Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/12/2014

Essai de socio-psychologie

Essai de socio-psychologie

« Apologue n°4 » (cherchez pas, les autres ne sont pas sur Internet !)

personnages: parents (et divers adultes) et enfant

 

« - Qu’est ce que tu veux faire plus tard dans la vie ?

- Ben, d’abord ne pas mourir.
– Qu’est ce que tu racontes là !? Bien sûr que tu ne vas pas mourir !

- Qu’est-ce que vous êtes bêtes ! tu sais bien que si ; et toi aussi.

- Mais voyons Julien ! qu’est-ce que tu as ? Il y a quelque chose qui ne va pas ? ne racontes pas des bêtises pareilles !
- Peut-être qu’il n’est pas bien ?
– Il n’a jamais racontédes trucs pareils, ça a toujours été un enfant sage.

- C’est peut-être ses poussées dentaires ? Ou il a des problèmes à l’école ? Il faudrait peut-être le faire voir par un médecin ?
- Non, il veut nous faire marcher ! Aujourd’hui il a décidé de nous embêter. Il fait un caprice ! Tu sais que c’est mal élevé ?

- C’est mal élevé de dire la vérité ?

- Et en plus il répond ! Tu n’as pas honte !

- Vous m’avez demandé ce que je voulais faire dans la vie ; ben, c’est ça le premier problème.

- Mais enfin ! un enfant ne parle pas de ces choses-là !
– Sans doute qu-il regarde trop de violences à la télé.

- Quand grand-mère Mathilde est morte il n’y avait aucune violence.

- Mon Dieu ! Quelle horreur ! Qu’est-ce qu’il a ce petit ?

- Voyons, tu sais bien que mamie Mathilde c’était normal, nous la regrettons tous, mais c’était son age, mais toi tu ne dois pas penser à des choses comme ça.

- Et est-ce qu’elle y pensait quand elle était petite ?

- Tu ne sais pas ce que tu dis ! et puis ça ne te concerne pas. Tout le monde meurt bien sûr, c’est la vie, mais c’est très loin. Un enfant ne doit pas penser à ces choses-là. Enfin quoi ! Qu’est-ce qu’on t’a fait ? Il y a quelque chose qui ne va pas ?
– Non, il veut nous faire chier c’est tout, tout ce qu’il mérite c’est une bonne baffe, ça lui remettra les idées à l’endroit !

-  Il faudrait peut-être le faire examiner par un psychiatre ?

- Il doit manquer de magnésium.

- Donnez-lui de l’Ovomaltine. Ma petite je l’ai remise sur pied comme ça ; elle ne faisait plus rien à l’école et …

- Mais l’Ovomaltine ça n’empêche pas de mourir.

- Vas-tu te taire ! tu vas avoir une gifle ! C’est insensé quand même ! Tu ne sais dire que des sottises sans queue ni tête.

- Écoute ! toi, tu vas arrêter de dire des conneries ou tu vas te prendre une baffe et vite fait !»

 

COMME DIT QUINO (le dessinateur argentin) :

« Le problème de notre monde est que les enfants perdent l'usage de la raison à mesure qu'ils grandissent. »

28/12/2014

La trahison des élites

LE CENTRE FRANÇAIS DE RECHERCHE SUR LE RENSEIGNEMENT (CF2R) PUBLIE UN RAPPORT SUR ALSTOM QUI CONCLUT À UN « SCANDALE D’ÉTAT ».

== LES ANALYSES DE L’UPR CONFIRMÉES PAR LE CENTRE FRANÇAIS DE RECHERCHE SUR LE RENSEIGNEMENT (CF2R) ==

LE CF2R PUBLIE UN RAPPORT SUR ALSTOM QUI CONCLUT À UN « SCANDALE D’ÉTAT » ET QUI DÉNONCE LE « RACKET AMÉRICAIN », L’« AMATEURISME DU GOUVERNEMENT », LA « TRAHISON DES ÉLITES » ET LA « DÉMISSION D’ÉTAT » QUI RÈGNENT EN FRANCE.

---------------------------

Fondé en 2000, le Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R) est un « think tank » indépendant, régi par loi de 1901, spécialisé sur l'étude du renseignement et de la sécurité internationale. Comme il se présente lui-même, le CF2R a pour objectifs :

  • le développement de la recherche académique et des publications consacrées au renseignement et à la sécurité internationale ,
  • l'apport d'expertise au profit des parties prenantes aux politiques publiques (décideurs, administration, parlementaires, médias, etc.),
  • la démystification du renseignement et l'explication de son rôle auprès du grand public.

Depuis sa création il y a 14 ans, le CF2R a réalisé un travail considérable pour une meilleure connaissance du renseignement en France et dans le monde francophone. Il a publié plus de 70 livres, 60 rapports de recherche, 300 articles, 350 notes d'analyse et 700 bulletins d'écoute radio. Le Centre a créé quatre revues ou lettres électroniques et a organisé 40 dîners-débats et une dizaine de colloques. Ses chercheurs ont donné plus de 150 conférences, animé de nombreux séminaires et ont accordé plus de 2 000 interviews dans les médias (TV, radio, presse écrite).

Le CF2R n’est cependant pas beaucoup médiatisé dans les très grands médias parce que certaines de ses analyses ne sont pas conformes à la pensée imposée par l’oligarchie euro-atlantiste.

En mars 2014, par exemple, son directeur Éric Denécé a publié une analyse sur la crise en Ukraine intitulée   « UKRAINE : LE MONDE À L'ENVERS ! », qui dénonçait point par point la manipulation et l’attitude agressive des États-Unis et des pays de l’Union européenne à l’encontre de la Russie :

http://www.cf2r.org/fr/editorial-eric-denece-lst/ukraine-...

NOTA : Au cours de sa carrière, Éric Denécé a été Officier-analyste à la direction de l'Évaluation et de la Documentation stratégique du Secrétariat général de la défense nationale (SGDN), Ingénieur commercial export chez Matra Défense.  Responsable de la communication de la société NAVFCO, filiale du groupe DCI (Défense Conseil International),  Directeur des études du Centre d'études et de prospective stratégiques (CEPS), Fondateur et directeur général du cabinet d'intelligence économique ARGOS et  Créateur et directeur du département d'intelligence économique du groupe GEOS.

 

  • UN RÉQUISITOIRE QUI CONFIRME LES ANALYSES DE L’UPR

En ce mois de décembre 2014, le CF2R vient de récidiver sur une toute autre échelle en publiant un long rapport de 41 pages sur l’affaire de la vente des activités d’énergie d’Alstom à l’entreprise américaine General Electric.  

Ce rapport, intitulé « RACKET AMÉRICAIN ET DÉMISSION D’ÉTAT : LE DESSOUS DES CARTES DU RACHAT D’ALSTOM PAR GENERAL ELECTRIC », est signé du directeur Éric Denécé et de Leslie Varenne.

Non seulement tout le rapport vaut la lecture mais sa conclusion est un véritable réquisitoire qui conclut au « scandale d’État » et qui dénonce le « racket américain », l’ « amateurisme du gouvernement », la « trahison des élites » et la « démission d’État » qui règnent en France.

 

  • La responsabilité conjointe du gouvernement, des parlementaires, des hauts fonctionnaires, des syndicats et des médias dans ce « scandale d’État » de démission devant les États-Unis.

Cette conclusion confirme les analyses que fait l’UPR depuis sa création quant à cette haine de la France et son mépris des intérêts du peuple français qui se sont emparé des élites dirigeantes, - et le rapport du CF2R note que « de tels comportements ne s’observent nulle part ailleurs en Europe » - . On retrouve ainsi ce trait de caractère suicidaire des dirigeants indignes que l'on a toujours connu dans les pires moments de notre histoire nationale, et que Charles de Gaulle nommait « l’esprit d’abandon ».

Cette conclusion est à lire in extenso car elle souligne la responsabilité conjointe des membres du gouvernement, des parlementaires, des hauts fonctionnaires, des syndicats et des médias qui ont plié devant les  États-Unis dont « nous ne sommes plus amis », et qui ont purement et simplement « abandonné notre indépendance et notre souveraineté nationales ».

 

  • Les raisons de l'hypermédiatisation du FN dans les grands médias euro-atlantistes

Un dernier point, qui n’est pas le moindre : le rapport du CF2R souligne aussi – et c'est exceptionnel dans un rapport d’un cabinet d’intelligence économique – que l’invocation du Front National est l’une des raisons essentielles avancées dans les sphères gouvernementales et de la haute administration pour ne pas défendre nos intérêts nationaux.

Là aussi, donc, le rapport du Centre français de recherche sur le renseignement rejoint les analyses que fait l’UPR depuis 7 ans : à savoir que le véritable rôle du FN dans la société française est d’avoir pestiféré toute idée de défense des intérêts nationaux. Car ce souci, ô combien essentiel et naturel, est désormais assimilé, dans la tête de 80% des Français, aux fameux « dérapages » continuels du mouvement d’extrême-droite.

Depuis un tiers de siècle, les Français ont été pris en otage conjointement par les médias "mainstream" et la famille Le Pen, qui leur font croire que défendre notre industrie, notre agriculture, notre diplomatie, nos intérêts nationaux, revient grosso modo à tenir des propos abjects sur la Deuxième Guerre mondiale, à faire la chasse aux immigrés, à fricoter avec des néo-nazis, ou à justifier la torture par la CIA, comme s’y est encore livrée Mme Le Pen voici moins d’un mois. C'est l'un des mérites du rapport du CF2R que de souligner, après l'UPR, cette manipulation capitale qui explique le blocage de la situation et la passivité des Français face à la guerre qui leur est livrée.

L’extravagante publicité qui est constamment donnée à la SARL Le Pen dans tous les grands médias euro-atlantistes trouve ici l’une de ses principales explications : si le FN n’existait pas pour pourrir toute idée de défense de nos intérêts nationaux dans l’esprit de 80% des Français, jamais les élites moutonnières qui président au naufrage actuel de la France n’accepteraient de laisser sans réagir le pillage de notre pays et jamais les 80% de Français en question ne les laisseraient faire

-------------------

Je laisse ici la place à cette conclusion du rapport sur l’affaire Alstom du Centre français de recherche sur le renseignement (rapport n°13 de décembre 2014)

François ASSELINEAU

29/12/2014

 

----------------- Extrait du Rapport n°13 de décembre 2014 du CF2R ------------------

CONCLUSION: LA TRAHISON DES ÉLITES

Derrière un discours circonstancié sur l’inéluctabilité de la mondialisation, nos élites sont en train de vendre  nos joyaux industriels à l’étranger, motivées par la satisfaction d’intérêts personnels ou la dissimulation d’erreurs stratégiques, n’hésitant pas à sacrifier notre indépendance militaire et nucléaire sous de faux prétextes.

Elles semblent ne plus croire à la nécessité d’une industrie française, et ne se considèrent plus comme solidaires avec leurs concitoyens. De tels comportements ne s’observent nulle part ailleurs en Europe.

Rappelons que dès l’arrivée des socialistes au pouvoir, en 2012, Patrick Kron avait commencé à préparer le déménagement du siège d’Alstom à Singapour afin de s’affranchir de la fiscalité française et de s’installer dans un pays n’ayant pas d’accord d’extradition avec la France. Par ailleurs, la campagne de communication lancée par GE en France au printemps 2014 pose la question des agences médias françaises y ayant collaboré à des fins mercantiles.

Ce phénomène se trouve amplifié par l’incompétence ou la compromission d’une partie des dirigeants  politiques et des hauts  fonctionnaires. Dans  ce dossier, le gouvernement n’a pas été à la hauteur des enjeux. Rien n’a été fait.

Pire, certains, dans la haute administration ont torpillé dès le départ la solution d’un un rachat d’Alstom par la France. Cette option a donc à peine été étudiée. 139 hauts fonctionnaires de Bercy ont eu le culot – faute d’autres arguments valables - de justifier cette décision au nom de l'intégration silencieuse des discours du Front national dans la politique économique de la France. Affligeant. Défendre les intérêts nationaux, c’est aujourd’hui être du Front national !

De plus, il convient de signaler l’irresponsable passivité des parlementaires sur ce dossier, qui n’ont jamais mesuré l’ampleur des enjeux en cours et ont laissé le gouvernement cafouiller à sa guise. En particulier, pourquoi Jean-Pierre Chevènement, dans un premier temps fortement opposé au démantèlement d’Alstom, a-t-il aussi rapidement changé d’avis? Serait-ce à cause de sa circonscription de Belfort où GE et Alstom sont les premiers employeurs?

Enfin, il convient de ne pas oublier le silence assourdissant des syndicats, que l’on n’a pas entendus dans cette affaire. Comment la CGT, d’habitude plus réactive, a-t-elle pu rester aussi silencieuse sur ce dossier et pendant autant de temps ? En effet, rappelons que le 4 novembre 2014, au terme de la procédure d’information-consultation des instances représentatives du personnel, le conseil d’administration d’Alstom a autorisé, à l’unanimité, la signature d’un accord avec General Electric pour la cession des activités Énergie. Ainsi que l’a déclaré lui-même Patrick Kron, les partenaires sociaux ont émis un avis favorable, ce qui n'est pas très fréquent dans ce type d'opérations.

Ce sont là autant de signes  inquiétants d’une démission collective. Entre la trahison des élites, l’amateurisme dont a fait preuve le gouvernement dans ce dossier, l’abandon par la France de son indépendance et sa souveraineté nationales et les multiples affaires, la cession des activités énergie d’Alstom est  un véritable scandale d’État.

L’affaire Alstom révèle par ailleurs l’incompréhension de la compétition économique des dirigeants politiques français. Elle est à rapprocher d’autres offensives que les États-Unis ont déclenché contre nous, profitant de notre faiblesse politique du moment à cause d’un président impopulaire et passif : remise en cause par Washington de la vente de navires Mistral à la Russie et le racket dont a été victime BNP/Paribas.

C’est pourquoi il est temps de sortir de l’aveuglement dans lequel nous baignons : nous ne sommes plus amis avec les États-Unis, tout au plus alliés… La guerre économique est depuis longtemps déclarée et il est affligeant que nous ne rendions pas les coups ! »

 

Signé

Éric Denécé

Leslie Varenne

Centre français de recherche sur le renseignement sur l'affaire Alstom

(rapport n°13 de décembre 2014 ; source : http://www.cf2r.org/images/stories/RR/rr13.pdf )

26/12/2014

les procédés de nos maîtres

en ce moment en Grèce le parlement vote pour élire le président, si ils n'arrivent pas il y aura des élections législatives, ce que leur maîtres "européens" ne veulent surtout pas, car les eurosceptiques de gauche gagneraient haut la main. Le candidat de l'Establishment européo-bancaire antisocial est Stavros Dimas, or :

Mais ce vendredi 19 novembre, un député du parti eurosceptique de droite, les Grecs Indépendants, a annoncé avoir été approché par un intermédiaire qui lui aurait proposé 2 à 3 millions d’euros, dont 700.000 en liquide, plus divers autres avantages pour voter en faveur de Stavros Dimas. Ce député, Pavlos Haikalis, a refusé et fournit, pour appuyer ses dires, des vidéos montrant l’approche de cet intermédiaire qui, selon lui, appartient au « secteur de la finance. »

source "lesbrind'herbe"

23/12/2014

quelques dessins pour Noël

*Noel-Slave-.jpg

*

Nativite-.jpg

*voilà ce qu'est devenu le monde d'aujourd'hui; l'esprit de Noël, comme on disait autrefois, est bien mort, et sans doute interdit par la loi en qualité de "signe religieux ostentatoire" !

kaj nun kristnaska fabelo, sed moderna, mi bedaŭras !

 

 

KRISTNASKA FABELO MODERNA

 

Nuntempe Jesuo-Kristo estus rigardata kiel frenezulon; oni enfermus lin, kaj plenŝtopus lin per neŭroleptikoj.

Fakte unue li ne estus naskiĝinta : la virgulino Mario estus sin abortigita. Nu, pensu ! je tioma aĝo oni nepre ne konsentus ke ŝi naskus infanon; la socia premo estintus tro forta.

Kaj, se li estus naskita, senŝirmaj kiel ili estis, nuntempe ili neniam trovintus ian ajn stalon por ŝirmiĝi ; aŭ oni venigus al ili la policon ! Li estus naskiĝinta sur trotuaro. Ne, la patrinon oni enhospitaligus en akuŝejon ( Jozefo, li, eksteren ! al la strato. Ne ! en malliberejon : konsiderinte la aĝon de Mario, oni kondamnus lin pro pedofilio !), kaj oni forprenus disde ŝi la infanon tuj post la nasko, por formeti lin en establon de la « Socia Helpo » ; kaj nenia fuĝo en Egipton eblus ! Ĉiamaniere nuntempe la fuĝo en Egipton ne estus ebla : la landlimoj estas nun tro bone kontrolataj kaj hermetikaj ; kaj senlegitimaĵaj ili estus arestitaj kaj retroirigitaj en ilian landon, kaj transdonitaj al la polico de Herodo !

*

19/12/2014

Pasiveco kaj neniomkonsiderado nur estas.

…. Kompreneble en la vivo kiel ĝi estas, ktp, nenio elporteblas.
Sed cetere nenio gravas, neniom ajn, nenio (inkl. neniu) ekzistas fakte, kompreneble, tial ke ĝi devas morti, do jam mortis, de ĉiama eterneco, cetere. Nura solvo (kompreneble oni dece ne povas nomi tion "solvo") estas ne pensi, nenion konsideri, neniel, neniom. Nul.
Nu.

18/12/2014

ce qu'est la vie, le temps, le monde, tout, film vu en 86

- 18/12/1986 

film de Von Trotta « Rosa Luxembourg », Super ! Et l’actrice Barbara Sukowa. D’abord elle est très belle, et quelle actrice ! Cette femme merveilleuse, avec un cou qui attire les baisers, apparaissait par moments comme les plus nobles idéaux incarnés, c’est le cas de le dire.

C’est un film passionné et poignant, comme les vies humaines, et il commence significativement par une exécution capitale.
Scènes et détails, les bœufs, la nuit de Noël, « Toute larme qu’on n’a pas essuyée, alors qu’on pouvait le faire… »
« L’histoire, cette vieille taupe qui creuse tant et si bien qu’elle trouve la lumière »,
« La vie …… l’odeur lourde des tilleuls – le monde comme une rose épanouie qui ne demande qu’à ce qu’on la respire »
A la fin on l’assassine et on jette son corps dans la Spree. La dernière image de l’eau noire refermée sur son corps et sa vie. Le noir les ondes comme celles qui font ce cosmos indifférent : voilà l’image définitive du destin de l’homme. Et voilà ! tout est scellé, toute cette vie, encore présente tout à l’heure, toute cette chaleur, ces amours, ces tendresse, ces passions, ces débats, ces enjeux, ces émerveillements devant devant une illusoire épanouissance du monde, évanouis totalement derrière ce noir qui ne recèle rien. Maintenant que son corps est jeté dans la Sprée, c’est terminé, et pourtant il y avait jusqu’alors tant d’émotion et de sentiment.

 

 

17/12/2014

Le grand jeu de la société qui vient

Règle 1
Jusqu'à nouvel ordre, tous vos droits sont suspendus. Naturellement, il est bon que vous conserviez quelques temps l’illusion que vous en avez encore. Aussi, nous ne les violerons qu’un à un, avec prudence et au cas par cas.

Règle 2
Soyez gentils: ne nous parlez plus des lois, de la constitution et de toutes ces élucubrations d’un autre age. Depuis quelques temps, comme vous l’aurez remarqué, nous avons fait passer des lois qui nous mettent au-dessus des lois, comme au reste de cette soi-disant constitution.

Règle 3
Vous êtes faibles, isolés, hébétés, abusés. Nous sommes nombreux, organisés, fort et éclairés. Certains disent que nous sommes une mafia, cela est faux: nous sommes LA mafia, celle qui a vaincu toutes les autres. Nous seuls sommes en mesure de vous protéger du chaos du monde. Et c’est pourquoi il nous plait tant de vous pénétrer du sentiment de votre faiblesse, de votre insécurité. Car c’est à proportion que notre racket est rentable.

Règle 4
Le jeu consistera pour vous à fuir, ou du moins à tenter de fuir. Par fuir, nous entendons: tenter d’échapper à notre dépendance. Pour l’heure, c’est bien vrai, vous dépendez de nous dans tous les aspects de votre vie. Vous manger ce que nous produisons, vous respirez ce que nous polluons, vous êtes à notre merci à la moindre carie et surtout vous ne pouvez rien contre la souveraineté de notre police, à qui nous avons conféré toute latitude, en fait d’action comme d’appréciation.

Règle 5
Vous ne parviendrez pas à fuir seul. Il vous faudra constituer les solidarités nécessaires. Pour corser le jeu, nous avons achevé de liquider toute forme de socialité autonome. Nous n’avons laissé subsister que le travail: la socialité sous contrôle. C’est cela qu’il s’agira de fuir, par le vol, l’amitié, l’auto-organisation. Ah, une précision tous les moyen de fuir, nous en avons fait des crimes.

Règle 6
Nous n’avons de cesse de le répéter: les criminels sont nos ennemis. Mais par-là vous devez d’abord entendre ceci: que nos ennemis sont des criminels. En tant que fuyard potentiel, chacun d’entre vous est aussi un criminel potentiel. C’est pourquoi il est bon que nous conservions la liste des numéros que vous avez appelés de votre téléphone, que vos cellulaires nous permettent de vous localiser à tout moment et qu’avec votre carte bancaire, de si bien connaître vos habitude.

Règle 7
Dans notre petit jeu, ceux qui sortent de leur isolement se nomment criminel. Quant à ceux qui auraient le front de contester ce statut, nous les appellerons terroriste. Ceux-ci pourront être abattus à tout moment.

Règle 8
Nous sommes bien conscients que la vie dans les rangs de notre société contient à peu près autant de joie qu’un trajet du métro de Montréal; que le capitaliste n’a produit jusqu’ici, en fait de richesse, qu’une universelle désolation; que notre ordre vermoulu n’a plus d’autre argument que les flashballs qui le protégent. Mais que voulez-vous: c’est ainsi! Nous vous avons désarmé mentalement, physiquement; et nous détenons maintenant le monopole de ce que nous vous interdisons: la violence, l’espace public et la magouille. Franchement, si vous étiez dans notre position, feriez-vous autre chose que ce que nous faisons?

Règle9
Vous connaîtrez la prison.

Règle 10
Il n’y a pas de règle. Tout les coups sont permis.

Votre gouvernement

Source anonyme

à la suite de cet article du Saker :http://www.vineyardsaker.fr/2014/12/16/bibliosaker-les-et...
et peut-être le dernier est le plus pessimiste :

Réfléchissez un peu à ce que je suis en train de vous dire.
Dans 50 ans, si Poutine est terrassé : vos petits enfants apprendront cette « histoire » (sera enseignée à toutes les futures générations d’Américains. A savoir que la Russie a délibérément déstabilisé l’Ukraine; qu’elle a envahi la Crimée; qu’elle a envahi l’est de l’Ukraine; qu’elle a abattu le vol MH17; etc.) et ceux qui essaieront de rétablir la vérité seront traîtés de fous, de conspirationnistes, d’apologistes de crime contre l’humanité, etc.
Regardez autour de vous… une grande majorité des abrutis conditionnés par la télé sont déjà dans cette « matrix ».

16/12/2014

Livres recommandés - suite

« La vie a besoin de livres comme les nuages ont besoin des flaques d'eau pour s'y mirer et s'y connaître. »

Bobin (Christian)

et avant de commencer je signale
un très interessant et utile site:
http://abu.cnam.fr/BIB/


Sur cet item (suite du premier où se trouvent déjà 20 livres)
actuellement  (2/11/2007) se trouvent sur cette suite douze livres ou groupe de livres:

Le bon peuple du sang
Le Prophète du Libéralisme
Un si fragile Vernis d'Humanité
Jean-Christophe
Chroniques Martiennes
Graham Greene
L'occident barbare et la philosophie sauvage
La Honte
Marcellin Caillou
Haro sur les fumeurs. Jusqu'où ira la prohibition ?

Interviews impubliables
 

 

* "Le Bon Peuple du Sang"


Un livre de la fameuse chanteuse Brigitte Fontaine.

Un livre âpre mais tout plein d'humanité.

Très fort.

En général les 2/3 des livres que j'achète, je m'aperçoit après que ce sont des navets, ou alors pas bien extraordinaires, bref des bouquins que j'aurais mieux fait de ne pas acheter; mais celui là je ne regrette pas !

 

Un livre je crois peu connu
* "Le Prophète du libéralisme"

écrit sous la forme d'un pastiche du Prophète de Gibran.  Mais le thème est tout différent! (et ce prophète-là arrive et repart en hélicoptère et effectue un parcours de golf triomphant sous les yeux fascinés de ses accompagnants)

C'est  une analyse très pénétrante (un seul chapitre me semble à côté de la plaque: l'auteur semble croire que la religion existe encore et qu'elle représente encore un danger, il n'a pas l'air de s'être aperçu qu'elle est archi morte, que les "curés" sont les premiers à être athées et psychanalystes de nos jours! et que les anticléricaux rituels ne sont que des fanatiques obsessionnels qui se croient malins de doner le coup de pied de l'âne à un cadavre refoidit et enterré (essayez s seulement d'entrer dans une église!))  de la société actuelle et de l'déologie de nos maîtres. Lisez-le, je suis persuadé que même si vous avez déjà des doutes sur la manière dont on nous "entube"  vous y découvrirez et analyserez, plein de choses dont vous n'avez pas encore conscience!

c'est publié chez  "Mille et une Nuits" (Arthème Fayard)


Je ne résiste pas à la tentation de citer quelques phrases:

- "Il semblait toujours imperturbable, comme s'il n'avait pas de système nerveux"

- "L'Europe balaie enfin définitivement le pouvoir des urnes."

- " le citoyen ne doit pas avoir de pensée propre. Les journalistes font profession de penser pour lui, le nourrissent des multiples échos de notre pensée unique."

- "et le Fascisme, Maître?
Son fantasme sera votre meilleur serviteur. Chaque fois que le citoyen doutera de nos valeurs, vous le sonnerez comme un chien de garde. La peur du fascisme est douce à notre coeur; Elle est la clôture électrique, le leurre qui empêche les bêtes à cornes de quitter le pré."

- "le climat d'insécurité qui justifie notre règne"

- "le désarroi identitaire pousse les adolescents à s'intégrer, à nous d'inventer et de vendre à prix d'or l'uniforme patent de ces confréries ... A nous d'en faire les hommes-sandwichs des entreprises qui licencieront leurs pères.

- "avoir la jouissance du temps est le pire des dangers, car elle porte à la rêverie, à la contemplation gratuite, à la réflexion stérile, aux interrogations qui ne mènent à rien... qu'ils soient toujours occupés, requis par touts les activités que nous leurs imposons....
Veillons à ce qu'il n'y ait jamais de temps libre."

- "Le citoyen doit se sentir coupable, éternellement coupable.
  Il est coupable parce qu'il n'a pas mis sa ceinture de sécurité, parce qu'il fume et détruit sa santé. Il est coupable parce qu'il n'est pas assez diplomé, pas assez flexible; Il est coupable parce qu'il est au chômage et n'arrive pas à trouver un emploi. Il est coupable parce qu'il est fonctionnaire et bénéficie d'avantages éhontés. Il est coupable parce qu'il est vieux et que le coût de ses soins et de sa retraite ruine les actifs. Il est coupable parce qu'il est jeune"


- Et la vérité, Maître"
"On ne demande pas au vainqueur s'il a dit la vérité"


"-  Et les retraites, Maître?
 Mon coeur saigne quand je songe à tous ces milliards qui échappent à la finance."


- "Tous les profits doivent aller aux entreprises et tous les débits à l'Etat, c'est à dire aux contribuables.


- "Vos soeurs ont voulu se libérer, devenir les égales des hommes; et, dans leur désarroi, elles ont réclamé le droit au travail. Nous les avons prises au mot en retenant de leur verbiage cette seule égalité dans l'esclavage. Une personne suffisait à faire vivre un ménage, il en faut désormais deux. Tour de passe-passe ingénieux qui double nos profits."

etc etc

* "Un si fragile vernis d'humanité" de MICHEL TERESTCHENKO
(édition La découverte/ M.A.U.S.S. 2005) NOUVEAU: COMMENTAIRES DE LECTEURS ICI  
C'est dans la continuation de la réflexion suscité chez  Hanna Arendt, Lévinas, puis chez Zygmunt Bauman  par les évènements de l'époque nazie, et les énigmes morales qu'ils ont posés. C'est un livre, digne de figurer, non ! nécessaire ! dans toute bibliothèque philosophique sur le thème des doctrines morales et de la réflexion si difficile que celle-ci suscite si on veut la comprendre et la théoriser. je crois que je n'ai jamais lu un livre si intéressant et exigeant sur ce sujet; c'est, de ce point de vue, à lire après qu'on ai au moins parcourus, si non étudié, et Kant, et l'Utilitarisme, Guyau, bien sûr le christianisme, et les autres doctrines morales, et sans doute aussi Lévinas, et bien sûr Zygmunt Bauman. (enfin, si on ne les connais pas encore c'est pas grave, on les découvre en même temps qu'on lit le livre, saus Zygmunt Bauman qui est un auteur incontournable et indispensable pour comprendre notre monde actuel et ses enjeux)

Il y a plein de choses à en dire, ça suscite plein de réflexions sur le sujet. J'aurais bien voulu en écrire un commentaire circonstancié complet; mais, non, un travail aussi important je n'ai jamais eu, et aujourd'hui moins que jamais, le courage de l'écrire, aussi mes réflexions resteront orales et au fur et à mesure de la lecture, dans mon cerveau, et donc perdues, c'est dommage, mais je n'aurai jamais la force de m'essayer de me rappeler de tout ça et de le mettre a postériori par écrit.

« Les autres soirs où il errait merveilleusement seul, proposant voluptueusement ses idées aux murs qui les renvoyaient une fois en écho, puis les faisaient disparaître à jamais. Toute sa vie, il avait écrit des livres sur l’air des vastes bâtiments et il avait tout laissé s’envoler. » (Ray Bradbury - "Le Carnaval des Ténêbres")

c'est un livre très riche et très intéressant pour celui qui étudie en philo la théorie de la morale, et pour tout un chacun, et c'est plein et constamment basé, sur des exemples concrets qui ont défrayé la chronique: Franz Stangl, Giorgio Perlasca, le village de Chambon sur Lignon, l'expérience de Stanley Milgram, celle de la "prison de Stanford", etc etc

Après avoir analysé, et critiqué, donc et les théories de la "sympathie" de Hutcheson, l'utilitarisme, le formalisme kantien, la morale du "sacrifice" et du déni de soi. Et suite à la réflexion suscitée par quelques exemples marquants de "personnalités altruistes" réelles (et aussi l'exemple négatif encore plus important peut-être de Stangl, des expérience de Milgram et de la "Prison de Stanford", etc, l'auteur en vient, donnant raison avec Zygmunt Bauman, au sentiment moral individuel, inéduqué, asocial, à la rigueur on serait tenté de dire Antigone-ique, mais ce n'est même pas ça, à dégager un élément important, vital: "Quelque chose que j'appelle, faute de mieux, une "réserve intérieure", qui rend de tels êtres finalement inéducables, pour reprendre une expression que Nadejda Mandelstam emploie. .... quelque chose en l'être de farouche et de bon et qui se refuse de se soumettre, d'"inéducable" en effet. D'absolument individuel. Qui place la fidélité à soi, à ses valeurs, ... plus haut que la quête du bonheur.... Ces traits de caractères définissent ce que j'appelle, faute de mieux, .... par opposition à cette absence à soi" des éternels veaux bien sages "décents", polis, obéissants "eduqués" par la société du lieu et du temps  et à l'obéissance, à la "fadeur ambiante" (Viviane Forrester) " ou de "l'homme dans un étui" dont parle Tchékov. Et cette distinction me paraît en dire bien davantage que l'opposition entre l'égoïsme et l'altruisme. C'est le propre, en effet, d'un moi fortement structuré ... de pouvoir opposer la résistance de sa volonté inaliénable, malgré la peur, les privations, les angoisses," la culpabilisation de la part du milieu et de ses normes, malgré le conformisme, le conditionnement et la lâcheté panurgique, la peur de ne pas paraître  "normal", "à l'oppression qui transforme le plus grand nombre en une masse asservie." ... C'est l'égoïste, l'individu passif, l'executeur docile," (pensez aux gendarmes français des années 41 .... ) le "lèche-gamelle"  qui est bien plus prompt à renoncer
etc etc
je ne peux pas citer ni commenter tout le livre
Lisez-le
NOUVEAU : site perso de M Terestchenko http://michel-terestchenko.blogspot.com/


* "Jean-Christophe" de Romain Rolland -  Tome 1

Tous ces classiques trop connus souvent on ne les lit pas, et c'est bien souvent un tort (par exemple "Voyage au bout de la Nuit", encore un livre que je recommande au plus haut point, surtout la première moitié, les parties sur la guerre et sur le paquebot et l'Afrique, la fin est moins intéressante). Et aussi il y a des livres qui ne se révèlent pas de premier abord, qui peuvent sembler inintéressants quand on  se contente de les feuilleter, il faut les lire patiemment et alors on y découvre des trésors d'humanité.
C'est le cas de Jean-Christophe.
Quelle leçon de vie, on dirait que l'auteur a tout vu tout vécu !
Quelle compréhension de psychologie!
quelle tristesse! même si l'auteur et son personnage veut toujours "rebondir" (comme disent les snobinards libéral-fascistes actuels !) il n'est pas nécessaire de retenir cette morale "positive"! on peut en rester aux propos et aux sentiments désespérés (et plus lucides !).


 
 

* "Chroniques Martiennes" de Ray Bradbury

J'ai déjà conseillé de lui "Le Carnaval des ténèbres".
Et je conseillerai bien aussi les nouvelles du recueil "Les Pommes d'Or du Soleil"
Ici j'ajouterai un livre plus connu: "Les Chroniques martiennes"

D'abord, à notre époque, ils deviennent vachement d'actualité, en ce que Ray Bradbury n'est pas seulement un poète délicat et frissonnant, et un métaphysicien poignant (ce n'est pas un livre de science-fiction Les Chroniques Martiennes, ne croyez pas ça !, c'est d'abord un poème, et d'autres choses encore) mais qu'il était quelqu'un de prophétique pour la société moderne (lisez par exemple "Le Promeneur", ici en traduction en Espéranto) et qui avait bien compris la nature profonde (et la perversité profonde !) de la civilisation américaine et de ce qu'ils font et ont fait chez eux ou à l'extérieur. Dans Les Chroniques ça se voit en particulier dans les chapitres:
"... Et la lune qui luit"
"Tout là-haut dans le ciel"
"L'imposition des nom"
"Usher II"
"morte-saison"
"viendront de douces pluies"
et certains sont vachement d'actualité !! et nous montrent les menaces qui sont en face de nous.

Oui, bien sûr il a fait aussi de la vie quotidienne dans ces même Etats-Unis un thème d'une intense et sensuelle poésie (à priori on ne s'en douterait pas, mais si ! ça existe !) - ça se trouve déjà dans "Le Carnaval des ténèbres" - l'embêtant c'est que toutes ces choses et ces comportements qu'il décrit on peut se demander si ils existent encore, il imagine la civilisation de 2032 avec encore les même choses et comportements que dans l'Amérique des années 40 (il ne faut pas oublier que chez eux la vie était bucolique ! il n'y avait pas la guerre) des choses et des techniques qui d'ores et déjà en 2000 sont disparues, ou interdites et diabolisés et disparues des moeurs!....


* "Docteur Fischer de genève" de Graham Greene
Graham Greene est un maître, un sommet du roman. Et son meilleur est peut-être "Le Facteur Humain" (qui se déroule dans le milieu londonien des agents des services secrets britanniques, du temps de l'URSS et de l'Apartheid)
à moins que ce ne soit "Le ministère de la peur" (à Londres sous le "blitz")
ce dernier est peut-être encore plus plein de suspense, d'ambiance, et de surprises ! que l'autre, mais l'autre a quelque chose d'une tragédie classique.

 

Mais ici je vais plutôt conseiller "Le Docteur Fischer de Genève", car il n'est pas assez connu (souvenez-vous que cette rubrique était sensée attirer l'attention sur des chef-d'oeuvres injustement peu connus ).
C'est une histoire étrange, sur, sur quoi? je ne vous le dirai pas; ça ressemble à une mystérieuse histoire  psychologique, et en fait c'est un roman métaphysique allégorique.
"C'est mieux que rien. Rien ça fait un peu peur n'est-ce pas?"



* "L'occident barbare et la philosophie sauvage" de Eric Navet

Très intéressant. Plus tard je détaillerai, mais c'est un livre très intéressant. A la fois sur le plan dépaysement, découverte de l'autre, du monde, culture, et sur ce qu'il apporte dans la connaissance ou la réflexion sur plusieurs thèmes  universels, ou dans la connaissance des religions, l'écologie, etc.
C'est la description (intellectuellement analyste mais aussi quasiment "de l'intérieur", par ses sources et le fait que l'auteur a vécu des années au milieu d'eux) de la vie, la civilisation, les croyances religieuses des Ojibwés, le peuple amérindien qui habite tout le nord de la région des Grand Lacs, principalement au Canada, ils sont encore 100 000, c'est une des ethnies nord-américaines qui s'est le mieux "conservée". C'est écrit par un chercheur, mais ça ne jargonne pas; et c'est vraiment passionnant, de plusieurs points de vue.


* "La Honte" de Salman Rushdie
Peut-être le moins connu des romans de Rushdie (il est paru avant la "fatwa"!), mais selon moi le meilleur et le plus intéressant. Quoi qu'on y trouve déjà le style baroque, imprévisible et complexe de l'auteur, et son mélange de réalisme et de fantastique, mais il est plus abordable que les encore plus baroques livres qui ont suivi (il ne se serait jamais avant que ça ne se déclenche douté qu'une élucubration aussi tordue que l'intrigue des "Versets Sataniques" eut pu causer tout ce chambard !). Ce livre a un aspect psychologique universel très intéressant (la honte justement ! et ça nous fait aussi mieux comprendre notre monde et ce qui s'y passe actuellement), mais surtout il nous présente l'état du monde politique au Pakistan, et c'est (outre le charme du style et des intrigues, surprenantes ! je ne vous en dis pas plus ! je vous laisse le plaisir de la surprise, c'est du Rushdie) là son principal interêt.
C'est visiblement un roman à clé, et un pakistanais n'aurait sans doute aucun mal à reconnaître sous les noms de fantaisie des personnages bien connus de l'histoire récente pakistanaise; même un européen reconnaît les personnages de Ali Bhutto et de sa fille, et je crois qu'il y a aussi le général Yaya Khan.
Le Pakistan, est sans doute ce qui dans le monde moderne ressemble le plus à la République de la Rome antique vers sa fin : tous ces patriciens, et ces homines novi, avec leurs familles, leur mater familiae, et leurs filles, ou fils, leurs clans, leurs âpres ambitions, leur démagogies, leur cruauté, qui vivent d'une "démocratie" assez spéciale, dans une "République" qui n'est que l'arène de leurs luttes, et de leur destins, parfois tragiques.
C'est intéressant, dépaysant et passionnant.
ce qu'on en dit sur internet


* "Marcellin Caillou" de Sempé

Je crois que je ne saurais pas décrire mieux en moins de mots cet admirable livre que cet anonyme commentateur sur Internet:

Une merveille. Marcellin Caillou, c'est toute la tendresse et la finesse de Sempé dans cette très belle histoire d'amitié qui traverse les générations entre deux garçons un peu à part, Marcellin le rougissant et René l'éternuant.

J'adore.

moi aussi


* "Haro sur les fumeurs. Jusqu'où ira la prohibition" de Danielle Charest

Paris, Editions Ramsay,  2008

voici ce qu'en dit le site Spartaclop:

"S'il est un livre à consommer sans modération, et dont l'abus est recommandé, c'est bien celui de Danielle Charest, Haro sur les fumeurs. Jusqu'où ira la prohibition ?

Sa première vertu, et non des moindres, est de déculpabiliser le nouveau paria des temps modernes, le pauvre fumeur, écrasé par la chape de plomb des discours hygiénistes et moraux, voué à la vindicte médiatico-populaire. Sa deuxième vertu est d'aller bien au-delà du strict sujet du tabac. Danielle Charest nous démontre, dans une enquête fouillée dont elle cite scrupuleusement les sources, que l'arbre du tabac masque opportunément la forêt plus dense, moins médiatisée et moins avouable des méfaits d'industries beaucoup plus nuisibles " sans susciter de scandale ".

Elle nous explique pourquoi les cigarettiers ont renoncé à produire une cigarette moins nocive, y dénonce le scandale de la discrimination à l'embauche des fumeurs et la répression accrue de ces derniers. Elle montre comment le marketing sanitaire associe le fumeur à un être antisocial, prédisposé à la folie, criminalisé dans ses représentations. Elle revient sur les chiffres du tabagisme passif. Elle y donne des exemples du jusqu'au-boutisme auquel on peut arriver de nos jours, aussi absurdes et excessifs que celui d'un fumoir situé dans le sous-sol d'un salon funéraire au Canada en 1980, dont un cendrier portait l'inscription : " Par respect pour nos chers morts, ne fumons pas " ! (1) Elle pointe les contradictions non résolues de certains arguments des antitabac, qu'elle reprend pour mieux les retourner comme un boomerang à la face de ces derniers."

(1)
pardon! ils doivent donc EGALEMENT dire: ne buvons pas! ne mangeons pas! et bien sûr ne sourions pas, ne papotons pas, ne nous mettons pas sur notre trente-et-un.
Je veux bien qu'on tienne ce langage si dans le même temps on interdit aux gens de faire, je ne sais pas si ça se fait encore, mais il y a quarante ans il n'y avait pas un seul enterrement qui ne soit suivi par un banquet de famille. Il faut d'abord aller inscrire dans la salle des fêtes (sic) de Monchy-Cayeux : "par respect pour nos morts ne buvons pas de verre de vin" (et surtout "ne papotons pas tout notre saoul").

Ca se conçoit si c'est humain et logique, ce qui se comprend ce sont les chiens qui à la mort de leur maître perdent tout appétit, ne mangent plus, se couchent sur la tombe et se laissent mourir, là oui ! d'accord (et d'ailleurs je déplore qu'il y ait si peu d'humains qui le fassent, ce qui jette un jour assez affligeant sur l'âme humaine.) Mais les propos, tout à fait déplacés de ce "salon funéraire" (déjà l'institution est indécente et marque une sinistre évolution de notre société ...)  sont d'un jésuitisme d'une hypocrisie et d'un talibanisme puants !! (si j'ose dire)


* "interviews impubliables" de Gilbert Ganne
Interviews d'écrivains réalisés par Gilbert Ganne , alors jeune journaliste littéraire, entre les années 1947 et 1952 (et ce n'est pas la partie la moins émouvante du livre, qui presque à chaque fois commence par le récit de son arrivée par le car au fin fond de tel ou tel coin de cette France qui était alors pleine, vivante et équipée ...

Ce livre a été réédité plusieurs fois, la dernière je pense en 1975,  il faut l'acheter auprès de petits bouquiniste par l'intermédiaire de "livre-rare.com" par exemple
http://www.livre-rare-book.com/search/current.seam 
on trouve :

Hervé Bazin
de Lavarende
Boris Vian
Camus (le plus sympa, je trouve)
Jouhandeau
Cécil saint Laurent
Sartre (...il y a un gag, je ne vous explique pas, je ne veux pas le déflorer, lisez le livre!)
Marcel Aymé
Jean Eiffel (le dessinateur)
Léautaud
etc etc,
c'est fascinant de découvrir tous ces gens, intéressant et plein d'humanité.

Et pour continuer à découvrir des gens intéressants et plein d'humanité:


* "Mes Souvenirs" de Théodore de Banville
livre difficile à trouver sauf chez des marchands de livres épuisés, par exemple avec le site déjà  indiqué ci-dessus
http://www.livre-rare-book.com/search/current.seam

mais plein de portraits d'écrivains du XIXème siècle, mais aussi lisez les portraits des ancêtres de Banville, en particulier celui de son bisaïeul aristocrate campagnard à l'hospitalité magnifique, et qui rappelle les conception de la "générosité" qu'on retrouve dans la morale de Descartes (à découvrir aussi ! ça vaut le coup) ou d'autres chatelains au coeur avide comme celui décrit dans "Sen Titolo" d'Ivan Ŝirĵaev. Bref un livre à lire. Et où on s'apperçoit que contrairement à ce que répètent rituellement, (sans l'avoir lu j'imagine ...) les manuels de littérature, Théodore de Banville ne manquait pas de sensibilité, loin de là !
On peut heureusement trouver ce livre, sans dépenser un sou ici :
http://fr.wikisource.org/wiki/Livre:Banville_-_Mes_souven...

 


« On me jugera sur ce que j'aurai écrit, et non sur ce que j'aurai lu. Cette lapalissade, je la perds trop souvent de vue. Je m'attribue quelque mérite après chaque bouquin que j'ai dévoré. (Emil CIORAN)
Oui ! Moi aussi c'est comme ça.



15/12/2014

sciencaj bildstrioj en Esperanto

http://www.ipernity.com/search/doc?w=29025&q=Petit

vi devas enskribiĝi en Ipernity antaŭ ol elŝuti la bildstriojn en pdf-dosieroj

14/12/2014

kaj kun klera rigardo

Hipokrito

Hipokritan rideton,

kaj malican rigardon,

mi rimarkas kun timo

Mi plutenas kvieton

kaj kun granda trankvilo

mi klopodas forigi

ĉi vanaĵan fiaskon.


Estas tre malfacile

babiladi kun pravo,

sed kun fid' kaj espero

kaj kun klera rigardo

mi trapasos obstaklojn,

ĉar mi fidas al ŝago.

 

Arquillos 9-11-14