Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/08/2014

poème

On ne peut serrer assez fort quelqu’un qu’on aime,

Que ce soit la maman, votre chat ou vous-même.

Jamais assez l’étreinte ne vous unira.

S’il sait aimer, jamais l’aimé ne se plaindra.

On ne peut trop envelopper dans les caresses

Le doux objet vital, à vie, de nos tendresses.

Comment aimer ? comment payer les doux ronrons ?

Et jamais assez les baisers ne suffiront.

On ne peut assez fort serrer quelqu’un qu’on aime,

Qui retient ses transports n’aime en fait que lui-même.

Oh bras ! oh mains ! élan toujours inassouvi,

Infructueux effort de notre cœur ravi.

 

 

 

R. Platteau 6-8 décembre 2000

Les commentaires sont fermés.