Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/09/2020

une vague de perversité déferle sur l'Europe

La pauvreté devient un crime en Europe

Qu'y a-t-il de plus pervers pour une société de taxer les misérables qu'elle a créé, en particulier par sa politique capitaliste et néo-libérale, comme c'est le cas en Hongrie, de criminels, et, comme si ça ne suffisait pas ! de poursuivre des gens déjà frappé par le destin et par la difficulté de simplement survivre par une persécution policière !!! et des amendes phénoménales (alors qu'ils n'ont même pas l'argent pour manger) ou des sanctions de criminels (alors que d'autres catégories de criminels, qui volent des millions, de dollars ne sont pas poursuivis, car ils ont de bons conseillers fiscaux !), taper sur ceux qui souffent déjà parce qu'ils souffrent justement, à l'inverse d'aider ceux qui souffrent, tout faire pour les enfoncer encore plus, voilà bien le comble de la perversité morale. Quelles décadence la société actuelle ! Quelle cynsisme cette Europe ploutocratique et fascisante !

La Suède veut pénaliser ses mendiants. Le pays scandinave succombe ainsi à un phénomène de mode européen. Des mesures pour restreindre la mendicité sont prises un peu partout, même dans les pays où cette pratique est autorisée par la loi.

"Sus aux mendiants venus d’ailleurs!" C’est le cri de guerre du parti d’extrême droite suédois, les Démocrates de Suède. Les membres du parti ont proposé cette semaine au Parlement suédois de :

Faire de la mendicité en Suède pour les étrangers un délit et assortir la peine d'une expulsion ou d'une interdiction d'entrée sur le territoire avec une interdiction de revenir plus longue."

Xénophobe jusque dans la mendicité, les Démocrates de Suède distinguent les miséreux suédois des étrangers. Ainsi, les premiers seraient à la rue du fait de problèmes liés à la toxicomanie ou à alcool. Les seconds eux, n’auraient qu’une idée en tête: détrousser les braves citoyens suédois.

Les populistes suédois n’ont pas eu à chercher bien loin pour trouver une idée pareille. Le voisin norvégien part également en croisade contre les plus démunis.
 
Le gouvernement de coalition, poussé par le Parti du progrès, veut donner les moyens aux municipalités d'interdire la mendicité. Selon la chef de file de ce parti populiste, Siv Jensen, pénaliser la mendicité permettrait de lutter contre la criminalité, mais surtout, contre les Roms. Quand on parle délinquance, les parias favoris de l'Europe ne sont jamais loin.

Si la mendicité est encore légale en Norvège, il pourrait en être autrement dans les prochaines années. Dans son programme, le Parti du Progrès souhaite l'interdire dans tout le pays.

La prison en Hongrie

Les pays profitent du vide juridique de l’Union européenne en matière de mendicité. Mise à part la loi sur la liberté de circulation des individus, rien n’empêche vraiment les Etats de l'interdire, si ce n'est les associations de lutte pour les droits de l'homme. La pénalisation peut aller de travaux d’intérêts généraux… à la peine de prison en cas de récidive.

C’est, sans surprise, le cas de la Hongrie, révèle l'ONG Human Rights Watch. Le pays compte près de 30 000 sans-abris. Depuis 2010, le gouvernement de Viktor Orban s’est lancé dans un grand plan de lutte contre la pauvreté visible.

Le "ministre-président" va jusqu’à modifier la constitution hongroise afin d’interdire aux personnes de dormir ou mendier dans les zones urbaines touristiques. Le texte de loi reste cependant évasif sur la définition de "zone urbaine touristique" et laisse cette appréciation aux forces de l’ordre. Dans sa grande mansuétude, le Parlement hongrois à toutefois autorisé les communes à créer des zones réservées aux sans-abris. Qui parle de ghettos ?

La mendicité en Espagne coûte cher

Les Espagnols, eux, préfèrent tout miser sur une amende élevée. Dès 2014, la municipalité de Madrid dressera des procès-verbaux à tous les sans-abris de 750 euros selon El Pais. Les amendes pourront atteindre les 1500 euros si le mendiant tente de nettoyer la vitre d’un automobiliste. Et 3000 euros s'il sollicite la générosité des passants accompagnés d’un enfant. Plusieurs municipalités espagnoles ont déjà été séduites, comme Valladolid. En Espagne, les régions sont libres de légiférer comme elles le souhaitent, concernant la mendicité.

Les villes françaises font de la surenchère

En France, la mendicité est légale et ce depuis les années 1990. Les maires disposent cependant de droits permettant de la contrôler dans leur commune. Des ordonnances peuvent être instaurées par les maires, mais sont limités dans le temps et l’espace.

Plusieurs villes françaises, comme Marseille, Bordeaux, ou Cannes, ont ainsi voté des arrêts "anti-mendicité agressive". Il est ainsi interdit de solliciter la générosité des passants si l'on est accompagné d'un "animal dangereux" ou "en réunion de manière agressive". Ces "dangereux" mendiants devront payer une amende de 38 euros. Et depuis 2011, les sans-abris d'origine étrangère, considérés comme "malveillants", sont directement renvoyés dans leur pays d'origine.

Récemment, la candidate UMP à la mairie de Paris, Nathalie Kosciusko Morizet a déclaré lors du talk Orange-Le Figaro (voir vidéo) qu'elle souhaitait réactiver des arrêts similaires dans la capitale. Ces arrêts ont été suspendus en juin 2012.

Les associations tentent de limiter ce type de dérives électoralistes. Emmaüs et la Fondation Abbé Pierre ont créé un site incitant les citoyens à rendre public les arrestations constatées sur la voie publique. Selon l’Insee, la France comptait, en 2012, près de 141 500 personnes sans domicile, dont 30 000 enfants.

Les Allemands misent sur la solidarité

La stratégie allemande diffère de ses voisins européens. Depuis le 1er avril 1976, les Landers sont chargés d’apporter un soutien aux personnes en grande difficulté sociale. A eux de mettre en place des structures capables d'accueillir les sans-abris. Il est cependant interdit de mendier dans les parcs ou d’inciter les mineurs à collaborer à tout acte de mendicité.

L'Etat encourage les actions menées par les associations. Quant aux églises, elles ont l'obligation d'utiliser une partie de l'impôt payé par les croyants pour aider les plus pauvres.

Charité italienne mal ordonnée

Le droit italien sur la mendicité est empreint de catholicisme. L’Etat n'interdit pas aux plus démunis de demander de l'argent, seulement ces derniers doivent le faire dans le cadre:

d'une revendication légitime de la solidarité humaine (…) afin de faire ressortir chez l'autre le sentiment d'amour (…) sans pour autant troubler l'ordre public."

Le mendiant doit également vivre dans une situation de pauvreté réelle et peut être interpellé par la police s’il se sert de l’argent récolté pour acheter de l’alcool, de la drogue ou n’importe quel autre bien qui ne serait pas nécessaire à sa survie physique....

Allez vous vous étonner dans une société devenue moralement aussi perverse et indigne, qu'on voit les clébards du pouvoir et un petit président arrogant et haïssant le peuple se conduire avec une aussi indigne abjection :
"ces clébards sans honneur peuvent compter sur le soutien de leur maître-chien en chef, j'ai nommé le très viril Macron !"
j'espère que vous avez enregistré dans votre ordinateur l'excellente vidéo de Dieudonné "Gilets Jaunes,l'escalade" !!

et régner une telle censure fasciste sur nos pays !!!

12/09/2020

il n'y a rien de tel que les FAITS et que les CHIFFRES !

regardez ces cartes et ces chiffres, ils mettent en relation la présence (plus ou moins intense, voir le cas de San-Marin est le plus équipé en 5G, un pays pionnier en la matière ....) de la 5G et le nombre de cas de Covid19 par millier d'ha. C'est patent !!!! pas besoin de commentaires ! (si ce n'est que la légende de la carte étant en anglais, le point équivaut à une virgule, entre la partie entière et la partie décimale des chiffres)

5G compar. Italie San-Marin (plein de 5G) Croatie pas.png

 

maintenant l'Espagne, on compare les diverses provinces, certaines ont une forte présence de 5G d'autres pas, que constate-t-on ?....
(NB, au Portugal pas de 5G et un taux d'infection très bas)

*

5G comparatif de diverses provinces avec un sans 5G.png

une petite remarque : si vous cherche sur internet par google, Google ne vous mondtre QUE, EXCLUSIVEMENT, des articles disant que ces rapprochement, documentés ici de manière simple et patente, ne sont que des "théories du complot" (par exemple la théorie de la police de Chicago selon laquelle Al Capone était à la tête d'un vaste réseau mafieux .... ou celle selon laquelle l'attaque des la station radio de Gleiwitz ne fut pas le fait de soldats polonais, mais de soldats allemands à qui Hitler avait fait revêteir  des uniformes polonais ! Ou encore la Conspiration de gala qui visait à détrôner Néron). Visilement il y a des interêts puissants qui "ont l'oreille" de google, et qui tienne beaucoup à ce que le public ne perde pas confiance dans une technlogie qui représente un mrché juteux !.....

Pourtant la neutralité du Net voudrait que toutes les diverses opinion sur le sujet soient répertoriées, calmement et avec impartialité ! tien tiens ? qui a TELLEMENT interêt à ce que certaines opinions ne soient même pas exprimées, enfin, opinions, il suffit d'exposer des FAITS, des CONSTATATIONS, des CHIFRES, sans pinions, ça donne déjà à réfléchir non ?

*

 

 

 

 

 

 

 

 

*

11/09/2020

l'étrange mort de Hiroshi Hasegawa le journaliste vedette de la NHK

et le black-out qui l'a suivi ...

http://www.jeuxvideo.com/forums/42-51-47177378-1-0-1-0-11...


tiens      la    vidéo suivante à été effacée, curieux !


*

Ou c'est tabou ? Il s'agit de Hiroshi Hasegawa,le chef commentateur de la chaîne NHK au Japon (l'équivalent de la BBC).

Il est décédé le 21 octobre 2001 d'une mort plus que suspecte,on retiendra cette phrase tenue lors de sa dernière apparition sur la chaîne : "Les 4 000 américains avec la double nationalité israélienne ne sont pas parmi les victimes".

https://www.youtube.com/watch?v=tnWAugpHGCI&feature=y...

Petite vidéo qui résume le truc.

Il a fallu 2 jours pour que sa mort soit mentionnée dans les journaux,et aucun détail quant aux circonstances de sa mort n'a été fourni,aucune précision,aucune autopsie,nada,son décès est à peine brièvement résumé,il se serait apparemment suicidé en sautant du haut du bâtiment de la NHK

http://blogimg.goo.ne.jp/user_image/4e/29/8b4efb6d17dcd64...

On notera également la position de l'article qui lui est consacré,situé tout en bas de la page et pris en "sandwich" par les articles du dessus,probablement pour détourner l'attention du lecteur.
L’affaire a vite été étouffée,et aucun média depuis sa mort n'a osé prononcer ne serait-ce que son nom,et encore moins abordé sa mystérieuse mort.

AUCUNE INFO CONCERNANT HIROSHI HASEGAWA N'EST TROUVABLE SUR INTERNET ! La NHC a effacé toutes traces de son existence,il n'y a qu'une seule photo de lui sur le net,aucune vidéo de lui,pas de page Wikipedia,RIEN !

Étrange,n'est ce pas ? Et c'est pas le seul qui a été décédé pour avoir tenter de relayer la vérité au grand public.

10/09/2020

Wilson - chantage

Ghislaine Maxwell planque des enregistrements secrets

Michael Moran Vendredi 10 Juillet 2020


Introduction
L’article suivant, du Daily Star, comporte quelques omissions flagrantes. Tout d'abord, il ne mentionne pas que l’on soupçonnait Robert Maxwell, le père de Ghislaine Maxwell, d’être un agent du Mossad. Lors des funérailles de ce dernier, l'ancien Premier ministre israélien Yitzhak Shamir, a déclaré que Maxwell avait « fait plus pour Israël que ce que l'on peut en dire aujourd'hui. »

La fille de Maxwell jouait probablement un rôle similaire à celui de son père car, avec Jeffrey Epstein, ils pilotaient une opération visant à obtenir des informations compromettantes sur des personnalités politiques occidentales. Or leur but n’était pas de les faire chanter pour leur soutirer de l’argent, mais de se servir des informations pour faire pression sur eux, pour qu’ils agissent dans l’intérêt d’Israël.
Parmi leurs victimes, il y avait Bill Clinton, Donald Trump [*], Prince Andrew, Ken Star, ancien avocat indépendant qui avait enquêté sur le président Clinton, Ted Kennedy, George Stephanopoulos, Peter Mandelson, ancien membre du cabinet britannique et Sergey Brin, cofondateur de Google.

[* NdT : Trump n’a pas été piégé par Epstein. Il est vrai que, plus jeune, Trump fréquentait les mêmes milieux huppés qu’Epstein. Mais quand il a compris ce que faisait ce dernier, il s’est éloigné de lui et l’a banni de son club de golfe. Durant sa campagne électorale, Trump a même annoncé qu’il le ferait arrêter. D’ailleurs, si Trump était compromis, pourquoi Ghislaine Maxwell n’a-t-elle pas divulgué les bandes compromettantes ? Toute la presse occidentale n’attendait que ça pour se débarrasser de Trump.]

Ce ne sont que quelques-unes des personnalités qu’Epstein et Ghislaine Maxwell ont piégées.

Vicky Ward, le journaliste qui a écrit le profil d'Epstein pour Vanity Fair en 2003, a déclaré à Slate : « Vous aviez le sentiment que ses amis n'étaient pas de vrais amis – il les tenait –, qu'il était du genre à collecter des informations sur les gens, puis à s’en servir contre eux. »

C’était effectivement le cas, mais le véritable bénéficiaire de l’opération n’était ni Epstein, ni Maxwell, mais l’État d’Israël. Tout compte fait, il va sans dire qu'il est peu vraisemblable qu'Epstein soit mort. En ce moment, après avoir fait sa part pour l'État sioniste, il vit probablement incognito quelque part en Israël.

Ghislaine Maxwell a « les bandes compromettantes d’Epstein dans une cachette secrète, » dit l’ancienne copine

D’après les rapports, Ghislaine Maxwell possède des bandes compromettantes dans une cachette secrète, des bandes qui pourraient l'aider à négocier sa peine.

Cette femme mondaine a été arrêtée la semaine dernière pour incitation de mineurs au proxénétisme et parjure.

 

Proche confidente de Jeffrey Epstein, cette héritière de 58 ans parcourait le monde aux côtés du magnat disgracié, à l’époque où il nouait des relations avec quelques-unes des personnalités les plus influentes du monde.

Une ancienne amie de Mme Maxwell a confié à un journaliste du Daily Mail, que c’était une femme ‘rusée’ qui, pour avoir une ‘assurance’ en cas de problème, s’était procuré des copies de la collection de bandes dégueulasses d'Epstein :

« Je pense que les bandes compromettantes que Ghislaine a mises de côté pour plus tard dans sa planque secrète, étaient prévues pour lui servir de "carte de sortie de prison", si les autorités étaient d’accord pour négocier. Elle a des copies de toutes les bandes d'Epstein. Ils pouvaient mouiller des détenteurs de pouvoirs, dans le but de les mener par le bout du nez. »

En août 2018, Epstein a dit à James B. Stewart, journaliste du New York Times, qu'il détenait des dossiers secrets sur certains de ces ‘détenteurs de pouvoirs’. Dossiers qui, selon Stewart, étaient « potentiellement préjudiciables ou embarrassants, en particulier à cause des détails sur leurs prétendues inclinations sexuelles et leur usage de drogues récréatives. »

Pratiquement un an plus tard, Epstein a été trouvé pendu dans sa cellule de prison au Metropolitan Correctional Center de New York, où il attendait d'être jugé pour proxénétisme aggravé.

Epstein gagnait la confiance des jeunes filles pour en faire ses esclaves sexuelles, mais il prenait aussi plaisir à se lier d'amitié avec des personnalités très en vue des deux côtés de l'Atlantique.

Epstein et Maxwell étaient souvent photographiés avec les personnages les plus influents du monde.

L’amie a déclaré: « Si Ghislaine tombe, elle va entraîner avec elle tout un sacré paquet d’entre eux. »

Mme Maxwell était la plus proche compagne d'Epstein.

Certains amis disent qu'elle espérait épouser un jour ce financier mondain, reconnu coupable de proxénétisme.

D'autres sources la décrivent comme une ‘madame’ qui aidait son ami et ancien employeur, à se procurer et former les mineures qu'il mettait au turbin.

Le 2 juillet 2020, Mme Maxwell a été arrêtée par le FBI à Bradford, dans le New Hampshire.

William Sweeney, l'agent spécial du FBI, a dit que le bureau surveillait Maxwell depuis un certain temps avant de l’arrêter :

« Nous surveillions discrètement Maxwell depuis un certain temps. Elle s’était réfugiée dans une magnifique propriété du New Hampshire, où elle continuait sa vie privilégiée pendant que ses victimes vivaient toujours avec le traumatisme qui leur avait été infligé des années auparavant. »

Plus tard dans la journée, Mme Maxwell a été inculpée de six crimes fédéraux, notamment pour détournement de mineurs, proxénétisme et parjure.

Mme Maxwell vient d’être transférée de Boscawen, la prison du comté de Merrimack, dans le New Hampshire, au Metropolitan Detention Center de Brooklyn, une prison de New York devenue tristement célèbre après une série d'enquêtes sur ses mauvaises conditions et les multiples affaires de mauvais traitements infligés aux détenus.
Cameron Lindsay, l’ancien directeur de cette prison ou sont enfermés des gens des deux genres, a qualifié l’endroit de « l'une des installations fédérales les plus problématiques » du système pénitentiaire, avec une « histoire unique de mauvaise conduite du personnel. »

Photo de tête : Ghislaine Maxwell jeune, avec son père Robert Maxwell, soupçonné d’être un agent du Mossad.

The Truth Seeker, Michael Moran du Daily Star, 7 juillet 2020

Original : Ghislaine Maxwell has ‘secret stash of Epstein’s sex tapes’ says former pal

Adaptation en français de Petrus Lombard

EN 1900 il n'était pas nécesaire d'aller jusqu'à la pédophilie, l'adultère suffisait çà briser une carrière politique et donc à faire chanter un Président :

Quelques vérités peu connues sur la Déclaration Balfour
Par Jean-Marie Gläntzlen

Il est difficile de s’intéresser à l’anomalie étatique sioniste dénommée hâtivement "Israël" (le soir du 12 mai par un vote de cinq contre quatre membres présents du gouvernement provisoire du Yichouv) et/ou au drame des Palestiniens patriotes (à bien différencier des collabos comme Abbas et Fayyad), sans avoir entendu parler de la « Déclaration Balfour » et de sa formule « Foyer national juif ». Mais hélas, comme souvent, ce qui en est retenu est généralement trompant. Et il est des fois où on pourrait croire préférable que certains ne connaissent pas du tout la question plutôt que de mal la connaître et encore plus non didactiquement la propager.

 

Pour mémoire ou découverte : la Déclaration Balfour du 2 Novembre 1917 est en fait une lettre adressée par le ministre des affaires étrangères du gouvernement britannique du moment à Lord Lionel Walter Rothschild qui dit essentiellement que "Le gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement l'établissement en Palestine d'un foyer national pour le peuple juif, (national home for the Jewish people) et emploiera tous ses efforts pour faciliter la réalisation de cet objectif, étant clairement entendu que rien ne sera fait qui puisse porter atteinte ni aux droits civiques et religieux des collectivités non juives existant en Palestine, ni aux droits et au statut politique dont les Juifs jouissent dans tout autre pays."

Mais, non sans avoir souligné la seconde partie souvent « oubliée » des sionistes, il est intéressant d’éclairer la connaissance de ce document historique et de ses conséquences par quelques réalités moins connues qui en remodèlent tout le sens. Car on ne saurait en retenir comme seule justification que ce fut (selon les Mémoires du chrétien sioniste et premier ministre à cette date Loyd Georges) l’expression de la reconnaissance britannique envers le chimiste russo-anglais Haïm Weizman, découvreur de la synthèse de l’acétone constituant indispensable de la cordite (un explosif précieux à la guerre, par ailleurs leader de l’Organisation sioniste mondiale et futur premier président de l’anomalie étatique sioniste en 1948.)

Cette précieuse déclaration est avant tout le fruit d’un marchandage lui aussi très peu connu. En 1916, la section britannique de l’Organisation Sioniste Mondiale a dit au gouvernement de sa majesté « Ne répondez pas favorablement à l’offre de paix de l’Allemagne par le petit-cousin de votre roi, notre section usaméricaine va faire entrer en guerre les USA, malgré leur bien connu isolationisme égocentrique ». Et ce fut effectivement le cas le 6 avril 1917 grâce à ce qu’il faut bien appeler le chantage d’une ancienne maîtresse du président Woodrow Wilson en manque d’argent pour financer une dette de 40.000 dollars de l’époque qu’avait son fils vis-à-vis de la banque qui l’employait. La section usaméricaine de l’Organisation sioniste mondiale se substitua au président des USA pour payer la très grosse somme demandée et la guerre fut déclarée par les USA. A quoi a pu tenir deux ans de prolongation de la « der des ders » et tous ses malheureux morts et veuves et orphelins supplémentaires ?

La preuve fut fournie en 1961 par le Juif usaméricain Benjamin H. Freedman, jeune collaborateur de la crème du parti démocrate dès les années 1912 sioniste actif jusqu’à sa « conversion » (y compris au catholicisme) en 1946 devenu pour les sionistes usaméricain « le Juif antisémite » par excellence.

Lire le discours donné en 1961 par Benjamin H. Freedman au nom d’un magazine de l’époque "Common Sens" à l’hôtel Willard de Washington DC.
Ecouter ici son discours (en anglais)

Mais, quoiqu’il en soit, il faudrait déjà savoir que Balfour était profondément « anti-Juifs », sinon également anti-juifs (au sens pratiquants d’une des versions du judaïsme initial né à la fin du VII° siècle seulement avant l’ère chrétienne sous Josias) comme tant d’autres de ses compatriotes et autres Européens et que sa déclaration n’était en rien une preuve d’affection.

Et c’est bien ce qu’avait compris le juif sioniste (mais pacifique, lui, et pas raciste) d’Odessa Ahad Haam quand il indisposa les arrogants sionistes racistes en déclarant : « Balfour a promis aux sionistes un foyer national juif en Palestine et pas la Palestine comme foyer national juif ». Tout comme le rappelèrent après lui Judah Magnes, Martin Buber, Ernst Simon et Annah Arendt entre autres, sans oublier Yeshayahou Leibowitz ; qu’ils soient ou non membre de l’Ihoud (Unité), mais partisans réalistes d’un Etat bi-national.

Etant considéré que, comme le soulignèrent effectivement plusieurs fois après les Britanniques toujours aussi peu « philojuifs », un « foyer national juif », ça n’est pas « un état juif », ni même un état dominé par les Juifs après viols, vols, assassinats, tueries et/ou expulsions des autochtones non juifs tels qu’ils furent maintes fois évoqués dans des discours sionistes de congrès ou dans des écrits et finalisés au printemps 1948 par le Plan Dalet. Encore peu en 2011 de vecteurs s’opinions et/ou de décisions sachant son existence et qu’on y trouvait pour chaque village arabe voué à la destruction (plus de cinq cents) le nom de toutes les autorités « politiques », religieuses ou autres et l’itinéraire détaillé pour se rendre à leur maison.

Evidemment retors comme à leur habitude, les arrogants sionistes agressifs, qu’on se gardera bien de confondre avec tous les Juifs de la planète, surtout que peu à l’époque étaient sionistes, jouèrent et encore maintenant sur l’ambiguïté entre « foyer national » et « état juif ».

Alors que les Britanniques aussi quelque peu également retors, outre la nécessité de l’application plus ou moins honnête des accords Sykes-Picot, jouèrent après 1917 double jeu avec les Juifs dont ils voulaient surtout se débarrasser (tout en s’en servant comme « boucliers et têtes de pont européens) et avec les Arabes dont ils lorgnaient les richesses pétrolières.

« Détail » encore, entre autres, à savoir pour terminer : la plume de Balfour fut tenue par un autre homme politique, le très actif sioniste d’ascendance juive réelle ou supposée Herbert Samuel (d’où peut-être la majuscule indue à Jewish) qui fut le premier gouverneur du mandat britannique en 1922 et dont il se dit qu’il était encore plus « pro-arabe » en repartant à Londres qu’il n’était arrivé fervent sioniste, tant les arrogants agissements sionistes lui avaient ouvert les yeux. Et encore n’étaient-ils que les futurs « terroristes » que combattraient plus tard l’armée britannique, à part pendant la trêve de 1940-1945 qui permit aux sionistes de voir s’entraîner leurs futurs soldats dans les armées alliés.

Désormais donc, et ça n’est pas du tout sans intérêt, quand vous lirez « Déclaration Balfour », il vous est suggéré de penser aussi « acte anti-juif et pas réellement pro-sioniste» exploitée malhonnêtement par les arrogants sionistes agressifs au grand dam des raisonnables sionistes pacifiques respectueux des droits des autochtones arabes.

PS. Pour se faire une idée la moins inobjective possible du drame palestinien, on ne saurait trop recommander la lecture ou au moins le butinage des 645 pages du livre du « Juif non juif » luxembourgo-usaméricain Arno J. Mayer « De leurs socs, ils ont forgé des glaives, Histoire critique d’"Israël" » (Editions Fayard – Mars 2009)

pour en savoir plus sur les dessous de Wilson,la Guerre Mondiale et le ColonelHOUSE :

avec l'explication de pourquoi à partir de 1919 ils se sont "brouillés", non ! Wilson n'a pas eu  de remords, cest simplement sa deuxième femme qui a profité de son état de santé, lien :
http://aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr/mariali/chaos...

et on commence par retrouver le principe décrit par François Asselineau sur l'émiettage des nations et autres grands ensembles en petites parties qui n'auront pas la force de s'opposer !

et le plus important c'est que ce texte nous résume toute l'historique mondial des banques centrales privées et leur prise de pouvoir aux USA. Et les noms des principaux protagonistes.
et les ruses utilisées (on a raison de se méfier des fausses oppositions !  tiens au fait Tsipras apparemment en était une, " Il s'agit d'un stratagème classique, mais inusable.")

et le vote le 23 décembre à 1H30 du matin rappelle le vote en France d'une autre loi le 3 janvier 73 ...
il faut toujours se méfier des lois votés par 3 députés présents ..... il y en a eu plusieurs ces derniers temps.

à voir comment ils avaient mis Wilson dans leur poche on comprend leur rage aujourd'hui de voir triompher Trump qui (apparemment du moins) ne leur doit rien.

"prédisaient des lendemains qui chantent et une prospérité sans limites pour toutes les classes de la société." tiens ! ça rappelle les promesses dithyrambiques qui accompagnaient les traité de Maastricht ! et qui ont été suivit du contraire!


le naufrage du Lusitania (1198 morts) c'était déjà la chute du World Trade Center ....

l'auteur de ce texte synthétise et résume très bien plein de choses historiques et autres.

et beau résumé en une seule phrase Aux banquiers les bénéfices, aux citoyens les dettes
(mais qui a besoin pour en comprendre toute la portée esclavagiste d'être éclairé par la lecture par exemple du roman de Traven "1933 : Der Marsch ins Reich der Caoba traduit en Esperanto par "Cezaro" [PDF] TITOLPAĜO B.Traven Marŝo en la regnon de l' mahagono - Karapaco

www.karapaco.de/u/B.Traven/btraven_marsxo.pdf

09/09/2020

le meilleur résumé

En haut de la pyramide il y a l’argent-dette, c’est un faux dieu adoré par une large tranche de l’humanité, car argent+ propriété lucrative c’est synonyme d’obtenir un max de retour sur investissement, bref il a sa propre logique.

Après on a le clergé (sachant que de nos jours les anciennes religions, telle le christianisme et l’Eglise, ont été remplacées par de nouvelles religions, en particulier l’hygiéno-sécuritarisme, mais à part ça tous, absolument tous les rôles sociaux, les types anthropologiques, les phénomènes psychologiques, surtout les plus pervers, de la théocratie de l’ancienne religion se retrouvent dans l’actuelle!) dont le rôle est de conforter la position de la classe privilégiée et maintenir les gens sous le sens de la culpabilité et la soumission par l’hypnotisme religieux etc (en particulier l’ascétisme, ne pas oublier les psychoses!).

Puis il y a les services secrets, sorte de mafia ou organisation criminelle qui ne sont soumis à aucune loi sinon celle de ceux qui détiennent le pouvoir, donc les oligarchies, et les milliardaires détraqués par leurs fantasmes. Ensuite on a les idiots clébards de l’armée et de la police, pour arriver aux médias et les enseignants. Ces deux derniers - qui contrairement à ce qu’on pourrait penser naïvement au vu des bases de la philosophie, n’ont pas plus d’esprit critique que les autres, mais moins ! Et sont plus soumis que le commun des mortels aux clans, au conformisme et terrorisme intellectuel - formatent et injectent leurs poisons dans les esprits depuis le plus jeune âge.

Vous savez tout cela n’est ce pas ?. Peut être vous, oui, mais la plupart n’en savent rien, la preuve est la situation catastrophique du monde. Il y a eu un peu de réveil grâce aux lanceurs d’alerte dont certains ont été froidement tués, mais aussi après l’apparition du mouvement QAnon devenu la bête noire des élites, jusqu’à ce qu’on trouve sur des réseaux sociaux ou sur Internet des sites d’agents stipendiés qui crient, « écoutez les gars la conspiration et les complots n’existent pas, c’est un truc de malades mentaux, n’écoutez pas ces malades, mais adorez les médias qui portent les vêtements de la vérité et se baladent dans vos esprits » . les 8 milliardaires.jpg

Mais retenons une chose, sans le consentement des esclaves, les esclavagistes n’existeraient pas et leur système aussi.

 

TOUS DANS LA RUE LE 12 SEPTEMBRE !!!

(avec un drapeau rouge et un gilet jaune)


le discours historique prononcé à Trafalgar Square le 29 août 2020 :

Quelle joie de regarder une île de gens sains dans un monde de folie.
 
Nous somme réunis ici aujourd’hui parce qu’une maladie mortelle sévit dans le pays et dans le monde. Et ce n’est pas le Covid 19, c’est la fascisme. Le fascisme justifié par la pandémie illusoire du Covid 19.
 
Un virus qui est très bien équipé pour toutes les situations.
Vous ne devez pas aller à moins de 2 mètres d’une autre personne pour vous protéger contre le virus ! Donc à présent il dispose d’un mètre pour mesurer les distances !
 
Vous ne pouvez pas côtoyer des gens extérieurs à votre bulle pendant plus de 15 minutes ! A présent il a une montre !
 
Et nous allons rendre les masques obligatoires mais pas avant la fin de la semaine prochaine ! Maintenant il a un agenda !
 
Nous avons un virus tellement intelligent qu’il infecte seulement ceux qui participent à des protestations que le gouvernement veut faire cesser.
 
Pourquoi est-ce n’importe quoi ? Pourquoi n’importe qui avec une demi cellule cérébrale active ou même juste réveillée, peut voir que c’est n’importe quoi ? Parce qu’ils inventent tout cela !
 
Donc, alors pourquoi font-ils cela ? Eh bien je peux répondre à cela avec une autre question. Comment ai-je pu prédire les événements actuels il y a des décennies ?
 
Comment Aldous Huxley a t il pu le faire dans les années 30 ? Comment Orwell a t il pu le faire dans les années 40 ? Très simple ! Les événements actuels n’arrivent pas par hasard ! Ils ne sont pas juste arrivés comme ça ! Nous sommes en train de voir un plan préparé de longue, de très longue date, qui se déroule selon un script.
 
Et il est destiné, si nous ne nous levons pas maintenant, à se terminer par la soumission totale et mondiale de la race humaine, au moins du point de vue technologique.
 
Nous nous trouvons à présent à un point extraordinaire dans l’histoire où nous sommes devant 2 voies possibles : si nous continuons à permettre aux psychopathes de dicter nos vies, cela ne va pas bien se terminer. Mais si nous nous souvenons où est le pouvoir, alors cela peut se terminer en un temps extrêmement court ! Le pouvoir est de notre côté.
 
Percy Shelley avait compris cela lorsqu’il a écrit il y a 200 ans, ce texte si bien intitulé : « le masque de l’anarchie » (Ndt : à l’occasion d’un massacre à Manchester) :
‘Rise like Lions after slumber
In unvanquishable number,
Shake your chains to earth like dew
Which in sleep had fallen on you —
Ye are many — they are few’
« Levez-vous comme des lions qui viennent de dormir
En nombre invincible,
Secouez et faites tomber vos chaînes à terre comme de la rosée
Qui pendant le sommeil est tombée sur vous…
VOUS êtes nombreux — ILS sont très peu. »
 
Et ces mots furent écrits en 1890 et une grande partie de l’humanité n’a pas encore appris la leçon !
 
Toute cette soumission et imposition du fascisme sur la race humaine dans le monde entier n’est même pas mise en place par des professionnels de santé, mais par des psychologues (et il pointe du doigt le 10 Downing Street où est le 1er Ministre) : juste au bout de la rue là bas à quelques dizaines de mètres les gouvernements anglais ont réuni dans leurs bureaux une société privée appelé l’équipe d’étude des comportements (Behavioral Insights Team) et leur job est simplement d’étudier la psychologie humaine et ensuite de mettre en place ce qu’ils ont appris pour re-modifier le comportement de la population. Et ils focalisent sur les enfants plus que n’importe qui !
 
Ce qu’il ne veulent pas que nous sachions : le plus gros tour de passe passe mental qu’ils nous font, c’est ceci : ils veulent que nous croyions que l’autorité aurait du pouvoir ! L’autorité n’a PAS de pouvoir ! Le pouvoir de l’autorité dans le monde entier est seulement notre pouvoir que nous leur donnons !
 
Quand des milliers de personnes sont allées à la plage il y a quelques semaines, il n’y avait aucune chance de respecter la distanciation sociale ! Donc les gens étaient assis ensemble par milliers L’autorité locale a « déclaré » un incident majeur ! OK ! Déclarez-le ! Mais qu’est-ce que vous allez y faire ? Eh bien la seule chose qu’on peut dire c’est qu’il y a trop de gens qui ne vont pas obéir.
 
Exactement !!!
 
Ce monde est contrôlé par un tout petit nombre de personnes à cause d’une séquence simple : celle de l’imposition d’un ordre suivie de l’acquiescement. Du haut jusqu’en bas de la pyramide : imposition d’un ordre et acquiescement, d’un niveau à l’autre, puis à un autre, et au bout cela arrive à notre niveau. Et si NOUS acquiesçons à ce niveau de la hiérarchie qui tente de nous imposer ses règles, c’est à dire le gouvernement, la police, alors nous connectons un circuit entre le tout petit nombre dans l’ombre et l’intégralité de la population mondiale. Et ce circuit signifie qu’un tout petit nombre impose son programme à des milliards de personnes !
 
COMMENT est-ce que nous cassons cette séquence ? Nous arrêtons d’acquiescer !
 
Race humaine ne restez pas à genoux et levez-vous ! (NdT : titre d’un livre de David Icke)
 
Le LION ne dort plus !!!
 
Restez chez vous ! NON !
Portez un masque ! NON !
Les enfants devaient-ils être psychologiquement déglingués ! NON !
 
Il est temps, il est largement le temps que nous apprenions les leçons de l’histoire ! Toute l’histoire humaine est l’histoire d’un petit nombre qui contrôle les masses, parce que les masses acquiescent au petit nombre !
 
ÇA SUFFIT !!
L I B E R T E !!!!
L I B E R T E !!!!
L I B E R T E !!!!
Et nous n’acceptons rien de moins !!!
 
Et je dis à la police qui est là : Vous avez des enfants ! Vous avez des petits-enfants ! Et VOUS êtes en train d’imposer le fascisme avec lequel vos enfants et petits enfants vont devoir vivre !
 
REJOIGNEZ-NOUS pour l’amour du Ciel et arrêtez de servir les psychopathes !
 
Nous sommes des milliards et des milliards, et le noyau du noyau de cette toile d’araignée psychopathe, vous pouvez les réunir dans une seule pièce !
 
Il me semble que je peux voir comment on va s’en sortir !
 
ALLONS PEUPLES DU MONDE !!! ALLONS-Y !!!

08/09/2020

Jacques Pauwels - passé et actualité du fascisme, instrument des interêts capitalistes - ça revient trs fort d'actualité !n'est-cepas Buzyn, Bills Gates et cie ?

Interview – Le chercheur belge Jacques Pauwels explique le retour du fascisme

Question retour du fascisme c'est d'actualité!

une maladie dangereuse est en train de balayer la planète, une maladie mortelle, et ce n'est pas le COVID 19, c'est le FASCISME ! (pour ceux qui ont encore une culture littéraire de base (....) je dirais plutôt "c'est la Rhinocérite") : Rhinocérite

 

......Et maintenant une lettre d'un médecin de Lyon inculpé pour avoir fait son travail................. nous sommes en 1940 !!

maintenant un retour sur l'histoire sera instructif !

Août 16 2020 Mohsen Abdelmoumen : Dans votre livre Big Business avec Hitler, vous évoquez la collaboration de l’élite économique industrielle et financière mondiale avec Hitler. Hitler n’est-il pas un pur produit, un instrument, du système capitaliste ?

Dr Jacques Pauwels : Le soi-disant «national-socialisme» d’Hitler, en réalité pas du tout une forme de socialisme,

[et pas si national que ça – d’ailleurs pour les latino-américains le nationalisme est une idée de gauche, l’intérêt de la nation, c.à d. du PEUPLE – d’ailleurs Hitler a dit une fois qu’il n’était pas nationaliste, qu’il voulait que le Reich soit non l’État des allemands, - dont il avait d’ailleurs tué tous les handicapés, Aktion T4, et les communistes, etc, aucune fraternité nationale !- mais l’État de la « race supérieure », aussi les scientifiques SS récupéraient au passage tous les humains identifiés correspondre à leurs standards raciaux dans les pays envahis]

était la variante allemande du fascisme, et le fascisme était une manifestation du capitalisme, la manière brutale et cruelle dont le capitalisme s’est manifesté dans l’entre-deux-guerres en réponse à la menace de changement révolutionnaire incarnée par le communisme, et à la crise économique de la Grande Dépression. Dans la mesure où Hitler a personnifié la variante allemande du fascisme, on peut en effet le qualifier d’«instrument» du capitalisme. Cependant, comme je le mentionne dans mon livre, le terme «instrument» est vraiment trop simpliste. Il serait plus exact de définir Hitler comme une sorte d’«agent», un être humain complexe avec un esprit propre, agissant au nom du capitalisme allemand mais pas toujours en accord avec les souhaits des capitalistes, plutôt qu’un simple «instrument» ou «outil» du capitalisme allemand. Cela explique pourquoi les capitalistes allemands n’ont pas toujours été parfaitement satisfaits des services d’Hitler. Mais l’avantage de cet arrangement était que, après l’effondrement de l’Allemagne nazie, ils ont pu blâmer l’«agent» pour tous les crimes qu’il avait commis en leur nom…..

Le capitalisme n’a-t-il pas un besoin vital du nazisme et du fascisme ?

Le capitalisme est un système socio-économique très souple qui est capable de fonctionner dans différents contextes politiques. C’est certainement un mythe que le capitalisme, appelé par euphémisme «marché libre», est une sorte de jumeau siamois de la démocratie, en d’autres termes, que l’environnement politique préféré du capitalisme est la démocratie. L’histoire nous montre que le capitalisme a prospéré dans des systèmes très autoritaires et a soutenu ces systèmes avec enthousiasme. En Allemagne, le capitalisme s’est extrêmement bien comporté lorsque Bismarck a dirigé le Reich d’une main de fer. L’Allemagne est restée capitaliste à 100% sous Hitler, et le capitalisme a prospéré sous Hitler, avant et pendant la guerre, comme je l’ai démontré dans mon livre. Le capitalisme est également capable et désireux de s’associer à la démocratie, en particulier si des réformes démocratiques semblent nécessaires pour dissiper la menace d’un changement révolutionnaire, par exemple après la Seconde Guerre mondiale, lorsque des réformes politiques et sociales démocratiques (l’Etat Providence) ont été introduites en Europe occidentale dans le but de faire dérailler les revendications beaucoup plus radicales, voire révolutionnaires, formulées par les mouvements de résistance dans des pays comme l’Italie et la France. On pourrait dire que, pour poursuivre ses objectifs de maximisation des profits, le capitalisme est prêt à utiliser la «carotte» de la démocratie ainsi que le «bâton» du fascisme et d’autres formes d’autoritarisme, telles que les dictatures militaires.

La montée des groupes néonazis et fascistes à travers le monde ne sert-elle pas le grand capital et l’oligarchie qui gouvernent le monde ?

Comme mentionné précédemment, le fascisme est une manifestation du capitalisme. En d’autres termes, c’est la façon dont le capitalisme, tel un caméléon, ajuste sa couleur à un environnement social et politique changeant. Le fascisme historique des années trente, personnifié par des personnages comme Mussolini et Hitler (Franco, Salazar, les colonels polonais, etc) reflétait la réponse du capitalisme, en Italie et en Allemagne [cf le rôle joué par Ernst Hanfstaengel], à la double menace du changement révolutionnaire à la russe et de la Grande Dépression. Après la Seconde Guerre mondiale, lorsque le fascisme était vraisemblablement mort et enterré, le capitalisme, en particulier le capitalisme américain, s’est appuyé sur des systèmes néo-, quasi- ou crypto-fascistes pour neutraliser des menaces similaires. Par exemple au Chili, où Pinochet a été porté au pouvoir pour empêcher des réformes radicales et pour permettre aux capitaux d’investissement américains de s’installer en toute sécurité dans le pays. Aujourd’hui, des problèmes économiques et sociaux, toujours plus importants [cf le rapport présenté en 1976 à la Trilatérale « Limits to democracy »] associés à des menaces révolutionnaires réelles ou perçues, ont fait que le capitalisme a donné naissance, dans un certain nombre de pays, à des partis et mouvements politiques fascistes ou, si vous préférez, quasi ou néofascistes. Pour l’instant, le capitalisme n’a pas besoin d’amener ces fascistes au pouvoir mais ils s’avèrent très utiles car, comme Hitler avec son antisémitisme, ils détournent l’attention du public des défauts du système capitaliste en rejetant la faute sur des boucs émissaires (de préférence de couleur) tels que les musulmans, les réfugiés, les Chinois et les Russes. L’écrivain allemand Bertolt Brecht nous a mis en garde de façon poétique, faisant allusion au fascisme hitlérien et à la capacité intacte du capitalisme à générer de nouvelles formes de fascisme :

«Le monde a failli être dirigé par un tel monstre !

Heureusement, les nations l’ont vaincu.

Mais ne nous réjouissons pas trop vite

Le ventre d’où il a surgi est encore fertile.»

[oui ! Sous la forme de l’OMS, Macron, Buzyn, les journaputes qui déblatèrent à la TV, Castaner, Blackrock, l’Union Européenne, le cercle « le Siècle », etc, etc]

(La Résistible Ascension d’Arturo Ui)

L’Union européenne accuse l’URSS d’avoir déclenché la Seconde Guerre mondiale. Qu’en pensez-vous ?

Blâmer l’URSS et, par conséquent, l’Etat russe qui lui a succédé, pour la Seconde Guerre mondiale est une déclaration purement politique. Cela constitue une distorsion monstrueuse et honteuse de l’histoire. Dans les années 1930, l’Union soviétique a cherché pendant des années à établir une alliance antihitlérienne avec la France et la Grande-Bretagne, mais elle a été rejetée à maintes reprises. La raison à cela réside dans le fait que les hommes au pouvoir à Londres et à Paris ne voulaient pas entrer en guerre aux côtés des Soviétiques contre Hitler mais voulaient qu’Hitler utilise la puissance militaire de l’Allemagne pour marcher vers l’est et détruire l’Union soviétique pendant qu’ils regarderaient joyeusement depuis les coulisses. Hitler voulait certainement la guerre, c’est pourquoi on lui reproche, à juste titre, d’avoir déclenché la Seconde Guerre mondiale. Mais les dirigeants français et britanniques méritent une part de responsabilité car ils ont encouragé Hitler et l’ont soutenu avec leur politique d’«apaisement», par exemple en lui offrant la Tchécoslovaquie sur un plateau d’argent dans le cadre du tristement célèbre pacte qu’ils ont conclu avec lui à Munich en 1938.

En blâmant l’URSS, les politiciens et les médias occidentaux ne cherchent-ils pas à dissimuler leur propre sale histoire de collaboration avec Hitler et le nazisme ?

En effet, en blâmant l’Union soviétique, les pays «occidentaux», ou du moins leurs dirigeants, cherchent à détourner l’attention de leur propre rôle dans le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. Par le biais de leur infâme politique d’apaisement, les dirigeants britanniques et français ont encouragé et facilité les plans d’Hitler pour une «croisade» contre l’Union soviétique. Et l’élite des entreprises et des finances des pays occidentaux, y compris les Etats-Unis, a collaboré très étroitement – et de manière très profitable – avec Hitler, comme je l’ai démontré dans mes livres Big Business avec Hitler et Le Mythe de la bonne guerre.

Dans vos ouvrages Big Business avec Hitler et Le Mythe de la Bonne Guerre : Les USA et la Seconde Guerre mondiale, vous démontez le mythe de la «libération» de l’Europe par les Etats-Unis alors que l’on sait que c’est la victoire de Stalingrad par les Soviétiques qui a été le tournant de la guerre. Dire que les Etats-Unis ont libéré l’Europe n’est-il pas un autre mensonge historique ? Les Etats-Unis n’ont-ils pas tout simplement colonisé l’Europe ? Comment expliquez-vous la dépendance de l’Europe vis-à-vis des Etats-Unis et le fait que les Européens suivent toujours la politique impérialiste des USA ? L’OTAN n’est-elle pas devenue obsolète ?

Il est vrai que l’Union soviétique a apporté la plus grande contribution, et de loin, à la victoire des Alliés. Si l’Armée rouge n’avait pas réussi à arrêter le rouleau compresseur nazi devant Moscou en 1941 et à remporter des victoires importantes à Stalingrad et ailleurs, Hitler aurait gagné la guerre. Mais les nazis avaient la machine de guerre la plus puissante que le monde ait jamais vue, et la vaincre nécessitait la contribution de toutes les armées alliées et aussi des mouvements de résistance. On ne peut nier que l’armée américaine a également apporté une contribution importante ; cependant, les dirigeants américains ont profité de la présence de leur armée en Europe occidentale pour établir leur hégémonie sur cette partie du monde. A bien des égards, ils n’ont pas vraiment «libéré» les pays d’Europe occidentale. Aujourd’hui encore, l’Allemagne n’est pas «libre» de demander aux troupes américaines de quitter son territoire, et la Belgique et les Pays-Bas doivent tolérer la présence à l’intérieur de leurs frontières de bombes atomiques américaines. Le président français Charles de Gaulle n’était pas loin de la vérité lorsqu’il a décrit la libération américaine de la France comme une seconde «occupation», faisant suite à l’occupation allemande. Contrairement aux Allemands et aux Belges, il a eu le culot d’exiger que les troupes américaines quittent la France, et c’est l’une des raisons pour lesquelles la CIA semble avoir été impliquée dans divers attentats contre sa vie. Mais même de Gaulle n’a pu éviter d’adhérer à l’OTAN, qui n’est pas du tout une alliance d’égaux, mais un club de «satellites» européens des Etats-Unis, strictement contrôlé par le Pentagone, et fonctionnant comme un département de vente et de relations publiques du «complexe militaro-industriel» américain. L’OTAN a été créée à l’origine pour défendre l’Europe occidentale contre une menace totalement fictive émanant de l’Union soviétique et aurait donc dû être dissoute après l’effondrement de l’«empire du mal». Pour les Etats-Unis, cependant, l’OTAN est un instrument très utile et puissant pour contrôler l’Europe. Et en effet, ce contrôle, cette hégémonie, a été établi par les Etats-Unis dans les mois qui ont suivi le débarquement de leurs troupes en Normandie en 1944. Ironiquement, cet exploit n’aurait pas été possible si l’Armée rouge n’avait pas porté des coups mortels à l’Allemagne nazie bien plus tôt.

L’intervention américaine en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale n’est-elle pas tout simplement une guerre capitaliste ? Ne sert-elle pas en premier lieu les intérêts de l’impérialisme américain et son complexe militaro-industriel ?

La Seconde Guerre mondiale s’est résumée à deux guerres en une seule. D’une part, il s’agissait bien d’une guerre «capitaliste», ou plutôt d’une guerre «impérialiste». L’impérialisme était/est la manifestation internationale, mondiale du capitalisme, impliquant la concurrence et le conflit entre les principales puissances capitalistes/impérialistes sur des territoires regorgeant de desiderata tels que les matières premières (comme le pétrole) et la main-d’œuvre bon marché. La Première Guerre mondiale était un conflit impérialiste, mais elle n’a pas réglé les choses, alors les puissances impérialistes sont entrées en guerre une seconde fois. Les Etats-Unis sortiraient de ce conflit comme le grand gagnant grâce, ironiquement, à la défaite écrasante de l’Union soviétique face à l’autre candidat à la suprématie impérialiste, l’Allemagne nazie. En même temps, la Seconde Guerre mondiale était aussi un conflit entre le capitalisme-impérialisme et le socialisme, incarné par l’Union soviétique. C’est une ironie de l’histoire que les deux types de conflits aient fusionné, produisant des contradictions telles que l’alliance de facto de l’Union soviétique socialiste, intrinsèquement anticapitaliste et anti-impérialiste, avec deux puissances impérialistes antisocialistes, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne. La guerre a servi les intérêts de l’impérialisme américain en ce qu’elle a permis aux Etats-Unis d’émerger comme le numéro un incontesté de l’impérialisme. Mais l’issue de la guerre était imparfaite car elle signifiait aussi un triomphe pour l’Union soviétique anti-impérialiste. C’est pourquoi, immédiatement après la Seconde Guerre mondiale, Washington a commencé une nouvelle guerre, la «Guerre froide», avec pour objectif rien de moins que l’élimination de l’Union soviétique.

L’impérialisme américain n’a jamais cessé une politique de guerre et de coups d’Etat à travers le monde. Les guerres impérialistes qui ont ravagé l’Irak, l’Afghanistan, la Libye, la Syrie, le Yémen, etc. ne sont-elles pas symptomatiques de la barbarie de l’impérialisme américain ?

Historiquement, l’impérialisme américain a poursuivi ses objectifs de manière systématique, impitoyable et, pourrait-on ajouter, non seulement ouvertement mais aussi furtivement, via la guerre ouverte, la guerre économique, la déstabilisation, le sabotage et les tentatives d’assassinat. Parmi les exemples de cette impitoyabilité, citons le bombardement inutile d’Hiroshima, la guerre chimique contre les Vietnamiens, les tentatives d’assassinat réussies ou non de dirigeants récalcitrants tels que Fidel Castro et Lumumba, et des sanctions économiques qui coûtent la vie à des dizaines, voire des centaines de milliers de femmes et d’enfants, comme l’a tristement reconnu Madelaine Albright dans une référence à l’Irak. Alors oui, les guerres déclenchées par les Etats-Unis en Irak, en Afghanistan, en Libye, etc. sont symptomatiques de cette impitoyabilité ou barbarie, comme vous l’appelez.

Qui est le Dr Jacques Pauwels ? Jacques R. Pauwels est un historien, chercheur et écrivain, né à Gand, en Belgique. Il a émigré au Canada en 1969 après des études d’histoire à l’université de Gand et s’est installé près de la ville de Toronto. Il est devenu professeur d’histoire dans plusieurs universités canadiennes, dont l’université de Toronto et celle de Guelph. Il est conférencier dans diverses universités de l’Ontario et a publié de nombreux articles. Il a écrit plusieurs ouvrages traduits en plusieurs langues dont Women, Nazis, and Universities : Women University Students in Nazi Germany, 1933-1945 ; Le Mythe de la bonne guerre ; Les Etats-Unis et Seconde Guerre mondiale ; Big Business avec Hitler ; Les Mythes de l’Histoire moderne, Le Paris des sans-culottes.

Son site internet http://www.jacquespauwels.net

Published in American Herald Tribune August 13, 2020: https://ahtribune.com/interview/4347-jacques-pauwels.html

suivez les articles du Pardem :

https://pardem.org/actualite/la-serie-demondialisons/1055...

 

07/09/2020

1° N’ENVOYEZ PLUS VOS GOSSES A CETTE ECOLE QUI LES BAILLONNE ! (mais 2° c'est pas tout ! il va falloir virer la mafia au pouvoir comme des malpropres qu'ils sont)

"Indignez-vous" ? Non ! "Révoltez-vous !!!" (révoltez-vous contre la censure qui s'abat sur ru-clip.net aussi  !!!!) - par Gérard Luçon

Jamais en France, depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, un pouvoir n’était allé aussi loin dans la menace et la répression ..

Que se passe-t-il aujourd’hui dans nos écoles, collèges, lycées? Non seulement l’imposition continuelle d’un bâillon, parfois jusqu’à plus de 10 heures/ jour – sauf durant les repas, moment où la promiscuité est à son maximum, les échanges vocaux aussi et le contact mains-bouche à son apogée… – mais aussi la présence imposante de brigades de gendarmerie aux abords et jusque dans ces établissements, tout comme dans les transports scolaires !!!

En 68, pour moi qui, lycéen, y ai activement participé, et alors que nous bloquions et occupions notre lycée (à Manosque, en Provence) aucun flic ni gendarme n’entrait, et aucun n’essayait d’entrer, c’était tout simplement inconcevable …

La république a bien changé ! Et la notion de DROIT et de légalité..

La Gendarmerie, c’est l’armée, et en France cette fois-ci cette frange de l’armée s’est rangée du côté de ce pouvoir défaillant, voire criminel (n’oublions pas le Décret 2020-190 du 3 mars interdisant la vente de masques aux particuliers). Pire, ces gendarmes font appliquer une mesure « insalubre » au moment même où des tribunaux condamnent l’obligation de port du masque dans l’espace public (voir liens en bas de texte), or avec la présence dans les écoles de ces gendarmes, l’école est désormais un espace public et non plus un lieu privilégié d’enseignement, d’apprentissage, de socialisation …

Ce pouvoir est à « gerber », et comme il ne tient que par la violence et l’intimidation, il est à virer sans ménagement avant que nous ne nous retrouvions avec des gosses malades, allergiques, traumatisés!

N’ENVOYEZ PLUS VOS GOSSES A CETTE ECOLE QUI LES BAILLONNE !!!

Certains me rétorqueront que c’est facile pour moi de donner ce conseil, mon fils ayant 43 ans… je crois que le problème que la société française d’aujourd’hui rencontre est celui de l’individualisation et de sa conséquence directe, l’isolement et la perte de solidarité. C’est là que l’on trouve la vraie conséquence des événements de 68. À l’époque j’étais donc lycéen et membre des Jeunesses communistes (et aussi du PCF et des C.A.L.); outre l’occupation du lycée je fréquentais la Bourse du Travail où je coyotais les ouvriers, les militants, et même au plus fort de la grève paralysant le pays, les paysans qui apportaient leurs produits pour les offrir aux familles des grévistes … O tempora, o mores !

De 68 les médias ne retiennent que la photo de Cohn Bendit, Personnellement je retiens ceci de cet énergumène bourgeois : à son retour fanfaron et „incognito” d’Allemagne il déclarait à un journal que c’étaient ses réseaux révolutionnaires qui lui avaient permis de rentrer ! Lui qui en réalité était rentré caché dans le coffre de la voiture de Marie-France Pisier (ça ne s’invente pas !!!). Quand à l’autre comique-troupier télévisé, le dénommé „Goupil” autoproclamé créateur des CAL (Comités d’Actions Lycéens) on ne l’a découvert que parce qu’il était d’une famille squattant la Cité des Artistes, donc proche des "médias" et de la „jet-set”.

La conséquence directe de 68, de ces ouvriers disant à Georges Séguy que ses accords de Grenelle il pouvait „se les tailler en pointe”, c’est que tous les pouvoirs qui ont suivi et quasiment tous les dirigeants syndicaux et politiques ont cherché à museler le peuple, le canaliser et éviter toute initiative populaire non contrôlée depuis le sommet … ainsi nous en sommes arrivés à un parlement où il n’y a plus aucun ouvrier, plus aucun petit paysan, que „des bourges”, „des cuillers en argent”, „des De la Haute” !

Alors parents, effectivement vous êtes seuls face à cette école de la répression et de la soumission! Car que représente donc le port continuel de ce masque? D’abord et avant tout des conséquences sanitaires. La santé des élèves est purement et simplement mise en danger : hypoxie (et les problèmes sur le fonctionnement du cerveau qu’elle engendre), problèmes respiratoires, bactéries, problèmes cutanés…
Mais aussi, peut-être plus symboliquement, l’interdiction de s’exprimer et de voir les autres s’exprimer, même les mimiques sont censurées car devenues invisibles. Avec un masque on entend mal ce que les gens disent, on ne voit plus leur expression, leur sourire ou leur rage. La communication s’arrête. Comme une servitude volontaire (
Ô combien faut-il relire La Boëtie! - et ionesco ! « Rhinocéros »), le silence s’impose.

Est-ce bien ça que vous souhaitez à vos gosses? Est-ce bien raisonnable de l’accepter? Ne vaut-il pas mieux prendre le risque d’une année scolaire perdue ou effectuée à la maison, voire d’un contrôle social qui a de grandes chances de n’avoir jamais lieu, plutôt que de prendre le risque de leur porter préjudice?

Il y a une annonce de manifestation ce 12 septembre. Prenez cette date comme date charnière et historique, descendez dans la rue si vous le souhaitez et le pouvez, mais aussi à partir de cette date ne mettez plus vos enfants à l’école tant que le baillon sera en vigueur !

Voici une école à Wuhan, le fameux épicentre de la „pandémie”:


Et voici une école en langue roumaine, en Hongrie:

Ci après quelques liens utiles:

« En vigueur depuis samedi, l’arrêté qui rendait obligatoire le port du masque dans 13 communes de plus de 10 000 habitants dont Strasbourg a été suspendu par la justice hier. Une décision qui fait suite à la plainte de deux pratiquants hospitaliers : un psychologue hospitalier Vincent Feireisen et le médecin Christian Chartier. Tous les deux Strasbourgeois, ils ont décidé de saisir le tribunal administratif de Strasbourg pour « atteinte grave et imminente à une liberté fondamentale ». Le psychologue, qui a eu la Covid-19, a confié à France 3 avoir été choqué par « le caractère disproportionné de cet arrêté », même s’il précise « ne pas être anti-masque ». « On met en place des contraintes, ce n’est pas de la prévention, mais une forme de contrôle social qui viole ostensiblement la vie privée car disproportionnée et inadéquate à ce qui est visé : la protection de la santé. Depuis le début de l’épidémie et sans contraintes, les gens dans les magasins et dans les lieux clos mettent le masque, car ils sont intelligents ».

    •  

https://frontpopulaire.fr/o/Content/co209466/port-du-masq...

    •  

https://www.sudouest.fr/2020/09/02/pyrenees-atlantiques-l...

    •  

https://www.lepoint.fr/politique/la-justice-casse-l-oblig...

et ce lien lourd de sens: une école à Wuhan :

    •  

https://www.lindependant.fr/2020/09/03/coronavirus-le-ret...

(merci à Anne et Stéphane pour la collaboration)

 

regardez ci-dessous ce reportage sur cette immonde et capitaliste plateforme : youtube , qui a saboté, piraté, censuré, hacké l'excellent et LIBRE portail de vidéo ru-clip.net, le seul échappatoire qui restait pour y  échapper et sur laquelle il y avait moyen de lire les commentaires !! et de télécharger les vidéos !!!

que l'action de ces 500 familles serve d'exemple, surtout dans le contexte actuel d'infame et humanismicide épidémie de "Rhinocérite "  aigue qui s'abat sur la france et le monde ! (OMS, et qui finance l'OMS ? hein ? - "qui paye commande" dit la sagesse des nations, "à qui profite le crime ?" dit le BON SENS policier ..) puisse servir d'exemple et être suivie par un max de personne, en Bretagne et ailleurs !

 

 

et même pour ceux qui y vont il y a des moyens juridique de défense, lisez cet article :

https://reseauinternational.net/comment-dispenser-ses-enfants-de-porter-le-masque-a-lecole

 

06/09/2020

Bon, concernant cette question du VIOL, et la quasi déification qu'on fait actuellement de sa répression, il faut quand-même creuser le problème plus profondément

- juin/1987 : Réflexions d’actualité
On juge et on condamne ceux qui volent et ceux qui violent ; or les patrons (et les cadres sup des services du personnel) qui foutent à la porte (c’est à dire dans le contexte actuel à la misère, au chômage sans recours, à la mort lente, au désespoir à la clochardisation, etc., etc.) des gens, éventuellement après les avoir piégés et foutu artificiellement une faute professionnelle sur le dos, ou par arbitraire ou sur un caprice quelconque de chef et maquillé sous une licenciement économique, etc., on ne les juge pas, on ne les condamne pas (non, ce sont eux qui jugent et qui condamnent) et pourtant. Les effets psychologiques sont les mêmes, la violence la même, et c’est aussi dégueulasse, et souvent aussi criminel. La misère est au bout autant et en fait plus que pour celui qui se fait tout voler par un voyou (ah mais les patrons sont des gens « respectables » n’est-ce pas et les voyous des « marginaux » !). On a vu des gens condamnés à 20 ans de prison pour un viol, et jamais pour un licenciement, même arbitraire, or c’est une forme de viol pourtant, dans le contexte actuel, et surtout quand on s’est fait virer arbitrairement ou après avoir été piégés par un tout-puissant, ou quand on a sa maison à payer à crédit (comme la belle-sœur de Mme Possien à l’U.G.C.A.). La preuve il y en a qui se suicident, ou qui sombrent dans la dépression. D’un viol certaines restent traumatisées toute leur vie, d’un licenciement c’est pareil. Comment expliquer cette différence ? Sans doute avec Gilliard «  Ce qu’on appelle l’ordre établi n’est qu’un état de violence entré dans l’habitude. Il n’y a pas d’injustice, d’injure, d’iniquité, d’indignité, de brutalité, de barbarie, à qui la durée ne puisse conférer, par l’accoutumance, « morale » une apparence de civilité, un air de décence, des dehors de bienséance » (cité par Catherine Baker, in « Insoumission à l’école  obligatoire »)

05/09/2020

Puritanisme actuel

( écrit sur un petit papier dans le livre « La civilisation des Moeurs » de Norbert Elias)

 

Quand on regarde l'histoire de l'habillement féminin, c'est révélateur : « avant », depuis le XVI siècle, elles avaient des décolletés qui montraient largement leurs seins, sauf à la fin du XIXe siècle marqué par un puritanisme « victorien ». Au début du siècle elles se cachaient les seins, mais elles se sont mis à montrer leurs jambes. Dans les années 50 c'était l'époque (bien finie maintenant !!! ....) de la libération sexuelle, on a à la fois inventé le bikini et on a découvert les charmes de l'érotisme, et la mode venue des USA était aux vêtements mettant en évidence des seins bien pointus et dressés (et quand elles ne les avaient pas assez voyants, elle mettaient des soutiens-gorges à armature). La femme d'alors n'avait pas honte d'être femme, et de plaire. C'était l'époque de Brigitte Bardot. Plus tard il y eu encore la mini-jupe, mais comme mai 68 c'était la fin d'une époque, l'exacerbation d'une logique avant le reflux.
Depuis il y a eu l'éducation sexuelle généralisée et la pornographie, et en fait ça n'a pas développé la « libération sexuelle », au contraire ça a (avec en plus le féminisme politiquement correct) créé un fort mouvement de puritanisme, et de puritanisme même pas plaqué de force de l'extérieur, mais intériorisé, et plus que jamais on s'est mis à considérer que la sexualité est par essence quelque chose de sale, et d'avilissant, d'indigne d'une FEMME et d'associé avec la violence et le crime. Ces idées sont générales chez les femmes maintenant, et les hommes, complexés, y viennent. Même le plus innocent flirtage, est maintenant considéré comme un crime, et puni par la loi !  (quand c'est un homme qui le pratique ! les femmes en ont le droit, elles, on voit le racisme anti-hommes !). Et que voit-on ? De plus en plus les femmes maintenant :
1°) sont « chevalines » et le plus maigres possible, le modèle est passé de Renoir à Giacometti; il n'y a pas de sexualité chez Giacometti
2°) les vêtements tendent, au contraire des modes précédentes, à effacer au maximum la présence des seins; et d'une manière générale à gommer la féminité et à la « désinfecter » de toute sensualité, les robes rallongent et sont étroites, les pantalons, quoi que moulants sont conçus pour être le moins érotiques possible (Giacometti).
Bref l'évolution du vêtement traduit bien l'ambiance sociale et l'esprit changeant.

04/09/2020

la sinistre évolution actuelle

Dans son livre démystifiant le Libéralisme (et que je vous recommande très fort !), Domenico Losurdo évoque (page 89 de la version en espéranto, edité par MAS) « la krimigo de antaŭe plene permesataj kondutoj ».

La criminalisation de conduites auparavant tout à fait possibles et autorisées.
C'est un phénomène que produit le système actuel ! Et en masse !

Sont devenues ainsi criminalisés, le fait de prendre sa voiture avec un verre dans le nez, de téléphoner au volant, de faire du feu dans sa cheminée, de brûler ses feuilles mortes, de porter un fichu sur les cheveux, de chanter une chanson (« droits de propriété intellectuelle »), aux filles d'aller à l'école en robe, de copier un disque ou une cassette pour le passer à des amis, d'enregistrer et de reproduire un article sur Internet, d'adresser la parole à un policier, s'il est mal luné, aux enfants d'aller faire les courses dans un magasin, de cultiver les variétés qu'on veut dans son jardin, et aux paysans de resemer les graines de leur récolte, aux chats et aux chiens de se promener dans les rues, de ceux qui n'auraient pas une puce RFID implantés dans le corps de vivre purement et simplement, d'avoir une maison sans 1° une alarme qui empêche d'avoir de la fumée dans la maison (2° la suite viendra), de fumer à son travail, dans les cafés, et bientôt partout, bientôt aussi les boisson alcoolisées, déjà interdites dans les faits du fait de l'interdiction plus haut, d'entrer dans une église (ça, ça n'est pas criminalisé mais rendu physiquement impossible, ça revient au même), aux enfants de dormir sur la banquette arrière de la voiture pendant que leurs parents conduisent, de s'embraser dans une voiture, de fumer dans une voiture, de bavarder dans une voiture, de baisser sa fenêtre de compartiment dans un train,  et au vu des caméras à analyse de comportement qu'on est en train de mettre dans les villes seront bientôt interdit : de baguenauder, d'errer, d'aimer la solitude, de regarder les maisons ou les arbres, pour les enfants de courir, de « voler un baiser » à une femme, de se tenir par la main.
à suivre hélas ! Tout n'y est pas, vous pouvez m'aider et ajouter ce que j'ai oublié à la liste

 

le cauchemar qui s'étend, la singapourisation de la planète :

http://lemetropolitanblog.com/2011/08/06/new-york-vous-li...

aux Pays-Bas c'est déjà comme ça.
ça fait partie non seulement de la folie actuelle, mais c'est un plan concocté savamment et dans un but bien précis, ce n'est pas seulement pour le plaisir de déshumaniser les gens :

« Si vous désirez une image de l’avenir, nous dit l’aimable tortionnaire de "1984", imaginez une botte piétinant un visage humain... éternellement.http://www.monde-diplomatique.fr/2000/10/BRUNE/2470

https://blogs.mediapart.fr/le-blog-de-boris/blog/240720/pourquoi-la-periode-actuelle-est-fascisante
Mutati mutandis, l'histoire se répète, la vague des fascismes des années 20 et 30 avait été causée par l'évolution démocratisante modernisante, et socialisante du demi-siècle qui l'avait précédé (comme disait Bertolt Brecht "le fascisme est la forme que prend la démocratie bourgeoise en temps de crise" !) la bourgeoisie et la banque l'avait favorisé pour contrer le communisme à tout prix. De nos jours alors que des esprits perçants tels Bernard Friot ou Etienne Chouard, remettent les questions de base sur le tapis, le pouvoir du Libéral-Fascisme (allez en voir la définition sur le site de Syti) reprend sa course avide et moderniste ("lesprit de la modernité comme dit Zygmunt Bauman, dans son livre modernité et holocauste") ver la toute puissance totalitaire (qui est dans les gênes du capitalisme, et pas dans ceux du socialisme, contrairement à ce que leur propagande avait voulu nous faire croire), et leurs but pervers se traduisent par l'horreur que nous vivons en ce moment , et dont la suite sera encore pire, ils savent qu'ils peuvent "y aller" il n'y a plus de force qui s'opposent à eux , ils foncent et révèlent leur vrai visage, qu'ils ont si longtemps caché....

et ils se servent de l'épiidémie pour aller encore plus loins dans l'innommable :

Les Maîtres du Monde Un jour ils vont cogner à nos portes. Coronavirus. À Paris, les clients des bars pourraient être tracés
lund. 17 août 2020 :
Faudra-t-il fournir ses coordonnées avant de déjeuner dans un restaurant ou de prendre un verre dans un bar ? Face à l'augmentation du nombre de cas de Covid-19, la mairie de Paris envisage de demander aux restaurateurs et cafetiers de tenir un registre des clients ayant fréquenté leur établissement.

Une telle précaution permettrait aux autorités sanitaires de recenser plus facilement les personnes ayant été en contact avec une personne atteinte de la maladie. StopCovid ne fonctionne pas, personne ne s'est mis sur cette application, il y a deux millions de personnes (qui l'ont téléchargée). C'est totalement insuffisant [pour nos maîtres capitalistes totalitaires], il faut trouver d'autres solutions qui responsabilisent les gens , constate Anne Souyris, adjointe à la mairie de Paris en charge de la Santé publique.
Ce fonctionnement, déjà en vigueur en Allemagne et en Belgique,

[Les Allemands et les Belges sont des peuples plus SOUMIS que les Français, la preuve les banques avides ont réussi à y faire supprimer les chèques - qui leurs coûtent 50 fois plus cher à traiter que les paiements électroniques, plus facilement totalitaires en plus, et ainsi ça leur a permi de licencier encore plus de personnel et de maximiser leurs agréables profits !] pourrait être appliqué à Paris sur la base du volontariat. Les données ainsi collectées seraient détruites par les gérants au bout de trois semaines.
Certains restaurateurs sont sceptiques. C'est très compliqué à mettre en place, estime, perplexe, Simon Molina, responsable au bar-restaurant L'Abreuvoir, dans le XVe arrondissement. Nous avons plusieurs centaines de clients par jour et nous manquons de temps pour s'assurer que tout le monde remplit bien sa fiche. Même le stockage des documents nous poserait problème.
Les syndicats de la profession doutent que les entreprises puissent s'assurer que tous les consommateurs se plient à la règle. Pour Laurent Lutse, président de la branche cafés, brasseries et établissements de nuit de l'Umih (Union des métiers et des industries de l'hôtellerie), si le client refuse de remplir les fiches, ce n'est pas au
gérant [ce qui veut dire que ce n’est pas le propriétaire, une grosse féodalité financière ? - qui tien le café ou le restaurent, monde aberrant sans aucune liberté ! Monde d’investisseurs encravatés, cadres sup de féodalités financières qui se font un max de fric sur le travail des GENS!!!!!] de faire la police ».
Pour les petites consommations, les gens ne se plieront pas à la règle.
Cela pourrait même en freiner certains de venir chez nous [j’espère bien ! qu’ils crêvent tous la gueule ouverte!], abonde Simon Molina. Nos clients respectent les gestes barrières et le port du masque [en bons « Rhinocéros » pétainistes bien soumis, zombis déshumanisés, comme dans Ionesco], je pense que c'est suffisant.
Chez les professionnels, un ras-le-bol commence à poindre, particulièrement depuis l'interdiction récente de chauffer les terrasses
[mesure prise pour interdire encore plus de fumer, et donc la vie et la convivialité et l’humanité des PERSONNES].
Le secteur de l'hôtellerie et de la restauration a été frappé de plein fouet par la crise sanitaire et économique. Il faut faire confiance à nos clients , affirme Simon Molina. Les bars-restaurants en ont déjà beaucoup fait, pas besoin de nous ajouter des mesures supplémentaires.
Commentaire : En général la population commence a en avoir ras-le-bol de toutes ces mesures de fichage, de controle, de surveillance, d'interdictions, de coupures, de menaces, etc. Les gens veulent que l'économie re-démarre, retourner au travail, reprendre le mouvement d'avant, vivre et laisser vivre. Biensur notre réalité a fait un bond de 180 degrés et il va être très dur de revenir au monde d'avant. En fait oublions une fois pour toutes le monde d'avant car le monde de maintenant il est fait de fichages, controles, surveillance, interdictions, coupures et menaces.... C'est ce que nos maîtres ont décidé.

https://fr.sott.net/article/36014-Regardez-et-pleurez-Ils...

dom38 Commentaires des Lecteurs (1)

Apparemment, une voyante aurait écrit dans un livre qu'elle voyait une révolution vers 2022 ou 2023. Ca me paraît de plus en plus plausible… si ce n'est souhaitable. [c’est tout à fait souhaitable!] La crise économique va s'accentuer, et tous ces élus imposteurs vont accepter de laisser l'oligarchie nous infliger ces projets de vaccinations (dangereuses) obligatoires, de passeports de santé pour avoir le droit de circuler, etc. Pour ce que l'entend par imposteurs, référez vous à Roland Gori (sur YouTube).

l'horreur à venir :

 

ne vous y trompez pas, c'est ça ou David Icke