Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/02/2017

souvenez-vous de Henri GEORGE poète tournaisien !

Ce poème

origine  : souvenez-vous de Henri GEORGES poète tournaisien

trouvé dans une anthologie de la poésie wallonne  en fait n'est pas en wallon ( le dialecte wallon est beaucoup plus compliqué à comprendre et surtout à prononcer) mais en picard, comme dins ch' Nord ! Tournais est (était...) picard dans son patois. Ce poème est un chef-d'oeuvre de talent  et d'émotion, on devrait le mettre dans les classiques de la littérature, et le faire apprendre aux enfants des écoles on aurait peut-être introduit enfin ce genre de considération pour les cultures régionales!), il le mériterait, il mériterait même d'être choisi dans une anthologie mondiale de la poésie.

Et  ça ne parle que de valeurs aujourd'hui diabolisées, presque interdites ou en voie de disparition ou bien menacées..... (Le Carnaval, les masques, les bals publics, la fête, le bruit, la gaîté, l'occupation des voies "publiques" (autrefois publiques ... mais avec Sarko ça ne va plus durer !) par des foules de gens et non par les bagnoles et les vigiles privés!, et bien sûr l'amour (aujourd'hui on l'appelle comment? "violence"? "harcèlement sexuel"?  "dépendance psychologique"? ) Et, last but not least, le chagrin ! autre chose psychomachinchoseiquement interdite, un jour peut-être on condamnera  à la prison pour "non prise en charge de leur santé" les gens qui souffrent de chagrin puis on les fichera à vie et on les obligera à suivre une cure  d'euphorisation "positive". On parie ?
Si vous pouvez apprenez-le par coeur, il le mérite, ou au moins la dernière strophe.

Tiu  ĉi poemo eble estas la plej bela de la pikardlingva literaturo, kiun oni tro ofte rigardas kiel reduktita al komikaĵoj lokaj;  ĝi indus fakte esti enigita en klasikaĵojn pro la talento kaj emocipovo kun kiu ĝi traktas  malĝojan kaj universalan temon. memoru parkere almenaŭ la lastan strofon kiel citaĵon: ĝi estas tiom bela kaj korprema!

 

Ch’éteot l’Mi-Carême, i-aveot dins chés rues

Ene masse dė musiques, dés tas d’gins masqués.

In face du Grand-Garde, ch’éteot ène cohue

Et l’cortêche aveot du mal dè passer.

Cha, ch’ ‘teot in cortêche! Lés prumiés in tiète,

I-éteotė pus d’chint, tous in calikeot :

Juste autant d’Pièrots qu’i n-aveot d’Pièrètes,

Juste autant d’Pièrètes qu’i n-aveot d’Pièrots.
Après cha, ch’éteot ène éote mascarate,

Pwis v’là deûs Pièreots qu’i s’eont ratardé

Et qui n’ trouv’tè pus l’binde dés camarates :

Pièrète par ichi, Pièreot d’l’éôte coté.

I n’seon po l’in d’l’eôte pus d’à cheonk-sî metes,

Més lès-amoureûs, ch’èst come dés bièc-beos.

Pièreot, i s’inquiète dè n’pus vir Pièrete,

Pièrète, èlle èst triste dè n’pus vir Pièrot.
Pauve pétit' Pièrète ! èlle a l’invie d’brêre,

Elle ortoun’reot bin tout d’swite à s’masèon !

Et Piéreo s’désole, i n’sét pus qwa faire,

I va come quéqu’in qui-a pèrdu s’résèon.

Pour l’in comme pour lééôte, ch’èst ène tristė fiète ;

Au lieu d’s’amuser, i-eont leûs cœurs bin greos :

Par ichi Pièreot cache après Pièrete

Et par là Pièrète cache après Pièreot !
Pindant tout-in tans, j’é suivi l’cortêche.

J’areos bin voulu lés vir s’ortrouver,

Més d’lés vir à deûs, i n’aveot po mèche :

J’véyeos l’in, pwis l’éôte, més lés deûs, jamés !

J’é rintré dins l’bal in m’disant qu’pétète,

In dansant t’t-à l’eure on s’rincontrėreot.

Més Piéreot d’ssus l’banc atindeo Pièrète

Et Pièrète bin sache atindeot Pièreot.
Et pindant dès-eures, au son dė l’musique

- vous savez qu’cha dure tout jusqu’au matin -,

i seont rès là come deûs vrés-antiques,

pwis i seont partis, chakin pa s’kémin.

J’lés-é vu partir : piéreot baisseot s’tiète

Et j’é intindu Pièrète qu’èle brèyeot…

Et pindant ç’tans-là, toutes lès-éôtes Pièrètes

Danseot’tė gaimint avèc leûs Pièreots.
… Hélas ! dins chelle vie, ch’èst bin souvin l’même :

on rèstė vièle file ou bin vieûs garchèon ;

èt ch’t-acor pus triste qu’à l’Demi-Carême :

l’carnaval, ch’èst court, mé la vie, ch’èst lèong …

On èst treop timite, treop fier ou treop …. Biète,

On vient d’ène famile bin treop come i fèot

Èt Pièreot viélit in r’grètant Pièrete,

Et Pièrète ès’fane in r’grètant Pièreot.
Et cha dure insin pindant dés-innées,

Et quand on s’rinconte, on s’fét dès saluts.

Qwa çé quė vous voulez, ch’èst ène dèstinée !

I-arife même alfeos qu’on s’orconeot pus.

On s’résine, ch’èst vré, més toudi on r’grète,

Et alfeos on s’dit, quand on soufre ėd’ treop :

« Come ėj’ s’reos ureûs si j’aveos Pièrète!

- Come ėj’ s’reos continte si j’aveos Piéreot ! »
Et par in byèo jour in cortêche i passe,

On seone àl’églisse pou in n-intièr’mint,

Et l’vieûs, ou bé l’vièle, i dit’ à vwas basse :

« Acor in qui passe pou m’montrer ch’kémin.

- Qui ç’quė ch’èst cèle-là qu’on mène à Mulète ?

- Qui ç’quė ch’èst c’ti-là qu’on porte à Navyèo ? »

On dit : « Ch’èst ène tèle ». Piéreot : « Ch’est t’ Pièrète ! »

Ou bin : « Ch’èst in tèl ». Pièrète : Ch’èst t’Pièreot ! »
Awi, mé bones gins, ch’est ène triste istware,

Dès-istwares parèles, on in sét tèrtous

Pace qu’i n-a bôkeop – cha, vous pouvez m’cwrâre -,

Et ch’èste pétète même vo-n-isware à vous.

Et p’tète qu’avèc mi, tout bas, in cachète,

Wê, vous l’dites tout bas, mi jė l’dis tout hèot :

« Ah ! chès pauves Pièrèots qui n’eont po d’Pièretes !

Ah chès pauves Pièrètes qui n’eont po d’Pièrèos ! »

 

Henri GEORGE (1879-1952)

24/01/2017

le choc des deux droites

22/1/2017 le magasine hyper-bourge « Le Point » titre « le choc des deux gauches » non ! c’est le choc des deux droites, je regrette !
Valls est un réactionnaire de droite c’est clair !
Et Hamon son programme c’est du Giscard de 74, relisez le ! et souvenez-vous de 74,(autre preuve un qui a bien vu ça :http://www.agoravox.tv/actualites/politique/article/benoi...) c’est un programme pour bourgeois bobos post 1968 giscardiens, quand le capital sentait qu’il fallait préparer une nouvelle époque pour le troupeau des travailleurs, et surfait sur les nouvelles idées à la mode, maintenant sanctuarisées et devenus la nouvelle religion (écologie, sécuritarisme, etc). Donc la droite libérale.
Quand au « revenu de base», depuis les projets de la Finlande, et les raisons de ce projet ! depuis le ralliement massif des forces de droite, depuis la critique qu'en a faite Bernard Friot, on sait que c’est une réforme de droite, un outil de lutte de classe patronale, « la roue de secours du capitalisme ».

11/11/2016

"vous imaginez ce qu'ils penseraient de Moscou à Pékin et de Buenos-Aires à New-Delhi si c'était moi qui succédait à hollande ?!"

voilà quelle serait la politique étrangère de François Asselineau :

la politique étrangère de François Asselineau.png

 "redorer notre France en tous points sur la Terre" comme ils disent dans la chanson : https://www.youtube.com/watch?v=7Kq7gLVG3vU

12/10/2016

le choix

soit dit en passant, quand on voit l' "image" que les "medias" (tous propriétés des grands epires financiers, marchand d'armes, etc) font de Trump le présentant comme un clown ordurier, un débile mental et que sais-je, ouais, ! il vaudrait peut-re mieux se faire une opinion par soi-même plutôt que d'avaler leur propagande ... *

Et puis si vous ne voulez pas d'une 3ème guerre mondiale, si vous en avez marre de l'immixion US partout, si vous refusez le TAFTA et tout le bin's, il faut souhaiter que ce prétendu "clown" gagne plutôt que la tueuse de Waco et ses sponsors.
https://www.youtube.com/watch?v=RZ4-Nh3If8I&feature=y...
<iframe src="//www.ultimedia.com/deliver/generic/iframe/mdtk/01435628/src/um8ks3/zone/19/showtitle/1/" frameborder="0" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" hspace="0" vspace="0" webkitallowfullscreen="true" mozallowfullscreen="true" allowfullscreen="true" width="633" height="356"></iframe>

 

*

11/10/2016

le Royaume -Uni va se rouvrir sur le monde - Et la France c'est pour quand ?

en 2017 espérons-le !


 

25/09/2016

relation de dominants à dominés

7 SEPTEMBRE 2016 : POURQUOI MACRON A-T-IL FAIT UNE CONFÉRENCE À LA FRENCH AMERICAN FOUNDATION SUR LE THÈME : "RÊVE AMÉRICAIN - RÊVE FRANÇAIS".
-------------------------------------------------------
Cette photo est une saisie d'écran de l'annonce d'un "French American Breakfast" organisé ce 7 septembre 2016 pour les "Young Leaders" de la "French American Foundation France" (FAF) avec comme conférencier le "Young Leader" Emmanuel Macron, l'homme qui s'est mis en marche avec des milliers de "marcheurs" qui n'existent pas.

Cette petite perle est disponible sur le site même de la FAF : http://french-american.org/

Elle est l'occasion de faire deux observations essentielles :

--------------------------------------------------------
1) Une sur-représentation de la FAF dans les cercles gouvernementaux
-------------------------------------------------------
Emmanuel Macron n'est pas le seul (ex)membre du gouvernement à faire partie de la French American Foundation.

On peut rappeler ici qu'en font aussi partie :

- François Hollande, Président de la République

Pierre Moscovici : ex- ministre de l’économie, des finances et du commerce extérieur et actuel commissaire européen

Marisol Touraine : ministre des affaires sociales et de la santé

Arnaud Montebourg : ex- ministre du redressement productif

Najat Vallaud-Belkacem : ministre de l'Éducation nationale

- Fleur Pellerin : ex-ministre Déléguée chargée des PME, de l’Innovation et de l’Économie Numérique

- Matthias Fekl : secrétaire d'État chargé du Commerce extérieur, de la Promotion du tourisme et des Français de l'étranger

2) A ce qu'il paraît, la FAF a été créée à l'initiative du père Giscard.

Elle a deux antennes, une en France et l'autre aux Etats-Unis.

L'antenne française aurait pu (dû) s'appeler "Fondation franco-américaine".

------------------------------------------------------
2) Une relation de dominant à dominé
------------------------------------------------------
Selon l'histoire officielle véhiculée par Wikipedia, ce seraient «plusieurs personnalités politiques, universitaires et économiques» qui auraient «décidé», en 1975, «de créer un environnement d’échanges et de débats afin d’approfondir la relation entre la France et les États-Unis, et ce notamment pour pallier un contexte marqué par une certaine animosité dans les relations franco-américaines (avec le choc pétrolier, la trop grande importance du dollar et des désaccords géopolitiques)».

La naissance de la French-American Foundation fut ainsi officialisée en 1976 à Washington par les présidents Valéry Giscard d’Estaing et Gerald Ford, lors des célébrations du bicentenaire de la Déclaration d’indépendance américaine.

[Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/French-American_Foundation]

---

En réalité, il s'agit d'une structure que les services d'influence américains ont développé pour y sélectionner des "Young Leaders" - c'est-à-dire des jeunes Rastignac prêts à tout pour monter dans l'échelle sociale de leur propre pays (tout comme Jules César sélectionnait de jeunes Gaulois pour en faire des agents d'influence de Rome).

Cette structure promeut ensuite ces "Young Leaders", notamment avec l'appui des médias, pour en faire de futurs dirigeants nationaux tout dévoués à Washington.

Le nombre d'anciens "Young Leaders" présents au sein du gouvernement français et la soumission totale de l'actuel Président de la République française (lui-même de la FAF) à la géopolitique et à la diplomatie américaine, sont des témoins éclatants de la réussite de cette stratégie d'infiltration américaine.

---

La preuve que le conte de fées wikipédien esquive ce qu'est la FAF en profondeur, se trouve aussi dans le fait que Washington a développé ce genre de structure d'infiltration dans d'autres pays.

Il existe ainsi une "National-Italian-American-Foundation" (NIAF) dont est membre Federica Morgherini, actuelle commissaire européenne italienne et Haute Représentante de l'Union européenne pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité.

( https://fr.wikipedia.org/wiki/Federica_Mogherini )

---

Une autre preuve que cette "French-American-Foundation" n'est pas du tout une structure symétrique se trouve dans son intitulé même. Puisque cette association a deux antennes, une en France et l'autre aux États-Unis, l'antenne française aurait pu et dû s'appeler "Fondation franco-américaine". Ou du moins, les deux dénominations (en français et en anglais) auraient dû coexister des deux côtés de l'Atlantique.

Il n'en est rien. L'antenne française s'appelle "French-American-Foundation-France", ses réunions matinales s'appellent des "Breakfast", sa sélection de futurs dirigeants s'appelle "Young Leaders", etc.

Il s'agit bien d'une relation de dominant à dominé, de colonisateur imposant sa langue, ses objectifs et sa vision du monde à une poignée de jeunes ambitieux, sélectionnés parmi le peuple colonisé; pour être le relais de leurs nouveau maître.

-------------------------------------------------------
CONCLUSION : LES FRANÇAIS VONT-ILS SE LAISSER IMPOSER LE PLAN DE WASHINGTON : JUPPÉ 2017, MACRON 2022 ?
-------------------------------------------------------
En s'exhibant sans vergogne comme le "Young Leader" (promotion 2012) invité à prendre la parole au "Breakfast" de la "French-American-Foundation-France", quelques jours après sa démission ultra-médiatisée du gouvernement, Macron apparaît clairement pour ce qu'il est, ou plus exactement pour ce que d'autres ont décidé qu'il serait.
.
Macron est le futur fantoche que Washington a décidé de promouvoir en 2022 à l’Élysée, après avoir promu médiatiquement Alain Juppé - "Young Leader" (promotion 1981) - qu'ils ont décidé de faire élire en 2017 (avec Nicolas Sarkozy comme plan-B si Juppé virait dans le fossé).

La question est de savoir si les Français vont se laisser avoir, une fois de plus, au lavage de cerveau médiatique quotidien en faveur de Juppé et de Macron, et vont se laisser influencer par les sondages-gags donnant des scores de popularité extraordinaires à ces deux "Young Leaders". Vont-ils encore se laisser convaincre que tous les problèmes de la France viendraient des énarques, des fonctionnaires, des immigrés, des charges sociales, des syndicats et des porteuses de burkini ?

Ou bien est-ce que les Français vont se redresser et se dire que ça suffit, qu'ils ont enfin compris qui dirige la France, et qu'en 2017, ils ne se laisseront plus manipuler.

François Asselineau
7 septembre 2016

 

23/07/2016

1898 - tiens ! déjà la Russie !

 Qui se souvient d’un livre publié en 1898 (parmi d’ailleurs plusieurs autres titres de la même eau, c’est une année mémorable) par un certain Samuel Odell "The last War or the Triumph of the english tongue" (= La dernière guerre ou le triomphe de la langue anglaise) ?
personne ?
Et pourtant les phantasmes qui le nourrissent sont « vachement intéressants » .. et encore plus de nos jours … où ils jettent un éclairage troublant.

Résumé du bouquin :

Nous sommes en 2 600, les Etats-Unis comptent cent quatre-vingt-cinq Etats et forment une fédération mondiale de nations anglophones, qui se sont débarrassés depuis belle lurette des langues insignifiantes qu’étaient le français, l’allemand et l’Italien (c’est déjà ce qui se passe chez nous dans le fameux « enseignement des (sic) langues vivantes à l’Ecole Primaire »  !). « Au commencement de l’histoire, il existait plusieurs races » explique le professeur du livre dans son cours de 2 600, « mais maintenant les chinois, les malais et les noirs se sont mis à genoux devant leurs frères blancs (il aurait pu ajouter les irakiens ! ). Ils ont disparus en tant que peuple et nous les avons laissés vivre par pitié. Certains conquérants se sont laissé abaisser à un rang inférieur en se mêlant aux vaincus. (ça ne vous rappelle rien ? vous souvenez-vous des thèses de Hitler à ce sujet https://www.youtube.com/watch?v=p2I5RAEjNjU) Mais pas les peuples anglophones ! Ils n’ont pas composé avec le MAL ; ils l’ont anéanti. » …

Bref il ne reste que la Russie comme axe du Mal et l’opposition à la Russie a cimenté les liens entre les pays occidentaux (c.à d. anglophones, souvenons-nous) Quand ces derniers ont commencés à approcher la « perfection humaine », l’abime entre le Bien et le Mal est devenu tellement béant que la guerre s’est imposée. Une guerre qui devait se terminer par l’anéantissement des forces du Mal. Les mille cinq cent engins spaciaux des Alliés étaient équipés de bombes d’une puissance de destruction extraordinaire et d’une sorte de napalm (déjà !) -« un feu qui ne peut être éteint »

Neuf millions de cadavres plus tard la victoire est acquise, et commence l’occupation, qui a appris à l’Europe de l’Est et a l’Extrème-Orient ce que voulaient dire exactement les mots « liberté » et « civilisation ». D’abords on a interdit les langues nationales et on a introduit l’anglais sur tout le territoire. On a parqué les indigènes dans des réserves, et le plus gros des terres ont été cédés aux immigrants du « monde civilisé ». Enfin en 2 600 après 35 ans de ce régime on a pu créer les Etats-Unis du Monde.

 

(Ces faits, et bien d'autres vous les trouverez dans le livre capital de Sven Lindqvist : « Maintenant tu es mort – Le siècle des bombes »)

 

Vous n'êtes pas sans avoir remarqué que cette vision des choses les USA y reviennent !  http://lesakerfrancophone.fr/russie-chine-iran-boum-boum-et-boum

 

PS: un autre livre de science-fiction typique de cette époque et de ce public

 voir ici aussi :

http://www.dailymotion.com/video/xeep8n_interview-de-chav...

(d'ailleurs on voit bien la froideur méprisante du gars de la BBC)

(1) oui, en 1852 un journaliste US avait dénoncé comme trait typique d'infériorité raciale chez les latino-américains leur "sentimentalisme politique" !

En 1852, le quotidien El Delta de La Nouvelle Orleans expliquait : « Leur langue (celle des Cubains) sera appelée à disparaître la première : la langue latine bâtarde de leur nation ne résistera que peu de temps à la concurrence de l’anglais robuste et vigoureux… Leur sentimentalisme politique et leurs tendances anarchiques lui emboîteront le pas et, petit à petit, l’absorption sera complète, car il est inévitable que s’impose la domination de l’esprit américain sur une race inférieure. »

(tout l'article est hautement intéressant : http://viktor.dedaj.perso.neuf.fr/spip.php?article685 )

* ouais ! ...

en tous cas, VIVE LE SENTIMENTALISME POLITIQUE !

 

09/07/2016

on en revient toujours là

Il faut bien sûr en revenir à Ali Bhutto (et même plus loin : jusqu’à Spurius Cassius ! vous savez ce qu’on lui a fait à Spurius Cassius ?)

“Her father was probably the most popular politician in Pakistan, pledging massive social reforms. - Comme Robert Kennedy ! et, comme Robert Kennedy, il a été éliminé; ou comme Tiberius Gracchus (et Caius Gracchus) toujours la même histoire – il faut toujours en revenir à Marx je regrette ! - ou à La Fontaine si vous préférez, la lucidité quoi.

Zulfikar Ali Bhutto, who had been elected in the 1970 elections, had won a large majority in the country that we now know as Pakistan and had been elected on a very radical platform. He came to power.He implemented some of his reforms, not all, became extremely autocratic, clashed with the United States on a number of issues, including Pakistan’s right to have nuclear weapons. Henry Kissinger warned him in private that if you do not desist on the nuclear issue, we will make a terrible example out of you. That’s what Bhutto wrote from his death cell. The United States organized a military coup d’etat. General Zia-ul-Haq took power in 1977, organized a trial against Bhutto, charging him with an absurd charge of murdering someone. The judges were pressured, and they found him guilty, and Bhutto was hanged in April 1979. It could not have happened without US support and approval, because Zia was a nobody, and Washington clearly green-lighted the murder. And Bhutto, from his death cell, wrote a very moving document called “If I Am Assassinated,” in which he said there are two hegemonies—these are his words. He said, “There are two hegemonies that dominate our country. One is an internal hegemony, and the other is an external hegemony. And unless we challenge the external hegemony, we will never be able to deal with the internal one,” meaning Washington is the external hegemony and the army is the internal one.”

01/05/2016

Pri Esperanto 9

jen pliaj tradukoj interesaj kaj utilaj :

ion aŭ alian

une chose ou une autre

internaĵo

entrailles

Internacia Mon-Fonduso

Fond Monétaire International 

interesokaramboloj

conflits d’interêts

interfrapetadis

claquaient (dents)

interfrapiĝi
kunfrapiĝi

Claquer; se heurter, se tamponner

interŝanĝejo

"lieu d’échanges"

ja neniomas la gravaĉo

on en a rien à foutre

kalkano

empattement

kalsonŝtrumpoj
ŝtrumpkalsono
ŝtrumpopantalono

collants

kaluso

cal (fracture)

kampeto

case (d'une grille,d'un jeu, etc)

kano

canne de provence, sc. Arundo

kap-al-voste

sur la tête

karteto

étiquette

kaŝloĝantoj

squatters

kaŝmerkato

marché noir

keltombo

caveau

la kieo

la location, etc

kiom

dans la mesure où

kiujn komunigas ***

qu’unissent ***

klaraninoj

clarisses

klavumadi

pianoter

kompatveke

pitoyablement

komuna prudento

bon sens

konektingo

une prise

konfuziĝemo

timidité

konstato-protokolo

un constat

kornbulko

croissant

krampoj

ondaj krampoj = parenthèses; kvadrataj k. [ ]; kunigaj k.{ }; angulaj k. = < >

kromaltarejo

chapelle (à l'intérieur d'une église)

kuirforno

cuisinière

KUNKD

CNUCED (angle UNCTAD)

kuntiris lin

le « traînait » avec lui

kuratoro, kuratora asocio, kuratoreco

tutelle, etc

kurobendo

la chaîne (travail à la)

kuŝoseĝo

chaise-longue

la desupra klasbatalo

la lutte des classes (celle que pratiquent les classes supérieures dans le but d'augmenter ou de reconquérir leurs avantages !) donc celle venant d'en bas sera la desuba klasbatalo

"la jaroj de eknomia belvetero"

« les 30 glorieuses » 

27/04/2016

le vrai fossé entre civilisations c'est celui-là

24/2/2010 On dirait que la bourgeoisie dans tous les pays c’est partout pareil. Ca donne raison à Karl Marx : les mentalités de classe, et les conditions matérielles de vie (qui sont déterminées AUSSI par l’ambiance créée par une certaine civilisation et les modes de vies entraînés, comme le mode de vie bourgeois moderne actuel par exemple) déterminent les idées, les sentiments, les réactions, les discours même et les modes d’être et de pensée des gens.
Je viens de voir un film iranien – La fête du feu de Asghar Fahad - (Dieu sait si les ethnocentriques fanatisés par les médias et bornés occidentaux s’imaginent les iraniens différents !! ) qui se déroule parmi des bourgeois iraniens de Téhéran, qui vivent des déchirements « de couple » : c’est fou, non seulement à quel point comme me l’avait déjà dit la personne avec qui j’avais fait le voyage en Ouzbékistan, l’Iran c’est moderne, plein de bagnoles, tout le monde habillé à l’occidentale (à part le tchador que les femmes doivent enfiler pour sortir dans la rue, c’est la seule différence) les immeubles des buildings ultra-modernes, etc, (pas du tout comme l’Ouzbékistan qui est resté encore très traditionnel, lui), mais à quel point c’est exactement comme en France; à part quelques détails « iraniens », mais c’est marginal, pour 98% le décor, le mode de vie, le mode de réactions, tout est exactement comme chez les "bourges" français, et ils sont devenus (contrairement aux villageois ouzbeks ! ou aux villageois français, ou au peuple français, celui que Gilbert Ganne rencontrait dans les wagons de 3èmeclasse, le VRAI conflit de civilisation il est là ! le fossé c’est un fossé de CLASSE, et des mentalités entraînées par un certain niveau « technique » de vie, et les dégradations de rapports sociaux qu’ils entraînent,) paranos, claquemurés derrière des digicodes, des interphones, des immeubles d’appartements en copropriété, et ascenseurs, des parkings privés, qui comme à Malaga (Calle Amfora) ferment impitoyablement passé une certaine heure. Pas du tout le monde de Boule et Bill ! Et là on voit que comme en France la différence de mentalité elle est entre le petit peuple simple et décontracté et ces "bourges" (et non pas du tout entre les "bourges" iraniens et les "bourges" français qui sont complètement identiques) et comme tous les français qui habitent en appartement ils ne pensent qu’à porter plainte contre leurs voisins de copropriété tout à fait comme les membres français d’attac (c’est à dire ces enseignants pleins de fric, qui, comme tous les enseignants, sont des merdeux, intolérants et procéduriers,)