Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/09/2018

Travailler plus pour gagner moins

Le sort des fonctionnaires  depuis 35 ans c’est ça ! Et ce n’est pas Sarko, ni son successeur, du même parti l'UMPS, qui changera ça, bien au contraire !


En effet depuis au moins vingt/vingt-cinq ans le nombre de places mises aux concours n’arrête pas de baisser (et maintenant de plus en plus de fonctions ne sont plus tenues par des fonctionnaires titulaires, mais par de jeunes salariés « jetables et pas chers » sous contrat de droit privé !!).  Donc il devient de plus en plus difficile au jeunes qui se présentent de réussir à entrer dans la fonction publique (déjà en 1978 pour un concours de niveau théorique Bac j’étais le seul bachelier ! tous les autres avaient licences, maîtrise, DUT, voire diplôme d’ingénieur agronome, et étaient tellement désespérés de ne pas trouver un emploi qu’ils envahissaient ces concours pour bacheliers. Imaginez la concurrence !); mais à l'époque la proportion entre les candidats et la places, déjà difficile ( 250 pour 20), était encore décente.

De nos jours c’est encore pire, pour un concours national récent de facteurs (théoriquement niveau Certificat d’Etude Primaire) tenu à Marseille il y avait des milliers et des milliers de candidats, souvent fortement diplômés.

Ils ont donc beaucoup plus de mal à entrer,

Et là ils travaillent dans des conditions de plus en plus difficiles. Car depuis aussi une vingtaine d’années on n’arrête pas d’annoncer des plans de réduction du nombre de fonctionnaire (ces « juifs » ces pelés ces galeux, d’où nous vient tout le mal…). Et il faut faire le même travail avec de moins en moins de gens.

Ils ont beaucoup plus de mal à entrer, pour travailler plus, et :

Pour gagner un salaire de 30% inférieur à ceux de la génération précédente !

ce que dit d'une manière générale (car avec toutes les "mesures jeunes" ça a touché aussi le privé) Bernard Friot à la 44ème minute https://www.youtube.com/watch?v=zrS-OkFTLkc
Il a même trouvé (et c'est un universitaire, les stats il les a !) que les jeunes de maintenant sont embauchés à un salaire 2,5 fois plus bas que dans les années 60 !!

Oui ! En effet lors de chaque négociation annuelle pour calculer la revalorisation des salaires le gouvernement depuis au moins vingt ans (plus, en fait) s’arrange à chaque fois, systématiquement, pour augmenter les salaires un petit peu moins que la hausse du coût de la vie, 1% en moyenne, espérant que, à part les syndicats, qui y voient plus clair ! les concernés n’oseront pas trop faire la gueule pour un petit décalage. Mais le résultat est que comme ça se passe comme ça chaque année, avec 1% de manque à gagner par an, alors en « intérêts composés » calculez ! Les syndicats éditent d’ailleurs de fort impressionnants tableaux (1) de l’évolution des deux courbes le long des années, et de la brèche entre les deux dont la surface représentant toute la perte cumulée devient de plus en plus vaste…

Ça passa, à regret, parce que le rapport de force n’est-ce pas n’est pas bon du tout pour les salariés avec cette désyndicalisation et ce manque de combativité (comment croyez-vous que pendant les décennies précédentes les gens avaient obtenu l’amélioration de leurs salaires et autres conditions d’emploi ? par l’opération du Saint-Esprit peut-être ? ou vous croyez peut-être à la bonté d’âme des patrons, et l’Etat en est un aussi) et parce que les fonctionnaires ont l’avancement indiciaire tout le long de la vie, qui compense (mais ça veut dire, donc, que cet avancement ne sert plus à avancer, et que votre salaire en fait va stagner toute votre vie).

Donc les jeunes fonctionnaires de maintenant (toujours ces « sales » jeunes, comme toujours en première ligne pour prendre les sales coups, toutes les avanies, sans même avoir le droit de dire ouille…) ont un pouvoir d’achat au moins 25% moins élevé que leurs ainés au même age, pour un travail plus difficile, qu’ils ont réussi à décrocher à plus grand peine.


Et pendant ce temps les officines du Ministère de la Propagande du Régime répandent à tout va la réputation qu’ils ne foutent rien !

Pendant le même temps bien sûr la richesse nationale a considérablement augmenté.

où est passé la différence ? ...
dans quelles poches ? ....

Et les services publics se sont dégradés (quand on voit les délais pour la plus banale démarche à la Poste par exemple ! Il y a 40 ans le courrier arrivait dans les 24 heures, il y avait plusieurs distributions par jour, les bureaux étaient ouverts 6 jours sur 7 jusqu’à 7 heures du soir, et le courrier ne se perdait pas, maintenant ….. Et tous les services qui devraient être banals dans un monde moderne et civilisé sont dégradés, voire disparus, à l’avenant ! et les employés compétents qui suivent votre dossier remplacés par des "centres d'appel" débordés, dépassés, et qui ne sont là à part vous faire perdre un temps et un fric monstre qu'à faire des économies aux employeurs et augmenter leurs agréables profits, ou dans le cas des Services Public, réduire encore plus les impôts des riches et des groupes financiers)

(1) exemple sur la seule période 1982-1993 ligne du bas les salaires, ligne du haut les prix, l'espace entre les deux la perte en pouvoir d'achat  :

FonctionnairesPertedupouvoird-a-at.jpg

 

Et les mêmes qui poussent des cris d'orffaies scandalisés dès que les travailleurs demandent 1% d'augmentation que font-ils : la banque qui a fait faillite et sauvé par les Anglais n'empêche pas les cadres de s'augmenter bien plus que l'inflation: "Barclays bankers to be handed pay rises of more than 100%" nous dit le Daily Mail de Londres, et cela pile pour Noël. D'autres bénéficient de 150% "pushing their basic pay up to as much as 300,000 pounds" ce qui donne 1 million par an.
La Grèce était le seul pays d'Europe où ne sévissait pas encore le Libéral-Fascisme ( voyez sur cette carte le seul pays en vert http://www.privacyinternational.org/article.shtml?cmd[347]=x-347-559597 ) et où il y avait encore moyen d'entrer dans la fonction publique et de bénéficier d'un minimum de sécurité, c'est pourquoi (comme les USA ont fait avec la Serbie, seul pays resté socialiste, et veulent faire maintenant avec la Syrie, seul Etat arabe laïc et nationaliste) le Grand Capital de l'UE tient à le faire disparaître et le conduire à la trique dans le camp du libéral-fascisme : voyez Comme en France ilnt faire disparaître la fonction publique : pour 5 fonctionnaires partant en retrait un seul remplacé ; bonjours les files d'attente et les délais dantesques qu'on connaît en France maintenant! http://www.legrandsoir.info/La-Grece-ou-comment-etrangler...
 

le salaire à l'embauche des moins de 25 ans a DIMINUE DE MOITIE depuis une génération :

 alors que la production,  la richesse de la France, etc ont augmentés ! où est passé la différence ....
Et où est passé la Société? Où est passé la République ? Où est passé la Civilisation ?
Où est passé la progrés, qu'on nous avait tant vanté ?
il y a pas des questions à se poser là ?
et en tirer les conséquences

10/09/2018

les "contrôles"

  Maintenant on ne peut plus rien faire ni avoir, ni vendre, ni utiliser, ni, ni, etc, sans devoir une multitude de « contrôles », « attestations », « diagnostics », etc que le gouvernement (= l’intendant du grand capital comme le disait déjà Marx il y a un siècle et demi, et qui de nos jours ne sont carrément plus que des « kapos » de baraques du grand camp de concentration qu’est l’UE, avant d’être le monde entier), entre « copains » et « coquins », nous impose au nom de l’ « écologie », de la « sécurité », ou autre mot magique. Tous ces contrôles bien entendu ne servent à rien, n’ont jamais évité aucun accident, aucune maladie, etc, c’est du pur chiqué, de la parade que seuls les « mougeons », bien « citoyens », croient docilement. En fait le but - « copains et coquins » oblige ! - est uniquement de fournir sur un plateau à toute une branche, qui autrement n’existait pas, une clientèle captive, dont on peut soutirer du fric ! C’est, comme dans la nature ! - Eh oui ! De même que le capitalisme, et que la prédation, c’est naturel ! - un phénomène de parasitisme (pas de symbiose, dans une symbiose, le symbiote est utile). Bref, dans un sens ça a quand-même une utilité : ça permet de réduire le chômage    , ça fournit des emplois (outre les gras profits pour leurs patrons!) à plein de gens qui autrement ne trouveraient pas de carrière, ça crée ex-nihilo de nouveaux débouchés professionnels ; ça les occupe ; comme les pompistes ou les gardiens de parkings les gens qui font ça ont comme ça outre un salaire le sentiment d’avoir une place dans la société et de servir à quelque chose, un statut.
On se console comme on peut !

07/09/2018

quelques exigences

Lettre Ouverte à Mr le Président Macron par le Dr André FOUGEROUSSE

Dr André FOUGEROUSSE Docteur d’État ès sciences 1973
Professeur de Chimie honoraire de l’Université de Strasbourg
Doyen honoraire de la Faculté de Chimie
Site personnel www.andrefougerousse-recherche.fr
 
Le 2 octobre 2017
 
Monsieur le Président de la République,
 
Votre projet de budget pour l’année 2018 me range dans la catégorie des fonctionnaires retraités nantis et me demande de contribuer au soutien des Français moins favorisés.
 
J’accepte volontiers ce geste de solidarité, mais, pour rester cohérent avec mon statut de fonctionnaire, je me permets d’émettre quelques exigences.
 
Être fonctionnaire, c’est être chargé d’une fonction par l’État, fonction que l’on s’engage à remplir avec sérieux et dignité et à en rendre compte.
 
J’ai commencé par être élève-maître à l’École Normale d’Instituteurs de la Moselle, après avoir réussi le concours d’entrée, à l’âge de seize ans. Présentant certaines capacités et ayant une bonne aptitude au travail, j’ai réussi le baccalauréat Math-Elem en 1963 (AB), puis quelques concours (IPES, CAPES de Physique-Chimie) et à me faire remarquer par un professeur de l’Université de Strasbourg, qui m’a recruté comme assistant en 1968.
 
Après avoir passé un DES, un DEA, soutenu une thèse d’État en chimie (en 1973), qui m’a permis de découvrir les contraintes et les exigences de la recherche scientifique, fait un stage d’un an à l’Université de Montréal, j’accédais à la carrière universitaire, dont je gravissais tous les échelons. J’ai même été nommé Directeur du DEUG Sciences (1985 – 1990), pour répondre aux défis de la première massification des études supérieures, et élu Doyen de la Faculté de Chimie (1999 – 2004).
 
Se superpose un parcours d’une quinzaine d’années en tant qu’élu de la République, trois mandats de maire (à partir de 1977, à l’âge de 33 ans, pour administrer une ville de dix mille habitants, réélu avec des scores croissants), un mandat de conseiller régional d’Alsace, de vice-président de la Communauté Urbaine de Strasbourg (malheureusement écourté, comme mon 3e mandat de maire), qui a contribué à parfaire ma formation et à me faire découvrir les méandres de la nature humaine, les contraintes d’un parti, mais aussi les vertus de l’écoute et de la concertation.
 
Ce parcours a aussi été remarqué. J’ai été nommé Chevalier de l’Ordre du Mérite Agricole, décoré par M. Rocard en 1987, et Chevalier de l’Ordre National du Mérite par un décret de 1989 du Président F. Mitterrand, suite à la demande du Préfet.
 
Ce curriculum étant rapidement brossé, j’en arrive à expliciter mes exigences : c’est votre projet d’imposer onze vaccinations obligatoires à de très jeunes enfants qui me révolte, parce qu’il ne répond pas aux exigences auxquelles m’ont soumises mes responsabilités de chargé de fonction publique à l’université, comme enseignant, chercheur et gestionnaire.
 
Je m’explique.
 
L’obligation vaccinale ne pourrait se justifier que s’il était démontré de façon incontestable, en respectant des démarches scientifiques rigoureuses, dont les procédures et les résultats seraient publiés dans des revues d’audience internationale :
– que les vaccins protègent parfaitement tous les vaccinés (ceux-ci étant infectés artificiellement, ils risquent d’être contagieux et des transferts de virulence sont possibles) ;
– que les non-vaccinés représentent un danger pour la santé publique ;
– qu’il faut un minimum de 85 % de vaccinés pour lever tout risque d’épidémie ;
– que les vaccins proposés sont sans danger ;
– qu’il est justifié d’inoculer la même dose à tous les bébés, quelles que soient leurs aptitudes.
 
Je demande que Madame la Ministre me et vous fournisse les références des publications scientifiques sur lesquelles elle se fonde pour soutenir les affirmations ci-dessus. C’est la moindre des choses pour une telle entreprise d’agression physique aux effets incertains, que l’on veut imposer de force à tous les bébés.
 
Mon fils ayant fait un accident après BCG en 1973, à l’âge de quatre ans, j’ai lu énormément de choses sur les vaccins et j’accuse vos services du Ministère de la Santé d’être incapables de prouver scientifiquement les assertions ci-dessus exposées, qui leur servent de justifications, indiscutables, selon eux…, mais pas prouvées.
 
Dès lors, on ne peut pas fonder une politique vaccinale obligatoire sur la base d’observations partielles, imaginées, manipulées, interprétées, affirmées avec aplomb par des pontifes, mais malheureusement marquées par des quantités d’incertitudes et de faits contradictoires qui ne répondent pas aux dogmes officiels.
 
J’ai enseigné et fait ma recherche en chimie organique, la chimie du vivant. Le fonctionnement d’un organisme humain est d’une extrême complexité et personne, pas même les grands professeurs de médecine (omni compétents par définition), ne sont capables de comprendre et de prévoir toutes les interactions qui seront provoquées par l’injection directe de microorganismes étrangers (boostés par des substances dangereuses et parfois bricolés génétiquement) ni d’imaginer les conséquences à long terme sur des organismes affaiblis. Évaluer l’efficacité d’un vaccin en se fondant exclusivement sur le taux d’anticorps n’est absolument pas fiable.
 
Vous trouverez ci-joint la lettre ouverte que je destine à Madame Buzyn. Je cite certains travaux scientifiques publiés, qui mettent en doute l’utilité des vaccins. Je propose qu’ils soient calmement réexaminés, en toute transparence.
 
La Liberté.
 
Vous abordez souvent, dans vos discours, l’importance des libertés, vertus défendues de façon exemplaire, semble-t-il, dans notre pays.
Et pourquoi pas dans le domaine des vaccinations, domaine incertain s’il en est ??
J’affirme que les non-vaccinés ne représentent aucun danger (ce sont les vaccinés que l’on infecte artificiellement) et qu’il est outrancier et diffamatoire de les accuser d’incivisme.
 
J’estime que vous n’avez pas le droit d’imposer un acte aussi agressif, sans être assuré de son efficacité et de son innocuité à court et long terme, assurance qui n’existe pas à ce jour, sauf à ce que vous me le démontriez rigoureusement ?
 
Et forcer la soumission des parents à l’acte vaccinal, si contestable, en le subordonnant à l’obligation scolaire est d’une incroyable violence, un abus de pouvoir injustifié, contraire au Droit. C’est un acte digne d’une dictature, dont l’Ordre des Médecins serait le bras armé, cette étonnante survivance de la sinistre police médicale créée sous le régime de Vichy…
 
Je souhaiterais, Monsieur le Président de la République, que vous laissiez un autre souvenir que cette lourde intervention obligatoire hasardeuse, parce qu’il y aura forcément d’innombrables ratés, des accidents, des scandales, du contentieux et des drames humains… pour rien.
Les maladies infectieuses constituent seulement 1 % de toutes les causes de décès dans le monde industriel. Agiter le chiffon rouge en brandissant un décès par rougeole est pathétique.
 
En vous remerciant pour l’attention que vous voudrez bien accorder à cet acte, dont vous porterez la responsabilité pleine et entière, je vous prie d’accepter, Monsieur le Président de la République, l’expression de mes sentiments respectueux.
 
Dr André FOUGEROUSSE
Chargé d’une fonction de l’État pendant quarante ans.
 
Copies transmises à Madame Buzyn et à la presse peut-être intéressée, d’abord dévouée aux puissants…
 
Résumé
Faire un discours à la Sorbonne, c’est acquiescer aux valeurs universelles de la recherche universitaire. En l’appliquant à l’acte vaccinal, on est stupéfait d’observer le manque flagrant de preuves scientifiques et d’assister au recours à des croyances béates, perpétuées par des bonimenteurs privés, relayées par de pseudo-scientifiques souvent intéressés.
La santé publique exige des preuves et des assurances, dont le Président de la République est le garant. La liberté des vaccinations s’impose pour une intrusion intime qui n’a prouvé ni son utilité irremplaçable ni son innocuité. Il existe des traitements qui méritent d’être reconnus et tentés.
 
 
Et comme il faut prévoir si la résistance devient necessaire :
 

05/09/2018

les allocs

Beaucoup de français-moyens, et les « bourges » de droite et des gouvernements libéral-fascistes actuels, ont souvent tendance à mépriser et critiquer ceux qui « vivent des allocation familiales ».

Mais la rappeur « El Matador » https://hdclips.top/hd-videos/Nd0rE-oo7LU/peril-jeune-el-... a fait une très belle chanson sur la vie familiale et l’enfance dans la misère, où il dit entre autre « la misère a un sourire tu sais ? » et à chaque fois repensant à mon enfance des années 50 je répondais à part moi « oui je sais ! ». Et dans cette chanson il dit « on attendait les allocs du début du mois avec courage »

Si on revient à la décennie des années 2010, mon chat, qui ne fait rien de ses dix doigts de toute la journée, parfois se met assis près de sa gamelle et reste là tranquillement sans bouger. Alors je comprends le message et je lui dit « ah ah ! Tu attends les allocs du début du mois avec courage, hein ! Bon, on va te donner tes croquettes »

Voilà, il y a beaucoup d’autres choses que j’aurais pu dire et des plus explicites, théoriques et structurées, mais je m’arrête là. Je vous invite simplement à réfléchir vous-même, et à sentir avec toute votre âme et vos valeurs humaines.

03/09/2018

c'est dans le sang

Partout où il y a des femmes qui travaillent ensemble il n'y a que ça ! Partout où on entend, que ce soit par des amies, que ce soit parce qu'on est plongé dedans, que ce soit par des propos entre femmes entendues par rencontre, ce dont on les entend discuter et constamment se plaindre ce n'est QUE ÇA, des histoires d' « histoires », de clans, de médisances, favoritisme, défavoritismme, d'inimitiés, de manoeuvres sournoises, de « tu as vu de quel ton elle l'a dit ?! », de jalousies, de piques, de psychodrames permanents (comme Mathon disait à propos de l'ONIC-Lille), de montagnes faites avec des queues de cerises, de sous-entendus, de commentaires à n'en plus finir sur telle parole (ou absence de parole !) telle attitude de unetelle, etc.

Là, Simone de Beauvoir va dire (dans « Le deuxième sexe ») que si les femmes sont comme ça c'est à cause des conditions sociales de vie que leur ont fait les hommes. Mais la documentation sur laquelle s'est basé Simone de Beauvoir date du XIXè siècle et début du XXè. Or depuis un siècle la condition féminine a changé du tout au tout, tandis que ces comportements n'ont pas du tout disparus, au contraire (et par ailleurs il y a beaucoup plus de communauté de femmes dans le travail à notre époque qu'alors). Donc ça ne marche pas, on voit bien, que « c'est dans le sang ».

02/09/2018

relire les vieux Readers Digest c'est vachement instructif !

Relire les Reader's Digest de 1969 (1) aussi ça peut être vachement instructif!

(1) le n° d'octobre 1969, page 233


l'explication vous aller la lire plus bas, après la ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Esperantligva resumo: pr. 1968-69 ekestis en usonaj aviadiloj ondo de kaperoj, fare de (armitaj, kaj la vojaĝantojn minacantaj) homoj, kiuj volis igi la aviadilon iri al Kubo (ĉar pro la usona bojkoto al Kubo neeblis iri alimaniere, kaj tiuj estis revoluciemuloj, kiuj ege deziris vivi en Kubo). Do en artikolo de Selektado de l'Reader's Digest ( N° de oktobro 1969 p. 233 franclingva eldono), post rakontado de pluraj okazoj tiaj, la aŭtoro finis per meti la demandon? kion fari ??
Tiam lia respondo estis: malfeliĉe nenion, ĉar la ununura efika rimedo estus priserĉi ĉiujn pasaĝerojn antaŭ ke ili enirus en la aviadilo, kja tio estas nepensebla, aldonis li kiel memkomprenebleco, tro malĝentila, ktp, kaj "la vojaĝuntoj certe ne konsentus pri tia afero !" (kio subkomprenas: se ili rifuzas estas nepenseble ke oni trudu ilin).

Kiom la etoso kaj kondutoj, kaj sintenoj, tiom bone de la "instancoj" kaj de la publiko, ŝanĝis !! ĉu ne ?!

Nenio tiom utilas kiom relego de revuoj post "breĉo de kelkdek jaroj, ĉu ne? Certaj aferojn oni ne sentas dum ili okazas. Nur poste oni konstatas, kaj rememorante eble ia tremmalvarmiĝo ŝoviĝas laŭ via spino.

Kiam oni konsciiĝas pri la evoluo, ĉu oni ne komencas maltrangviliĝi ?

Ni direktiĝas pli kaj pli al la stato priskribita de unu rolulo de la romano de l'fratoj Strugatski "Malfacilas esti dio":
"La principoj simplas, ili estas tri: blinda kredo je ĝusteco de leĝoj, senkontraŭdira obeo al tiuj kaj krome senĉesa kontrolado de ĉiu per ĉiuj !"

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

En effet: Vers 1968-69 s’est développé sur les avions américains une vague de détournements d’avions (c’étaient les premiers je crois) de la part de gens (armés bien sûr, et qui menaçaient les pilotes et les passagers) qui voulaient se rendre à Cuba, Mecque des révolutionnaires, que les USA avaient mis sous embargo et où il n’était plus possible de se rendre par les lignes régulières).
Après une longue suite de récits, l’auteur de l’article (sur Reader’s Digest, une revue conservatrice et sans aucune sympathie pour le communisme !) concluait : "Mais Que faire ? Il n’y a malheureusement rien à faire. Car la seule solution vraiment efficace serait de fouiller les passagers et leurs bagages avant l’embarquement, et ça c’est impossible !" concluait-il comme une évidence, ajoutant que ce serait trop malpoli et trop choquant, et que d’ailleurs les passagers "prendraient,sans doute, cela assez mal" (Ce qui veut dire: si les passagers n’acceptent pas on ne va pas les forcer).

En 1969

Comme le monde a changé depuis !!!
Je ne vous fais pas un dessin...

Les mentalités là-dessus, aussi bien celles des autorités que des passagers eŭ-mêmes (ceŭ qui croient que les gens ne se laisseront jamais conditionner à accepter l’esclavage devraient revoir leur naïf optimisme), et l'ambiance ont changé de manière pharamineuse, comme vous n'êtes pas sans le savoir.
Maintenant ce sont les RFID et ce projet nous apparaît comme inacceptable et dantesque … actuellement. Tout comme aurait paru inadmissible en 1969 de fouiller les passagers pour vérifier qu’ils n’ont pas d’armes sur eŭ.
et trifouiller dans le cerveaŭ de nos enfants pour les ficher, et http://www.journal-la-mee-2.info/1622-fichage-01-delation... http://www.journal-la-mee-2.info/1622-fichage-01-delation... , et ,et ,et ,et ......
Ca continue! chaque année, que dis-je chaque mois nous apporte une régression supplémentaire, un de ces jours Staline et les cauchemars de George Owell seront dépassés.

et ça : BIENTOT-DES-FOUILLES-RECTALES-DANS-LES-AEROPORTS-ET-LIEUX...

bon, je vous laisse réfléchir
NOUVEAU Bon, parmi les dérives les plus graves actuellement et les plus menaçantes il ya l'instrumentalisation par la police du "délit d'outrage", il faut y mette fin, sinon notre Etat de Droit et notre civilisation sont foutues !

http://www.ldh-france.org/Petition-outrage-offense-L-appe...

kaj nun Francio : Barbareca lando sub polica reĝimo ( la France tombée sous la shlague et devenue régime policier et barbare )

01/09/2018

maintenant je comprend les anticléricaux d'autrefois et leur haine des "calotins" !

Mort de l'ancienne religion, permanence du "Péché" et des "calotins"

Un sondage montre que de nos jours, dans une des pays qui il y a pas encore longtemps était un des plus religieux d'Europe,  seulement 7% des italiens se sentent culpabilisés devant les commandements de la religion

Par contre la majorité d'entre eux éprouvent ou éprouveraient  un sentiment de HONTE pour le fait de manger "trop" ........

Comme en écologie il y a des  lois écologiques dans la sociologie comme dans la nature. Quand une espèce disparaît, une autre vient occuper sa niche écologique.


Les calotins chrétiens ont disparus, puisque la religion est morte et enterrée depuis déjà longtemps, mais d’autres calotins ont pris leur place, l’Inquisition catholique a disparu, mais une autre inquisition a pris sa place, les missionnaires catholiques ont disparus, mais d’autres ont pris leur place, les directeurs de conscience catholiques ont disparus, mais d’autres directeurs de conscience ont pris leur place, l'ancienne "alliance du sabre et du goupillon" n'est plus de mise, mais une autre a pris sa place, les législations  nous protégeant contre le péché et la TENTATION en l'interdisant ! ont disparues mais d'autres législations anti-"péché" ont apparu (et se multiplient comme des champignons

Comme je disais dans plusieurs articles : il n'y a pas de fin à cette logique, après le tabac ce sera (c'est déjà) les boissons alcoolisées, puis les viandes en sauce et les patisseries, les bonbons, la sexualité bien sûr ! ça commence déjà, les lits douillets, etc, etc, comme je disais dans les commentaires les anti-fumeurs ont tort de se réjouir, ils ne rigoleront pas longtemps, ce genre de lois les rattrapera bientôt, ils rigoleront moins quand à leur tour la vie leur deviendra impossible. Regardez la suite logique de ces politiques exterminatrices.)

Les jésuites et leur jésuitisme ont disparus mais d’autres jésuites ont pris leur place.
Et last but not least  le sentiment, de  PÉCHÉ n'a pas du tout disparu mais s'est simplement déplacé d'objet

 

Pareil pour les protestants Puritains, à part dans les fermes du Wyoming ou les iles d'Ecosse il n’y en a plus, mais d’autres puritains aussi hystériques et aussi bien-pensants ont pris leur place
http://miiraslimake.over-blog.com/article-influence-du-pr...

De telle sorte que d'une manière transidéologique De Bonald sorti par la porte est rentré par la fenêtre!

C’est le catholicisme conservateur qui est au pouvoir ! et De Bonald : La société n’est pas faite pour les hommes, mais les hommes sont fait pour la société; et c’est le « clergé » qui la dicte. Il suffit de remplacer le Dieu d’antan (qui était au moins un dieu de vie ! et même de vie éternelle) par les dieux actuels (qui sont des dieux psychanalysés, des dieux de mort) et le clergé par  tout l'appareil d'Etat et leurs séides médiatiques, les Talibans de l’occident, nos nouveaux calotins. depuis les gens de la DDASS jusqu'aux journalistes et politiques. Et la culpabilisation et le PÉCHÉ (de nos jour on prèfère appeller ça "responsabilités" mais c'est la même chose et le même sentiment, et qui draîne le même puritanisme, peur du plaisir, peur de la liberté, peur des autres, peur de déroger au discours officiel, etc.)
Contrairement à ce que croient les affiches publicitaires et les bouffeurs de curés triomphants, l'obsession et la peur du péché n'a pas disparue, elle s'est simplement déplacée.

Et les conduites superstitieuses, irrationnelles, et le fanatisme, ne sont pas du tout, contrairement à une opinion généralement postulée dans les commentaires sur les forums de discussion, propres aux seules religions !
Et ça, ça n’a pas changé, même pas besoin de transcription :  comme disait William Blake "de même que les mouches pondent leurs œufs sur ce qu’il y a de plus beau de même les prêtres jettent leurs anathèmes sur nos plus belles joies." Il suffit de remplacer prêtres par « travailleurs sociaux » ou par « spécialistes en hygiène et en Sécurité » ou par « cabinets ministériels », ou Sarkozy tout simplement. S’asseoir sur la pas de sa porte et regarder passer le temps ou discuter le coup y a-t-il rien de plus agréable et de plus humaniste? Or maintenant ça vaut la prison !!!

au XVIIè siècle c'était les Jansénistes !
http://www.egaliteetreconciliation.fr/IV-Le-jansenisme-au...

 

"La plupart des bonheurs doivent être attentivement surveillés" dit le Cardinal Cisneros Grand Inquisiteur d'Espagne ! (dans une pièce de H. de Montherlant)

 

Et puis regardez comment les appartchiks des institutions font la chasse et le dépistage à la moindre imperfection, avec  le même zèle et la même arrogance terrorisée et terrorisante avec lesquels autrefois on flairait avec panique le moindre soupçon de présence du Diable !

 

Une "religion" chasse l'autre. Mais les calotins restent.

 

et comme  dit l'auteur de La Société cancérigène:  "Il est curieux de voir avec quelle facilité la science reproduit les schémas de l'Église, avec un discours canonique, des excommunications, des schismes, des blasphèmes et des hérésies."  http://www.noslibertes.org/dotclear/

 


C'est comme ça que précédemment le communisme a été corrompu et est devenu pour certains un moyen d'acquérir pouvoir et richesse, parce que leur cause était si noble et eschatologique : sauver la planète Terre de l'exploitation de l'homme par l'homme, et avant c'était la religion, le christianisme par exemple, qui a connu la même corruption, pour les mêmes raisons (et les "assistantes sociales" de l'Inquisition au nom du "principe de précaution", tant vanté de nos jours, brulaient ceux qui éventuellement étaient susceptible de représenter un risque de mise en danger du salut éternel d'autrui; pareil que la logique actuelle !)

(1) et la haine sociale contre les "pêcheurs" et les "anathèmes" : ici

 

"Là où les vérités religieuses font place à une morale de l'Utile, la Police doit inévitablement passer au premier plan. L'ordre dans la rue, de condition pratique devient Vérité. L'agent ne veille plus sur des biens mais sur le Bien." (Bernard Charbonneau - "l'Etat")

" le prêtre de la santé a besoin de celui qui pèche par la santé tout comme le diable a besoin de l'eau bénite". Imre von der Heydt

"L’homme ne peut vivre sans religion. Ce qui explique que les objets de sa foi et de ses pratiques religieuses aient subi une transformation et aient adopté un nouveau titre : à l’Est, on adore l’État communiste ; à l’Ouest, on voue un culte à la science et au « bien public »."(Thomas Szasz)

 
"Aux îles Fidji, où la télévision n'existait pas avant 1995, et où les problèmes de poids n'avaient jamais tourmenté qui que ce soit, trois ans après l'arrivée du petit écran, 74 % des lycéennes interrogées disaient se sentir trop grosse."  (
J-C Michéa - "La double pensée")
 
il n'y a pas que moi qui dit ça :
"La foi en une idéologie basée sur le désir de dominer les autres et le besoin de se sentir personnellement supérieur sans accomplissement légitime est peut-être le plus dangereux état mental qu’un individu ou une société peuvent adopter. Un tel état d’esprit vous renvoie au fanatisme, un élément constituant du sectarisme et une conséquence extrême du côté élitiste de la foi.
Le fanatisme et le sectarisme ne sont pas limités à la sphère du religieux. Le fanatisme est une cachette habile et diabolique dans les boiseries de toute construction politique ou académique, et cela inclut la communauté scientifique quand elle erre loin de la logique et des données empiriques honnêtes dans un monde de pseudo-science et d’ingénierie sociale."
Nous "sauver de nous-mêmes" et par ce biais nous détruire, ou faire de nous des esclaves soumis et honteux, voilà le grand "truc" des totalitaires.

31/08/2018

on va à leur école ou pas ?

 

Je parie que avec ses idées à la noix , madame BUSZYN va se faire shooter par le conseil constitutionnel ! l’école de leur république ne peut pas etre à la fois obligatoire et interdite à certaine catégorie d’ayants droit.Pour le coup c’est vraiment discriminant .On ne peut pas , non plus faire porter un signe aux enfants non vaccinés , ça nous rappellerait les HLPSDNH.

#1824994

Le 23 octobre à 12:42 par 

On aura une bonne raison "officielle" pour leur absence à l’endoctrinement de masse de nos jeunes esprits malléables...

 

 #1825115

Le 23 octobre à 15:33 par 

“Pas d’école pour les enfants”, en voilà une très bonne nouvelle !

#1825001

Le 23 octobre à 12:51 par

...faudra expliquer comment des enfants vacciné peuvent avoir un risque de contamination au contact des enfants non-vaccinés..ou alors les vaccins ne servent à rien ?

#1825043

Le 23 octobre à 13:48 par

très juste... je pense que le vrai risque est que les vaccinés pourraient se faire contaminer idéologiquement par les non-vaccinés !
côtoyer des non-vaccinés et constater qu’ils sont en bonne santé, voire meilleure santé, que si vous êtes vaccinés peut infecter les esprits d’idées rebelles et libératrices ;)

#1825003

Le 23 octobre à 12:53 par

Et bien mes enfants n’iront pas à l’école l’année prochaine.
Qui d’autre ?

#1825037

Le 23 octobre à 13:44 par

c’est le mieux à faire, et c’est éviter deux poisons à la fois à vos enfants !
le poison des vaccins et le poison mental des programmes de l’éducation (re-écudation) nationale !
vos enfants auront de bonnes chances de rester en bonne santé physique et mentale :)

#1825126

Le 23 octobre à 15:49 par 

On hésite. Surtout qu’on est dans un secteur ZEP (doublement des classes, par double néo-crétins en maître) alors je crois qu’on ne va pas hésiter longtemps..

#1825005

Le 23 octobre à 12:54 par

Un truc logique : si les enfants vaccinés jouent avec des enfants non vaccinés, pour quelle raisons les premiers risqueraient une infection, puisqu’ils sont vaccinés ?

ça mériterait débat ce sujet, je suis suis certain que beaucoup d’entres nous n’en vaccineraient plus leurs gosses

#1825081

Le 23 octobre à 14:50 par dolf

On en déduit que le vaccins est inefficace et qu’il est inutile de vacciner

cqfd
Mais il y a une logique supérieure ,la logique dictatoriale

#1825006

Le 23 octobre à 12:55 par Régulus

Entièrement d’accord avec Agnès ! Peut-être un début d’émancipation !

Voilà une belle occasion de reprendre en main l’Education (on peut toujours rêver) avec des vrais programmes sans fioritures d’un bon niveau en créant, je ne sais pas trop, des structures populaires avec un bon encadrement fait par des gens compétents qui aiment leur métier... le tout en n’empoisonnant pas nos enfants...double avantage !...

Sinon à part ça, je croyais que l’école était obligatoire non ?

#1825046

Le 23 octobre à 13:51 par Gin

"Sinon à part ça, je croyais que l’école était obligatoire non ?"

non, non et non, c’est l’instruction qui est obligatoire en France, l’école n’a jamais été obligatoire... encore heureux !!

malheureusement, peu de gens le savent... mais grâce à Madame Buzyn, les gens risquent de s’en rendre plus compte...

#1825007

Le 23 octobre à 12:58 par

Combien faudra-t-il d’enfants invalides à vie, ou morts, pour que cette décision dictatoriale soit abrogée ?

Car en effet cette décision est potentiellement criminelle, et Mme Buzyn qui est médecin le sait parfaitement. Seulement sont mari est un des pontes des grands laboratoires avides d’argent, alors elle agit de manière dictatorial.

Par sécurité, il faut revenir aux trois anciens vaccins obligatoires, et l’on verra ce qu’il est possible de faire, s’ils sont dorénavant sans adjuvants dangereux à la santé, comme le thimérosal (mercure) et l’aluminium tous deux toxiques.

La dictature de l’oligarchie cela suffit Madame Buzyn, veuillez en informer vos supérieurs.

#1825237

Le 23 octobre à 18:06 par

Qu’est ce qui prouve que parmi les 11 vaccins aucun ne sont incompatibles, voire handicapants ou mortels ?

#1825011

Le 23 octobre à 13:09 par

L’école à la maison une bonne organisation plus de vaccinations, plus de théorie du genre etc.

#1825017

Le 23 octobre à 13:12 par 

Le virus mortel c’est la connerie

#1825119

Le 23 octobre à 15:39 par

Et l’argent avec Agnès buzyness ness, y’a toujours un moyen de s’faire un pti billet !

#1825018

Le 23 octobre à 13:13 par 

Pas d’école, mais quelle école ?C’est simplement de la pure discrimination,et de la dictature . Cette dame c’est trompée d’époque et peut être de pays ,elle n’a pas encore compris que l’école est devenue une garderie .Ce qui inquiète les parents, ce n’est pas que les enfants n’aillent plus à l’école mais il n’y aura personne pour les garder .

#1825020

Le 23 octobre à 13:14 par

ridicule puisque les autres enfants seront vaccinés, ils ne seront pas exposés en raison de la grande efficacité des vaccins à 150 euros qu’on leur aura inoculés.
J’espère que wikileaks va nous aider dans ce combat.

 

#1825031

Le 23 octobre à 13:36 par

La France est devenue pitoyable par ces représentants de commerce que l’on nomme pompeusement ’’Ministres’’.

 

#1825032

Le 23 octobre à 13:36 par

« Je dis aux parents : c’est obligatoire, vos enfants ne rentreront pas à l’école ou en crèche s’ils ne sont pas vaccinés », a confié le ministre de la Santé, précisant faire référence aux établissements « publics et privés ». Une mesure qu’elle justifie par les risques d’exposer « les autres enfants à des virus mortels ».

Donc si je comprends bien, il est risqué d’exposer des enfants aux virus mortels contre lesquels ils ont pourtant été vaccinés.
Alors soit les vaccins sont inutiles, et dans ce cas il est complètement idiot de se faire vacciner et tout autant idiot de discriminer les vaccinés des non vaccinés, soit le raisonnement de madame Bousin est idiot, soit les deux.

#1825112

Le 23 octobre à 15:30 par bousier

" Pas d’école pour les enfants qui ne veulent pas être les vaches a lait et les cobayes de ma bienfaitrice SANOFI "

#1825033

Le 23 octobre à 13:37 par anonyme (MOI)

bonne nouvelle ! ça va donner un coup de pouce au développement de l’école à la maison et de l’enseignement par correspondance. Croyez-en ma vieille expérience : c’est la meilleure façon d’étudier et la plus efficace (et la plus économique).

#1825052

Le 23 octobre à 14:05 par 

Encore une de ces femelles formatées machine à donner des ordres, et à suinter de la contrainte, de la menace et de la coercition sur le mode cour de récré de maternelle. 11 vaccins !!! (ONZE ; quand même !) Pourquoi pas 110 ou 1100 !? Qui va nous vacciner contre les crétins procéduriers, les pervers, les incompétents et les malveillants ?

 

#1825072

Le 23 octobre à 14:28 par bambino

C’est vraiment dur. La pression sociale est vraiment intense quand on ne fait pas vacciner son enfant. Perso, je me suis dejà barré a l’étranger. Ici, ce n’est pas obligatoire, mais c’est presque tout comme, car la pression est intense. Les creches refusent les enfants non-vaccinés, mon généraliste m’a dit clairement "si vous ne vaccinez pas, ne venez meme plus me voir, ce n’est pas la peine". (allez, aux chiottes le code d’éthique de médecine)

J’ai passé tellement de temps a m’instruire sur le sujet de la vaccination. J’ai pris une décision murement réfléchie, et a partir de la, je refuse de céder.

C’est simple, si tu finis par céder sous les pressions sociales ou financieres, ca veut dire que tu as perdu, et ils ont gagné. (Et que tu te démerderas avec les coûts associés aux effets secondaires potentiels). C’est tout ce qui compte pour eux au final. Peu importent pour eux les commentaires d’indignation sur le net

#1825077

Le 23 octobre à 14:44 par

" Une mesure qu’elle justifie par les risques d’exposer « les autres enfants à des virus mortels »."

le virus de l’émancipation, de la liberté, liberté de penser, liberté thérapeutique... oui, ce genre de virus, mortel pour le système !!

#1825201

Le 23 octobre à 17:31 par

Logiquement, si les autres enfants sont vaccinés, ils ne craignent rien... (? si vraiment les vaccins protègent !) Les parents qui ne font pas vacciner risquent juste d’exposer leurs propres enfants.
Alors ce propos est totalement dénué de sens.

#1825223

Le 23 octobre à 17:52 par

Mais si les autres enfants sont vaccinés donc protégés alors ils n’ont rien à craindre des non vaccinés c’est élémentaire.

#1825087

Le 23 octobre à 14:58 par ferrapi

J’avais fait faire un rappel obligatoire de leur saloperie à mon fils qui avait une dizaine d’années et malheureusement il est devenu très fatigué et ne comprenait plus rien en cours. Il avait un bon niveau avant et il est passé subitement dans les derniers de la classe.

Avant de retrouver une compréhension disons normale, il a fallu deux bonnes années. Je m’en veux de ne pas avoir apporté le flacon du vaccin rempli de liquide physiologique à la place. C’est du véritable poison, à croire que les enfants ne doivent pas être doués à l’école...

Est ce que les enfants de Buzyn sont vaccinés

#1825113

Le 23 octobre à 15:31 par Paul82

"vos enfants ne rentreront pas à l’école ou en crèche s’ils ne sont pas vaccinés"

Je rejoins la plupart des commentateurs : cette phrase est idiote, mais émise par une non-idiote.
La prochaine étape est d’enlever les enfants non vaccinés "pour leur bien", "parents irresponsables" Répondre à ce messageetc Ne souriez pas, l’esprit des lois de la République
y est déjà. Nous appartenons TOUS à l’Etat, pas à nos parents. Et quand on est adulte (enfin, quand c’est possible) nous n’avons qu’un droit : celui de la boucler !

#1825128

Le 23 octobre à 15:50 par anonyme

Saviez vous que l’aluminium,le formol,le mercure ne sont qu’une infime partie des vaccins c’est le sommet de l’iceberg ;les virus désactivés où poussent ils ;certains dans des oeufs de poules ça c’est pour la grippe les autres poussent sur des cultures cellulaires d’où sont issues ces cellules d’embryons surnuméraires de cellules souches d’embryons humains et animaux (avortés viables ou pas et cordons ombilicaux) et "purifiés" juste pour en extraire le virus où l’agent recherché anti cancéreux ant inflammatoire etc.. et de quoi assurer son maintien(sans resources il ne peut pas vivre) jusqu’a la date de validité du vaccin ou du traitement anti "cancéreux" présumé ; on l’a compris avec ces vaccins imposés le public finance les labos leurs matériels et expérimentations et reproduisent ainsi l’erreur ambivalente de l’oeuf ou de la poule ou du cancer ou du vaccin ou de la maladie auto immune du vaccin suivi du cancer ou l’inverse,le vaccin avait peut être un but social et bienveillant à son origine mais depuis il est devenu un détaqrueur du génome humain un agent qui corrompt la réplication adn et arn un rétrovirus qui entraine la dégénerescence du système immunitaire et par conséquence automatique un élèment d’obsolescence programmée de l’être humain !

#1825204

Le 23 octobre à 17:34 par patrick

Une mesure qu’elle justifie par les risques d’exposer « les autres enfants à des virus mortels ».

Je suis con ou j’ai rien compris , si les enfants non vaccinés contaminent les enfants VACCINÉS par deduction les vaccins sont inutiles alors .

éclairez moi

#1825214

Le 23 octobre à 17:41 par 

"Pas d’école pour les enfants non vaccinés" : Agnès Buzyn menace les Français !

 

 

Oh la boulette !!!! Ca pour une boulette, c’est une boulette !!!

Et cette putain de marche arrière qui veut pas passer !

30/08/2018

en Allemagne des parents ont été érrêtés par la police et envoyés en prison pour avoir refusé d'envoyer leurs enfants suivre les gours d'éducation sexuelles et du "gender"

Ils ont manifesté devant la cathédrale de Cologne, 30 français dont Farida Belghoul sont venus les soutenir

*En France aussi !

et les parents se suicident, ça vous étonnent ? mettez-vous à leur place.

on s'enfonce dans l'inhumanité et l'horreur


 

en France 175.000 enfants "placés" abusivement par la DDASS, et arrachés à leurs parents, et si les parents protestent qu'est-ce qu'on fait ? devinez !


29/08/2018

autrefois à Arras

autrefois à Arras il y avait plein de magasins, tous les magasins qu’on pouvait attendre dans une ville. Il y avait des drogueries (Ragons, où êtes vous ?) des marchands de meubles, des marchands de plantes et articles pour jardins, des épiceries, des cafés, des cafés où on pouvait trouver des croissants ! des croissants en forme de croissants, et où il était possible de se rendre et de prendre un petit déjeuner (et où les gens avaient le droit de fumer, maintenant auront-ils seulement le droit de respirer ? après tout ils exhalent du gaz carbonique, gaz à effet de serre !) et lire son journal, il y avait des marchands de matelas, de rideaux, de vêtements, des quincailliers, des églises (ouvertes), des administrations, parfois ouvertes le samedi matin (l’ONIC), et un bureau de poste ouvert jusqu’à 7 heures du soir, DES librairies, des vraies, et non des filiales d’empires financiers, où de toute façons il est impossible de se rendre sous leurs caméras de vidéo-surveillance, puisqu’il est maintenant impossible de se rendre en voiture dans Arras, et d’y stationner, et même d’y circuler, et des marchands de journaux, des hôtels, à tous les prix, et en particulier des hôtels abordables aux français moyens et modestes et pas seulement aux cadres sup’. Maintenant les magasins ont tous disparus, fermés, les commerces restants vont disparaître les uns après les autres, à part les cafés de luxe et les boutiques de souvenirs pour touristes, puisque ce qui était la ville d’Arras n’est plus qu’un ghetto, un ghetto interdit, à part aux rares bourgeois qui trouvent bien de louer à prix d’or les Fleury-Mérogis d’habitation, blindés et digicodés, qui leur sont vendus à prix d’or, une fois qu’on a éjecté la population normale des citoyens français qui y habitaient avant, un décor pour touristes en car (les touristes en voiture n’ayant aucune possibilité d’y passer, il leur est pour toujours interdit) qui y défilent rituellement sous les regards des caméras de surveillance comme dans l’URSS du temps de Staline.

Il y avait même parfois (quoique c’était déjà en voie de disparition) des enfants, et en tous cas des écoles, des gens, des chiens, une gare (sans caméras de surveillance, mais avec des trains, des bancs, une consigne à bagage ! des agents derrière leurs guichets, des renseignements, des contrôleurs (mais aucun flic), des trains !).

Maintenant il n’y a plus rien.

 

comme dit qq sur le net :

    • ce qu’à été la France de cette époque, je l’ai connue, j’y ai grandi, jusqu’à son basculement terrible, et j’y vis encore hélas aujourd’hui.
      Le pire n’est pas même qu’elle ait disparu à jamais et que ce soit une perte immense que l’on ne peut que pleurer, mais que tous les jours il faille encaisser, à coups de marteau continu, le flot d’ignominie, de mensonges, vous connaissez.

      Dans ce pays où les clefs étaient sous les paillassons, où les gosses traînaient dans les rues, où les classes sociales, contrairement à aujourd’hui, n’étaient pas cloisonnées à un point tel que Paris est devenu une zone quasi interdite à qui n’a pas réussi sa vie selon Séguéla,  j’ai grandi sans fortune, mais dans la probité, la décence et l’honnêteté, et surtout dans la simplicité, le bonheur et la joie : aujourd’hui, c’est la misère, l’envie, la tristesse et la jalousie qui président à l’individualisme fou qu’on y a fait germer, au milieu d’une inculture crasse.

      La France, et particulièrement Paris, étaient une fête, même pour ceux qui n’avaient pas de moyens, tout était à portée de main

    • très juste ce qu'il dit là ! et émouvant. Il a vachement raison, et peu de gens encore maintenant le savent, s'en souviennent, et en sont conscients.