Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/02/2018

Les gens qui aiment les chats

Les gens qui aiment les chats évitent les rapports de force. 
Ils répugnent à donner des ordres et craignent ceux qui
élèvent la voix, qui osent faire des scandales. Ils rêvent      
d'un monde tranquille et doux où tous vivraient
harmonieusement ensemble. Ils voudraient être ce qu'ils sont
sans que personne ne leur reproche rien.
Les gens qui aiment les chats sont habiles à fuir les
conflits et se défendent fort mal quand on les agresse. Ils
préfèrent se taire, quitte à paraître lâches. Ils ont
tendance au repli sur soi, à la dévotion. Ils sont fidèles à
des rêves d'enfant qu'ils n'osent dire à personne. Ils n'ont
pas du tout peur du silence. 
Les gens qui aiment les chats adorent cette indépendance
qu'ils ont, car cela garantit leur propre liberté. Ils ne
supportent pas les entraves ni pour eux-mêmes ni pour les
autres. 
Et rêvent bien sûr que l'amour aille de soi, sans effort, et
qu'on ne les quitte jamais. Ils ne veulent pas obtenir les
choses par force et voudraient que tout soit donné.
Les gens qui aiment les chats, avec infiniment de respect et
de tendresse, auraient envie d'être aimés de la même manièrequ'on les trouve beaux et doux, toujours, qu'on les
caresse souvent, qu'on les prenne tels qu'ils sont

Les gens qui aiment les chats font une confiance parfois
excessive à l'intuition. L'instinct prime la réflexion. Ils
sont portés vers l'irrationnel, les sciences occultes. Ils
mettent au-dessus de tout l'individu et ses dons personnels
si leur conviction les pousse à s'engager, une part d'eux-mêmes
reste toujours observatrice, prêt au repli dans son
territoire intime et idéaliste, toujours à la frange, comme
leur compagnons, d'un pacte avec la société et d'un retour
vers une vie sauvage dans l'imaginaire.
Les gens qui aiment les chats sont souvent frileux. Ils ont
grand besoin d'être consolés. De tout. Ils font semblant
d'être adultes et gardent secrètement une envie de ne pas
grandir. Ils préservent jalousement leur enfance et s'y
réfugient en secret derrière leurs paupières mi-closes, un chat sur les genoux. 
 

Anny Duperey, Les chats de hasard,

 

14/02/2018

une époque où la communication entre les êtres on trouvait ça normal

5/12/2005 : On voit bien que Mme P***** est d’une génération plus vieille que le commun des femmes d’aujourd’hui (et d’abord parce qu’elle porte encore des vêtements de couleur !).
Elle met ses mains sur ses hanches, comme faisaient les femmes quand elles portaient des robes . Elle s’adonne parfois à des sous-entendus égrillards, qu’aucune des dragons de sexophobie actuelles ne feraient jamais, ni ne tolérerait seulement en leur présence !
La chape de béton du puritanisme s'est abattu sur nos pays.

Quand à cette carrément vieille femme, Mme Delf**** (1) elle est encore d’une génération avant et elle dit : « oh ! tu préférerais une belle pépé. » et  « Qu’est-ce que tu fais le Dimanche ? Tu ne vas pas me dire que quand tu as une femme à côté de toi tu ne cherches pas à toucher, » etc. Eh oui, elle a grandi à une époque où la communication entre les êtres on trouvait ça normal ; maintenant on trouve ça criminel !

 

  (1) elle est morte maintenant, c'est donc aussi une façon de mémorial 

02/02/2018

la cure de prévention active du Dr Gernez


pour télécharger la brochure en format pdf :

http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=9&cad=rja&uact=8&ved=0ahUKEwjEu4HFhqLVAhUFHxoKHWeZCjIQFghdMAg&url=http%3A%2F%2Fungraindesable.the-savoisien.com%2Fpublic%2Fandre_gernez%2FGernez_Andre_-_Prevention_active_du_cancer_-_mise_en_pratique.pdf&usg=AFQjCNGH_UK9fLlc5mtm1xuU5eb80gp2dw

 la méthode de prévention active contre le cancer, avec compléments et mise à jour.

télécharger ce livre

 

29/01/2018

le phénomène de commutation


 

Et les "médias" (propriétés de 8milliardaires) font tout pour que ceux qui auraient des choses à faire savoirn'ai pas accès à la parole, il ne reste que lesblogeurs individuelsetcourageux quianalysent la situation, comme ceuli-ci


 

et pour rythmer la résistance rien de tel qu'un bon petit air de rap à apprendre par coeur :


26/01/2018

Non Monsieur Bernard Friot les retraités ne sont pas créateurs de lien social !

Bernard Friot : intéressant, et stimulant, le temps des grands penseurs renaît en France, la pensée politique et révolutionnaire commence à renaître ! mais il y quelques objections qu'on peut soulever. Je ne le ferait pas ici. C'est juste pour situer la source.

Donc à un moment il dit

« Les retraités produisent beaucoup plus de lien social que de kilomètres d'autoroutes »
Faux ! Les retraités ne produisent pas du tout de lien social, ils restent tout seuls dans leurs coins, produisent peu ou pas du tout selon le cas, de lien social, et perdent en général tout le lien social qu'ils avaient pu créer en travaillant. Les travailleurs, que ce soit ceux qui construisent les kilomètres d'autoroute sur leur chantier, ou les fonctionnaires dans leurs bureaux, produisent eux du lien social ! et dans le cadre de leur travail et dans tous les à-côtés. Pas les retraités. Les retraités dans le meilleur des cas ils vivent du lien social au sein de petits clans fermés, point ! (et ça c'est dans le meilleur des cas). Les travailleurs ils sont bien obligés, qu'ils en aient envie ou pas de s'ouvrir à des inconnus, à des gens d'autres milieux, pour exécuter leurs tâches, leurs services, leurs clients, etc, etc. et puis ils ont la lutte syndicale, la lutte de classe, autre lien. Les retraités au contraire, il n'y a qu'à voir les réunions de quartier de communes comme celles de ******-*********, ils détruisent le lien social ! l'interdisent, et le criminalisent même, créent une société stalinienne, une société « prussienne » comme on disait autrefois, comme Tatie Danielle ce sont des électeurs à sarkozy ou à Estrosi.

23/01/2018

lenteur du monde moderne

 Il ne faut pas être pressé de nos jours ! Tout à l'époque actuelle est infiniment plus lent que dans les années 60 ! ou que du temps de Balzac.

 

le monde moderne est d'une lenteur phénoménale !!!
constamment on ne fait qu'attendre, attendre, attendre, un temps fou pour la moindre manipulation d'un instant, le moindre geste théoriquement automatique, pour la moindre démarche qui autrefois "allait de soi" pour le moindre déplacement, maintenant on va plus vite à pied qu'avec une voiture aux pieds comme boulet, pour le moindre service public ou commercial - qui autrefois étaient infiniment plus rapides (il n'y a pas de compraison !! c'est surréaliste!! et plus c'est informatisé plus c'est lent, il y a un problème !) - et plus fiables ! et plus infiniment plus conviviaux  - pour le moindre geste de la vie quotidienne.

Et sur un ordinateur j'vous dit pas : on ne fait que ça, la moindre manipulation vous bloque des heures, on n'a plus le temps de seulement voir passer la journée, tant elle est complètement bouffée par l'attente, l'attente, l'attente, et la LEE-EEN-TEEUR-IIN-FII -NIE.

 

tout ce qui est moderne se fait (quand ça se fait !!!) avec une lenteur pharamineusement phénoménale !

 

Le fonctionnement du monde moderne est devenu quelque chose d’une extrême, d’une immense lenteur. Quelle différence avec seulement il y a un demi siècle, comme c’était infiniment plus rapide (et plus fiable). Le vie est devenue immensément plus lente … qu’au XIXème siècle ! – Relisez les romans de Balzac (pour ne pas parler des autres), et pourtant ils se déplaçaient en diligence ! en une seule journée il y avait plein de choses de faites, qui de nos jours ne seraient même pas réalisées au bout d’un mois !!

c’est affolant !

 

C’est inimaginable comme tout traîne à l’infini, et comme les opérations de routines les plus élémentaires prennent carrément des semaines, et des semaines, et encore des semaines.

 

21/01/2018

la fin de l'amour

http://zamenhof.blogg.org/la-fin-de-l-amour-a115557942

« Le soleil a rendez-vous avec la lune »

…….   
« ici bas souvent chacun pour sa chacune

chacun doit en faire autan » 

Eh oui ! il fut un temps où on trouvait normal que « chacun ait sa chacune », et réciproquement.

c'est loin tout ça
le temps où
on vivait en famille chaque jour par amour ou par nécessité en vue de rendre l'existence vivable tout simplement.

Mais maintenant, d’abord il n’y a plus que l’idée de deux chacuns ensemble ou de deux chacunes ensemble qui soit valorisée !
Et puis c’est l’époque où les femmes considèrent que "une femme sans homme c’est comme un poisson rouge sans patin à roulette".  Il n’y a plus que des hommes, à ne pas penser pareil, mais ils ne le disent pas ! ils sont bien trop complexés par le terrorisme intellectuel du temps, et crèvent en silence tout en disant « amen ».

Alors chacun (ici « chacun » = chacun et chacune) dérive tout seul avec « chacun son corps », réservé seulement pour les infirmières du pouvoir médical et le thanathopracteur du funérarium ; chacun s’agite tout seul entre deux métros et trois boites de conserves, entre son appartement de banlieue  et le crématorium. Maintenant le désir est invariablement décrit comme celui d’un chien pour un bifteck, la tendresse comme une violence, la beauté comme attentatoire à la dignité de LA femme, faire l’amour comme une perversion, la complicité comme une aliénation, l’attachement comme une maladie mentale !

Quand à l’amitié n’en parlons pas ! on a trop peur que ça puisse être accusé d’être sexuel, donc pervers, à une époque où même les enfants ne se tiennent plus par la main, pensez donc, les adultes !

En définitive la fameuse « libération sexuelle » qu’on nous a tant vantée n’a pas du tout libéré les relations entre les sexes, au contraire. Elle n’a servi qu’à renforcer le puritanisme, et à rendre les gens plus paranoïaques et plus constipés. Soit dit en passant, la pudeur du temps passé était finalement beaucoup plus saine que celle de maintenant. On cachait, que ce soit les choses, les mots, les désirs, mais on suggérait : çe qui donnait à la fois plus de confiance et de sécurité, et de liberté, et de convivialité. Maintenant on montre, on dit,  on enseigne, le tout le plus crûment possible, mais on interdit ! et, comme on est quand–même gêné, on se réfugie dans une sexophobie (qui ne s’avoue pas) crispée et paranoïaque, et on criminalise le désir ! Ce qui fait qu’au lieu d’être plus libérés on est plus complexés, et la société s’éteint sous une chape de peur et d’autocensure, et de perte du lien social (tandis que la suggestion permettait de faire cohabiter le désir et la  décence, et les contacts humains au niveau qu’on voulait bien). Ce qui suscite, ou le cynisme, ou l’hystérie criminalisatrice, et le fossé entre les êtres.
http://www.youtube.com/watch?v=k0ccz207jDs


Et en plus : http://www.bastamag.net/article2827.html

   

Bientôt la sexualité sera aussi interdite que le tabac, on commence à nous y préparer, le climat monte.
On parie?

   

on est bien dans cette société dénoncée par Marc-Edouard Nabe :

"Les asexués obsédés de sexe et qui ne baisent plus, ces filles qui portent des mini-jupes mais ont une burqa dans la tête " 

et par Israel Shamir :

" Enfants de la révolution vaincue de 68, nous étions libres d'aimer, de fumer, de penser et d'agir. Nous pouvions voyager et prendre l'avion sans être déshabillés à l'aéroport, et on ne nous confisquait pas nos gaudrioles.
Nous pouvions faire l'amour et fumer dans les cafés. Depuis, c'est la dégringolade; toute fumée est bannie, et la pensée libre a été incarcérée entre les barreaux du Politiquement Correct, et l'action politique réduite à l'inscription à des groupes sur facebook. L'amour est devenu un véritable champ de mines sous des lois victoriennes."

commentaire trouvé sur le net : "on prépare une génération entière de femmes qui crèveront toutes seules à 70 ans dans leur appartement, absolument toutes seules avec leur chat et leur sac Vuitton.
Et pour les hommes, ça sera pas mieux (solitudes, maladies insoignables pour cause de fin de la sécurité sociale programmée, suicides, conséquences de la consommation de drogues et d’alcool). Ma génération s’est tracée un avenir tout simplement sensationnel.
Là, je m’adresse aux hommes qui ont entre 20 et 35 ans, comme moi : si vous voulez vous faire une bonne idée de comment vivront les hommes de notre génération dans les années à venir, allez voir comment ça se passait pour la majorité des hommes en Russie dans les années 90 (longévité merdique, maladies dues à l’alcool, chômage de masse, misère, solitude généralisée...génération sacrifiée). Ça nous pend au nez ! Mais il ne faut pas que vouv vous en plaigniez, vous vous feriez traiter de fasciste !"

Souvenez-vous de Jean XXIII quand il était séminariste et qu’il faisait bien attention pour ne pas lever les yeux sur les filles, on lui avait apprit à « éduquer son regard » et à « maîtriser ses pulsions » comme on appelle ça maintenant !...
bref L’Eglise sortie par la porte est rentrée par la fenêtre. Les Talibans ont gagnés la guerre ! Regardez les images d’autrefois, les films, etc et vous verrez : la France en fait n’a jamais été aussi puritaine depuis 1 siècle et demi ! Maintenant tout ce qui est désir est tabou. A la rigueur on admet encore que des gens copulent (n’utilisons plus l’expression « faire l’amour », ce n’est plus du tout ça !...) mais à condition que ce soit purement mécanique (partenarial !) sans désir (surtout !) sinon c’est pervers ! Ils ne se rendent pas compte que c’est leur puritanisme qui est pervers, et qui est un refus de l’humanité et de la communication, et la peur devant les sentiments.

autre commentaire, fin novembre 2017 :

Maintenant que les femmes nous traitent de porc, il est évident que la poupée sexuelle est notre avenir à tous. Une amie me demandait comment nous les hommes ne devenions pas tous pédés avec la haine masculinophobe qui sévit. Sa question devient légitime.

20/01/2018

un métier qui leur convient

  Autrefois les policiers étaient tous des hommes : il fallait être fort pour pouvoir se colleter avec les délinquants. Mais maintenant de toutes façons ils ne se déplacent plus qu’en masse à 50 contre un ! et avec toutes les armes dont Sarko les a pourvu, ça n’est plus un problème. Ça a été ouvert aux femmes, et bien sûr c’est un métier qui leur convient à la perfection ! elles ont une vocation pour ça… Donc bientôt les flics seront à  80% des femmes (et les flics sociaux 100%, c’est déjà le cas depuis longtemps).

Et, curieusement, dans ce cas on ne va pas faire de loi pour imposer la parité !

Qu’est-ce qu’on parie ? Curieux non ? ……

17/01/2018

l'affiche

26/6/2006 en passant sur le trottoir: 

Cette publicité n’est pas encore au goût du jour, elle va se faire stigmatiser par le MLF et par les autorités gouvernementales : Le bonhomme est montré en train de tenir sa femme par la taille. Quelle horreur ! On va dire que c’est humiliant pour l’image de LA Femme de montrer un homme passant son bras autour de la taille de son épouse ; On va dire que c’est du «machisme», que c’est indécent, que c'est une "violence", que cet homme est un "porc", etc.

Pour que les MLF ne considèrent pas ça comme humiliant pour LA Femme il faudrait qu’il se tienne à 3 mètres d’elle et que ce soit un "Directeur des Ressources Humaines", qui la jauge pour voir si elle peut encore être rentable et s’il va l’employer encore quelques semaines, ou bien s’il va la jeter à la rue comme un papier gras.

 

14/01/2018

vive l'école à la maison la liberté et l'humanisme !