Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/12/2015

povus

Ho, mi povus tutan mondon
per titana sku' detrui,
por ankoraŭ unufoje
ŝian sunan ridon ĝui.

 

tout à fait .....

c'est tout à fait exact

(Imre Baranyai - Mia patrino )

30/12/2015

c'est ça la mort

29/12/2015

elle est morte Poupounette

Mon minou tu restes là pour voir s’il n’y a pas une souris qui va sortir du tas de bois ? Tu fais comme Poupounette ? Mais elle est morte Poupounette ! sa chair s’est toute décomposée, et ses os aussi ont sans doute disparus ; et l’univers aussi est mort avec elle, il n’y en a plus, forcément, il est mort l’univers ! n’est-ce pas, Jacqueline ?

27/12/2015

les menacés

ceux dont le triste regard nous regardent avec désespoir pour implorer notre pitié :

source : Les menacés. - Dieuexiste.com

24/12/2015

quand fuir, se planquer est impossible, et que le seul avenir est la mort

* "un avortement décompléxé" pour qui ?

avortement.jpg

regardez les méthodes : http://laissezlesvivre.free.fr/sosfm/avortement.htm

  * c'est comme dans les années 1880-1900 quand on parlait de la regrettable mais inévitable disparition des "races inférieures" devant l'avancée de la "civilisation", les gens ne savaient pas comment concrètement ça se passait; voir le livre de Sven Lindqvist.

Et derrière l'es avortement savez-vous ce qu'il y a (à part la mort de ceux qui auraient pu exister) ? Eh ! vous oubliez les principes (absolument incontournables) de l'analyse marxiste : derrière les avortements il y a un marché, il y a des interêts financiers, il y a du fric à se faire, et ça se passe comme ça :

Au lien ci-dessous, la troisième vidéo secrètement filmée et publiée ce matin (mardi 28 juillet 2015) par le Center for Medical Progress dans le cadre de son enquête de longue haleine visant à infiltrer le colosse américain Planned Parenthood (PP). Ce document comporte notamment l’enregistrement d’une conversation avec la vice-présidente et directrice médicale de PP dans la région des Rocheuses, le « docteur » Savita Ginde. Celle-ci, installée à Denver, supervise les opérations d’exterminations d’enfants in utero à travers les quatre États du Colorado, du Nevada, du Nouveau-Mexique et du Wyoming.

 Cette vidéo comporte encore le témoignage d’une technicienne de laboratoire, Mme Holly O’Donnell, formée par Stem Express (fournisseur américain d’organes de bébés avortés, en pointe de la recherche biomédicale mondiale) au tri de tissus d’enfants morcelés par avortement. Objectif : préserver les meilleures pièces anatomiques propres à la vente (cerveaux, cœurs, poumons, foies, pancréas, etc.) !

 On y voit également l’un des enquêteurs, se présentant comme un acquéreur de produits biologiques humains, se joindre au docteur Savita Ginde pour lui-même procéder à une opération de sélection de reins d’un bébé avorté et de ses tissus cérébraux sur une boîte de Petri (9 min, 41 sec).

 Une assistante médicale, amusée, s’écrit alors (9 min, 50 sec) : « Cinq étoiles ! »

 Mme Savita Ginde fait savoir qu’elle est intéressée et souhaite maximiser les recettes pour chaque pièce anatomique d’un enfant avorté : « Je pense qu’une approche par objet pièce fonctionne un peu mieux, parce que nous pouvons ainsi mieux mesurer ce qu’on peut en tirer. » L’enquêteur identifie plusieurs parties fœtales qui rapporteraient en effet 200 à 300 dollars pièce à PP.

O’Donnell explique (1 min, 05 sec) : « Je pensais que j’allais simplement prélever du sang, non pas des tissus de fœtus avortés. » Lors de sa première journée de travail en 2012 (7 min, 30 sec), elle se souvient avoir assisté au vidage d’une bouteille de sang dans une passoire, dont le contenu fut subséquemment déposé sur une boîte de Petri. La technicienne de laboratoire en charge d’instruire O’Donnell commença d’extraire diverses parties de corps de bébés avortés disloqués. Elle lui dit (8 min, 38 sec) : « OK, voici une tête. Voici un bras. Puis une jambe. »

La technicienne en chef lui demanda alors si elle pouvait elle-même identifier les parties du corps.

O’Donnell explique encore (8 min, 46 sec) : « […] je pris les pincettes, car je ne voulais pas perdre ce travail […] je les plaçais dans le plat [boîte de Petri]. Je me souviens alors saisir une jambe et de me dire : « c’est une jambe… » Et, au moment de se faire, d’éprouver comme si la mort et la douleur se propageaient à travers tout mon corps. En somme, je finis par m’évanouir. » O’Donnell dû en effet être réanimée.

Une collègue essaya de la rassurer, en disant (9 min, 13 sec) : « Ne t’inquiète pas. Cela arrive encore à nombre d’entre nous. Certaines ne s’en remettent même jamais. »

O’Donnell finit par remarquer que les propriétaires d’entreprises derrière Stem Express (3 min, 29 sec) « étaient tout simplement à la recherche de quelqu’un qui puisse [les aider à] générer autant d’argent, autant d’échantillons [que possible]. »

(7 min, 02 sec) : « Planned Parenthood a besoin d’indemnisations. »

 La recherche médicale est donc le dernier de leur souci (ce qui, de toute façon, ne justifierait en rien de telles pratiques infâmes). Plus grande est la récolte en tissus valables (cerveaux, cœurs), plus grande est la rançon de ces charognes humaines.

Dans son témoignage, O’Donnell souligne en effet (5 min, 27 sec) que l’infirmière principale à PP ne s’intéressait qu’au profit généré par les activités de prélèvement à Stem Express (5 min, 39) : « Elle voulait s’assurer que tout allait au mieux pour nous, auquel cas tout allait également au mieux pour eux [à PP]. »

https://www.youtube.com/watch?v=Xw2xi9mhmuo

source : http://jre2014.fr/il-faut-agir/

 

  •  

    La barbarie, aux Etats-Unis, va encore plus loin que je pouvais le croire. Life Site vient de diffuser une vidéo où l’on voit une directrice du Planning familial discuter tranquillement de la façon dont on doit découper les fœtus dans le ventre de leurs mères pour pouvoir avoir des morceaux en bon état afin qu’ils soient vendables. Le morceau se vend entre 30 et 100$. C’est le foie qui est le plus demandé, bien que « beaucoup veuillent des cœurs intacts en ce moment ». Elle reçoit des demandes pour des poumons, et aussi pour des « extrémités inférieures », et elle ne sait pas trop pourquoi, sans doute « pour les tissus musculaires ».

    Le seul problème est qu’il faut le faire de façon à qu’on ne dise pas « la clinique vend des tissus et se fait de l’argent avec cela ».

    Elle pratique elle-même des avortements à Los Angeles jusqu’à la 24e semaine. Elle explique qu’elle tient une petite réunion chaque matin pour déterminer quelles parties du corps sont demandées (les clients remplissent un formulaire) et quelles sont les « patientes » qui ce jour-là auront des bébés sur lesquels on pourra faire les prélèvements. Ainsi les avorteurs pourront adapter leurs gestes de façon à ne pas endommager les organes à vendre ce jour-là. « Pour cette raison, la plupart des fournisseurs – sic – se font guider par échographie, afin de déterminer où ils vont mettre les forceps. Ils se disent : “Je ne vais pas écraser cette partie, je vais écraser en dessous, et au-dessus, et je vais voir si je peux avoir ça intact.” Certains changent la façon dont le fœtus se présente, de sorte qu’il ne vienne pas par la tête, parce que vous ne pouvez pas obtenir la dilatation suffisante. Si vous le faites à partir de la présentation par le siège, par les jambes, alors vous pouvez finir par avoir le crâne intact. »

    La loi fédérale américaine interdit l’avortement par démembrement depuis George Bush, et la vente d’organes. Mais, dit Deborah Nucatola, « les lois sont sujettes à interprétation. Si je vous dis d’emblée que je n’ai pas l’intention de faire cela, ce qui arrive après n’a pas d’importance. »

    Il faut regarder cette vidéo, car on y voit Deborah Nucatola raconter cela comme elle raconterait ses vacances, sans l’ombre d’une hésitation, sans la moindre pudeur, entre une fourchetée de salade et une gorgée de vin… Il me semble que n’importe qui de normal ne peut que se demander comment c’est possible.

 

 

le bien-être du plus faible :

http://desiebenthal.blogspot.fr/2015/10/le-bien-etre-du-p...

21/12/2015

l'étrange mort de Hiroshi Hasegawa

et le black-out qui l'a suivi ...

http://www.jeuxvideo.com/forums/42-51-47177378-1-0-1-0-11...


tiens      la    vidéo suivante à été effacée, curieux !


*

20/12/2015

Justice doit être rendue pour sa maman, et en plus qui le réclame.

TERRORISTES DU BATACLAN : OÙ EST PASSÉ LE "BLOND"?

Mercredi 9 décembre, Le Parisien a rapporté l'identité du 3ème homme qui aurait participé -avec Omar Ismaïl Mostefaï et Samy Amimour- au meurtre de 90 spectateurs du Bataclan : il s'agirait de Foued Mohamed-Aggad {http://panamza.com/bch}.

Problème : de nombreux témoins avaient rapporté avoir vu "au moins 4 terroristes" -et non pas 3- parmi lesquels "une femme", un "blanc à lunettes" et un "grand blond à cheveux ras" {https://youtu.be/D12ldOc_lOc; http://panamza.com/13603}.

***SOUTENEZ L'INFO-PANAMZA ! http://www.panamza.com/solidaires***
 
Les témoignages utiles et sincères sont comme par hasard à chaque fois falsifiés ou tus.. La preuve-même que l'enquête officielle n'est pas légitime!!! Pourquoi donc nous cacher des éléments et nous mentir si ce n'est que pour couvrir l'opération qu'ils ont eux-mêmes mis sur pied!!

Panamza est-il le dernier vrai journaliste en France qui fasse son travail dans les règles de l'art ?

et il est menacé par le régime ! http://www.panamza.com/071215-gouvernement-menace-panamza/

protégeons-le ! il travaille pour la liberté, pour la démocratie, pour les citoyens, il travaille pour nous il nous faut tous le protéger !

Affaire Charlie : un proche de Bougrab succède au commissaire « suicidé »

INFO PANAMZA. Retrouvé "suicidé" au soir de l'attentat du 7 janvier, le commissaire Helric Fredou -qui devait rédiger un rapport sur Jeannette Bougrab- a été remplacé à la tête de la police judiciaire de Limoges par Thierry Miguel, influent franc-maçon qui avait récompensé en 2013 la compagne autoproclamée du directeur de Charlie Hebdo.

Le 16.11.2015 à 22h33

C'est mon fils qui aurait dû être à sa place !

Elle n'en revient pas.

La mère du policier Helric Fredou, prénommée Chantal, est stupéfaite par le dernier rebondissement au sujet de la mort suspecte de son fils, retrouvé mort (une balle logée dans le crâne) dans la nuit du 7 au 8 janvier 2015.

miguelfredoubougrabcharb

Contactée le 10 novembre par Panamza, elle a fait connaître son étonnement à propos des récents changements observés à la tête du service régional de la police judiciaire de Limoges.

Avant d'aller plus loin, rappel des principaux faits relatifs à Helric Fredou, recueillis notamment auprès de sa famille et dévoilés par Panamza les 16 janvier, 25 janvier, 13 mars et 4 septembre.

1* Les policiers qui avaient auditionnée Chantal lui avaient expressément fait savoir qu'elle n'aurait pas accès au rapport d'autopsie. Le Code de procédure pénale prévoit pourtant qu'en cas d'autopsie judiciaire (pour suicide ou mort suspecte), tout membre de la famille peut en faire la demande auprès du Parquet.

2* L'arme de service d'Helric Fredou n'était pas munie d'un silencieux. Sa mère a donc posé une question élémentaire à ses collègues : "Pourquoi n'avez-vous rien entendu alors qu'il était environ minuit?". Réponse laconique : "Son bureau était bien isolé".

3* Helric Fredou voulait passer un coup de fil important après avoir effectué deux choses : débriefer "trois enquêteurs" partis interroger la famille proche d'une victime de l'attentat de Charlie Hebdo (en l'occurrence, les parents de Jeannette Bougrab -compagne autoproclamée de Charb- comme l'avait recoupé et divulgué Panamza) et consulter ensuite "les réseaux sociaux" (notamment une adresse Facebook). C'est à ce moment-là que Fredou aurait réalisé une déduction tellement importante qu'il "voulait continuer de travailler" en dépit des "frictions" survenues à ce sujet avec ses collègues. Précision importante : le "commandant"  en poste ce soir-là (non identifié) aurait voulu se charger lui-même du débriefing des enquêteurs et de la rédaction du rapport mais Fredou aurait insisté en lui répliquant "C'est mon boulot". 

4* Selon la police, Helric Fredou -44 ans, 1m88- aurait posé le canon de son revolver sur le front et la balle serait restée à l'intérieur du crâne.

5* Le médecin traitant d'Helric Fredou refuse de valider le portrait esquissé par les rares articles parus au sujet du policier, faisant état d'une prétendue "dépression".

6* La mère a voulu savoir à qui était adressé le dernier appel de son fils. Les policiers lui auraient rétorqué "On ne peut pas savoir" avant d'affirmer finalement qu'aucun coup de fil n'avait été passé.

7* "Quatre directeurs" de la police, venus expressément de Paris, ont rencontré la mère d'Helric Fredou pour lui adresser leurs condoléances et la convaincre qu'il s'agissait d'un "suicide".

8* Les policiers chargés de l'enquête ont emporté le matériel informatique et le smartphone personnel d'Helric Fredou dès le lendemain.

9* Aucun journaliste rattaché à un média traditionnel de la presse écrite et audiovisuelle n'a interviewé la mère d'Helric Fredou.

10* Le député socialiste Christophe Premat a adressé, à trois reprises, une question écrite à Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, à propos des "circonstances exactes du décès du policier Helric Fredou". Aucune réponse ne lui a été retournée depuis le 27 janvier. 

11* La mère d'Helric Fredou n'a reçu aucun message de condoléances de la part de François Hollande (dont le fief corrézien de Tulle était chapeauté par le commissaire) et Bernard Cazeneuve (l'ancien député-maire de Cherbourg qui fréquentait pourtant régulièrement l'ex-commissaire central de sa ville entre 2010 et 2012).

Gil Friedman, supérieur direct de Fredou, avait demandé (à une date inconnue) sa mutation et son successeur, dénommé Maurice Alibert, a entamé ses nouvelles fonctions à la date du 1er septembre -en vertu d'une décision prise (et actée au Journal officiel) par Mireille Ballestrazzi, directrice centrale (depuis janvier 2014) de la police judiciaire.

Panamza a également contacté la direction interrégionale de la police judiciaire d'Orléans -dont dépend la PJ de Limoges- afin de connaître l'identité du nouvel adjoint du commissaire divisionnaire. Pour cause : sur le site officiel -pourtant actualisé le 8 septembre- de l'administration française, le patronyme d'Helric Fredou figure toujours, dix mois après sa mort. Visiblement gênée par ma question, la standardiste m'a fait savoir, après un long silence à l'évocation du nom "Fredou", qu'elle n'était "pas en mesure" de me donner cette information -censée pourtant relever du domaine public- avant de m'affirmer en bredouillant qu'il était "possible qu'il n'y ait pas encore eu désignation" pour ce poste.

Une chose est certaine : dans les semaines ayant précédé l'arrivée du nouveau commissaire divisionnaire, un personnage singulier occupa la direction intérimaire de la PJ. Un site alternatif d'information, dénommé Eurasie Express, avait tenté -l'été dernier- de solliciter un avis officiel au sujet du rapport d'autopsie d'Helric Fredou. Incidemment, son rédacteur Frédéric Saillot signale s'être ainsi entretenu, le 13 août, avec "M.Miguel, directeur par intérim de la PJ de Limoges".

"M.Miguel"

Après un un recoupement basé sur les archives du web, Panamza a découvert qu'il s'agissait de Pour lire la suite de l'article : » Affaire Charlie : un franc-maçon proche de Bougrab succède au commissaire « suicidé »

 


CEINTURE EXPLOSIVE DE MONTROUGE : LES DÉMINEURS ONT EFFACÉ LES EMPREINTES.

Lundi 23 novembre, une ceinture d'explosifs a été retrouvée à Montrouge. La plupart des médias ont aussitôt relayé l'affirmation des enquêteurs de la police : il s'agirait du dispositif transporté par le terroriste présumé Salah Abdeslam et abandonné dans la nuit du 13 au 14 novembre
{https://youtu.be/sRJJlkmoR_0; http://panamza.com/bcd}.

Mardi 1er décembre, TF1 révélait que cette ceinture explosive "ne pourra pas être exploitée" en raison de "l'effacement des traces génétiques et des empreintes papillaires" provoqué par un produit utilisé par les démineurs {http://panamza.com/bce}.

Rappel : la police scientifique envoyée au Comptoir Voltaire -bar dans lequel un kamikaze se serait fait exploser- avait déjà fait preuve d'une certaine désinvolture lors de l'étude du site {http://panamza.com/inps}.

Témoignage à souligner : un habitant du quartier de Montrouge dans lequel fut retrouvée la ceinture explosive affirme catégoriquement qu'il n'y avait "rien sur le trottoir" à la date du samedi 21 novembre. Il ajoute que cet engin a "dû être déposé après" {http://panamza.com/bcf}.

 

 

18/12/2015

un troisième !

trois livres vitaux

Laurent Mauduit, "Les imposteurs de l'économie"

http://www.amazon.fr/Les-imposteurs-l%C3%A9conomie-Lauren...

une œuvre de salubrité publique :

http://www.leretourauxsources.com/index.php/histoire-secr...

 

« La vie privée en péril », le cri d'alarme d'Alex Turk

http://www.lavoixdunord.fr/France_Monde/actualite/Secteur...

 

 

 

la situation mondiale actuelle : l'aliénation - La leciono de la Pafklik'

v
 KATAKANA (LA Pafklik ‘)

Ataku mi vian lingvon tiom,
Kiom vi kreu novan skriban manieron
Kaj eniru mi al via kulturo
Kaj enmetu dolĉe mian diktaturon
Mi zorgu bone pri via sekuro,
Do zorgu klopode pri mia ekonomio
Staros nur apud vi unu futuro,
Via destino ligita al mia ŝnuro
Ne batalu, jam de longe vi iĝis venkita
Via tuta hejmo jam iĝis fremdigita
Ŝanĝu viajn kutimojn, forlasu tradiciojn
Mi enas vian lingvon, mi enas vian vivon.
Katakana, truda kaj kontrolanta
Komprenigas ke popolo via iĝas varilo mia
Ja vi komprenu, daŭrigu obeemon
Studu kaj apogu mian sistemon

Ne plu da auntaŭjuĝo rikana
Car ja mia parolo rekta kaj ĉikana
Ŝiras agite kiel vek’ vulkana
Rompas socion kun atako uragana

Ĉu vi komprenas ne pri ĉi ĉio temas ?
Kaj maljunaj memoroj ja ŝimas
Kion ni lernu dum infana edukado ?
Ĉu gepatran scion, ĉu virtualan instruadon ?
Junecon pli facilas manipuli
Nure mono nun povas ilin stimuli
Oni ĉesu idioti kaj oni vidu
Ke nuntempaj kulturoj ekzistas ne plu
Ekzistas nur en la kapoj de la popoloj
Malaperis agoj, nur restas paroloj
Kaj amaso da varoj iĝas la konsoloj
La laŭdira socio trudas al ni rolojn
Nenion signifas la honoro
Inter homoj, kiuj robotas pro laboro
Nenian respekton havu kapitalismo
Certe ne kredu feliĉon el materialismo
Aŭ tuj anstataŭigos de katakanaj
Viaj revoj kaj spertoj akiraj
Al popolamasa pensa maniero,
Kiu daŭre staras sur iluzia fiero
Forgesu juĝon de la amaso groteska
Kaj lasu vian kritik-kapablon kreska
Antaŭvidi futuron, imagu naturon
Vi ne rajtas erari, kiel eblas ripari ?

Ne plu da antaŭjuĝo rikana
Ĉar ja mia parolo rekta kaj ĉikana
Antaŭvidu futuron, Imagu naturon
Vi ne rajtas erari, vi ne povas fuĝi.

(por aŭskulti ĝin kun la muziko, aĉetu la diskon, ne estas alia rimedo, ĝi ne estas sur la reto.)

pour les non espérantistes, voici un essai de traduction en français :

Allez ! je vais attaquer votre langue, tellement que vous allez devoir créer une nouvelle façon d’écrire, et je vais entrer dans votre culture pour introduire doucement ma dictature. Il faut que je veille bien à votre sécurité, alors décarcassez-vous bien pour mon économie. Il n’y aura devant vous plus qu’un seul avenir : votre destin lié à ma laisse. Ne luttez pas, ça fait longtemps que vous êtes déjà vaincus. Votre foyer tout entier est devenu étranger, changez vos coutumes, abandonnez vos traditions, je pénètre dans votre langue, je pénètre dans votre vie. Katakana s’impose et contrôle, fait comprendre que votre peuple est devenu ma marchandise. Oui il faut que vous compreniez, continuez à être bien soumis, étudiez et soutenez mon système.
Plus de préjugé, fini de ricaner. Car mon discours direct et mon harcèlement déchire et agite le peuple comme un volcan, détruit la société comme l’attaque d’un ouragan.
Comprenez-vous de quoi tout cela s’agit ? Et les vieux souvenirs sont tout moisis.
Que devons-nous apprendre durant notre enfance ? Le savoir de nos parents ou un enseignement virtuel ?
La jeunesse est plus facile de manipuler. Il n’y a que l’argent qui puisse les stimuler. Arrêtez d’être idiots et voyez que les cultures de maintenant n’existent plus, elles existent seulement dans les têtes des peuples, les actes ont disparus, il ne reste que des paroles, et une masse de marchandises deviennent la consolation. Cette prétendue société nous impose des rôles. L’honneur ne signifie plus rien entre les hommes, qui deviennent des robots à cause du travail. Le capitalisme ne mérite aucun respect. Ne croyez certainement pas obtenir le bonheur par le matérialisme, et vos rêves et l’expérience que vous avez acquise seront remplacés par la pensée de la masse, qui toujours se base sur une fierté illusoire. Oubliez le jugement de la masse grotesque, et laisser grandir votre esprit critique, prévoyez l’avenir, imaginez la nature, vous n’avez pas le droit à l’erreur, comment peut-on réparer ?
Plus de préjugés, fini d'ricaner.
Car mon discours direct et mon harcèlement doit prévoir l’avenir, doit imaginer la nature ; vous n’avez pas droit à l’erreur, vous ne pouvez pas vous enfuir.

17/12/2015

La Pafklik' ekskluzivece - Varsovia Vento


« Mi ne ŝatas ruliĝi kun vi ne ne ne
en la herbo ridante ne ne ne»

he ! De toutes façons de nos jours il n'y a plus personne qui se roule dans l'herbe ! Il y a 40 ans il y avait encore des enfants qui faisaient ça, dans les Vosges en pente  (de nos jours on le leur interdirait formellement – et on retirerait les enfants de la garde de leurs parents si ceux-ci leur laissaient un jour faire ça - « pour des raisons de sécurité ») Mais maintenant ça n'existe plus jamais, et des adultes encore moins. Le goût de la vie est bien mort et enterré chez les gens. Jamais au grand jamais il ne viendrait à l'idée de personne de faire ça, et quelqu'un à qui viendrait l'idée ne le ferait jamais, par peur.