Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/01/2017

les gens de maintenant

De nos jours les gens de plus en plus ressemblent aux touristes que j'ai vu à Diu:
 ces grand jeunes hommes (peut-être femmes aussi, c’est difficile à distinguer) néerlandais ou
 anglo-saxons, ou allemands, ou américains, je ne sais plus. Ces gens immenses, osseux, et à
 peu près aussi expressifs que des congélateurs rangés dans une salle d’exposition! avec un air
 à peu près aussi humain que des piquets de parking, qui se déplaçaient,
 faisaient des choses, il leur arrivait même très, très rarement d’échanger quelques mots, l’air
 totalement absent, indifférent, glacés, aussi insipides que de l'air conditionné, plus
 qu’indifférent, en principe s’ils étaient venus en Inde ça devrait être parce qu’ils aimaient ça ?
 mais non apparemment ils n’éprouvaient pas le moindre plaisir à être là (ni à quoi que ce soit
 d’autre d’ailleurs), ni le moindre intérêt pour ce qu’il y avait autour d’eux, ni la moindre curiosité,
 froids, fonctionnels, absents, comme on apprend aux policiers, aucune communication, car ils
 étaient ensemble, peut-être même en couple, en tous cas entre amis, et apparemment ils
 n’éprouvaient pas le moindre plaisir à être ensemble, zéro! (quand à la tendresse, n'en parlons
 pas!) à peu près aucun échange, aucune discussion, la chaleur humaine à peu près égale à la
 température de surgélation à –18! On se demandait vraiment qu’est-ce qu’ils foutaient là!
 Pourquoi ils avaient dépensé tout ce fric pour être là.

Les commentaires sont fermés.