Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/10/2017

Pharaon

 

Il y avait à ********, je crois que c'était 1bis, rue du Collège, un vieux monsieur dont le prénom était Pharaon (oui ça existe ! Il y en a même un de célèbre : Pharaon de Winter). D'un côté je pense qu'il s'appelait Pharaon Wiette (mais d'un autre côté au cimetière dans l'allée U il y a une tombe Bossuwe-Chieux sur le côté : Pharaon 1897-1964 et sa femme Cécile 1899-1984, donc pas les mêmes, et pourtant les années correspondraient). Il vivaient là avec sa femme, et puis il est mort, et je me souviens que la veuve, pas bouleversé du tout et très réaliste - c'est comme  ça cette engeance ! ... - avait dit  aux croques-morts qui sortaient le cercueil de chez lui: « bousculez pas mon pauvre mari ! »

Quand il était vivant on avait parlé avec lui quelques fois, et il passait beaucoup de temps à regarder les ouvriers qui travaillaient devant chez lui.

Ça n'existe plus. Autrefois, de tous temps jusqu'à l'époque actuelle exceptée, il y avait toujours partout des badauds, qui regardaient, en particulier qui regardaient les gens travailler à chaque fois qu'il y avait des travaux sur, ou visibles de, la voie publique.
Maintenant, qui oserait encore faire ça? Il se ferait aussitôt arrêter, « pour des raisons de sécurité » j'imagine ! Il n'est même pas question d'approcher d'un endroit où il y a un chantier ou de la construction, rien que diriger son regard vers quelqu'un qui fait quelque chose, de nos jours, ce quelqu'un si il vous aperçoit vous lance un œil mauvais et inquisiteur !

Je suppose que bientôt ça sera carrément interdit par la loi de regarder les ouvriers travailler quand ils sont dans la rue sous votre nez ! il faudra faire semblant de ne pas les avoir vu, sous peine de sanctions.

Alors qu'autrefois il n'y avait rien de plus naturel et habituel. Et aussi de se promener et de regarder autour de soi, qui oserait encore le faire de nos jours?! Il se ferait alpaguer par la police.

D'une manière générale toute les formes de sociabilité de rue, qui  est le B-A BA de la société, sont disparues.

29/10/2017

"mon livre tire un signal d'alarme" - la stratégie du maillon faible vous connaissez ?

http://www.humanisme-ecologie-republique.fr/jean-marie-le...

Bernard FRAU Délégué général Humanisme-Ecologie-République :
« Depuis vingt ans je l’ai dit, je l’ai écrit et je l’ai combattu. Aujourd’hui, la quasi-totalité d’une population triée sur le critère de son génome imparfait a disparu. L’extinction de cette partie de l’humanité est le fait d’un eugénisme efficace vendu par des marchands, acheté par l’Etat et mis en œuvre par la médecine. Dans l’histoire, c’est un événement sans précédent. De guerre lasse, j’étais prêt à entendre ceux qui me conseillaient de déposer les armes ».
Des faits inattendus ont pourtant incité Jean-Marie Le Méné à reprendre la plume. La période s’y prête. Ne pas dénoncer aujourd’hui cette marchandisation du vivant aurait été une capitulation.
« Nous avons besoin d’une Politique, ou mieux encore d’un Régime politique qui – par principe – ne tient pas la vie humaine pour un hasardeux foisonnement du vivant, ne l’utilise pas comme banc d’essai pour la technoscience et ne l’asservit pas à des finalités lucratives ». Un livre décapant plus que jamais d’actualité Un signal d’alarme qui ne peut laisser personne indifférent. ! http://www.pgderoux.fr/fr/Livres-Parus/Les-Premieres-vict...
L’éditorial de Jean-Marie Le Méné, Président de la Fondation Jérôme Lejeune, paru dans la lettre de la Fondation de Janvier 2016 :
« Vous me demanderez peut-être : pourquoi encore un nouveau livre sur un sujet impossible – le transhumanisme ? Mais parce qu’a la Fondation Jérôme Lejeune nous avons parfois le sentiment d’être les conquérants de l’impossible, serais-je tenté de vous dire ! Nous ne sommes pas qu’une œuvre de bienfaisance qui s’occupe des handicapés pour soulager les familles ou se donner bonne conscience. Nous avons aussi à répondre à l’une des questions majeures de notre temps : quelle attitude avoir face à une technoscience, boostée par le culte du progrès et ses juteuses perspectives ? Lui ouvrir nos portes sans réfléchir, c’est nous condamner sans appel, avec ceux que nous prenons en charge et une bonne partie de l’humanité.
Car le transhumanisme consiste en la volonté de faire advenir un homme « augmenté » ce qui ne laisse pas grand espoir à cet homme « diminué » que nous sommes tous plus ou moins.
Or l’un des premiers outils pour augmenter l’homme, c’est l’eugénisme qui est censé nous débarrasser des êtres « imparfaits » avant la naissance. Et l’étalon-or de l’eugénisme c’est le dépistage anténatal, particulièrement celui de la trisomie 21, suivi de l’avortement dans la plupart des cas, qui crée une sorte de bio colonialisme présenté à la fois comme nécessaire et rentable. Il faut bien voir que la trisomie est devenue un marché, l’avortement une marchandise et le ventre des femmes un magasin sous surveillance. La privatisation du ventre des femmes sur toute la planète, c’est l’eldorado du XXIème siècle.
Pour résumer simplement les choses, nous ne pouvons pas demander aux donateurs de soutenir financièrement la Fondation Jérôme Lejeune et nous taire, alors qu’on chiffre à 1 milliard € l’achat que pourrait faire prochainement la France du nouveau dépistage des trisomiques, lesquels sont déjà éradiqués a 96 % !
J’ai donc décide d’écrire un livre sur les premières victimes du transhumanisme que sont les enfants trisomiques. Ce livre percera-t-il la chape de plomb qui a criminalisé toute pensée – et a fortiori toute expression – sur l’avortement quasi systématique des « anormaux » ? Je démontre avec des exemples a l’appui, en France, qu’il n’y a plus de « pourquoi ? » sur ce sujet. Le nouveau test de dépistage de la trisomie est réputé ne poser aucun problème moral. C’est là sa principale force. (hmm la technique du « maillon faible », comme j’ai déjà dit sur plusieurs sujets) Ainsi en ont décidé le comité d’éthique, les experts scientifiques, le corps médical, les associations de personnes handicapées, les autorités morales, les médias et pour finir les politiques, qui n’ont fait que suivre les autres. Ce nouveau racisme du gène a réussi à désarmer les plus réticents en se faisant passer pour une procédure économe de vies humaines, mais de vies humaines en bonne santé, c’est-à-dire en vendant le principe même de l’eugénisme a ceux qui auraient dû nous en prémunir. Ce qui aurait du être le plus difficile à admettre a été, en fait, le plus facile à installer.
Nous sommes non seulement devant un scandale moral et financier, mais surtout un système autonome, clos, verrouillé.
Voilà ce qui me fait dire que la Fondation Jérôme Lejeune et ses donateurs sont des conquérants de l’impossible.
Il s’agit pour nous d’accueillir des survivants du transhumanisme, de les soigner et de leur trouver des traitements dans un capitalisme mondialise qui a inventé une rente indexée sur un génocide continu. Mon livre tire un signal d’alarme et j’espère qu’il suscitera une prise de conscience chez mes lecteurs. Pour 2016 je vous invite, avec nous, à conquérir l’impossible. »

Jean-Marie Le Méné,
Président de la Fondation Jérôme Lejeune
3 février 2016

une recension du livre dit :  "[...] En une centaine de pages d'enquête passionnante, le président de la Fondation Lejeune remonte une piste sordide, qui nous mène en Californie, où, dès 2008, l'entreprise Sequenom met au point une technique de dépistage révolutionnaire pour détecter la trisomie 21 dans le ventre des mères. La « ruée vers l'or des Mongols » peut commencer. Des millions sont en jeu. Sequenom fera une entrée en bourse. Le dépistage systématique de la trisomie 21 s'est répandu partout en Europe, et en particulier en France, qui, se reposant sur ses lauriers de patrie des droits de l'homme, ne perçoit pas le cheval de Troie de l'eugénisme qui campe sous ses fenêtres. [...]

Vous vous contrefichez du sort des plus petits d'entre vous, soit. Mais un jour, la mécanique à l'œuvre pourrait bien vous atteindre aussi. Il se pourrait bien que l'eugénisme couvert des atours moraux de la compassion, s'étende. « Les enfants trisomiques https://fr.sputniknews.com/societe/201603231023625133-enf... sont les souris de laboratoire, les sacrifiés de l'expérimentation, les cobayes du transhumanisme », écrit Le Méné. On peut hausser les épaules. Reste que quand ils ne seront plus là, quand le monde sera épuré de leur faiblesse, il faudra bien que l'idéologie transhumaniste en cherche d'autres. « Ceux qui décideront de rester humains et refuseront de s'améliorer auront un sérieux handicap. Ils constitueront une sous-espèce et formeront les chimpanzés du futur », prévenait déjà en 2002 le professeur de cybernétique Kevin Warwick, qui préconise à l'homme de fusionner avec la machine.

Dans ce court essai, écrit d'une plume fiévreuse et parfois coléreuse face à la puissance du scandale, Jean-Marie Le Méné joue les Cassandre et nous délivre un avertissement : devant l'homme augmenté promis par le transhumanisme, nous sommes tous des trisomiques. "
Lire l'intégralité de l'article.

 

http://deconstruire.babylone.over-blog.org/article-209332...

«Dans l’esprit des nazis, le génocide des Juifs et des Tziganes était indissociable de la stérilisation et de l’«euthanasie» des «dégénérés» (ils avaient commencé par l'Aktion T4, là aussi le maillon faible) ; il s’inscrivait dans un ensemble de mesures sanitaires destinées à préserver la race»

 

Autre maillons faible, l'euthanasie, c'est comme le livre de Binder et Hoche paru en Allemagne en 1922 (vous connaissez ? renseignez-vous ! son titre surtout est révélateur et laisse rêveur, surtout à la lumière du vocabulaire actuel) , on commence par les malades incurables, on étend aux enfants, puis aux "malades" mentaux, puis  aux handicapés, et on retrouve l'Aktion T4, sauf que là on n'aura pas de 2ème guerre mondiale ni de soldats américains pour y mettre fin

Belgique : étude sur la pratique de l’euthanasie en Flandre

- « Fin de vie »

Ce 15 mars 2015, le New England Journal of Medicine a rendu publics les résultats d’une étude menée par deux universités belges sur les pratiques médicales en fin de vie, basée sur un questionnaire transmis à quelques 6188 médecins exerçant dans la partie néerlandophone de la Belgique et auquel plus de 3700 ont répondu.
Il en ressort une
très nette augmentation des euthanasies pratiquées en Flandre entre 2007 et 2013, puisque le pourcentage des morts par euthanasie sur le total des décès en Flandre est passé de 2% à 4,6 %.
Les résultats montrent également une
différence flagrante entre le nombre d’euthanasies rapportées à la commission de contrôle (1454 cas rapportés en Flandre en 2013) et le nombre d’euthanasies réellement pratiquées, qui tourne autour de 2800. Ce qui signifie que, dans la pratique, près d’une euthanasie sur deux échappe à tout contrôle.
Quant au pourcentage des décès ayant été volontairement hâtés sans consultation du patient, il reste stable à 1,7% en 2013.
Les responsables de l’étude identifient
deux raisons à la hausse de la pratique de l’euthanasie. D’une part, de plus en plus de personnes demandent à être euthanasiées. D’autre part, il y a de plus en plus de médecins qui acceptent d’accéder à ces demandes, puisqu’en 2007, ils y accédaient dans 56% des cas, et qu’en 2013, c’est près de 77% des demandes d’euthanasies qui sont acceptées par les médecins, qui se sentiraient plus « aptes » à la pratiquer, révèle une étude parallèle.
Dans près de
74% des cas, les soignants d’un service de soins palliatifs ont été partie prenante, ce qui, selon les responsables de l’étude, prouve qu’« après 11 ans, l’euthanasie est de plus en plus considérée comme une réelle option de choix de mort ». L’euthanasie fait donc désormais partie des soins palliatifs, selon ce que certains appellent le modèle belge des soins palliatifs intégraux.
Si l’on
compare l’évolution des chiffres avec ceux des Pays-Bas, certaines différences sont frappantes. Le professeur Deliens affirme que la Flandre est sans doute plus permissive, et que le fait d’intégrer l’euthanasie dans les services de soins palliatifs comme cela se passe en Belgique, a certainement un impact non négligeable sur l’évolution du nombre d’euthanasies, car aux Pays-Bas, euthanasie et soins palliatifs sont deux circuits complètement séparés.

Source : The New England Journal of Medicine

 

 Belgique : euthanasie toujours plus loin

A peine un an après la promulgation de la loi dépénalisant l’euthanasie des mineurs, s’exprime maintenant la volonté d’aller plus loin. Conférences, symposiums et articles de presse traduisent la volonté de certains médecins d’étendre le champ d’application de l’euthanasie aux personnes démentes (CF Allemagne nazie AKION T4), (lien vers VUB-Gent) mais aussi aux nouveau-nés prématurés et/ou porteurs d’un handicap (CF Allemagne nazie AKION T4), et pour lesquels l’équipe médicale jugerait que la « qualité de vie » (CF Allemagne nazie AKION T4) pose question (cf le livre de Binder et Hoche en Allemagne 1922). (Symposium International d'éthique clinique chez le nouveau-né et l'enfant)
Parallèlement à cela, le docteur Wim Distelmans souhaite voir
encadrer la pratique de la sédation terminale, qui est selon lui, utilisée à des fins euthanasiques. « Le nombre de morts provoquées (intentionnellement) par sédation, est sept fois plus élevé que le nombre d’euthanasies », estime le docteur Distelmans. Il suggère dès lors, "par souci de transparence", que les sédations terminales bénéficient d’un cadre légal équivalent à celui de l’euthanasie : demande expresse du patient, déclaration écrite, commission d’évaluation…
Le docteur Distelmans ne mentionne pas la
différence fondamentale entre une sédation qui donne intentionnellement la mort, et la sédation contrôlée, qui vise à placer pour un temps déterminé le patient dont les symptômes sont réfractaires à tout analgésique dans un état de conscience minimale. L’intention de la sédation qualifie la portée de l’acte. Une notion subtile et essentielle à comprendre pour apprécier la portée de la sédation en phase terminale mais non pas terminale, cette dernière pouvant à juste titre être considérée comme une euthanasie masquée.

 et aux Pays-Bas : http://www.alterinfo.net/Ils-ont-le-vice-de-la-mort_a7247...

28/10/2017

un nouvel extrait de GAO Xingjian (pr. gao tchingdjian)

"Un homme chaussé de lunettes vient les regarder tirer la corde. Il observe attentivement à travers ses lunettes, les ôte et se met à nettoyer les verres, comme s'il n'y voyait pas clair. Puis il finit par les mettre carrément dans la poche de sa veste comme s'il y oyait encore mois avec. On ignore s'il a compris ce qui se passe ou si, en fait, il se fiche complètement de comprendre. et il se joint aux autres pour tirer la corde."

voilà

27/10/2017

tu as une âme toi ?

«.....
- Avec cet enfant aux pieds nus ?
- Avec cette âme toute nue.
- Tu as une âme toi ?
- J’espère, sinon je serais trop seul dans ce monde.
- Tu es seul ?
- Oui, je crois, dans ce monde.
- Dans quel monde ?
- Dans ce monde intérieur inconnu des autres.
- Tu as encore un monde intérieur ?
- J’espère, oui, ce n’est que dans ce monde que tu te sens libre. »

Gao Xingjian (pr. Gao Tching-djan)

(https://www.babelio.com/livres/Xingjian-Une-canne-a-peche...) 

26/10/2017

et si on faisait de novembre le "mois sans puritanisme totalitaire" ?

Et qu'on en profitait pour se remettre à fumer ?
ça serait bien, et ça serait aussi une libération de l'âme, des libertés publiques, de l'esprit critique, et dire non au régime des ayatollahs qui ont mis le grappin sur nos pays.

25/10/2017

paradoxe de notre époque, symptome très clair de fascisation ....

paradoxe de notre sinistre époque : alors que les enseignants ni même les parents n’ont plus le droit de rien, même pas d’une banale gifle à leurs enfants/élèves sous peine d’être ….. poursuivi en justice, que le moindre petit geste un peu vif ou le moindre propos considéré comme injurieux est monté en épingle comme un scandale sans nom, les policiers ont le droit de commettre les pires brutalités ( https://www.obspol.be/
   http://copwatch.fr.over-blog.com/    http://atouteslesvictimes.samizdat.net/ ) et même de tuer les adultes et les enfants (lisez sur internet il y a des cas absolument épouvantables de choses arrivées à des enfants de 14, 12 voire moins, ans, de les menotter, les attacher au radiateur, les traumatiser à vie, etc, des enfants coupables d’avoir fait du bruit dans la rue ! ou d’avoir fait une « quenelle » (un bras d’honneur), sans parler des « gorilles » de supermarchés qui apparemment ont le droit de brutaliser, arrêter et traumatiser à vie des enfants simplement parce qu’ils étaient envoyés par leurs parents faire une course dans ces ignobles machins capitalistes qui ont fait disparaître les boutiques normales.

24/10/2017

Un nouveau Voltaire dénonce l'avenir qui nous menace

Cette fois-ci cette info de "Radio-Voltaire" n'est pas de moi mais de  d'un auteur  sous le peudonyme de Patator.

 Big Brother perspective

Cette brève fiction, suivie d’un questionnement sur la situation et les tendances actuelles, pose la perspective d’un monde où la surveillance à l’image de ce qui se fait en matière de vidéo surveillance est omniprésente. Un monde où l’Etat devient policier pour le bien de tous, un monde qui malheureusement n’est pas si improbable que cela. En effet, on mesure que technologiquement, elle est réalisable sous peu d’années.
La lecture d’un article du journal Le Monde ainsi que la tendance actuelle à vouloir tout surveiller, tout contrôler, devrait conduire le lecteur à se poser plus d’une question.

Dépêche : le gouvernement approuve la loi sur la sécurité (fiction)

Le gouvernement a décidé d’approuver le projet de loi visant à "pucer" l’ensemble des citoyens à l’aide d’une RFID afin de remplacer les papiers administratifs en tout genre (passeport, carte vitale...), mais aussi sous la pression du gouvernement de droite et l’attentisme de la gauche, il a amendé le projet pour y inclure la proposition de "fusible anti-crime".

Petit rappel.

Face à la difficulté des policiers, et malgré leur nombre, à interpeller des suspects ou les hommes déjà condamnés, la société BioSecure Initiative a développé une puce RFID à agent actif. Cette puce, à la différence des autres, inclut deux petits réservoirs contenant des produits toxiques brevetés, qui ont chacun une fonction : plonger le truand dans un coma artificiel pour faciliter l’interpellation, ou encore pour les plus dangereux, libérer une toxine dérivée de la toxine botulique afin d’empêcher définitivement l’individu en question de nuire.

La libération des agents actifs dans le sang du patient se fait à l’aide d’un signal crypté contenant l’identifiant unique et "secret" de la puce, envoyé à la puce RFID par un émetteur portatif ou alors par n’importe laquelle des nombreuses bornes de contrôle d’identité automatiques disséminées sur le territoire national et dans certains pays de l’union. Dans ce second cas, lorsque la borne, qui est dissimulée dans les trottoirs, identifie un criminel, elle accède à une base de la police qui lui indique quelle substance libérer pour l’individu concerné.

Le ministre de l’intérieur ainsi que l’ensemble du gouvernement se félicite de cette avancée spectaculaire en matière de criminologie, permettant enfin de mettre un terme instantanément aux actions des nombreux criminels et voyous dans la société (leur nombre ayant explosé de plus de 400 % depuis le durcissement des lois). "D’un simple clic de bouton nous serons en mesure de mettre quasiment instantanément hors d’usage n’importe quel fuyard, et sans mobiliser de policier, ce qui nous permet de substantielles économies", a annoncé hier soir sur TV France le ministre de l’intérieur.

La firme BioSecure Initiative, quant à elle, annonce travailler avec acharnement sur la révision B de la puce (qui sera la version implantée aux citoyens) afin d’y intégrer des mesures anti-biopsie. En effet l’un des points faibles de la version A réside dans le fait que la puce peut être retirée, ce qui la rend inefficace. Ce problème n’est pas sans rappeler celui des DRM qui furent imposés en 2006 pour mettre fin au piratage. Ainsi BioSecure se targe d’avoir inventé le DRM universel.

Dans les faits, pour empêcher toute élimination de la puce RFID, l’applicateur qui posera la puce injectera parallèlement une solution dont la composition est tenue secrète. Dans les faits, ce que l’on sait du système est que la puce est recouverte d’un catalyseur qui transforme certains éléments naturellement présents dans le corps humain en inhibiteurs d’une toxine qui est libérée par un virus issu du génie génétique et qui se trouve dans la solution injectable. Comme cet inhibiteur est dégradé, puis éliminé par le corps humain, si une puce venait à être retirée (après un accident, une défaillance ou pour des raisons criminelles afin d’échapper au contrôle des bornes automatiques), il existera un délais de 3 jours pour poser une nouvelle puce. Sans cette intervention facturée 100 euros et remboursée à 50% par la Sécurité sociale, la toxine, libérée en continu par le virus, provoquera une paralysie progressive conduisant sous 48h à l’asphyxie et au décès de l’individu. Délai jugé suffisant pour intervenir sur n’importe quel individu honnête.

Un tel système, annonce BioSecure Initiative, n’est certes pas infaillible, mais elle estime que le prix unitaire d’une intervention pour retirer définitivement la puce coûterait la bagatelle de 70 années de salaire d’un cadre moyen dans le cas le plus pessimiste, rendant ainsi les fraudes, déjà improbables, statistiquement nulles. En effet, il faut développer puis fabriquer un agent actif contre le virus dont on sait aujourd’hui, selon les dires de la société, que la composition et les moyens nécessaires ne pourront être ramenés en-deçà de l’estimation pessimiste donnée. Le tout sans compter sur la très délicate intervention chirurgicale nécessaire afin d’ôter la puce, qui sera vraisemblablement logée près du cerveau en passant par un orifice derrière l’oreille.

Précisons que pour des raison stratégiques, les membres du gouvernement seront exemptés de la révision B de la puce et seront seulement "équipés" de la révision A moins contraignante.

Vivrons-nous enfin dans le monde idéal, de paix et de sécurité  ? Tout le laisse croire...

 

désolé de vous l'apprendre mais en fait ce n'est même pas une fiction c'est déjà une réalité que certains ont voulu breveter même :

PressTV: Le brevet pour une puce tueuse est refusé

La proposition d'un inventeur saoudien d'insérer des semi-conducteurs sous-cutanés chez des visiteurs, et de les tuer à distance s'ils se conduisent mal, ne sera pas brevetée en Allemagne.

Mercredi, une porte-parole du Bureau allemand des brevets a dit que la demande avait été reçue le 30 octobre 2007 et publiée 18 mois plus tard, comme l'exige la loi, dans une base de données de brevets. Mais les inventions qui sont contraires à l'éthique ou qui présentent un danger pour le public ne sont pas reconnues.

Des reporters ont dit que la documentation propose que des semi-conducteurs minuscules soient implantés ou placés par injection sous la peau des gens pour que leurs déplacements soient suivis par satellites GPS. Ce système pourrait être utilisé pour empêcher les migrants de dépasser la limite de validité de leur permis de séjour.

Un modèle B du système contiendrait un poison, comme le cyanure, qui pourrait être libéré par télécommande pour « éliminer » les gens qui sont devenus un risque de sécurité. Le document dit que ce modèle pourrait être utilisé contre des "terroristes" ou des criminels.

et  d'autres scientifiques en liaison avec la fondation Bill Gates :


23/10/2017

Il n'y a qu'en créant notre propre système d'exploitation, notre propre moteur de recherche et nos propres réseaux sociaux non censurés et protégés que nous pourrons sortir de cette dictature électronique !

http://vahineblog.over-blog.com/2017/05/compte-facebook-d...

sinon vous serez ici (là, à la place de la saucisse : http://reseauinternational.net/renseignement-ne-nous-lais...

de toutes façons on est "complotiste" dès qu'on commence à parler, et on est "complotiste" dès que ça ne plaît pas aux hommes au pouvoir du moment et leurs larbins.


ob_5b378a_complotisme.jpg

 


"Et c’est ainsi qu’ officiellement les médias du Pouvoir annoncent la mort par évidence de leur crédibilité devenant de vastes outils de propagandes sans contrôle autre que celui de la Mafia des milliardaires : comme déjà démontré ! Nous allons bientôt retourner en 40 où nos parents achetaient et lisaient sous le manteau une presse « papier » interdite par l’ occupant en écoutant la bonne nouvelle débitée par la TSF et poste à galène , interdits sous peine d’ être fusillé en cas de possession de l’ objet du délit, qui s’ annonçait par l’ intro de la 5ième de Beethoven! On pourra donc toujours « p…..à la r… » du Pouvoir « confiscatoire » de nos libertés !"

(heureusement que les inspecteurs de police sont "complotistes" sinon ils n'attraperaient jamais un seul criminel ! et heureusement que les historien étaient "complotistes", sinon on aurait de drôles de livres d'histoire !!)*

ET SURTOUT HEUREUSEMENT QUE MAINTENANT IL Y A INTERNET !

Sans internet pas de NON à la "constitution européenne en 2005, pas de refus du vaccins Bachelot en 200ç, ni du Linky en 2017, etc, etc. Internet c'est comme l'invention de l'imprimerie pour le XIVè siècle, comme les journaux bon marchés pour le XIXè, cette nouvelle technique est porteuse de démocratisation, de libération, de possibilités de culture, de prises de consciences, de résistances jusqu'alors impossibles, le peuple va pouvoir s'organiser hors de nos maîtres du grand capital et de l'Establishment, ça va même peut-être nous permettre la lutte de classe et le socialisme !

Souvenons-nous de Dieudonné :


 

et les révolutions qui se préparent sont innombrables, par exemple celle-ci (il nous faut absolument reprendre le pouvoir):


22/10/2017

les pochettes

les pochettes de costume : ces trucs qui ne servaient à rien, et dont il n'était pas question, surtout, de se servir !   http://fdata.over-blog.com/pics/smiles/icon_lol.gif  Mais qu'il était absolument obligatoire d'avoir dans sa pochette de veste ! Ça a disparu maintenant, ça régnait il y a pas longtemps, c'était une époque à la con, pleine de petits rites et de normes à la con, en général disparus maintenant, mais notre époque n'est pas mieux, elle a elle aussi ses rites normes et préjugés pas moins cons !!

c'est comme les fameux gants que tout le monde, tous les domestiques (….), et toutes les femmes surtout, mais aussi tous les hommes qui voulaient marquer leur classe sociale, devait avoir sur ses mains (ou à ses mains, car ces gants il fallait passer son temps à les enlever et les remettre !!! et les tenir, enlevés, à sa main, il y avait plein de normes de « savoir-vivre » très strictes là-dessus, là aussi un sacré monde à la con ! mais pas moins con que les conneries du monde actuel !!) et c'est pour ça que obligatoire dans une voiture, lesquelles n'étaient accessibles qu'aux riches à l'époque, (n'en déplaise à la réclame sur l'almanach Hachette pour 1907 qui disait que tout le monde allait avoir sa voiture ! Eh oui en 1907, à l'époque c'était ou être prophète sans le savoir ou d'un sacré optimisme ! – ou inconscience), on a mis des « boites à gants » par la suite elles ont servi à y mettre plein d'autres choses, et de nos jours, dans notre autre et actuelle époque de cons, ont re-disparues, il n'est de nouveau plus possible de ranger quoi que ce soit dans sa voiture ! Bonjour la vie quotidienne !!!

21/10/2017

les scientifiques ne sont pas comme on pourrait naïvement se l'imaginer

"L’idée que les gens sont des êtres rationnels, qui examinent les faits et les arguments et ne sont pas faciles à manipuler : les études ne trouvent pas que ce soit le cas.
Dans ma propre expérience universitaire, en politique publique et en journalisme, j’ai appris que tout le monde, depuis l'étudiant du secondaire jusqu'au professeur d'université, a des difficultés avec les faits et les analyses qui ne collent pas à ce qu’ils pensaient déjà. L’idée selon laquelle « nous n’avons pas peur de suivre la vérité partout où elle pourrait conduire » est une notion extrêmement romantique et idéaliste. J’ai rarement vu un esprit ouvert, même en dissertation académique ou aŭ strates les plus hautes du gouvernement." (Paul Craig Roberts)

"Le monde scientifique auquel j'appartiens est largement aussi corrompu que le monde politique" (Haroun Tazieff)
"La sciencista mondo, de kiu mi estas ano, estas ja tiom bone koruptita kiom la politikista mondo" (Harun Tazieff)

tiens lisez ce livre : http://www.ipernity.com/doc/r.platteau/5177004

Les scientifiques ne sont pas des être purs et intègres, tellement respectueux de la vérité qu'ils sont prêts à s'y sacrifier, non non !

Il sont tout autant que les autres susceptibles de copinage, ambition, carriérisme, égoïsme, malhonnêteté intellectuelle, mensonges, fraude, haines personnelles, vengeance, mesquineries, etc etc.

Jean-Pierre Petit en sait quelque chose ! L'affaire de Glozel l'a bien montré aussi, etc etc,  tiens Pasteur, regardez la malhonnêteté tordue de Pasteur afin de s'attribuer les découvertes des autres :

http://www.alterinfo.net/La-saga-de-Louis-Pasteur-l-impos...

Et en plus connaissez-vous les découvertes des deux grands epistemologues du XXè siècle Thomas Kühn et Paul Feyerabend ? Non ? alors renseignez-vous.