Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/08/2017

écoutez entre 19 min 45 et 20 min 10


en fait cette aberration épistémologique c'est un comportement fréquent chez les humains.

11/08/2017

Autisme et vaccination

Vaccination et corruption médicale organisée

Vaccination contre l’hépatite B.
En 1991, Francesco de Lorenzo, ministre italien de la santé, a touché de nombreux pots de vin de plusieurs laboratoires, dont Smithkline Beecham (aujourd’hui GlaxoSmithKline).
Le président de ce laboratoire, qui fabrique le vaccin anti-hépatite B, a avoué avoir donné au ministre 600 millions de lires
[300.000 €uros environ] quelques mois avant que ce dernier rende la vaccination obligatoire dans son pays.

Francesco de Lorenzo a été inculpé et condamné à plusieurs années de prison ferme ainsi que Paolo Cirino Pomicino, ancien ministre du budget et le professeur Dulio Poggiolini, directeur de la Direction du médicament. Celui-ci avait été président de l’Ordre des médecins, mais aussi membre influent des instances européennes du Médicament.
Plus d’une soixantaine d’autres membres tout puissants du ministère de la Santé ont également été condamnés pour diverses fautes graves que le Giornale per la protezione della salute (n° 6, mars 1998) qualifie de “pratiques mafieuses”.

 

Autisme et vaccination: l'interview-vérité d'une maman courage

Laura Hayes, Maman d’un enfant gravement handicapé à vie après des vaccinations
Jeanie Keltner
(Journaliste) :

Nous allons donc parler aujourd’hui tout spécialement de l’obligation qu’ont les parents californiens de faire vacciner leurs enfants pour qu’ils puissent fréquenter l’école. Personnellement, je pars du principe que là où il y a des risques, il doit obligatoirement y avoir la possibilité de choix. Il est impensable d’obliger les gens à courir des risques surtout quand il s’agit d’enfants.  

Laura, expliquez-nous un peu comment vous êtes devenue  experte en matière de vaccinations.

Laura Hayes :

J’ai pu personnellement me rendre compte directement des dommages que les vaccinations ont eu sur la santé de mes propres enfants. J’ai, dans la suite, déployé un maximum d’efforts pour que le drame que nous avons vécu soit épargné à d’autres familles. Au cours des 20 dernières années, j’ai aussi entendu les témoignages de nombreux autres parents en Californie, dans d’autres états américains, comme aussi dans d’autres pays du monde. Ce sont toujours les mêmes histoires qui reviennent après les vaccins. Je me suis beaucoup documentée. J’ai consulté les notices des vaccins, j’ai lu quantité d’études, de livres sur le sujet. C’est comme cela que j’ai découvert ce que les compagnies pharmaceutiques et le gouvernement cachent au public. J’ai écouté avec grande attention ce qu’ont révélé les lanceurs d’alerte de Merck et du CDC. Je me suis aussi informée sur les synergies qui peuvent exister entre les constituants des vaccins, le glyphosate, le Round Up,  autres pesticides et le fluor dans l’eau. Tout cela couplé avec tous les éléments toxiques qui se trouvent dans l’environnement contribue à endommager gravement la santé des personnes.

Je lis beaucoup, j’apprends beaucoup et je souhaiterais que les médecins puissent en faire autant.

Jeanie Keltner :

Je voudrais ici vous donner une citation du Lancet, l’une des plus prestigieuses revues médicales : « Une bonne partie de la littérature scientifique, peut-être la moitié, pourrait ne pas être vraie. » Cela nous permettrait peut-être de dire que les médecins pro-vaccins se baseraient en grande partie sur de fausses informations tout en ne perdant rien à leurs avantages financiers.

Dès qu'il y a des avantages financiers ! Il y a beaucoup de manoeuvres et de déformations, etc. On dira ce qu'on veut, mais il faut toujours en revenir aux méthodes d'analyses marxistes : les interêts de classe déterminent les idées et les discours, à qui profite le crime ? Et tout ça. 

Laura Hayes :

Ce que vous dites me fait penser que beaucoup de médecins qui vaccinent agissent comme de véritables robots. En fait, il ont accepté la notion ridicule que ces produits sont sûrs et efficaces. Ils refusent de reconnaître une bonne partie des effets secondaires qui peuvent se produire chez leurs patients.

Jeanie Keltner

Les groupes pharmaceutiques liés à la politique font des bénéfices colossaux. (analyse marxiste ! Voyez ! On y est en plein !)
Ils savent que les médecins qui oseront se dresser contre leurs lobbies seront ostracisés. ( ← last but not least !)

Dr A. Wakefield : Quand un gouvernement porte atteinte aux droits des individus qu’il a juré de servir,… quand ces droits sont usurpés par des intérêts particuliers destinés à servir les sociétés, en particulier l’industrie pharmaceutique, par- delà le bien-être des citoyens qui ont mis ces gens en place, alors… la République a pris fin. »

( de toutes façons dans le capitalisme les « droits » idéologiquement énoncés, sont toujours usurpés par des interêts particuliers, ceux des plus forts bien sûr, ceux dont les gouvernements ne sont que les intendants, ou les « kapos » de baraque)

Laura Hayes :

Il est plus que grand temps que les médecins se lèvent et se serrent les coudes pour dénoncer cet holocauste vaccinal. Je viens d’écrire à un médecin qui fait tout son possible pour informer ses patients et je lui ai dit combien j’en avais marre, au point d’en devenir malade, de me rendre compte que les pédiatres continuaient à empoisonner les enfants sans avoir le courage de parler pour dénoncer la situation.

Il faut absolument que les médecins se rassemblent et se serrent les coudes. Il s’agit d’une grave question d’éthique et de morale. Il faut absolument que tous ces médecins surmontent leurs peurs. Nous sommes maintenant arrivés à un tournant de l’histoire, et il faut que l’on en finisse avec cette folie ou s’en sera fait de l’histoire humaine.

Notre fils est devenu autiste après une série de vaccinations. Il a maintenant 22 ans. C’est en fait un petit garçon dans un corps d’homme adulte. Il n’a pas pu faire de hautes études, il n’a pas pu obtenir un permis de conduire, il n’a jamais lu le moindre livre. Il ne saura jamais trouver du travail, il lui est impossible de vivre une vie indépendante, de vivre seul. Je dois lui préparer ses repas, faire son linge. Il doit être surveillé 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Il est gentil, mais il a la mentalité d’un petit garçon de 5 ans. Il restera comme cela pour le restant de ses jours !

(là, au passage, se pose une autre question : est-ce que les petits garçons de 5 ans n'ont pas le droit de vivre ? Je pensais que si, non ? Donc c'est une question à poser à ceux qui organisent le génocide systématique, la solution finale, des trisomiques grâce au dépistage et à l'avortement ? Et ce sans état d'âme ni remords; voir le livre de J-M Le Mené http://iatranshumanisme.com/2016/02/03/jean-marie-le-mene... )

Dans ce domaine de l’autisme, il y a des parents qui éprouvent encore beaucoup plus de problèmes : leurs enfants ne parlent pas, ne savent pas se servir des toilettes. Ces enfants sont parfois agressifs et se blessent régulièrement. C’est tragique pour les parents qui se noient dans toutes sortes de problèmes sans pouvoir trouver le moindre repos. Ces parents voudraient crier leur douleur pour que d’autres parents puissent éviter pareils drames.

Jeanie Keltner :  

Je demande aux auditeurs de trouver qui pourrait être l’auteur de la citation suivante :

« Nous, en tant qu’espèce humaine avons le choix de continuer à développer nos corps et nos cerveaux de manière harmonieuse. Nous avons aussi le choix de suivre le modèle occidental des précédentes décennies en empoisonnant intentionnellement nos populations avec de la nourriture génétiquement modifiée, des produits pharmaceutiques, des vaccins et du fast food qui devrait être classé dans les drogues addictives. Nous devons combattre tout cela. Une population physiquement et intellectuellement handicapée n’est nullement dans notre intérêt. »
Cette citation émane-t-elle d’un président Américain ?

Laura Hayes : Il s’agit d’une citation de Vladmir Poutine quand il s’est exprimé sur l’avenir de la Russie.

Je souhaiterais que nous puissions avoir des dirigeants qui nous sortent de ce modèle chimique pour nous orienter vers une saine politique de santé. C’est Vladimir Poutine qui reconnait que la nourriture génétiquement modifiée, les produits pharmaceutiques et les vaccins nous rendent malades.

Jeanie Keltner : Laura, vous êtes au courant que 22 000 infirmières ont refusé de se faire vacciner contre la grippe.

Laura Hayes : Oui. C’est un fait que ce sont les infirmières qui, les premières, peuvent voir ce qui arrive aux personnes qui ont reçu le vaccin contre la grippe. Elles sont en toute première ligne. Quand une personne se retrouve paralysée avec un Guillain Barré ce sont les infirmières qui, les premières demandent aux patients s’ils se sont récemment fait vacciner contre la grippe. Il est aussi connu que les vaccins contre la grippe présentent un taux élevé d’échecs. Les vaccins n’ont jamais été sûrs ni efficaces.

Jeanie Keltner :  C’est affreux de forcer les gens à se faire vacciner quand pareilles suites peuvent se produire, alors que tous les êtres humains sont différents, peuvent aussi réagir de manière complètement différente. Il peut également y avoir des prédispositions génétiques. On a pu montrer que les jeunes garçons afro-américains présentaient 3 fois plus de risques de dommages de santé que les enfants blancs.

( on en revient toujours à Marx ! Ce sont les relations matérielles de production qui ont déterminé l'esclavage, et c'est l'esclavage qui a déterminé tout le reste !)

Laura Hayes : Mais il n’y a pas que les prédispositions génétiques. Il y a aussi tous ces poisons, ces toxines, ces virus, ces produits provenant de fœtus avortés qui sont injectés dans les muscles, dans le flux sanguin même des enfants. Ce sont des produits du genre polysorbate 80 qui permettent que la barrière hématoencéphalique puisse être traversée. Ces poisons, ces produits chimiques sont en partie piégés dans un système clos où ils pourront produire des dégâts. Comment pourrait-on savoir à l’avance comment un bébé va réagir à tous ces poisons ? Aucun médecin au monde ne peut prédire à quel produit un enfant se montrera allergique. Serait-ce le formaldéhyde, l’aluminium, le mercure ?

Jeanie Keltner : Effectivement, nous ne savons pas comment des personnes saines vont réagir à tous ces ingrédients. Les effets secondaires peuvent parfois se manifester beaucoup plus tard. Le mercure est terrible.  Il s’agit du second produit le plus toxique que l’on puisse trouver. Bien que l’on ait prétendu que le mercure ait été enlevé des vaccins, on en retrouve toujours dans plusieurs d’entre eux. Plus on a réduit les taux de mercure, plus on a augmenté les taux d’aluminium. 

LE TERRIBLE DRAME DE L’AUTISME

(Extrait de la vidéo : A year in the life with autism)

Autisme et vaccination: l'interview-vérité d'une maman courage

Le juge Nicola Di Leo a considéré comme autre preuve accablante un rapport confidentiel de  GlaxoSmithKline de 1271 pages (disponible sur Internet). Ce document de l'industrie a fourni suffisamment de preuves d'effets indésirables du vaccin, y compris 5 cas connus d’autisme résultant de l'administration de vaccins au cours de ses essais cliniques. Voir l’extrait du tableau à la page 626.  

Il est pourtant connu que l’aluminium endommage le cerveau, le système nerveux, le système immunitaire et l’état des intestins. Nous savons toutes ces choses et nous n’arrêtons pas de les injecter à des bébés sans défenses !  (c'est comme l'amiante, pendant 30 ans on savait, mais les interêts des lobbies capitalistes, les « rapports matériels de production », ont fait bloquer toute réglementation http://www.ouvertures.net/amiante-que-savait-on-de-ses-da... )

Aux Etats-Unis, nous avons la population infantile la plus malade que l’on ait jamais vue.  

Pourquoi, face à pareil désastre, le peuple ne se révolte-t-il pas contre cette soi- disant immunité de groupe (de troupeau en anglais) ?

Je me demande vraiment aujourd’hui comment des vaccins pourraient effectivement produire cette immunité de groupe, alors que la plupart des vaccins ne peuvent produire qu’une immunité partielle, temporaire et artificielle avec parfois des taux d’échecs très élevés.

Il arrive aussi que les vaccinés répandent dans leur entourage les virus ou les bactéries contre lesquels le vaccin est sensé les protéger ! Comment peut-on parler d’immunité de groupe alors que certains vaccins ne protègent que contre certaines souches à l’exclusion d’autres souches que les vaccins rendent alors plus virulentes ?

Comment aussi parler d’immunité de groupe alors que les vaccins affaiblissent le système immunitaire et provoquent des maladies chroniques ?

Quand aurons-nous une étude qui comparera  des groupes d’enfants vaccinés pour éviter les maladies d’enfance, mais dont une bonne partie souffre de maladies chroniques ou sont handicapés et mourront prématurément, et une population d’enfants dont la santé aura été renforcée par les maladies de l’enfance et qui sera en parfaite santé ?

Au lieu de vacciner, vacciner sans arrêt, pourquoi n’a-t-on pas lancé de vastes campagnes d’éducation à la santé qui enseignent au public l’importance de l’allaitement maternel, du lavement des mains, d’une nourriture sans pesticides (bio), du repos et de l’exercice, de l’importance des vitamines. Les vitamines A,C,D,E peuvent faire merveille quand un enfant a contracté une maladie contre laquelle on vaccine.  

Jeanie Keltner : Je suis si heureuse que vous soyez avec nous, Laura ! Vous incarnez ce que j’aime le plus au monde : un expert citoyen !

J’aimerais maintenant citer une phrase de Carl G. Jung : «  L’histoire de la science nous fait part du nombre important de personnes qui, à un moment donné, ont eu raison, et combien peu ont, dans la suite, continué d’avoir raison. » A une époque, nous avons pensé que la terre était le centre de l’univers. C’était la perception scientifique du 16ème siècle. Pensez-vous que tout cela soit encore vrai aujourd’hui ?

Laura Hayes :

Si les mamans savaient ce que contiennent les seringues !! J’ai, une fois, fait l’expérience suivante : Je me suis approchée d’un groupe de mamans avec des seringues sur un plateau. Je les ai vidées dans un verre et leur ai demandé de boire : « buvez, buvez ! ». Elles sont commencé à crier : NON, NON ! Laissez-nous tranquilles !  

Mais, si un personnage en blouse blanche entre dans une chambre avec un plateau de seringues, ces mêmes mamans ne poseront aucune question et autoriseront ce personnage en tablier blanc à injecter tous ces produits dans le corps de leur bébé alors qu’elles n’ont aucune idée de ce que contiennent ces seringues ! (cf. l'expérience de Stanley Milgram)

Les gens croient que les médecins, les pédiatres sont des experts en matière de vaccination, alors que rien ne peut être plus éloigné de la vérité. Ils reçoivent en tout et pour tout 2 heures de cours sur les vaccins, et c’est à ces personnes que les mères confient leurs bébés pour les faire vacciner.  

Je voudrais demander aux parents de ne pas autoriser que l’on vaccine leurs enfants avant qu’ils n’aient pris la peine de faire, eux-mêmes, toutes les recherches qui s’imposent.

Les gens doivent être conscients de la quantité de poisons, de toxines, de virus et d’horribles ingrédients que l’on injecte à leurs enfants.

Et face à la loi que Macron veut nous imposer retenez bien tous les textes que vous allez pouvoir brandir

Et maintenant il faut être très nombreux à suivre les conseils et les actions préconisées dans cette vidéo ! reprenons notre pouvoir !

1er stade : on prend des notes ! les références, les textes !

(ne vous laissez pas décourager par les minauderies de la dame durant les premières minutes, après ça devient "carré" efficace et sérieux !! ça déménage !)

par écrit :

https://www.infovaccinsfrance.org/-/legislatif/comment-su...

« En vertu de l'affaire Salvetti, il ne saurait y avoir le moindre acte médical obligatoire dans aucun pays d'Europe. L'arrêté de la Cour Européenne des Droits de l'Homme, section I du 9 juillet 2002, requête n° 42197/98 , fait jurisprudence. «

c'est clair non ?

 et ici : L'Article 1111-4 du code de la santé public prévoit que

Toute personne prend, avec le professionnel de santé et compte tenu des informations et des préconisations qu'il lui fournit, les décisions concernant sa santé.

Toute personne a le droit de refuser ou de ne pas recevoir un traitement. Le suivi du malade reste cependant assuré par le médecin, notamment son accompagnement palliatif.

Le médecin a l'obligation de respecter la volonté de la personne après l'avoir informée des conséquences de ses choix et de leur gravité. Si, par sa volonté de refuser ou d'interrompre tout traitement, la personne met sa vie en danger, elle doit réitérer sa décision dans un délai raisonnable. Elle peut faire appel à un autre membre du corps médical. L'ensemble de la procédure est inscrite dans le dossier médical du patient. Le médecin sauvegarde la dignité du mourant et assure la qualité de sa fin de vie en dispensant les soins palliatifs mentionnés à l'article L. 1110-10.

Aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment.

et ici la voix de la modération, un médecin parle : https://www.clicanoo.re/Vaccins-obligatoires-pour-ou-cont...

enfin une vidéo avec Philippe Jandrok, où on apprend plein de choses. Des choses que les historiens et les scientifiques savent, mais qu'on cache au grand public ....

 

http://www.fawkes-news.com/2016/04/vaxxed-de-la-dissimula...

10/08/2017

droles de chrétiens !!!! - modèle de courrier

Il y a quelque mois je vous avais proposé un modèle de lettre pour bombarder de courriers scandalisés les maires qui ont installé des caméras de vidéo-surveillance (que les das-ist-Propagand-Herr-Goebbels de service cherchent à rebaptiser, dans un style typiquement Novlange sous le doux nom de "vidéoprotection" !). J'espère que nombreux sont ceux qui ont suivi cet appel.
Lors de mes vacances j'ai eu l'occasion de constater sous mon regard incrédule et une forte envie de vomir que certaines églises font maintenant pareil; drôles de chrétiens ! si Jésus-Christ savait ça je crois déjà l'entendre, "race de vipères ... " et la suite.

Donc je vous conseille, si jamais vous êtes de ceux à qui il arrive encore de pousser la porte d'une église, de bombarder les curés ou autorités religieuses concernées de courrier courroucés de ce type :

basilique de ***
ou paroisse de ***, etc

à *** le ***

M. le curé

C’est avec un mélange d’horreur et d’incrédulité que j’ai vu à l’entrée de votre « église » (mérite-elle encore ce nom ?) ce panneau incongru « ces lieux sont placés sous vidéosurveillance ».

Comme si ça ne suffisait pas que les laïcs  soient en train de se mettre à l ‘école du petit père Staline et de déraper dans la fascisme, l’inhumanité et la barbarie (dénoncée par la ligues des Droits de l’Homme l'Union Populaire Républicaine de F. Asselineau et plein d’associations humanistes à travers la France), voilà que l’Eglise du Christ elle aussi se laisse inoculer les virus de la « Bête Immonde » !

Mais à quoi bon essayer de vous faire comprendre comment une telle pratique est non seulement incompatible avec l’humanisme et encore plus avec l’éthique chrétienne ? Si vous avez été capable de mettre ça, sans états d’âme !

Je me souviens des paroles du Christ sur le péché contre l’Esprit Saint, pour l’âme qui n’est plus capable d’être consciente de l’Esprit, il n’y a plus de rédemption.

De plus en plus bas ! non seulement l’Eglise catholique contemporaine ne croit plus en Dieu ni aux miracles, ni en la vie éternelle et s’agenouille devant le freudisme et le matérialisme, mais elle ne croit même plus en l’homme. Non contente de fermer toutes ses églises, comme le faisaient autrefois …. les autorités soviétiques ! elle transforme les très rares qu’elle laisse ouvertes (pour les touristes je suppose ! car je pense que l’idée de prière lui est devenue totalement étrangère !) en lieux orwelliens, d’un style également made in URSS.

http://www.la-france-de-demain.fr/index.php/2007/07/09/63...

En priant ce qu’il reste de Dieu pour qu’il vous refasse prendre conscience de dérives qui sont autant de crachats sur la tunique du Christ.

Je vous prie d’agréer l’expression de ma haute considération.

signature

hihi.jpg

 http://owni.fr/2011/12/15/les-artistes-surveillent-les-ca...

19/03/2017

des chiffres des graphiques du clair et du solide, pas des parlotes ni des slogans terrorisants ou méprisants !

 

et on trouve quoi ? ça !

comme on dit "ya pas photo" n'est-ce pas ?


Istvan Marko, scientifique belge.

28/10/2016

Où en sommes-nous ?

Vaccin DTP - Bulletin d’information :

Où en sommes-nous ?

Obtenir que le dossier “vaccin DTP” avance auprès du Conseil d’Etat n’a pas été simple.

Il a fallu tout le talent et la pugnacité de Maître Bergel-Hatchuel pour débloquer les choses.

En effet, vous le savez, nous avions lancé en novembre 2015 un mémoire auprès de la ministre de la Santé, Madame Marisol Touraine, pour qu’elle mette de l’ordre dans la politique vaccinale en France.

La ministre semble être passée par tous les états dans le cadre de cette campagne. Elle a d’abord estimé que la vaccination ne se discutait pas. Puis, il a été dit qu’il n’y avait pas de pénurie.

Les mois passaient, elle ne nous répondait pas.

Elle a prétendu avoir agi auprès des laboratoires pharmaceutiques pour qu’ils répondent à la demande des citoyens... Ils n’ont rien fait.

Après avoir suivi les étapes classiques de la procédure auprès de la ministre, il a fallu saisir le Conseil d’Etat. Là encore, les choses ont été moins simples que prévu. Nous attendions une réponse pour le 12 juin 2016.

Les relances incessantes de Maître Bergel n’y faisaient rien : il a été impossible de savoir si les conseillers d’Etat allaient ouvrir le dossier ou le ranger au placard. C’est qu’ils étaient bien ennuyés !

Il y a 10 jours enfin, les choses ont bougé. Le Conseil d’Etat a accepté que nous présentions notre mémoire - et quand je dis nous, je parle des 2500 personnes ayant mandaté Maître Bergel, plus tous ceux qui nous ont soutenus à travers la pétition lancée par le Pr Henri Joyeux.

Elle est signée actuellement par près de 1 million 80 000 personnes. Vous pouvez encore venir nous rejoindre en la signant ici librement : http://petition.ipsn.eu/penurie-vaccin-dt-polio


Le conseil de l’Ordre de Montpellier fait appel de la décision rendu contre le Professeur Henri Joyeux

Vous le savez, le Pr Joyeux a été condamné à la radiation de l’Ordre des médecins par la chambre disciplinaire du conseil de l’Ordre de sa région, chambre disciplinaire constituée de médecins.

Ces médecins ont agi à la suite d’une plainte du conseil de l’Ordre national. Ils étaient en mission.

L’Ordre de Montpellier, consterné par cette décision, a fait appel. Le Pr Henri Joyeux également. Ces appels sont suspensifs, ce qui lui permet de continuer à exercer son métier.

Nous sommes en 2016. Et l’Etat n’est pas capable de proposer un cadre clair à la politique vaccinale en France, contrairement aux autres pays européens.

Nous continuons donc l’offensive. D’ores et déjà, je vous propose de lire cette requête très bien étayée par Maître Bergel qui vous rappellera dans le détail les points cruciaux de cette affaire et, notamment :

  • la question de la vente liée avec les vaccins tetra, penta ou hexavalents, qui est illégale et dangereuse pour la santé des bébés;
  • l’augmentation scandaleuse du prix du vaccin DTP en quelques années seulement ;
  • le problème du vaccin contre l’hépatite B, imposé à tous, alors qu’il est controversé.

Vous trouverez la requête ici.


Consultation citoyenne sur les vaccins : il faut participer !

En attendant de voir comment le Conseil d’Etat va répondre à notre requête, il est possible d’agir à nouveau.

La "concertation" citoyenne sur la vaccination http://contrib.concertation-vaccination.fr est ouverte jusqu'au 13 octobre. Si vous souhaitez faire la différence, prenez le temps de répondre à cette consultation.

Pour l’instant, seules 4460 personnes ont répondu à l’appel de l’Etat. Il faut que nous soyons des dizaines de milliers, voire des centaines de milliers à montrer notre intérêt pour le sujet et notre volonté de voir la politique vaccinale évoluer pour que la situation change.

Cette proposition de la ministre de la Santé vaut ce qu’elle vaut. Elle avait été largement critiquée par l’un des conseillers de la ministre, M. Thomas Dietrich, qui y voyait une opération de communication hypocrite. Il s’agissait, selon lui, d’une mascarade de démocratie. Il avait alors démissionné de ses fonctions.

Il est clair que les laboratoires pharmaceutiques sont à la manoeuvre dans cette affaire. Par exemple, le Président de la concertation, le Pr Alain Fischer, a reçu officiellement un prix de 100 000 euros des laboratoires Sanofi Pasteur le 5 novembre 2013.

On peut citer aussi Madame la Pr Claire-Anne Siegrist qui a collaboré à l’élaboration de cette consultation citoyenne. Elle est pédiatre spécialisée en maladies infectieuses, directrice du département de pédiatrie et professeur de vaccinologie à l’Université de Genève. Mais elle est aussi responsable du centre collaborateur de l’OMS pour la vaccinologie néonatale. L’ennui, c’est que cet organisme est financé notamment par les laboratoires pharmaceutiques. N’y a t-il pas là un conflit d’intérêt majeur?

Néanmoins, il faut répondre à cette consultation. Si la démarche en elle même vous paraît absurde ou hypocrite, n’hésitez pas à le dire aux autorités. Vos opinions sont essentielles.

Elles auront nécessairement une influence sur l'État, voire sur les laboratoires pharmaceutiques et - pourquoi pas ? - sur le Conseil d’Etat.

Je vous engage donc à vous rendre sur le site de la consultation et d’y apporter votre contribution.

Afin de vous aider à y répondre, je vous propose deux sources d’information qui pourront vous y aider :

Les réponses peuvent donc être apportées jusqu’au 13 octobre 2016. Nous aurons l’occasion d’aborder le sujet avec Maître Bergel Hatchuel et le Professeur Henri Joyeux lors de notre Congrès International de Santé Naturelle des 1er et 2 octobre 2016.

Bien à vous,

Augustin de Livois

 

LE VACCIN HPV MIS EN CAUSE PAR L'ACADEMIE DE MEDECINE DE COLOMBIE

C'est officiel et quel coup de tonnerre ! Quelle gifle pour nos autorités sanitaires ! En effet, alors que la revue médicale mondialement connue Nature vient encore il y a peu d'affirmer dogmatiquement et péremptoirement que "le monde doit accepter que les vaccins HPV sont sûrs" et que la France vient encore de sortir il y a peu des dépliants mensongers et dangereux tentant à faire croire que les effets secondaires de ces vaccins se limitent à de la fièvre, voilà que l'Académie nationale de Médecine d'un pays semble-t-il plus libre, comme la Colombie, a écrit le 14 mars 2016 un courrier recommandé au Ministère de la Santé du pays pour alerter sur les risques de maladies auto-immunes liés à ces vaccins et appeler à une modification urgente des protocoles de vaccination ainsi qu'une information plus correcte et loyale du public au vu des bénéfices non avérés de ces vaccins qui ne respectent pas du tout le principe "D'abord ne pas nuire"!

Lire le dossier sur l'excellent site "initiative citoyenne". Ne pas oublier de le faire suivre.

16/10/2016

à Java la cigarette n'empêche pas de vivre 145 ans

http://www.midilibre.fr/2016/08/31/mbah-gotho-145-ans-aff...

 

encore mieux, Turinah  157 ans

http://www.lapresse.ca/actualites/insolite/201006/07/01-4...

06/10/2016

Pourquoi il faut dire non

 

Compilation des sources disponibles, édition du 8 mai 2015   Voir les sources sur Linky

Qu’est-ce que Linky ?

Autres dénominations : « smart grids », « dispositifs déportés », « compteur intelligent », « réseaux électriques intelligents » « compteurs (électriques) communicants », « compteurs  radiofréquences », « Smart Meters »

Il s’agit d’un nouveau protocole de communication se basant sur les télécommunications radiofréquences. Il est destiné à équiper les 35 millions de foyers français (1,7 milliards dans le monde).

Son but est de permettre au gestionnaire de réseau de connaître à chaque instant et dans chaque logement, le niveau de consommation des appareils électriques branchés sur le secteur, qu’ils soient en fonctionnement ou en veille.

En France, c’est ERDF/ENEDIS, Électricité Réseau Distribution France, qui a le monopole de la distribution d’électricité. Toutefois, l’ensemble du réseau de distribution est la propriété de chaque commune, qui en concède la gestion à ERDF.

Qui a développé Linky ? Avec quels moyens ?

EDF est le chef de file du développement du Linky et la Fédération des industries électriques, électroniques et de Communication (FIEEC) s’emploie à vendre aux ministres de l’Énergie successifs le Linky comme instrument incontournable de la transition énergétique. Dans un document publié en septembre 2012, on pouvait lire : « Plus d’efficacité, c’est “partager l’énergie” grâce à des réseaux intelligents (smart grids) mettant en relation les nouvelles sources de production d’énergies renouvelables, mais aussi le véhicule électrique et les bâtiments afin de mieux gérer l’équilibre production‐consommation et ainsi différer les consommations lors de pics de demande d’électricité. Plus d’efficacité, c’est aussi remettre le consommateur au cœur du dispositif de gestion de l’énergie, en lui donnant les moyens de mesurer et d’afficher ses consommations. Cela nécessite une évolution des mentalités et des usages. En effet, comment expliquer que l’on puisse connaître la consommation d’énergie d’un véhicule mais pas celle d’un logement ou d’une entreprise alors que les bâtiments représentent près de la moitié de la consommation d’énergie finale en France. »

EDF a lancé en septembre 2013 une plate-forme expérimentale, « Concept Grid », destinée à la recherche sur les systèmes électriques de demain, installée sur le site des Renardières (Seine-et-Marne). Cet ensemble unique de moyens d’essais permet de tester des matériels et des systèmes dans des conditions d’exploitation réelles et représentatives des réseaux de distribution existants, et de les soumettre notamment à de multiples perturbations.

Le projet « Sogrid » - contraction de « Sud-Ouest » et de « grid » (réseau) a disposé d’un budget de 27 millions d’euros pour développer cette puce, l’intégrer à des compteurs électriques et la tester auprès de 1.000 ménages toulousains. L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) a financé le projet à hauteur de 12 millions d’euros.

Parmi les 10 partenaires de ce consortium, le fabricant de câbles Nexans, la SSII Capgemini, l’équipementier Sagemcom et la société Landis+Gyr, filiale de Toshiba.

Linky a déjà été expérimenté dans plusieurs centaines de milliers de foyers en France. Sa généralisation est prévue pour 2016.

Pourquoi il ne faut pas installer les compteurs Linky en France :

Avec Linky, EDF/ERDF/ENEDIS sera en mesure de facturer à l'abonné la consommation réelle (correction du déphasage), soit 10 à 20 % en sus pour beaucoup de clients, notamment ceux qui utilisent des appareils domestiques avec moteurs électriques : réfrigérateur, sèche-cheveux, rasoir électrique, ventilateur, robots ménagers, aspirateur, perceuse, etc. Les ampoules basse consommation fluocompactes ont un Cosinus Phi de 0,5. Cela signifie que Linky, qui mesure la consommation réelle, va doubler la consommation mesurée, la facture d’éclairage sera donc multipliée par deux !

Les compteurs de type Linky, comme tout appareil à écran et composants électroniques ont une durée de vie qui n’excède par les 12/15 ans, en conséquence leur remplacement par EDF/ERDF/ENEDIS aura OBLIGATOIREMENT un coût payé par… les clients ! Des hausses draconiennes de la facture d’électricité sont à prévoir avec l’arrivée des nouveaux compteurs  radiofréquences.

« La FNCCR rappelle que le compteur est payé par le consommateur. » Au sujet du Linky, la FNCCR (Fédération nationale des collectivités concédantes et régies des services publics locaux de l’électricité et de l’eau) a déclaré que, dans l’électricité comme ailleurs, la baisse ou la gratuité n’existe pas. Pour la FNCCR, il y a de grands risques que les consommateurs voient leurs factures augmenter du fait du déploiement de ce compteur au travers d’une augmentation du tarif de la TURPE (Tarif d’Utilisation des Réseaux Publics d’Électricité).

Quand il était Pdg d’EDF, la maison mère d’ERDF/ENEDIS, Henri Proglio a déclaré que Linky coûterait « entre 200 et 300 euros » sur 20 ans à l’usager.

Ceux qui pensent que Linky aura pour effet de réduire leurs factures d’électricité seront déçus, car bien au contraire, plus le consommateur économisera l’électricité, plus chère sera sa facture. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’EDF et ERDF/ENEDIS ont besoin de milliards d’euros pour équilibrer leurs comptes et dans ces conditions, le montant de la facture d’électricité n’est pas basé sur la notion globale du prix de revient de l’énergie, mais sur la notion d’équilibres des comptes des Sociétés Anonymes. Conclusion : plus vous économiserez de l’électricité et plus les taxes et le prix du kWh d’électricité seront élevés.

Linky est censé permettre aux usagers de connaître leur consommation en temps réel. Problème : dans de nombreux logements, le compteur est situé à l’extérieur du logement ! C’est le cas dans tous les logements sociaux, même anciens, dans tous les logements neufs et dans bon nombre de logements individuels (maisons). Et ERDF/ENEDIS ne veut pas entendre parler de « l’afficheur déporté », qui permettrait à ceux qui n’ont pas le compteur directement à leur domicile de suivre leur consommation en temps réel.

Le Ministère Fédéral Allemand de l’Économie a retenu les conclusions du cabinet d’expertise financière très respecté Ernst & Young chargé par le gouvernement d’évaluer les économies pouvant être réalisées par un déploiement de compteurs intelligents. Cela l’a conduit à rejeter l’installation des compteurs intelligents de type Linky. La conclusion de cette étude est que les compteurs intelligents ne vont pas dans l’intérêt des consommateurs allemands.

Pour rendre son compteur Linky communiquant, ERDF/ENEDIS va modifier le courant électrique 50 Hz en y injectant sur sa porteuse un signal radiatif de type CPL en kHz (radiofréquences) qui va irradier tout le réseau Basse Fréquence du territoire, ceci jusque dans les appartements par le maillage des câbles électriques des immeubles.

Linky injecte un signal d’impulsions porteuses radiatives modulées en amplitudes de fréquence CPL-G1 à G3  (148 kHz à 400 kHz) qui se superposent à la fréquence 50 Hz du courant électrique. Ces nouvelles fréquences en kHz, introduites dans les câbles électriques de toutes les pièces des logements, y compris les chambres d’enfants, sont rayonnantes (irradiantes).

Le maillage de l’opération Linky nécessitera plus de 125 000 antennes relais de téléphonie mobile supplémentaires (PMR) sur le territoire français.

Avec le maillage de la totalité du territoire par les câbles Basse Tension (BT, 220 Volts) de distribution de l’électricité dans tous les logements, par les modules HF sans fil (hyperfréquences) et par les nouvelles antennes relais de téléphonie mobile, Linky va engendrer sur tout le territoire national une forte augmentation de l’électropollution : aux champs électromagnétiques artificiels de basses fréquences actuels s’ajouteront les champs électromagnétiques de hautes fréquences (radiofréquences et micro-ondes), tant en champs proches dans les logements qu’en champs lointains via le réseau de distribution BT et les transformateurs locaux.

Des mesures de champs électromagnétiques qui ont été réalisées chez des particuliers ayant subi l’installation du compteur Linky, démontrent que les valeurs de rayonnements radiofréquences sont d’environ 17,5 V/m.

Des mesures de radiofréquences réalisées après la pose de compteurs Linky démontrent que tous les câbles électriques logés dans les murs et tous les appareils électriques, y compris les lampes de chevets et les blocs multiprises, émettent des radiofréquences mesurables jusqu’à 2,50 mètres. Dans un immeuble, un appartement non équipé de compteur Linky est donc irradié par les radiofréquences émises en provenance des appartements voisins.

Les cas d’électrosensibilité vont exploser. Un rapport canadien établi à partir d’un sondage mené sur 210 personnes vivant aux États-Unis (75 %), au Canada et en Australie (dont 9 médecins) établit clairement un lien direct et indiscutable entre l’installation des compteurs électropolluants et l’apparition de nombreux symptômes d’électrosensibilité. Seuls 23 % des répondants se considéraient déjà électrosensibles avant l’installation des compteurs et 67 % de tous les répondants l’étaient devenus après l’installation ou avaient vu leurs symptômes s’aggraver considérablement.

En Californie, PG & E (équivalent à ERDF) qui entrait dans la phase finale pour la généralisation de l’installation des nouveaux compteurs Smart Meters a commencé depuis le 28 octobre 2011 une nouvelle phase qui n’était pas prévue, une marche arrière, celle du démontage des nouveaux compteurs pour les remplacer par les anciens. Ce jour-là, dans le cadre d’une procédure supervisée par le Juge administratif de la Commission des Services publics de Californie, le distributeur PG & E a remplacé un nouveau compteur électrique communiquant par un compteur analogique.

Les promesses de factures et de consommations inférieures n’ont pas été tenues et l’atteinte à la vie privée est avérée, avec la surveillance à distance et en temps réel des usagers. Mais c’est l’impact sanitaire qui a fait basculer la situation.

L’évidence a été constatée et rapportée par de nombreux citoyens dans les médias et devant les tribunaux lors des enquêtes et expertises sanitaires : maux de tête, nausées, bourdonnements d’oreille, problèmes cardiaques et dermatologiques, démangeaisons, etc. ont été officiellement associés aux irradiations artificielles micro-ondes des Hautes Fréquences 2,44 GHz générées par les nouveaux compteurs.

Le passage en force de l’installation des nouveaux compteurs est apparu au fil des mois dans l’opinion publique comme une agression anti-démocratique et anticonstitutionnelle qui de surcroît porte atteinte à la santé des personnes dans leurs propres maisons.

Dans un second temps, notamment en Californie, ce sont plus de 47 villes et Comtés qui ont exigé et obtenu l’arrêt des installations et une dizaine de gouvernements locaux ont adopté des lois interdisant le déploiement de cette technologie controversée. Fin 2011, le revirement spectaculaire californien s’est répandu à travers le pays et dans le monde entier, incitant certains gouvernements à mettre en attente le déploiement souhaité par les industriels. L’Etat du Nevada a demandé des enquêtes sanitaires et d’autres enquêtes sur les problèmes engendrés par ces compteurs.

Il est surprenant que le député écologiste de Paris Denis Baupin ait voté le 14 octobre 2014 les articles 7 et 7 bis de la loi sur la transition énergétique rendant obligatoire le déploiement national du compteur Linky, alors qu’il avait été, en tant qu’élu parisien, à l’origine d’un vœu approuvé le 18 octobre 2011 par la Ville de Paris, rejetant le Linky en raison de « l’absence de confidentialité des données » et de la « non maîtrise de la demande d’énergie (…) remettant en question les potentialités des ‘smart grids’ (réseaux intelligents)  pourtant à l’origine même du changement de matériel ».

Linky est également problématique sur le plan de la sécurité électrique : la mise en panne d’appareils électriques le jour même de l’installation ou dans les semaines qui suivent, des incendies et même des explosions ont été constatées.

La mise en place du Linky entraînera la suppression de milliers d’emplois, puisque la relève se fera à distance, de même que les coupures pour factures impayées et le rétablissement de l’électricité. ERDF/ENEDIS appelle cela le « pilotage » à distance. Linky rend possible l’arrêt à distance et la mise en charge à distance de l’alimentation électrique d’équipements tels que les ballons d’eau chaude ou les radiateurs électriques.

Pendant la phase d’expérimentation en Indre-et-Loire, des surfacturations ont été constatées : pour équilibrer la production et la consommation d’électricité, le distributeur a mis en charge pendant les « heures pleines » le ballon d’eau chaude qui n’était auparavant en charge que pendant les heures « creuses » à tarif réduit.

Le risque existe que le pilotage à distance soit contrôlé par une personne malveillante. Par le piratage informatique, elle pourrait procéder à des coupures  d’électricité ciblées ou massives. Un terrorisme d’un genre nouveau serait possible.

Enfin, Linky a pour effet de diminuer la puissance effectivement disponible, ce qui contraint les clients ne pouvant pas diminuer leur consommation à augmenter la puissance de leur abonnement.

Concrètement prenons l’exemple courant qui concerne des millions de français ayant souscrit une puissance d’abonnement de 18 kWh, soit 18 000 Wh (Watts heure), leurs disjoncteurs étaient réglés (calibrés) à 90 Ampères par EDF, ce qui donne au final une puissance réelle disponible suivant la formule P=UI soit 230 x 90 = 20 700 VA (Volts Ampère) soit 20,7 kVA. Avec le compteur Linky, c’est totalement différent, puisque l’abonnement équivalent à la puissance réellement délivrée sera limité à 18 kVA (18 000 VA) ce qui donnera au final une puissance d’ampérage effective inférieure suivant la formule de I (Intensité) = P/U soit 18 000 / 230 = 78,26 Ampères. Ce chiffre, qui est la réalité exacte de la puissance effective délivrée par le compteur Linky, est donc très différent du compteur et disjoncteur analogique actuel qui dans l’exemple ne coupait la fourniture d’électricité qu’à 90 Ampères. Linky disjoncte à la valeur de 78 Ampères !

En résumé, le compteur Linky est la nouvelle chimère des industriels de l’électricité, qui après nous avoir imposé les ampoules basse consommation qui vont être interdites en 2020 à cause de leur teneur en mercure, veulent réitérer leur exploit avec ce nouvel appareil inutile, dangereux et coûteux.

Sources d’informations sur Linky :

Une transition énergétique efficace, source de croissance et d’emplois : propositions de la FIEEC

Linky : Le Concept Grid d’EDF (voir p. 18 du livret Être actionnaire d’EDF 2014)

Linky : une future puce pour réseaux électriques intelligents

Linky : L’Allemagne rejette les compteurs intelligents

Linky : Enquête de l’association Next-Up

Linky : Lutte contre les smart grid au Québec

Linky : Nouvelle source radiative hautes fréquences

Linky : Un vrai talent de compteur

Linky : Aux USA, la justice ordonne les premières suppressions des nouveaux compteurs intelligents et leur remplacement par d’anciens compteurs analogiques

Linky : Conseil de Paris 18 octobre 2011, vœu rejetant l’installation de compteurs intelligents d’électricité chez les Parisiens

Que Choisir : rapport d’évaluation de l’expérimentation des compteurs communicants, février 2011

Linky : Comprendre le Cosinus Phi, énergie active et énergie réactive

Linky : L’arnaque cachée d’ERDF

Linky : Pourquoi 10 millions de ménages risquent d’être pénalisés

Linky ERDF Sondage Convention d'Aarhus

http://www.next-up.org/France/Linky.php

21/03/2016

AVIS AUX MAIRES !

 de 1 commune on est passé à 49 maintenant ça fait boule de neige !    

http://refus.linky.gazpar.free.fr/

A savoir absolument si vous
attendez la visite d'ErDF !

 

Si vous envisagez de refuser l'arrivée des compteurs communicants, ou si votre commune a déjà pris une délibération en ce sens, les industriels vont très probablement envoyer des experts de la communication, des gens spécialement entrainés pour "coincer" ceux qui osent remettre en cause les décisions des "élites". Alors, ne vous laissez pas faire !

 

1) Organisation et déroulement de la rencontre

Prenons le cas d'une délégation envoyée par ErDF pour rencontrer les élus d'une commune qui a voté une délibération contre l'arrivée du compteur Linky. Ne croyez pas une seule seconde à la bonne foi d'agents qui viendraient aimablement présenter leurs arguments et écouter les votres. En effet, vous allez avoir affaire à des gens en mission commandée, dont le seul but va être de "retourner" le Conseil municipal ou, a minima, de le diviser.

Ces gens sont spécialement entrainés pour prendre le pouvoir dans la discussion. Par exemple, ils vont vouloir commencer par projeter une présentation (powerpoint). Le but réel n'est pas d'avancer des arguments (même si c'est bien sûr le cas au passage) mais de se placer en "professeurs" qui détiennent la vérité, et de ramener les autres participants au rang d'élèves tout juste bons à poser des questions.

Il faut donc : soit refuser la diffusion d'une présentation (chacun avance ses arguments oralement, tout le monde est à égalité), soit diffuser aussi une présentation contradictoire (par exemple avec les pages du présent site !)

De même, la réunion doit être menée par un élu (le maire par exemple) chargé de faire en sorte que la parole soit répartie de façon égale (les gens d'ErDF sont entraînés pour confisquer la parole) et de recadrer les interventions agressives.

En effet, un membre de la délégation d'ErDF (dit l' "aboyeur") est chargé d'entrer en confrontation avec la ou les personnes les plus opposées aux compteurs (appellées les "personnes à risques"), afin de tenter de les disqualifier vis à vis de l'ensemble des gens présents.

L' "aboyeur" se disqualifie certes simultanément mais peu lui importe, sa mission est atteinte si les opposants les plus en pointes passent pour des extrémistes, des excités, etc. Le chef de la délégation d'ErDF reprend ensuite la parole en se plaçant "au dessus des polémiques", etc...

 

2) Stratégie argumentaire lors de la rencontre

La stratégie des communicants d'ErDF, outre la tentative de prise de pouvoir, repose principalement sur un habile retournement des positions : alors que ce sont eux (ErDF, GrDF, etc) qui veulent bouleverser la situation existante, c'est à dire remplacer nos excellents compteurs actuels par de problématiques compteurs communicants, ils s'arrangent pour vous mettre en porte-à-faux.

Ils vous "obligent" à vous justifier, à "prouver" que les compteurs communicants sont dangereux pour la santé ou pour les libertés, etc.

 

Vous devez absolument remettre les choses à l'endroit :

Ce sont eux (ErDF, GrDF, etc) qui viennent chez nous pour tenter de nous mettre leurs compteurs communicants, c'est donc bien à eux de se justifier (s'ils le peuvent !) et pas à nous !

- c'est à eux de tenter de "justifier" le fait de jeter 80 millions de compteurs (35 millions pour l'électricité, 35 pour l'eau, 11 pour le gaz) en parfait état de marche. Or c'est injustifiable...

- c'est à eux de "prouver" de façon irréfutable la prétendue innocuité des compteurs communicants pour la santé, de "prouver" que leurs données "ne seront pas piratées", de "certifier" que ces données ne seront "jamais utilisées à des fins commerciales ou policières", etc... Or personne ne peut assurer que ce ne sera pas le cas...

- c'est à eux de nous expliquer pourquoi nous devrions accepter de servir de cobayes pour voir si nous et nos enfants aurons des cancers dans 5 ou 8 ou 12 ans : l'OMS a classé "cancérigènes possibles" les ondes électromagnétiques, le doute est suffisant pour ne pas se laisser faire. Ils n'ont qu'à faire les expériences sur leurs propres familles et on en reparle dans 15 ans !

 

Notons que ce sont parfois des élus qui, sollicités par des administrés qui leur demandent de prendre position, demandent à ces derniers qu'ils prouvent la dangerosité des compteurs communicants.

Non seulement il faut leur expliquer comme ci-dessus que c'est l'inverse qui doit être fait (c'est aux industriels de "prouver" que les compteurs ne sont pas dangereux), mais il faut aussi rappeler que ce sont les élus, à commencer par les maires (*), qui seront attaqués en justice en cas de problèmes (personnes devenant électro-sensibles, incendies causés par les compteurs communicants, etc).

 

Important : dans tous les cas, exigez de l'opérateur (généralement ErDF pour l'électricité et GrDF pour le gaz, diverses sociétés pour l'eau : Véolia, Sogedo, etc) une attestation d'assurance par rapport aux risques causés par les ondes électromagnétiques. Ces opérateurs prétendent qu'il n'y a aucun danger, mais alors pourquoi les assureurs refusent-ils de couvrir ce risque ?

 

Et avant toute discussion, potassez ce document !

 

(*) Le maire pourra être poursuivi pour avoir laissé ErDF remplacer les compteurs électriques car ces derniers appartiennent aux collectivités, ou pour avoir laissé GrDF ou autres opérateurs (compteurs d'eau en particulier) installer des antennes dans la commune pour collecter les informations des compteurs.

http://refus.linky.gazpar.free.fr/
Les communes et habitants peuvent refuser les compteurs communicants Linky et Gazpar

Communes : vous êtes propriétaires des compteurs électriques !!!!

Les communes ont leur mot à dire sur le changement des compteurs d’électricité parce qu’ils leur appartiennent. Du coup refuser un Linky est possible !Compteurs Linky : Les collectivités en seront bien propriétaires - www.rezocitoyen.org

C'est à la fois :

- une très bonne nouvelle (pour s'opposer à l'arrivée des compteurs Linky)

- et une très mauvaise nouvelle (si les Linky sont installés !)

 

Maires, conseillers municipaux, vous avez toute lattitude pour refuser le remplacement des compteurs électriques de votre ville par des compteurs communicants Linky vu que votre commune est propriétaire des compteurs électriques ! Prenez donc une délibération contre ces remplacements (sans oublier de citer aussi les compteurs gaz et eau, bien que la commune n'en soit pas propriétaire : ça ne mange pas de pain !) et faites une lettre aux habitants.

 

Maires, conseillers municipaux, vous risquez de sérieux problèmes si vous n'avez pas voulu ou pas pu vous opposer à l'arrivée des compteurs Linky. En effet, comme la commune est et reste propriétaire de ces compteurs, les élus, à commencer par le maire, vont être responsables des dommages causés par les Linky.

Vous risquez ainsi être tôt ou tard attaqués en justice par des gens devenus électro-sensibles après l'arrivée des Linky, par des gens dont les compteurs Linky auront pris feu (avec l'hypothèse hélas plausible qu'il y ait des morts), par des gens dont les appareils auront été abîmés... (copies d'article de la Nouvelle République dans les zones qui ont eu la "chance" d'être cobaye pour Linky dès 2010).

Les compteurs actuels fonctionnent très bien, ils ne causent pas de dommages, alors qu'avez-vous à gagner à ce qu'ils soient remplacés par des compteurs dangereux... dont par dessus le marché vous serez responsables ?

sommaire

ce que les communes doivent savoir :

http://www.santepublique-editions.fr/Linky.html

Les communes ont dont tout intérêt à refuser sans délai le déploiement du Linky sur leur territoire.

Suggestions pour une lettre du maire à ERDF

 

pour les particuliers : que faire ? http://www.santepublique-editions.fr/questions-reponses-s...

 

Lettre refus (recommandé avec A/R) autre modèle : http://seenthis.net/messages/458529

 

Communes : voici LA plus
importante raison de refuser
les compteurs communicants

La vie avec les compteurs actuels est consensuelle
alors que les projets de compteurs communicants
sèment le trouble et la division dans les communes

 

Elus, habitants, vous vivez paisiblement dans votre commune avec des compteurs "ordinaires" dont personne ne s'est préoccupé jusqu'à présent car ils ne posent aucun problème et ne causent aucun risque.

Or, subitement, cette situation consensuelle est brisée par les projets de compteurs communicants qui vous tombent dessus sans que vous ne les ayez demandés : les "élites" ont décidé d'investir votre commune et d'entrer jusque dans les logements pour installer leurs appareils pour faire leur business.

Désormais, la polémique et la controverse sont là : les envoyés d'ErDF, GrDF ou des sociétés d'eau viennent "justifier" leurs compteurs communicants - en allant même jusqu'à les prétendre "intelligents", ce qui revient à vous prendre pour des imbéciles - et tenter d'intimider les élus courageux qui veulent protéger leur population. Ils arrivent parfois à convaincre des habitants alors que beaucoup d'autres refusent absolument ces compteurs (et ils ont raison).

Dans les zones où les installations de compteurs Linky ont commencé, les équipes d'ErDF pénètrent (illégalement, mais ça ne les arrête pas !) jusque dans les jardins pour changer les compteurs pendant que les habitants sont absents. Parfois, des incidents éclatent, la police intervient, etc.

Des collectifs citoyens se créent partout en France, les élus sont interpelés, des manifestations ont lieu, une véritable fronde s'emparre de la France réelle (celle du terrain, des communes, pas celle des "élites")

De fait, avant même de vous pencher sur les graves problèmes des ondes électromagnétiques et de la mise en cause des libertés publiques, vous ne pouvez que constater que les projets de compteurs communicants sèment la zizanie, divisent les gens, causent des problèmes dans les communes.

De plus, il n'est pas possible de s'en sortir en disant "Ceux qui sont pour les compteurs n'ont qu'à les prendre, les autres n'ont qu'à les refuser, et comme ça tout le monde sera content" : en effet, le système Linky, ce n'est pas seulement des compteurs communicants, mais aussi des appareils (répéteurs, répartiteurs, concentrateurs) installés partout dans la commune, et du matériel de téléphonie mobile pour réexpédier ces données.

Et tout ceci est à multiplier par trois puisque la même chose est prévue pour le gaz et pour l'eau en plus de l'électricité. De fait, le système des compteurs communicants impactera tout le monde, y compris ceux qui auront refusé ces compteurs. C'est assez comparable au tabagisme passif.

Il n'y a de fait qu'une seule solution pour se sortir de ce piège et préserver la vie paisible de votre commune : garder les compteurs actuels, qui ne posent aucun problème, ne mettent personne en danger, et ont une durée de vie de 40 à 60 ans. Le conseil municipal peut prendre 3 délibérations (électricité, gaz, eau).

17/02/2016

Fiorile et le chômage


J'ai regardé sa vidéo sur le chômage : elle est très bien, il explique peut-être parfois maladroitement (c'est comme ses affirmations péremptoires déja signalées et il y en a d'autres, ça vient seulement d'être trop pressé de vouloir résumer ou impressionner sans faire trop attention) mais son propos est sans doute au coeur du problème. Il y a je crois la notion de survaleur dans Marx. Sa proposition est que cette survaleur soit redistribuée équitablement par l'Etat dans la société

(au fait Bernard Friot a une idée pour réaliser ça, en continuant ce que les législateurs de 1944-45  leCNR, avaient commencé en créant le "modèle français qui nous avait permis de vivre de manière civilisée et prospère durant 30 ans )

je reprens : redistribuée équitablement par l'Etat dans la société pour que les progrès de productivité aboutissent (cf aussi le fameux livre de Lafargue "Le droit à la paresse"http://classiques.uqac.ca/classiques/lafargue_paul/droit_... ) à un progrès pour tout le monde, alors que les relations de dominations dans la société ont toujours fait que cette survaleur-  et les loisirs y attenant ! - ont été concentrés de tous temps sur quelques personnes qui en profitaient à plein sur le travail des autres (les propriétaires terriens, qui avaient ensuite tant xxx francs de rentes, d'abord seulement les nobles puis, la bourgeoisie aussi, puis des petits bourgeois comme les fameux rentiers 1900, presque tous les personnages  d'oeuvres littéraire 1900 se déclarent "rentiers", il ne leur restait plus qu'à planifier leur vie dans les cafés !, comme l'ami Fritz par exemple ou les personnages de Courteline). De nos jours on aurait les moyens d'étendre ces avantages plus ou moins à plein de gens, mais les banquiers par le prêt à intérêt s'approprient tout ce fric, qui se retrouve dans la spéculation, et transforment les gens en esclaves par la dette.
Et sa remarque sur le travail des femmes est très juste aussi. Soral (qui ne dit pas que des conneries, même si effectivement il en dit beaucoup) le fait bien remarquer dans une de ses vidéos. Les femmes au travail sont la grande victoire du capital, et permet d'imposer un système où un salaire ne suffit pas pour vivre. économie pour le capital ! (et diminution de l'autonomie ! avant les gens cultivaient leurs légumes, faisaient eux-mêmes leurs repas, et leurs vêtements, maintenant on achète tout, économie marchande et tout ce qui s'ensuit, et les enfants sont gardés par des professionnels normalisés, etc)
En fait elle est très bien cette vidéo sur le chômage, et elle va profond.
"on a été CONDITIONNES par plusieurs siècle de mise en relation de travail= vie sociale"
ouais, c'est une vidéo capitale.

Un autre exemple où il a tendance à exagérer (pour faire du sensationalisme ?) il affirme que pendant 50 ans le club de Bilderberg est resté secret. Faux, ou qu'il n'a jamais été secret au sens strict, Gonzalez-Mata a sorti son livre (celui que j'ai, mais il en avait déjà écrit un autre avant "Cygne") en 1976, Bilderberg avait 20 ans à l'époque, où il expose en long et en large le role du Bilderberg, les noms etc, et pareil sur la Trilatérale.
Bon ce qu'il dit reste globalement sans doute vrai, et nous apprend encore plus de menaces qu'on en savait déjà. Et il explique bien.
Et sur les OGM : raison de plus pour boycotter les grandes surfaces, et manger le plus possible BIO (et cultiver son jardin si on a le courage).  Et Asselineau y a pensé en voulant interdire les OGM y compris dans l'alimentation animale, où ils ne sont pas interdits et on ne les voit pas, mais quand on mange les animaux ça fait quoi ?

09/01/2016

l'horreur qui s'avance - Mme de la Raudière a raison il faut annuler

ET CHAMBERY ville où il n'est pas conseillé d'avoir une envie pressante, le laboratoire de la France stalinienne et orwellienne qu'on veut nus imposer :

http://danactu-resistance.over-blog.com/article-chambery-la-video-surveillance-partout-c-est-maintenant-115306618.htmlhttp://danactu-resistance.over-blog.com/article-chambery-...

comme dit le journaliste le but de toute cette armada NOVLANGUE  et policière est sans doute de ne pas tolérer la vie de ces êtres :  http://www.letribunaldunet.fr/animaux/un-chien-nabandonne...

Souvenez-vous d'Edward Snowden, qui a pris des risques énormes (et on ne sais pas encore s'il s'en sortira vivant, les « Services » amerloques sont rancuniers, et, en bons protestants, le pardon ils ne connaissent pas.

Pourtant il n'a fait que ce qui devait être fait. Pas un héros, juste un déserteur. Le « système », comme on dit, qu’il soit économique ou policier, tient pour une part sur des gens qui ne font que leur travail. Des gens qui ne font que mettre au point des alliages de métaux qui deviendront plus tard des engins atomiques ; qui ne font qu’un morceau d’algorithme qui analysera les conversations privées de la planète.

Personne ne se sent responsable de rien.
Relisez ce que dit à ce sujet Zygmunt Bauman dans « Modernité et Holocauste »http://www.dogma.lu/txt/CR-BaumanHolocauste.htm
Or l’histoire du XX° siècle a montré que cette division des tâches, ce morcellement du travail peut conduire à des horreurs sans que personne ou presque n’en réalise la portée. Il ne pouvait plus participer à la barbarie. Certes tout le monde ne peut déserter facilement. Mais faire « fuiter » des informations, c’est déjà refuser d’être un rouage. C’est déjà subvertir cette machinerie inhumaine qu’est la bureaucratie.

Et ce qui est possible à la NSA l’est d’autant plus à Lille métropole. Oui, cette espèce de, peut-on encore appeler ça une ville ? Et ses habitants des « citoyens » ? où une « carte de vie quotidienne » (qu'en des termes galants ces choses-là sont dites !) arrive à Lille pour enregistrer déplacements, achats, loisirs.

Les élus, des « Verts » (donc des « bien-pensants », il faut toujours se méfier des bien-pensants, ce sont les pires), ont toujours dit « Ne vous inquiétez pas, il n’y aura pas de recoupement entre les identifiants et l’état civil, on ne va pas suivre les gens à la trace, on a mis des garde-fous techniques et juridiques, il n’y pas à s’inquiéter », c’est faux ! C’est faux pour deux raisons au moins, et les révélations de Snowden le prouvent.

La première est simple : ce qui est techniquement possible et politiquement nécessaire sera fait. Si vous avez les capacités d’écouter quelqu’un, vous finirez par le faire. Pour nous à la NSA, écouter est d’une simplicité incroyable. Un bouton à activer, un tampon sur un bordereau, et hop ! Des collègues ont même écouté leur femme ou leur petit ami.

La NSA a pris des initiatives, on va dire... « extra-légales », parce qu'ils ont décidé que c’était nécessaire : « Pour retrouver une aiguille dans une botte de foin, s’est défendu Obama, il faut scanner toute la botte de foin. » Voilà un rêve policier qui ne connaîtra pas de restrictions.

Voyez l’écoute d’Angela Merkel ou du Quai d’Orsay. C’est interdit, on est d’accord. Mais les intérêts économiques ou géopolitiques des États-Unis seront toujours plus forts que des considérations morales ou juridiques. Il n’y aura jamais de garde-fous, une technologie est faite pour être utilisée. Les gens qui affirment le contraire sont des menteurs ou des naïfs.

Je l’ai déjà dit : les restrictions aux écoutes sont politiques et non techniques, elles peuvent changer à tout moment. Avec la carte Pass-Pass dans les transports en commun, ou votre future « carte de vie quotidienne », c’est pareil. Le jour où la métropole, les grandes surfaces, la police ou l’entreprise de transports a besoin de savoir qui travaille où, consomme quoi, se déplace à quel moment pour y faire quoi, etc, ils le feront. De toutes façons, c’est déjà leur projet. En matière de respect des individus, les lignes rouges qu’on veut bien se donner finissent toujours par être franchies.

Quand IBM accole un numéro aux juifs, aux communistes, aux tziganes, aux homosexuels, ils ne font que gérer des stocks de numéros. Un camp, c’est des milliers de numéros qui entrent et qui ’’sortent’’ – qu’il faut gérer. Cette logistique complexe est permise justement par les identifiants numériques et les machines à calculer.
(c'est pareil pour le fichier "base-élève", dont les informaticiens de l'educ-nat assure le bon fonctionnement, consciencieusement, techniquement, sans se poser de questions ....)

Ces techniques permettent le traitement de grands nombres en même temps qu’elles déresponsabilisent les fonctionnaires. Il faut se battre contre ça et contre ceux qui s’en félicitent.

Mais aujourd’hui, on fait quoi avec cette mise en fiches des populations ?

Analyser le comportement des masses permet de transformer le comportement des masses : on peut « inciter » à acheter telle ou telle chose, avoir tel ou tel loisir, respecter telle ou telle règle qu’on a « insufflée ». Nos comportements sont leur matière première.

Analyser les déplacements ou les achats permet de sonder à son insu l’opinion d’une masse et l’inciter à adopter les bons gestes. On peut prévoir des révoltes, des épidémies ou des délits comme on peut vous faire acheter ce dont vous n’avez pas besoin. C’est la puissance du « Big Data », cette masse d’informations numériques qui n’a pas fini d’augmenter.

Hé bien, le travail que les entreprises d’Euratechnologies mènent avec des grandes surfaces ou la mairie illustre ce que je viens de dire. Quand elles cartographient les déplacements des métropolitains via leur smartphone ou qu’elles analysent les parcours des clients à partir de la vidéo-surveillance, quand elles installent des caisses biométriques à Auchan ou contrôlent la consommation d’électricité des ménages,http://www.bbec.lautre.net/www/spip_truks-en-vrak/spip.ph...

ces entreprises se substituent à votre libre arbitre.

Et vous n’aurez pas la possibilité de refuser, c’est une question de relance de l’économie. Faut pas oublier qu’Euratechnologies est la meilleure retombée de Lille2004. Les élus y mettent tous leurs espoirs pour réamorcer la pompe du « développement » local; le chiffre d'affaire a bon dos !

Ce n’est pas un hasard s’ils viennent d’accueillir la Compagnie européenne d’intelligence stratégique. Cette boîte dirigée par un général, un ancien ingénieur de la Délégation générale à l’armement, des anciens des services de renseignement comme la DST prouve que l’économie est une guerre. Au sens propre.

Ce qui me choque le plus, c’est que tous ces salariés d’Euratechnologies, qui ont pourtant fait des études, qui ont lu les Lumières, qui connaissent l’histoire de France et de la Résistance, soient à ce point soumis. Pas un n’a jamais ne serait-ce que « balancé » une info. Mais la plupart ne se pose aucune question. Ils obéissent. Ils pensent qu’ils ne font que trouver des solutions techniques.

(comme les informaticiens qui s'occupent de base-élèves ….....

je rapelle, base-élève : https://retraitbaseeleves.wordpress.com/2015/09/06/rentre... )


Le livre là-dessus « L'Enfer Vert :

http://hors-sol.herbesfolles.org/2011/12/09/sortie-du-liv...

C'est comme pour le « terrorisme » autre prétexte artificieux pour toutes les tyrannies http://miiraslimake.over-blog.com/article-6028932.html

Prenez cette histoire d’écotaxe qui a entraîné la manifestation des bonnets rouges en Bretagne. Quelles que soient les raisons des manifestants, on voit que la solution des écologistes en matière de lutte contre le réchauffement climatique, c’est de mettre des balises GPS sur les camions pour contrôler les kilomètres parcourus, de truffer les routes de mouchards, et de faire payer les gens pour un développement qui nécessite toujours plus de transports, pour consommer des produits toujours plus chers et moins bons. Leur truc marche sur la tête.

Face au terrorisme, c’est pareil – à la différence que le terrorisme ne fait aucun mort comparé aux accidents de la route ou au cancer !!! Les États développés ne lâcheront pas leurs positions en Afrique ou au Moyen-Orient. Question de ressources. Dans ce chaos industriel qui crée des désœuvrés, des fanatiques ou des révoltés, ils ne peuvent que multiplier ces mesures de rétorsion et de surveillance pour sauver leurs intérêts, leur modèle de développement. Face aux catastrophes environnementales ou au terrorisme, la logique c’est :

  1. effacer les responsabilités des industriels et des États,

  2. créer des « rideaux de fumées » incriminer des phénomènes purement marginaux, histoire de criminaliser encore plus les citoyens ordinaires, tout en détournant l'attention des véritables problèmes et des véritables responsables

  3. ressouder la communauté face au péril intérieur ou extérieur, pour

  4. faire accepter des mesures de contrôle orwellien et de répression arbitraire.

Paranoïa ? Avec ce que Snowden viens de balancer et ce qui les attend, ça va être compliqué d'accuser encore quelqu'un de ça   

Oui, c’est vrai, ils auraient l’air un peu con.


Sources : diverses, dont TomjoLille - La Brique, etc.

POLICE POLITIQUE ET SOCIALE: UN VRAI RISQUE

 

Madame Laure de La Raudière, députée LR (Les Républicains) d’Eure-et-Loir déclare - rapporté par Médiapart - : « Le texte sur le renseignement pourrait satisfaire un pouvoir totalitaire. Si un pouvoir totalitaire s’installait en France, ses dirigeants n’auraient même pas à modifier la loi pour surveiller la population »

Ce qu'elle dit est tellement vrai, qu'après les attentats du 11 septembre, en novembre 2001, le ministre de l’intérieur socialiste, Mr Daniel Vaillant à fait voter des lois très liberticides mais à durée limitée! Le gouvernement suivant n'a eu qu'à les proroger sans changer une virgule.

J'ai toujours été sensible au raisonnement de Madame Laure de La Raudière,  en ce que, jeune installé en médecine générale, je me suis trouvé confronté à la rédaction de certificats médicaux périodiques pour les enfants. Ces certificats sont d'une part indispensables pour obtenir les prestations sociales (je les remplissais très soigneusement), mais d'autre part, il y a avait aussi une fiche de renseignement informatisable, en principe anonyme comportant des questions très sensibles. Une famille s'est vue pour ses convictions, soumise à des  tracasseries administratives, concernant les vaccins et d'autres problèmes. J'ai immédiatement pensé, à l'époque très exactement: "Si un pouvoir totalitaire s’installait en France, ses dirigeants n’auraient même pas à modifier la loi pour surveiller la population », et j'ai donc

en respectant totalement les convictions des personnes.

Je voudrais ajouter un autre témoignage. J'ai durant 9 ans assuré le rôle de médecin interface à la DDASS du Nord en m'occupant de ce qu'on appelait les injonctions thérapeutiques qui concernaient les personnes interpellées en train d'user ou détenant des substances illicites. Mon rôle était de recevoir ces personnes en consultation dans un local des tribunaux de grande instance pour déterminer si elles étaient dépendantes, c'est à dire toxicomanes ou non. Dans le premier cas, je les dirigeais vers uns structure de prise en charge et contrôlais que cette prise en charge était effective et bien suivie. J'étais donc amené à consulter les dossiers établis par le Procureur. Et dans ces dossier, j'ai trouvé les fiches STIC! J'ai été interpellé par ces fiches (voir: https://fr.wikipedia.org/wiki/Syst%C3%A8me_de_traitement_...) en ce que avant toute décision judiciaire (en pré sentenciel comme disent les spécialistes) des informations sensibles étaient donc relevées et mises à la disposition du commandant de gendarmerie, du commissaire de police, du procureur et du maire de la commune de la personne de la personne concernée. Ce fichier est en outre, consultable en temps réel d'après ce qui m'avait été dit à l'époque, lors d'une intervention des forces de police ou de gendarmerie. Inutile de préciser que mes "clients" étaient particulièrement visés, et comiquement que quand ils étaient interpellé plusieurs fois, ils étaient considérés comme des "récidivistes": de quoi, d'un contrôle  ou d'une interpellation? Mystère!

J'approuve donc la suite de la déclaration de Mme de La Raudière:

Mais mon point de vue est qu'il faut bien entendu refuser les nouvelles lois liberticides, MAIS AUSSI, ANNULER LES LOIS ANTÉRIEURES, PAR EXEMPLE LE FICHIER STIC, LES LOIS VAILLANT DE 2001.... mais aussi tout bêtement  respecter et faire respecter les lois en vigueur concernant la protection des renseignements médicaux. L'information des professionnels pourraient être très facilement réalisée.