Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/12/2017

avec la circulation automobile comme elle est devenus depuis quelques années

Maintenant les gens ne vont plus jamais faire de promenades ni de voyages en voitures, rien que les déplacement obligés  sont devenus tellement longs, lents, et donc prennent tellement de temps et de stress, à se traîner constamment en première et à 25 à l'heure entre des  chicanes et la recherche d'endroit pour s'arrêter et se mettre à entreprendre le reste du parcours à pied, le moindre déplacement en ville est devenu une telle expédition et tellement lente, que hors des parcours utilitaires obligés ils ne vont plus jamais en faire le moindre pour le plaisir EN PLUS !!!

Autrefois, au début du temps où j’ai eu une voiture, je faisais souvent des sorties dans la campagne, ou des excursions dans une ville proche, etc.
Mais maintenant le moindre parcours, la moindre course obligée à L’INTERIEUR de l’agglomération d’Arras, est déjà si longue ! si lente ! Fait consommer tellement de temps, qu’on est complètement dégoutté de s’amuser à en faire de plus lointains, ni d’en faire davantage simplement pour se promener !

ah non ! après tout ça on reste chez soi, et on se fait livrer par correspondance, les tableaux on les regarde sur internet, la musique on l'écoute sur internet, les paysages on regarde ce qui est disponible sur Internet, les spectacles c'est fini, les voyages c'est fini !  les villes c'est fini, la campagne aussi. Les églises sont fermées, des hôtels abordables il n'y en a plus, les cafés ferment. Une fois qu'on a fait les déplacements qu'on ne peut éviter on est trop écoeuré pour s'amuser à en faire en plus, et d'ailleurs il ne reste plus de temps.

15/12/2017

Kiel disvolviĝis Zamenhof-tago en 1938

Kiel disvolvigxis la Zamenhoftago en1938.jpg

c'était l'époque où partout en France il y avait des autocars, et des lignes de bus fonctionnant jusque 1heure 30 du matin, et où toute fête finissait par un bal.

Tout ça est disparu maintenant ...


 
C'était l'époque où toute fête se terminait par un bal.
Et où la France était "équipée", partout et à toute heure il y avait des lignes de car.
Tout ça est disparu à présent.

30/10/2017

Pharaon

 

Il y avait à ********, je crois que c'était 1bis, rue du Collège, un vieux monsieur dont le prénom était Pharaon (oui ça existe ! Il y en a même un de célèbre : Pharaon de Winter). D'un côté je pense qu'il s'appelait Pharaon Wiette (mais d'un autre côté au cimetière dans l'allée U il y a une tombe Bossuwe-Chieux sur le côté : Pharaon 1897-1964 et sa femme Cécile 1899-1984, donc pas les mêmes, et pourtant les années correspondraient). Il vivaient là avec sa femme, et puis il est mort, et je me souviens que la veuve, pas bouleversé du tout et très réaliste - c'est comme  ça cette engeance ! ... - avait dit  aux croques-morts qui sortaient le cercueil de chez lui: « bousculez pas mon pauvre mari ! »

Quand il était vivant on avait parlé avec lui quelques fois, et il passait beaucoup de temps à regarder les ouvriers qui travaillaient devant chez lui.

Ça n'existe plus. Autrefois, de tous temps jusqu'à l'époque actuelle exceptée, il y avait toujours partout des badauds, qui regardaient, en particulier qui regardaient les gens travailler à chaque fois qu'il y avait des travaux sur, ou visibles de, la voie publique.
Maintenant, qui oserait encore faire ça? Il se ferait aussitôt arrêter, « pour des raisons de sécurité » j'imagine ! Il n'est même pas question d'approcher d'un endroit où il y a un chantier ou de la construction, rien que diriger son regard vers quelqu'un qui fait quelque chose, de nos jours, ce quelqu'un si il vous aperçoit vous lance un œil mauvais et inquisiteur !

Je suppose que bientôt ça sera carrément interdit par la loi de regarder les ouvriers travailler quand ils sont dans la rue sous votre nez ! il faudra faire semblant de ne pas les avoir vu, sous peine de sanctions.

Alors qu'autrefois il n'y avait rien de plus naturel et habituel. Et aussi de se promener et de regarder autour de soi, qui oserait encore le faire de nos jours?! Il se ferait alpaguer par la police.

D'une manière générale toute les formes de sociabilité de rue, qui  est le B-A BA de la société, sont disparues.

22/10/2017

les pochettes

les pochettes de costume : ces trucs qui ne servaient à rien, et dont il n'était pas question, surtout, de se servir !   http://fdata.over-blog.com/pics/smiles/icon_lol.gif  Mais qu'il était absolument obligatoire d'avoir dans sa pochette de veste ! Ça a disparu maintenant, ça régnait il y a pas longtemps, c'était une époque à la con, pleine de petits rites et de normes à la con, en général disparus maintenant, mais notre époque n'est pas mieux, elle a elle aussi ses rites normes et préjugés pas moins cons !!

c'est comme les fameux gants que tout le monde, tous les domestiques (….), et toutes les femmes surtout, mais aussi tous les hommes qui voulaient marquer leur classe sociale, devait avoir sur ses mains (ou à ses mains, car ces gants il fallait passer son temps à les enlever et les remettre !!! et les tenir, enlevés, à sa main, il y avait plein de normes de « savoir-vivre » très strictes là-dessus, là aussi un sacré monde à la con ! mais pas moins con que les conneries du monde actuel !!) et c'est pour ça que obligatoire dans une voiture, lesquelles n'étaient accessibles qu'aux riches à l'époque, (n'en déplaise à la réclame sur l'almanach Hachette pour 1907 qui disait que tout le monde allait avoir sa voiture ! Eh oui en 1907, à l'époque c'était ou être prophète sans le savoir ou d'un sacré optimisme ! – ou inconscience), on a mis des « boites à gants » par la suite elles ont servi à y mettre plein d'autres choses, et de nos jours, dans notre autre et actuelle époque de cons, ont re-disparues, il n'est de nouveau plus possible de ranger quoi que ce soit dans sa voiture ! Bonjour la vie quotidienne !!!

20/10/2017

petit cours de sociologie - autre exemple

Dans l’antiquité romaine on mettait partout de petits temples consacrés aux dieux lares. Depuis la christianisation, on a construit partout à la place des chapelles et des calvaires. Maintenant que la religion n’est plus le christianisme,
mais comme la psychologie humaine, et surtout étatique, est toujours là,
on se met à voir partout dans les lieux publics des espaces
vides peints au sol et indiqués de panneaux « réservés aux handicapés ».

c'est pareil, à chaque époque sa religion et ses dédicaces rituelles (et dénuées d'utilité réelle, mais sacrées)

25/09/2017

l'ambiance maintenant

) L’ambiance dans nos villes le soir maintenant (janvier 2003)  c’est oppressant, non pas parce qu’il y a plein de militaires, mais parce qu’il n’y a personne : à part des bagnoles, un éclairage « a giorno », des fenêtres closes hermétiques partout, du macadam vide, pas un seul café ouvert, pas un humain.

On sent le poids d’une civilisation inhumaine, et de la lourde et surréaliste atmosphère chosifiée qu’elle a créé. Plus un être vivant ; on n’imaginerait pas que puisse encore vivre là-dedans une chouette ou une chauve-souris !

Tout juste les tout derniers chats errants, qui comme dit Jean Prieur, savent garder toute leur grâce et leur dignité  dans les environnements les plus sordides et les plus avilissants [Jean Prieur « L'âme des animaux »/Laffont /page 50], et qui mourront, avec les derniers êtres pensants, et le Cosmos.

 

) A l’époque il ne me plaisait pas tellement, et je ne lui accordais pas plus d’importance que ça. Mais maintenant je constate à quel point Jean Bellus nous manque. Je regrette de n’avoir pas fait collection de tous ses dessins humoristiques. Dans la sinistre époque actuelle ils seraient une bouffée d’air frais, et de bonheur de vivre.

 

) Depuis une vingtaine d’années toutes les évolutions, toutes les nouveautés, et toutes les mesures officielles prises ont pour effet de rendre la vie des gens de plus en plus difficile et de plus en plus insécure (« Sécurité » «  Sécurité » qu’ils disaient !)

Et encore un : alors et en même temps qu’un nous rend l’usage d’une voiture chaque jour plus indispensable, vital même pour la simple survie physique, vu la disparition, dans un but de maximisation des profits des féodalités capitalistes, de tous les magasins, on rend la possibilité de conduire plus précaire : on va faire (par une loi européenne bien sûr ! comme tant d’autres du même acabit, concoctée dans le secret des couloirs de Bruxelles, hors de tout débat public et de tout contrôle démocratique, conformément aux nouvelles conceptions sociales des féodalités et du « clergé » (1) qui nous gouvernent) qui rendrait le permis de conduire temporaire et soumis à des examens médicaux obligatoires pour les plus âgés. Ça va conduire plus d’un à la mort, à mourir de faim, ou se retrouver au chômage, et tout ce qui s’ensuit … , et de là au désespoir et au suicide.

(1) L’hystérie religieuse et l’appétit de pouvoir (et le jésuitisme ! ) de ses ecclésiastiques se vit toujours, Albert Cossery a raison, sauf que ce n’est plus la même religion qui abat sa chape de plomb de nos jours. Mais elle est tout autant imbue et soucieuse de ses « responsabilités » !

 

et confirmation de la sinistre évolution de notre société "libéral-fasciste" (comme dit sylvain Timsit) actuelle : les statistiques montrent que les gens rien de .... 10 à 12 fois moins que dans les années 30   https://sharknews.fr/2012/09/19/internet-le-refuge-du-rire/3705/

) Autrefois les gens étaient beaucoup moins puritains que maintenant (si si ! relisez les livres d’histoire ! les chansons d’avant-guerre, au détour des romans, des études, etc ; et simplement souvenez-vous des années 50 et 60) Maintenant les gens sont complexés et constipés, et terrorisés, c’est le petit doigt obligé sur la couture du pantalon, et le refus du corps, le corps on n’accepte de se souvenir de son existence que lorsqu’il s’agit de l’incinérer …

15/09/2017

NE PAS TRAHIR L'ENFANT QU'ON A ETE

Ne pas trahir l’enfant qu’on a été, grave et important problème !
Qui m’a toujours beaucoup préoccupé, depuis l’enfance même.
Que faire pour garder les vertus et les valeurs de son enfance à l’âge adulte? etc.

Et puis aussi le fait qu’on n’est qu’une même continuation d’existence, c’est comme une longue corde à laquelle est suspendu l’équilibriste, si on la coupe à un seul endroit, quel qu'il soit, on coupe tout, TOUT, et tout tombe (et bien sûr le monde et l’univers avec ! et la totalité du temps, le cosmos, le passé, le présent et l’avenir, puisque tout ça dépend de l’être qui en est conscient), donc ce fait faisait naître déjà en moi une crainte : « C’est pas tout d’avoir peur de la mort, mais ne serais-je pas capable un jour de devenir comme ces déchets d’humanité qui ne refusent même plus la mort, mais l’acceptent, trahissant le présent ici et maintenant qui la refuse de toutes ses forces ?? Quelle épouvante!! »

pour revenir au début, il y a, c’est classique ! – regardez ce que sont devenus la plupart des ex soixantehuitards ! – une telle tendance à devenir de vieux schnocks réactionnaires en vieillissant – chose que le fameux Lula, (de syndicaliste pauvre et combattant devenu riche président du Brésil) a théorisé et justifié comme étant sain et normal, et le contraire infantile et anormal ! …. – quoique, quoique ce n’est pas une tendance systématique, peut-être que l’explication demande d’être décortiquée; Susan George dit avoir un faible pour ceux qui, au contraire, se radicalisent en vieillissant, car il y en a aussi, et elle a tout à fait raison ! (ce que j'ai expliqué dans un article sur Sennaciulo)

j'espère, j'espère vraiment ! ne pas avoir trahi l'enfant que j'ai été, et suis encore.

30/07/2017

faut être un peu sérieux non ?

9/7/2017 Pourquoi on ne relirait pas les ouvrages théoriques du marxisme-léninisme, ne fusse que pour se rappeler ce que ça dit ? Et puis pourquoi pas se poser la question du pour et du contre qu’on peut dire, sérieusement et hors contexte, sérieusement quoi, à son sujet ?
Jusque dans les années 70, souvenez-vous, les manuels d’histoire, de géographie, la presse, etc, ne parlaient du marxisme qu’avec beaucoup de considération, et on avait, en cours de philosophie par exemple, tout l’exposé argumenté de ses principes et conséquences. Et puis, tout à coup, à partir de la nuit où, comme dit Danielle Bleitrach, trois ivrognes dans une datcha au coeur de la forêt bielorusse ont décidé (en dépit du résultat contraire du référendum qui venait d’être tenu, mais depuis 2005/2008 le gouvernement français a montré que lui non plus n’avait aucun respect pour le résultat d’un référendum !) de mettre fin à l’URSS, hop ! on s’est mit tout à coup à considérer que cela voulait dire que toute la philosophie marxiste, toutes les théories marxistes, la soviétique mais aussi bien les autres versions, toutes tant qu’elles sont, n’avaient tout simplement aucun intérêt, et le « socialisme scientifique » non seulement n’a tout à coup plus été cité comme tel, mais a même purement et simplement même pas examiné, on ne s’est même pas posé la question de savoir si il était réellement scientifique (ça c’est une question que certains posaient AVANT) ni seulement évoqué celle de savoir si il avait un intérêt, une valeur morale, rationnelle, rien !
Vraiment surréaliste quand on y pense cette attitude ! c’est aussi absurde que si tant que le pape était un souverain temporel les gens, y compris les athées se seraient cru obligés de « pay reverence to» comme on dit en anglais, de reprendre respectueusement et fidèlement les arguments du catholicisme romain, et de considérer que la croyance en Dieu c’est bien, même plus ou moins vrai, mais que dès 1870, dès que les troupes du roi d’Italie auraient entré dans Rome, tout le monde auraient aussitôt et automatiquement considéré que ça voulait dire que Dieu n'existe pas  et que même la question de l’existence d'un Dieu (quel qu'il soit) est un problème que ne se pose pas ! Point !
C'est fou ! c'est onirique, ça fait penser au genre de choses qui se déroulent dans les rêves.
Ou peut-être à la manière dont tous les français sont tout à coup devenus pétainistes, anti-parlementaires, et pro-”Révolution Nationale” en juillet 1940, puis se sont empressés d’être tous à qui mieux gaullistes de toujours dès l’été 44….

Faut savoir quand-même ! Une idée est quand-même morale ou immorale, souhaitable ou pas, et des arguments sensés ou pas, indépendamment des rapports de force, des lobbies éditoriaux, et des modes, plus ou moins “aidées” du moment, non ?
Faut être un peu sérieux non ?

18/07/2017

Charles Vanel

Un de plus ! Encore un fumeur qui a vécu 97 ans :
Charles Vanel (1892-1989)
undefined

de son temps, même lorsqu'il avait 75 ans quand il jouait dans "Sébastien et la Marie-Morgane", on avait le droit et on trouvait ça normal de fumer, boire du cidre (même les adolescents), faire du cheval, et les enfants couraient librement dans les rues, et  pouvaient aller faire des achats dans les magasin sans se faire traumatiser à vie par des vigiles privés, et même se bagarrer sans être envoyés en prison et être fichés, les meubles étaient en bois, les portes étaient sans digicodes et on ne les fermait même pas à clef, et même si on considérait déjà tout ce qui est surnaturel comme "des araignées dans l'cerveau", les églises n'en étaient pas moins des églises, c'est à dire qu'elles étaient ouvertes, comme il se doit, et on pouvait loger à l'hôtel sans être obligé d'avoir un salaire de cadre sup' .

05/07/2017

Du temps où la voiture signifiait Liberté - maintenant c'est le contraire

LaLiberté-en2CV.jpg