Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/08/2020

les "poussières intelligentes"

"Les poussières intelligentes sont les micro-capteurs intelligents invisibles à l'oeil nu Développés par l'université de Berkeley, en Californie en 2003
Serons-nous, un jour, équipés chacun de 10.000 micro-capteurs ? "
https://www.lesechos.fr/2003/04/smart-dust-des-poussieres-intelligentes-qui-revolutionnent-lobservation-663756

2011: "Les smart dust ou poussières intelligentes sont une innovation importante en R&D initiée par l’Université de Californie.

Les chercheurs ont réussis à produire des grains de silicium de l’épaisseur d’un cheveu capables de manifester certaines propriétés physico-chimiques porteuses d’informations.

Bientôt ces grains invisibles à l'oeil nu pourront communiquer entre eux ou avec d’autres objets, interfaces ou réseaux. Une possibilité d’application serait de dépister les mouvements des patients"
http://blog.economie-numerique.net/2011/05/25/smart-dust-la-poussiere-intelligente/

2018: les chemtrails seraient des poussières intelligentes qui transhumanisent les humains et leur donnent les symptômes de la grippe
https://fightingmonarch.com/2018/11/03/chemtrails-smartdust-mind-control-look-up-you-are-being-sprayed-with-poison/

2011: "Les composants du SmartDust (poussière intelligente) pourraient voyager avec le vent, changer de forme sur application d’un courant électrique et communiquer entre elles pour former comme un nuage ou un essaim d’abeilles organisé. Même dans des vents forts ces petites bêtes pourraient être dirigées dans n’importe quelle direction dans le seul but d’atteindre leur cible."

"Ce périmètre invisible de défense technologique combine vidéosurveillance (de très haute résolution) et puces RFiD, afin de suivre à la trace les objets, mais aussi, et à leur insu, ceux qui les auraient dérobés, quand bien même ils les auraient cachés « dans une mallette, sous leur veste ou dans leur chaussette ».

Les puces sont en effet discrètement placées sur les objets à protéger, voire sur les badges des employés, et les capteurs secrètement répartis dans les murs, plafonds et planchers des bâtiments à surveiller (entrepôts, bureaux, hôpitaux, prisons, et même « lieux de crimes possibles »).

Mieux, le système propose également de saupoudrer à même le sol des poussières d’identification (ID-Dust) afin qu’elles se collent aux semelles des « voleurs et intrus (qui) ne voient rien : seul les employés de la sécurité connaissent l’existence du système et le personnel est surveillé sans son consentement ».

Ces poussières sont en fait des fibres optiques microporeuses invisibles à l’œil nu, mais qui luisent lorsqu’elles sont exposées au faisceau laser associé aux caméras de vidéosurveillance. Contrairement aux systèmes de vidéosurveillance traditionnels, dont le fonctionnement nécessite la présence d’êtres humains devant les écrans au cas où il se passerait quelque chose, le système de Nox Defense ne s’active, lui, que lorsqu’une puce entre ou sort du périmètre sécurisé, puis déclencher les caméras de vidéosurveillance."
https://agentssanssecret.blogspot.com/2011/02/smart-dust-poussiere-intelligente.html

en résumé en 2011 les poussières intelligentes RFID sont répandus beaucoup plus qu'on ne le pense et déjà utilisés pour espionner massivement la population à son insu (sous prétexte bien sur que la population sont tous des suspects terroristes) . Ceux qui sont en contact avec elles, en touchant des objets, ou sol contaminé par la poussière intelligente, seront traçables en permanence, les micro puces RFID qui composent la poussière intelligente intégrés dans pores de la peau depuis 2011 à votre insu envoient des informations sur vos mouvements à Big Brother et est visible devant certaines caméras de surveillance spécifique

comment seront marquées les personnes qui ont reçu le résultat positif au corona (rappel les tests sont faux car contaminés à l'avancehttps://www.alterinfo.net/Test-Covid-le-president-tanzanien-pense-qu-il-se-passe-des-choses-etranges_a155024.html), car sinon, comment peuvent ils être identifiés avec la loi traçage, simplement en passant à côté d'un smartphone ou bracelet intelligent ? est- ce en utilisant la poussière intelligente logé par la tige dans la narine qui aura reçu l'info du résultat positif, et donc la poussière intelligente logé par la tige dans la narine enverra aux flics qui passent avec leur smartphone à côté que la personne a reçu un résultat positif au covid?

Il y a des tests contaminés, cela veut dire que les gens attraperont le corona via les tests en plus de peut être la poussière intelligente....

Le seul moyen de vérifier si les cotons tiges ont la poussière intelligente, c'est d'avoir un détecteur d'ondes

si la poussière intelligente est respirée (chemtrails, coton tige test, objets avec poussière intelligente, etc..), elle peut permettre de contrôler le cerveau humain
cela s'appelle "neural dust", un article scientifique américain en parle
https://www.techspot.com/article/1534-civilization-20-next-gen-technologies/page2.html

ils n'autorisent le déconfinement qu'après les tests c'est à dire le contrôle mental des gens via la poussière intelligente, neural dust

Comme cela fini les insurrections des gilets jaunes, le pouvoir se repose, les humains sont partis, les cyborgs restent

 

ALORS QUE :

Daniele Pozzati Un rapport officiel allemand dénonce la pandémie COVID-19 comme « une fausse alerte mondiale » Le gouvernement fédéral allemand et les grands médias se sont efforcés de limiter les dégâts après la divulgation d’un rapport du ministère de l’Intérieur qui conteste le récit officiel du coronavirus.

Principales affirmations du rapport :

- La dangerosité de la Covid-19 a été surestimée : apparemment, à aucun moment le danger que représente le nouveau virus n’a dépassé le niveau normal.
- Les personnes qui meurent du coronavirus sont essentiellement celles qui, statistiquement, mourraient cette année, car elles sont en fin de vie et leur corps affaibli ne peut plus faire face à un stress quotidien aléatoire (y compris les quelque 150 virus actuellement en circulation).
- Dans le monde, en un quart d’année, il n’y a pas eu plus de 250 000 décès dus au Covid-19, contre 1,5 million de décès [25 100 en Allemagne] lors de la vague de grippe 2017/18.
- Le danger n’est évidemment pas plus grand que celui de nombreux autres virus. Rien n’indique que c’
était plus qu’une fausse alerte.
- Un reproche pourrait aller dans ce sens : Lors de la crise du coronavirus, l’État a prouvé qu’il était l’un des plus grands producteurs de fausses nouvelles.
Mais il y a pire.

Le rapport se concentre sur les « nombreuses et lourdes conséquences des mesures contre le coronavirus » et prévient qu’elles sont « graves ».

Le nombre de personnes qui meurent à cause des mesures imposées du « Corona » par l’État est plus élevé que le nombre de personnes tuées par le virus.

Un système de santé allemand axé sur les mesures anti-corona reporte des opérations chirurgicales vitales et retarde ou réduit le traitement des patients qui ne sont pas atteints par le virus.

Berlin en mode déni.
Au départ, le gouvernement a tenté de rejeter le rapport sous prétexte qu’il était « le travail d’un seul employé », et son contenu comme étant « sa propre opinion » – alors que les journalistes ont resserré les rangs, sans poser de questions, avec les politiciens.


Mais le rapport de 93 pages intitulé « Analyse de la gestion de la crise » a été rédigé
par un groupe scientifique nommé par le ministère de l’intérieur et composé d’experts médicaux externes de plusieurs universités allemandes.

Le rapport a été rédigé à l’initiative d’un département du ministère de l’Intérieur appelé Unité KM4 et chargé de la « Protection des infrastructures critiques ».

C’est également là que le fonctionnaire allemand devenu lanceur d’alerte, Stephen Kohn, a travaillé et d’où il a divulgué l’information aux médias.

Les auteurs du rapport ont publié un communiqué de presse commun dès le 11 mai, reprochant au gouvernement d’avoir ignoré les conseils des experts et demandant au ministre de l’Intérieur de commenter officiellement la déclaration commune des experts :

«
Les mesures thérapeutiques et préventives ne devraient jamais apporter plus de mal que la maladie elle-même. Leur but doit être de protéger les groupes à risque, sans pour autant mettre en péril la disponibilité des soins médicaux et la santé de l’ensemble de la population, comme c’est malheureusement le cas ».

« Nous, les scientifiques et les médecins, subissons les dommages secondaires des mesures contre le coronavirus sur nos patients sur une base de dialyse. »

« Nous demandons donc au ministère fédéral de l’Intérieur de commenter notre communiqué de presse et nous espérons une discussion pertinente sur les mesures [coronavirus], qui conduira à la meilleure solution possible pour l’ensemble de la population ».

Au moment de la rédaction du présent rapport, le gouvernement allemand n’avait pas encore réagi.

Mais les faits justifient – malheureusement – les inquiétudes des experts médicaux.

Le 23 mai, le journal allemand Das Bild titrait : « Les conséquences dramatiques des mesures anti-coronavirus : 52 000 opérations contre le cancer retardées ».

A l’intérieur, un médecin en chef avertit que « nous allons ressentir les effets secondaires de la crise du coronavirus pendant des années ».

Tirer sur le lanceur d’alerte. Ignorer le message.
Comme l’a rapporté Der Spiegel le 15 mai : « Stephen Kohn [le lanceur d’alerte] a depuis été suspendu de ses fonctions. On lui a conseillé de prendre un avocat et
son ordinateur portable de travail a été confisqué ».

Kohn avait initialement divulgué le rapport le 9 mai au magazine libéral-conservateur Tichys Einblick, l’un des médias alternatifs les plus populaires en Allemagne.

La nouvelle du rapport s’est répandue en Allemagne pendant la deuxième semaine de mai – mais dès la troisième semaine, les médias et les politiciens ont cessé de discuter de la question en refusant de la commenter.

L’approche adoptée par Günter Krings, le représentant du ministre de l’Intérieur Horst Seehofer – le patron du lanceur d’alerte – est emblématique :

A la question de savoir s’il allait traiter le document avec sérieux, Günter Krings a répondu :
« Si vous commencez à analyser des documents comme ça, vous allez bientôt inviter les gars avec les chapeaux en papier d’aluminium aux audiences parlementaires ».
Les « hommes avec des chapeaux en papier d’aluminium » – Aluhut en allemand – est un terme utilisé pour décrire les personnes qui croient aux théories de conspiration.

En effet,
un article de Der Spiegel traitant du mouvement de protestation contre le coronavirus et des conséquences de la fuite du rapport contenait le mot « conspiration » pas moins de 17 fois !

(j’ai constaté la même chose dans un article italien présentant le discours de Sara Cunial !!   le mot « conspiration » revenait à chaque phrase, ça faisait penser à ces catholiques d’autrefois, qui faisaient un signe de croix toutes les 5 secondes quand ils étaient effrayés de la peur du diable ! On sentait que 1° ils n’avaient aucun argument sérieux à opposer 2° ils étaient tellement effrayés, et effrayés de ne pas faire allégeance suffisamment fort à leurs patrons ! qu’il ne leur restait plus que de prononcer sans arrêt le mot magique pour se protéger !)

Et aucune discussion sur les questions soulevées par le rapport lui-même.

En dehors de l’Allemagne,
la nouvelle n’a pratiquement pas été rapportée.

Les Allemands ont commencé à manifester contre le confinement dès le mois d’avril.

Et des milliers de citoyens continuent de manifester chaque week-end, alors même que le gouvernement assouplit les restrictions.

Les manifestations ne sont pas seulement contre les restrictions, qui ont en fait été relativement légères par rapport à de nombreux autres pays occidentaux.

Les manifestations remettent en question l’ensemble du récit COVID-19, et plus encore ses principes, notamment le rôle que Bill Gates joue en tant que deuxième donateur de l’OMS (le premier depuis que Trump a suspendu la contribution étasunienne).

En effet, la plus grande manifestation de ce type a eu lieu à Stuttgart le 9 mai dernier, où des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées pour dire non – à l’OMS.

Les Allemands disent non à toute solution orwellienne que le gouvernement pourrait un jour imposer en raison d’un « statut d’urgence » douteux, depuis les applications de surveillance de masse jusqu’aux vaccinations obligatoires.

La fuite du rapport a prouvé que leurs craintes étaient fondées.

Au moins en ce qui concerne la fausse nature de la « pandémie de coronavirus ».

Le reste pourrait bientôt suivre.

Article original en anglais :

German Official Leaks Report Denouncing Corona as ‘A Global False Alarm’
https://www.globalresearch.ca/german-official-leaks-repor...

Note aux lecteurs : veuillez cliquer sur les boutons de partage ci-dessus ou ci-dessous. Faites suivre cet article à vos listes de diffusion. Publiez cet article sur votre site de blog, vos forums Internet, etc.
La source originale de cet article est Strategic Culture Foundation

https://www.mondialisation.ca/un-rapport-officiel-allemand-denonce-la-pandemie-covid-19-comme-une-fausse-alerte-mondiale/5646143 https://www.mondialisation.ca/un-rapport-officiel-allemand-denonce-la-pandemie-covid-19-comme-une-fausse-alerte-mondiale/5646143

Écrire un commentaire