Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/06/2020

le rappel du BON SENS face aux délires paranoïaques ! (ou projets pervers de conditionnement au totalitarisme et à la culpabilisation ...)

un commentateur anonyme sur un forum sur une éventuelle .... interdiction de fumer sur les plages, a bien résumé le problème, face à l'hallucinante propagande à laquelle nous sommes soumis, et qui a pénétré et conditionné maintenant l'esprit de la majorité du troupeau :

"Je crois que vous n’avez aucun sens de la réalité, y compris les fumeurs qui viennent de témoigner, continuez à dire « amen » à toutes les « énormités » pour ne pas être vulgaire, mais il faut peut-être arrêter de tout mettre sur le dos de la cigarette, c’est hallucinant ! moi je suis non fumeuse mais franchement chacun est libre encore pour l’instant de fumer s’il le souhaite, faudrait peut-être commencer par interdire aux agriculteurs d’utiliser des herbicides, des pesticides qui sont croyez moi bien plus dangereux qu’une fumée de cigarette en plein air. Ce sont les retombées radioactives de tous les essais nucléaires sans compter les accidents comme Fukushima et autres qui sont la cause principale des cancers du poumons, on peut aussi rajouter les particules du gasoil lorsque vous faites votre footing sur le bord des routes ( c’est à mourir de rire , vous courrez pour oxygéner vos poumons ha! ha!) sans compter les enfants dans leur poussette en ville, à la hauteur des pots d’échappements. Quand à la pollution des plages, faudrait peut-être commencer par empêcher les bateaux de dégazer en mer, aux yachts de vider leur ordures par dessus bord et toute cette pollution sans compter le  lisier des élevages industriels et la pollution pharmaceutique qu’on retrouve dans l’eau des rivières et qui finit dans l’océan, alors il y a bien plus grave que d’empêcher un fumeur de fumer sur la plage.

La propagande télévisuelle vous a tous formaté c’est incroyable !!!

sachez qu’au début du 20ème siècle lors de l’épidémie de grippe espagnole qui a fait des milliers de morts en Espagne et ailleurs, tous les ouvriers qui travaillaient dans les fabriques de tabac n’ont pas été malades, le tabac a protégé ces personnes de l’épidémie.

Mais au lieu de croire tous ce qui se dit , faites vos propres recherches
et vous verrez que le tabac n’est pas la source du problème, c’est la plus grosse arnaque gouvernementale."


(soit dit en passant rappelez-vous un peu tous les mensonges, propagandes, conditionnements pas innocents du tout, qui se sont abattus sur vous récemment, dans d'autres domaines - replongez-vous dans l'actualité ! - face à nos maîtres il serait temps que le public apprenne l'esprit critique ! dans ce domaine-ci aussi)
voir aussi :
http://www.decitre.fr/livres/une-cigarette-defense-lucide-d-une-passion-9782742766857.html

29/06/2020

Brigitte Bardot - lisez son dernier livre "mes larmes de combat" - "vous, la femme-enfant, vous résistez quand les autres cèdent et vous donnez un exemple de dignité"

ce qu'elle dit sur les animaux est le bon sens même, elle est comme Elian-J Finbert le bon sens même, elle seule récemment a eu le courage et la dignité de soutenir les gilets jaunes, après avoir dans les années 50 soutenu le droit au plaisir et à la liberté (de nos jours de nouveau diabolisé !), elle a tout du long été une bête traquée, et d'un courage désarmant.

par ailleurs : https://www.persee.fr/doc/comm_0588-8018_1963_num_2_1_967    (Evelyne Sullerot, encore une qui toute sa vie s'est montrée d'un grand courage et d'une vraie humanité contrairement aux féministes de maintenant !)

 

"vous, la femme-enfant, vous résistez quand les autres cèdent et vous donnez un exemple de dignité"

Evelyne Sullerot Brigitte Bardot et l'O.A.S.

« Que Brigitte Bardot ait résisté à l'O.A.S., voilà un événement que les historiens compareront à l'appel du 18 juin. Le vénérable Times de Londres ne s'y est pas trompé... D'un côté les généraux rebelles ou complices, les régiments pourris, leurs chars et leurs avions, de l'autre B.B., sa secrétaire, son producteur, son coiffeur et son chien. » C'est en ces termes que Jeune Afrique (n° 62) rendait compte de 1' « analyse spectrale des forces politiques en France au début de 1962 ».

Une analyse spectrale de Brigitte Bardot, du mythe Bardot, à la même époque, à l'inverse, donne un tableau très net des lignes politiques de la grande presse.

Après la fracassante publication par VExpress du fac-similé de la lettre de menaces de l'O.A.S. à B.B. et de la réponse que celle-ci envoyait à l'hebdomadaire de gauche, le mythe Bardot subit en effet un choc si rude que l'image B.B. se multiplia à l'infini sur la longue bande de l'actualité. Mais ces Brigittes se regroupent très vite, dès les 1er et 2 décembre 1961, selon quelques lignes de force.

Car un phénomène, privilégié et rare, vient de se produire : il y a conjonction soudain entre le mythologique (la supervedette aphrodisiaque Bardot), le fait divers tragique (le chantage à la bombe, le racket, les 5 000 000, « payez secrètement », etc.), et le politique (« les inspirateurs de ce genre de lettres seront rapidement mis hors d’état de nuire s'ils se heurtent partout à un refus net et public de la part des gens qu'ils cherchent à terroriser par leurs menaces et leurs attentats », écrit Brigitte. Jusqu'ici on peut imaginer un racket bassement crapuleux. « En tous cas, moi, je ne marche pas, parce que je n'ai pas envie de vivre dans un pays nazi »,

(c’est ce qu’elle a refusé toute sa vie ! suivez ses combats, c'est ça)

écrit ensuite la déesse menacée. Cette fois nul doute n'est permis : c'est de politique qu'il s'agit.)

Une analyse des réactions de la presse, radio, télévision, dans le mois qui a suivi permet de conclure que, de ces trois aspects, le politique a prévalu, et de très loin. Dans presque chaque cas, la répercussion de la nouvelle et sa présentation ont été une utilisation à des fins politiques du geste de Brigitte Bardot. Du moins à court terme.

Une jeune femme charmante, simplement vêtue, cheveux libres et non pas échaffaudés sur le sommet de la tête, sourire enthousiaste et sain, apparaît en photographie au milieu de la page politique de VHumanité. « Je ne veux pas vivre dans un pays nazi » déclare en titre cette fraîche maquisarde. Elle gardera sa place en page politique pendant plusieurs jours. Sur les thèmes « elle n'a pas cédé », « elle est antinazie », V Humanité fait de B.B. un symbole. On va interviewer « les milieux artistiques », et les artistes, les uns après les autres, se solidarisent avec la courageuse (Paul Frankeur), s'élèvent contre « la propagande simpliste de ces gens-là qui s'imaginent intimider les vedettes riches en leur faisant craindre ' le collectivisme qui doit suivre le régime actuel ' — texte de la lettre de l'O.A.S. à Brigitte Bardot — qui les dépouillera » (Daniel Gélin) ; « Elle a raison » dit Roger Pierre ; « Elle a du courage » renchérit Sophie Desmarets, etc. « Le syndicat français des acteurs exprime sa solidarité à Brigitte Bardot ». Douze jours après « l'événement » Brigitte est encore en première page de V Humanité dans un billet d'André Wurmser, car à Alger, dans un cinéma, on a sifflé B.B., « la B.B. qui n'a pas voulu que Salan la soutienne, la garce ! » L'O.A.S. devient « L'Organisation Algérienne des Souteneurs » et la blonde vedette une femme de tête (politique) « qui ne veut pas être Casque d'Or ». Mais l'imitation du langage vert des faits divers crapuleux ne trompe pas : c'est la politique, — grandes causes, grands effets, pas de hasards, — qui sert de cadre à ce sourire fameux.

C'est aussi dans l'éditorial politique que B.B. prend place dans Libération. B.B.B. = Bravo Brigitte Bardot ! On lui parle gentiment et franchement : vous êtes agaçante, vous étalez trop votre vie privée, mais au fond vous, la femme-enfant, vous résistez quand les autres cèdent et vous donnez un exemple « de dignité ». Enfin, à la dimension de l'utilisation politique s'en ajoute une autre qui va être reprise ou contestée ici et là : Vous n'avez pas, vous, besoin de publicité ; vous avez accompli là un « geste pur ».

A l'autre extrémité de la bande spectrale apparaît justement, à droite, une nouvelle silhouette de B.B. née de l'exacte superposition de réactions opposées : c'est « cette mâtine qui possède un sens remarquable de la publicité » (le député Jean Legendre dans le Progrès de VOise, 9 décembre). Le Parisien Libéré et V Aurore sont gênés. L'Aurore ne signale ni la lettre à l'Express, ni les motifs du refus de Brigitte, et titre : « B.B. s'en va-t-en guerre contre l'O.A.S. », en dernière page, et, en plus gros encore : « B.B. s'en va à Varsovie et à Moscou » (nouvelle fausse démentie plus tard dans d'autres journaux).

Qu'elle « s'en aille » en guerre ou à Moscou, dans les journaux d'extrême droite B.B. s'en va. Cette publicité de mauvais aloi en fait une fille dangereuse ou bien idiote : « L'opération B.B. ne doit rien à Brigitte » suggère Aux Écoutes. B.B. n'a pas d'opinion bien définie. Les aventures militaires de ses jeunes amants appelés successivement au service militaire (Trintignant, Charrier, Frey) seules l'ont rendue antimilitariste. Le nom d' « armée » la met du coup en rage. Qu'une « armée » lui demande encore de l'argent, la coupe est pleine ! La lettre, elle, a été rédigée par des « conseillers en relations publiques ». Brigitte, la pauvre oie, a seulement signé. D'ailleurs elle est pingre. « Même à Alger nul n'ignore que B.B. n'est pas de celles qui cotisent », soufïle-t-on aussi à droite où on se réjouit de la mauvaise humeur du Président de la République à tout ce bruit, qui fait un peu de la belle « le médecin de l'honneur » de la République, comme le suggère le Monde. De toutes façons, ajoute-t-on, cette prétendue lettre O.A.S. doit être un faux. Enfin le résultat le plus immédiat est la disparition soudaine du nom de Brigitte Bardot de la rubrique de l’Aurore « Choisissez la vedette que vous voulez voir » (6 décembre) où elle avait toujours figuré en 2e place alphabétique.

A droite cette grue pingre et écervelée qui se laisse manœuvrer par ses « publi-citaires » attitrés, à gauche une courageuse et lucide jeune femme antinazie au geste pur de tout intérêt, « exemple de dignité », — on s'attendrait à trouver au centre Brigitte-Bardot-vedette-et-comédienne-à-tout-le-monde menacée par la méchante-politique-qui-divise. Mais non. France-Soir et Paris-Match ont incliné aussi dans le sens politique l'aspect fait-divers qu'aurait pu revêtir la nouvelle.

Bien sûr on tremble pour elle, et il semble miraculeusement brave qu'elle ose sortir le lendemain « avec son petit chien » et « un foulard violet » de chez elle où s'étale justement une menaçante inscription O.A.S. La concierge, elle, a très peur. Mais ce que l'on souligne, c'est que B.B. s'arrête « pour remercier le gardien de la paix chargé de la surveillance de son domicile », et surtout les titres insistent : « Rackettée par l'O.A.S. » elle n'a pas voulu céder au chantage. On ne cache pas qu'elle ait écrit à « l'hebdomadaire l’Express » ni qu'elle ait donné les raisons politiques de son attitude. B.B. devient un symbole républicain et un exemple de civisme. Paris-Match rappelle avec photos à l'appui qu'à Saint-Tropez elle va voter dès huit heures du matin aux référendums, tentant de « faire son devoir de citoyenne » sans attirer l'attention. Cependant la photographie vedette est celle d'une énorme affiche de film sur un mur, la représentant, et sur laquelle un plaisantin gaulliste avait collé, devant les célèbres lèvres, un papillon OUI. La légende est honnête : « Sur ses affiches on la faisait déjà parler politique » — mais minuscule ; tandis que le titre qui couvre toute la page affirme, au-dessus de ce OUI : « Elle n'avait pas attendu l'O.A.S. pour avoir une opinion. »

La politisation est tellement nette qu'il n'y a plus une Brigitte mais plusieurs, et France-Soir dans son « objectivité » va jusqu'à publier côte à côte deux colonnes, deux photographies, deux titres : Une B.B. déguisée en sari sous le titre « B.B. boycottée à Alger » et une B.B. en pantalon corsaire sous le titre « B.B. soutenue par ses camarades ». Cette soit-disant antimilitariste devient l'idole du contingent qui a mis « à la mode le slogan : Vive Brigitte, reine de l'Anti-O.A.S. ! »

« Vive Brigitte ! » vibre partout et vibre longtemps, jusqu'à Noël en tous cas : à ce moment-là les vœux et les prévisions vont leur train. On salue au Canard enchaîné à l'occasion de la nouvelle année « notre B.B. nationale », « la fille la plus déshabillée de l'écran mais aussi la plus culottée », « Bravo Brigitte, on préfère votre plastique au leur ! »

Le numéro spécial de France- Dimanche « Tout ce qui vous arrivera en 1962 » consacre toute sa première page à affirmer que pour B.B. « l'heure du destin a sonné », « Des amis sérieux... », « Une autre femme... », « Une vie nouvelle... » « Son visage s'est apaisé », « Une autre époque commence pour elle ». Ici-Paris dont la « Une » depuis des années se déchaînait périodiquement (environ toutes les trois semaines) contre la scandaleuse, la dangereuse, la folle, la mangeuse d'hommes, n'accorde plus de première page à Brigitte Bardot pendant deux mois, et reprend contact avec elle en janvier, gentiment, par des articles intérieurs fraternels où il est question de sa campagne contre la cruauté à l'égard des animaux. Cependant V Aurore annonce sur une demi-page les prédictions 1962 de Frédérika par ce seul titre : « Une nouvelle Bardot encore inconnue éclipsera B.B. », « fin de la dictature cinématographique de B.B. ».

La hargne de la droite ne s'apaisera que très progressivement. L'émission de télévision du 5 janvier 1962 où B.B. apparut sérieuse et désireuse de con- vaincre pour demander qu'on modifie la façon de tuer les bêtes dans les abattoirs, si elle fait pleurer d'attendrissement et de respect la plupart des journaux de l'extrême -gauche au centre, n'est encore annoncée dans le Parisien libéré et dans V Aurore que par des titres semi-humoristiques : « Veaux, vaches, cochons, couvées crient pitié par la voix de Brigitte Bardot » qui « plaidera la cause des animaux nutritifs ». Mais cette mauvaise humeur de la droite ne pourra pas résister très longtemps devant les succès des nouveaux films de la vedette anti-O.A.S. : Vie privée, et le Repos du guerrier qui sortiront dans l'année.

Cependant à la radio, à la télévision que tout à coup, en janvier, elle a envahi coup sur coup après des années d'abstention, ainsi que dans l'immense majorité des journaux (France-Soir, Paris-Presse, Paris-Jour etc., et les journaux de province) le ton pour parler de Brigitte Bardot demeurera différent de ce qu'il était « avant » la réponse à l'O.A.S. C'est un ton empreint d'amitié et de considération qui succède aux débordements erotiques ou puritains, au scandale et à l'ironie comme à l'hyperbole. Une sorte de réflexe, de fraternité civique et nationale a joué. On s'est aperçu que malgré les ennuis, le percepteur agréé de l'État auquel se surajoutait le percepteur gangster de l'O.A.S., malgré la police à sa porte, les menaces de bombes, etc. « notre Brigitte nationale » n'avait pas quitté le sol français, n'était allée ni à Hollywood ni à Moscou et qu'elle continuait comme tout le monde à voter et à se débattre dans ce pays déchiré parce qu'elle l'aimait, parce qu'elle était bien française. Ce n'est pas elle qui irait, comme Gina Lollobrigida, se réfugier au Canada pour éviter sa feuille d'impôts nationale.

Il est réconfortant que sur le sol de France vive la plus belle fille du monde, et qu'elle prouve de surcroît qu'elle a de la tête, et une tête républicaine, contre des menaces de mort, et qu'elle a du cœur puisqu'elle plaide pour « ces amis muets que sont les bêtes ».

Au seuil de 1962, dans l'incertitude chaotique des journées ponctuées d'explosions, quand le monde avait les yeux fixés sur cette « pauvre France », tant de dons comblaient l'orgueil national.

Evelyne Sullerot.

 

28/06/2020

on va à leur école ou pas ?

Déjà il faut bien comprendre qui est  la dame Buzyn et qui sont les maîtres du système de santé mondial (une bonne relecture de l'analyse marxiste serait utile, ou si vous le trouvez trop compliqué alors relisez les fables de La Fontaine ! bref "un peu d'bon sens !")

Pour le "plus jamais ça" il faut virer tout ce qui est privatisation des entreprises de santé !!

https://ru-clip.net/video/-QQaL4LYSR8/les-questions-choc-...

et le sujet le plus crucial de cette crise du coronavirus c'est là aussi bien entendu "la délicate question d'argent" comme dirait Prévert, la lutte des classes comme dirait Marx, Big Pharma, les conflits d'intérêts comme dirait la justice :


http://www.marypasteur.info/article/plus-de-5000-manifestants-pour-la-liberte-vaccinale-a-turin

donc retour sur les premiers méfait de la dame Buzyn, toujours d'actualité pour les enfants :

Je parie que avec ses idées à la noix , madame BUZYN va se faire shooter par le conseil constitutionnel ! l’école de leur république ne peut pas être à la fois obligatoire et interdite à certaine catégorie d’ayants droit. Pour le coup c’est vraiment discriminant .On ne peut pas , non plus faire porter un signe aux enfants non vaccinés, ça nous rappellerait les HLPSDNH.

Le 23 octobre à 12:42 par 

On aura une bonne raison "officielle" pour leur absence à l’endoctrinement de masse de nos jeunes esprits malléables...

Le 23 octobre à 15:33 par 

“Pas d’école pour les enfants”, en voilà une très bonne nouvelle !

Le 23 octobre à 12:51 par

...faudra expliquer comment des enfants vacciné peuvent avoir un risque de contamination au contact des enfants non-vaccinés..ou alors les vaccins ne servent à rien

Le 23 octobre à 13:48 par

très juste... je pense que le vrai risque est que les vaccinés pourraient se faire contaminer idéologiquement par les non-vaccinés !
côtoyer des non-vaccinés et constater qu’ils sont en bonne santé, voire meilleure santé, que si vous êtes vaccinés peut infecter les esprits d’idées rebelles et libératrices ;

Le 23 octobre à 12:53 par

Et bien mes enfants n’iront pas à l’école l’année prochaine.
Qui d’autre 

Le 23 octobre à 13:44 par

c’est le mieux à faire, et c’est éviter deux poisons à la fois à vos enfants !
le poison des vaccins et le poison mental des programmes de l’éducation (re-écudation) nationale !
vos enfants auront de bonnes chances de rester en bonne santé physique et mentale :)

Le 23 octobre à 15:49 par 

On hésite. Surtout qu’on est dans un secteur ZEP (doublement des classes, par double néo-crétins en maître) alors je crois qu’on ne va pas hésiter longtemps..

Le 23 octobre à 12:54 par

Un truc logique : si les enfants vaccinés jouent avec des enfants non vaccinés, pour quelle raisons les premiers risqueraient une infection, puisqu’ils sont vaccinés ?

ça mériterait débat ce sujet, je suis suis certain que beaucoup d’entre nous n’en vaccineraient plus leurs gosses

Le 23 octobre à 14:50 par

On en déduit que le vaccins est inefficace et qu’il est inutile de vacciner

cqfd
Mais il y a une logique supérieure , la logique dictatoriale du Saint Profit...

Le 23 octobre à 12:55 par Régulus

Entièrement d’accord avec Agnès ! Peut-être un début d’émancipation !

Voilà une belle occasion de reprendre en main l’Education (on peut toujours rêver) avec des vrais programmes sans fioritures d’un bon niveau en créant, je ne sais pas trop, des structures populaires avec un bon encadrement fait par des gens compétents et cultivés qui aiment leur métier... le tout en n’empoisonnant pas nos enfants... double avantage !...

Sinon à part ça, je croyais que l’école était obligatoire non ?

Le 23 octobre à 13:51 par

"Sinon à part ça, je croyais que l’école était obligatoire non ?"

non, non et non, c’est l’instruction qui est obligatoire en France, l’école n’a jamais été obligatoire... encore heureux !!

malheureusement, peu de gens le savent... mais grâce à Madame Buzyn, les gens risquent de s’en rendre plus compte..

Le 23 octobre à 12:58 par

Combien faudra-t-il d’enfants invalides à vie, ou morts, pour que cette décision dictatoriale soit abrogée ?

Car en effet cette décision est potentiellement criminelle, et Mme Buzyn qui est médecin le sait parfaitement. Seulement sont mari est un des pontes des grands laboratoires avides d’argent, alors elle agit de manière dictatoriale.

Par sécurité, il faut revenir aux trois anciens vaccins obligatoires, et l’on verra ce qu’il est possible de faire, s’ils sont dorénavant sans adjuvants dangereux à la santé, comme le thimérosal (mercure) et l’aluminium tous deux toxiques.

La dictature de la ploutocratie cela suffit Madame Buzyn, veuillez en informer vos supérieurs

Le 23 octobre à 18:06 par

Qu’est ce qui prouve que parmi les 11 vaccins aucun ne sont incompatibles, voire handicapants ou mortels ?

Le 23 octobre à 13:09 par

L’école à la maison une bonne organisation plus de vaccinations, plus de théorie du genre etc.

Le 23 octobre à 15:39 par

Et l’argent avec Agnès buzyness ness, y’a toujours un moyen de s’faire de gros dividendes !

Le 23 octobre à 13:13 par 

Pas d’école, mais quelle école ? C’est simplement de la pure discrimination et de la dictature . Cette dame s’est trompée d’époque et peut être de pays , elle n’a pas encore compris que l’école est devenue une garderie . Ce qui inquiète les parents, ce n’est pas que les enfants n’aillent plus à l’école mais il n’y aura personne pour les garder .

Le 23 octobre à 13:14 par

ridicule puisque les autres enfants seront vaccinés, ils ne seront pas exposés en raison de la grande efficacité des vaccins à 150 euros qu’on leur aura inoculés.
J’espère que wikileaks va nous aider dans ce combat.

Le 23 octobre à 13:36 par

La France est devenue pitoyable par ces représentants de commerce que l’on nomme pompeusement ’’Ministres’’.

Le 23 octobre à 13:36 par

« Je dis aux parents : c’est obligatoire, vos enfants ne rentreront pas à l’école ou en crèche s’ils ne sont pas vaccinés », a confié le ministre de la Santé, précisant faire référence aux établissements « publics et privés ». Une mesure qu’elle justifie par les risques d’exposer « les autres enfants à des virus mortels ».

Donc si je comprends bien, il est risqué d’exposer des enfants aux virus mortels contre lesquels ils ont pourtant été vaccinés. (tiens tiens ! ...)
Alors soit les vaccins sont inutiles, et dans ce cas il est complètement idiot de se faire vacciner et tout autant idiot de discriminer les vaccinés des non vaccinés, soit le raisonnement de madame Bousin est idiot, soit les deux

Le 23 octobre à 15:30 par

" Pas d’école pour les enfants qui ne veulent pas être les vaches a lait et les cobayes de ma bienfaitrice SANOFI "

Le 23 octobre à 13:37 par anonyme (MOI)

bonne nouvelle ! ça va donner un coup de pouce au développement de l’école à la maison et de l’enseignement par correspondance. Croyez-en ma vieille expérience : c’est la meilleure façon d’étudier et la plus efficace (et la plus économique).

Le 23 octobre à 14:05 par 

Encore une de ces femelles formatées machine à donner des ordres, et à suinter de la contrainte, de la menace et de la coercition sur le mode cour de récré de maternelle. 11 vaccins !!! (ONZE ; quand même !) Pourquoi pas 110 ou 1100 !? Qui va nous vacciner contre les crétins procéduriers et leur flicaille, les pervers, les incompétents et les malveillants ?

Le 23 octobre à 14:28 par

C’est vraiment dur. La pression sociale est vraiment intense quand on ne fait pas vacciner son enfant. Perso, je me suis dejà barré à l’étranger. Ici, ce n’est pas obligatoire, mais c’est presque tout comme, car la pression est intense. Les creches refusent les enfants non-vaccinés, mon généraliste m’a dit clairement "si vous ne vaccinez pas, ne venez même plus me voir, ce n’est pas la peine". (allez, aux chiottes le code d’éthique de médecine)

J’ai passé tellement de temps a m’instruire sur le sujet de la vaccination. J’ai pris une décision murement réfléchie, et a partir de la, je refuse de céder.

C’est simple, si tu finis par céder sous les pressions sociales ou financieres, ca veut dire que tu as perdu, et ils ont gagné. (Et que tu te démerderas avec les coûts associés aux effets secondaires potentiels). C’est tout ce qui compte pour eux au final. Peu importent pour eux les commentaires d’indignation sur le net

Le 23 octobre à 14:44 par

" Une mesure qu’elle justifie par les risques d’exposer « les autres enfants à des virus mortels »."

le virus de l’émancipation, de la liberté, liberté de penser, liberté thérapeutique... oui, ce genre de virus, mortel pour le système !

Le 23 octobre à 17:31 par

Logiquement, si les autres enfants sont vaccinés, ils ne craignent rien... (? si vraiment les vaccins protègent !) Les parents qui ne font pas vacciner risquent juste d’exposer leurs propres enfants.
Alors ce propos est totalement dénué de sens.

Le 23 octobre à 17:52 par

Mais si les autres enfants sont vaccinés donc protégés alors ils n’ont rien à craindre des non vaccinés c’est élémentaire.

Le 23 octobre à 14:58 par ferrapi

J’avais fait faire un rappel obligatoire de leur saloperie à mon fils qui avait une dizaine d’années et malheureusement il est devenu très fatigué et ne comprenait plus rien en cours. Il avait un bon niveau avant et il est passé subitement dans les derniers de la classe.

Avant de retrouver une compréhension disons normale, il a fallu deux bonnes années. Je m’en veux de ne pas avoir apporté le flacon du vaccin rempli de liquide physiologique à la place. C’est du véritable poison, à croire que les enfants ne doivent pas être doués à l’école...

Est ce que les enfants de Buzyn sont vaccinés ?

Le 23 octobre à 15:31 par

"vos enfants ne rentreront pas à l’école ou en crèche s’ils ne sont pas vaccinés"

Je rejoins la plupart des commentateurs : cette phrase est idiote, mais émise par une non-idiote.
La prochaine étape est d’enlever les enfants non vaccinés "pour leur bien", "parents irresponsables" (comme en Allemagne en 1933-45 envers les parents Témoins de Jéovah par exemple) Ne souriez pas, l’esprit des lois de la République
y est déjà. Nous appartenons TOUS à l’Etat, pas à nos parents. Et quand on est adulte (enfin, quand c’est possible) nous n’avons qu’un droit : celui de la boucler !

Le 23 octobre à 15:50 par 

Saviez vous que l’aluminium, le formol, le mercure ne sont qu’une infime partie des vaccins c’est le sommet de l’iceberg ; les virus désactivés où poussent-ils ;?certains dans des oeufs de poules ça c’est pour la grippe les autres poussent sur des cultures cellulaires d’où sont issues ces cellules d’embryons surnuméraires de cellules souches d’embryons humains et animaux (avortés viables ou pas et cordons ombilicaux) et "purifiés" juste pour en extraire le virus où l’agent recherché anti-cancéreux anti-inflammatoire etc.. et de quoi assurer son maintien(sans resources il ne peut pas vivre) jusqu’a la date de validité du vaccin ou du traitement anti "cancéreux" présumé ; on l’a compris avec ces vaccins imposés le public finance les labos leurs matériels et expérimentations et reproduisent ainsi l’erreur ambivalente de l’oeuf ou de la poule ou du cancer ou du vaccin ou de la maladie auto immune du vaccin suivi du cancer ou l’inverse,le vaccin avait peut être un but social et bienveillant à son origine mais depuis il est devenu un détaqrueur du génome humain un agent qui corrompt la réplication adn et arn un rétrovirus qui entraine la dégénerescence du système immunitaire et par conséquence automatique un élèment d’obsolescence programmée de l’être humain

le 23 octobre à 17:34 par patrick

Une mesure qu’elle justifie par les risques d’exposer « les autres enfants à des virus mortels ».

Je suis con ou j’ai rien compris , si les enfants non vaccinés contaminent les enfants VACCINÉS par deduction les vaccins sont inutiles alors .

éclairez moi

Le 23 octobre à 17:41 par 

"Pas d’école pour les enfants non vaccinés" : Agnès Buzyn menace les Français !

 

 

Oh la boulette !!!! Ca pour une boulette, c’est une boulette !!!

Et cette putain de marche arrière qui veut pas passer !

 

"mais quand-même ! on ne va pas remettre en cause notre belle industrie pharmaceutique"

https://ru-clip.net/video/lRsF-UOR-T0/vaccins-le-coup-de-...


 

une méthode efficace d'échapper aux 11 vaccins :

https://www.alterinfo.net/Parents-comment-refuser-les-vaccins_a155423.html

27/06/2020

l'affiche

26/6/2006 en passant sur le trottoir : 

Cette publicité n’est pas encore au goût du jour, elle va se faire stigmatiser par le MLF et par les autorités gouvernementales : Le bonhomme est montré en train de tenir sa femme par la taille. Quelle horreur ! On va dire que c’est humiliant pour l’image de LA Femme de montrer un homme passant son bras autour de la taille de son épouse ; On va dire que c’est du «machisme», que c’est indécent, que c'est une "violence", que cet homme est un "porc", etc.

Pour que les MLF ne considèrent pas ça comme humiliant pour LA Femme il faudrait qu’il se tienne à 3 mètres d’elle et que ce soit un "Directeur des Ressources Humaines", qui la jauge pour voir si elle peut encore être rentable et s’il va l’employer encore quelques semaines, ou bien s’il va la jeter à la rue comme un papier gras.

 

26/06/2020

Noël Taillepied - psychologie - fantosmes - animaux

unu el la plej bonaj argumentoj favore la objektivecon de la "transnormalaj fenomenoj" estas, ke oni konstatas, ke plejparte ili tute ne aperis nur en nia tempo, sed ĉiam, simple ĉiuepoke viditaj per la okuloj de l'epoko.


Ekzemple jen (mi provis konservi la stilon de la epoka teksto!) en libro de Noël Taillepied (elp. Noel' Tajpje) eldonita en 1588 kaj titolita :

"Psikologio, t. e. traktato pri aperoj de l'spiritoj, nome la disigitaj animoj, fantomoj, mirindaĵoj, mirigaj okazintaĵoj":

"Ofte okazemas, ke kiam iu el niaj parencoj loĝantaj en fora lando pereige malsanas, ni aŭdemas fali en la domo aĵojn, kiuj ŝajnemos pezaj kaj faremos mirigan bruon ; kaj poste ni ektrovos tion okazinta en la horo mem kiam ĉitiuj parencoj forpasintos. Estas afero kia ordinara je kelkiuj, ke kiam persono estas mortonta, ili aŭdemas fermiĝi aŭ malfermiĝi la fenestrojn kaj pordojn, surŝtuparajn suprenpaŝojn, kaj aliaj similajn okazaĵojn. Iajfojojn iu spirito montriĝos en la domo, kion ekvidantaj la hundoj sin ĵetemos inter la kruroj de sia mastro, kaj ne konsentos disdeiri, ĉar ili tre forte timas spiritojn."

le site de "Parasciences" : http://www.parasciences.net/

 

(commentaire annexe : « Le plus grand mystère de la science demeure la nature de la conscience. Ce n’est pas que nous n’en ayons que des théories mauvaises ou imparfaites : nous n’en avons pas du tout ! nous savons, au mieux, que la conscience a quelque chose à voir avec la tête plutôt qu’avec les pieds. » (Nick Herbert)


(un autre phénomène qui suscite des réflexions c'est ces gens à qui un trouble mental donne une mémoire parfaite capable de se souvenir de n'importe quoi d'un jour pris au hasard jusqu'à la sision de la page du journal qu'ils on tlu ce jour, etc http://www.youtube.com/watch?v=3JPCsqYXVvE etc donnant ainsi raison à la thèse de Bergson sur la mémoire)

Et la première question sur le matérialisme, si on y pense bien le monde matériel n'est qu'une hypothèse, alors que la conscience existe, forcément ! sinon personne ne penserait l'épiphénomènisme ! qui n'est jamais qu'un état de conscience d'un scientifique.

et

S’il n’y avait au fond des choses unité de substance, jamais la matière ne pourrait agir sur la pensée, ni la pensée sur la matière. La matière n’aurait d’action que sur la matière, et la pensée que sur la pensée. S’il n’y avait pas unité de substance, la lumière par exemple ne pourrait se transformer en une sensation du cerveau ; — en un mot, entre la matière et la pensée ne peut exister un abîme, car autrement l’abîme ne serait jamais franchi.

(Henri Cazalis)

25/06/2020

quand on raisonne en esprit libre tout devient clair

https://www.officierunjour.net/editoriaux/notre-dame-un-i...

Notre Dame, un incendie providentiel ou un scandale d'Etat ?

...par le Col. Yves Logette - le 16/05/2019

L’incendie de la toiture de Notre-Dame est survenu fort à propos pour Macron. Tiens, tiens ! 

Et si le gigantesque brasier cachait un énorme scandale d’Etat ?

L’incendie de la toiture de la cathédrale Notre Dame, le 15 avril 2019, a surpris et choqué le monde entier par sa brutalité, son ampleur et, surtout, par la rapidité de sa propagation au sein d’un ensemble de poutres dures comme de la pierre. Dès le lendemain, dans un premier billet, j’émettais des doutes sur le caractère « accidentel » immédiatement asséné par le pouvoir et relayé servilement par des médias complaisants.  

J’envisageais alors, soit un acte anti-chrétien survenant après l’incendie volontaire de l’église Saint-Sulpice dans le VIème arrondissement le 17 mars, donc un mois avant (notons que 10 églises ou cathédrales ont brûlé en France (1) depuis juin 2018 et qu’il y a eu 878 profanations en 2017 puis 1063 en 2018, environ 3 par jour), soit un acte terroriste d’un groupe, affilié à Daesch ou Al-Qaïda par exemple, voulant venger la perte de leur territoire en Syrie et Irak.

Puis, à la lecture de l’abondante « littérature » sur l’évènement, une troisième cause, donc un nouveau responsable, me semble émerger derrière l’écran de fumée « officielle » de l’accident et de la responsabilité, vite trouvée, de la société de montage Le Bras. Cette nouvelle cause, si elle vraie, mettra en lumière un immense scandale d’Etat.  

Je m’explique :

L’insistance des autorités, leur précipitation même, à ne retenir que l’unique piste « privilégiée », celle de « l’accident », le fut avant même que les flammes gigantesques ne soient éteintes et avant même que de quelconques experts puissent s’engouffrer dans la cathédrale, dans les pas des pompiers encore à l’œuvre. Curieux, cette précipitation à étouffer d’autres causes potentielles ! Suspect même. Comme il est curieux d’ailleurs que la Police scientifique ne commence son travail que 10 jours après l’incendie (2).

Aussitôt, sans réelle possibilité d’investigation ni discernement aucun, la servilité des MSM (médias main stream) se range docilement derrière la voix officielle. Regardez avec quelle virulence et agressivité, Jean-Marc Morandini affronte un élu de Neuilly qui a osé dire (3) que

« nous n’en savons rien si c’est accidentel ».  

Le feu est parti d’un lieu distant des échafaudages, donc loin du lieu des travaux incriminés. Lesquels « travaux » n’avaient pas encore commencé car on en était seulement à la phase montage de l’échafaudage métallique (qui ne nécessite aucun chalumeau). Pourtant, toute l’imagination journalistique s’est concentrée, non pas sur la possibilité d’un acte volontaire, mais sur une faute des ouvriers ou de l’entreprise, comme si la cause était entendue (mégots, feu qui couve sournoisement et depuis longtemps, fils électriques dénudés, courts circuits, ouvriers soudeurs négligents, ascenseur en activité créant un arc électrique, alarmes incendie défectueuses, etc4 ...). Je tiens le pari que l’entreprise de montage et de réparation sera rendue seule responsable et paiera. Point barre.

Pourtant, l’échafaudage autour de la flèche de Violet le Duc a résisté au brasier, lui, preuve qu’il était bien monté.

Les poutres de « la forêt » de ND, vieilles de plus de 800 ans, ne peuvent pas brûler aussi facilement.

Voyez cette vidéo (5) à titre de démonstration. Des experts des monuments historiques et des architectes (notamment l’architecte en chef des monuments historiques –ACMH- le disent et ne comprennent pas cet embrasement soudain et monstrueux. Voir cet extrait ici (6).

Les pompiers eux-mêmes ont expliqué qu’en arrivant sur place, ils étaient dans une phase de

sidération tant cet incendie s’est développé étrangement vite. Ensuite, ils ne comprennent pas

pourquoi l’eau qu’ils déversaient augmentait au contraire l’embrasement du foyer.

Les poutres ne peuvent pas brûler aussi facilement sans un additif ou accélérateur  pyrotechnique.

L’étrange fumée jaune dégagée par le sinistre est le signe incontestable de la présence d’un oxyde

métallique que les pompiers appellent « accélérateur d’incendie ».

On peut donc penser que les poutres étaient enduites d’un produit de type « thermite 7 » qui est un composé d’oxyde de fer et d’oxyde d’aluminium (utilisé pour souder les rails de chemins de fer, par exemple), ce qui provoque, en brûlant, la couleur jaune orangée (que montrent toutes les vidéos) des énormes volutes de fumée, sans doute entretenue par le plomb fondu (8).

D’où venait ce produit ?

En Février dernier, la charpente aurait été traitée (voir le reportage sur A2) contre les insectes avec un gel. Elle ne l’avait jamais été depuis plus de 800 ans. L’entreprise qui a « désinsectisé » a dû faire preuve de talent car pulvériser du gel à 15 m de haut n’est pas à la portée de tout le monde. Suite à ce traitement, le bois change de couleur et devient un peu couleur acajou. Le 15 avril la charpente prend feu et, assez significativement, le feu augmente au moment où les pompiers interviennent comme si l’eau activait les flammes. La charpente est en chêne, or le chêne sec ne fait pas de flamme, il rougeoie.

L’entreprise, qui a désinsectisé aurait été bernée en répandant non pas un produit désinsectiseur mais un produit pyrotechnique qu’on lui a obligatoirement fourni car elle n’est pas en mesure de le produire sur le plan chimique.

Le produit de type « thermite », composé d’oxyde de fer et d’oxyde d’aluminium, donne cette couleur acajou obtenue après la pulvérisation et donne cette couleur jaune-orangée des flammes de l’incendie.

Depuis Février, le produit sans doute associé à une colle a séché et s’est solidifié sur les poutres comme une pâte devenue très fine, une sorte de vernis....    

Le 15 avril (on pourrait aussi discuter le « choix » de la date), il ne suffisait plus que de mettre à feu un vrai « pot thermique » (au magnésium par exemple), générant une chaleur intense de 2200 degrés pour allumer ainsi toute la charpente pré-imbibée (et non pas désinsectisée).

Qui aurait allumé ce brasier ? Des vidéos ont montré une personne sur le toit, une heure et demie

avant le drame, activant un dispositif provoquant des éclairs ou des flammes orangées-jaunes.

Étrange également que l’on ait restreint l’accès aux tours, ce soir-là, une heure plus tôt que d’habitude (18 h 30) et fait sortir tout le monde de la cathédrale sans bousculade, juste à temps (9). C’est par les tours que l’on accède à la charpente.

C’est là qu’il faut évoquer le grand projet de rénovation de toute l’île de la Cité que les élites

parisiennes poussent depuis le début des années 2000. Car Notre Dame serait incluse dans un grand plan (10) de réaménagement des bâtiments majeurs de cet îlot central, au cœur de Paris (Palais de justice, Préfecture de Paris, Hôtel-Dieu) gérés par l’Etat, ça tombe bien. François Hollande lance une mission d’étude sur le sujet en décembre 2015 (11)

On pourrait envisager, par exemple, une grande plateforme de déambulation, en lieu et place de la

toiture de la cathédrale, sorte de parterre planté d’arbres et transparent pour visualiser la nef d’en

haut. Tous les bâtiments de l’île seraient reliés par des passerelles en verre et métal pour maintenir les millions de visiteurs sur un ensemble architectural jusqu’alors méconnu car enclavé.

Écoutons Philippe Bélaval, Président du Centre des Monuments nationaux et Dominique Perrault,

architecte et membre de l’Institut qui ont remis un rapport en ... décembre 2016 ... à François

Hollande, intitulé « Mission île de la Cité. Le cœur du cœur » :

« L’occasion s’offre aujourd’hui d’ouvrir une nouvelle époque dans l’histoire de l’île de la Cité. Alors

que les grandes administrations de l’île préparent leur avenir, que le centre de Paris connait une

série d’évolutions majeures, depuis la Samaritaine jusqu’à la conquête des berges de Seine et que la perspective de la tenue des Jeux Olympiques de 2024 et de l’Exposition universelle de 2025 invite le monde à redécouvrir la ville des Lumières, l’île de la Cité apparaît comme le territoire le plus propice au déploiement d’une grande ambition urbaine, culturelle, architecturale et économique qui contribue au rayonnement de la France.»  

Malheureusement pour les partisans de cette rénovation, la machinerie administrative et les autorisations de lancement traînent et l’échéance de 2024 risque, si on ne la brusque pas, d’être dépassée !

Pour être bien sûr de respecter son échéance de 5 ans et donc livrer une cathédrale attractive touristiquement pour les Jeux Olympiques de 2024, le président Macron va mettre en œuvre une procédure qui fait fi des contraintes habituelles obligatoires en pareil cas de rénovation :

La volonté présidentielle est de s’affranchir des règles existantes (et suffisantes) en faisant voter en urgence, avec cynisme, une loi d’exception afin d’accélérer les travaux et éviter d’être soumis aux exigences des Monuments Historiques. Une loi d’exception autorise le gouvernement à déroger aux règles d’urbanisme, de protection de l’environnement, de commande publique ou de préservation du patrimoine. Une loi d’exception permet d’éliminer les architectes et artisans spécialisés dans la reproduction des œuvres anciennes à l’identique, trop lents, trop méticuleux, trop consciencieux, en leur imposant des délais qu’ils ne pourront pas tenir.

Place aux modernes : béton, acier, verre, plastique, titane !

De plus, il faut « un geste architectural contemporain » a demandé le président, avouant ainsi son intention de ne pas retenir l’option « à l’identique ». Il faut dès lors s’attendre à des horreurs (12) :

On pense à la pyramide du Louvre, à la grande Bibliothèque, aux colonnes de Buren dans la cour du Palais royal, à l’arche de la Défense avec son hamac de bédouin, à la verrue qu’est la tour Montparnasse au milieu d’une architecture harmonieuse, à l’opéra Bastille.

On sursaute aussi en pensant aux œuvres « contemporaines » d’Anish Kapoor, comme le très beau « vagin de la Reine » devant le château de Versailles, ou le « plug anal vert » de Paul McCarthy sur la place Vendôme.

Que c’est beau l’art contemporain ! et si, en plus, cela peut aider les copains du "marché" en mal de commandes ...

Conclusion :

Autant de précipitation (le feu n’est pas encore éteint) pour affirmer que la cause ne peut être qu’accidentelle. Autant d’empressement pour annoncer, sans l’avis et surtout contre l’avis des experts architectes que la reconstruction se fera en 5 ans. Autant de certitude pour clamer qu’on la reconstruira plus belle qu’avant '13) (Ah bon, elle n’était pas belle ?). Ce qui, par parenthèse, prouve qu’on sait déjà qu’on ne la reconstruira pas à l’identique, comme le dit aussi le Premier ministre « doter ND de Paris d’une nouvelle flèche adaptée aux techniques et aux enjeux de notre époque (14) ».

Autant de vélocité pour écrire une Loi d’exception qui permettra de s’affranchir des règles d’urbanisme légales jusqu’alors.

Autant de retard pour commencer les investigations et l’enquête de police dans les lieux.

Autant de zèle pour mettre en avant les prétendues erreurs des techniciens de l’entreprise de montage.

Aussi peu de médias qui font leur métier d’investigation mais qui prennent pour argent comptant une version officielle sans preuve.

Autant de coïncidences avec des projets de rénovation de l’île de la Cité qui n’auraient pas été prêts pour 2024 (dans 5 ans justement).

Comment voulez-vous qu’on ne trouve pas cette affaire suspecte ?

Comment voulez-vous qu’on ne se pose pas de questions ?

Qu’on ne VOUS pose pas de questions ?

Bien sûr, vous n’avez pas attendu d’en être à ce point de la lecture pour me traiter d’immonde

complotiste. Comment peut-on imaginer que des politiques français aient pu commanditer un

incendie d’un monument historique pour promouvoir un projet immobilier et touristique, c’est

complètement fou et irresponsable !

C’est comme si on disait que des services américains avaient commandité les attentats du 11 septembre 2001 pour retourner l’opinion concernant la guerre en Irak.

C’est comme si on disait qu’en septembre 39 Hitler avait fait revêtir des uniformes polonais à des soldats allemands et les avait lancé à l’attaque de la station radio allemande de Gleiwitz !

Quoique, justement sur ce point, des questions se posent aussi. Par exemple, comment se fait-il que deux avions aient pu faire s’écrouler trois tours dans le même quartier ? Impossible(15), sauf si les destructions avaient été préparées à l’avance, puis déclenchées de manière pyrotechnique à l’arrivée des avions (le troisième qui devait frapper le Capitole ou la tour n° 7 écroulée, s’étant crashé en Pennsylvanie).

L’incendie de ND vient donc très opportunément à point pour faire aboutir, à l’arrache et dans les

temps pour la grand-messe des Jeux Olympiques, un dossier de rénovation architecturale, type Disney Land, qui traînait dans les cartons parisiens (16).

Des zones boisées « inconstructibles » sur le littoral français le deviennent pas miracle après un

incendie. Des immeubles vétustes peuvent être reconstruits, avec l’aide des assurances, après un

malheureux incendie.  

Je n’accuse personne mais quand un président de la République explique froidement à des journalistes qu’il a donné l’ordre à nos services secrets « d’éliminer des cibles » à l’étranger (17), on peut s’attendre à tout, surtout à l’improbable !  

Yves Logette

Mai 2019

    •  

Alkali (mercredi, 20 novembre 2019 11:35)

Cela démontre bien que nous sommes tous sous contrôle. Que le Système est verrouillé et que nous sommes loin de nous poser assez de questions et de remettre en cause suffisamment de choses. Involontairement nous sommes les agents de ce système par notre adhésion à ses principes basés sur des mensonges historiques, médiatiques et politiques.
Et que ceci concerne bien plus de domaines qu'il ne nous est possible de l'imaginer.

    •  

#3

Janick22 (samedi, 08 juin 2019 23:06)

Dans la minute où le toit de Notre Dame de Paris s'est embrasé j'ai tout de suite su que c'était d'ordre criminel, il est impossible qu'un feu se propage à cette vitesse dans des poutres aussi vieilles, pour que cela se produise, une seule évidence...... le combustible...... à qui profite le crime ? La réponse est évidente aussi.....mais à ce sujet les médias resteront muets car depuis le "règne" de F Hollande on nous enfarine et hélas son successeur a pris le relai
On veut nous faire croire qu'avec des matériaux modernes on reconstruira Notre Dame à l'identique!!!! De qui se moque t'on ?? Il est fort possible qu'au bout du compte ce ne sera plus un lieu de culte Chrétien..... je me pose la question.....
Ma peine est immense de voir notre patrimoine culturel partir ainsi en fumé. .....

    •  

#2

Legno (jeudi, 23 mai 2019 11:15)

Nous sommes avec l’air Macron rentré dans la phase des républiques bananière mais les Français ont les politiques qu’ils méritent ça n’ira quand s’empirant les dictatures ont toutes commencé dans ce type de styles Je vous plains. l'acceptation sonne le glas de la raison  (dans les autres domaines aussi !)

    •  

#1

Eric83 (jeudi, 23 mai 2019 10:26)

Bonjour, tout d'abord, je vous remercie pour votre publication très complète.
Je fais partie des citoyens qui, comme vous, se posent des questions sur la narrative politico-médiatique et ce depuis le 15 avril concernant l'incendie de Notre-Dame.
De me poser des questions, j'ai posé une question le 23 avril à "Checknews", le "service de vérification des faits du média Libération".
Aussi, je me permets de porter à votre attention la réponse qui a été publiée à une vitesse prodigieuse, dans les deux heures, sur leur site.
L'information, à la source, qui en ressort, importante si il en est dans le cadre d'une investigation digne de ce nom, n'a été reprise par absolument aucun média depuis le 23 avril ! Une censure collective et organisée est manifeste.
J'ai écrit à nos parlementaires à ce sujet et j'ai également sollicité par mail une bonne dizaine de médias MSM...en vain.
En substance, voici l'information publiée par "Checknews" :
Le circuit des tours a été exceptionnellement fermé à 17 h 30 le lundi 15 avril parce qu'une réunion d'agents du Centre des Monuments Nationaux, prévue depuis fin mars, s'est tenue dans la salle haute de Notre-dame !...,donc dans le créneau horaire du départ de l'incendie.
Qu'il y ait ou non un lien direct/indirect entre cette réunion et l'incendie de Notre-Dame, c'est à une enquête de le déterminer mais l'information sur la tenue de cette réunion doit être rendue publique car tout aussi importante que, par exemple, les 7 mégots "retrouvés" sur place.
Pourquoi les journalistes d'investigation des médias MSM ne se sont-ils pas emparés de cette information pour poser toutes les questions de simple bon sens qui découlent de cette information ?
Etant donné que cette censure est collective et totale depuis maintenant un mois, il semble donc que l'Etat empêche - comment ? - les médias MSM de publier des informations sur cette réunion.
Censure qui ne peut que susciter la méfiance/défiance à l'égard de la narrative politico-médiatique infusée aux citoyens depuis le 15 avril concernant l'incendie de Notre-Dame.
Au delà d'alerter nos parlementaires sur ce sujet et afin de partager cette information et la censure manifeste opérée, j'ai mis en ligne une publication sur ce sujet sur AgoraVox.
https://www.liberation.fr/checknews/2019/04/23/pourquoi-les-tours-de-notre-dame-ont-elles-ferme-plus-tot-le-jour-de-l-incendie_1722841?
https://www.liberation.fr/checknews/2019/04/19/notre-dame-le-gouvernement-a-t-il-interdit-aux-architectes-des-monuments-historiques-de-repondre-aux_1722369
https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/incendie-de-notre-dame-pourquoi-214791
Bien cordialement.
Eric GYSSLER

23/06/2020

citations à méditer

« pourquoi dire du mal d’une femme ? Ne suffit-il pas de dire que c’est une femme ?»
Carcinos, poète tragique grec
FEMMES

« Un oiseau né en cage pense que voler est une maladie ! »
SOCIETE

« Je n’ai jamais eu de chance avec les femmes . Il est toujours arrivé un moment où leur bêtise a dépassé mon amour »
Léautaud (Paul)
FEMMES

« On tue un homme on est un assassin, on tue des millions d'hommes on est un conquérant. On les tue tous on est Dieu »
Rostand (Jean)
POLITIQUE
METAPHYSIQUE
COSMOS

22/06/2020

kiel erinaco

et celui-ci j'aurais pu l'écrire à mon compte :

kiel erinaco

Kvazaŭ erinaco mi estas,

pro timego

buliĝinta,

kaj pro ega nefidemo

ĉe veprejo mi kaŝiĝas.

Nur ĉe foriro  de l'suno,

kiam la steloj ekbrilas,

mi kuraĝas,

sur piedoj,

alveni ĉe la marĝenoj

kie la vivo trankvilas.

 

Arquillos junio 2017

20/06/2020

Jean-Pierre Petit analyse la situation

18/6/20 : Covid, le livre du professeur Perronne "Y a-t-il une erreur qu'ils n'ont pas commise?(Editions Albin Michel)" Il montre que La corruption a fait en France 25.000 morts de trop. Les confinis par Pierre Perret Quant au comportement de notre actuel gouvernement il évoque celui de Vichy pendant la guerre. Macron est sa clique ne sont rien d'autre que des collaborateurs zélés, au service des puissances d'argent internationales, lesquelles avancent masquées sous le couvert de cette Union Européenne. Dans la Rome antique les empereurs disposaient d'une garde prétorienne. Puis apparut la police du Roi. Aujourd'hui Macron et Castaner transforment notre police républicaine en milice, peu soucieuse d'interpeller et de mettre hors d'état de nuire ces black blocks, cagoulés et entièrement vétus de noir, dont les actions servent leur politique de destruction méthodique des libertés individuelles. La police française est la seule au monde qui mutile le peuple avec des armes de guerre (la presse parle de" blessés" et non de "mutilés", qui correspondrait plus à la réalité des faits). Les gilets jaunes, les soignants, les retraités, les manifestants en général sont les résistants d'aujourd'hui. Mais il manque un de Gaulle. Malheureusement, les de Gaulle, maintenant, ça n'existe plus.
Et François Asselineau ?! (ma note)

Si nous étions en démocratie les Buzyn, Salomon, macron, Levy, Véran etc. etc. seraient aujourd’hui devant un tribunal. Cette corruption devrait être démantelée et les bénéficiaires en taule . Lorsqu’on voit aujourd’hui ce qu’il en est ! Ce pays n’existe plus car dirigé par des bandits et des assassins

16/4/20 : Nous sommes témoins d'une suite ininterrompue d'incompétences et de volte-faces irresponsables : Lien . Mais le pire est à venir. En dehors de la nature profonde de ces vagues successives d'assaut viral et de leurs causes profondes, naturelles ou non naturelles ce ne sont pas les conséquences épidémiologiques et économiques de cette crise sanitaire qui vont être désastreuses,


c'est l'intrumentation politique qui sera fait de cette conjoncture, la plus grave étant cette innocente installation "d'un petit utilitaire qui aidera au traçage des gens contaminés". Une fois que ceci sera installé, rien ne sera prévu pour la désinstallation. Cela deviendra irréversible et fera figure de standard. Peut être cela deviendra-t-il obligatoire? Peut être les nouveaux smartphones porteront-ils à demeure cet outil de contrôle de la population? Avez vous remarqué qu'il n'est plus possible, aujourd'hui, de rendre son smartphone inopérant, en enlevant la batterie?! Si la mesure parvient à s'implanter, en surfant sur la peur de la population, peut-être l'accès aux supermarchés sera-t-il un jour proche refusé aux clients qui n'auront pas sur eux leur téléphone muni de l'application en question. Un système automatique, à l'entrée, comme en Corée du Sud, testera les entrants. Maintenant, projetons-nous dans un avenir proche. L'utilité de ces téléphones en matière sanitaire et de sécurité d'imposera de manière si impérieuse, dans notre intérêt, que ces objets seront gratuitement distribués à la population. Ceux qui connaissent la technologie savent que le coût brut de fabrication d'un smartphone ne dépasse pas quelques euros. On imposera par décret de ne pouvoir se déplacer qu'avec ces objets. Rappelez vous, il y a 20 ans apparaissaient les RFID, les fameuses "puces" implantables ou accompagnant objets et produits, mémorisant des informations, interrogeables à distance. La puce d'aujourd'hui, c'est votre téléphone portable, votre tablette. Elle transmettra vite tous les renseignements vous concernant, sous des prétextes de santé. Elle transmettra des copies de tous vos messages, de tous vos biens, de toutes vos transactions, de tous ce que vous pourrez dire à voix haute. Elle renseigne déjà sur vos goûts, vos positions sur un vaste éventail de sujets. Aspect complètement génial, si on en est pas encore à une "nano-puce" injectée avec un vaccin en distillant dans votre corps quelque drogue, pour vous rendre stérile, par exemple, le smartphone agit directement sur votre cerveau et avec quelle efficacité ! Je conjecture que la planète va connaître des soubresauts majeurs et catastrophiques dans le peu d'années à venir. Je dirais : quatre au maximum. Lutter contre cela? Qui le fera? Les jeunes ? Ils sont les première cibles de cet anéantissement mental, dès leur âge le plus tendre. Les intellectuels ? Où sont-ils à l'ère de la pensée jetable? (et puis ce sont tous des bourgeois vivant dans les privilèges, et la lâcheté) La justice? Dans notre pays les procureurs sont nommés par le pouvoir exécutif. Internet? Des lois, dans tous les pays sont à l'étude pour faire taire ces voix. Nos politiques ne sont que des agents d'une main-mise planifiée par une oligarchie, alias les puissances d'argent, sur des vastes groupe humains, qui seront transformés en peuples d'esclaves. De quoi croyez-vous qu'ils discutent dans la réunion des Bilderberg, de la pluie et du beau temps?

19/06/2020

femmes

si je devrais nommer les femmes françaises et actuellement en vie que j'admire le plus je crois que ce serait Brigitte Bardot et Ginette Skandrani.

(il faut avoir lu leurs deux autobiographies "Ginette la Rebelle" et "Mes larmes de Combat" pour les comprendre)