Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/10/2015

la souffrance

"Dans la souffrance (morale), la tristesse, la nostalgie, on atteint plus la vérité, en général, que dans le bonheur ; dans le bonheur on est souvent futile, et souvent dans un monde de carton-pâte, le monde de la douleur creuse plus profondément et se nourrit de choses essentielles, et est plus conscient, et plus sensible que le bonheur. C’est la source inépuisable de la vérité, et des valeurs. Et aussi du respect d ‘autrui ; le bonheur piétine autrui. La douleur est plus sérieuse et plus authentique. Les moments de tristesse, les vagues de nostalgie, les éclairs d’horreur, sont souvent les seuls moments de valeur humaine."
(R. P.)

14/10/2015

Ce temps est si sévère

En 1855 Théodore de Banville (un homme beaucoup plus sensible que le prétendent les manuels de littérature) semblait avoir déjà prévu quelle serait  l'ambiance de notre sinistre époque !

Ce temps est si sévère
           Qu’on n’ose pas
      Remplir deux fois son verre
           Dans un repas,

      Ni céder à l’ivresse
           De son désir,
      Ni chanter sa maîtresse
           Et le plaisir !

      On croit que, pour paraître
           Rempli d’orgueil,
      Il est distingué d’être
           Toujours en deuil !

      Les topazes, la soie,
           La pourpre et tout,
      Ne font pas une joie
           D’assez bon goût,   

Et les bourgeois que flatte
           Un speech verbeux,
      Ont peur de l’écarlate
           Comme les bœufs !

      O pauvres gens sans flamme,
           Qui, par devoir,
      Mettent, même à leur âme,
           Un habit noir !

      Qu’ils ne puissent plus boire
           Sans déroger,
      C’est bien fait pour leur gloire !
           Mais, cher Roger,

      Nous de qui le cœur aime
           Un doux regard,
      Admirons ce carême
           Comme objet d’art,

      Et restons à notre aise
           Dans le soleil
      Qu’a fait Paul Véronèse
           Aux Dieux pareil !

      Sa lèvre nous embrase !
           Que ces marchands
      Gardent pour eux l’emphase,
           Et nous les chants ! 

Tant que des gens moroses
           Le ciel épris
      Ne mettra pas aux roses
           Un habit gris,

      Tant qu’au dôme où scintillent
           Les firmaments,
      Parmi les saphirs brillent
           Des diamants,

      Tant qu’au bois, où m’accueille
           Un vert sentier,
      Naîtront le chèvrefeuille
           Et l’églantier,

      Tant que sous les dentelles
           Daignent encor
      Nous sourire les belles
           Aux cheveux d’or,

      Tant que le vin de France
           Et les raisins
      Porteront l’espérance
           A nos voisins,

      Gardons la jeune Grâce
           Pour échanson,
      Que jamais rien ne lasse
           Notre chanson      

Et vous que j’accompagne
           Jusqu’au mourir,
      Versez-nous le champagne !
           Laissons courir,

      Avec l’or et la lie
           De sa liqueur,
      L’inconstante folie
           Dans notre cœur.

      Buvons ce flot suave
           Et sans rival,
      Et nous prendrons l’air grave
           Au carnaval !


 (confirmation de l'évolution de notre sinistre époque : les études ont montré que les gens de nos jours rien de 10 à 20 fois moins souvent qu'en 1930 https://sharknews.fr/2012/09/19/internet-le-refuge-du-rir...

01/10/2015

7-7-2011

Mon petit chat qui se jette sur mon gros chat blanc et l'enlace avec ses deux pattes. Tu as envie d'un papa, hein ! je comprends.
C'est humain . . .

(2) suite : maintenant il ne joue même plus à se battre avec lui, il l'enlace avec ses deux pattes et le lèche sur le crâne. Comme c'est mignon ! (ça montre bien la nature de ce besoin)

24/09/2015

faites un essai d'une semaine !onjoint - Ne faites rien et écoutez le silence

trouvé une excellente proposition d'un blogueur qui nous dit :

je vous invite à faire un essai sans télé d'une semaine : Choisissez  un beau tissu que vous aurez plaisir à voir pendant une semaine et de le poser sur votre télé, qui va prendre une semaine de repos bien mérité.

Votre télé ainsi endormie va vous offrir la denrée la plus précieuse de l'univers : du temps !
Mais qu'allez vous bien pouvoir faire de cette denrée qui vous est offerte ainsi ? Je vous propose quelques idées pour employer les précieuses heures qui vous sont  ainsi offertes  

et voilà le programme ! comment retrouver UNE VRAIE VIE

- ressortez le jeu de petits chevaux ou de dames qui prend la poussière dans votre placard depuis si longtemps et faites une partie avec votre conjoint, vos enfants ou avec des amis. Les chevaux prendront l'air et vous aussi.

(Personnellement je conseillerais plutôt un jeu de cartes !)

- Prenez votre lampe de poche et partez faire une promenade nocturne dans la forêt ou dans la nature, seul ou avec vos proches. La nature est si différente la nuit.

 

amour4(avant1953...).jpg

- Sortez vos vieux albums photo, ouvrez les et parlez de votre histoire avec les personnes qui partagent votre quotidien. Ca fait du bien de donner un sens aux choses.

- Aimez vous !

- Lisez tout haut quelques passages d'un livre que vous aimez beaucoup à votre conjoint

- Ne faites rien et écoutez le silence

 

07.1.jpg

 

Enfin, faites ce qui vous passe par la tête, allez marcher dans la forêt pieds nus, ou montez en haut d'un arbre pour changer de perspective, mais faites quelque chose dont vous vous souviendrez et qui vous rendra heureux. 

par exemple

kamp' aŭtuna

Dans le si important (kaj trafa) poeme de Tamas Falu  « Kontraŭ Morto mi protestas/Kaj skribe mi apelacias »

dans son motivaro il finit par « kamp' aŭtuna »

Oui!! Il fut un temps où je pouvais, plus maintenant si Jacqueline n'est pas là, où même je rêvais comme pas un de me promener à travers champs, en automne, voire la nuit, c'était mon rêve.

Oui c'était un temps où on pouvait sans crainte et sans difficulté se trouver dans un train roulant le soir à travers la nuit. On pouvait être sûr alors, qu'on n'aurai aucun mal à l'arrivé de trouver un hôtel. Et un hôtel qui sera dans vos prix. Pas seulement des « chaînes » pour homme d'affaires libéral-fascistes. Et pour prendre un train, selon son humeur, on n'avait qu'à aller au guichet, et acheter un billet, et puis monter dans le train (sans se soucier de le poinçonner, il y avait des contrôleurs qui s'occuperaient de ça, on pouvait en être sûr, et ça n'était pas des flics haineux) la vie était beaucoup plus facile et sûre que maintenant.

c'était jadis ... ( comme dirait Oskar Milosz)

30 ans seulement 

quelle destruction de notre pays !

 

la vraie vie versus la paranoïa aliénante :

notre monde actuel est en guerre :

En guerre contre les microbes. Guerre contre les insectes. Guerre contre les Palestiniens. Guerre contre les Syriens. Guerre contre les SDF. Guerre contre les drogués. Guerre contre la liberté. Guerre contre les chômeurs. Guerre contre les pauvres. Guerre contre les différences. Guerre contre la fête. Guerre contre le partage. Guerre contre le dialogue. Guerre contre la diversité. Guerre contre les traditions. Guerre contre les fumeurs. Guerre contre les intellectuels. Guerre contre l'intelligence. Guerre contre la diversité. Guerre contre la marginalité. Guerre contre la fraternité. Guerre contre la culture. Guerre contre le sexe libre. Guerre contre l'alcool. Guerre économique. Guerre contre le hasard. Guerre contre la lenteur. Guerre de l'information. Guerre contre les animaux. Guerre contre les plantes, concurrentes de Big Pharma qui ont l'impardonnable tort d'être gratuites."

 

 

21/09/2015

C’est le libre bonheur

je regrette le temps quand il y avait des familles, quand les gens s'aimaient, quand les gens pouvaient avoir confiance, quand les femmes faisaient à manger pour leurs maris et leurs enfants et les hommes travaillaient et gagnaient de l'argent qu'ils ne dépensaient pas, sans penser à se demander des comptes l'un à l'autre, et trouvaient ça normal, sans se quitter, sans être égoïstes ni être hargneux comme les gens de maintenant.

Un nid c’est la chaleur intime et le murmure,

La tendresse et l’espoir dans l’ombre palpitants,

             C'est le libre bonheur bercé par la ramure

     Bonheur bien enfoui, voisin du ciel pourtant.

09/09/2015

L'église Sainte Rita démolie pour être remplacée par des parkings et un immeuble de rapport

sainte-rita17-1024x683.jpg

http://www.planeteanimaux.com/wp-content/uploads/2015/08/...sainte-rita17-1024x683.jpg

*http://www.metronews.fr/paris/sainte-rita-l-eglise-des-an...

rappel, le passé, vidéo :

*et maintenant le présent, l'Eglise Catholique Gallicane, église des catacombes :

sainte-rita13.jpg

http://www.planeteanimaux.com/wp-content/uploads/2015/08/...sainte-rita13.jpg

Histoire de la résistance chrétienne des catacombes à Paris :

https://paroissesainterita2015.wordpress.com/2015/03/

 

06/09/2015

la lecture

deux citations que je rappelle souvent :

Jules Renard : "Je lis comme les poules boivent, en renversant de temps en temps la tête en arrière, pour faire passer"

 

et Gabriel Matznev :" un livre qu'on n'a pas lu la plume à la main est un livre qu'on n'a pas lu."

Qu'on se le dise !

et voici

"Le cercle vertueux de l'annotation."

01/09/2015

la grande aventure

LA GRANDE AVENTURE

( En français: "Pourquoi étudier l'Espéranto ? Est-ce que ça peut faire gagner de l'argent ? En général non!
Pourquoi passer notre temps à travailler à sa diffusion ? Eh bien, tous ceŭ qui ne s'interessent qu'à des choses qui apportent un avantage financier, ne s'occuppent pas du tout d'Espéranto.Mais les personnes qui ont déjà évolué suffisamment pour comprendre que la vie ce n'est pas que l'argent perçoivent aisèment la valeur incommensurable de l'Espéranto. L'home ne vit pas que de pain. Et pas seulement d'argent ... En fait on vit aussi de la beauté et d'émotion. On vit aussi d'aventure ... Et c'est précisément ce que l'Espéranto peut être pour nous.
"La Grande Aventure", l'Espéranto est la grande aventure de l'esprit, de l'intellect, de l'âme. Quand on commence à parler Espéranto avec d'autres personnes - principalement quand il s'agit d'étrangers - et qu'on s'apperçois que ça marche, pleinement, on ne peut pas ne pas se sentir inondé par une véritable vague de plaisir, par une émotion profonde, en un mot le bonheur. Nous avons la même impression quand nous lisons des livres ou des revues, ou quand nous correspondons avec des amis lointains. Seuls ceux qui ont déjà éprouvé ces sortes d'émotions espérantistes peuvent comprendre combien elles ont de valeur.
De temps en temps je relis ce texte, et à chaque fois après l'avoir lu je suis convaincue de son vrai sens et de la profonde sagesse qu'il contient, je peux même respirer l'air frais qui en émane et rempli mon âme. Il est difficile de trouver par des mots simples la profondeur de la vérité. Vraisemblablement la "Grande Aventure", que l'Espéranto fait connaître à des milliers et des milliers de gens, qui ont ainsi le bonheur de vivre les plus belles émotions humaines.
Félicitations à cet espérantiste cultivé, qui exprime si simplement ses pensées extraordinaires sur la langue que nous aimons.")

Si vous ne me croyez pas, rien que cette expérience de Claude Piron dit beaucoup !
http://esperantofre.com/book/booke.htm#piron

La GRANDA AVENTURO

"Kial studi Esperanton? Ĉu oni povas gajni monon per ĝi? Ĝenerale, ne ! Kial uzi nian tempon por labori por ĝia disvastigado? Bone... ĉiuj, kiuj interesiĝas nur pri aferoj, kiuj donas mono-profiton, tute ne okupiĝas pri Esperanto. Sed la personoj, kiuj jam evoluis sufiĉe multe por kompreni, ke la vivo ne estas nur mono, facile perceptas la nemezureblan valoron de Esperanto. Ne nur per pano vivas la homo. Ankaŭ ne nur per mono... fakte , oni vivas ankaŭ de la belo, de la emocio. Oni vivas ankaŭ de la aventuro... kaj ĝuste tio, Esperanto povas esti por ni... " La Granda Aventuro". Ĝi estas la " Granda Aventuro" de la menso, de la intelekto, de la animo. Kiam ni komencas paroli Esperanton kun aliaj personoj -precipe alilandanoj - kaj vidas, ke la lingvo plene funkcias, ni povas nur senti veran inundon de plezuro, de profunda emocio, unu-vorte " feliĉon". La samon ni sentas, kiam ni legas librojn kaj revuojn aŭ korespondas kun foraj geamikoj. Nur personoj, kiuj jam spertis tiajn esperantistajn emociojn povas kompreni –kiom multe ili valoras. De tempo al tempo mi relegas tiun ĉi tekston kaj ĉiam post-legi mi estas konvinkita pri gia vera senco kaj profunda enhava-saĝeco. Mi eĉ povas spiri el tiuj vortoj la freŝan aeron , kiu blovas en mia animo.Malfacile estas trovi el simplaj vortoj la profundecon de la vero. Verŝajne " La Granda Aventuro" , kiun Esperanto okazigas al miloj kaj miloj da homoj , kiuj feliĉe spertas la plej belajn emociojn homajn.
Gratulon al tiu klera esperantisto, kiu simple elvortigis siajn ekstraordinarajn

pensojn pri nia amata lingvo. »


Karesema! (Espérantiste brésilienne, habite Porto-Allegre)

 

21/08/2015

au détour d'un poème de Wisława Szymborska une question me taraude

la knabeto emis meti la kapeton sur la genuoj de onjo

kie estas la genuoj ?

Kie estas la knabeto ?

14/08/2015

les services normaux ou - ne soyons pas innocents - le rapport entre les emplois et les services pour LES GENS et les profits du grand capital privatisé ou à privatiser !!

La SNCB (les chemins de fers) a subit une attaque informatique, alors les usagers, les citoyens belges ils ne pourraient plus acheter leurs billets ! Ah bon ? Et les agents ils ne sont pas derrières leurs guichets ?   Ou bien auraient-ils supprimés tous les guichets, ces capitalistes ? …..