Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/08/2021

"Bravo Dieudo ! nous sommes nombreux parmi les juifs à t'apprécier"

(normal ! nombreux sont parmi les italiens les gens qui apprécient les critiques contre Mussolini, et ne les taxent pas de "racisme anti-italien" !)

lien libre : https://ru-clip.net/video/SKxC75SNAN0/dieudonn%C3%A9-r%C3...

(à partir de 1 min 59 secondes)

Dieudonné le GENIE FRANCAIS, Dieudonné le Béranger de notre époque.

Il a le don de tirer le positif du négatif !  super-humain,  d'une intelligence rare, un roc !

dépêchez-vous de télécharger (par Ruclip.com) cette vidéo et de la mettre bien à l'abri.

Et diffusez-là clandestinement c'est une demi-heure d'intelligence de sérénité d'humour d'humanité précieuse !

https://www.findclip.net/video/havKrh-6cdA/dieudonn.html

Dieudonné : la Résistance du peuple

la résistance, toujours la résistance ! et le panache, sourire aux lèvres comme Gavroche

et puis humainement il n'a pas son égal ! courage et panache sans pareils, face à la haine et à toutes les bassesses, persévérance du PEUPLE.

Dieudo : homme-courage ! et toujours avec le sourire ! https://ru-clip.net/video/xo2CJoC5nNw/dieudonn%C3%A9-dieu...

 

même dans des circonstances arbitraires et dramatiques :

Un grand artiste, atypique et réfléchi.

face à lui les cons qui déversent leur haine sur lui apparaissent des cancrelats aussi lamentables et déphasés que les juges louis-phillipards en face de  Daumier !!!

Dieudonné et ses vidéos seront dans les livres d'histoire de l'avenir, à côté des chansons de Béranger, et des dessins si mordants et pertinents de Daumier.

(le premier séjour en Prison de Béranger 18 mars 1821 bientot on en fêtera le bicentennaire, ça serait marrant que l'oligarchie du pouvoir mette Dieudo en prison juste deux siècles après Béranger ! je rappelle que Béranger, qui était croyant, mais anticlérical, a été condamné par la "Très Sainte Eglise" sous l'accusation de blasphèmes et d'immoralité !!)

les français, les GENS ont compris !  écoutez ce qu'ils disent à 8min 45s et à 12 min 25s :

 

il a raison, Dieudo c'est le génie français !
celui de Molière, et de Béranger, plus le panache de Cyrano, et une réflexion sociologique sagace et profonde, plus le temps passera plus on s'en rendra compte et on le reconnaîtra.

la haine viscérale que porte à ce Béranger du XXIè siècle ces tristes vieillards gâteux :

c'est comme défendre Raoult c'est défendre l'esprit humain, et c'est défendre la France !

et chantons le 2ème couplet de "La Marseillaise", qui redevient vachement d'actualité :

 

Que veut cette horde d'esclaves
De traitres, de rois conjurés?
Pour qui ces ignobles entraves ?
Ces fers
dès longtemps préparés? (le brevet pour les "Smart dust" date de  2010, etc, etc)

Ces fers dès longtemps préparés ?
Français, pour nous, ah ! quel outrage
Quels transports il doit exciter?

C'est nous qu'on ose méditer
De rendre à l'antique esclavage ! (cf Marx,)

et re-regardez le film "Plandémic"  ( https://video.latavernedejohnjohn.fr/videos/watch/d98ca74... ) et "Manigance-19" et "vaccination Covid, le crime parfait.

les régimes de 1923-45 n’étaient qu’un 1er essai, encore grossier et brutal il était voué à l’échec….

21/08/2021

ça n'aura finalement été qu'une courte éclaircie la Civilisation

la modernité - sa société équipée, cultivée et conviviale, sa liberté, sa rationalité et son humanisme - n'aura pas duré longtemps. disons un siècle, elle a été rendue possible par l'effet de la pensée marxiste, et elle est déjà finie, nous revoici dans la geole de l'esclavage et du totalitarisme.

 

pour ceux qui ont planifié de détruire la Civilisation la France, les français, et fait mourir nos vieillards, et ceux qui n'ont pu être soignés à l'Ivermectine, les suicidés, les malades nont détectés non soignés, et la société il faut un nouveau Tribunal de Nüremberg. Ils seront jugés pour leurs crimes :

Philippot a raison, il ne faut se livrer à la violence que si et quand on est sûr de l'emporter, sinon c'est pire que mieux !

Qui ? Pas celui qu’on nous agite sous le nez comme un chiffon rouge
Même pas Macron , second couteau
Une maffia capitaliste tient le monde , cette pieuvre a étendu ses tentacules partout
La tête de la pieuvre (il doit y avoir Klaus Schwab dedans) , nous ne pouvons pas l’atteindre , nous, le peuple .
Nous couperons des tentacules
Ils repousseront
Un jour, par chance , nous aurons la tête ? Peut-être .

Difficile car ce n'est pas une question d'hommes, c'est dans l'air du temps !! relisez Zygmunt Baumann, c'est "l'esprit de la modernité" "quand il n'y a rien pour l'arrêter". Il faut bien comprendre les causes idéologiques et psychologiques du truc, sinon comme disait Churchill en 1948 : "ceux qui ne sauront pas capables de tirer les leçons de l'histoire, seront condamnés à la revivivre"

13/08/2021

la tradition multiséculaire d’un pays qui sait dire NON quand l’essentiel est en jeu. À l’étranger on ne s’y trompe pas, on regarde la France avec espérance !

Madame, Monsieur, chers Patriotes,

L’élan liberticide de ce gouvernement est sans limite, notre résistance le sera donc également !
Manifestement très agacé par l’énorme succès populaire de samedi dernier, le régime macroniste fonce tête baissée vers de nouveaux confinements (pensées pour nos compatriotes d’outre-mer), la « 3è dose » et autres absurdités, tout en ayant dû dès dimanche dernier faire quelques premières concessions.
Même le journal Le Monde a dû reconnaître dans un article que la réouverture totale du Royaume-Uni se passe bien, à rebours des prédictions apocalyptiques des covidistes !

La liberté l’emporte toujours sur les forces de mort et sur l’oppression. Les scènes terrifiantes auxquelles nous assistons depuis l’arrivée du pass sanitaire dans notre vie quotidienne (accès interdit à l’hôpital à des malades, descentes de police sur des terrasses, contrôle du pass sur des plages,…) sont autant d’alarmes qui doivent réveiller les derniers endormis et susciter la mobilisation générale de tous ceux, nombreux, qui ont compris que cette affaire n’avait plus rien de sanitaire mais répondait à une pensée religieuse pour les uns et à un sombre agenda politique pour les autres !

Pendant ce temps, des actions magnifiques ont lieu. Le professeur Raoult annonce que l’IHU de Marseille restera accessible à tous, des restaurateurs et autres indépendants font le choix d’être des lieux de liberté, et des médecins s’acharnent à parler du traitement, car le traitement (et le business-plan du grand capital, c'est à dire la lutte des classes) est la clé de cette affaire.

De mon côté, j’ai décidé de démultiplier mes actions en organisant de grands rassemblements pour la liberté en régions en plus des événements nationaux du samedi à Paris. Ce jeudi 12 août à 19h je suis ainsi à Hyères dans le Var, place de la République, pour porter haut et fort la liberté, l’égalité des droits, l’humanité, la souveraineté de la France et du peuple ! Ce samedi 14 août, un immense cortège partira de la place de Catalogne à Paris (quartier Montparnasse) à 14h30. Je vous y attends. Tout cela marque notre 39e semaine de mobilisation, car Les Patriotes sont là depuis le début !

Nos référents organisent d’autres événements encore une fois cette semaine, prenant sur leurs vacances, le faisant bénévolement : qu’ils en soient chaudement félicités.

Durant ces manifestations, soyez dans la paix, la force de conviction, la tranquillité sereine de votre combat juste, et venez avec des pancartes « liberté » et un maximum de drapeaux !

Un grand bravo à ceux d’entre vous qui nous permettent de continuer et d’intensifier ces actions, de les financer intégralement pour les offrir à la France, en adhérant aux Patriotes, en reprenant leur adhésion, ou en faisant un don de soutien au mouvement. L’État en effet ne verse pas un seul centime aux Patriotes et ces manifestations coûtent très cher (Voir les liens en fin de mail pour cela).

Voici la liste des manifestations que nous organisons cette semaine :

JEUDI 12 AOÛT
83 HYÈRES 19h  Grand rassemblement avec Florian PHILIPPOT et Maître Di Vizio– Place de la République

VENDREDI 13 AOÛT
61 ALENÇON 14h  Place de la Magdeleine

SAMEDI 14 AOÛT
75 PARIS 14h30  Défilé pour la liberté Départ : Place de la Catalogne (Montparnasse) Avec Florian Philippot et Maître Di Vizio notamment
22 SAINT-BRIEUC 14h  Cortège : Départ place du Guesclin
49 ANGERS 15h  Place du Ralliement près de l’entrée des Galeries Lafayette
88 SAINT-DIÉ-DES-VOSGES 14h30  Place du Gl de Gaulle

DIMANCHE 15 AOÛT
06 NICE 14h30 Place Masséna – coulée verte

Une partie du peuple de France entre en résistance : grève, boycott du pass sanitaire et encouragements aux lieux de liberté, renvoi des abonnements à toutes les structures qui exigent le Pass, actions judiciaires, et mobilisations massives partout, répondant à la tradition multiséculaire d’un pays qui sait dire NON quand l’essentiel est en jeu. À l’étranger on ne s’y trompe pas, on regarde la France avec espérance !

Quand cet épisode infernal sera terminé, que la table de l’oligarchie mondialiste aura été renversée, notre pays aura besoin de se réunir, de se rebâtir, de se projeter dans l’avenir. Il le fera dans la justice, la solidarité, la capacité créative, inventive, productive, à susciter le meilleur de chacun, à valoriser une histoire ancienne, une culture, une langue d’une richesse monumentale. Tout cela ne pourra se faire que par le génie français, qui ne peut s’embarrasser d’aucune tutelle. Notre combat de résistance pour la liberté est aussi un combat pour le Frexit, un combat pour sortir de toutes les instances mondialistes, covidistes, un combat pour l’indépendance de la France, sa grandeur et la liberté des peuples.

Continuez à montrer le meilleur visage de vous-même dans toutes les mobilisations. Chaque fois que le Système vous encourage à désespérer, alors dites-vous que vous êtes sur le bon chemin et espérez deux fois plus fort encore ! 

ILS SAUVENT L’ÂME DE LA FRANCE ET ILS SAUVENT L’ÂME DU MONDE

"ce n'est plus que TRAHISON, TRAHISON, et TRAHISON !" oui comme en 1940 !

y compris "la France dite insoumise" comme disait si bien Edmond Janssen le 25 mars 2017

"nous en faisons ici le serment ensemble" oui, Koufra !
il y en a qui vont se faire tondre à la Libération, et encore ce sont ceux qui auront le plus de chance

07/08/2021

69 année encore civlisée ! - ou relire les vieux Readers Digest c'est vachement instructif !

Dans cette vidéo https://odysee.com/@ConversationDuLundi:4/CDL44:3
 Jean-Jacques Crèvecœur parles parmi les conséquences du 11 septembre de "contrôles renforcés dans les aéroports". Mais c'est bien plus que ça, savez-vous comment ça se passait et comment l'esprit des gens, des GENS, était par exemple en 1969, année encore civilisée. Lisez ce qui suit, là vous allez vous rendre compte de la dégradation abyssale de la Civilisation depuis :

Relire les Reader's Digest de 1969 (1) aussi ça peut être vachement instructif!

(1) le n° d'octobre 1969, page 233


l'explication vous aller la lire plus bas, après la -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Esperantligva resumo: pr. 1968-69 ekestis en usonaj aviadiloj ondo de kaperoj, fare de (armitaj, kaj la vojaĝantojn minacantaj) homoj, kiuj volis igi la aviadilon iri al Kubo (ĉar pro la usona bojkoto al Kubo neeblis iri alimaniere, kaj tiuj estis revoluciemuloj, kiuj ege deziris vivi en Kubo). Do en artikolo de Selektado de l'Reader's Digest ( N° de oktobro 1969 p. 233 franclingva eldono), post rakontado de pluraj okazoj tiaj, la aŭtoro finis per meti la demandon? kion fari ??
Tiam lia respondo estis: malfeliĉe nenion, ĉar la ununura efika rimedo estus priserĉi ĉiujn pasaĝerojn antaŭ ke ili enirus en la aviadilo, kja tio estas nepensebla, aldonis li kiel memkomprenebleco, tro malĝentila, ktp, kaj "la vojaĝuntoj certe ne konsentus pri tia afero !" (kio subkomprenas: se ili rifuzas estas nepenseble ke oni trudu ilin).

Kiom la etoso kaj kondutoj, kaj sintenoj, tiom bone de la "instancoj" kaj de la publiko, ŝanĝis !! ĉu ne ?!

Nenio tiom utilas kiom relego de revuoj post "breĉo de kelkdek jaroj, ĉu ne? Certaj aferojn oni ne sentas dum ili okazas. Nur poste oni konstatas, kaj rememorante eble ia tremmalvarmiĝo ŝoviĝas laŭ via spino.

Kiam oni konsciiĝas pri la evoluo, ĉu oni ne komencas maltrankviliĝi ?

Ni direktiĝas pli kaj pli al la stato priskribita de unu rolulo de la romano de l'fratoj Strugatski "Malfacilas esti dio":
"La principoj simplas, ili estas tri: blinda kredo je ĝusteco de leĝoj, senkontraŭdira obeo al tiuj kaj krome senĉesa kontrolado de ĉiu per ĉiuj !"

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

En effet: Vers 1968-69 s’est développé sur les avions américains une vague de détournements d’avions (c’étaient les premiers je crois) de la part de gens (armés bien sûr, et qui menaçaient les pilotes et les passagers) qui voulaient se rendre à Cuba, Mecque des révolutionnaires, que les USA avaient mis sous embargo et où il n’était plus possible de se rendre par les lignes régulières).
Après une longue suite de récits, l’auteur de l’article (sur Reader’s Digest, une revue conservatrice et sans aucune sympathie pour le communisme !) concluait : "Mais Que faire ? Il n’y a malheureusement rien à faire. Car la seule solution vraiment efficace serait de fouiller les passagers et leurs bagages avant l’embarquement, et ça c’est impossible !" concluait-il comme une évidence, ajoutant que ce serait trop malpoli et trop choquant, et que d’ailleurs les passagers "prendraient, sans doute, cela assez mal" (Ce qui veut dire: si les passagers n’acceptent pas on ne va pas les forcer).

En 1969

Comme le monde a changé depuis !!!
Je ne vous fais pas un dessin...

Les mentalités là-dessus, aussi bien celles des autorités que des passagers eŭ-mêmes (ceŭ qui croient que les gens ne se laisseront jamais conditionner à accepter l’esclavage devraient revoir leur naïf optimisme), et l'ambiance ont changé de manière pharamineuse, comme vous n'êtes pas sans le savoir.
Maintenant ce sont les RFID et ce projet nous apparaît comme inacceptable et dantesque … actuellement. Tout comme aurait paru inadmissible en 1969 de fouiller les passagers pour vérifier qu’ils n’ont pas d’armes sur eŭ.
et trifouiller dans le cerveaux de nos enfants pour les ficher, et http://www.journal-la-mee-2.info/1622-fichage-01-delation... http://www.journal-la-mee-2.info/1622-fichage-01-delation... , et ,et ,et ,et ......
Ca continue! chaque année, que dis-je chaque mois nous apporte une régression supplémentaire, un de ces jours Staline et les cauchemars de George Owell seront dépassés.

et ça : BIENTOT-DES-FOUILLES-RECTALES-DANS-LES-AEROPORTS-ET-LIEUX...

bon, je vous laisse réfléchir
NOUVEAU Bon, parmi les dérives les plus graves actuellement et les plus menaçantes il ya l'instrumentalisation par la police du "délit d'outrage", il faut y mette fin, sinon notre Etat de Droit et notre civilisation sont foutues !

http://www.ldh-france.org/Petition-outrage-offense-L-appe...

kaj nun Francio : Barbareca lando sub polica reĝimo ( la France tombée sous la shlague et devenue régime policier et barbare - et avec  Macron-Nunez ça ne s'arrange pas ! )

"Et vous pensez que, lorsque la « pandémie » s’arrêtera et que l’économie s’ouvrira,"

la "pandémie" ne s'arrêtera pas, car elle n'a pas commencée, elle est inventée de A jusqu'à Z, dans le cadre d'un projet fasciste de maximisation du profit de grand capital, et d'imposition à ce qui restera de travailleurs d'un nouveau statu d'esclavage totalitaire. Il n'y a pas de raison qu'ils s'arrêtent !

D'autant plus qu'avec tout ce qu'ils ont déjà fait ils savent que si'ls baissent la garde et laissent revenir l'Etat de Droit, ils seron jugés à Nüremberg pour crimes contre l'humanité, et seront pendus, à moins que la foule en colère ne les lynche avant. Alors ils sont acculés et ne peuvent que pratiquer la fuite en avant, vers toujours plus de dictaure toujours plus de totalitarisme, toujours plus de repression et de mensonges.

On est mal barrés !

Car la comparaison avec le fascisme 1.0  des  années 30 s'arrête là : ce fascisme-là a fini par tourner à la guerre, et ils ont été battus par l'URSS (Koursk, Stalingrad). Mais ici qui nous sauvera ? je ne vois aucune possibilité...

Les grands responsables sont ceux qui depuis plus de vingt ans ont accepté passivement toute l'évolution, sans protester, voire sans s'en rendre compte. que moi je voyais, et de rares autres. Amère satisfaction dont je me passerais bien.

https://odysee.com/@reseau-influence:a/Pass-sanitaire---R...

 

01/08/2021

Bilan de l'histoire - fascisme sanitaire ou national, c'est un retour, c'est un nouvel avatar des mêmes choses

finalement tout est à revisiter, maintenant avec la perspective on découvre la continuité (deux : celle liée à la lutte des classes et celle des dérives idéologiques et psychologiques du modernisme prométhéen)....

Le fascisme, comme l’avait déjà décelé Bertolt Brecht, est inhérent au capitalisme. On en a souffert un premier accès dans les années 30, quand la bourgeoisie a eu peur des bolchéviques, en 45 on s’est crus, libérés (à tort, faute d’en avoir identifié les vraies causes, à tenir en garde, lisez Zygmunt Bauman, lui a compris), après 3 décennies de liberté et d’humanisme revenu, le temps de Prévert et de Marie-Josée Neuville, Brigitte Bardot, et tant d’autres, on y est retombés (mutatis mutandis bien sûr, mais il faut savoir voir l’essence de ce monstre à travers ses avatars du moment, et n'oubliez pas que les fascismes étaient déjà scientistes, technocrates et eugénistes) autour de l'avidité pour les profits de la 5G (pour un contrôle total des gens, on est au coeur du fascisme là) et des vaccins. Finalement les beaux jours des années 50, 60, et même 70, n’auront été qu’une éclaircie passagère, avant l’hiver final.*(1)

 

l'avenir, hélas ne fera que confirmer ce que je dis là

 

Souvenez-vous Hitler a commencé comme ça : en faisant peur aux allemands devant un mythique danger communiste autour de l'incendie du Reichtag, la première vague fasciste était centrée sur le nationalisme et sur la peur du communisme, celle-ci sur la peur sanitaire, mais c'est donc les mêmes ressorts psychologiques et du côté de l'Etatopressif et du côté des citoyens devenus avec bonne volonté des esclaves soumis et confiants. Et toujours la peur du regard d'autrui pour contraindre tout le monde à OBEIR !

«Danger − Vous êtes conditionnés à voir votre liberté comme de l'égoïsme!» étaient visibles dans la foule."

Un manifestant interrogé par Ruptly s’est dit «inquiet pour [ses] enfants». «La peur est un excellent moyen de domination», a-t-il assuré. https://francais.rt.com/international/80498-angleterre-affrontements-entre-police-manifestants-anti-confinements https://francais.rt.com/international/80498-angleterre-af...

https://covidinfos.net/covid19/la-crise-de-la-covid-19-nest-pas-sanitaire-mais-politique-selon-le-philosophe-michel-weber-qui-denonce-un-projet-totalitaire/2251/

et voici un lien pour re-re-regarder tous surtout TAL SCHALLER vous exposer ce projet fasciste (concocté depuis déjà une vngtaine d'années) leur fascisme 2.0 :

https://odysee.com/@PhilippeLeBel:4/Entretien-avec-le-Doc...

Et n'oubliez pas de lire et méditer le texte (paru dès le 2 mai 2020) de MICHAELPARAIRE - fascisme 2.0 - dans son blog  Un quart d'heure avec le penseur. http://leblogdupenseur.canalblog.com/archives/2020/05/02/...

(plus généralement : Hitler en a rêvé, le grand capital NWO calviniste l'a fait. "L'esprit de la modernité" disait Zygmunt Bauman analysant le nazisme, vous voyez à quel point il avait raison ?
En fait c’est logique et naturel, les gens d’après 1945 avaient refusé de le voir, de le comprendre, ils se sont rassurés et ont « caché la poussière sous le tapis » en présentant Hitler comme un fou, les nazis comme des extra-terrestres venus tout à coup - et sans raison ! -  d’une autre planète. Absurde évidemment ! Il suffit d’un peu de bon sens. Le nazisme était la conséquence LOGIQUE du mouvement intellectuel depuis le milieu du XIXè siècle (même 1832, relisez « le médecin de campagne » de Balzac! j’ai fait un billet là-dessus).

Les évènement récents devraient permettre d'identifier une TENDANCE LOURDE du nazisme (au sens large), tel que l'a défini Zygmunt Bauman, dans l'évolution sociale et idéologique, et psychologique du monde moderne, et avec laquelle on n'a pas fini d'avoir à faire, loin de là ! au contraire !

n'oubliez pas : LE FASCISME EST IMPOSÉ PAR LA POPULATION QUI CONSENT AU FASCISME ! https://m.vk.com/wall-147299425_2017

(ça a aussi été le cas en Allemagne,souvenez-vous du votre du parti catholique Centrum pour les pleins pouvoirs !)

 

Maintenant regardez (et méditez) bien ce film : https://odysee.com/@Poil%C3%A0gratter:3/Sous-titres-fran%...

et à l'endroit où ils expliquent que Rockefeller interdit tous les traitements à base de plantes, pour qu'ils laissent la places aux médicaments fabriqués à partir du p pétrole (c'est à dire lui apportant de gras profits ! + plus puissance totalitaire) n'oubliez pas que plusieurs des réformes du régime de Vichy ne furent pas révoquées à la Libération mais que nous les avons toujours ..... Ce sont entre autres : l'instauration de la carte d'identité - et pire elle est devenue biométrique, avant qu'avec les rfid, ou encore pire les smart dust, on la rende encore plus totalitaire ! -  la création du GNIS avec interdiction de resemer ses semences si elles  ne sont pas au catalogue, et puis la suppression du diplôme d'herboriste - tiens tien ! de quoi on parlait là justement ? -

revenons à l'aspect psychologique  du fascisme :

ci-dessous une clinicienne s'interroge sur ces problèmes d'un point de vue psychologique :

 

*(1) "les restrictions de libertés qu'on nous promet pour toujours, hein, pour toujours !" :

il appert de plus en plus que l'époque actuelle est du même ordre que 1933

En fait cette "tendance longue" de l'histoire est encore plus longue que ça. il faut en revenir à la vue de l'histoire humaine par Marx (et oui ! on s'apperçoit de pus en plus qu'il faut toujours en revenir à lui ! quoi qu'on die...) selon lui 1 ) "L'histoire des hommes n'est que l'histoire de la lutte des classes" et 2° il avait identifié trois stades : celui où les exploiteurs avaient réduit la classe laborieuse à l'ESCLAVAGE, puis ce fut le SERVAGE, puis le PROLETARIAT, mais ce qu'il ne savait pas, forcèment, c'est que après vient une quatrième vague, l'actuelle, dont la vague fasciste des années 30 était le commencement - le FASCISME 1.0 - et qui vise l'Etat (capitaliste, "corporate power") mondial à la Jean Monnet (lisez les citations de ses carnets dans le livre "j'ai tiré sur le fil du mensonge et tout est venu"), le New World Order, et la mise (la remise, puisque qu'il y a déjà eu l'esclavage antique puis le servage) en esclavage total de l'humanité par les téléphones portables, passeport sanitaire, puce RFID, UBER-isation de l'emploi, disparition de l'argent liquide, caméras de vidéo-surveillance à chaque pas, endettement, "Great Reset", et tout ça.

Jean-Jacque crèvecœur appelle ça "la guerre contre les peuples"  par "une poignée de psychopathes milliardaires", c'est la même chose : https://odysee.com/@Contreverse:7/210621-CDL93-HR:6

pour la Résistance écoutez aussi l'intelligente, noble, pragmatique mais courageuse Farida Belghoul (elle nous montre aussi comment  sont les VRAIS musulmans, pas comme les agents du wahabisme ou de la DGSE ....)

Hélas la France est mal-barrée ! encore pire qu'en 40, comment arrêter de pareils fous pervers et délirants ? Je suis cerné de personnes "bien pensantes" qui sont convaincues que la "4eme vague" et les mesures qui en découlent sont la faute des non vaccinés ! Comment remettre les gens dans la logique et le bon sens ? La manifestation passe juste à leurs yeux pour un caprice de complotistes...

relisez l'article du psychiatre Frédéric Badel, que j'ai publié il y a quelque temps (la population française est maintenant divisée en deux groupes)

l'âme de la France ESSENTIELLE est en jeu

28/07/2021

non ce n'est pas de l'humour, non ce n'est pas de la provoc, non ! C'est de la réflexion tout à fait sérieuse et poussée

*

31-7-740x431.jpg

l'auteur de cette affiche, ce n'est pas de l'humour ! c'est tout à fait sérieux, informé et réfléchi, c'est le fruit d'une longue et pertinente étude de l'histoire, de la LUTTE DES CLASSES, de la psychologie humaine, du bon   sens  (comme chez LA Fontaine par exemple), si vous vous penchez un peu sur le problème vous y parviendrez aussi.

comme les livres de Michel Weber, d'Ariane Bilheran, de Michael Paraire, de Zygmunt Baumann, de Marx, de Bertholt Brecht, du Pr. Perronne, de tous les historiens scientifiques, psychiatres, et autres analystes sérieux,  les films d'olivier Probst, ou de Jean-Jacques Crèvecoeur,    c'est quelqu'un d'informé qui a réfléchi et bien compris.

 

souvenez-vous ils se disaient c'est provisoire ce n'est pas si grave.jpg

https://reseauinternational.net/lallocution-du-president-...

et il n'y a pas que Bertholt Brecht, Churchill dans un discours de 1948 a dit "ceux qui ne sauront pas tirer les leçons de l'histoire seront condamnés à la revivre"

 

voilà ! dans ce fascisme 2.0 (de même que dans le fascisme 1.0 des années 30) il y a un aspect lutte des Classes
(Brecht : le fascisme c’est le visage que prend la démocratie bourgeoise par temps de crise » TJ Dunning dans son livre de 1865 trade-unions and strikes » « si le profit est suffisant le capital peut s’employer partout, 20% garantis : il s’échauffe, 50% il devient d’une témérité folle, 100% ? il foule aux pieds toutes les lois humaines, 300% et il n’est pas de crime qu’il ne puisse commettre »
Mais aussi un aspect psychopathologique, « Tout pouvoir rend fou, tout pouvoir rend fou absolument » (Lord Acton) ET idéologique. La montée de cette construction idéologique on meut la percevois à travers plein de petits signes et témoignages (pais pour ça il faut avoir toute une vie de lectures historiques littéraires, idéologiques, derrière soi ! ça ferait un bon sujet de thèse pour un historien, une thèse de 600 pages minimum !) à travers tout le XIXème siècle.
Et puis comme chacun sait on en a subit un accès aigu à partir de la réaction mussolinienne aux grèves générales italiennes de 1919 et 1920 et la suite, bref disons dans les années 30. Mais après 1945 on a refusé de comprendre la cause de tout ça !!!!! on a « poussé la poussière sous le tapis, et cherché à se rassurer en disant « Hitler était n fou ! » c’est faux ! Hitler et tous les idéologues et médecins autour de lui était la conséquence logique de tout un siècle de pensées et de pratiques, et du progrès des techniques, qui Zygmunt Baumann le sait , rend fou « quand il n’y a rien pour le brider ». Et les nazis comme une sorte d’extra-terrestres venus d’une autre planètes !!! Churchill dans un discours de 1948 a dit que « ceux qui ne sont pas capables de tirer les leçons de l’histoire, seront condamnés à la revivre », et voilà ! c’est ce qui arrive.
Maintenant tout ça mériterait tout un livre de réflexion. Certains les écriront, certains on déjà commencé, tel Michel Weber

https://ruclip.com/video/lA4zhUGhBjI/covid-le-soul%C3%A8vement-des-peuples-devient-mondial.html     "venez avec  des drapeaux français, rien que ça" qu'il dit. Et des drapeaux rouges ? on a le droit ? C'est pourtant basique et évident,  qu'il s'agit d'une lutte des classes, contre le grand capital international, Big Pharma et son Business-plan, Klaus Schwab et sa Grande Réinitalisation.New World Order de mise en esclavage  2.0 des travailleurs ! D'ailleurs Philippot lui-même dit bien qu'il s'agit de "l'Oligarchie". Donc ça irait mieux en le disant. A-t-il tellement peur de la répression de classe des laquais du grand capital ?

27/07/2021

lettre poignante à partager


 · FRANCE, PAYS DES LUMIÈRES ÉTEINTES 
Mon enfant, Je t’écris cette lettre que tu ne liras sans doute pas, car je ferai en sorte que tu ne naisses pas. Par amour et responsabilité. Et même si j’aime énormément ta maman et que j’aurais rêvé que tu découvres cette merveille qu’est la vie et ce monde qui est si beau, te faire vivre dans cette société si immonde qu’on te prépare, toi qui n’as rien demandé, aujourd’hui, non, je te le refuse. 
Et quand tu ne liras pas cette lettre, tu comprendras mon choix. Crois moi, mon enfant, j’aurais adoré que tu puisses connaître ce que j’ai connu dans les années 50 et encore dans les années 70. L’insouciance. Le partage. L’ouverture. La famille unie. La culture accessible au plus grand nombre, et j’en passe… Et voir tes yeux émerveillés. Mais non, cela sera impossible. Car depuis quelques mois, je vois notre beau Pays basculer dans l’angoisse. 
Le chacun pour sa gueule. Les déchirures familiales. La fermeture. La culture sanctuarisée (et depuis longtemps déjà réservée aux plus riches ! le TNP ,  Jean Vilar, les stages musicaux à Tillloy-les-Moflaines, Malraux, c'est loin !)… Et ainsi, vois-je, voit-on, depuis quelques mois, des dérives sociétales majeures. Dangereuses. Irréversibles ? Car oui, mon enfant, sous couvert de sanitaire, gentiment on glisse vers le totalitaire.
Sous couvert d’idées non partagées, on ne cherche plus à discuter. Et sous couvert d’économie, on n’a plus aucun mal à piétiner la déontologie.
Par exemple, que dis-tu de cela ? Hier, dans une bibliothèque, un lieu de culture, un homme d’une cinquantaine d’années a été expulsé par des policiers. 
Son crime était immense, il n’avait pas apporté la preuve, à l’entrée du lieu, que son corps était « sain ». Pareil que les juifs autrefois. Coupable, levez-vous ! En même temps, à la télévision, de jeunes gens de plus ou moins mon âge étaient interviewés. Ils étaient beaux, insouciants, avec les dents propres (comme les anti-chavistes !) Sans doute même qu’ils sentaient bon. Et entre deux rires bêtas, ils exprimaient leur joie immense d’être assis dans ce bar qui leur offrait une bière parce qu’ils avaient reçu leur première dose de vaccin. Après tout, si se faire injecter permettait d’avoir une bière gratos, pourquoi se priver ? 
Sans doute, même, avaient-ils partagé, et c’était bien normal, cette joie avec leurs followers et avaient-ils reçu des centaines de likes pour cela… C’était bien normal, oui, car ces jeunes gens étaient tout comme il fallait. Ils ne lisaient pas, s’étaient fait vacciner pour une vraie raison sanitaire, retourner au bar, et donc, ils étaient « sains ». Champagne du pauvre.
Bière. Aux insouciants la belle vie.Pendant ce temps de déliquescence, dans un temple de la démocratie qui s’appelle l’Assemblée Nationale, la vie parlementaire suivait son cours. Un projet de loi controversé était discuté, et à chaque tentative d’amélioration de celui-ci par différents amendements proposés par les différentes oppositions (certaines, nombreuses, pleines de bon sens), la majorité rejetait en bloc et sans écoute chaque proposition libertaire et adoptait en revanche chaque proposition liberticide. 
Ainsi, par exemple, était adopté un texte expliquant que désormais, il serait possible de licencier quelqu’un si la personne ne présentait pas de « pass sanitaire » à son employeur. Il y a six mois, pour une représentation et alors que j’allais, suite à celle-ci, me trouver en contact avec une personne fragile, je demandais, par prévenance, responsabilité et altruisme, s’il était possible que chacun des comédiens en présence au travail avec moi effectue un test PCR afin d’être certain de ne pas transmettre le virus à ladite personne fragile… 
Mon employeur m’avait alors rétorqué que cette demande était limite fasciste. « L’employeur n’a pas à connaître la santé de ses employés, Arnaud, car il y a une chose sacrée en France, c’est le secret médical. On n’a ni le droit de ne pas embaucher ni de licencier quelqu’un pour motif de santé. Ta demande est scandaleuse et irrecevable. »… 
Aujourd’hui, on aura désormais le droit de virer quelqu’un pour motif de santé. Autres temps, autres mœurs. Et c’est ainsi que le serveur qui travaille en bas de chez moi me disait la semaine dernière et alors qu’il refusait le vaccin, c’est ainsi, donc, que ce serveur me disait, les yeux pleins de larmes montantes, qu’il s’était fait vacciner à contre-coeur, qu’il en avait honte, mais qu’il avait trop peur de perdre son job, alors…
Toujours pendant que nos bons souriants buvaient leurs bières, à l’Assemblée, alors qu’elle avait d’abord était rejetée, était finalement rediscutée pour être adoptée en deuxième lecture l’interdiction d’aller en EHPAD ou en hôpital sans « pass sanitaire » valide, et tant pis pour les familles des proches en fin de vie. De toute façon, mourir seul ou accompagné, quel intérêt pour le mourant et la famille dès lors que ce n’est qu’une question de jours ? 
Crevez, il n’y a plus rien à voir.Enfin, (oui, mon enfant ce n’est pas fini !), était acceptée la proposition d’imposer un « pass sanitaire » aux citoyens pour pouvoir aller voter, là où le même « pass sanitaire » ne serait pas imposé aux Sénateurs se rendant au restaurant du Sénat, ni aux Députés se rendant à l’Assemblée Nationale, le Ministre ayant eu peur que cela soit anticonstitutionnel puisque cela en priverait certains, de Députés, peut-être, de pouvoir voter… 
Et par « pass sanitaire » pour les citoyens, dans le cas présent, pour les élections, c’est vaccin ou test PCR déremboursé à 50€ le test, soit 100€.Oui, mon enfant, tu lis bien ; désormais, dans cette démocratie qu’est la France, si tu veux voter, ton choix sera simple, soit tu seras vacciné, soit il te faudra payer 100€.Et je m’arrête là, mais il y a encore plein d’autres choses. Et comme je t’aime, je n’ai préféré te faire qu’un concentré du meilleur…
Alors je sais, mon enfant, si un jour tu naissais, lisais ces mots et vivais dans cette société que nous t’avons construite, tu me dirais : « mais Papa, la population, les gens, ils ont fait quoi pour éviter cela ? Et puis, ce n’est pas inconnu puisque tu as vu tout cela en direct à la télévision, c’est donc que l’information est accessible… Dis, Papa, vous avez fait quoi ? Vous ne pouvez pas dire que vous ne saviez pas… ». Alors, je te dirais, en baissant les yeux de honte :
« Mon enfant, rien. Nous n’avons rien fait. On a laissé faire. Et tout est passé, sans grand remous. Certains, dont je fais partie, ont bien tenté d’alerter, mais en vain. Car ils faisaient un truc horrible, ces gens qui tentaient d’alerter, ils pensaient. Et ça, ça faisait chier plus qu’autre chose. La France, Pays des Lumières ne voulait plus réfléchir. Et nous sommes ainsi devenus le Pays des Lumières éteintes. »Tu serais alors légitimement outré et tu me demanderais ce que firent les centaines, les milliers d’artistes… Ceux qui crient au moindre taulé, pour un oui, pour un non. 
Avec légitimité parfois. Parfois, non, mais ceux qu’on entend régulièrement. Qu’ont-ils fait, ces artistes ? Qu’ont-ils fait les directeurs de lieux face à ces directives ? Et là encore, je te dirais « Rien, mon enfant. Aucun ne prit réellement la parole
Ils appliquèrent les décrets ségrégationnistes et communautaristes sans mot dire. De peur de se faire griller sans doute. » (comme en 40...)  Coûte que coûte ils voulaient sauver l’économie et avalant des couleuvres, ils acceptaient tout, tranquillement sans bouger. Sur leurs théâtres, dans les textes défendus par leurs artistes, dans leurs notes d’intentions, on lisait des belles choses sur la Révolution, sur la nécessité d’aller contre les oppressions, l’ouverture et l’accessibilité aux publics empêchés et tout le blabla. C’était beau, ça faisait bien, c’était chic. 
Mais dans les faits, nombreux furent ceux qui jouèrent ce triste jeu de l’oppression, refusant en conscience à une partie de la population l’accès à leurs lieux, les privant de tout ce qu’ils disaient défendre. Pouvait-on leur en vouloir ? Oui. Et non.Voilà, mon enfant, ce que je voulais te dire, aujourd’hui.Tu ne naîtras pas car j’ai honte de te faire naître dans cette société. Et qu’avec tout l’amour que je te porte avant même que tu ne sois né, c’est un acte d’amour que de ne pas vouloir t’offrir « cela ».
Tu sais, il faut que tu aies conscience d’une chose, c’est que ton arrière grand-père a été, pendant la Seconde Guerre Mondiale, un très grand résistant. Et coule dans mes veines le flot de ses combats. Alors puisqu’il paraît que nous sommes en guerre, sois rassuré, mon enfant, je vais me battre pour toi. Pour un jour pouvoir te raconter tout cela si tu venais, malgré tout, à naître. 
Et surtout, pouvoir me regarder dans une glace.En attendant, comme le dialogue et l’échange des idées n’est plus possible dans ce pays sans que l’invective et le boycott menacent, mais qu’il m’est impossible de ne pas te témoigner ce que, de mon temps, j’ai vu et n’ai pu empêcher, j’ai donc décidé, mon enfant qui ne naitra pas, de t’écrire cette lettre.Cette lettre que tu ne liras pas


Ces gendarmes ne sont plus humains (ils ne l'ont jamais été ! mais bien sûr, comme dans toute époque fasciste ça devient encore pire) Ils ne réfléchissent plus. Ils agissent comme des assassins. La milice est de retour Nos grands parents sont en train de se retourner dans leur tombe


Philippot, le plus proche du cœur  français
0039.gif  :Je le redis, j’ai ré-adhéré cette semaine,
Ma femme a adhéré, mes collègues…
Il faut soutenir financièrement si possible !!
Bravo à vous Florian et bravo à tous ceux qui soutiennent les Patriotes !!

Droite, gauche, peu importe, tous contre l'Etat bourgeois ! Mais... il faut une suite, pas simplement l'abolition du contrôle numérique, il faut que le peuple prenne le pouvoir, le peuple doit s'emparer de l'Etat pour mettre en place une vraie démocratie et organiser la production industrielle avec la mise en place de conseils ouvriers/salariés. Il faut lire les conseils ouvriers d'Anton Pannekoek.

15/07/2021

La Liste de Chicago nous menace toujours plus - c'est la "surproduction du pouvoir"

C'était la liste de 1922 qui répertoriait les   "personnes socialement inaptes » et stérilisables"

« Est socialement inapte toute personne qui, par son propre effort, est
incapable de façon chronique, par comparaison avec les personnes normales,
de demeurer un membre utile de la société. (.) Les classes sociales d'
inaptes sont les suivantes :
1) les débiles mentaux ;
2) les fous ;
3) les
criminels (y compris les délinquants et dévoyés) ;
4) les épileptiques ;
5)
les ivrognes ;
6) les malades (tuberculeux, syphilitiques, lépreux, et

autres atteints de maladies chroniques.) ;
7) les aveugles ;
8) les sourds ;

9) les difformes ;
10) les individus à charge (y compris les orphelins, les

bons à rien, les gens sans domicile et les indigents). »
(Rapport du
laboratoire psychopathique du Tribunal municipal de Chicago, 1922, cité par
A. Pichot in La société pure, p. 215)

Appliquer la « sélection » au troupeau humain

Avant même l'arrivée d'Hitler au pouvoir, dans nombre de pays occidentaux,
les sourds de naissance constituaient déjà une des cibles privilégiées de l'
eugénisme (eugenics en anglais), la « science » des « bonnes naissances »
(du grec eugénès, bien né). Inventée en 1883 par Francis Galton, cousin et
ami de Darwin, l'eugénisme se voulait l'application scientifique du
darwinisme et de la génétique à la société humaine. Traditionnellement, on
distingue deux formes d'eugénisme ; un eugénisme négatif visant à entraver
la prolifération des « inaptes » (les déficients mentaux, physiologiques,
etc.), et un eugénisme positif visant à favoriser la reproduction des plus
« aptes » (les génétiquement conformes). Mais dans les deux cas, il s'agit
en fait d'un seul et même projet de « biologie politique » : améliorer le
troupeau humain en le soumettant à une sélection artificielle, basée sur des
critères « scientifiques » (la qualité des gènes). L'eugénisme, c'est le
projet absurde, mais rationnel, d'une « biologie » appliquée à la résolution
des problèmes sociaux et politiques. Interprétés comme des symptômes d'une
dégénérescence raciale, la pauvreté, le crime, les maladies, la déviance,
doivent faire l'objet d'un traitement médical approprié.

Les premières législations eugénistes apparaissent aux Etats-Unis dès 1907
(Indiana) et en Europe à partir de 1928 (Suisse et Danemark), donc bien
avant les premières lois nazies (1933). Ces législations donnent lieu à un
véritable activisme « médical » : internements, stérilisations, castrations,
avortements forcés, et. premières « euthanasies ». André Pichot, philosophe
et historien des sciences, le démontre avec une grande clarté dans son
dernier livre : « Hitler n'a strictement rien inventé, il a mis en ouvre,
jusqu'à leur aboutissement logique, des processus qui avaient été imaginés
par d'autres que lui, bien avant lui. Et il les a étendu aux juifs pour qui
ils n'avaient pas été initialement conçus » (La société pure « De Darwin à
Hitler », éd. Champ Flammarion, 2000).

Explorer l'histoire des sourds sous le troisième Reich, c'est donc forcément
s'interroger sur la place qu'ils occupent dans le programme d'hygiène
raciale nazi. Témoins sourds, témoins silencieux constitue une véritable
enquête historique. Un montage serré, très dense, combinant interventions de
spécialistes, utilisation de documents d'archives et témoignages de sourds,
permet de resituer la persécution des sourds par les nazis dans un cadre
plus général : la mise en ouvre progressive, de 1933 à 1945, d'un plan d'
extermination des « génétiquement inaptes » ; les malades mentaux, les
handicapés, les homosexuels, les « dégénérés ». A partir d'un sujet en
apparence très étroit, l'extermination des sourds, Stéphane Gatti et
Brigitte Lemaine réussissent à interroger ce qui dans la biopolitique nazie
ne relève pas de l'antisémitisme mais d'une autre idéologie meurtrière : l'
eugénisme, idéologie partagée alors par l'ensemble des pays occidentaux
(nous y reviendrons plus loin). On ne peut comprendre le caractère inédit et
radical de l'antisémitisme nazi sans le rapporter à la logique eugéniste qui
le traverse de part en part, et en fait un phénomène hybride, quelque chose
entre la haine millénaire du Juif et le « génétisme » moderne (la
discrimination des « génétiquement inaptes »).

La rationalité du « mal »

Le Kampf d'Hitler, c'est d'abord un combat pour la « santé » de la race
aryenne, une lutte qui se situe, et c'est là sa nouveauté radicale, sur le
plan biologique (« Mein Kampf », Mon combat, manifeste d'Hitler). Le pouvoir
nazi s'exprime dans une langue médicale. L'existence de « tribunaux de santé
héréditaire » (1700) où siégeaient des médecins, de « certificats de
stérilisation », d'une « police de l'hygiène », d'« instituts d'
uthanasie », tout cela témoigne de l'emprise exercée par la médecine sur l'
appareil d'Etat nazi.

(ça vous rappelle pas l'époque actuelle ?...

Si le Troisième Reich n'était pas un Etat de droit,
cela ne veut pas dire pour autant qu'il fonctionnait en dehors de toute
légalité. Bien au contraire, c'était une sorte d'Etat médico-légal où tout,
y compris les pires atrocités, était soumis à des procédures minutieuses, à
des formulaires détaillés, à un méticuleux contrôle juridique, administratif
et médical. Il n'y a pas d'Etat totalitaire sans le soutien d'une
bureaucratie moderne et efficace, d'une police bien organisée, d'un système
d'identification des citoyens fiable, de bases de données médicales,
sociales, politiques (indispensables pour le recensement des Juifs, des
communistes, des « anormaux ») régulièrement alimentées, de techniques de
répression bien rôdées (camps d'internement, placement d'office en hôpital
psychiatrique, bagne). « Les fascismes a utilisé et étendu
les mécanismes déjà présents dans la plupart des autres sociétés. Malgrétoujours
leur folie interne, ils ont, dans une large mesure, utilisé les idées et les
procédés de notre rationalité politique », explique Foucault dans un de ses
entretiens (« Le sujet et le pouvoir », in Dits et écrits IV). La « banalité
du mal » dont parle Hannah Arendt (cf. Eichmann à Jérusalem : rapport sur la
banalité du mal, éd. Folio) s'inscrit donc dans une rationalité politique
que le nazisme pousse à son paroxysme. Il y a une pathologie propre à nos
sociétés technologiques avancées, une sorte de « surproduction de pouvoir
que le stalinisme et le fascisme ont sans doute manifestée à l'état nu et
monstrueux » (Conférence de Foucault : « La philosophie analytique du
pouvoir », Dits et écrits III).

Le Troisième Reich n'a pas détruit les structures juridiques et
administratives qui lui préexistaient, il les a juste reconverties à son
profit en y injectant sa « biologie raciale ». Jean-Pierre Baud, historien
du Droit, caractérise le régime nazi par la mise en place d'un « système
parfait de légalité scientifique » où « les juristes étaient conviés à faire
fonctionner, en tant que juges (un juriste contre deux médecins) et avocats,
des « tribunaux de santé » chargés de prononcer des «
condamnations-diagnostics » pour les cas relevant de la stérilisation » («
genèse institutionnelle du génocide » in La Science sous le Troisième
Reich). La médecine - sa norme (le partage du normal et du pathologique),
son langage, ses experts - était indispensable au bon fonctionnement et à la
légitimation de la machine à tuer nazie. Tout était très légal et très
sanitaire ! Stérilisations, avortements forcés, gazages, crémations étaient
des « procédures » soumises en permanence au contrôle médical.

Calquée sur le modèle de la loi eugéniste californienne de 1909, la première
loi nazie traduit bien l'importance de la médecine dans le système politique
et idéologique nazi. C'est une véritable ordonnance médicale : « Loi sur la
prévention des descendances atteintes de maladies héréditaires ». Elle fut
votée le 14 juillet 1933 et mise en application le 1er janvier 1934. En
voici le premier article (à rapprocher de la liste des personnes
stérilisables établie par le tribunal de Chicago en 1922 : lire encadré
ci-contre).

« Toute personne, atteinte d'une maladie héréditaire, peut être stérilisée
au moyen d'une opération chirurgicale si, d'après les expériences de la
science médicale, il y a lieu de croire que les descendants de cette
personne seront frappés de maux héréditaires graves, mentaux ou corporels.

Est considérée comme atteinte d'une maladie héréditaire grave toute personne
qui souffre des maladies suivantes :

Débilité mentale congénitale ; schizophrénie ; folie circulaire ; épilepsie
héréditaire ; danse de Saint-Guy héréditaire ; cécité héréditaire ; surdité
héréditaire ; malformations corporelles graves et héréditaires. Peut être
aussi stérilisée toute personne sujette à des crises graves d'alcoolisme ».

 

La stérilisation, un principe d'hygiène raciale

A la lecture de cette loi, on pourrait croire que la stérilisation se réduit
à un banal acte thérapeutique. Dans Témoins sourds, témoins silencieux,
Horst Biesold, un spécialiste de l'histoire des sourds, rappelle que «
toutes les victimes de stérilisation sont passées par la mort psychique ».
Stériliser, c'est un euphémisme médical qui recouvre un acte criminel, c'est
une castration sophistiquée, une éviscération soft ! Elle aura beau être
réalisée sous anesthésie, avec des instruments aseptisés, par des hommes
portant des blouses blanches et des gants de latex, une mutilation restera
toujours une mutilation. La violence chirurgicale de la stérilisation
compromet de manière irréversible l'intégrité physique d'une personne. Les
séquelles psychologiques et organiques sont considérables. Pour les hommes,
les médecins SS procédaient à une vasectomie (ligature des canaux
déférents), pour les femmes, ils amputaient l'intégralité de l'utérus. Ces
opérations chirurgicales, qui entraînaient parfois la mort, étaient
réalisées aussi sur des enfants. Dans le documentaire, une sourde explique
comment elle a été contrainte avec son frère et sa sour, alors qu'ils n'
étaient encore que des enfants (entre 8 et 12 ans), à être stérilisés. Dans
les instituts pour sourds, des professeurs livraient aux hôpitaux des
classes entières à stériliser. A chaque fois que Horst Biesold se rendait
pour faire des recherches dans ces instituts, comme par magie, leurs
archives disparaissaient.

La difficulté qu'on a à reconstituer l'histoire des sourds sous Hitler n'est
donc pas liée au seul défaut de parole de ces derniers. Il y a aussi le
silence délibéré d'institutions qui ont souvent fait disparaître tout ce qui
pouvait les compromettre, tout ce qui pouvait révéler leur implication dans
la persécution de ceux qu'elles étaient sensées protéger. Si on sait qu'un
tiers des adultes sourds ont été stérilisés sous les nazis, on ne dispose
pas d'estimations fiables pour les enfants. Pour l'ensemble des personnes
dites malades mentales, handicapés, déviantes etc., c'est plus de 400 000
stérilisations qui ont été opérées. Il faut savoir que dans les hôpitaux(assainissement
des lieux, pasteurisation des produits, stérilisation des objets)

psychiatriques, des sourds étaient souvent internés du seul fait qu'ils
étaient muets (ce n'est pas propre à l'Allemagne) ; ils étaient jugés «
idiots » (en anglais Dumb signifie à la fois muet et stupide). Le terme de
malade mental avait une acception très large, ce qui fausse les estimations
aussi bien pour les sourds que pour les dits « malades mentaux ».

En tant que concept et pratique hygiénique par excellence, la stérilisation
joue un rôle clé dans l'eugénisme nazi : la Rassenhygiene (hygiène raciale).
Stériliser cela peut signifier deux chose : 1) Supprimer la capacité de
procréer, rendre infécond. 2) Aseptiser, désinfecter, purifier par la
destruction des toxines et microbes. L'eugénisme opère la synthèse parfaite
de ces deux significations. Comment ? Par le renversement du principe même
de l'hygiène moderne. Fondée sur la micro-biologie de Pasteur, celle-ci vise
à prévenir les maladies par l'action sur le milieu de vie (assainissement
des lieux, pasteurisation des produits, stérilisation des objets). Avec l'
eugénisme, ce n'est plus le milieu (extérieur) dans lequel évolue l'
organisme qu'il s'agit d'assainir, de purifier, mais l'organisme lui-même (l
'intérieur) et au-delà de lui-même la race, l'hérédité, le sang qui coule à
travers tous les organismes individuels d'un même Volk (Peuple). Pour un
médecin nazi, stériliser c'est certes détruire la capacité de reproduction d
'une personne jugée « génétiquement inférieure », mais c'est surtout
prévenir une descendance « dégénérée », et donc stopper une infection qui
menace la pureté du sang aryen. L'eugénisme, ce magma de théories délirantes
(essentiellement anglo-saxones) sur l'hérédité génétique, permet de donner
bonne conscience au médecin : « Je ne stérilise pas un individu, se dit-il,
je soigne le peuple allemand ! ».

 

Tuer pour soigner

Faire de l'hygiène raciale un programme politique, c'est faire de la santé
du Volk (peuple) l'objectif ultime du gouvernement des hommes (hygiène vient
du grec hugieinon, santé). L'ennemi du peuple allemand n'est donc ni un
ennemi politique, ni même un peuple mais la « maladie ». Dans l'idéologie
nazie, le Juif c'est la figure, le phantasme, l'incarnation du mal
biologique. La lutte ne peut donc être qu'une lutte à mort, celle d'un
organisme sain contre les virus et infections qui le menacent. Il y a un
rapport nécessaire entre hygiène raciale et extermination, santé des Aryens
et « euthanasie » des « dégénérés » : on ne négocie pas avec une tumeur, on
l'élimine. La logique purificatrice du programme nazi de stérilisation
contient déjà en germe le génocide. En effet, dans l'extermination il s'agit
toujours d'empêcher la reproduction des « sous-hommes », mais cette fois-ci
en retranchant la vie elle-même et non plus seulement la faculté de se
reproduire. « Dans l'esprit des nazis, le génocide des Juifs et des Tziganes
était indissociable de la stérilisation et de l'« euthanasie » des «
dégénérés » ; il s'inscrivait dans un ensemble de mesures sanitaires
destinées à préserver la race » (« Genèse institutionnelle du génocide »,
J-P. Baud in La science sous le troisième Reich, éd. Seuil). L'hygiène
raciale nazie va plus loin que l'eugénisme classique, elle ne se contente
pas d'inverser le principe de l'hygiène en l'appliquant à l'hérédité, elle
renverse le principe même de la médecine. Désormais, il faudra tuer pour
soigner, tuer pour vivre. Dans le documentaire de Brigitte Lemaine, Yves
Ternon (spécialiste de la médecine nazie) l'explique clairement : « L'
inversion morale des médecins nazis et surtout des médecins SS était telle
qu'ils tuaient en s'imaginant soigner la race allemande, le peuple allemand,
le sang allemand ! ». Ce que confirment les propos du docteur Klein, un
médecin SS qui supervisait des exécutions massives : « Mon serment d'
Hippocrate me dit de faire l'ablation d'un appendice gangréneux d'un corps
humain. Les Juifs sont l'appendice gangréneux de l'humanité. C'est pourquoi
j'en fais l'ablation » (« genèse institutionnelle du génocide » in La
Science sous le Troisième Reich, J-P Baud).

 

C'est en octobre 1939, que s'opéra le passage de la stérilisation à l'
extermination des « malades mentaux ». Hitler signa le décret secret suivant
: « Le Reichleiter (directeur) Buller et le docteur Brandt sont chargés d'
étendre les attributions de certains médecins, à désigner nominativement, en
vue d'accorder une mort de grâce (Gnadentod) à des malades qui dans les
limites du jugement humain et sur la base d'un examen critique de leur
maladie doivent être considérés comme incurables. » Dans le film de B.
Lemaine, Claire Ambroselli rapporte l'origine de ce décret à un livre que
lut attentivement Hitler alors qu'il était en prison, en 1923 : Die Freigabe
der Vernichtung lebensunwerten Lebens [La libéralisation de l'extermination
des vies indignes d'être vécues], un ouvrage écrit en 1920 par un juriste,
Karl Binding, et un psychiatre, Alfred Hoche. On y lit par exemple qu'« un
médecin doit avoir le droit d'utiliser l'euthanasie sur toute personne
inconsciente et sans conséquences légales » ; qu'« il existe des individus
qui sont sans aucune valeur pour la société. Parmi ceux-ci on peut classer
les pensionnaires des établissements pour idiots (les asiles) qui sont non
seulement sans valeur mais d'une valeur absolument négative » ; que « les
idiots incurables qui ne peuvent donner leur accord ni pour survivre ni pour
être tués devraient être tués ». Les nazis exauceront les voeux de ces
eugénistes au-delà de toute espérance.

L'opération secrète d'élimination des « inaptes » fut baptisée Aktion T4
parce que son quartier général se situait au numéro 4 de la
Tiergartenstrasse (rue), à Berlin. Témoins sourds, Témoins silencieux l'
analyse en détail. Pour plus de confidentialité, la responsabilité du
programme T4 était répartie entre trois entités séparées : le
Reichsarbeitsgemeinschaft Heil und Pflegeanstalten, le groupe de travail du
Reich sur les sanatoriums et les nurseries, qui avait pour objectif le
recensement des patients à éliminer. La Gekrat (Gemeinnützige
Krankentransporte), une société de droit privé chargé du transport, discret,
des patients vers les centres de gazage. Enfin, le Gemeinnützige Stiftung
für Anstaltspflege qui assurait dans les instituts d' « euthanasie » la
construction des chambres à gaz, des fours crématoires, la formation des
personnels et la gestion financière du programme T4.

« Euthanazie » : la préparation d'Auschwitz

Il y aura en tout six centres de mise à mort, chacun désigné par une lettre.
A pour Grafeneck, B et Be pour Brandenburg/Bernburg, C pour Schloss
Hartheim, D pour Sonnenstein et E pour Hadamar. C'est dans ces lieux
dénommés pudiquement instituts d'« euthanasie » (euthanasia : mort douce en
grec) que seront mises au point par les médecins SS les premières chambres à
gaz et fours crématoires. Initialement prévue pour les seuls malades dits
« incurables », la mise à mort (pas douce du tout !) fut étendue « aux
vieillards séniles, aux alcooliques, aux impotents, aux grabataires et aux
« asociaux » divers (indigents, vagabonds, prostituées, et autres) » (La
société pure, Pichot). Bien sûr, les malades juifs étaient systématiquement
éliminés.

Témoins sourds, témoins silencieux insiste à plusieurs reprises, et avec
raison, sur la responsabilité énorme des médecins dans l'industrie de la
mort nazie : « C'est évident que concevoir dans une institution médicale une
chambre à gaz, c'est la première phase d'un crime contre l'humanité qui
était déjà réalisé par les médecins ! » (Claire Ambroselli). Les médecins n'
étaient pas de simples fonctionnaires se contentant d'exécuter les
directives ; ils prenaient des initiatives, élaboraient des hypothèses et
des dispositifs, et les expérimentaient sur les cobayes humains qui leur
étaient confiés. Il y avait une véritable concurrence entre eux, c'était à
qui découvrirait le moyen de stérilisation, d'avortement ou d'élimination le
plus efficace et le plus économique.

L'opération T4, ce n'est pas un programme d'« euthanasie » mais la première
extermination de masse hitlérienne. Elle a débuté en effet bien avant le
lancement, en 1942, de la « solution finale » (l'élimination totale des
Juifs et des Tziganes). Selon le rapport rédigé en décembre 1941 par le
docteur Theo Lang, sur la seule période allant de janvier 1940 à août 1941,
200 000 « malades mentaux » ont été exterminés, à quoi il fallait ajouter au
moins 75 000 vieillards (ces chiffres ont été retenus par le tribunal
militaire international de Nuremberg cf. La société pure, Pichot, p. 267).
Le rapport du Dr. Lang révèle à quel point les nazis avaient une conception
large de la « maladie mentale » : « La façon de procéder suivante est
utilisée avec les vieilles gens encore en parfaite santé et vivant chez eux
; un dirigeant politique les convoque, puis un médecin, généralement SS,
établit que ces vieilles gens sont mentalement déficientes. Il suggère de
les mettre en tutelle et de les envoyer à un établissement ; de là, ces
vieilles gens sont envoyées aux chambres à gaz » (extrait de La société
pure). Officiellement supprimée le 24 août 1941, sous la pression de l'
Eglise catholique et de l'opinion publique, le programme d'extermination des
« malades mentaux » se poursuivit sous un autre nom, « Aktion 14f13 »
(numéro d'un formulaire administratif) et sous d'autres formes : « gazage
dans des installations mobiles, injection de diverses substances toxiques ou
privation de nourriture jusqu'à la mort (notamment pour les enfants) » (La
société pure).

Témoins sourds, témoins silencieux se conclut en soulignant la continuité
qui existe entre l'opération T4 et la « solution finale » : « ces médecins
qui avaient terminé leur travail à Hadamar (institut d'euthanasie), ils
avaient tué tous les handicapés ou soi-disant handicapés, ces médecins ont
été mutés à Auschwitz. Là, il pouvaient continuer leurs expériences et le
gazage des gens : les Juifs. Voilà la continuité de la loi de prévention des
maladies héréditaires aux rampes d'Auschwitz. » (intervention de Horst
Biesold).

Pour une « dé-eugénisation » de nos démocraties

Si on parle souvent de la nécessité d'une « dénazification » de l'Allemagne
et de l'Autriche, on n'envisage jamais par contre la nécessité d'une «
dé-eugénisation » de nos démocraties. Un tabou pèse encore sur l'histoire de
l'eugénisme dont l'importance est systématiquement occultée par la plupart
des historiens. Trop de personnalités (des scientifiques et intellectuels de
premier plan), trop d'institutions (des hôpitaux, des firmes bio-chimiques,
des fondations), trop de pays sont impliqués dans ce qui fut, à un moment
donné, considéré comme la solution pratique idéale pour régler
définitivement les problèmes sociaux. Trop d'intérêts sont en jeu, ceux de
la génétique moléculaire et de ses puissants alliés (le lobby médical et les
firmes biotechnologiques).

Pourtant, il est urgent de mettre au jour cette part refoulée de notre
passé.... Récemment encore, dans certaines de nos démocraties les plus
progressistes, on stérilisait et internait à grande échelle les « faibles d'
esprits », les « asociaux ». « Au mois de mai 1999, le Parlement suédois
décidait d'indemniser les victimes de la politique de stérilisation forcée
dans ce pays entre 1934 et. 1975 » (Laurence Jourdan, Eugénisme en Europe
dans l'entre-deux-guerres, Le Monde diplomatique, octobre 1999). Une
commission d'enquête parlementaire a établi qu'environ 63 000 personnes y
ont été stérilisées, dont 90% de femmes ! Les trois-quarts des
stérilisations eurent lieu après 1945 ! Pour justifier cette pratique, l'
Etat suédois invoqua la nécessité d'une « sélection sociale » et le bénéfice
d'une réduction des frais d'aide sociale.

Le cas de la Suède (il y a aussi celui de la Norvège, des Etats-Unis, de la
Suisse où, selon un rapport d'une école d'infirmières zurichoise, on a
stérilisé des femmes jusqu'en 1987 !) est particulièrement révélateur, il
montre comment la logique criminelle de l'eugénisme peut fonctionner en
dehors de toute référence à l'anti-sémitisme ou à une forme quelconque de
racisme « ethnique ». Ce qui lui est essentiel c'est le phantasme d'une «
société pure », c'est la volonté de purifier la société de tout ce qui est
indésirable, que ce soit sur le plan biologique (maladies héréditaires ou
supposées telles), sur le plan psychologique (maladies mentales, déficiences
intellectuelles.) ou sur le plan social (alcoolisme, délinquance, «
nomadisme ».). L'exemple de la Suède le montre à merveille, l'eugénisme c'
est la superposition de deux logiques : une logique « biologique » d'
amélioration du « patrimoine génétique », et une logique économique d'«
élimination des vies inutiles, de ceux qui coûtent cher à la société et n'
apportent rien » (extrait de Témoins sourds.).

L'« euthanasie du foetus »

17 novembre 2000 : le jeune Nicolas Perruche, un garçon gravement handicapé,
en raison d'une rubéole maternelle non diagnostiquée à temps, a obtenu de la
justice le droit d'être indemnisé du fait du préjudice de sa naissance.
Bref, Nicolas a été indemnisé du fait de n'être pas mort, du fait de ne pas
avoir été avorté. 28 novembre 2001 : la jurisprudence Perruche est confirmée
par la Cour de cassation pour le cas de Lionel, un enfant atteint d'une
trisomie 21 non détectée durant la grossesse et qui donc n'a pu être avorté.
Une indemnisation lui a donc été accordée en réparation du préjudice que
constitue sa naissance (sic !). La reconnaissance de cette sorte de « droit à ne pas
naître » n'est pas sans rappeler le « droit à la mort » des eugénistes, la
Gnadentod des nazis (la « mort de grâce » accordée à des handicapés qui ne l
'avaient pas demandé.) Comme le souligne André Pichot dans La société pure,
l'eugénisme contemporain se fonde « sur les possibilités de dépistage
prénatal des maladies héréditaires, dépistage éventuellement suivi d'un
avortement. (.) on parle parfois, dans le cas du dépistage suivi d'un
avortement, d'« euthanasie du foetus ». (.) ces nouvelles mesures
correspondent tout à fait à la définition et au projet eugénistes (assurer
la production d'êtres « bien nés ») ».

Et c'est ce qu'exprime très précisément le généticien contemporain Francis
Crick, prix Nobel, avec J. Watson, pour sa découverte de la structure de l'
ADN : « Aucun enfant nouveau-né ne devrait être reconnu humain avant d'avoir
passé un certain nombre de tests portant sur sa dotation génétique. S'il ne
réussit pas ces tests, il perd son droit à la vie » (cité par P. Thuillier,
« La tentation de l'eugénisme », La recherche n°155, 1984). En cela d'
ailleurs, il ne fait preuve d'aucune originalité puisque le psychiatre
Alfred Plötz, fondateur en 1905 de la société allemande d'hygiène raciale,
écrivait déjà en 1895 : « S'il arrivait que le nouveau né fût un enfant
faible et d'espèce médiocre, une mort douce (euthanasia) lui sera procurée
par le conseil médical, qui décide des papiers d'identité des citoyens de la
société ; disons avec une légère dose de morphine. » Avec la prolifération
des tests prénataux, des « kits » de diagnostic génétique - tous brevetés et
lucratifs -, se profile une dérive possible vers un « eugénisme
consumériste » : sous prétexte d'offrir aux parents une plus grande liberté
de choix, on les incitera en fait à sélectionner les « génétiquement
conformes ». Les associations d'handicapés l'ont compris, la traque au fotus
« génétiquement inapte » réduit sans cesse la perception que nous avons de
la normalité et aggrave par là-même le rejet de tous les handicapés. 

Vous pouvez commander Témoins sourds, témoins silencieux à CNRS Diffusion : 1, place Aristide Briand 92195 Meudon Cedex. Tél. : 01.45.07.56.86.

(n'oubliez pas les aspects contemporains de toutes ces choses ... - encore une de ces vidéos qu'on ne peut pas intégrer dans un blog, because censure tous azimuts ! alors voilà le lien ! cliquez dessus :

https://fulllifechannel.com/v/222?channelName=JeanJacques...   )


au delà de la France même ! l'humanité la dignité, c'est un combat humain fondamental

regardez dans les rues ce que sont devenus les français :  ils ont bien leur brassard avec la croix gammée, replié sur le bras, mais bien là pour pouvoir le montrer à la Gestapo en cas de besoin ! (que celui  qui a des oreilles entende)

image001.png

ça fait plus de vingt ans que je voyait tout ça venir, vous n'avez pas voulu m'écouter, les français n'ont pas refusé, n'ont pas résisté, ont refusé de s'inquiéter, maintenant il est trop tard !

Passez en revue toutes les innovations que depuis 30 ans les gens ont acceptées sans broncher, voire avec approbation, elles les habituaient à ce qui leur arrive maintenant.

l

11/07/2021

96%

96% est un pourcentage très intéressant, car si je ne me trompe c'est  le pourcentage des juifs de Pologne à avoir été exterminés par Hitler. Et c'est également le pourcentage d'enfants détectés trisomiques grâce au nouveau (et très rentable, lisez Jean-Marie Le Mené) test "non invasif", qu'on fait avorter avant leur naissance.

(Je rappelle que ce chiffre avait choqué un député qui s'était exclamé pourquoi seulement 96 % ? - là aussi lisez Jean-Marie Le Mené, il en parle - je pense que les dignitaires nazis qui ont appris que"seulement"  96% des juifs polonais avaient été exterminés ont eu la même réaction !)

 

 

10/07/2021

le grand capital = parasitaire et fasciste

29/6/2021 Chaque instant dans la sinistre société actuelle nous rappelle que le grand capital, et tous ses petits caporaux, imbus par leur situation face aux « moins que rien » que sont les « clients », de leur pouvoir d’agents normatifs arbitraires et tout-puissants, est essentiellement PARASITAIRE, cynique, copains et coquins, arrogants, totalitaires, fascistes de mentalité, ça on le voit de plus en plus ! De la merde nazie.

Un compromis historique avec le capitalisme n’est plus possible (surtout le grand capital, celui qui se paye des « groupes » et des « collaborateurs » !) il faut l’annihiler ! Il faut une révolution radicale.

 

l’évangile du « salut par le vaccin » continue sa propagation jusqu’aux extrémités de la terre. Les gouvernements continuent à la fois d’entretenir la peur de la mort par le SARS-CoV-2 (en dépit du fait que le taux de survie mondiale se situe autour des 99,8%, soit un taux supérieur à celui de la grippe saisonnière) et de minimiser les risques du « vaccin » expérimental (en dépit du fait qu’un grand nombre de personnes en parfaite santé meurent des suites de leur injection12 et que d’autres souffrent d’effets secondaires gravissimes). La censure est aujourd’hui si soigneusement employée que les efforts de divulgation des risques liés à la thérapie génique appliquée aux injections anti-COVID n’aboutissent, pour la plupart, qu’à des tentatives nulles et non avenues (de plus, ce serait céder au complotisme que d’imaginer que de tels risques pourraient bel et bien exister, « voyons ! »). C’est ici que les effets aveuglants de la pensée de groupe s’avèrent si déconcertants : une grande partie de la population est désormais implacablement conditionnée à penser que « le vaccin ne présente aucune risque », de sorte qu’aucun symptôme, aucun effet secondaire13 ou décès ne peut lui être imputé.

"des fous furieux qui essayent de se faire du fric, sur le dos de notre santé"

https://odysee.com/@DiscreetL:6/210705-CDL95-LR:1

(Note importante : est-ce que vous arrivez à visionner cette très imposrtante vidéo sur votre ordinateur, ou bien est-ce  quelle est aussi chez vous censurée vicieusement par le grand capital de Claus Schwab ? savez-vous comment contrer cette CENSURE VICIEUSE ??)


à Jean-Jacques Crévecœur il ne manque plus que le vocabulaire pour être marxiste, qu'est-ce qu'il attend ?  Et les partis communistes qu'est-ce qu'ils attendent pour se joindre à lui ? là aussi ils sont coupables, ils se bouchent les yeux ??

ben, en d'autres termes c'est exactement ce que nous dit Karl Marx, et comme en plus ils deviennent fous furieux (il ne reste plus qu'à préciser qu'est-ce qui crée cette propension à la psychopathologie, "quand il n'y a rien qui l'arrête", pour ça pensez à Zygmunt Baumann) et l'esprit de la modernité. Bref c'est tout à fait la définition du fascisme, qui s'est déjà étalé une fois sur notre continent, et cette fois-ci sur toute la planète. Mondialisation oblige. La première fois ça a fini par une guerre et ils ont été battus, mais ici ?

Et Frédéric BADEL nous le rappelle, avec la crise actuelle, la France se trouve divisée en deux, d’un côté les rhinocéros nazis pétainistes, collabos obéissants et dénués de cerveau (et pas seulement de cerveau) et la MINORITE des résistants, et entre eux plus rien n’est possible que le mépris et la haine. La peur, le dégoût, la défaite ou le danger. La honte ou la mort ?

La sidération des masses crédules décentes et décrébrés, revient comme du temps de "Notre Très Sainte Mère l'Eglise" ,l’évangile du « salut » par le « vaccin » continue sa propagation « jusqu’aux extrémités de la terre ». Les gouvernements continuent à la fois d’entretenir la peur de la mort par le SARS-CoV-2 (en dépit du fait que le taux de survie mondiale se situe autour des 99,8%, soit un taux supérieur à celui de la grippe saisonnière) et de minimiser les risques du « vaccin » expérimental (en dépit du fait qu’un grand nombre de personnes en parfaite santé meurent des suites de leur injection12 et que d’autres souffrent d’effets secondaires gravissimes). La censure est aujourd’hui si soigneusement employée que les efforts de divulgation des risques liés à la thérapie génique appliquée aux injections anti-COVID n’aboutissent, pour la plupart, qu’à des tentatives nulles et non avenues (de plus, ce serait céder au complotisme que d’imaginer que de tels risques pourraient bel et bien exister, « voyons ! »). C’est ici que les effets aveuglants de la pensée de groupe s’avèrent si déconcertants : une grande partie de la population est désormais implacablement conditionnée à penser que « le vaccin ne présente aucune risque », de sorte qu’aucun symptôme, aucun effet secondaire13 ou décès ne peut lui être imputé.
Et ceux qui risqueraient de nuire aux "Business-plan" du grand capital sont assassinés (Brandy Vaughan pas exemple) ou enfermés sans limite de temps dans des asile psychiatriques comme en URSS ou des prison (le Pr Fourtillan pas exemple). C'est comme sous Hitler la dictature totalitaire du grand capital.

il y a une désinformation qui a été faite (n'oubliez pas , payez TOUT en LIQUIDE ! la survie de vos liberté, et votre survie pure et simple, en dépendent)

Résistance
Résistance
Union
Boycott
Liberté
Vive les Patriotes ✌️

Fourtillan.png