Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/03/2023

"aux abonés absents" origine d'une expression ancienne

la "mise aux abonnés   absents", était déjà en 1945 et sans doute avant, du temps où seuls les bourgeois avaient le téléphone,  l'ancêtre de l'immonde et hyper-agaçant répondeur  téléphonique, un service public de la République qui permettait de savoir qui avait cherché à vous contacter et ce qu'il voulait vous dire alors que vous n'étiez pas chez vous, du temps de l'immonde, mafieuse et immorale lutte des classes capitaliste totalitaire à crever n'avait pas encore avec la complicité de son bras armé l'immonde infecte mafieuse "Union européenne", forcé la privatisation du service du téléphone (c'est à dire le livrer à leurs juteux appétits spéculatifs financiers.

16/03/2023

sur un discours, et une constatation, qu'on entendait souvent du temps des colonies, mais il faut en avoir fait l'expérience pour la comprendre

 Du temps des colonies, on entendait souvent les gens dire que les noirs, les péons, les coolies, étaient des êtres stupides. Mais ce n'est pas vrai, ils ne sont pas naturellement stupides (d'ailleurs on le voit bien maintenant !) mais c'est les conditions de vie qu'on leur faisaient qui les rendaient stupides (1)

C'était de vivre constamment dans la soumission, la peur, la terreur, l'impuissance, et savoir qu'il est impossible et vain de discuter,

qu'on aura toujours tort même si on a mille fois raison et que la moindre tentative de défense ou de justification vous plongera dans des malheurs encore pires, l'attente, les chicaneries, la mauvaise foi, les agressions, les insultes, les humiliations, les critiques et la déméprisation injustifiée et constante, qu'on fasse gris qu'on fasse vert, de fermer sa gueule, contracté dans l'angoisse perpétuelle, et l'impossibilité qu'il existât une attitude quelle qu'elle soit qui puisse vous sauver, de devoir toujours rester coi et en alerte de ce qui peut arriver, l'absence de tout droit pour vous,  de n'avoir à attendre que l' "heure de la sortie" le moment où on pourra se détendre et se défiler, jusqu'à la prochaine alerte. Essayez  par exemple en travaillant en qualité d'homme (personne de sexe masculin) dans certains bureaux de bonnes-femmes avec un femme comme chef, et un clan de "copines", ou bien, mais ça  ça n'existe plus de nos jours je pense, comme "jeune", apprenti, garçon de bureau, laveur de vaisselle, dans un milieu de "vieux", de vivre des jours, des semaines, des mois dans ces conditions, vous verrez que vous deviendrez passifs, poussifs et stupides petit à petit. Effet garanti !

et totalement irresponsables, en effet vous savez que les domestiques aux Indes, aux colonies, etc, les coolies, les petits nègres, les domestiques partout où ils sont traités comme des chiens, obéissent à ce qu'on leur demande, bêtement (apparemment !) y compris quand ils savent que ça n'a aucun sens, même quand ils savent que c'est la chose à ne pas faire, et après quand leur maître s'en est aperçu il est encore plus furieux et persuadé qu'ils sont stupides ou qu'ils se foutent de lui, mais non, c'est toujours la même chose, ils obéissent, même quand ils savent que c'est absurde, inutile, contre-productif, de toutes façons ils savent qu'ils n'ont pas le droit à la parole, qu'ils doivent la fermer, qu'ils ne peuvent pas se permettre d'argumenter envers leur maître, la race supérieure, eux les sous-hommes, ils savent que si ils ouvrent la bouche ça sera pris comme un crime de lèse majesté, alors ils font ce qu'on leur dit de faire, même quand ça ne sert à rien, même quand ils savent que c'est absurde et que ça va créer des problèmes, même quand ils connaissent une meilleurs solution, ils se gardent bien de la dire ! ou seulement après. Et bien dans le genre de bureau dont je parle plus haut, par exemple, c'est comme ça qu'on devient.
D'ailleurs on ne sent plus aucune solidarité avec le boulot, on apprend à s'en foutre, à se dire "qu'ils (elles, en général !) se démerdent", on ne veut pas d'une méthode qui arrangerait le boulot, ça va aller encore plus à vau l'eau, et alors ? qu'ils crèvent ! La solution, les arguments, que de toutes façons on n'a pas intérêt à avancer, à l'ouvrir, ils s'en passeront, on apprend à s'en foutre éperdument du bon avancement du boulot.

(1) cf les expérimentations rapportées par Howard Bloom dans Le Principe de Lucifer sur deux groupes de rats, les uns qui peuvent agir sur leurs conditions de vie, les autres réduits à la souffrance impuissante "Il se blottit dans un coin, et ne bouge plus lorsque arrive la décharge. Si vous ouvrez la porte de la cage il n'essaye même pas de s'échapper" et "Leur perception se ferme, leurs pensées s'obscurcissent et ils ont plus de mal à trouver de nouvelles solutions à leurs problèmes. ... D'autres observations indiquent qu'il ne semble plus se concentrer sur ce qui l'entoure."

Voilà un fait psycho-sociologique fondamental et très important, que les sociologues, et les anti-racistes, et les historiens, (peut-être certains romanciers par contre ?) autant que je sache, ont tous jusqu'à présent laissé de côté sans en prendre conscience, et pour cause ! aucun ne vivait sa vie, même un moment, dans cette situation !

c'est ce que j'ai découvert durant ma dernière année de travail (2010-2011). Ce qu'il y a de bien c'est que ça m'aura fait découvrir cette vérité, que les sociologues, et les anti-racistes, et les psychologues, et les historiens, (peut-être certains romanciers par contre ?) autant que je sache, ont tous jusqu'à présent passé à côté sans en prendre conscience, et pour cause ! aucun ne vivait sa vie même un moment dans cette situation !

09/03/2023

on apprend seulement maintenant que Cahuzac (ça on le savait dajà!) et Michel Rocard étaient stipendiés par Big Pharma !

https://annabellascom.wordpress.com/2023/03/09/cahuzac-de... 

Pour ce qui est de Michel Rocard ça ne m'étonnerait pas ! Car souvenez-vous c'est lui qui a mené le SABORDAGE du socialisme  en 1983 (depuis cette année là TOUTES les "réformes" qu'on nous a annoncée ce fut pour privatiser, démanteler les droits des travailleurs, réduire le niveau de vie, faire sombrer et privatiser la Sécu ! et les Services publics, précariser, réduire nos libertés publiques ! Souvenez-vous : pendant des décennies quand on faisait des réformes c'était forcément pour un mieux, pour plus de revenus, plus de liberté, plus de démocratie, depuis 1983 c'est le contraire ! Et on sait maintenant que tout ça c'était prévu et organisé ! dès avant la venue au pouvoir de Mitterand et de sa cliques d'ambitieux aux dents longues, qui n'avaient de socialistes que le nom. Le plan était prévu, il était prévu qu'un allait piéger et faire péricliter le PC, puis détruire l'idée même de socialisme, et couper au peuple toute volonté de révolte !) C'est lui qui a dit hypocritement "malheureusement on ne peut rien faire, il faut accepter l'économie de marché", et c'est lui qui à la même époque, je me souviens très bien d'avoir lu cet article sur "Le Monde", malheureusement je n'ai pas découpé l'entrefilet alors, j'aurais du ç'aurait été un témoignage historique : lors d'une conférence devant de hauts fonctionnaires, ou des élèves futurs hauts-fonctionnaires il a dit qu'il "fallait se LIBERER de cette SUPERSTITION qu'est l'idée  d'INTERET GENERAL" !!
Il était issu de la grande bourgeoisie protestante, dès le départ il n'aurait jamais fallu lui faire confiance !

12/02/2023

le sexe hier et aujourd'hui

Une petite suite à changements dans le vocabulaire :

le changement du sens des mots témoigne du changement dans la société et ses mœurs. Autrefois on utilisait abondamment de mot “sexe” très librement et sans problème, car ce terme n’avait rien de pornographique, contrairement à ce qu’il est devenu maintenant.
Dans une société où le fait d’être homme où femme entraînait des vêtements différents, des rôles sociaux différents, des comportements différents, un aspect physique différent, un caractère différent, etc, le mot sexe - je rappelle que ça vient tout bonnement
du latin sexus, pour sectus, section, séparation. - n’avait dans 99 % des cas nullement la signification qu’il a de nos jours : organe de la copulation ! Et était utilisé couramment et très librement, aussi bien par les femmes, qui parlaient sans gêne des grâces de leur sexe car ça n'avait rien de porno.

Mais notre époque, à force de féminisme exacerbé, a exigé de supprimer, interdire et diaboliser toute différence quelle qu’elle soit entre hommes et femmes, mis à part la différence dans les organes de la reproduction ! On a réduit les deux sexes à leurs organes copulatifs. Résultat le mot « sexe » de nos jours n’a plus le même sens qu’autrefois, maintenant il désigne en anglais  le coït  (to have sex), et en français « organes de la copulation ». Effectivement ça change pas mal !

01/02/2023

honneur aux complotistes ! honte aux collabos !

La Cigale, s’étant faite vacciner,
Se trouva fort dépourvue
Quand le Variant fut venu.
Les vaccins ne protégeaient
Point plus qu’un stock de PQ ,
Point plus qu’un bout de tissu.

Elle va pleurer grise mine
Chez la Fourmi sa voisine,
l’accusant de l’avoir infectée
n’étant, elle, pas vaccinée!
Mais la Fourmi reste digne,
face à cette verve assassine.

Elle connait la PLANdémie honteuse,
Elle répondit à cette emmerdeuse :
«Que faisiez-vous sur les réseaux?
N’étiez-vous pas hier du côté des collabos?
Aviez-vous cherché d’autres pistes?
Non bien sûr! vous n’êtes pas complotiste!»

-Nuit et jour à tout venant,
J’ai écouté le gouvernement,
Suivi la bien-pensance sans faille,
Les vaccinés n’ sont pas cobayes!
BIG PHARMA le jure, foi d’animal
Nos vies sont leur intérêt principal!

«J’en suis fort aise...
Eh bien, toussez maintenant».

 

par exemple le fameux Fauci dès le 1er fev 2020 savait que le virus était d'origine humaine en laboratoire, mais il a toujours dit le contraire et ordonné une censure féroce (emprisonnement comme le Pr Fourtillan par exemple ! et on ne parle pas des  suicides et des morts mystérieuses) de toute personne, aussi célèbre reconnue soit-elle, oserait le dévoiler, et se poser des questions ....

(et encore Philippot, est prudent ! il ne dit pas tout !)

24/01/2023

la bombe à retardement qu'avait discrétement semée Benoît XVI a explosé !!! ça va faire mal !!!

Pour comprendre le dossier il faut comme frère Alexis Bugnolo être un fin latiniste (ce qu'était aussi Benoît XVI !) et un juriste au fait des arcanes du DROIT CANON (ce qu'était aussi Benoît XVI) !

Aussi asseyez-vous et lisez posément !
(mais les conséquences sont de la dynamite ! Benoît XVI n'a pas démissionné, il faut MAINTENANT lui élire un successeur, et François n'était qu'un imposteur, et tous ses actes pfft ! une poignée de poussière qui n'a plus qu'à s'envoler.

(voilà ce que dit Andrea Cionci)

« Il n’y a qu’un seul pape », répète Benoît XVI depuis huit ans, sans jamais expliquer lequel. Depuis 2013, on a parlé de démission invalide, mais ce n’est que l’année dernière, sur Libero, que nous avons publié les thèses du frère Alexis Bugnolo qui exposait pour la première fois comment les erreurs latines insérées dans la Declaratio de « démission » avaient été insérées par le pape non par hasard, mais pour attirer l’attention sur une abdication qui n’a jamais eu lieu. À partir de ce moment, des indices de plus en plus évidents et probants selon lesquels toute l’opération aurait été organisée à dessein par Ratzinger n’ont cessé de se multiplier, hypothèses qui ont culminé dans le livre de la juriste Estefania Acosta Benedict XVI: pope emeritus?

Tout ce qui est canoniquement contestable dans la « démission » semble, en effet, présent: les erreurs de latin qui font que la Declaratio écrite n’est pas « rite manifestetur » (dûment) et avec le soupçon de contrainte; l’inversion entre munus et ministerium, avec la renonciation inutile à ce dernier (Cf. canon 332 §2) ; la démission génériquement douteuse (canon 14) et enfin le report de « l’heure X » à partir de laquelle Benoît XVI ne serait plus pontife, avec la non-ratification de la « démission ».

L’ensemble de l’opération a été reconstitué ICI, en ordonnant faits et documents, avec tous les approfondissements nécessaires. Et personne n’a encore été en mesure de le remettre en question.

Il y a quelques jours, enfin, un message sans équivoque de Benoît XVI identifié dans Dernières Conversations (Seewald-Ratzinger 2016) dans la phrase : « Aucun pape n’a démissionné depuis mille ans

[eh eh ! Ça implique une chose ! Et on sait qu’il portait un grand intérêt à cet homme, la « démission de Célestin V le 13/1294 n’était pas valide ! On lui a à lui aussi extorqué sa démission, et on l’a enfermé, il a d’ailleurs cherché à fuir et fut rattrapé alors qu’il s’apprêtait à prendre le bateau pour Corfou, et fut mis dans une forteresse, où il mourut peu après !]

et même au premier millénaire, c’était une exception« . Cela semble clore définitivement le débat étant donné que personne n’a été en mesure de donner une réponse alternative à la référence historique à Benoît VIII par laquelle le « XVI » dit explicitement qu’il n’a jamais « abdiqué ».

Ainsi, à la fin, les commentateurs les plus sceptiques mais intellectuellement honnêtes n’ont plus qu’une dernière hésitation : « Oui, d’accord, mais pourquoi tout cela ? ».

[là c’est simple et évident ! On l’a FORCE à démissionner,en le faisant chanter avec la possibilité de transaction monétaire électronique du Vatican, qui autrement allait se retrouver ruiné,en prenant, et on a tout rétabli, sans aucune explication, le lendemain de sa renonciation, il n’a pas cherché à dénoncer les forces en œuvre, ni à résister, ni à s’enfuir, mais il a laissé derrière lui une mine, une bombe à retardement!]

En attendant, on peut s’arrêter ici. Mettons un frein à notre curiosité afin d’agir comme il se doit. Il arrive parfois qu’une personne demande de l’aide de manière voilée et mystérieuse, comme dans le cas classique de la femme qui appelle la police en commandant une pizza pour ne pas être découverte par son partenaire violent. Dans ces cas, nous devons tout d’abord prendre note du fait que 1) dans les messages, il y a quelque chose d’étrange qui ne colle pas 2) la personne est probablement en difficulté 3) de toute évidence, elle ne peut pas parler clairement 4) elle doit avoir ses raisons de demander de l’aide de manière sibylline.

Cependant, nous pouvons déjà esquisser quelques hypothèses sur les raisons pour lesquelles Benoît XVI aurait donné au peuple catholique ces huit années de vacances (au sens large du terme) avec une démission volontairement invalide.

Depuis deux mille ans, un moment de grande crise est annoncé pour l’Église, avec une prise de pouvoir par les forces anti-chrétiennes. Nous avons l’avènement d’un « berger idolâtre » (prophète Zacharie), d’un « faux prophète » (Apocalypse de saint Jean), d’une « fausse église extravagante » (bienheureuse Katharina Emmerick), d’un « siège de l’Antéchrist à Rome » (Notre-Dame de La Salette), d’un « évêque vêtu de blanc » (Fatima), d’un « pape de l’église de propagande » (Fr. Julio Meinvielle), de la « fumée de Satan entrant dans l’Église » (Paul VI) d’une « épreuve finale avec l’apostasie de l’intérieur » (Art. 675 du Catéchisme de 1992), d’une « Anti-Église et d’un anti-évangile » (Saint Jean-Paul II) de « Satan au sommet de l’Église » (Don Stefano Gobbi) … Bref, la possibilité d’un coup d’État spirituellement mauvais n’est certainement pas nouvelle et est connue depuis un certain temps.

Devons-nous donc croire que le cardinal Ratzinger et saint [pas saint ! Et il était vendu à la CIA] Jean-Paul II sont restés inactifs sans préparer un plan d’urgence « B » ?
Déjà en 1983, ils ont élaboré – peut-être dans cette perspectivela diversification « hypnotique » entre munus et ministerium de la fonction papale : si efficace qu’aujourd’hui encore, même les connaisseurs s’y perdent parfois.

En conséquence, si l’on considère que les attaques (documentées) de la mafia de Saint-Gall provenaient de l’intérieur, et si l’on admet qu’elles étaient l’expression de ce qui était prophétisé depuis deux mille ans, d’un point de vue stratégique, le meilleur système de réaction pour le pape Ratzinger ne pouvait certainement pas être celui d’une opposition frontale et asymétrique. Peut-on imaginer – comme le voudraient certains sédévacantistes – Benoît XVI en 2005, avec le monde entier qui le dépeint comme un pape obscurantiste et rétrograde, faisant pleuvoir les excommunications sur les modernistes, suspendant ici, expulsant là ?

Cela aurait été un suicide politique : il n’aurait fait que renforcer la propagande de ses ennemis, à l’intérieur et à l’extérieur de l’Église, se condamnant lui-même, mais aussi préparant, peut-être, en réaction, une succession légale avec un pape moderniste.

Quand Mgr Viganò identifie le Concile comme la racine de la dérive actuelle, il n’a pas tort, et certainement en 2013 la métastase du modernisme néo-ariano-luthérien, (avec une homosexualité du clergé désormais endémique) avait atteint un état qui exigeait une décision drastique. Vatileaks avait même mis en évidence une féroce guerre intestine entre factions et même des plans présumés pour éliminer physiquement le Pape.

Lorsque le moment est arrivé, Benoît XVI a probablement tiré la « manette d’urgence » sans hésitation, volontairement, en toute science et conscience. La manière la plus intelligente, la plus efficace et la plus sainte de réagir était celle d’une retraite (un mot qu’il utilise souvent), non sans avoir préalablement « miné » le terrain d’invasion ennemi. Dans les études stratégiques, cela s’appellerait un « plan de mystification » avec « retraite élastique » et « fausse cible ».

Ratzinger a donné en pâture aux loups [cf sa phrase dans son discours d’acceptation!] qui l’assiégeaient la « boulette de viande » du ministerium et, se retirant dans un rôle de prétendu pape émérite, il a préservé le munus, permettant aux forces ennemies au sein de l’Église un temps expérimental, pour se dévoiler, afin que le peuple catholique soit scandalisé, qu’il comprenne le vide et le contenu théologiquement destructeur du modernisme maçonnique asservi au globalisme [en français mondialisme! C’est à dire la capitalisme, le NWO et le « great reset »].

Les catholiques devaient voir l’idole païenne trônant à Saint-Pierre, les bouleversements doctrinaux, les changements politiquement corrects du missel, la rosée ésotérico-maçonnique et mille autres bouleversements et renversements inouïs de la saine doctrine.

Les fidèles devaient voir l’Église esclave du « monde », dialoguant avec les avorteurs [bof , elle a bien dialogué avec Hitler, question culture de la mort c’est pas mal non plus et reçu cordialement les Oustachis croates !] et les homosexuels, elle devait toucher le fond, « se cogner la figure » comme le fils prodigue. Ils devaient en être réduits à « garder les porcs » avant de prendre conscience et de retourner à la maison du pape.

En 2013 – si on s’en souvient – personne, parmi les intellectuels, les théologiens, les vaticanistes et les simples fidèles n’était aussi exaspéré, ni animé d’un esprit catholique héroïque. Personne n’aurait risqué sa carrière, aucun prêtre n’aurait été excommunié, aucun groupe de résistance ne se serait coagulé comme dans une « nouvelle Croisade des pauvres ». Personne n’aurait compris la réalité et la vérité de la foi s’il n’avait pas été exaspéré, scandalisé, outragé et épuisé par Bergoglio et ses associés. [et son obligation vaccinale avec licenciement!!!]

Ratzinger savait comment les choses allaient se passer, et il avait tout sécurisé : sa démission entièrement invalide, et cela serait découvert au fur et à mesure que les différents Enzo Bianchi imploseraient d’eux-mêmes, que l’Église abusive se noierait dans de féroces conflits internes, dans des scandales financiers et sexuels, dans des gaffes grotesques et des contradictions patentes.

Et la démission de Benoît serait à jamais invalide, même après sa mort. Un plan définitif pour séparer le bon grain de l’ivraie.

Risqué ? Pour l’instant – à l’heure où nous écrivons ces lignes – le plan a fonctionné, du moins dans sa première partie. On a compris son jeu, huit ans trop tard, mais on y est arrivé et la vérité de certains faits devient virale dans le monde entier. Et Benoît est toujours vivant et lucide. On a compris que l’Église est sur le point d’être définitivement purifiée, au prix d’un schisme, cette fois utile et nécessaire. Nous en avons parlé ici en février et, après avoir été submergés de critiques, aujourd’hui personne ne parle d’autre chose.

Maintenant, il ne reste plus qu’à décider si ce seront les traditionalistes ou les modernistes qui quitteront l’Église ( comme siège).

Et le nœud de tout cela est, une fois de plus, l’invalidité de la démission de Benoît XVI.

Si Ratzinger n’a pas démissionné, Bergoglio, ses cardinaux, ses théologiens, ses nominations, ses innovations doctrinales disparaîtront dans un souffle, comme de la poussière dans le vent, « brûlés eschatologiquement » par le droit canonique. Ils formeront une nouvelle église mondialiste, maçonnico-luthérienne et rejoindront les protestants européens. D’ici quelques années, ils deviendront insignifiants, comme toutes les églises protestantes. Sinon, si personne n’a la force de contester la démission, il appartiendra à l’Église romaine d’abandonner le siège et de reprendre la foi, comme Athanase, de retourner dans les catacombes, comme l’a prédit aussi Ratzinger. En tout cas, ce sera un schisme purificateur, à espérer, pourrait-on dire. Nous sommes maintenant non seulement en présence de deux religions différentes, mais aussi antithétiques.

Aujourd’hui, à ce stade, les évêques et les cardinaux ne doivent pas nécessairement faire un choix de camp décisif. Il suffirait qu’ils demandent une clarification, de manière neutre, une opération vérité sur la démission de Benoît XVI.

Si Bergoglio n’était pas le pape, il ne pourrait certainement pas excommunier un cardinal qui a simplement demandé de la clarté, à moins de se dévoiler.

Ce qu’il faut, c’est une conférence de presse publique de Benoît XVI avec des garanties médicales et de sécurité. Ou une confrontation publique entre canonistes, ou un synode avec des cardinaux nommés avant 2013. Une opération de transparence absolue et rigoureuse devrait être in primis dans l’intérêt de Bergoglio, s’il est le vrai pape, et aussi de son successeur. Évidemment, cette fois, ils ne peuvent pas s’en tirer avec les titres montés de toutes pièces de Vatican News ou en faisant appel à l’habituel journaliste pro-Bergoglio qui interprète tout à sa façon. L’opération vérité doit être claire, nette et définitive.

 

05/12/2022

régression dans les repas aussi "Toujours moins !"

(écrit avant 2015) Dans la rubrique "le niveau de vie des français n'arrête pas de baisser". http://miiraslimake.over-blog.com/article-regression-du-niveau-de-vie-66729365.html 

2) « Le plus haut niveau de vie de tous les temps a été obtenu par les banlieusards américains blancs dans les années 1950, lorsque papa travaillait dans une usine à percer des trous dans la tôle et gagnait assez d’argent pour payer une maison et deux voitures et pour nourrir toute la famille, plus un chien et un chat, alors que maman n’avait qu’à faire fonctionner divers appareils ménagers économisant son travail, lui laissant du temps pour faire des courses avec les enfants, et de la broderie ou de la peinture, etc. Depuis on descend. »
En France c’était pareil, mais durant les années 60-70.

Bon, avant d'aborder le sujet des repas, le logement !!

une réflexion générale sur la CAUSE du problème :

"La classe moyenne occidentale des années 1950-1970 a été créée artificiellement. C’était une politique consciente de l’Etat pour prévenir les crises sociales et les révolutions, dans lesquelles la construction de logements bon marché jouait un rôle primordial. Le premier ministre allemand du Logement, Eberhard Wildermuth, a déclaré: « Le nombre d’Européens votant pour les communistes est inversement proportionnel au nombre d’appartements par habitant. » (cf la politique des patrons belge qu'un historien a résumé par la formule "boulo, loco, poireaux", qui a fait des ouvriers belges des petits-bourgeois peu portés au socialisme)

Avec l’effondrement du communisme, cette menace a disparu - il n’y avait plus besoin de fournir des logements bon marché aux habitants, le marché a fait des ravages, et dans le contexte de l’affaiblissement constant des monnaies, l’immobilier a grimpé en flèche. Et avec le logement abordable, disparait la classe moyenne et la génération des milléniaux, aussi globale et créative qu’elle soit,  se transforme à vue d’œil en lumpen sans terre."

et ça se constate aussi dans les repas :

Il faut se souvenir qu'en 1900 dans les menus et aux restaurants il y avait toujours plusieurs services, plusieurs plats (on ne parle pas des entrées là, c'est les plats principaux après les entrées !) successivement dans un repas - regardez sur les vieux documents, vous verrez - deux en général et ensuite du fromage et puis un dessert.

Et puis ça s'est réduit, et est arrivé le menu "classique" : entrée - 1 plat - et 1 dessert (ou fromage, fromage ou dessert).

Et puis les gens devenant de plus en plus pauvres, comme de prendre une entrée plus un plat plus un dessert ça fait tout de suite de trop grosses additions dans les restaurants, les brasseries, sachant cela, se sont mis maintenant à fournir du "plat unique" où il ils ajoutent quelques feuilles de crudités, comme ça, ça tient lieu d'entrée en même temps, et le client peut se passer de prendre en plus une entrée, il ne reste que le dessert en plus - s'il a les moyens ! parce qu'avec les prix qu'ils pratiquent maintenant même un petit café ça se paye à un prix exorbitant (trois fois plus cher qu'il y a vingt ans !).

Quelle sera la prochaine étape dans la réduction du niveau de vie ?

(lors de ma dernière sortie en ville j'ai constaté que tous les restaurants chinois, nombreux il y a encore quelques années, se sont transformés en traiteurs chinois, avec possibilité de manger des repas forfaitaires à prix réduit (et merde amerloque capitaliste à l'aspartame, genre Coca, Pepsi, Seven-up, etc de rigueur comme boisson, rien d'autre !), les gens n'ont plus les moyens de payer un repas de restaurant chinois normal ! signe des temps encore ! ... )

 

c'est le moment de rappeler le rôle que joue là-dedans l'idéologie actuelle, et sa servante l'Union "Européenne" http://rikiai.e-monsite.com/blog/entretien-de-francois-as... dans cette vidéo Asselineau dit à un moment : "si on continue comme ça nous allons vers un appauvrissement de 99% de la population"

 

Si on prend les fonctionnaires voici le calcul qui montre que l'époque depuis 25 ans est à "travailler plus pour gagner moins : http://miiraslimake.hautetfort.com/archive/2014/06/16/tra...

 

 

Et donc avec l'auteur du haut, je rappelle que la classe moyenne (la vraie ! celle statistiquement moyenne, pas la bourgeoisie privilégiée !) est une création voulue par les classes dominantes capitalistes afin de se faire une base électorale satisfaite et dissuadée de voter communiste, dont à cause de l'l'URSS on avait peur, tout le monde, absolument tout le monde, y compris les spécialistes, comme Jean Fourastier, croyait que c'est un phénomène naturel, le progrès quoi ! le modernisme tout simplement. Eh bien non !
c'était le résultat d'un RAPPORT DE FORCES !
qui a incité à une politique de progrès social, qui a engendré confort aisance et sécurité pour de plus en plus de personnes. Et maintenant que  l'URSS et tous les autres forces "socialistes" sont tombées, et bien on revient à la lutte de classe (celle que pratique le grand capital), et les conditions de vie de grande masse du peuple, la classe moyenne, régressent. Et c'est pas fini ! logiquement, vous verrez ! tant qu'il n'y aura pas de réaction, puissante, rapport de forces  on n'y coupe pas ! du peuple et des démocrates ça continuera jusqu'à des situations abominables, qu'on n'ose même pas imaginer actuellement, mais ça nous pend au nez.

(j'ai écrit ça il y a une dizaine d'années, c'était DEJA visible et prévisible alors, mais les "bobos" et les gens passifs ne voulaient pas le voir !!!! voyez comme j'avais raison !!! et ça ne fait que commencer. Tant que le peupe n'aura pas REfait tout le travail intellectuel et social individuel et collectif qu'il a fait au cours du XIXè siècle et qu'il a laissé perdre en trente ans !)

18/11/2022

j'ai connu l'époque, maintenant révolue

J’ai connu l’époque où en voiture on roulait à 90. C’est loin tout ça !

Maintenant on revit au même rythme que les amish avec leurs carrioles à chevaux !

Et tout le reste, toute la modernité c’est fini.
En ce temps là on pouvait voyager, et même se promener D’abord on avait le temps, et encore la force une fois rentré de reprendre la voiture, et l’espoir d’arriver à aller quelque part. Et puis il y avait des trains à l’époque, des vrais, et des hôtels.
Et des églises, des magasins, des transports en commun, et des tickets. Et des programmes de radio, et des théâtres, et des bibliothèques municipales pas fermées, et des cafés. Et des enfants, et des bancs publics. Et des lettres qui arrivaient en 24 heures, des trains postaux même en pleine nuit. Des hirondelles sur les fils, et des martinets au-dessus des villes, et des moineaux. Et des pin-ups. Et des revues, plein ! et des journaux. Et si on voyageait en voiture on savait qu’on pourrait sauter d’un hôtel à l’autre et trouver des restaurants au bord de la route.

Maintenant tous seuls derrières leurs écran d’ordinateurs, les gens doivent s’habituer à une autre vie, où manque presque tout ce qui fait la vie, où tout est tellement interdit qu’ils doivent s’estimer heureux de pouvoir rentrer chez eux sans une convocation au tribunal au cul et sans un traumatisme à vie de la police ou de quelque vigile privé ou assistante sociale de la DDASS. 30/5/2019

01/10/2022

sur quoi est basé de nos jour l' "art" moderne - voilà ! l'explication !

vous voyez une fois de plus l'explication est apportée par l'analyse marxiste.

25/09/2022

responsabilité collective

25 sept 2019 discussion de france culture sur la "responsabilité collective"

Qui est le plus responsable celui qui a donné l'ordre d'atrocités, ou celui qui les a faites ?

Qui est le plus coupable ? le médecin-chef du CHU de Reims ou l'infirmière qui n'a pas eu le courage de désobéir et qui concrètement a cessé de nourrir et de donner à boire à Vincent Lambert ?

Ou les idéologues qui ont  préparé le climat intellectuel pour faire accepter de telles choses ?

Ou les flics qui gardaient la porte de sa chambre ?

Ou les juges en robes fourrées signant paisiblement derrière leurs bureaux ?