Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/06/2017

Quand la FRANCE aura-t-elle de nouveaux des députés d'origine ouvrière ?

je rappelle que le dernier que comptait l'Assemblée, Maxime Gremetz s'est maintenant retiré, donc maintenant c'est ZERO !

et pour les employés un ou deux je crois

 

députés d'origine ouvriers employés.png

et pour voir la comparaison (en 2012) du nombre et représentation en députés pour l'ensemble des classes sociales voyez ici, c'est impressionnant de manque de démocratie !!

c'est là qu'on se dit les idée d'Etienne Chouard, ça aurait des mérites.

 

EN VOILA UNE "PARITE" QU'IL EST GRAVE, HYPER-GRAVE, Q'ELLE NE SOIT PAS RESPECTEE !!!

et avec la bande à Macron :

" le second tour des législatives confirme, voire amplifie, ce que les scrutins précédents ont marqué : un fossé social de plus en plus profond.

C’est caricaturalement visible dans l’abstention : plus encore que d’habitude, ce sont bien les classes populaires qui ont fait massivement la grève de l’isoloir. Ces mêmes catégories qui avaient, pour une large part, placé Marine Le Pen au second tour de la présidentielle, et permis à Jean-Luc Mélenchon de créer la surprise au premier tour de celle-ci (même si ce dernier a également rallié beaucoup de bobos des centre-villes, séduits par un discours écologique post-moderne, par ailleurs mortifère au regard de toute espérance de transformation sociale).

Idéologiquement : une France ouverte...à l’ultralibéralisme et à la mondialisation (c'est à dire à la spéculation effrénée et mortifère, des spéculateurs, guidés par leurs "audit interne" !) ; contre une France « arc-boutée »...sur sa protection sociale et sa souveraineté (sur les valeurs de civilisation quoi ! celles qui fondent une société et une démocratie !!).

Ce clivage de classe se reflète dans la sociologie des nouveaux élus. Les candidats macronistes étaient à 70 % issus des classes supérieures et dirigeantes. Du coup, En Marche ! est bel et bien en passe de « renouveler » la classe politique. Mais la question est : dans quel sens ? Certes, le Palais-Bourbon ne brillait pas par l’abondance d’ouvriers, de techniciens, de caissières de supermarché ou de chômeurs.....

Lire la suite de l’article sur ruptures-presse.fr

 

 

Écrire un commentaire