Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/11/2018

La pathologisation de la diversité humaine j'te dis pas !!

des exemples ? il y en a plein, on ne voit plus que ça. écoutez les discours, analysez les mesures, etc.

(alors que le discours officiels de nos maîtres n'arrêtent pas de nous bassiner avec une officielle "diversité" qui n'a strictement rien de divers, tous juste une petite diversité d'origine raciale, mais dont on exclus les tziganes et pas mal d'autres, en fait tous les pauvres ! car pour appartenir à leur "diversité" (sic) il faut être riche (condition sine qua non) vétus uniformément et obligatoirement de jeans américains et de maillots de corps noirs à inscription commerciales ostentatoire, savoir l'anglais, être diplomé du supérieur, boire du coca-cola "Light" à l'aspartame, chanter du rock 'n roll, être athée, être superficiel, cynique, psychologiquement correct,  "dynamique", être "think positive", ne surtout pas être pour la révolution et la lutte des classes, ne contester aucuns des dogmes de la pensée unique du pouvoir édictée par ses journaputes de service, et de manière générale ne pas trop avoir d'esprit critique ! ni prendre la vie  au sérieux (surtout pas - sauf là où le pouvoir vous somme d'être grâve et respectueux !), être "performant", ne pas avoir d'enfant (ou à la rigueur un), ne surtout pas être marié, et encore moins sentimental, être "citoyen" (ce qui de nos jours veut dire soumis et bien obéissants aux flics, flic sociaux, et tout les apparatchiks autoproclamés du régime), ne pas s'interesser à la botanique, ni à la poésie, ni à beaucoup d'autres choses pas "in", et toute une autre liste qui vous font bien alignés dans un modèle normalisé et pas du tout divers !!hutetfort

03/11/2018

Aznavour les deux guitares


02/11/2018

Lamartine peut-être le plus vrai et le plus profond de nos poètes

il n'est pas assez lu, peut-être décourage-t-il par ses longueurs et sa rhétorique, mais si on prend la peine de lire quelques phrases choisies, et de les méditer, on s'apperçoit soudain à quel point elles sont vraies, et profondes.

par exemple


Un jour, les yeux lassés de veilles et de larmes,
Comme un lutteur vaincu prêt à jeter ses armes,
Je disais à l'aurore : « En vain tu vas briller ;
La nature trahit nos yeux par ses merveilles,
Et le ciel coloré de ses teintes vermeilles
Ne sourit que pour nous railler.

« Rien n'est vrai, rien n'est faux; tout est songe et mensonge,
Illusion du cœur qu'un vain espoir prolonge.
Nos seules vérités, hommes, sont nos douleurs.
Cet éclair dans nos yeux que nous nommons la vie
Brille à peine un moment à notre âme éblouie,
Qu'il s'éteint et s'allume ailleurs.

« Plus nous ouvrons les yeux, plus la nuit est profonde ;
Dieu n'est qu'un mot rêvé pour expliquer le monde,
Un plus obscur abîme où l'esprit s'est lancé ;
Et tout flotte et tout tombe, ainsi que la poussière
Que fait en tourbillons dans l'aride carrière
Lever le pied d'un insensé. »


Je disais ; et mes yeux voyaient avec envie
Tout ce qui n'a reçu qu'une insensible vie
Et dont nul rêve au moins n'agite le sommeil ;
Au sillon, au rocher j'attachais ma paupière,
Et ce regard disait : « A la brute, à la pierre,
Au moins que ne suis-je pareil ? »


n'aurait-on pas envie de les apprendre par coeur et se les réciter chaque matin ?

01/11/2018

Une cause commune contre la mort

voici un extrait du livre de Marguerite Audoux "L'Atelier de Marie-Claire" qui nous rappelle ce dont parle Ray Bradbury dans son roman " La foire des ténèbres" nous avons une cause commune contre la mort"

L'origine de la morale !
et bien sûr la prise de conscience de l'horreur de notre condition de condamnés à mort ...

 

Un matin qu’il avait vu sortir une petite souris de la caisse à chiffons, il eut presque une colère en exigeant que Duretour allât tout de suite chercher le chat du voisin.

C’était un gros chat né dans l’appartement d’à côté et qui n’avait jamais vu de souris. On le rencontrait souvent sur le palier où il recherchait les caresses des ouvrières. Aussitôt entré, il sauta sur les machines, et il fit le tour de l’atelier en flairant dans tous les coins, puis, quand il eut tout vu, il se fourra dans un casier vide pour y dormir à son aise.

La petite souris se doutait du danger. Elle montra plusieurs fois son fin museau entre le mur et le dessus de la cheminée, mais elle n’osa pas aller plus loin. Puis comme le gros chat dormait toujours, elle s’enhardit et traversa l’atelier pour gagner la cuisine.

Elle recommença les jours suivants. Elle passait toute menue et vive avec sa jolie robe grise, et Bergeounette, qui la guettait, riait de la voir si adroite.

Pourtant le chat l’aperçut, il sauta lourdement de sa planche et s’en alla derrière elle dans la cuisine. Il revint peu après, mais son allure était changée. Il avançait avec précaution et tout son corps s’allongeait, ses yeux étaient plus jaunes aussi, et il étirait longuement ses griffes. Il fit encore le tour de l’atelier, mais au lieu de retourner à son casier, il se plaça sous un tabouret tout près de la cheminée. Il avait l’air de dormir nez sur ses pattes, mais l’une ou l’autre de ses oreilles restait constamment dressée, et l’on voyait une raie claire entre ses paupières.

La petite souris ne se pressait pas de revenir, et personne ne pensait plus à elle ni au chat, lorsqu’on entendit un cri si fin et si long que toutes les machines s’arrêtèrent et que tout le monde regarda vers le tabouret. Le chat y était encore, mais il se tenait couché sur le côté, et, sous l’une de ses pattes, allongée, la queue de la souris dépassait et traînait comme un bout de cordon noir. Presque aussitôt le cordon noir s’agita, et la souris s’échappa. Elle n’alla pas loin, le chat lui barra la route et la retourna d’un coup de patte. Elle resta un instant comme morte, puis elle essaya de filer vers la cuisine ; le chat se trouva encore devant elle.

Alors elle s’affola ; elle voulait fuir n’importe où et n’importe comment, elle tournait ou se lançait dans toutes les directions, et toujours, d’un coup de griffes, le chat la ramenait dans l’atelier. Il y eut un moment où l’on crut qu’elle allait se résigner à mourir, tant elle était tremblante et affaissée. Mais soudain, elle fit face à son bourreau. Elle s’était dressée si vite que son élan avait failli la renverser en arrière ; elle resta debout toute frémissante en agitant ses pattes de devant, tandis que sa petite gueule saignante laissait échapper des cris variés et suivis. Et chacune de nous comprit bien qu’elle accablait d’injures l’énorme monstre qui la regardait tranquillement assis en penchant la tête. Puis, comme si elle eût mesuré d’un coup toute sa faiblesse, et compris que rien ne pourrait la sauver, elle vacilla et retomba en poussant une plainte aiguë. Et cela fut si pitoyable que Bouledogue saisit le chat par le milieu du dos et le jeta sur la table. Il redescendit très vite, mais la souris n’était plus là.

Le patron retourna à sa chaise longue, et on ne sut pas s’il était fâché ou content lorsqu’il dit :

— La voilà échappée.

Mme Dalignac respira fort, et ses deux poings qu’elle tenait serrés contre sa poitrine s’ouvrirent brusquement comme si elle-même n’avait plus rien à craindre.

 

21/10/2018

lo mismo que las bestias y las flores

poème à apprendre par coeur : il est excellent, harmonieux, et important.

 

Sobre la vida y la muerte

 

Por un capricho extraño de la vida

del vientre de una madre procedemos

y en un mundo voluble (=versatile) nos perdemos

tratando de encontrar una salida

 

El tránsito es igual que una caída

al negro lodazal (=bourbier) que nadie vemos.

Llegando a cierta edad todos caemos

cumpliendo así la regla establecida.

 

Nacemos y morimos lentamente,

lo mismo que las bestias y las flores,

vadeando (=passer à gué) poco a poco la corriente.

 

Algunos, soportando sinsabores (=désagréments),

y pocos disfrutando alegremente,

pues nadie vive inmune a los dolores.

 

Angel Arquillos Lopez

 

02/10/2018

les cyniques motivations économiques (capitalistes .... bien sûr !) derrière la Secte des Adorateurs de la Mort

au passage  Coma : la voix des proches favoriserait le réveil › Cerveau › Le Journal de la Science

http://www.journaldelascience.fr/cerveau/articles/coma-voix-proches-favoriserait-reveil-4500

(la Secte des Adorateurs de la Mort, vous ne connaissez pas cette secte ? elle est pourtant au pouvoir chez les éditeurs de livres scolaires, les revues de psychologie, les maîtres à penser, (même chez les curés "horizontalistes" maintenant !), les politiques qui ne rêvent que de légaliser l'euthanasie, etc)

"L"euthanasie stade suprême du capitalisme" vous ne me croyez pas ? vous ne voyez pas le rapport ? regardez déjà ça ....

http://www.dailymotion.com/video/x1a0axg_jean-claude-mart...

et ça  http://www.alterinfo.net/Droit-a-mourir-ou-droit-de-tuer_a139754.html

et le pire c'est que cette perverse façon de penser compte plein d'adeptes chez les français-moyens....

" ... on va bientôt nous demander de soutenir la légalisation du suicide pour tous, avec l’argument mensonger de l’élargissement des droits individuels, (sic !) et de la compassion pour ceux qui souffrent. Les idéologues du totalitarisme démocratique montrent les dents. Et la corporation des croque-morts a tout intérêt à l’essor de l’euthanasie légale. Celle-ci permettra de rationaliser, de planifier, d’étaler les décès (parce qu’il y a une morte saison, celle que les jeunes et bien portants appellent la belle saison), de réduire les coûts, de diversifier les prestations, d’embaucher des psys, d’être inventifs. Une activité encore artisanale et très liée au local pourra se déployer vertigineusement. Les vieux pauvres pourront même être payés pour faire place nette, s’ils ne se laissent pas faire de leur plein gré, gratuitement. Et l’on pourra récupérer bien plus d’organes, donnés pour rien, et revendus bien cher ! Voilà des choses que l’on nous cache, derrière le slogan qui vient, celui de la liberté de mourir « quand je veux, si je veux » http://www.plumenclume.net/articles.php?pg=art1647

avec les milieux qui ont le pouvoir et la mentalité de la société actuelle L'Euthanasie ça nous pend au nez; Dans un premier temps ils vont nous conditionner et nous convaincre gentiment de la demander volontairement. Puis ceux qui ne le feront pas seront diabolisés et culpabilisés, (on parie ?!) je vois déjà les arguments qu'ils vont utiliser.
et enfin ça sera de force ou ne demandera plus leurs avis aux gens.
on parie ?
regardez cette nouvelle (soit dit en passant ça m'étonne qu'il n'y ai plus que les cathos pour s'inquiéter, alors que croyant à la vie éternelle ça devrait les laisser sereins, eux !) http://belgicatho.hautetfort.com/archive/2015/11/23/la-pi... pourquoi réservé aux plus de 70 ans ? (indépendamment de leur état de santé), visiblement il y a derrières de gens qui pensent comme Attali ! et on sent très bien, que l'étape suivante sera de les encourager à l'acheter, puis à culpabiliser ceux qui ne le feront pas. Puis.

http://www.blogg.org/blog-38767-date-2014-04-28-billet-debranchons_michael_procent-1520169.html
Xavier Lavaud : ".....

Adrien Abauzit a raison : son positionnement officiel à gauche permet au PS de mieux servir les intérêts du capital.
Prolongeant l'analyse de Cornélius Castoriadis, et de Michéa, Adrien Abauzit constate que le capitalisme s'est développé à partir de modèles anthropologiques qu'il n'a pas crées mais qui sont l'oeuvre d'autres structures, d'autres cadres.
L'Etat Républicain national a remplacé comme éducateur et protecteur, l'Eglise Catholique (qui condamnait l'usure).
Devenant, à leur tour, gênantes, "les souverainetés nationales" ont d'abord été placées sous la curatelle de l'Union Européenne.
A présent il est absolument nécessaire, pour le capitalisme, de placer les Etats sous tutelle renforcée.
Le capital pour y parvenir faire dispose de relais
La destruction des structures de résistance sociale (Eglise, Etat, Syndicats) doit être nécessairement suivie par celle de la famille elle-même.

Voici ce qu'en a dit Jacques Attali. http://fr.answers.yahoo.com/question/index?qid=2009070115...  :
"L’euthanasie sera un des instruments essentiels de nos sociétés futures dans tous les cas de figure. Dans une logique socialiste, pour commencer, le problème se pose comme suit : la logique socialiste c’est la liberté, et la liberté fondamentale c’est le suicide (sic !) ; en conséquence, le droit au suicide direct ou indirect est donc une valeur absolue dans ce type de société. L'euthanasie deviendra un instrument essentiel de gouvernement "

Tuer des enfants, vous pensez que c'est interdit ? Et non, en Belgique, c'est possible et en toute légalité... http://www.dailymotion.com/…/x276fth_laurent-louis-denonc...



L'euthanasie faisait partie des propositions du candidat Hollande. Il s'est cependant, montré très prudent voire alambiqué.
Cependant, pour le développement du capitalisme, quels sont les intérêts ?
Le troisième et le quatrième âge possèdent et donc sont la clé d'une part énorme et croissante du capital.


Naturellement conservatrices, ces populations gênent le mouvement des capitaux.
Cette question du traitement réservés aux vieux touche à une valeur traditionnelle fondamentale.


"On doit honorer ses parents, se réjouir de leur longévité, redouter qu'ils ne viennent à disparaître (...) c'est le premier des devoirs" a noté (de mémoire) Confucius.
Il y a crise, certes ! mais de quoi? du travail ? de l'emploi ou de l'argent ?
Dans cette perspective, la question des vieux est centrale.
Que veut-on vraiment : leur bien ou leurs biens ?

"Et puis, y'a la toute vieille qu'en finit pas de vibrer et qu'on attend qu'elle crève vu qu'c'est elle qu'a l'oseille".
Adrien Abauzit écrit que François Hollande "ne s'attaquera évidemment pas au capital "
Il lui reste donc à détourner les esprits vers de faux problèmes (le mariage gay, l'homo-parentalité) et à désigner un bouc émissaire.
Les vieux, à cet égard, constituent une cible parfaite."

Et maintenant, suite de la propagande destinée à préparer en douceur l'opinion.
Tiré du chapeau, surgit un nouveau « droit à une sédation profonde et continue jusqu’au décès ». Les formules utilisées entretiennent la confusion.
S’agit-il d’endormir le patient qui va mourir, ou de l’endormir pour le faire mourir ?
C’est bien un nouveau protocole euthanasique qui arrive, masqué, avec la sédation associée à l’arrêt de l’hydratation. La mort est garantie en quelques jours. L’étiquetage « fin de vie » censé favoriser l’accès aux soins palliatifs, se retourne en « arrêt de vie ». Simplement, on aura évité le mot « euthanasie » qui divise. Endormir les patients et endormir l’opinion relèvent d’une même logique politique : façon expéditive de se débarrasser d’un problème complexe, qu’on ne peut régler ni par de nouveaux protocoles de fin de vie, ni à coup de sondages d’opinion. […]
C’est finalement un choix truqué qui est imposé aux parlementaires, entre une nouvelle loi fin de vie inutile, dangereuse et déjà transgressive, abusivement présentée comme consensuelle, et la surenchère des députés de la majorité présidentielle pour l’amender dans un sens explicitement euthanasique.


étape de plus vers leur but final

08/08/2018

la logique du capitalisme, comme le faisait remarque Castoriadis non seulement ne crée pas de valeurs humaine mais les ignore

Lu l'article au sujet du livre de Jean-Claude Pressac sur les archives techniques et commerciales d’Auchwitz, cf. Zygmunt Bauman sur technique amorale et logique du capitalisme, efficacité et tout ça, et les entreprises cherchant au passage à torpiller leurs concurrentes, eh oui ! Ça aussi c'est la logique du capitalisme, comme elles doivent de nos jours aussi faire pareil sur le marché des fours crématoires pour funérariums ou celui des tests de dépistage prénatal des trisomiques,

n’est-ce pas ...

 

07/08/2018

la mort passée des autres ou celle à venir de nous-même - toujours ce lâche soulagement recherché à coup de sophismes et d'égoïsme

 Comment voulez-vous que j’ »accepte » ; ça c’est quelque chose que fait l’égoïsme humain quand  il est entouré, qu’il a d’autres êtres aimés, du bonheur, de la chaleur, etc, pour se raccrocher (et se droguer….), alors on finit par s’asseoir sur le cadavre des autres, secrètement soulagé de ne plus souffrir, en habillant ça de temps en temps d’une douce et confortable (le confort du bonheur et de l’amour qui vous reste) « tristesse », comme dans les pages d’André Comte-Sponville, se flatter, transformer, en une alchimie en fait nullement magique, l’horreur en douceur parce qu’en fait on a évacué la réalité, on l’a remplacée par une image, et cette douceur n’est rien d’autre que le confort nombrilique qui a hypocritement pris sa place. Mais quand, comme moi, on n’a rien, il n’y a pas de carburant pour l’égoïsme humain, et on ne peut pas comme ça s’asseoir négligemment sur le cadavre de quelqu’un en oubliant que c’est un cadavre.


Commentaires sur une page de Comte-Sponville

**

(je ne la reproduit pas, mais à quoi bon, c'est une page sur la mort des autres, avec le genre de discours et de sophismes qu'on a l'habitude d'entendre de nos jours sur ce sujet ! vous pouvez trouver ce genre de discours  partout .....):
Eh oui il parle bien ! mais cette musique douce et apaisée, aussi trompeuse, bien évidemment, que l’hébétude du drogué, est bien entendu de la même nature que les éléphants roses de celui-ci, et également que le trompeur et paresseux soulagement - provisoire ! – du lâche et du Collaborateur ; le tout « armé », pour avoir l’air de tenir debout, des habituels sophismes, sans aucun fondement dans la réalité (il suffit de réfléchir un petit peu) qui ont pour but de donner une apparence de justification théorique à l’égoïsme, et surtout à l’infinie faiblesse du cœur (et du corps) humain, qui n’a d’égale que sa frivolité, et surtout son inconscience, et qu’on a, de nos jours, érigé en nouvelle religion, en catéchisme établi, que se chargent de faire régner les nouveaux « calotins » !

 

 

* comme la France de Pétain
Notre société et son idéologie en vigueur ont envers la mort la même attitude que la France de Pétain envers les Nazis. Non seulement ils acquiescent de bon cœur aux volontés de l’oppresseur monstrueux, faisant de nécessité vertu, mais ils devancent ses désirs, même ils « en rajoutent » !

 

moi ça me dégoutte, cette façon qu'ils ont de lécher les bottes de la mort!

 


* Face à la mort la société (actuelle) est comme une armée stoïque en guerre : il faut remplir son devoir jusqu’au bout, il faut maintenir les apparences. L’air de rien, l’éthique ambiante est la même que celle des cadets du roi de Prusse ;


* « Elle a le sentiment d’avoir vraiment tout perdu maintenant qu’elle a perdu même son chagrin. » (Kénizé Mourad)

 

et les egoïstes absurdes veulent imposer leur déshumanisation à tout le monde en plus :

 

 

06/08/2018

Lettre à un enfant qui a regardé la télévision en Août 2003 - pendant la canicule

la morgue de l’hopital :
-«  Tu vois, voilà ton avenir, ton seul avenir, voilà pourquoi tu es né, pourquoi tu es venu au monde, rien d’autre ; et toutes les belles phrases dont on te gave à l’école, se ramènent à ça;  et le monde entier, et tout l’univers, va se retrouver là dedans, car tout n’existe que par toi, par ta conscience, et toi mort, le monde, l’univers entier disparaît comme s’il n’avait jamais été, on peut même dire que tu y es déjà rétrospectivement, que c’est déjà fini, avant que ça soit commencé, puisque tout est amené à disparaître, et toute ta vie, la joie dont tu peux rêver, ta maison, tes amours, ta liberté de mouvements.

Et après ? le crématorium, comme à Auschwitz, ça aussi on t’a montré, et fini;  la pelleteuse pour toutes tes affaires."

18/07/2018

la France de maintenant

La Dernière âme
 
Le ciel était sans dieux, la terre sans autels.
Nul réveil ne suivait les existences brèves.
L’homme ne connaissait, déchu des anciens rêves.
Que la Peur et l’Ennui qui fussent immortels.

Le seul chacal hantait le sépulcre de pierre.
Où, mains jointes, dormit longtemps l’aïeul sculpté ;
Et, le marbre des bras s’étant émietté,
Le tombeau même avait désappris la prière.

Qui donc se souvenait qu’une âme eût dit : Je crois !
L’antique oubli couvrait les divines légendes.
Dans les marchés publics on suspendait les viandes
A des poteaux sanglants faits en forme de croix.

Le vieux soleil errant dans l’espace incolore
Était las d’éclairer d’insipides destins…
Un homme qui venait de pays très lointains,
Me dit : « Dans ma patrie il est un temple encore.

« Antique survivant des siècles révolus,
« Il s’écroule parmi le roc, le lierre et l’herbe,
« Et garde, encor sacré dans sa chute superbe,
« Le souvenir d’un Dieu de qui le nom n’est plus. »

Alors j’abandonnai les villes sans église
Et les cœurs sans élan d’espérance ou d’amour
En qui le doute même était mort sans retour
Et que tranquillisait la certitude acquise.

Les jours après les jours s’écoulèrent. J’allais.
Près de fleuves taris dormaient des cités mortes ;
Le vent seul visitait, engouffré sous les portes,
La Solitude assise au fond des vieux palais.

Ma jeunesse, au départ, marchait d’un pied robuste.
Mais j’achevai la route avec des pas tremblants ;
Ma tempe desséchée avait des cheveux blancs
Quand j’atteignis le seuil de la ruine auguste.

Déchiré, haletant, accablé, radieux,
Je dressai vers l’autel mon front que l’âge écrase,
Et mon âme exhalée en un grand cri d’extase
Monta, dernier encens, vers le dernier des dieux !

 

Catulle-Mendès