Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/06/2020

quand on raisonne en esprit libre tout devient clair

https://www.officierunjour.net/editoriaux/notre-dame-un-i...

Notre Dame, un incendie providentiel ou un scandale d'Etat ?

...par le Col. Yves Logette - le 16/05/2019

L’incendie de la toiture de Notre-Dame est survenu fort à propos pour Macron. Tiens, tiens ! 

Et si le gigantesque brasier cachait un énorme scandale d’Etat ?

L’incendie de la toiture de la cathédrale Notre Dame, le 15 avril 2019, a surpris et choqué le monde entier par sa brutalité, son ampleur et, surtout, par la rapidité de sa propagation au sein d’un ensemble de poutres dures comme de la pierre. Dès le lendemain, dans un premier billet, j’émettais des doutes sur le caractère « accidentel » immédiatement asséné par le pouvoir et relayé servilement par des médias complaisants.  

J’envisageais alors, soit un acte anti-chrétien survenant après l’incendie volontaire de l’église Saint-Sulpice dans le VIème arrondissement le 17 mars, donc un mois avant (notons que 10 églises ou cathédrales ont brûlé en France (1) depuis juin 2018 et qu’il y a eu 878 profanations en 2017 puis 1063 en 2018, environ 3 par jour), soit un acte terroriste d’un groupe, affilié à Daesch ou Al-Qaïda par exemple, voulant venger la perte de leur territoire en Syrie et Irak.

Puis, à la lecture de l’abondante « littérature » sur l’évènement, une troisième cause, donc un nouveau responsable, me semble émerger derrière l’écran de fumée « officielle » de l’accident et de la responsabilité, vite trouvée, de la société de montage Le Bras. Cette nouvelle cause, si elle vraie, mettra en lumière un immense scandale d’Etat.  

Je m’explique :

L’insistance des autorités, leur précipitation même, à ne retenir que l’unique piste « privilégiée », celle de « l’accident », le fut avant même que les flammes gigantesques ne soient éteintes et avant même que de quelconques experts puissent s’engouffrer dans la cathédrale, dans les pas des pompiers encore à l’œuvre. Curieux, cette précipitation à étouffer d’autres causes potentielles ! Suspect même. Comme il est curieux d’ailleurs que la Police scientifique ne commence son travail que 10 jours après l’incendie (2).

Aussitôt, sans réelle possibilité d’investigation ni discernement aucun, la servilité des MSM (médias main stream) se range docilement derrière la voix officielle. Regardez avec quelle virulence et agressivité, Jean-Marc Morandini affronte un élu de Neuilly qui a osé dire (3) que

« nous n’en savons rien si c’est accidentel ».  

Le feu est parti d’un lieu distant des échafaudages, donc loin du lieu des travaux incriminés. Lesquels « travaux » n’avaient pas encore commencé car on en était seulement à la phase montage de l’échafaudage métallique (qui ne nécessite aucun chalumeau). Pourtant, toute l’imagination journalistique s’est concentrée, non pas sur la possibilité d’un acte volontaire, mais sur une faute des ouvriers ou de l’entreprise, comme si la cause était entendue (mégots, feu qui couve sournoisement et depuis longtemps, fils électriques dénudés, courts circuits, ouvriers soudeurs négligents, ascenseur en activité créant un arc électrique, alarmes incendie défectueuses, etc4 ...). Je tiens le pari que l’entreprise de montage et de réparation sera rendue seule responsable et paiera. Point barre.

Pourtant, l’échafaudage autour de la flèche de Violet le Duc a résisté au brasier, lui, preuve qu’il était bien monté.

Les poutres de « la forêt » de ND, vieilles de plus de 800 ans, ne peuvent pas brûler aussi facilement.

Voyez cette vidéo (5) à titre de démonstration. Des experts des monuments historiques et des architectes (notamment l’architecte en chef des monuments historiques –ACMH- le disent et ne comprennent pas cet embrasement soudain et monstrueux. Voir cet extrait ici (6).

Les pompiers eux-mêmes ont expliqué qu’en arrivant sur place, ils étaient dans une phase de

sidération tant cet incendie s’est développé étrangement vite. Ensuite, ils ne comprennent pas

pourquoi l’eau qu’ils déversaient augmentait au contraire l’embrasement du foyer.

Les poutres ne peuvent pas brûler aussi facilement sans un additif ou accélérateur  pyrotechnique.

L’étrange fumée jaune dégagée par le sinistre est le signe incontestable de la présence d’un oxyde

métallique que les pompiers appellent « accélérateur d’incendie ».

On peut donc penser que les poutres étaient enduites d’un produit de type « thermite 7 » qui est un composé d’oxyde de fer et d’oxyde d’aluminium (utilisé pour souder les rails de chemins de fer, par exemple), ce qui provoque, en brûlant, la couleur jaune orangée (que montrent toutes les vidéos) des énormes volutes de fumée, sans doute entretenue par le plomb fondu (8).

D’où venait ce produit ?

En Février dernier, la charpente aurait été traitée (voir le reportage sur A2) contre les insectes avec un gel. Elle ne l’avait jamais été depuis plus de 800 ans. L’entreprise qui a « désinsectisé » a dû faire preuve de talent car pulvériser du gel à 15 m de haut n’est pas à la portée de tout le monde. Suite à ce traitement, le bois change de couleur et devient un peu couleur acajou. Le 15 avril la charpente prend feu et, assez significativement, le feu augmente au moment où les pompiers interviennent comme si l’eau activait les flammes. La charpente est en chêne, or le chêne sec ne fait pas de flamme, il rougeoie.

L’entreprise, qui a désinsectisé aurait été bernée en répandant non pas un produit désinsectiseur mais un produit pyrotechnique qu’on lui a obligatoirement fourni car elle n’est pas en mesure de le produire sur le plan chimique.

Le produit de type « thermite », composé d’oxyde de fer et d’oxyde d’aluminium, donne cette couleur acajou obtenue après la pulvérisation et donne cette couleur jaune-orangée des flammes de l’incendie.

Depuis Février, le produit sans doute associé à une colle a séché et s’est solidifié sur les poutres comme une pâte devenue très fine, une sorte de vernis....    

Le 15 avril (on pourrait aussi discuter le « choix » de la date), il ne suffisait plus que de mettre à feu un vrai « pot thermique » (au magnésium par exemple), générant une chaleur intense de 2200 degrés pour allumer ainsi toute la charpente pré-imbibée (et non pas désinsectisée).

Qui aurait allumé ce brasier ? Des vidéos ont montré une personne sur le toit, une heure et demie

avant le drame, activant un dispositif provoquant des éclairs ou des flammes orangées-jaunes.

Étrange également que l’on ait restreint l’accès aux tours, ce soir-là, une heure plus tôt que d’habitude (18 h 30) et fait sortir tout le monde de la cathédrale sans bousculade, juste à temps (9). C’est par les tours que l’on accède à la charpente.

C’est là qu’il faut évoquer le grand projet de rénovation de toute l’île de la Cité que les élites

parisiennes poussent depuis le début des années 2000. Car Notre Dame serait incluse dans un grand plan (10) de réaménagement des bâtiments majeurs de cet îlot central, au cœur de Paris (Palais de justice, Préfecture de Paris, Hôtel-Dieu) gérés par l’Etat, ça tombe bien. François Hollande lance une mission d’étude sur le sujet en décembre 2015 (11)

On pourrait envisager, par exemple, une grande plateforme de déambulation, en lieu et place de la

toiture de la cathédrale, sorte de parterre planté d’arbres et transparent pour visualiser la nef d’en

haut. Tous les bâtiments de l’île seraient reliés par des passerelles en verre et métal pour maintenir les millions de visiteurs sur un ensemble architectural jusqu’alors méconnu car enclavé.

Écoutons Philippe Bélaval, Président du Centre des Monuments nationaux et Dominique Perrault,

architecte et membre de l’Institut qui ont remis un rapport en ... décembre 2016 ... à François

Hollande, intitulé « Mission île de la Cité. Le cœur du cœur » :

« L’occasion s’offre aujourd’hui d’ouvrir une nouvelle époque dans l’histoire de l’île de la Cité. Alors

que les grandes administrations de l’île préparent leur avenir, que le centre de Paris connait une

série d’évolutions majeures, depuis la Samaritaine jusqu’à la conquête des berges de Seine et que la perspective de la tenue des Jeux Olympiques de 2024 et de l’Exposition universelle de 2025 invite le monde à redécouvrir la ville des Lumières, l’île de la Cité apparaît comme le territoire le plus propice au déploiement d’une grande ambition urbaine, culturelle, architecturale et économique qui contribue au rayonnement de la France.»  

Malheureusement pour les partisans de cette rénovation, la machinerie administrative et les autorisations de lancement traînent et l’échéance de 2024 risque, si on ne la brusque pas, d’être dépassée !

Pour être bien sûr de respecter son échéance de 5 ans et donc livrer une cathédrale attractive touristiquement pour les Jeux Olympiques de 2024, le président Macron va mettre en œuvre une procédure qui fait fi des contraintes habituelles obligatoires en pareil cas de rénovation :

La volonté présidentielle est de s’affranchir des règles existantes (et suffisantes) en faisant voter en urgence, avec cynisme, une loi d’exception afin d’accélérer les travaux et éviter d’être soumis aux exigences des Monuments Historiques. Une loi d’exception autorise le gouvernement à déroger aux règles d’urbanisme, de protection de l’environnement, de commande publique ou de préservation du patrimoine. Une loi d’exception permet d’éliminer les architectes et artisans spécialisés dans la reproduction des œuvres anciennes à l’identique, trop lents, trop méticuleux, trop consciencieux, en leur imposant des délais qu’ils ne pourront pas tenir.

Place aux modernes : béton, acier, verre, plastique, titane !

De plus, il faut « un geste architectural contemporain » a demandé le président, avouant ainsi son intention de ne pas retenir l’option « à l’identique ». Il faut dès lors s’attendre à des horreurs (12) :

On pense à la pyramide du Louvre, à la grande Bibliothèque, aux colonnes de Buren dans la cour du Palais royal, à l’arche de la Défense avec son hamac de bédouin, à la verrue qu’est la tour Montparnasse au milieu d’une architecture harmonieuse, à l’opéra Bastille.

On sursaute aussi en pensant aux œuvres « contemporaines » d’Anish Kapoor, comme le très beau « vagin de la Reine » devant le château de Versailles, ou le « plug anal vert » de Paul McCarthy sur la place Vendôme.

Que c’est beau l’art contemporain ! et si, en plus, cela peut aider les copains du "marché" en mal de commandes ...

Conclusion :

Autant de précipitation (le feu n’est pas encore éteint) pour affirmer que la cause ne peut être qu’accidentelle. Autant d’empressement pour annoncer, sans l’avis et surtout contre l’avis des experts architectes que la reconstruction se fera en 5 ans. Autant de certitude pour clamer qu’on la reconstruira plus belle qu’avant '13) (Ah bon, elle n’était pas belle ?). Ce qui, par parenthèse, prouve qu’on sait déjà qu’on ne la reconstruira pas à l’identique, comme le dit aussi le Premier ministre « doter ND de Paris d’une nouvelle flèche adaptée aux techniques et aux enjeux de notre époque (14) ».

Autant de vélocité pour écrire une Loi d’exception qui permettra de s’affranchir des règles d’urbanisme légales jusqu’alors.

Autant de retard pour commencer les investigations et l’enquête de police dans les lieux.

Autant de zèle pour mettre en avant les prétendues erreurs des techniciens de l’entreprise de montage.

Aussi peu de médias qui font leur métier d’investigation mais qui prennent pour argent comptant une version officielle sans preuve.

Autant de coïncidences avec des projets de rénovation de l’île de la Cité qui n’auraient pas été prêts pour 2024 (dans 5 ans justement).

Comment voulez-vous qu’on ne trouve pas cette affaire suspecte ?

Comment voulez-vous qu’on ne se pose pas de questions ?

Qu’on ne VOUS pose pas de questions ?

Bien sûr, vous n’avez pas attendu d’en être à ce point de la lecture pour me traiter d’immonde

complotiste. Comment peut-on imaginer que des politiques français aient pu commanditer un

incendie d’un monument historique pour promouvoir un projet immobilier et touristique, c’est

complètement fou et irresponsable !

C’est comme si on disait que des services américains avaient commandité les attentats du 11 septembre 2001 pour retourner l’opinion concernant la guerre en Irak.

C’est comme si on disait qu’en septembre 39 Hitler avait fait revêtir des uniformes polonais à des soldats allemands et les avait lancé à l’attaque de la station radio allemande de Gleiwitz !

Quoique, justement sur ce point, des questions se posent aussi. Par exemple, comment se fait-il que deux avions aient pu faire s’écrouler trois tours dans le même quartier ? Impossible(15), sauf si les destructions avaient été préparées à l’avance, puis déclenchées de manière pyrotechnique à l’arrivée des avions (le troisième qui devait frapper le Capitole ou la tour n° 7 écroulée, s’étant crashé en Pennsylvanie).

L’incendie de ND vient donc très opportunément à point pour faire aboutir, à l’arrache et dans les

temps pour la grand-messe des Jeux Olympiques, un dossier de rénovation architecturale, type Disney Land, qui traînait dans les cartons parisiens (16).

Des zones boisées « inconstructibles » sur le littoral français le deviennent pas miracle après un

incendie. Des immeubles vétustes peuvent être reconstruits, avec l’aide des assurances, après un

malheureux incendie.  

Je n’accuse personne mais quand un président de la République explique froidement à des journalistes qu’il a donné l’ordre à nos services secrets « d’éliminer des cibles » à l’étranger (17), on peut s’attendre à tout, surtout à l’improbable !  

Yves Logette

Mai 2019

    •  

Alkali (mercredi, 20 novembre 2019 11:35)

Cela démontre bien que nous sommes tous sous contrôle. Que le Système est verrouillé et que nous sommes loin de nous poser assez de questions et de remettre en cause suffisamment de choses. Involontairement nous sommes les agents de ce système par notre adhésion à ses principes basés sur des mensonges historiques, médiatiques et politiques.
Et que ceci concerne bien plus de domaines qu'il ne nous est possible de l'imaginer.

    •  

#3

Janick22 (samedi, 08 juin 2019 23:06)

Dans la minute où le toit de Notre Dame de Paris s'est embrasé j'ai tout de suite su que c'était d'ordre criminel, il est impossible qu'un feu se propage à cette vitesse dans des poutres aussi vieilles, pour que cela se produise, une seule évidence...... le combustible...... à qui profite le crime ? La réponse est évidente aussi.....mais à ce sujet les médias resteront muets car depuis le "règne" de F Hollande on nous enfarine et hélas son successeur a pris le relai
On veut nous faire croire qu'avec des matériaux modernes on reconstruira Notre Dame à l'identique!!!! De qui se moque t'on ?? Il est fort possible qu'au bout du compte ce ne sera plus un lieu de culte Chrétien..... je me pose la question.....
Ma peine est immense de voir notre patrimoine culturel partir ainsi en fumé. .....

    •  

#2

Legno (jeudi, 23 mai 2019 11:15)

Nous sommes avec l’air Macron rentré dans la phase des républiques bananière mais les Français ont les politiques qu’ils méritent ça n’ira quand s’empirant les dictatures ont toutes commencé dans ce type de styles Je vous plains. l'acceptation sonne le glas de la raison  (dans les autres domaines aussi !)

    •  

#1

Eric83 (jeudi, 23 mai 2019 10:26)

Bonjour, tout d'abord, je vous remercie pour votre publication très complète.
Je fais partie des citoyens qui, comme vous, se posent des questions sur la narrative politico-médiatique et ce depuis le 15 avril concernant l'incendie de Notre-Dame.
De me poser des questions, j'ai posé une question le 23 avril à "Checknews", le "service de vérification des faits du média Libération".
Aussi, je me permets de porter à votre attention la réponse qui a été publiée à une vitesse prodigieuse, dans les deux heures, sur leur site.
L'information, à la source, qui en ressort, importante si il en est dans le cadre d'une investigation digne de ce nom, n'a été reprise par absolument aucun média depuis le 23 avril ! Une censure collective et organisée est manifeste.
J'ai écrit à nos parlementaires à ce sujet et j'ai également sollicité par mail une bonne dizaine de médias MSM...en vain.
En substance, voici l'information publiée par "Checknews" :
Le circuit des tours a été exceptionnellement fermé à 17 h 30 le lundi 15 avril parce qu'une réunion d'agents du Centre des Monuments Nationaux, prévue depuis fin mars, s'est tenue dans la salle haute de Notre-dame !...,donc dans le créneau horaire du départ de l'incendie.
Qu'il y ait ou non un lien direct/indirect entre cette réunion et l'incendie de Notre-Dame, c'est à une enquête de le déterminer mais l'information sur la tenue de cette réunion doit être rendue publique car tout aussi importante que, par exemple, les 7 mégots "retrouvés" sur place.
Pourquoi les journalistes d'investigation des médias MSM ne se sont-ils pas emparés de cette information pour poser toutes les questions de simple bon sens qui découlent de cette information ?
Etant donné que cette censure est collective et totale depuis maintenant un mois, il semble donc que l'Etat empêche - comment ? - les médias MSM de publier des informations sur cette réunion.
Censure qui ne peut que susciter la méfiance/défiance à l'égard de la narrative politico-médiatique infusée aux citoyens depuis le 15 avril concernant l'incendie de Notre-Dame.
Au delà d'alerter nos parlementaires sur ce sujet et afin de partager cette information et la censure manifeste opérée, j'ai mis en ligne une publication sur ce sujet sur AgoraVox.
https://www.liberation.fr/checknews/2019/04/23/pourquoi-les-tours-de-notre-dame-ont-elles-ferme-plus-tot-le-jour-de-l-incendie_1722841?
https://www.liberation.fr/checknews/2019/04/19/notre-dame-le-gouvernement-a-t-il-interdit-aux-architectes-des-monuments-historiques-de-repondre-aux_1722369
https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/incendie-de-notre-dame-pourquoi-214791
Bien cordialement.
Eric GYSSLER

Écrire un commentaire