publications-de-la-miv...

https://www.derives-sectes.gouv.fr/publications-de-la-miv...

(5) : https://www.senat.fr/leg/ppl13-245.html

(6) : https://www.legifrance.gouv.fr/codes/article_lc/LEGIARTI0...

(7) : https://www.un.org/fr/universal-declaration-human-rights/...

(8) : https://journals.openedition.org/rfp/8566

(9) : http://www.rama.1901.org/vens/jen/res-search.htm

(10) : https://laia-asso.fr/chiffres-etudes/

(11) : https://www.education.gouv.fr/journee-defense-et-citoyenn...

(12) : http://www.slate.fr/story/184872/classement-pisa-jeunes-1...

(13) : https://www.upr.fr/france/suppression-doptions-de-postes-...

 

Le "masque", parlons-en... Contre des virus, cela revient, en substance, à prétendre se protéger des piqûres de moustiques en s'enrobant d'un filet de pêche ! C'est donc uniquement un symbole : Le fait de le porter en public signe l'ignoble marque de notre SOUMISSION volontaire... (Comme le salut "Heil Hitler !" en d'autres temps) Nous sommes loin d'en sortir, du supermarché aux morts-vivants (zombies)... (au fait boycottez les Supermarchés et toutes les grandes surfaces !!!! achetez uniquement sur le marché ou dans le petit commerce !
En aparté: "domestication" est le terme et le concept adéquat, "vérifiables à chaque instant" !

  •  

MAGNIFIQUE ET NOBLE FEMME



résistance : résistance ! pour les INDIVIDUS, les PERSONNES, LES VALEURS HUMAINES, les LIBERTES PUBLIQUES, les LIBERTES, la LUTTE DES CLASSES, contre le fascisme étatique, envoyez des CHEQUES (pas de payement électronique ! POUR L'ENVOI DE CHEQUE écrire à contact@mouvement-jre.com) pour financer les actions de Farida en faveur de nos ENFANTS, et petits-enfants, et ceux de nos proches, SOLIDARITE ! IL FAUT LUTTER PIED à PIED contre le FASCISME et le mépris envers les êtres humains !

 

je ne suis pas les idées de Farida Belghoul ! (quoi que son combat pour défendre les parents paniqués devant les menaces totalitaires de la DDASS française pas moins immonde que la DDASS allemande du temps de Hitler, et pour aider les parents à pratiquer l’école à la maison est très important et digne d’être soutenu, elle appelle à des dons, j’ai donné)  - et puis quand on entend ses dogmes sur la hiérarchie et l'homme qui doit être le chef de famille, je demande à chaque fois : "il est où Monsieur Belghoul ?" le gag !
mais sur ce combat-là elle a raison, on peut le dire.
En fait cette histoire me rappelle la réflexion que je me suis faite en comparant la thèse centrale de Zygmunt Baumann que le nazisme c’est « l’esprit de la modernité » une fois que « il n’y a rien pour le brider »
une hubris techniciste AMORALE. or qu’y a-t-il de plus antinomique au nazisme et tous ses avatars passés et modernes, si ce n’est les valeurs du Sermon sur la Montagne (attention pas la morale des sociologues !! pas du tout ! celle-là est trouble , dangereuse, discutable, souvent perverse, comme il l’a bien montré) par exemple un personnage parisien Giuseppe Belvedere, par exemple. Or Churchill le 18 juin 1940 (si ! le même jour !) a prononcé un discours devant le parlement britannique où il disait que la GB maintenant  allait devoir conduire, seule, une guerre des valeurs chrétiennes contre la barbarie. Bon je sais venant d’un personnage de droite aussi puant que Churchill on reconnait les discours hypocrites habituels de cette engeance, mais prenons-le au mot : c’est vrai les valeurs chrétiennes sont l’antidote de la barbarie fasciste (eh ! pensez à la mise à mort de Vincent Lambert ! pensez à l’actuel génocide des trisomiques, pareil que l’Aktion T4 en fait …. le transfert vers Aiguebelle des crétins des Alpes dans le roman de Balzac  "Le médecin de Campagne" …)
il y a depuis Platon, ce fasciste, jusqu'à nos jours, et pire encore à l’avenir, une guerre pour l’humanité et cette cause passera par les être « inéduqués et inéducables » dont parle Michel Terestchenko, telles les vieilles dames qui nourrissent les chats en dépit des arrêtés municipaux, Valdemar Langlet distributeur de passeports à Budapest, le Pasteur Trocmé, etc

9 mai 2021 LA TRIBUNE DES GÉNÉRAUX OU LA VICTOIRE DU « ZEMMOURISME ».

On peut dater cette doctrine de 1983, l’année où des dizaines de milliers de Maghrébins avaient organisé la « marche des beurs » pour clamer leur amour de la France, leur volonté d’intégration, dans un esprit d’égalité et de fraternité, débarrassé des réminiscences de la colonisation et des tares discriminatoires qui y étaient attachées.
Mais le lobby judéo-sioniste ne l’entendait pas de cette oreille. Bernard-Henri Lévy et ses acolytes lancèrent immédiatement SOS Racisme, une association placée sous la tutelle de l’Union des étudiants juifs de France, pour monopoliser le combat des beurs et s’accaparer des subventions qui auraient dû leur revenir.
L’objectif de ces « sayanim » travaillant aux ordres du Mossad était d’empêcher les Maghrébins qualifiés de s’intégrer dans les rouages importants de la République, d’occuper des fonctions d’influence dans les médias, l’édition, la publicité, la finance, la politique, la culture, afin que la France reste ancrée dans le camp occidental et un allié sûr d’Israël. (cf Farida Belghoul)
Le « Zemmourisme » consistait dès lors à contenir (à l’image du containment contre le bloc communiste) les Maghrébins, à les rendre invisibles, à les harceler pour leur faire prendre conscience qu’ils sont seulement tolérés dans le pays, à ne leur laisser le choix qu’entre la soumission ou la révolte violente, à les pressurer dans le moule de la laïcité, à les humilier en leur imposant d’être représentés par un imam ignare et débile, à imposer à leurs enfants la mémoire de la Shoah au détriment de celle de la Nakba. Et lorsque ces Maghrébins se replient forcément pour se protéger, à les accuser de « séparatisme ». Accusation lancée déjà dès 2002 avec le livre « Territoires perdus de la République » écrit par des « sayanim ».
On doit reconnaître que ceux qui ont lancé cette opération ont grandement réussi. Le « Zemmourisme » s’est imposé dans pas mal de médias et surtout dans une bonne partie de la Droite française. L’establishment franchouillard ne s’est jamais vraiment débarrassé de ses préjugés coloniaux et du traumatisme de la défaite algérienne. Même le gouvernement se sent obligé de prendre le train en marche et de prendre des mesures contre le « séparatisme » musulman, de plus en plus répressives et humiliantes voire illégales comme d’empêcher les mères voilées d’accompagner les sorties scolaires, mesures pudiquement travesties en dispositions pour la défense de la « laïcité ».
Faut-il s’étonner de l’aveuglement de cette classe politique, qui n’a rien compris à la manœuvre de la clique zemmourienne ? Ce n’est pas la première fois qu’elle passe à côté d’une circonstance historique pour le bien de la France. Obsédée par ses rancœurs historiques et la nostalgie d’une ancienne gloire irrattrapable. Elle aurait tout à perdre d’un conflit profond et irréductible avec la très forte minorité musulmane. Tant de talents prêts à travailler pour le pays, mais qui sont rejetés, dénigrés, humiliés. Mais elle continue à rêver d’une espèce de « purification ethnique » qui la ramènerait à sa grandeur blanche et catho.
Les généraux qui ont publié leur lettre ouverte tombent malheureusement dans le même panneau. Certes la situation du pays est catastrophique à plusieurs égards. Et les motifs de révolte ne manquent pas. Pensons à la perte de souveraineté de la France à laquelle ils auraient dû être plus sensibles. La France a réintégré l’OTAN pour être à la remorque de l’Amérique et faire le sale boulot en Afrique ou au Moyen-Orient pour le compte d’intérêts qui la dépassent. Les généraux auraient pu s’inquiéter du désastre économique qui a ravagé le tissu social, entraînant la fermeture des sites industriels, de centaines de maternités, de dizaines de milliers de lits d’hôpitaux, du réseau ferroviaire et des services publics. Ces galonnés n’ont jamais réagi aussi fortement à la situation matérielle catastrophique de leurs troupes et des matériels militaires. On aurait aimé les entendre sur la gestion erratique et mensongère du covid et son lot de désastres humains.
Mais non, ils s’inquiètent de « racialisme », de « haine entre communautés », de « théories décoloniales », de « hordes de banlieue ». Ils veulent remettre de l’ordre dans cette chienlit sans aucune analyse historique de fond, avec une menace à peine voilée d’une intervention hors du cadre constitutionnel. Peut-être est-ce déjà la mise en œuvre de l’opération « Ronces » annoncée il y a quelque temps par Eric Zemmour et qui suggérait d’appliquer dans les banlieues françaises les méthodes répressives de l’armée d’occupation sioniste. Hasard ou pas, des syndicats de police viennent de demander que « dans le cadre de l’état d’urgence, il faut procéder au BOUCLAGE des 600 territoires perdus de la République, y compris avec le renfort de l’Armée, en contrôlant et en limitant les entrées et sorties de ces zones par des CHECKPOINTS sur le modèle israélien de séparation mis en place avec les territoires palestiniens. »
Il semble que nos généraux veuillent rejouer une nouvelle BATAILLE D’ALGER, à l’échelle de la France. Enfin une bataille qui semble à leur portée. Quelle fut déjà la dernière guerre que l’armée française a remportée sans aide étrangère ? Les généraux oublient que la Bataille d’Alger, si elle fut un succès opérationnel colonial, elle s’est terminée par un flop politique et diplomatique. Mais ces subtilités doivent leur échapper.
Pendant ce temps, ce sont Zemmour et sa clique judéo-sioniste ainsi que le Mossad qui les dirige, qui se frottent les mains qui sur les décombres de la France.
Jacob Cohen
9 mai 2021

10/09/2021

le problème

vidéo tout à fait capitale de Jean-Jacques Crèvecœur :

https://odysee.com/@ConversationDuLundi:4/CDL44:3

à la fin il évoque l'enseignement de l'histoire, et la disparition avec l'âge de ceux qui ont vécu la 2 ème Guerre Mondiale. Mais aussi

il y a déjà de moins en moins de gens qui ont vécu les années 50, 60, et 70 et qui savent combien de libertés on a perdues depuis !!! absolument affolant je vous assure ! Ce n'est plus du tout la même France.

(sans parler du RALENTISSEMENT hallucinant de la vie quotidienneet des déémarches et services, tout !  en 1960 du temps où la poste était un Service Public géré par des fonctionnaires, un lettre mettait 24 heures pour aller d'un bout de la France à l'autre bout, maintenant il faut compter 6 jours ! et tout s'est ralenti, tous les services administratifs et commerciaux publics et privés, dans les mêmes proportions, l'impuissance l'ignorance totale le manque de fiabilité et surtout l'hallucinante LENTEUR est devenu un véritable cauchemar)

Le problème pour les gens nés dans les années 50 et qui se révoltent devant tout ce qu'on nous fait, toutes les dérives et dégradations de la société actuelle est que la jeune génération, née après 1990, elle n'a jamais connu rien d'autre ! les jeunes  ne peuvent même plus comparer avec la France des années 50 et 60 et s'épouvanter de tout ce qu'on a perdu depuis.
(Cette génération, et bien, elle va mourir - c'est la mienne - et après il ne restera plus rien, il faudra demander aux historiens ou regarder les vieux films , les vieilles chansons, lire les vieux romans, etc.)

Ils sont nés sous les caméras de vidéo-surveillance, le chômage, et les bavures policières, les innombrables obligations, privations , "devoirs" et interdictions qu'on nous impose sous le nom de "citoyenneté", et ils pensent que c'est normal !! https://reseauinternational.net/ils-trouvent-ca-normal-ou...

et ils ne sont même pas choqués qu'on fasse tatouer les animaux, comme les nazis tatouaient les déportés d'Auschwitz, et qu'on rende ça obligatoire !!!

et ils sont nés dans une France où toutes les églises sont fermées, ils ne savent pas que des églises normalement c'est ouvert, normalement !

Toutes choses, et bien d'autres encore, qu'en 1960 personne n'aurait jamais, au grand jamais imaginé que ce serait un jour seulement envisageable !!!

etc, etc, c'est valable pour plein de domaines, et de nouvelles technologies et pratiques (et propagandes, et conditionnement des gens) de ce que Sylvain Timsit a nommé le Libéral-Fascisme.


ils n'ont pas connu la société civilisé (ni la lutte syndicale ! ni la sécurité de l'emploi, ni l'échelle mobile des salaires) qu'on avait alors, ni les café-hôtel qu'il y avait partout, des magasins partout, des enfants partout, des lignes d'autocars jusque dans le moindre village, des services publics partout, des caméras de vidéo-surveillance nulle part !

Et lisez sur le présent blog mon article "69, année encore civilisée" sur le traitement des passagers d'avions. Epouvantable !

c'était aussi une époque de liberté et de convivialité pour les enfants, comme on le voit décrit dans les aventures de Mafalda ou de Boule et Bill, un temps où le monde était à eux  « Je me sens bien dans les rues, les chemins. Peut-être que cela vient de l’enfance, dans ces maisons où il n’y avait pas de séparation entre le dedans et le dehors. On entrait, on sortait comme on voulait. On entrait à nouveau sans prévenir personne, sans protocole d’accord, d’accueil ou de départ. Nous, les enfants, on était tout le temps dehors. On changeait souvent de maison, ce qui fait qu’on n’en habitait aucune. Le monde était à nous. »


Ils n'auront plus les velléités de révolte, car ils ont été éduqués à la soumission, l'ont intériorisée, et ne savent pas qu'on peut vivre autrement.     

les oiseaux nés en cage.jpg

et c'est pourquoi on assiste au "spectacle obscène d'une population soumise et indifférente"

et c'est pourquoi on peut lire,  conséquence, "pour l’imposer aux jeunes générations dépolitisées qui n’ont pas l’air de comprendre ce qu’il va leur arriver à eux mais qui est épargné aux plus anciens qui résistent trop.

Oui les anciens résistent, car ils ont grandi dans une époque où on et était encore libres ( et la France équipée jusque dans le moindre village), et respectés, et debouts, et où on ne se laissait pas faire avec autant de "citoyenneté", comprenez : de soumission.

MAIS quand on  discute avec des "jeunes" (même des pas trop jeunes, des qui sont nés après 1970 on dira)      c'est abominablement affolant ! comme j'ai dit ils ne se rendent pas compte de tout ce qu'on a perdu, ils ont grandi dans une société transformé en camp de concentration où on leur a appris à être soumis, bourrés de contrôles à chaque pas un monde où tout est interdit censuré, et déshumanisé, ET QUI PENSENT QUE C'EST NORMAL !!! qui ne peuvent pas regretter l'état  de CIVILISATION, et de REPUBLIQUE digne de ce nom qu'ils n'ont plus connus, en en plus ils ont subit une telle décérébration culturelle !  on les a désappris à réfléchir. Par exemple les travailleur, qui autrefois étaient politisés et aviaent au moins quelques notion de marxisme et de lutte des classes, sont maintenant devenus primaires qu'on pousse à voter Front National, parce qu'on les a désappris à réfléchir et à identifier les problèmes ! Depuis qu'on a désappris aux jeunes de se révolter, il ne reste plus que les vieux qui savent encore être rebelles !  quelle sinistre société de zombies ! !!!

et maintenant c'est encore pire (quand on laisse faire de telles tendances c'est TOUJOURS de pire en pire. retenez les adages latins : Principiis obsta, et Finem respices !!)