Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/03/2018

Steen, Teniers

On ne voit plus jamais les tableaux de Steen ou des Teniers, qui sont si nombreux et qu’on voyait si souvent. Bien sûr de nos jours la joie, et les jeux de cartes, ça n’est plus à la mode. Fumer, boire, lutiner les filles : voilà qui est maintenant aussi tabou qu’en Afghanistan.

05/03/2018

L'injustifiable génocide des compteurs électromécaniques !

tous les prétextes avancés pour justifier le programme totalitaire d'installation forcée de compteurs Linky sont complètement mensongers.

SCOOP - LINKY : la preuve de la tromperie
organisée par Enedis et soutenue par l'Etat

regardez la photo censurée sur le site : http://refus.linky.gazpar.free.fr

photo qui montre :
Un capteur installé sur un bon vieux compteur
électromécanique
, pour ceux qui veulent avoir
de jolies courbes de consommation... sans
changer de compteur et donc sans Linky !
suite de l'article :

"Nous le répétons inlassablement : tous les prétextes avancés pour justifier le programme totalitaire d'installation forcée de compteurs Linky sont complètement mensongers. Par exemple, 

1° il est totalement faux que ce programme soit "imposé par l'Europe", même la Commission européenne reconnait que sa directive est purement indicative.

2° Il est tout aussi mensonger de prétendre que les compteurs communicants sont indispensables pour piloter les réseaux électriques à l'heure des énergies intermittentes (éolien, solaire, etc) : l'industrie européenne de l'électricité, réunie en congrès à Vilnius, a fait savoir que "les compteurs communicants sont superflus".

3° Ne nous attardons pas sur d'autres plaisanteries d'Enedis qui prétend par exemple installer les Linky... "pour que les clients aient des factures précises". D'abord nous sommes des usagers et non des "clients", et de plus nous pouvons depuis longtemps avoir des factures parfaitement précises sans l'ombre d'un Linky, et ce même chez EDF... maison mère d'Enedis !

4° Mais la plus grosse tromperie d'Enedis, hélas reprises très souvent telle quelle (sans la moindre investigation) dans de nombreux articles ou reportages, consiste à prétendre que le Linky permettrait de faire des économies d'énergie, ce qui serait bon pour l'environnement et pour notre porte-monnaie. A nouveau, c'est totalement mensonger.

Pourtant, Enedis maintiens ses allégations en avançant que le Linky permet enfin au "client" de suivre sa consommation en consultant de jolies courbes sur Internet. Avec toutefois un décalage de 24 heures ce qui, selon les experts, rend totalement illusoire l’efficacité du dispositif. Et ce d'autant que, pour faire réellement des économies, il existe des solutions beaucoup plus efficaces (par exemple faire diagnostiquer son logement et ses équipements) que de consulter béatement des courbes.

Ceci dit, bien que déjà parfaitement informés de la politique généralisée de mensonges mise en oeuvre par la direction d'Enedis, quelle n'a pas été notre surprise en découvrant (cf la photo en début d'article) que les adeptes des courbes de consommation peuvent parfaitement être satisfaits... en gardant leur bon vieux compteur électromécanique !

Attention, il ne s'agit absolument pas pour nous de faire de la publicité pour le fournisseur "Greenyellow" qui appartient à un groupe d'hypermarchés (un modèle totalement antisocial et antiécologique) et qui, par ailleurs, ne s'oppose absolument pas au programme Linky.

Mais force est de constater qu'il est parfaitement possible d'installer, sur le compteur électromécanique, un petit appareil qui enregistre les variations de consommation et qui permet, qui plus est en temps réel (et non avec un délai de 24 heures comme avec Linky), de satisfaire les usagers désireux de se pâmer devant de jolies courbes de consommation.

C'est une preuve accablante de la tromperie généralisée organisée par la direction d'Enedis qui n'en finit plus de bafouer les valeurs du service public et dont un des objectifs réels est de procéder au véritable "génocide" des compteurs électromécaniques qui ont le "tort" de ne pas nous surfacturer, de ne pas nous espionner, de ne pas faire dysfonctionner nos appareils, et de durer jusqu'à 70 ans pour certains !


Enedis organise délibérément le génocide de ces merveilleux
compteurs électro-mécaniques car ils ne nous surfacturent
pas, ils ne nous espionnent pas, ils ne font pas dysfonctionner
nos appareils, et ils peuvent durer plus de 70 ans !

(eh oui ! voilà l'explication !! une fois de plus il faut utiliser la bonne vieille méthode du bon vieux père Karl (Marx, pour ceux qui  l'ont oublié !   ) les inspecteurs de police des vaudevilles disaient "cherchez la femme !" le papa Marx nous rappelle "cherchez le profit capitaliste !")

En effet, il est facile de voir que la durée de vie réelle des compteurs communicants est terriblement courte : 5 à 7 ans, beaucoup moins que les 15 à 20 ans allégués par Enedis, et immensément moins que les 40 ou 50 ans, parfois 70 ans de durée de vie des compteurs électromécaniques.

Pour essayer de justifier ce scandale écologique (et économique), Enedis et l'affligeant Nicolas Hulot assurent que les compteurs électromécaniques seront recyclés : encore heureux ! Mais on ne doit recycler que des appareils cass
(une fois de plus allez sur la page és, pas 35 millions de ces merveilleux compteurs en parfait état de marche ! (et une fois de plus et de plus allez encore et toujours sur la page : http://refus.linky.gazpar.free.fr

pour voir la belle image très  impressionnante et qui donne à réfléchir et qui fait si bien dans l'article )

(pour lire la suite et fin de l'article de  Stéphane Lhomme : http://refus.linky.gazpar.free.fr )

28/02/2018

Le doute naît Les autorités nous mentent tellement ! alors on se dit pourquoi pas ? et puis il y a des arguments, les voici …

Sur le doute à avoir devant les diverses propagandes que les "merdias" aux-ordres et les diverses "instances" (comme on disait en URSS) étatiques. Regardez le cas du Donbass ! on voit ce dont les "médias" sont capables, à quel point ils obéissent à leurs maîtres, à quel point ils nous mentent, à quel point ils censurent et travestissent la réalité, hein !
Alors ?

lisez par exemple les réflexions de celle-ci : https://histoireetsociete.wordpress.com/2015/01/20/pourqu...
Oui à l’analyse, la réflexion,

____________________________________________

http://stopmensonges.com/le-tabac-une-plante-medicinale-a... a un peu hésité avant de poster cet article mais comme tout le monde peut utiliser son propre discernement  !


"Personnellement je fume du tabac bio “American Spirit” sans additifs ni pesticides. Et je me dis qu’il y a tellement de chamans qui fument et qui connaissent bien mieux que nous les effets des plantes, et il y a tellement de mensonges que je me dis… pourquoi pas… L’admin.

Article :

Pourquoi ce serait une blague ? Demandez à votre arrière grand-père. Le tabac est une plante qui a plusieurs vertus thérapeutiques, désinfectante, antiparasitaire et anticancéreuse, eh oui  ce n’est pas  une blague, et ce n'est pas d’aujourd’hui. Recherchez dans l’épaisse littérature…  (le Dr William T. Whitby par exemple).

Bien sur que le tabac n’est pas à conseiller comme le jus d’orange, mais rien n’est blanc, rien n’est gris.. comme le café, il a ses bons et mauvais côtés.

Personnellement, je vois dans l’interdit du tabac une gigantesque expérience orwellienne, genre grippeAH1N1.. un test planétaire pour évaluer l’adhésion au politiquement correct ; tester le moutonisme. On le voit bien aujourd’hui que le but est atteint : là, les non-fumeurs, c’est à dire les « normaux » et en face, cette poignée de malades, désaxés.. de là à nazi, y'a pas loin. Ce n’était pas le but peut-être, mais le résultat est pourtant là.

« Fumer rend aimable » qu’il disait.. les anciens fumeurs, devenus « anti-fumeurs » sont eux – parmi les plus hargneux, jalousie mal évacuée ? Le communautarismeLe communautarisme est un outil de controle et de destruction.. Lire la suite ... » « anti-fumeur » fait son œuvre.

La chasse au tabac a pour première utilité de faire prendre les vessies pour des lanternes, en effet, interdire l’automobile en agglomération, tu vois les sociétés Esso, les usagers et le gouvernement qui perd ses contredanses ? Donc, à tous les problèmes de santé on a trouvé un bouc émissaire bien facile : le TA-BAC.
Bien sur que fumer 3 paquets par jour, ça n’a rien de terrible.. encore que.. On ne dit pas que seul un français sur quatre peut éventuellement avoir un problème pulmonaire du au tabac.

 

Mais les stats des cancers atmosphériques sont régulièrement évacuées sur le TA-BA-GISME – une providence.

Les toubibs sont généralement incapables d’attribuer de bonne fois les causesLa vraie cause du cancer et pourquoi elle a été gardée secrète !. Lire la suite ... » d’un cancerL’industrie du Cancer - les solutions qu'on vous cache pour soigner le cancer !. Lire la suite ... » pulmonaire, alors « c’est le tabac » que voRappekl : ulez-vous que ça soit d’autres ? Que votre bagnole recrache 280 g de saloperies au kilomètres, soit 100 fois plus au cent 2_ kilos de merdes, CO2, soufre, plomb.. alors 100.000 bagnoles, camions et autobus, on vous laisse faire le calcul journalier qui devrait faire 100.000 fois 28 kilos qui retombent sur Paris pour 100 km de conduite – sauf erreur ! Calcul consciencieusement évacué des statistiques de « santé publique» mais alors le TA-BAC, alors, tous les graphiques sous Excel sont diffusés tant que faire se peut… De quoi détourner l’attention des juteux hydrocarbures qui représentent des millions d’euros, détourner l’attention des vrais pollueurs générateurs de cancers , achats des bagnoles (quand l’automobile française fait la gueule – va pas casser la voiture aux œufs d’or !), assurances.. un gigantesque marché comparé à quelques cartouches de Winston.

Le TA-BAC devient même responsable de TOUT ; cancer du trou duc ? C’est le TA-BAC, cancer des ongles de doigts de pieds, c’est le TA-BAC ; vous ne fumez pas – Merdre, alors, c’est le TA-BACgisme PASSIF.. votre femme fume – non plus.. attendez, on va bien trouver un truc, votre chien peut-être ou votre mioche qui se roulerait un tarpé de temps en temps ?

On sait qu’on fait dire ce qu’on veut – et son contraire aux statistiques :

Les hospitalisations à Toronto pour des problèmes cardiovasculaires et respiratoires ont baissé respectivement de 39% et 33% depuis l’entrée en vigueur d’une loi anti-tabac en 2001 au Canada » ; bref, si on ne fume pas, on ne meurt plus d’arrêt cardiaque, peut-être qu’on meurt d’avoir oublié de respirer ? En France les analyses n’ont pas montré de différences notables, c’est pourquoi on en fait pas de battage. Et sans compter, dans les erreurs statistiques : les perverses perversions qui pervertissent les conclusions perverses autant qu’hâtives : les fumeurs qui ne fument plus au bistrot, boivent beaucoup moins de café ! Mais on ne va pas tomber dans l’excès inverse tout aussi invérifiable : puisqu’on fume moins, on meurt moins des problèmes cardio-vasculaires entrainés par la surconsommation de café !

Mon médecin de famille fume depuis.. bref, il a 76 ans.. tout ça le fait bien rigoler « Comme la Grippe A » dit-il ! La désinformation est facile : pour faire peur, on vous montres des radios d’un mec mort de silicose : des poumons noirs, pourrit jusqu’à l’os du poumon. Cette photo, montrait deux poumons alors que très généralement, seul un poumon est atteint mais toujours les deux en cas de silicose ! Déjà qu’on ne fait pas forcement la différence entre un genoux et un lobe pulmonaire sain vu au trombinoscope à balayage gamma – alors.. comment nous, pauvres béotiens allons nous contredire les « spécialistes », surtout s’ils sont spécialisés en désinformation. Comme des moutons, on s’est bien fait piquer contre la grippe de du cochon, sous le conseil de « spécialistes » alors.

J’ai du intervenir comme sous-traitant pour une sous-boite du groupe US MERCK (près de l’Etoile à Paris). Fumeur, en arrivant, je demandais si ça dérangerait que je fume.. tous les pharmaciens présents (US et Fr) ont rigolé à se casser chacun une côte ! A côté de certains, j’étais un « petit smoqueur » !

Si ce n’était un problème de lobbies, on nous déconseillerait bien le café et ses effets cardio-vasculaires désastreux, mais pour l’instant, c’est le TA-BAC. Il y a 20 ans, c’était LE TROU DU CUL DANS LA COUCHE D’OZONE.. maintenant, c’est le « réchauffement climatique », dans 10 ans – je ne sais pas.

Pour en revenir au tabac, cette plante médicinale aux multiples vertus remonterait dans l’estime.. même dans l’estime des cancérologues et toubibs – honnêtes et indépendants s’entend.. va comprendre.

AU FAIT, SAVIEZ-VOUS QUE ?

• Saviez-vous qu’en Europe les cancers du poumon entre 1900 et 1945 étaient presque totalement inexistants, alors que le pourcentage de fumeurs était très proche de celui d’aujourd’hui (aux alentours de 40 %) ?
- On peut se demander si ce ne serait pas dû aux nombreux ingrédients qui y sont ajoutés… :

tabac_tableau
La Nicotine : il faut savoir que la nicotine vient du nom de Jean Nicot qui l’a introduit au 16ème sous le nom “l’herbe à Nicot”. Elle est présente à hauteur de 5% dans les feuilles de tabac. La Nicotine est tout de même classée parmi les poisons Neutral, autrement dit elle contribue, à faible dose, à une stimulation du système nerveux.

• Saviez-vous qu’entre 1945 et 2000 plus de 2000 essais nucléaires ont été réalisés dans les airs et en sous-sol, et plus de 80 incidents nucléaires importants ont eu lieu (notamment en Angleterre), polluant pour des décennies l’air que nous respirons ?
- La campagne anti-tabac ne serait-elle pas l’arbre qui cache la forêt du nucléaire ?

• Saviez-vous que, l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) a signé en 1959 un accord avec l’AIEA (Agence Internationale de l’Énergie Atomique qui stipule que l’OMS ne peut parler des cancers provoqués par le nucléaire, sans l’accord de l’AIEA. Or, selon une étude scientifique indépendante, le nucléaire serait responsable de 120 millions de cancers depuis 1945.

Saviez-vous que, Richard Doll, l’homme qui est à l’origine de la principale étude statistique en 1969 sur le rapport entre tabac et cancer des poumons, est un scientifique qui a été financé par Monsonto, Dow Chemical, l’Association des Industries Chimiques Américaines, General Motors et deux fabricants d’amiante (Turner et Newall) ?
- Conflit d’intérêt afin de cacher des plus gros coupables ?

• Saviez-vous que, malgré 50 ans d’essai en laboratoires, il n’a jamais été possible de prouver scientifiquement que le tabac pouvait créer des cancers chez les animaux comme les rats, les souris, ou les singes ?

• Saviez-vous que, Pfizer et GlaxoSmithKline (deux laboratoires pharmaceutiques américains vendeurs de gommes à la nicotine et de produits contre les maladies neurologiques) ont financièrement parrainé la conférence européenne du 2 juin 2005 à Luxembourg “Pour une Europe sans fumée” qui a fabriqué 5 863 morts du tabagisme passif en France ?
- Guerre entre l’industrie pharmaceutique et l’industrie du tabac…

• Saviez-vous que, la plus grande étude sur le tabagisme passif, réalisée en Europe par l’OMS en 1998, trouve un risque d’augmentation de cancer quasiment nul pour les non-fumeurs ?
- Pourtant on est formaté du contraire…

• Saviez-vous que, les fumeurs avaient un risque de 73 % moins élevé que les non-fumeurs de développer une maladie neurologique de Parkinson, selon le journal scientifique “Neurology” ?

 

En tous cas vive la liberté ! vive le tabac ! halte à la propagande !

 

Rappel : question mensonges soumission et crédulité je signale ceci :

l'article ci-dessous de Claire Audin nous apprend que sur les 1200 professeurs d'université italiens de 1931 seul 12, soit 0,1% refusèrent de signer une déclaration d'allégeance à Mussolini.
http://images.math.cnrs.fr/Aurais-je-signe.html#nh1
Elle en conclut que si des conditions semblables revenaient ça serai pareil ! "sauf si l'histoire nous a appris quelque chose". Je ne crois pas que l'histoire aura appris quelque chose. Quand on voit l'opinion publique après s'être aperçu successivement qu'on lui avait menti en 1989 sur les morts de Timisoara.
rebelotte en 1990 sur les bébés des couveuses de Koweit
rebelotte en 1992 sur les camps d'extermination serbes et la fameuse photo du "déporté" derrière des fils de fer barbelés.
rebelotte en 2003 sur les armes de destruction massives de Saddam
rebelotte en 2009 sur le massacre de Račak
rebelotte en 2011 sur les massacres qu'aurait commis Kadhafi
rebelotte en 2013 sur les attaques au gaz en Syrie
rebelotte en 2014 sur le Maïdan (qui a tiré ?)
(et j'en oublie certainement, et on ne parle pas des false flags non mis à jour, seulement de ce qui a éclaté)
Et que à chaque fois les gens Y ONT CRU !!! alors qu'ils aurait du être échaudés par les mensonges précédents !! !!!
Devant une telle passivité un tel degré de crédulité envers ce que leurs débitent les "journalistes" officiels et les politiques, on ne peut être qu'affligé et pessimiste...

26/02/2018

l'air du temps n'est plus à la liberté !

ça c'est bien vrai ! ....

« L’air du temps n’est pas à la liberté »
Interview de Jean-Pierre Galland qui dénonce une société liberticide…

Certains jugeront qu’à l’heure des
rafles de sans-papiers et des attaques sarkozystes contre notre système
social, son combat est anecdotique. Plus amusant qu’autre chose. Marginal… Erreur ! D’abord parce que Jean-Pierre Galland, apôtre de la dépénalisation du cannabis et président du Collectif d’information et de recherche cannabique (Circ) [1], est un militant. Un vrai. Les innombrables tracasseries subies, les multiples procès intentés et les amendes récoltées à la pelle suffisent
à le prouver. Au-delà, la façon dont son combat est perçu par la
société est révélatrice. Et à l’évidence, elle n’a jamais été aussi
bloquée sur la question.

Tout avait pourtant bien commencé… Si la création du Collectif d’information et de recherche cannabique, né en en 1991 avec pour objectif la légalisation de la production, de la distributions et de l’usage de cette plante, est passée plutôt inaperçue, ses membres ont su ensuite se faire connaître. Des procès intentés, ils ont fait des tribunes, assénant devant les juges leurs nombreux arguments en faveur de la dépénalisation. Des journalistes, ils se sont faits des soutiens, tant leur mot d’ordre était sympathique et leurs opérations médiatiques. Partisans de l’agit-prop façon provos, les militants du Circ savaient faire sourire, qu’ils réactivent l’Appel du 18 joint ou qu’ils organisent l’opération Pétards aux députés, qui vit 577 joints et une lettre ouverte en faveur de la dépénalisation envoyés aux élus de l’Assemblée. Christine Boutin faillit en avaler son écharpe… A chaque fois, Jean-Pierre Galland a été le premier à monter au créneau, sans se laisser démonter par les amendes salées.
Las, les temps ont changé. Se sont faits plus moralistes, moins tolérants, bêtement réactionnaires. Le combat du Circ est devenu de moins en moins audible dans une société qui préférait les grandes généralités débiles, à l’exemple de ce rapport sénatorial de 2003 sobrement intitulé Drogue : l’autre cancer , aux discours des anti-prohibitionnistes. Bref, tolérance zéro, une attitude symbolisée par les prises de position du ministre de l’Intérieur, puis président, Nicolas Sarkozy sur la question… Dans ce monde-ci, le
libertaire Jean-Pierre Galland n’a plus tellement sa place. Mais
qu’importe, il résiste.

Les fumeurs de pétards n’ont plus tellement la cote, en ce moment…
C’est clair que l’air du temps n’est pas à la liberté.
Et le retournement de situation, à propos du cannabis comme de tout le
reste, a été très rapide : nous sommes passés d’une époque, il n’y a
pas si longtemps, où la dépénalisation semblait imminente à l’inverse
absolu… Je suis effaré par ce à quoi nous avons droit aujourd’hui : des
lois scélérates, un flicage permanent et une hygiénisation croissante
de la société. Cette idée que l’État doit lutter pour notre bonne
santé, y compris en empiétant sur nos droits individuels, me hérisse.
Pourtant, les gens l’acceptent.
Les gens… Ils sont souvent prêts à croire tous les discours, y compris celui qui stigmatise les drogues. Pour une bonne raison : la France n’a pas de vraie politique d’éducation, d’information et de prévention en la matière.
Ça a été le rôle du Circ, à une époque. Ça l’est encore ?
C’est plus difficile aujourd’hui. Si le Circ Paris compte encore 60 adhérents, il n’y a plus que trois ou quatre militants réellement actifs. Bref, plus grand monde… A force de ne pas voir les résultats de leurs efforts, les militants se sont fatigués. Et les quelques plumes ou intellectuels qui nous soutenaient auparavant ont tous déserté : je me retrouve seul à écrire les textes et les communiqués. J’ai un peu l’impression de porter le Circ à bout de bras.
C’était déjà le cas quand tu acceptais de te retrouver au tribunal à titre personnel pour les actions intentées, non ?
Notre tactique était de profiter de toutes les occasions de répercuter nos arguments et de faire le procès de la loi
de 1970, qui interdit tout débat sur la question des drogues [2].
A titre personnel, je ne me suis jamais préoccuppé de ce que je pouvais
risquer, pensant que l’important est juste de rester sincère. Et puis,
les militants m’ont aidé à payer les centaines de jours-amendes
auxquels j’ai été condamnés.
Avant, tu avais le soutien des médias, dont Libération ou Le Nouvel Obs, et de quelques politiques. C’est fini ?
Oui, bel et bien fini… C’est vrai que certains médias
ont relayé notre combat à une époque. Lors de la campagne présidentielle de 2002 par exemple, quand le cannabis était un vrai enjeu et qu’on avait l’impression de de voir notre lutte aboutir. Et puis, Chirac est passé après ce deuxième tour effrayant contre Le Pen…
Depuis, nous n’intéressons plus personne.
Quant aux politiques… Il fut un temps où nous étions proches des Verts, de Jean-Luc Benhamias ou de Dominique Voynet. En 1995, nous nous sommes même chargés de la partie « cannabis » de leur programme : c’était un vrai brûlot. A l’époque, on sentait chez eux une vraie volonté de changer les choses, même s’il y entrait une part d’opportunisme. Aujourd’hui, ils ont pris le tournant hygiéniste.
En fait, nous ne comptons plus que la LCR parmi nos soutiens affichés : Besancenot a un discours intelligent et sincère sur le cannabis. De même que les anarchistes, qui ne nous ont jamais
abandonné [3] Des procès en rafale, des militants qui se réduisent comme peau de chagrin et une société qui voit ton combat d’un très mauvais oeil : tu ne te dis pas que tu devrais passer l’éponge ? Une fois que tu es dans le mouvement, tu ne t’arrêtes pas. D’autant que tu t’attends toujours à ce que ça aille dans le bon sens… En 1995, il nous semblait évident que le cannabis serait dépénalisé avant 2000. On voit le résultat… Mais je n’arrive pas à abandonner. J’y ai songé plusieurs fois sans m’y résoudre.
Au fond, c’est paradoxal : la dépénalisation ne semble plus intéresser grand monde mais la France fume (presque) toujours autant.
On compte en France 1,2 millions d’usagers réguliers du cannabis, dont 600 000 en font un usage quotidien. Tous ces gens continuent à fumer, quelque soit le niveau de répression. C’est d’ailleurs ce que prouve une récente étude de L’Organisation mondiale de la Santé, qui montre que les pays les plus répressifs sur la question sont aussi ceux qui comptent le plus grand nombre d’usagers dedrogues [4].
C’est tellement ridicule de mettre des gens en prison parce qu’ils fument… Juste un chiffre, d’ailleurs : il y avait 900 interpellations liées au cannabis en 1970, on en compte déjà pas loin de 80 000 pour le seul premier trimestre de 2008. C’est clair, dépénaliser permettrait de régler le problème de surpopulation dans les prisons…
Le dernier rapport de la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les toxicomanies
pointe le développement de l’auto-production. A juste titre ?
C’est sûr que l’auto-production est à la hausse, qu’elle soit destinée à la vente ou à une consommation privée [5]. Selon l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies, 200 000 Français cultivent leur propre herbe. Ce qui représente une production annuelle de 32 tonnes : un joint sur neuf fumé en France est issu d’une culture locale ! Arrêtons de nous voiler la face, dans certaines régions, la culture du cannabis contribue à l’essor économique… Je préfère acheter de la « beuh bio » à un petit paysan plutôt que dans une cité. Non seulement, je n’enrichis pas le crime organisé, mais paradoxalement je préserve ma santé : comme chacun sait, l’herbe coupée aux microbilles de verre est particulièrement nocive [6]
La dépénalisation, tu y crois encore ?
Je ne sais plus… Je pensais que ça changerait à cause du côté absurde et grand-guignolesque d’une prohibition qui ne fait
qu’aggraver le problème. Il me semblait que tout personne censée ne pouvait, à terme, qu’en convenir et se ranger à la raison. Aujourd’hui, on en est bien loin… Même si… tu sais, si je n’y croyais plus, j’arrêterais.
Ce côté combat un peu perdu d’avance, c’est dur à vivre ? C’est vrai que ça finit plutôt mal pour le cannabis.
Pour moi aussi, d’ailleurs. Je me retrouve Rmiste parce que je n’arrive
pas à vivre de ma passion, du seul truc qui m’intéresse : l’écriture.
Je ne me sens pas intégré, je survis, j’ai appris à vivre avec dix euros par jour.
Tu penses que l’étiquette « dépénalisation » te colle trop à la peau ?
Pas totalement. Il ne faut pas se leurrer, ça m’a fait aussi plaisir de me retrouver sur le devant de la scène, porte-parole de cette cause. J’ai eu mon quart d’heure de gloire… Mais c’est vrai
qu’aujourd’hui, c’est moins rigolo : je me retrouve seul et j’ai un peu peur de ne pas être soutenu si les flics décident de me tomber dessus.

Pour ceux qui voudraient soutenir Jean-Pierre Galland et le combat du Circ, rendez-vous sur le net, ICI ou LA .
Sites disparus maintenant …….

 

[1] [ Il est aussi l’auteur de nombreux ouvrages sur le sujet : Fumée Clandestine, tome I et II, et Cannabis : nouvelles du front aux éditions du Lézard et J’attends une récolte aux éditions Trouble Fête.

[2] Cette loi du 31 décembre 1970, « relative aux mesures sanitaires de lutte contre la toxicomanie et à la répression du trafic et de l’usage des stupéfiants »,
se montre d’une grande sévérité envers l’usager de drogue. De plus,
l’article L 34 21 – 4 du Code de la santé publique, article issu de la
loi de 1970, punit d’amende et d’emprisonnement toute « présentation sous un jour favorable de stupéfiant », empêchant tout débat public sur les drogues.

[3] Aujourd’hui encore, ils permettent au Circ de se faire entendre. Une
fois tous les quinze jours, le dimanche, Radio Libertaire accueille Y a d’la fumée dans le poste, une (bonne) émission réalisée par un membre du Circ : ça se passe de 18 h 30 à 20 h 30 sur 89.4 ou en streaming sur le net.

[4] « Les pays dotés d’une législation sévère à l’encontre des consommateurs n’enregistrent pas des taux de consommation inférieures à ceux des pays bénéficiant d’une législation plus libérale (…) Il semble donc évident qu’une politique répressive quant à la possession et la conso mation de drogues n’intervient que partiellement sur les taux de consommation de substances illégales à l’échelle des pays », écrit ainsi l’OMS. Le journaliste Arnaud Aubron revient sur cette étude dans un billet posté sur Rue89. Et écrit notamment : « Il apparaît ainsi (…) que les Etats-Unis sont, et de loin, les principaux consommateurs de cocaïne et de cannabis au monde, alors qu’ils mènent
également l’une des politiques les plus répressives.
 »

[5] [Un sujet que Jean-Pierre Galland abordait récemment sur Rue 89, prenant la plume pour rappeler que les cannabiculteurs « sont des gens comme vous et moi qui ne présentent aucun danger pour la société et ne méritent pas qu’on les traque comme de vulgaires producteurs de drogue. Leurs revendications ? Qu’on cesse de les prendre pour des imbéciles, que le gouvernement cesse de les infantiliser et que la raison l’emporte enfin sur l’absurdité. » A lire ICI.

[6] [A l’été 2006, une herbe coupée aux microbilles et au verre pilé a fait
son apparition sur le territoire français. L’ajout de ces matières
dangereuses, à l’initiative de dealers souhaitant alourdir la marijuana
vendue et lui donner un aspect plus brillant, a causé au moins deux cas
de pathologies respiratoires sérieuses, tandis que de nombreux usagers
auraient connu des désagréments plus bénins. En matière de drogues
aussi (surtout ?), le capitalisme fait des ravages…

Notes
[1] [ Il est aussi l’auteur de nombreux ouvrages sur le sujet : Fumée Clandestine, tome I et II, et Cannabis : nouvelles du front aux éditions du Lézard et J’attends une récolte aux éditions Trouble Fête.
[2] Cette loi du 31 décembre 1970, « relative aux mesures sanitaires de lutte contre la toxicomanie et à la répression du trafic et de l’usage des stupéfiants »,
se montre d’une grande sévérité envers l’usager de drogue. De plus,
l’article L 34 21 – 4 du Code de la santé publique, article issu de la
loi de 1970, punit d’amende et d’emprisonnement toute « présentation sous un jour favorable de stupéfiant », empêchant tout débat public sur les drogues.
[3] Aujourd’hui encore, ils permettent au Circ de se faire entendre. Une
fois tous les quinze jours, le dimanche, Radio Libertaire accueille Y a d’la fumée dans le poste, une (bonne) émission réalisée par un membre du Circ : ça se passe de 18 h 30 à 20 h 30 sur 89.4 ou en streaming sur le net.
[4] « Les pays dotés d’une législation sévère à l’encontre des consommateurs n’enregistrent pas des taux de consommation inférieures à ceux des pays bénéficiant d’une législation plus libérale (…) Il semble donc évident qu’une politique répressive quant à la possession et la conso mation de drogues n’intervient que partiellement sur les taux de consommation de substances illégales à l’échelle des pays », écrit ainsi l’OMS. Le journaliste Arnaud Aubron revient sur cette étude dans un billet posté sur Rue89. Et écrit notamment : « Il apparaît ainsi (…) que les Etats-Unis sont, et de loin, les principaux consommateurs de cocaïne et de cannabis au monde, alors qu’ils mènent
également l’une des politiques les plus répressives. »
[5] [Un sujet que Jean-Pierre Galland abordait récemment sur Rue 89, prenant la plume pour rappeler que les cannabiculteurs « sont des gens comme vous et moi qui ne présentent aucun danger pour la société et ne méritent pas qu’on les traque comme de vulgaires producteurs de drogue. Leurs revendications ? Qu’on cesse de les prendre pour des imbéciles, que le gouvernement cesse de les infantiliser et que la raison l’emporte enfin sur l’absurdité. » A lire ICI.
[6] [A l’été 2006, une herbe coupée aux microbilles et au verre pilé a fait
son apparition sur le territoire français. L’ajout de ces matières
dangereuses, à l’initiative de dealers souhaitant alourdir la marijuana
vendue et lui donner un aspect plus brillant, a causé au moins deux cas
de pathologies respiratoires sérieuses, tandis que de nombreux usagers
auraient connu des désagréments plus bénins. En matière de drogues
aussi (surtout ?), le capitalisme fait des ravages…

11/02/2018

sociologie

Il paraît que la grand-mère de Jean Fourastié passait plusieurs heures par jour à dire ses prières. Mais de toutes façons les gens de maintenant passent plusieurs heures par jours, lorsqu’ils le peuvent, à faire du sport, c’est pareil.

tout à fait pareil, réfléchissez

10/02/2018

pauvres Übermensch menacées !

Il y a quelque chose à quoi font penser les féministes de maintenant, leur éternelle complainte sur l’oppression de LA femme. C'est à  celle que serinait à l'époque l’Allemagne de Hitler, qui se plaignait, pauvre Allemagne ! race supérieure, seule civilisée, porteuse des valeurs de l'humanité, d’être constamment menacée, dans son existence même, d’être persécutée par les méchants tchèques, les pervers polonais (c’est pour ça qu’il a envahit la Pologne, pour protéger les malheureuses minorités allemandes sans défense victimes des atrocités de ces vilains polonais !), opprimée et injustement rabaissée par les vilains juifs, ou ces horribles communistes ! L’Allemagne réduite à se battre pour sa survie, la survie de la race supérieure, la seule qui soit civilisée et non vile et grossière, la seule qui sait « maîtriser ses pulsions », menacée dans son existence même par les infâmes hommes inférieurs violents et vicieux. Les femmes, qui sont des Übermenschen, bien entendu ! personne n’oserait le contester de peur de se faire piétiner et jeter en prison ! sont de même sans cesse menacées d’oppression par ces infâmes êtres inférieurs : les hommes.

 

racisme misandre encore et de plus en plus - on devient les noirs du Sud Profond US

http://www.israelshamir.net/French/Unmanning-Fr.htm

 

ah oui ? les bonnes-femmes on va garder une "distance physique" face aux inconnus (de sexe masculins ! les inconnus de sexe féminin non ! ah bon ? ah mais oui c'est bien connu les hommes sont des être inférieurs, et pervers par nature - à exterminer ? - indigne de marcher sur l'ombre des ces Übermensch supérieurs que sont les femmes)  Eh bien on va aussi garder une "distance physique" avec vous, n'essayez pas de demander l'heure ou un renseignement on va passer notre chemin loin de vous en pressant le pas, vous vous démerderez comme vous pourrez, et ne vous plaignez pas de vous retrouver dans la solitude, c'est vous qui l'avez voulu. Il n'y a pas de raison que ça soit toujours les mêmes qui trinquent, la justice et la réciprocité c'est la règle de la morale kantienne "que la maxime de ton action puisse être érigée en loi universelle", et n'oubliez pas la troisième "que l'humanité en toi comme dans les autres soit toujours ton but" Il n'y a pas de raison que ce soit toujours les mêmes qui soient ravalés au rang de parias ! oeil pour oeil dent pour dent disait le livre  d'une religion tribale du temps passé. Vous aussi on va vous traiter comme de dangereuses bestioles dont on s'éloigne en vitesse.

Si vous préférez les machines, et les flics, grand bien vous fasse. de toutes façons vous n'avez pas un gramme de conversation ni de culture, donc on ne perd pas grand chose.

09/02/2018

dans la famille NOVLANGUE je demande "économie comportementale"

je viens de découvrir sur France-Culture, la radio de nos maîtres, un nouveau terme novlangien :

Vous savez ceux qui autrefois appellaient les massacres colonialistes "pacification", qui veulent aujourd'hui qu'on appelle les caméras de surveillance « vidéosécurité », les pesticides « phytopharmacie », leurs salariés « collaborateurs », la réclame « communication, etc, ont inventé un nouveau terme « économie comportementale ».

Ce truc c’est tout bonnement ce qu’autrefois on appelait le totalitarisme !
Ou du temps de Mac-Mahon « l’ordre moral ».

06/02/2018

service public traditionnel contre arnaques commerciales modernes

aujourd'hui, donc 24/1/2017matin  j'ai reçu deux livres.
l'un a été posté (depuis une ville de la même région que moi à 50 kms d'où j'habite) le 21/1/ et expédié par "colissimo suivi" à 6,90 euros
l'autre a été posté (depuis l'Isère à 700 kms d'ici) le 23 ! et expédié, à 4,38, en "lettre verte", c'est à dire en bon français le tarif postal "lent" traditionnel et classique, comme du temps où la Poste était un service public de la République géré par des fonctionnaires.

D'où on voit l'arnaque capitalistique que constituent les formules que les commerciaux du "groupe" La Poste vantent à grand renfort de pub et de brochures sur papier glacé !

27/01/2018

sur mon chien gourmand et tendre, sur sa patte maladroite

Parmi les choses sur lesquelles le poète Paul Eluard écrit le nom de la liberté il y a:

"Sur mon chien gourmand et tendre
Sur ses oreilles dressées
Sur sa patte maladroite
J'écris ton nom"


c'est beaucoup mieux qu'y écrire un n° tatoué! ....

ou, encore pire  une puce électronique (cancérigène) prélude à ce qui attend aussi les humaine,

face à cette barbarie ignoble et puante, refusons toutes les logiques de flicage, y compris celles de la SPA !
et opposons en guise de drapeau ces 4 vers +1

(et c'est valable aussi pour les chats)

le conditionnement mental qu'on nous a concocté pour qu'on accepte, qu'on réclame! le tatouage de nos chiens et chats, tout ce faire-peur sur les trafics de chiens pour les laboratoires n'était que des artifices et qu'un prétexte ! pour nous habituer, conformer nos esprits, c'était la première étape ...

et maintenant une humanité en laisse

ET MAINTENANT

l'horreur

 

où on voit bien à quel point ceux qui ont accepté d'implanter des puces RFID à leurs animaux domestiques ont pavé le chemin de l'enfer pour les humains aussi !

 

25/01/2018

évolution dans les conditions de déplacement - 1

Autrefois, au début du temps où j’ai eu une voiture, je faisais souvent des sorties dans la campagne, ou des excursions dans une ville proche, etc. Mais maintenant le moindre parcours, la moindre course obligée à L’INTERIEUR de l’agglomération d’*****, est déjà si longue !! si lente !! fait consommer tellement de temps, qu’on est complètement dégoutté de s’amuser à en faire de plus lointains, ni d’en faire davantage simplement pour se promener !

Maintenant on roule deux fois plus lentement que jusqu'à les années 90.
Jusque dans les années 90 la vitesse en zone urbaine était limitée à 60, ce qui était raisonnable, et les chauffards de français-moyens y roulaient à 80 et klaxonnant rageusement ceux qui respectaient le 60 (65, puisqu'on nous disait qu'on pouvait). Maintenant ils ont pour des raisons d' « image » (et de "conatus", comme le défini Spinoza, "toujours plus !", pour justifier son existence) imposée par le régime Libéral-fasciste en vigueur, mis la limitation à 50, et par ailleurs la répression est devenue tellement hystérique, et la violence administrative telle qu'on ne peut surtout plus se permettre de seulement risquer de frôler le limite par inadvertance; donc il faut prendre une marge de sécurité et en pratique ça veut dire qu'on doit respecter le 45.

["toujours plus qu'on vous disait, maintenant dans les villes il faut se traîner, en première, (pas possible de passer seulement la seconde ! ça serait trop dangereux) à 25 à l'heure partout !]

70 (c'est à dire donc 65)
sur route (les tronçons où il est encore permis d'aller à 90 (c'est à dire 85) se font de plus en plus rares) alors que pareil jusque dans les années 90 on y roulait à 95, et on se faisait dépasser par tous les français-moyens qui y roulaient à 110 et vous klaxonnaient rageusement.
Il n'y a plus que sur les autoroute où on est censé être obligé de rouler à ? je ne sais plus combien, 120 ? de toutes façons comme on complètement perdu l'habitude de rouler vite on ne sait plus faire ça et on y devient dangereux