Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/01/2017

on parie que la presse aux ordres va caricaturer et diabolisers ces manifestants ?!

 Oui, on parie que les « médias » vont tous présenter cette manif comme quelque chose d’abominable, œuvre de méchants « extrème-droitistes », catholiques de surcroît (alors que a priori les athées devraient être beaucoup beaucoup plus spontanément et viscéralement CONTRE l'avortement ! quand-même pour eux c'est l'être ou le néant, alors que pour les croyants c'est moins grâve) hou le christianisme quelle horreur ! l'Evangile beurk ! c'est c'est mauvaîîîs !  le respect de l'êxistence quelle abomination !     ?

http://www.enmarchepourlavie.fr/

 

alors comme a dit un témoin anonyme, pas de phrases ! du concret, de l’existentiel, de l’individualiste  :
« les témoignages les plus simples sont souvent les plus intéressant donc j’en donne un : je suis le troisième d’une famille de quatre enfants. Ma mère était sans revenus, mère au foyer. Mon père a un temps travaillé aux hauts- fourneaux d’arcelor mittal à Charleroi en Belgique. Travail dangereux, précaire, difficile. Il est évidemment vite devenus chomeur,

Nous avons, tout les 6, mes 3 soeurs mes parents et moi vécus beaucoup de moments difficiles mais je suis bien évidemment heureux d’être en vie et de pouvoir en témoigner. Si cette histoire se déroulait maintenant, sous l’ère de l’apologie de l’avortement de confort à tout va, il y a de grandes chances que la majorité d’entre nous quatre, les enfants n’ai pas vu le jour. »

 

en 2015 ils l'avaient déjà fait,regardez les slogans "protéger les faible, ça c'est fort !"

http://cache1.citizenside.com/fr/photos/a-la-une/2015-01-...

un autre de leurs slogans disait "j'ai été embryon" oui rien de tel que le bon sens pour faire comprendre.

15/01/2017

un rêve

11/12/2016 ce matin j’ai fait un rêve (très agréable) très singulier : difficile à raconter, comme toujours, avant que ça ne disparaisse pour toujours dans la nuit noire du néant de l’oubli J’étais étudiant, dieu sait pourquoi ! Car en même temps j’étais moi maintenant, avec mon âge actuel, et j'y étais un peu « en touriste » là-dedans, ce qui donnait un certain détachement, mais quand-même j’essayais de jouer le jeu (tout en me disant, que au moment où je décrocherai », ça ne sera pas grave, je laisserai tomber et puis basta, on s’en fout). j’étais à une grande table au milieu des autres étudiants, des jeunes, forcément, mais on était dans la même galère, rapports tout à fait égalitaires et intégrés, et bien que j'aurais pu être leur grand-père, on se parlait tout naturellement comme de jeune à jeune. Et les étudiants faisant des parlotes, et des critiques et du « psychodrame permanent » sur des attitudes de politique au sein de groupuscules d’extrême-gauche, et moi je ne cachais pas que je trouvais ces attitudes comme de la connerie. Et à un moment on est arrivé au cours de philosophie (ce que j’ai suivi dans la réalité un certains temps à Lille III quand j’étais jeune). Il y a déjà beaucoup de détails que j’ai oublié, et les profs, qui donnaient leurs instructions, c’était le tout début de tout, et à un moment on a à tous prêté de petits ordinateurs, ce qu’on appelle des tablettes, qu’on devait prendre dans une grande boite qui passait, et plus tard un autre étudiant m’a appelé en me disant qu’il allait me mettre dessus deux applications utiles pour le cours de philo, alors j’ai répondu « mais il n’est pas à moi » et il a répondu que ce n’était pas grave, il n’y a qu’à faire semblant et le garder près de soi ! Plus tard il y a une fille (elles me parlaient à l’oreille très camaradesquement) qui m’a dit qu’à plusieurs ils avaient organisé une sortie au cirque et si je voulais en être, et j’ai dis que oui, et j’ai demandé si c’était le Cirque Zavatta qui était passé dans mon quartier l’an passé (voir sur ce blog, j’en ai parlé). Tout ça était vraiment très agréable. Malheureusement je me suis réveillé.

14/01/2017

la saĝo de Gottfried Keller

Pacon al la Kreaĵo

De Gottfried Keller

esperantigis : Manfredo Ratislavo



Araneojn malŝatadis

Mi dum junecaj jaroj,

Ili malsupren sin lasadis,

Kuris sur la kap-haroj,

Sidis kaŝe en anguloj;

Min timigis la aĉuloj,

Sur la tablo kuregadis,

La mortigo ne ĉesadis.

 

Kiam la harar’ griziĝis,

Mi ilin ne plu ĉasis,

Tiam fine mi saĝiĝis,

Ilin vivi lasis.

Nun mi ilin rare vidas,

Kaŝe ili ie sidas;

Sed se iu sin vidigas,

Mi min saĝe elvojigas.

 

Se mi havus infaneton,

Mi gardus ĝin honore,

Gvidus ame la hometon,

Dirus al ĝi kore:

Lasu vivi araneojn,

Ili same sentas veojn.’

Frue iĝus ĝi paculo,

Ne nur kiel maljunulo!

13/01/2017

citations de Gabriel Matzneff

Des citations de Gabriel Matzneff :
http://dernieregerbe.hautetfort.com/archive/2014/08/22/ci...


* et pour commencer, la différence entre se suicider et ne pas se suicider, LA SEULE DIFFERENCE, a été expliquée par Gabriel Matzneff :

« Quoique j’en aie, il me faut admettre que le suicide est la solution de la facilité. Vivre est plus difficile que mourir, ne serait-ce que parce que ça dure plus longtemps. »


* « L’optimisme : imbécile, criminel, obscène. »
(c'est vrai quand on y pense au fond des choses .... )

 

* « Un franc-tireur ne doit pas traîner sa différence comme un boulet, mais il doit la porter comme une couronne. »
(C’est bien vrai !)


* "L'Évangile, cette bombe que la médiocrité des gens d'Église s'emploie persévéramment à désamorcer."
(Ça aussi c’est tout à fait vrai !)

 

* "La résurrection est une victoire dans l'eschatologie, mais sur terre le christianisme est une religion de l'échec. Notre royaume n'est pas de ce monde, et tout lecteur attentif des pères du désert sait qu'un chrétien ne réussit sa vie que dans la mesure où il la rate : notre suprême théophanie, c'est la croix."
(eh oui ! une chose qu'on n'a que trop oubliée dans notre idéologie "positive" !)


* « Pourquoi les hommes ont-ils fait des péchés des deux états les plus divins et les plus innocents qui soient : le plaisir sexuel et l’oisiveté ? Parce que les hommes n’aiment pas le bonheur. »
(pas bête ! pas bête du tout !)

 

* "Un médiocre, ne concevant pas autre chose que la médiocrité, rapporte tout à elle. D’instinct, il hait la noblesse, la générosité, la poésie. Il s’acharne à salir ce qui lui est supérieur, ou à le moquer. Mais quand il prête à autrui des sentiments bas, c’est sa propre âme qu’il peint."


et maintenant sur les FEMMES :
pour commencer :
« l’une d’elles qui, comme je l’interroge sur son ex-mari et son actuel amant, me répond avec une dureté tranquille : « Le présent gomme le passé ». Voilà une phrase proprement féminine. »
(Exact ! ….)
et :
* « La femme aime le mensonge comme la taupe aime la nuit. Le grand jour lui fait peur. Elle ressent comme un viol l’exigence masculine de clarté. »

 

* « Tout adolescent, à moins d’être une nouille ou un arriviste, se sent en marge de la société des adultes, il refuse d’y entrer, il répugne à prendre un état. […] Seulement, il ne suffit pas d’être rebelle à seize ans : il s’agit de s’y opiniâtrer dans l’âge adulte, et ça, c’est une autre paire de manches. »
(ça c'est bien vrai et l'évolution du lamentable Renaud le montre encore une fois, et aussi combien a raison Susan George qui dit "j'aime les gens qui se radicalisent en vieillissant")

 

* « Mieux vaut périr en restant soi-même que prospérer en se reniant et en devenant semblable à ceux que l’on méprise. »
(bien d'accord !)


* "Les gens haïssent la singularité et ne nous tolèrent que si nous feignons d’avoir les mêmes ambitions, les mêmes goûts, les mêmes bonheurs qu’eux."
Oui , constatation banale, que Brassens a dit plus simplement : "Non les braves gens n'aiment pas que/ L'on suive une autre route qu'eux"

 

* "La différence et la supériorité conjuguées se payent cher, très cher, et il serait léger de le nier."
(très vrai, de tous temps en fait, et de nos jours plusieurs personnes célèbres en sont l'exemple [et bien sûr des milliers de personnes à jamais inconnues !])

 

* "Une nature aristocratique se reconnaît à son aptitude au loisir, à son aptitude à l’ennui. Le besoin perpétuel d’une distraction est la marque d’une âme plébéienne."
oui peut-être, mais quel racisme social ! dégouttant !!


« Les tragédies me trouvent calme, mais les petites corvées m’accablent. Ainsi, aller chez son tailleur pour un essayage, quel chemin de croix ! » (je n'ai mis cette citation que comme document ! ça montre une fois de plus que Matzneff est un riche ! né avec une cuillère d'argent dans la bouche et qui a une vie et des réactions de riche !)

 

 

 

 

 

12/01/2017

Kion volas la popolo la kapitalistoj net la ŝtatajn instancoj ne volas

là c'est l'attaque ! la lutte de classe caractérisée ! Mais quand réagirons-nous ??
FMI ekatakas Francion, kiel ĝi faris por Grekio, tio estas la klasbatalo. Kion fari ? unuavice eliri el tiu raktakaptilo :Eŭropunuiĝo kaj Eŭro.
http://www.onsaitcequelonveutquonsache.com/2015/10/le-fmi...



Quand aura lieu la votation populaire sur la sortie de l’UE?
Par Renate Zittmayr le 30 juillet 2015

Entre le 24 juin et le 1er juillet, 261 159 Autrichiens et Autrichiennes ont déposé ouvertement leur nom, leur date de naissance et leur identité auprès de leur mairie en faveur de la sortie de leur pays de l’UE. (Ni kalkulu, estas kvazaŭ 2 milionoj da francoj, aŭ da italoj, estus subskribintaj al tia petskribo !) Cela c’est fait malgré des conditions-cadres extrêmement difficiles: un silence assourdissant de la plupart des médias, malgré l’invitation de tous les journalistes aux 12 conférences de presse organisées au cours des mois précédant l’unique semaine prévue pour le dépôt des signatures; la fixation de la semaine d’inscription par la Ministre de l’Intérieur à la dernière semaine de juin, précisément au moment où de nombreuses familles avec des enfants non encore scolarisés ou ayant terminé leur scolarité et beaucoup de retraités sont déjà partis en vacances à l’étranger; l’interdiction de placer les affiches informant sur les emplacements des locaux d’inscription et des heures d’ouvertures dans les immeubles d’habitation viennois, comme cela fut possible lors de référendums précédents etc.

Aucun parti parlementaire, aucun fond public ou gros sponsor privé n’a soutenu ce référendum. (al kio utilas la partioj ? ĉu ne teorie ili reprezentu la popolon ?) Ce sont plusieurs milliers de «simples» citoyens qui ont financé et accompli l’énorme travail d’envoyer et de distribuer bénévolement à nos concitoyens un total d’environ 900 000 feuilles d’informations et de nombreuses autres documentations en sacrifiant des journées, des semaines ou même des mois de leur temps. De toute évidence, nous n’avons de cette manière et par nos activités sur Internet et les médias sociaux pas pu atteindre une majorité des 6,4 millions d’électeurs autrichiens du pays, si bien qu’au moins un tiers sinon la moitié de ces personnes n’ont pas eu connaissance de ces activités et n’avaient donc aucune idée où et quand on pouvait s’inscrire. Le plus grand scandale a résidé dans le fait que l’Agence de presse autrichienne (APA) n’ait porté aucune attention à ce mouvement populaire. Lors du référendum initié par le gros industriel Hannes Androsch au sujet de la formation, elle a publié et diffusé à tous les médias près de 70 communiqués d’information détaillés pendant plusieurs mois, alors que le référendum pour la sortie de l’UE n’a eu droit qu’à 6 communiqués. Cependant la chaîne télévisuelle ORF a encore battu ce record: N’a-t-elle pas informé sur ce référendum pendant 1,2 heures? Non, ce furent uniquement 1,2 minutes!

Ceci étant dit, il est clair que ce référendum, organisé et mené à bien uniquement par un mouvement populaire, a été un grand succès. Il transmet une mission claire aux partis parlementaires: exiger du gouvernement, lors du débat officiel de cet automne, un engagement ferme d’organiser une votation populaire (ĉar Aŭstrio havas la ŝancon, kiel Svislando, disponi pri popoliniciataj referendumoj) sur la sortie de l’UE selon le texte de ce référendum signé par plus d’un quart de million d’Autrichiens.
Renate Zittmayr, Hofkirchen im Traunkreis (Membre du comité hors-partis du référendum sur la sortie de l’UE)

(Traduction Horizons et débats)

horizons-et-debats.ch/index.php?id=4676

EN FRANCE IL Y A FRANCOIS ASSELINEAU
François Asselineau invité du Grand Forum sur Radio France-Maghreb 2 - Union Populaire Républicaine | UPR

39.jpg

Danielle Charest

voilà le lien, il faut cliquer dessus pour aller voir la vidéo en question :
http://www.dailymotion.com/video/x51w0m_haro-sur-les-fume...

 


 

 

si par un hasard extraordinaire ou une connaissance hyper-pointue des truc pour "trifouiller" l'informatique, vous arrive à télécharger cette vidéo (ou même simplement à la visionner !!!!!!), copiez-là et gardez là précieusement, dans notre époque de censure informatique hystérique et stakhanoviste la liberté d'expression ça devient une lutte à mort !http://www.amazon.fr/Haro-sur-fumeurs-Danielle-Charest/dp/2841149226

et lisez bien :  Enfin, troisième vertu, elle replace la stigmatisation sociale des fumeurs dans le cadre plus large du grignotement progressif des libertés, la réactivation de concepts datant d’un autre âge par les néo-croisés d’un ordre moral prohibitionniste et infantilisant, dont le discours tronqué est relayé au quotidien par une armée de citoyens, “gendarmes autoproclamés du tabac [qui] ont le sentiment du devoir accompli, d’une participation concrète au mieux-être collectif, d’un acte de bravoure valorisé et même d’intégration sociale“.

 

http://www.futurquantique.org/2010/04/07/fumer-ne-tue-pas/

la femme qui a vécu 159 ans en fumant des cigarettes parfumées au clou de girofle : https://es.wikipedia.org/wiki/Turinah 

Et un hommage à Compay Segundo un des plus vieux fumeur (n'en déplaise aux ayatollahs du sabre et du goupillon)

phpwFnP0T

Métissé noir et andalou, ce fils de cheminot a toujours baigné dans la musique. Clarinette, violon, il finit par inventer sa propre guitare, l'harmonico, comptant sept cordes au manche. A trente ans, il s'impose à Cuba comme l'ambassadeur du son . Cette musique rurale de la fin du siècle dernier; le père de tous les genres cubains, était alors détrônée par le mambo, le cha-cha-cha et surtout la salsa. Sa musique, comme pour nombre de Cubains, ne lui permet pas de vivre. Toute sa vie, l'artiste exercera le métier de  torcedor, rouleur de tabac. C'est le métier le plus noble qui soit pour un Cubain, expliquait-il alors.
Son nom
Francisco Repilado devient Compay Segundo en 1948. Il crée, avec son ami Lorenzo Hierrezuelo, le duo Los Compadres (les compères). Il interprète alors la seconde voix, dite segunda. Chaque jour, le groupe passe en direct à la radio. Les proverbes, traits d'humour et allusions gaillardes qui émaillent leurs textes les rendent très vite populaires dans les milieux pauvres et paysans de l'île et en République dominicaine. Le speaker radiophonique baptise les chanteurs; Compay Primero et Compay Segundo . En 1952, le groupe se sépare sur un contentieux de droits d'auteur et le chanteur garde son surnom.
La magie du succès
En 1987, Chan chan, son plus gros succès, détrône dans les bars de La Havane le traditionnel Guantanamera. Mais ce n'est qu'une fois octogénaire que la carrière de Compay Segundo prend une ampleur internationale. Son album Antologia, enregistré en Espagne, lui ouvre les portes des salles de concerts européennes. Et en 1997, le guitariste américain Ry Cooder a une idée de génie. Il décide d'enregistrer à Cuba des musiciens dont il possède de vieux 78-tours : Ibrahim Ferrer, Ruben Gonzalez, Eliades Ochoa et Compay Segundo. L'album reçoit un Grammy Award et en 1999, le film qui retrace l'aventure de cet enregistrement, réalisé par le cinéaste allemand Wim Wenders, finit d'accomplir le prodige. La déferlante Buena Vista Social Club s'abat sur les ondes et les écrans noirs du monde entier.
Retraité actif
Détenteur de la distinction Félix Varela, la plus haute décoration artistique cubaine, Compay Segundo se produit dans les plus belles salles au monde (Olympia, Carnegie Hall, Albert Hall...). Dans son dernier enregistrement, intitulé Duettos, il chante aux côtés d'artistes tels que Charles Aznavour, Césaria Evora, Pablo Milanes ou encore Antonio Banderas. Très attaché à son île, il ne manque pas de retourner à La Havane, dans la villa que lui a octroyée le régime.
Cure de jouvence
Le chanteur-compositeur attribuait son maintien impeccable et sa joie de vivre à ses passions : la musique, certes, mais surtout le cigare (un Cohiba doble corona), les fleurs, le rhum et les femmes. Il comptait sur la longévité de sa grand-mère, une esclave affranchie morte à 115 ans, qui lui avait appris à fumer le cigare avant même qu'il ne sache lire. L'oeil qui frise sous son panama blanc, Compay Segundo nous aura fait vibrer jusqu'à sa dernière heure.

http://www.dailymotion.com/video/x51w0m_haro-sur-les-fume...

 

10/01/2017

citations supplémentaires - 9

 

"Je sais que j'écoute l'autre quand je ne sais pas ce qu'il va dire."

André Agard-Maréchal

 

« Il est doux de se souvenir. … Les morts sont si légers hélas ! »

France (Anatole)

MORT

« J'avançai mes lèvres. L'espèce de froid que je sentis n'a pas de nom et n'en aura jamais. »

France (Anatole)

MORT

« Je suis convaincu qu’il y a plus de menaces contre la liberté des Américains dans un rayon de 10 miles autour de mon bureau sur Capitol Hill qu’il n’y en a dans le reste du monde. »

Ron Paul

MONDE ACTUEL

« La franchise ne consiste pas à dire ce qu'on pense, mais à penser ce qu'on dit »

Coluche

 

« C'est pas parce qu'ils sont nombreux à avoir tort qu'ils ont raison »

Coluche

 

« Camoëns avait pris pour devise : je ne dirai jamais que la vérité. On trouvera donc naturel qu’il ait vécu dans l’exil, dans les prisons et dans la pauvreté. »

Herriot (Edouard)

VERITE

Quand Sarkozy a dit “travailler plus pour gagner plus “ il ne voulait pas dire pas que ce seraient les mêmes personnes celles qui qui travailleront et celles qui gagneront ! » 

?

HUMOUR INTELLIGENT

« On crèvera de la disparition de la pitié, on n’en veut plus. »

La Varende

MORALE

« La création d'un Etat juif, signifierait un suicide national prémédité »

Buber (Martin)

Mots historiquement révélateurs

« Les naïfs,  les crédules, les indifférents et les lâches constituent le combustible qui alimente l'enfer de souffrances, d'injustices et d'humiliations qui consume notre humanité. »

anonyme

POLICIERS

« Le poète est un anarchiste aristocrate »

Cocteau (Jean)

POESIE

« Je vous donne la définition du poète en deux mots : Un homme qui tâche de mette sa nuit en plein jour. »

Cocteau (Jean)

POESIE

"Cuando hablo de los hambrientos, todos me llaman cristiano; cuando hablo de las causas del hambre, me llaman comunista"

Helder Camara (Don)

POLITIQUE

« Je voudrais avoir affaire à des personnages qui deviendraient lucides de leur partie divine en sachant qu’elle ne vient pas des Dieux. »

Malraux (André)

HOMME

« L’action est une gale, on se gratte et c'est tout. »

Montherlant (Henry de)

VIE

Confesso que me dá certo tremor d'alma o pensamento inevitável de que, com uns meses, uns anos mais, algum sucessor meu, também vergando nossa veste talar, aqui estará, hirto, no cumprimento do mesmo rito para me recordar.”

Darcy Ribeiro

(élu à l’Académie brésilienne prononçant son discours d’admission)

VIE

« Tout est néant dans le monde, jusqu’à mon désespoir »

Léopardi

COSMOS

«Quand les hommes ne peuvent changer les choses, ils changent les mots»

Jaurès (Jean)

MONDE ACTUEL

« On revient avec le crédit à une situation proprement féodale, celle d’une fraction du travail due d’avance au seigneur, au travail asservi. »

Baudrillard (Jean)

POLITIQUE

« Le capital est du travail accumulé. Seulement, comme on ne peut pas tout faire, ce sont les uns qui travaillent et les autres qui accumulent. »

Detoeuf (Auguste)

POLITIQUE

« La guerre … Des hommes qui ne valent pas de vivre. Et des idées qui ne valent pas qu’on meurent pour elles. »

Montherlant (Henry de)

 

« Un acte n’est rien sur le moment. Mais il suit le cours de la rivière, il est encore là, au loin, bien au loin, toujours là ; il traverse des pays et des pays ; on le retrouve quand on n’y pensait plus, et où on l'attendait le moins. Est-ce juste, cette existence interminable des actes ? Je pense que non. Mais cela est. »

Montherlant (Henry de)

 

« Si la douleur poussait de la fumée comme la flamme, la terre vivrait dans une éternelle nuit »

Montherlant

(Henry de)

 

«la vie un théatre (qui) … manque de régie à un point incroyable. Ceux qui doivent y mourir d’amour, quand ils y arrivent, c’est péniblement et dans leur vieillesse. »

Giraudoux (Jean)

VIE

« C’est le grand avantage du théatre sur la vie, il ne sent pas le rance … »

Giraudoux (Jean)

ART

I can hire one-half of the working class to kill the other half."

Jay Gould

POLITIQUE

Il ne faut jamais avoir plaisir si vite” (Ferrante à Dona Ines)      

Montherlant (Henry de)

VIE

 "et c'est déjà beaucoup si l'on a pu faire soi-même cette dérisoire maison de briques, meublée de souvenirs, où il arrive parfois que l'on s'endorme."

Camus (Albert)

MAISON

« Les révolutions n’ont généralement pour résultat immédiat qu’un déplacement de servitude »

Le Bon (Gustave)

POLITIQUE

« j’ai déjà remarqué ceci : les horreurs sont supportables tant qu’on se contente de baisser la tête, mais elles tuent quand on y réfléchit. »

Remarque (Erich-Maria)

VIE

(commentaire d’une photo)
« Quelle énergie du reste, même chez ces humains sans demeure ! Dans ces bras, ces mains ; même chez ces vieilles femmes attablées : des regards farouches, des bouches serrées, des cheveux drus sous un foulard.
Et tout cela pour rien : un pur goût de tenir bon, de survivre.* »

* (partout en fait, et tout le temps, c’est ça la vie)

Sallenave (Danièlle)

VIE

«  Que serait-ce qu’être fidèle si on n’était fidèle qu’à ceux qui vous aiment ? »

Montherlant (Henry de)

VALEURS

« Loin de moi de vous oublier, chiens chalereux. Comment me passerais-je de vous ? Vous me faites sentir le prix que je vaux. Un être existe donc encore pour qui je remplace tout ? Cela est prodigieux et réconfortant »

Colette

ANIMAUX

« La haine peut être perspicace. Mais jamais au sens le plus grand. Seul l’amour possède un horizon »

Ekelund (Whilelm)

 

«Faut-il trahir son idéal parce qu'on s'aperçoit qu'on ne peut pas en vivre ?»

Ekelund (Whilelm)

 

«Ta main sur mon coeur
La pluie sur nos matins »

Gréco (Juliette)

AMOUR

« Lorsqu’on éprouve les sages, il en est peu q’uon trouve parfaits »

Egypte antique

HOMME

« Même la petit joie fait vivre le cœur »

Onkhchechonqy
Egypte Vè siècle av J-C

VIE

« Il s’agit moins de rechercher la vocation que chacun croit devoir s’adapter et cadrer avec lui-même, que de faire une vocation de la place utile où le sort ou la providence ou notre volonté nous ont mis »

Unamuno (Miguel de)

VIE

« La femme ? Machine à sourire, statue vivante de la stupidité. Parlez à sa raison, son regard flotte au hasard. Insistez, elle baille derrière l’éventail. »

Lammenais

FEMMES

« Il y a des fous partout, même dans les asiles »

Shaw (Georges Bernard)

Humour intelligent

« Prêter aux bêtes des lueurs d’humanité, c’est les dégrader »

De Gourmont

(Rémy)

Humour intelligent

« Ce qu’on nomme le cafard n’est souvent qu’une éclipse de nos illusions et un éclair de notre lucidité. »

Capus (A.)

VERITE

« La nuit totalitaire ne tombe pas tout d'un coup sur les gens. D'abord vient l'ambivalence, puis l'engourdissement, puis la botte. »

Bageant (Joe)

SOCIETE

« Celui qui n'est plus ton ami ne l'a jamais été »

Aristote

AMOUR

« Il n’est pas de témoignage de culture qui ne soit en même temps un témoignage de barbarie »

Benjamin (Walter)

 

« La Raison est totalitaire »

Adorno (Thodor)

 

"Je n'ai vraiment l'impression que je suis libre lorsque je suis enfermé
lorsque je fais tourner la clef ce n'est pas moi qui suis bouclé ce sont
les autre que j'enferme ! "

Guitry (Sacha)

INDIVIDU

« le civilisé tue plus et avec plus d’hypocrisie que l’anthropophage »

Arnaud-Aaron Upinsky

POLITIQUE

"Ce qui vous fait peur vous détruit, alors pourquoi s'en occuper ?"

Hain (Christoph)

MORT

« Auparavant, un antisémite était quelqu’un qui haïssait les Juifs. Mais de nos jours, un antisémite est quelqu’un que les Juifs n’aiment pas.»

Meyer (Hajo)

MONDE ACTUEL

«L'âge adulte, c'est de l'enfance pourrie.»

Cau (Jean)

ENFANT

« toute avancée de la science se sédimente tôt ou tard en croyance indiscutée »

Lainé (Michaël)

SCIENCE

« Les valeurs, la morale (peu importe le nom qu’on leur donne) agissent également comme l’idéologie au sens d’Althusser : elles fournissent une grille de lecture prête à l’emploi, où les réponses précèdent les questions. »

Lainé (Michaël)

 

« Plus il y a d'interdits dans le monde, et plus l'esprit du peuple s'appauvrit.Plus on publie de lois et de décrets et plus il y a de voleurs et de brigands » 

Lao Tseu

POLITIQUE

« L'amour, l'amitié, c'est surtout rire avec l'autre »

Arletty

AMOUR

« la femme a une propension à se conduire, dès que les circonstances le lui permettent, selon les canons les plus éprouvés du code bourgeois : mépris de la pauvreté considérée comme un vice, préférence donnée donnée à la médiocrité intellectuelle si elle s’accompagne d’aisance plutôt qu’à la valeur dépourvue de moyens, passion sans frein pour les apparences sociales, recherche de l’approbation des autres et non de la sienne propre. »

Ganne (Gilbert)

FEMMES

« la femme régnante est le plus féroce, le plus borné, le plus mesquin des maîtres bourgeois : enseignez-vous auprès des bonnes. »

Ganne (Gilbert)

FEMMES

« la menace du plus fort me fait toujours passer du côté du plus faible »

Chateaubriand

INDIVIDU

« Au surplus, les champs de carnage sont partout; au cimetière de l'Est, à Paris, vingt-sept mille tombeaux, deux cent trente mille corps, vous apprendront quelle bataille la mort livre jour et nuit à votre porte. »

Chateaubriand

MORT

« Les hommes n’ont malheureusement pas le privilège inflexible des chats : garder en toutes circonstances la fierté, la dignité et l’indépendance. »

Ganne (Gilbert)

 

« Un être qui se sait mortel ne peut pas être heureux »

Ganne (Gilbert)

MORT

« L'oppresseur ne se rend pas compte du mal qu'implique l'oppression tant que l'opprimé l'accepte. »

Thoreau (Henri David)

 

« Of all tyrannies, a tyranny exercised for the good of its victims may be the most oppressive. It may be better to live under robber barons than under omnipotent moral busybodies. The robber baron's cruelty may sometimes sleep, his cupidity may at some point be satiated; but those who torment us for our own good will torment us without end, for they do so with the approval of their own conscience. »

C. S. Lewis

  MONDE ACTUEL

un petit sphinx souriant, allongé dans une prairie parsemée de crocus. A quoi sourit-il? Aux fleurs qui poussent effrontément jusqu'entre ses griffes ? Mais non. Son sourire, comme tous les sourires égyptiens, ne s'adresse pas aux choses de la terre et son regard scrute un mystère que nos yeux ne peuvent apercevoir

Benoist-Méchin

EGYPTE

 

  Les 1436 CITATIONS, ICI

09/01/2017

Question rentabilité, travail, société, n'est-on pas en train de faire tragiquement fausse route ?

D'abords plongeons-nous dans un autre pays, en Inde par exemple; ici dans un hôtel, mais ce serait tout aussi valable pour d'autres pays et d'autres types de services:

" une multitude de serveurs en chemises à carreaux, de porteurs, de gardes en tenue kaki qui sommeillent devant les pavillons.
Dans la gestion néolibérale des entreprises, et du type de société que veut nous infliger l'Union Européenne, on économise sur le nombre d’employés et, tout en culpabilisant les exclus, on presse sans pitié l’énergie de ceux qui ont la « chance » de travailler. Ce n’est apparemment pas la stratégie du New Woodlands. Ici des centaines d’employés travaillent peu (même s’ils font beaucoup d’heures) pour gagner peu, dans la bonne humeur." (blog : Celestissima)

Oui je remarque ce fait.  Voilà je crois quelque chose d'important (mais quand, quand les gens, intoxiqués, s'en rendront-ils compte? Bon, après trois décennies d'adoration des supermarchés (plus économiques !) quelques uns commencent à Boycotter les Grandes Surfaces, alors peut-on espérer ?) quelque chose donc de très important :
On nous a tellement,  tellement culpabilisés sur les emplois "peu productifs" à supprimer sans pitié et d'urgence !! à remplacer par des machines, qu'on est maintenant devenus incapables (ou alors avec un terrible sentiment de culpabilité !...) de penser autrement. Mais ne voit-on pourtant que le résultat  en est, outre un chômage féroce, brisant des vies (et des ménages...) créant sur le marché du travail une féroce inégalité du demandeur face à l'offrant, faisant des travailleurs stressés, précarisant ! Précarisant le client aussi ! qui cherche deséspéremment une station-Service pour sauver sa voiture de la panne sèche, ou un guichet qui pourrait le renseigner, ou un être humain au bout du téléphone, etc, etc, etc.

Dans de nombreux pays un des facteurs de décomposition et d'introduction du "traitement de choc" idéologique, rentable (pour certains intérêts étrangers) et surtout dévastateur, fut les critiques de la part des jeunes "professionnels" (au sens anglais du terme  !) envers le bas niveau de productivité engendré par la politique de plein emploi Mais justement avoir dans un pays une situation n'est-il pas quelque chose de PLUS IMPORTANT que d'avoir un haut niveau de productivité ? hein ? il faudrait peut-être poser la question ? Surtout que les statistiques globales des pays, Occidentaux, grande Bretagne par exemple (http://www.retbutiko.net/ie/ero/sofa ) montrent que la somme des richesses produite par les travailleurs est presque le double de la somme des salaires directs et indirects qu'ils reçoivent : conclusion dans une société NORMALE, sans exploitation de l'homme par l'homme, ou bien les travailleurs devraient avoir un niveau de vie double, ou bien travailler deux fois moins, ou encore avoir une productivité deux fois inférieure !  

Bref à cela une question de bon sens : ne vaut-il pas mieux payer des tas de gens à "travailler peu pour gagner peu dans la bonne humeur" que de payer des chômeurs humiliés, controlés, précarisés, à ne rien faire (sinon faire semblant de chercher un travail qu'on leur refusera !) ?
N'est-ce pas plus sain, et pour les intéressés ET pour la société la première solution ? Et ne serait-il pas plus agréable, et sécurisant, pour tous de vivre dans une société où il y a des pompistes, des services qui REPONDENT au téléphone au lieu de vous faire perdre votre argent et votre temps pour rien ! des employés, qui à l'occasion attendent en tricotant derrière leurs guichets, mais sont, justement là, sur lesquels on peut compter, dans une société équipée, et où il n'y aurait pas toute cette délinquance, ce cercle vicieux de violence et de contrôles, et d'humiliations, et de stress, créés par ce pressurage à la "rentabilité". Si l'économie était politique et sociale (c'est ce qu'elle doit être, ce qui est sa RAISON D'ETRE, pourtant !) et non monétaire et spéculative.
Ne croyez-vous pas que bien des gens préféreraient largement être payés peu à faire des petits boulots pas forcément très intenses (tant mieux !) ni très productifs mais, qui représentent un STATUT, une PLACE dans la société, que de "galérer" (et trembler de peur à la radiation!) ou se sentir humiliés à mendier une allocation ou un RMI?

Mais je crois que certains intérêts et certains esprits, et certaines idéologies, préfèrent la deuxième solution.
Certains appellent ça le "Libéral-Fascisme" http://www.syti.net/Topics.html

 


 http://www.humanite.fr/tribunes/jean-claude-michea-pas-de...

 

08/01/2017

une vidéo qui démonte les mensonges et l'ignoble hypocrisie des européistes

elle dure 3 heures mais elle en vaut la peine. Par exemple regardez à 2H 34 ! où vous verrez le degré d'hypocrisie et d'égoïsme de ces fameux européistes qui esayent de vous terroriser pour mieux vous tenir.

"ceux qui veulent faire peur aux français en agitant la menace de la "fermeture des frontières" en cas de sortie de l'UE sont les premiers à construire des frontières d'une extrème cruauté, où des centaines de migrants meurent chaque année"


les larbins n'oublient pas de bien s'applatir devant leurs maîtres : www.upr.fr/communiques-de-presse/association-quebec-franc...

07/01/2017

le statut de la fonction publique bien loin d'être un scandale doit être le modèle à étendre !

"ce n'est pas de l'utopie, c'est une fidélité active à notre histoire"

le penseur de la gauche du futur le voilà, c'est lui ! redressons-nous