Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/10/2018

lo mismo que las bestias y las flores

poème à apprendre par coeur : il est excellent, harmonieux, et important.

 

Sobre la vida y la muerte

 

Por un capricho extraño de la vida

del vientre de una madre procedemos

y en un mundo voluble (=versatile) nos perdemos

tratando de encontrar una salida

 

El tránsito es igual que una caída

al negro lodazal (=bourbier) que nadie vemos.

Llegando a cierta edad todos caemos

cumpliendo así la regla establecida.

 

Nacemos y morimos lentamente,

lo mismo que las bestias y las flores,

vadeando (=passer à gué) poco a poco la corriente.

 

Algunos, soportando sinsabores (=désagréments),

y pocos disfrutando alegremente,

pues nadie vive inmune a los dolores.

 

Angel Arquillos Lopez

 

20/10/2018

Asselineau fait une analyse de classe du résultat des élections - CAPITAL !

et au passage il met à bas l'infecte racisme "éducatif" et anti-pauvres de nos "élites" !


par ailleurs l'analyse qu'il fait (au 12è et  13è minutes) de ses résultats selon les arrondissements de Paris et - c'est là que c'est important ! - selon le niveau de diplômes des habitants, est très intéressante ! car elle montre une fois de plus (car j'avais déjà fait la réflexion il y a quelques semaines sur l'infecte racisme éducatif, et de classe, des journalopes envers l'électorat de Trump et celui de Clinton : que tant d'universitaires hautement diplômés aient voté pour Clinton comme un troupeau de Panurge ne parle pas franchement en la faveur de leurs préjugés merdeux selon lesquels les gens sans diplômes universitaires ce sont des sous-hommes qui votent sans savoir. on voit bien que le bon sens, et l'indépendance d'esprit non plus, au contraire ! - c'est comme je l'avais raconté ce dont je me suis aperçu dans les années 80 et 90 à la lecture assidue du "Monde" ! - n'est pas du tout lié à la longueur des études; que les gens peu éduqués pensent souvent plus sainement que "la volaille qui fait l'opinion", les bourges imbus de leurs compte-chèques et de leurs diplômes.
(soit dit en passant ça rappelle très fort ce qu'on voit à la lecture du livre que je viens d'acheter,

et dont je ne ferai jamais assez la louange ! - "l'assassinat de Jules César" par Michael Parenti, aux Editions Delga

- au niveau des préjugés, absolument PUANTS, que non seulement les patriciens (pareil que de nos jours la classe bourgeoise Vénézuelienne envers les chavistes !! c'est tout à fait la même réaction, si vous avez lu les articles, en espagnol, sur ce qu'ils disent, etc, moi si et c'est frappant !) non seulement les patriciens, qui vivaient de l'exploitation cruelle et éhontée du peuple et du vol des biens de l'Etat, mais aussi par la suite durant des siècles, deux mille ans ! les historiens, y compris modernes, ont continué à seriner sur la plèbe de Rome, en la couvrant d'injures (cf MC Solaar : "ils ne se cachent même plus/crachent sur les tombes des personnes qu'ils tuent") et de mépris en en disqualifiant leurs réactions, qui sont, seul Parenti le montre, et pourtant il suffit d'un peu d'bon sens (comme dirait Chirac !) pour en être persuadé !  qui sont le bon sens même et que tout humaniste, ou tout simplement toute personne avec "un petit peu d'bon sens" devrait soutenir sans hésiter, le mépris "raciste" (racisme anti-pauvres) de ces gens pour le peuple, les pauvres, les esclaves, les "crêve la faim", assimilés à des gens qui forcément (hé ! il faut bien disqualifier à la racine leurs raisonnements, leurs revendications, on ne peut plus raisonnables, filous va !), qui forcément ne savent pas penser, sont mus par des passions "irrationnelles", sont des "brigands", alors que les brigands ce sont eux, les patriciens (à Rome, mais les équivalents existent aussi sous nos yeux au Venezuela et en France !). C'est fou !

Macron est actuellement le représentant élu de ce racisme de classe : https://histoireetsociete.wordpress.com/2017/10/06/linsul...

Macron insulte les ouvriers très sciemment, il s’adresse aux « diplômés » (de l’enseignement supérieur, apparemment les autres diplômes ne sont pas des diplômes!!!!!         ),  aux gagnants (en matière de fric, et de carriérisme capitalistes et bourgeois) s’il y en a, à une jeunesse qu’il veut égoïste et superficielle, aux couches « moyennes » (c’est à dire supérieures, les 1%) haïssant plus pauvre qu’eux, à ceux apeurés qui craignent le désordre,  à la petite bourgeoisie vestimentaire, celle qui n’a que ses habits faussement à la mode pour se distinguer des pauvres, tous ceux chez qui on peut cultiver une conception très réactionnaire de l’avenir, et il leur dit vous vous n’avez rien avoir avec ces brutes incapables. Ces gens là sont des vaincus, des minables, des assistés (comme les entreprises ! Mais elles elles ont le droit..................) et vous vous êtes l’avenir. C’est pour cela qu’il cultive l’opposition de Mélenchon, les forts en gueule, les débraillés et il leur parle ce qu’il estime être leur langage pour les renvoyer à ces gens sans éducation, ces « inutiles » qui foutent le bordel. Il veut la scission au sein des couches populaires, il la joue, il la provoque et tout ce qui contribue à cette scission est du pain béni.

Il s’adresse bien sûr aux mentalités de droite, bourgeoises et universitaires, mais il table aussi sur le travail opéré sur le PS, sur la rupture de la gauche avec la question sociale, comment cette « gauche » a fait passer ou a tenté de faire passer la revendication salariale   aux bonnes oeuvres de la dame patronnesse  du sociétal, celle qui isole la femme, l’immigré, le chômeur, cherche la fusion du même pour éviter de considérer les véritables antagonismes politiques : ceux entre le capital et le travail.

"Feignant, fouteurs de bordel"… Pour ceux qui s’étonnent que le président qui affirme vouloir prendre de la hauteur se commette ainsi, il y a de la naïveté dans cette découverte. Le maître du château, le bourgeois qui se prend pour un aristocrate, celui à qui le dédain tient lieu de légitimité a toujours employé un langage grossier pour désigner les subordonnés, c’est le sens que Macron  donne à « jupitérien », l’arbitraire face aux « petits ». Il opère un clivage, il créé une haine de classe tout à fait consciemment et il espère même que cette haine trouvera ses exutoires racistes et sexistes. C’est une image de la société française qu’il est en train de construire pour tenter de durer en s’appropriant les petits diplômés, voués à la précarité, mais que l’on incite à mépriser les ouvriers, les employés, les petites gens,  les vieux, les faibles, ceux à qui l’on peut flanquer des coups en toute impunité, les édentés comme disait Hollande. Il n’en est pas à son premier « dérapage » et quand il va prononcer sa phrase, il cherche la caméra pour être sûr que le « message » passera.

dans le fond, c’est tout ce qu’a pu représenter le parti communiste, une classe ouvrière fière d’elle même et de son apport, aspirant à la culture et au savoir comme à la direction de l’Etat, qu’il tente de mettre en charpie pour répondre au cahier des charges du capital, en finir avec toutes leurs conquêtes et les faire retourner à l’humiliation du 19 e siècle. La seule réponse que l’on puisse faire à une telle provocation est l’unité dans le calme, l’unité des routiers qui imposent un accord de branche et remettent en cause les ordonnances. L’unité de tous ceux qui s’opposent à une telle vision de la société, et cette unité a besoin d’un parti communiste qui sait que la classe ouvrière, le monde du travail est à la base de tous les rassemblement progressiste, ceux qui font s’incliner les arrogants valets du capital. Une classe ouvrière qui s’éduque, aspire à tous les droits y compris celui à la culture, le contraire de ce à quoi le capital veut la réduire.

(et puis que Valls ne puisse plus se représenter "nulle part en France", comme il voulait faire au pauvre et courageux Dieudonné, bien fait pour lui !! il y a quand-même une justice du destin !!)

comme dirait Coluche (le pauvre motard qui s'est retrouvé tout à coup face à un camion) "pour leur mettre au cul votez pour l'UPR !"

16/10/2018

pourquoi cette omission ? dans un sujet dont pourtant on n'arrête pas de nous parler !

sur France Culture toujours les discours « bien-pensants » sur l’acceuil des immigrés. Mais ce que les gens ne remarquent pas en général c’est qu’il y a une tâche noire dans ce discours ! une question qui n’est jamais posée, un point qui n’est curieusement jamais abordé, comme une médecine qui ne s’occuperait que de prôner de l’aspirine mais ne parlerait jamais de chercher la cause de la maladie ! En fait c’est bizarre, oui ces gens « humains comme toi, etc, etc » c’est sûr aimeraient bien ne pas être repoussés et pouvoir être accueillis, mais aussi l’immense majorité d’entre-eux auraient déjà préféré NE PAS AVOIR EU à QUITTER LEURS FOYERS ET LEUR PAYS ! Or, curieusement ce point-là on ne l’aborde pas, cette question : pourquoi ? On ne la pose pas. Peut-être parce que derrière les beaux discours moraux il y a des intérêts financiers ? Peut-être parce que poser la question du pourquoi mènerai à trouver les responsables des causes, et que « on » ne veut surtout pas qu’on parle de ça …. Ni qu’on éclaircisse les tenants et aboutissants.

Or c’est comme en médecine la plus importante question ça ! (et la plus morale en fait) Certes les tracas immédiats et individuels des intéressés c'est important, mais si on veut réfléchir un peu plus profondément, et pas simplement se laisser manipuler, il y a la question des causes qui conduisent à cette situation, non ? (et peut-être les intérêts de ceux qui en profitent et veulent continuer à en profiter - NAIRU ! vous connaissez ?). Et si ceusses qui parlent si abondamment des symptômes s’abstiennent soigneusement de rappeler qu’il y a des causes, et d’en chercher les racines, et les profits, il y a peut-être une raison pour ça, une raison honteuse peut-être.

http://www.voltairenet.org/article201687.html

(sans oublier des raisons honteuses du côté des pourris et des collabos de là-bas d'ailleurs, et là Kémi Seba parle un langage de vérité et sans concession :

https://www.youtube.com/watch?v=5MTA3tc5DZg[youtube]https...

14/10/2018

c'est pour quand la révolution ?

 

Mépris des clients (comme les pères divorcés j’vous avais dit ! http://miiraslimake.hautetfort.com/archive/2013/11/22/cap... ) surtout des pauvres (racisme de classe), refus de leur laisser avoir accès à LEUR argent, flicaillerie hypocrite et Novlangue, « réduction des coûts salariaux pour faire croître les profits (et les gras alaires des « audits internes » ?) : voilà la France d’aujourd’hui (bien différente de celles de 1960 je peux vous le dire).

C’est pour quand une Révolution d’Octobre à la française ? On en aurait bien besoin.


"Les bureaux de Poste « aides sociales » représentent 20% des guichets et accueillent 37% des clients. Le bureau de poste qui fait l’angle de la rue Marx-Dormoy et de la rue Ordener, dans le 18e arrondissement de Paris, fait le plein en ce début août, comme chaque mois lorsque tombent les prestations sociales. La clientèle est à l’image de ce quartier populaire où se côtoient des populations d’immigration plus ou moins récentes. Une vingtaine de personnes font patiemment la queue devant l’unique guichet bancaire ouvert, sous l’œil placide d’un vigile portant un brassard rouge "sécurité"

La Poste a établi en septembre un « diagnostic » de ces « bureaux à forts enjeux sociaux », qui représentent 20 % de ses guichets et accueillent 37 % des clients. Il révèle plusieurs dysfonctionnements. L’absentéisme y est de 40 % à 50 % supérieur à la moyenne nationale en nombre d’arrêts de travail, et « la couverture des absences » y est « insuffisante », reconnaît l’ « opérateur » public dans un document interne. Parmi les éléments d’explication, les organisations syndicales évoquent les tensions lorsque les files d’attente s’allongent, et le manque de personnel pour servir les clients"

Traduction: "1) En clair 37% des clients de la Poste sont pauvres, et

2) Si on supprime ces guichets c'est autant de bénéficiaires en moins. Donc l'Etat a trois solutions pour imposer des économies soit la fusion/baisse/suppression des aides sociales soit la radiation pour tous soit l'entrave/suppression des moyens de distribution".

J'y ajouterais le refus des salariés de La Poste d'aller à ces guichets d'où les absences "maladies". Plusieurs de ces salariés m'ont expliqué qu'ils n'en pouvaient plus de se faire insulter quand ils avaient interdiction de leur donner tous leurs fonds.

 

08/10/2018

est-ce réjouissant ?

https://histoireetsociete.wordpress.com/2018/09/08/supercalculateurs-la-chine-regne-en-maitre/
ça confirme que la suprématie US c'est fini.
Mais est-ce réjouissant ? la Chine donne très fort dans le totalitarisme social, le capitalisme, ceux qui voient la Chine en puissance sage gentille et pas impérialiste ( et même "communiste" !) se fourrent le doigt dans l'oeil jusqu'au coude,  et comme disait Montesquieu à peu près (je cite de mémoire) "on a n'a jamais vu quelqu'un jouir d'un pouvoir sans succomber à la tentation d'en abuser" .....
et Lord Acton : "Tout pouvoir corromp"
Avec un tel pouvoir informatique on peut, faire plein de choses .... et on voit que déjà la notation totalitaire et bien « citoyenne » (selon le terme - dévoyé ! - qu’on n’arrête pas de nous ressasser de nos jours en France ….) de tous leur citoyens c'est leur dada,  libéral-fasciste le dada.

 

« Comme on peut l’imaginer, il va pouvoir traiter d’énormes quantités de données, vraisemblablement à des fins scientifiques, pour du calcul mathématique et du cloud computing. » ah oui ? Que ça ? Vraiment ??

07/10/2018

vous avez dit "différence" ?

La "tolérance" certains la vantent beaucoup, sauf que, dans les faits, on s'aperçoit que la seule tolérance qu'ils réclament et pratiquent c'est .... la tolérance envers les gens qui pensent comme eux !!! et qui qui vivent comme eux !!!!

dès qu'ils se trouvent confrontés avec des gens réellement différents, "y'a plus personne !" la tolérance tintin ! ils se montrent férocement intolérants (on en a vu un exemple frappant récemment en France au sujet d'un petit bout de tissu que il y a tout juste 70 ans toutes nos grand-mères bien françaises et bien cathos mettaient encore sur leurs têtes !), c'est comme la liberté d'expression, ils l'exigent quand des gens qui ..... pensent comme eux justement, sont persécutés par d'autres gouvernements, mais quand eux-même rencontrent dans leur propre pays des gens qui ne pensent pas comme aux, (ou qui révèlent des faits scandaleux mais qu'ils auraient voulu que ça reste secret !!!) alors plus question de liberté d'expression ! et ils sont en train de transformer l'Europe tout entière en un régime totalitaire et policièrement censuré de toutes parts !!!

C'est comme ce terme "rituel" et sacré : la "différence", on n'arrête pas d'en entendre parler, mais en fait c'est un mot de code, car il ne désigne qu' UNE SEULE DIFFERENCE,et loin d'être la plus importante : la différence de race (et encore !!! c'est pas pour toutes les races !!! les roms par exemple n'en jouissent pas le moins du monde ! du tout ! toujours aussi stigmatisés, eh oui bien sûr EUX ils sont REELLEMENT DIFFERENTS !   ),

car en fait quand ils parlent de « différence » c'est la différence qu'il peut y avoir entre un rocker « branché » blanc en blue-jean's et tee-shirt (en anglais dans le texte) buvant un coca dans son apart' dans un building parisien, et un rocker « branché » noir (ou métis, ou d'origine musulmane, mais "modéré" de rigueur !) en blue-jean's et tee-shirt (en anglais dans le texte) buvant un coca dans son apart' dans un building parisien !!! ...

ouais .... c'est celâââ .... c'est celâââ    

Mais toutes les autres différences entre les personnes, qu'est ce-qu'on en fait ? relisez dans "l'essai de morale prospective" la liste qu'en dresse Jean Fourastier tiens ! ceux qui croient au spiritisme, au catholicisme, ceux qui récitent des poèmes par coeur (comme le faisaient 100% des collégiens de l'école publique autrefois), qui n'aiment rien tant que la botanique, les jeux de cartes, les caresses, les timides, les bavards sans inhibition, les pas obsédés sexuels, les maniaques de l'érudition, les communistes, les ouvriers manuels sans diplôme universitaire, ceux qui aiment leurs parents (très mal vu de nos jours !), ceux qui croient aux soucoupes volantes, ceux qui n’en ont rien à foutre de l’écologie, ceux qui ne savent pas l'anglais, ceux qui ne savent pas conduire, ceux qui ont peur de la mort et n'admettent pas le "travail de deuil" que les maîtres de la "pensée unique" veut leur imposer, etc, etc, et puis aussi les trisomiques, tous ceux-là on ne la respecte pas du tout leur différence. Tiens par exemple les trisomiques, eux ça redevient comme en 1938, vous savez l'Aktion T4, écoutez cet appel depuis une tribune des Nations-Unis à Genève :


 

05/10/2018

"pour des raisons de sécurité" le mantra du fascisme actuel !

le prétexte de la sécurité ah ! encore elle ! la revoilà ! le Dieu Moloch de notre époque, auquel on sacrifie des êtres, toujours ce fameux mantra pervers comme une tête de vipère qui se  dresse devant vous : "pour des raisons de sécurité"

Quand on voit l'usage que nos maîtres font de ce mot on a compris ! Quand j'entends le mot "sécurité" je sort mon révolver !

03/10/2018

boycottez l'invasion de ces muffles hideux !

il faudrait, quand-même !  que tous les citoyens dignes décident de boycotter systématiquement les magasins qui mettent des caméras de vidéo-surveillance, c'est à dire non seulement les grandes surfaces mais aussi les petits magasin qui font comme ça (il y en a de plus en plus, et même des vétérinaires !! et même des curés !!! Jésus se retournerait dans sa tombe). Ce serait  marquant pour la défense de la Civilisation devant le processus de Stalinisation de la société auquel nous assistons actuellement. Et après tout, il est normal qu'un client ne remette pas les pieds dans la boutique d'un commerçant qui l'a insulté ! Or mettre des caméras de vidéo-surveillance dans son magasin c'est insulter ses clients. Les gens n'ont pas l'air de en rendre compte. Une fois qu'on en a pris conscience on ne peut plus y entrer de même coeur, ni regarder le commerçant avec les mêmes yeux.
Vous ne vous sentez pas insultés? vous devriez pourtant, car c'est tout à fait ça!

"Qu'on me comprenne bien: Il s'agit d'un engrenage fatal. Nous mettons les pieds, sans vraiment nous en rendre compte, dans un engrenage fatal. Il commence à l'aéroport, lorsque nous acceptons d'être visualisés dans notre intimité,  pour prouver que nous ne sommes pas des terroristes.  Lorsque, aussi, nous acceptons les caméras de surveillance partout, vidéo-surveillance fallacieusement rebaptisée vidéo-"protection", nous nous soumettons implicitement au dépouillement de tous les aspects de notre vie."
("Dans un monde où l'humiliation est devenue tellement familière que l'on ne la reconnaît plus")

02/10/2018

les cyniques motivations économiques (capitalistes .... bien sûr !) derrière la Secte des Adorateurs de la Mort

au passage  Coma : la voix des proches favoriserait le réveil › Cerveau › Le Journal de la Science

http://www.journaldelascience.fr/cerveau/articles/coma-voix-proches-favoriserait-reveil-4500

(la Secte des Adorateurs de la Mort, vous ne connaissez pas cette secte ? elle est pourtant au pouvoir chez les éditeurs de livres scolaires, les revues de psychologie, les maîtres à penser, (même chez les curés "horizontalistes" maintenant !), les politiques qui ne rêvent que de légaliser l'euthanasie, etc)

"L"euthanasie stade suprême du capitalisme" vous ne me croyez pas ? vous ne voyez pas le rapport ? regardez déjà ça ....

http://www.dailymotion.com/video/x1a0axg_jean-claude-mart...

et ça  http://www.alterinfo.net/Droit-a-mourir-ou-droit-de-tuer_a139754.html

et le pire c'est que cette perverse façon de penser compte plein d'adeptes chez les français-moyens....

" ... on va bientôt nous demander de soutenir la légalisation du suicide pour tous, avec l’argument mensonger de l’élargissement des droits individuels, (sic !) et de la compassion pour ceux qui souffrent. Les idéologues du totalitarisme démocratique montrent les dents. Et la corporation des croque-morts a tout intérêt à l’essor de l’euthanasie légale. Celle-ci permettra de rationaliser, de planifier, d’étaler les décès (parce qu’il y a une morte saison, celle que les jeunes et bien portants appellent la belle saison), de réduire les coûts, de diversifier les prestations, d’embaucher des psys, d’être inventifs. Une activité encore artisanale et très liée au local pourra se déployer vertigineusement. Les vieux pauvres pourront même être payés pour faire place nette, s’ils ne se laissent pas faire de leur plein gré, gratuitement. Et l’on pourra récupérer bien plus d’organes, donnés pour rien, et revendus bien cher ! Voilà des choses que l’on nous cache, derrière le slogan qui vient, celui de la liberté de mourir « quand je veux, si je veux » http://www.plumenclume.net/articles.php?pg=art1647

avec les milieux qui ont le pouvoir et la mentalité de la société actuelle L'Euthanasie ça nous pend au nez; Dans un premier temps ils vont nous conditionner et nous convaincre gentiment de la demander volontairement. Puis ceux qui ne le feront pas seront diabolisés et culpabilisés, (on parie ?!) je vois déjà les arguments qu'ils vont utiliser.
et enfin ça sera de force ou ne demandera plus leurs avis aux gens.
on parie ?
regardez cette nouvelle (soit dit en passant ça m'étonne qu'il n'y ai plus que les cathos pour s'inquiéter, alors que croyant à la vie éternelle ça devrait les laisser sereins, eux !) http://belgicatho.hautetfort.com/archive/2015/11/23/la-pi... pourquoi réservé aux plus de 70 ans ? (indépendamment de leur état de santé), visiblement il y a derrières de gens qui pensent comme Attali ! et on sent très bien, que l'étape suivante sera de les encourager à l'acheter, puis à culpabiliser ceux qui ne le feront pas. Puis.

http://www.blogg.org/blog-38767-date-2014-04-28-billet-debranchons_michael_procent-1520169.html
Xavier Lavaud : ".....

Adrien Abauzit a raison : son positionnement officiel à gauche permet au PS de mieux servir les intérêts du capital.
Prolongeant l'analyse de Cornélius Castoriadis, et de Michéa, Adrien Abauzit constate que le capitalisme s'est développé à partir de modèles anthropologiques qu'il n'a pas crées mais qui sont l'oeuvre d'autres structures, d'autres cadres.
L'Etat Républicain national a remplacé comme éducateur et protecteur, l'Eglise Catholique (qui condamnait l'usure).
Devenant, à leur tour, gênantes, "les souverainetés nationales" ont d'abord été placées sous la curatelle de l'Union Européenne.
A présent il est absolument nécessaire, pour le capitalisme, de placer les Etats sous tutelle renforcée.
Le capital pour y parvenir faire dispose de relais
La destruction des structures de résistance sociale (Eglise, Etat, Syndicats) doit être nécessairement suivie par celle de la famille elle-même.

Voici ce qu'en a dit Jacques Attali. http://fr.answers.yahoo.com/question/index?qid=2009070115...  :
"L’euthanasie sera un des instruments essentiels de nos sociétés futures dans tous les cas de figure. Dans une logique socialiste, pour commencer, le problème se pose comme suit : la logique socialiste c’est la liberté, et la liberté fondamentale c’est le suicide (sic !) ; en conséquence, le droit au suicide direct ou indirect est donc une valeur absolue dans ce type de société. L'euthanasie deviendra un instrument essentiel de gouvernement "

Tuer des enfants, vous pensez que c'est interdit ? Et non, en Belgique, c'est possible et en toute légalité... http://www.dailymotion.com/…/x276fth_laurent-louis-denonc...



L'euthanasie faisait partie des propositions du candidat Hollande. Il s'est cependant, montré très prudent voire alambiqué.
Cependant, pour le développement du capitalisme, quels sont les intérêts ?
Le troisième et le quatrième âge possèdent et donc sont la clé d'une part énorme et croissante du capital.


Naturellement conservatrices, ces populations gênent le mouvement des capitaux.
Cette question du traitement réservés aux vieux touche à une valeur traditionnelle fondamentale.


"On doit honorer ses parents, se réjouir de leur longévité, redouter qu'ils ne viennent à disparaître (...) c'est le premier des devoirs" a noté (de mémoire) Confucius.
Il y a crise, certes ! mais de quoi? du travail ? de l'emploi ou de l'argent ?
Dans cette perspective, la question des vieux est centrale.
Que veut-on vraiment : leur bien ou leurs biens ?

"Et puis, y'a la toute vieille qu'en finit pas de vibrer et qu'on attend qu'elle crève vu qu'c'est elle qu'a l'oseille".
Adrien Abauzit écrit que François Hollande "ne s'attaquera évidemment pas au capital "
Il lui reste donc à détourner les esprits vers de faux problèmes (le mariage gay, l'homo-parentalité) et à désigner un bouc émissaire.
Les vieux, à cet égard, constituent une cible parfaite."

Et maintenant, suite de la propagande destinée à préparer en douceur l'opinion.
Tiré du chapeau, surgit un nouveau « droit à une sédation profonde et continue jusqu’au décès ». Les formules utilisées entretiennent la confusion.
S’agit-il d’endormir le patient qui va mourir, ou de l’endormir pour le faire mourir ?
C’est bien un nouveau protocole euthanasique qui arrive, masqué, avec la sédation associée à l’arrêt de l’hydratation. La mort est garantie en quelques jours. L’étiquetage « fin de vie » censé favoriser l’accès aux soins palliatifs, se retourne en « arrêt de vie ». Simplement, on aura évité le mot « euthanasie » qui divise. Endormir les patients et endormir l’opinion relèvent d’une même logique politique : façon expéditive de se débarrasser d’un problème complexe, qu’on ne peut régler ni par de nouveaux protocoles de fin de vie, ni à coup de sondages d’opinion. […]
C’est finalement un choix truqué qui est imposé aux parlementaires, entre une nouvelle loi fin de vie inutile, dangereuse et déjà transgressive, abusivement présentée comme consensuelle, et la surenchère des députés de la majorité présidentielle pour l’amender dans un sens explicitement euthanasique.


étape de plus vers leur but final

30/09/2018

la famille

Jusqu’au XIXè siècle inclus (ici anecdote de l’écrivain à qui on demandait si, une fois adultes, il était possible de concevoir des sentiments d’amitié entre un père et un fils, avait dit NON pas possible, et remarque de ce que tous les héros de Jules Verne sont des orphelins; ça a commencé à évoluer à l’époque de Vigée-Lebrun, mais ça a pris plus d’un siècle) le FONDEMENT de la famille était (voir l’analyse marxiste de Engels) l’héritage de la propriété (et du NOM ! Chez les aristocrates), d’où le culte de la virginité, et le fait que les mariages étaient l’affaire des parents - seuls ! - et les relations entre parents et enfants (dont la moitié mouraient avant l’âge de 1 an de toutes façons, et étaient chez les riches élevés par des nourrices, qui étaient le seul moment de tendresse dans une vie - à oublier de rigueur car vile domestique !! ) étaient faites de terreur ! De soumission totale, d’obéissance ac cadaver, comme diraient les jésuites, et de respect inconditionnel et ostentatoire des enfants envers leurs parents, relisez les oeuvres littéraires de ces siècles !
Ce qui fait que certains discours de penseurs de ces siècles prétendant abolir la famille ne doivent pas être vus avec des yeux horrifiés de gens des années 1950. Il n’était pas du tout question à l’époque du modèle familial qui a régné, disons de 1850 à 2000 (oui, maintenant « on » est en train de le détruire ! À coups de criminalisation des parents, d'éducateurs professionnels, féminisme, LGBT, théorie du genre, etc, bref vous savez ce qui se passe !) et qui était basé sur des relations de chaleur familiale, d’amour, de tendresse, de solidarité décontractée et d’intimité, et qui a connu son summum dans les années 50, la famille comme celle de Mafalda ou de Boule et Bill.