Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/08/2016

sur tous les plans et de bout en bout de la filière c'est HORRIBLE et IMMORAL ! - terura mondo

C'est écrit en Espéranto ! eh bien voilà une motivation pour l'apprendre    eh eh ! (oh et puis si vous cherchez sur internet ces infos vous les trouverez certainement quelque part en français).

En la malriĉaj landoj de Afriko, kiel Madagaskaro, estas vendataj al homoj "kokidaĵon" farita de partoj ne vendeblaj en niaj riĉaj landoj ! Do jen, trovita en teksto de tiu retejo http://mas-eo.org/ plia konfirmo :

Per subvencioj de plurmilionaj eŭroj el publikaj kasoj antaŭ kelkaj jaroj oni konstruis en Wietze en Malsupra Saksujo (nordokcidenta Germanujo) kokbuĉejon, en kiu en ĉiu horo oni mortigas 24.000 kokojn kaj ĝisfine prilaboras ilin. Tie laboras 380 homoj kaj eble kromaj 20 kiel gardistoj (ĉar kontraŭ tiu buĉfabriko okazis kelkfoje konsiderinda rezistado ....) ‒ do entute 400 homoj. Sur la eŭropaj merkatoj, el la bestoj, kiuj estas altproduktive mortigataj (altproduktiva mortigado, hm tio memorigas ion, ion historia ...) kaj prilaborataj, oni vendas precipe brust-fileojn kaj femurojn. Same kiel ĉe aliaj kampkulturaj fabrikoj, la ĉi tie ne valorigeblaj partoj iras tien, kie ankaŭ la kokvisceraĵoj ‒ do la resto, kion la kapitalismaj prosperaj socioj rifuzas ‒ estas ankoraŭ vendeblaj. La gazeto Die Zeit la 20-an de januaro 2015 atentigis pri tio, ke la eksportoj de kokidaĵo el la Eŭropa Unio (EU) en afrikajn landojn ekde 2009 preskaŭ triobliĝis ‒ al ĝis nun 592.000 tunoj.

Kontraŭ tiaj amasimportoj de industrie produktitaj nutraĵoj etkampuloj en Afriko kaj Azio havas nenian ŝancon. La kampkulturistoj en Afriko, raportas la gazeto, havas produktadkostojn de 1,80 eŭroj por ĉiu kilogramo ‒ sed eŭropa kokidaĵo kostas nur la duonon. Rezulte, la precipe junaj homoj, kiuj antaŭe laboris en la kamparo, svarme fariĝas senlaboraj kaj senperspektivaj. Simila situacio fariĝis por produktantoj de vestaĵoj aŭ de meblaroj.

La lastan instigon por la milionopa migrado, kiu nun komenciĝas, donas la militaj konfliktoj. Sed tiuj disvolviĝas sur la bazo de ekonomia disfaligo de tutaj mondregionoj. La ŝtatoj de Okcidenteŭropo bombis Afrikon per malmultekosta viando kaj armiloj kaj ricevas kiel respondon la senlaborigitajn homojn, kies vivo estas minacata. Oni povus nun diri, ke la afrikanoj, kiujn la kokbuĉejo en Wietze senlaborigis, survojas por tie akiri unu el la tie ekzistantaj 400 laborlokoj.

terura mondo en kiu ni vivas !

27/08/2016

la différence entre les hommes et les femmes c'est ça

*différenceFEMMES-HOMMES.jpg

 

*

25/08/2016

tiens tiens ces maneuvres de césar durant la guerre des Gaules ça ne rappelle pas des choses, contemporaines ?

des choses et des tactiques qui se sont déroulées en France, et ailleurs, à notre époque ?

et il  y a là des psychologies et des comportement hélas bien connu, non ?

ah ah ! les jeunes cadres sup' anglomanes aux dents longues !

les "young leaders" par exemple ...

remarquez au passage, chose qu'on apprend rarement - en fait jamais ! Tiens au fait, pourquoi ? - le temps de nous préciser dans les livres d'histoire, Vercingectorix rassemblait "les gens mourant de faim (tiens ? il y en avait ? à cause de quoi ? de qui ?) et les misérables"
hélas il est trop tard pour en retrouver les documents, mais une histoire de la luttes des classe en Gaule serait donc nécessaire ?

bon, et maintenant écoutez cette vidéo :

 

24/08/2016

une émission historique, quelque chose de grand est en train de se lever en France

comme a dit quelqu'un : "L'UPR devrait être une matière enseignée à l'école, car elle fait aimer l'histoire, le droit, l'économie, la sociologie, la politique... Elle donne envie d'apprendre, encore et encore. Le niveau de culture politique et générale de ses membres est incroyable !"

je conseille en particulier la période de la 38è à la 51è minute.
(remarquez au passage le lapsus providentiel d'Asselineau quand il a voulu dire "votez pour nous" il a dit "votez pour vous" eh oui ! c'est tout à fait ça http://smileys.surlatoile.org/repository/Content/yahoo-supercontent.gif en votant pour l'UPR les français voteront pour eux-mêmes !! enfin ! Les dirigeants de la France doivent être les employés du peuple français, ils ne doivent pas être les employés de Goldman-Sachs, G.P. Morgan et autre prédateurs capitalistes.


Presque toutes les phrases de Asselineau mériteraient d'être utilisées en gros titre de ce billet !!

et voici l'opinion de Chouard sur l'Union "Européenne" : "il faut sortir de ce piège à rat .... l'union européenne c'est le fascisme 2.0 voulu par les banquiers et les multinationales, comme l'avait été déjà le premier fascisme"

*

Et maintenant la dernière vidéo de François Asselineau, où il traite en détail de l'histoire du FN, nous explique en 50 seconde pourquoi les humains préfèrent la vérité, sujet de philo brossé magistralement, où à partir de la 53ème minute fait un portrait cinglant mais hélas tout à fait exact du bilan de Hollande, etc.


Tant que les français ne se seront pas ressaisis, tant qu'ils ne se seront défait de cet état d'hypnose dans lequel les grands médias les tiennent ....

22/08/2016

les cercopithèque comme Gilgamesh .....

Elian-J Finbert in « les plus belles histoires de singes et d’éléphants » p. 82

 

Un cercopithèque résigné à la captivité se donna pour ami un calao, oiseau que l’on sait remarquable par l’invraisemblable dimension de son bec. Tous deux se lièrent tout de suite. Le singe sans faire de grandes différences entre la plume et le poil, se plaisait à débarrasser l’oiseau de ses parasites et l’oiseau hérissant complaisamment ses plumes, montrait assez que cette opération ne lui déplaisait pas. Entraîné par ses recherches, il avait beau parfois tirer son ami un peu trop vivement par le cou, par la queue ou par les pattes, l’oiseau endurait tout, venait la retrouver et finit par ne plus jamais s’éloigner de lui.

La mort du calao rompit cette amitié. En se retrouvant seul, le singe devint triste. Mais sur ces entrefaites, un jeune singe perdit sa mère. Dès que ces deux délaissés furent mis en présence l’un de l’autre, on eût pu croire qu’ils se reconnaissaient à leurs malheurs. Le cercopithèque ouvrit les bras et l’orphelin courut s’y jeter et faillit être étouffé de caresses. Ce furent des embrassements sans fin et d’interminables grognements de joie. Presque immédiatement, le singe plus âgé se mi à nettoyer le pelage trop négligé de son fils adoptif, car à partir de ce moment il se conduisit en père à l’égard de l’orphelin qui, de son côté, obéissait exemplairement à son bienfaiteur et lui témoignait un profond attachement. Faisait-on mine de les séparer, ils devenaient furieux, et les séparait-on effectivement, sa tristesse était navrante. La mort, hélas ! Les sépara après quelques semaines

Il n’y a pas de mots pour peindre la douleur du singe. Il pressait dans ses bras le corps du petit, le caressait, lui susurrait les sons les plus tendres, l’asseyant à la place qu’il avait préférée et, le voyant retomber à terre sans mouvement, se mettait à pousser des cris plaintifs. Ressaisissant la petite créature, il essayait de nouveau de la ranimer et les mêmes scènes de désolation recommençaient. Ses plaintes avaient un accent si désespéré que tout le monde en était attendri. Au bout de quelques jours, comme le cadavre se décomposait, on l’enleva. Il le fallait bien et on le lança par-dessus un mur très élevé. Ce que voyant, le cercopithèque se démena si terriblement qu’en un instant il brisa sa laisse et en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, on le vit rapporter dans ses bras le cadavre de son ami. On le lui reprit et on alla l’enterrer au loin. Une heure plus tard, le cercopithèque avait disparu !

21/08/2016

les nuages et le libéral-fascisme

Les nuages, ça doit mettre les européistes, les capitalistes, les nouveaux "calotins" et tous ce genre de gens en rage ! ils doivent très fort regretter de ne pouvoir les supprimer, ils vont certainement plancher là-dessus. Pensez ! les nuages se déplacent librement, et en plus ils prennent la forme qu’ils veulent ! scandaleux ! anti-hygiénique ! c’est une "violence" ça ! et puis ils  ne sont pas brevetés : inadmissible ! insensé ! ils ne sont pas sous copyright ni l’objet de  "propriété intellectuelle", c’est un scandale ! c’est du "terrorisme" !  c’est dommage de ne pas pouvoir les tazer. Et on n’a pas encore réussi à les privatiser et à en faire un marché : c’est une lacune insupportable et criminelle !

Et, donc ils ne sont pas soumis aux normes européennes ! et même, y échapperaient à chaque instant, inacceptable ! à proscrire, il y a même des gens qui les regardent, et avec plaisir en plus : une conduite « addictive » ! une « dépendance ». Au moins on va pouvoir les mettre en prison eux, « pour des raisons de sécurité » bien sûr. Je sens que faute de mieux ils vont bientôt voter une loi là-dessus , en commençant par les automobilistes …...

(et tout c'est n'est pas de la fiction ! dans la réalité il y a par exemple ça : https://sites.google.com/site/grandprixubu2009/ )

20/08/2016

dernière lettre

*voici la dernière lettre que j'ai reçue de mon oncle, en 2005 :

dernièrelettredemononcle_en2005.jpg

*remarquez que ça révèle la nature des hommes (= le sexe masculin - pas les femmes !) derrière des apparences souvent "ours", silencieuse, ou maladroites, et conforte le fait que ce sont eux qui sont sentimentaux et véritablement ouverts aux autres êtres.

 

 

*

18/08/2016

du tre trafaj poemoj

kiuj metas onin en marojn da meditadoj


« Soleco havas dornojn [tio facile kompreniĝas, mi pensas]
Mi tre amas la solecon
ĉar ĝi similas al rozoj. »
(Angel arquillos)
ne nur pro la dornoj, soleco estas stato kie eblas flari parfumojn de aĵoj ne flareblaj alimaniere,.
Do ankaŭ mi povas diri tiun poemon

 

) ankaŭ :
« Sub olivarb'
amoras mi
kun mia am' »
(Angel arquillos)
videblee ĝi ne aludas al vera amorado (kvankam tio estas bona kaj laŭdinda ! Mi tre ŝatas kaj alte metas lian poemon « Bela momento ») sed estas ludo kun la am' , ia Valery-a eble, la am' kiun povas naski la vido de folioj de olivarbo, aŭ simila loko. Speco da pleneco kaj transcendo de amo.

 

 

17/08/2016

je suis catégorique

- Une ville où les églises ne sont pas ouvertes n’est pas une ville.


       - Une maison dont les fenêtres ne sont pas ouvertes n’est pas
une maison.

          - Une route où on ne peut pas s'arrêter sur le bas-côté n’est pas une route.

15/08/2016

j'aime beaucoup cette citation de Susan George

 

« c'est le contraire du stoïcisme, parce que le premier principe du manuel d'Epictète consiste à ʺ distinguer ce qui dépend de moi et ce qui ne dépend pas de moiʺ. Or moi, j'agis comme si tout dépendait de moi, ou j'essaye »

D'abords moi non plus je n'apprécie guère le stoïcisme    (qui d'ailleurs ressemble fort à la pensée « psychologiquement correcte » actuelle et au freudisme), et puis « agir comme si tout dépendait de soi » c'est fondamental à la morale. (et puis c'est en d'autre termes exactement la première loi de la raison pratique selon Kant). Par exemple la bonne façon de voter c'est d'agir comme si le résultat de l'élection dépendait de soi (sinon on ne va pas voter !      , et si tout le monde fait pareil, la démocratie est foutue - et les européistes sont bien contents, et le grand capital, c'est ce qu'ils souhaitent : que les pauvres ne votent plus!), pareil pour le choix du vote, trop de gens s'abstiennent de voter pour le vrai parti de leur choix, car ils se disent « personne d'autre ne fera pareil, ça ne servira à rien", mais le résultat c'est que c'est une prophétie auto-réalisatrice ça crée un cercle vicieux, tandis que ….
pareil pour tout.

Et en fait quand on y pense bien c'est un principe universalisable : le scientifique, le rationaliste, agit comme si tout dépendait de lui dans sa méthode de raisonnement, etc. Et aussi et surtout en métaphysique. Le Pari de Pascal c'est ça aussi ! En effet celui qui parie, il sait très bien (puisque c'est un pari !) que son choix ne déterminera pas ce qui sera finalement réel, (vous pouvez croire tant que vous voulez au père Noël, ça ne le fera pas exister davantage), mais en choisissant, en pariant, il fait au fond comme si tout dépendait de lui.