Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/10/2019

petite chronique de la lutte des classes - les chèques

Les banques ont réussi à faire disparaître l’usage des chèques, voire à l’interdire comme en Belgique, dans de nombreux pays. Les seuls pays qui y ont pour l’instant échappé sont, en Europe du moins : Malte, Chypre, l’Irlande, la Grande-Bretagne et la France.
Tiens ! Pourquoi ? c’est pratique non ? Ben oui ! TROP pratique, pour les particuliers …. mais ça coûte plus cher pour les banques, dont ça réduit donc les AGREABLES PROFITS ! Aussi les « Audits internes », ces gens grassement payés, n’aiment pas ça !
Voilà l’explication de la rage que les banques ont eu partout de faire disparaître les chèques ! Ça ressort en fait de cette bonne vieille lutte des classes !
l’optimisation du profit, donc la minimisation des coûts ça passe par la suppression maximale du personnel (....) or :
« Le coût de traitement d’un chèque est environ 50 fois supérieur pour une banque à celui d’un virement ou d’un paiement par carte, selon des chiffres estimés par PPI, une société de conseil bancaire allemande.
7,5 milliards d’euros : c’est le coût total annuel du traitement des opérations financières par les banques européennes selon PPI. Une somme impressionnante, mais aussi une source potentielle d’économies, estime la société de conseil. Pour alléger la facture, il suffirait par exemple de réduire les moyens de paiement avec « justificatifs physiques ». Notamment les chèques.
Démonstration : quelque 68,7 milliards de transactions électroniques - des paiements par carte, des virements, des prélèvements - ont été réalisées dans l’espace SEPA en 2015. Le coût de leur traitement pour les banques a été de 1,47 milliard d’euros, soit environ 2 centimes en moyenne par transaction. Qu’en est-il du chèque ? Toujours selon les estimations de PPI (1), le traitement des 2,66 milliards de transactions effectuées par ce moyen a coûté aux banques 2,68 milliards d’euros. Soit plus de la moitié des coûts totaux pour un moyen de paiement qui représente seulement 3,6% des transactions : le traitement d’un chèque coûte environ 50 fois plus cher que celui d’une transaction électronique, par virement ou par carte !

Tous les pays ne sont pas exposés de la même façon à ces coûts de traitement. PPI rappelle ainsi que le chèque a disparu, ou presque, de la plupart des marchés européens. Mais pas en France. « Le marché français du paiement constitue une exception en Europe : la part des paiements par carte y est d’une part extrêmement forte (un peu plus de 50% des transactions sont effectuées par carte) et les transactions sont donc très largement automatisées. Mais dans le même temps, la France est le pays du chèque : au supermarché, pour régler leur prime d’assurance ou encore pour payer leurs impôts, les Français sortent souvent plus volontiers leur chéquier », détaille Hubertus von Poser, membre de la direction de PPI, dans une tribune.
Ainsi, en 2016, un peu plus d’un paiement sur 10, hors espèces, s’est encore fait en chèque dans l’Hexagone. L’année précédente, selon les statistiques de la Banque centrale européenne, 84% des chèques émis dans la zone euro l’étaient en France. Une fidélité qui s’explique évidemment par l’habitude, mais aussi par la gratuité. « En France, (…) les petites entreprises et les professions libérales s’y accrochent encore », poursuit Hubertus von Poser. « Les groupements d’indépendants et d’artisans déplorent par exemple des coûts de location et des frais courants élevés pour les terminaux de paiement. »
Un poste de dépenses qui pourrait être massivement réduit
Cela pourrait toutefois changer. L’Etat s’est en effet engagé depuis 2015 dans une nouvelle stratégie nationale des paiements, destinée à renforcer l’industrie française dans ce secteur. Parmi les chantiers engagés, le développement des alternatives au chèque : paiement par carte sans contact, virements entre particuliers, virement référencé en temps réel pour les entreprises, etc.
L’enjeu est d’importance, selon PPI : « [Les transactions en euros représentent] un poste de dépenses conséquent qui pourrait être massivement réduit en quelques années par quelques mesures telles que la réduction des justificatifs physiques ainsi qu’une plus grand efficacité pour les très coûteux paiements SWIFT. La France est en bonne position avec une part élevée de paiements efficaces par carte et une infrastructure de compensation centralisée, mais c’est surtout là que les chèques constituent un potentiel d’optimisation des coûts. »

voilà ! c'est clair hein ! les intérêts des uns ne sont pas les intérêts des autres, constatation basique de ce bon vieux Karl Marx (et de La Fontaine, et du bon sens basique ! ) Et,comme nous le rappelle ce bon vieux Beaumarchais "Les plus forts ont fait la loi" ça montre les pays où les banques sont plus puissantes  (ou où les gens sont plus dociles, et se sont plus facilement laissés manipuler par leurs maîtres! !), et à l'inverse ceux où le public, les GENS, a résisté !

Et vous comprenez l'importance  de l'enjeu ? Presque aussi important que celui de la disparition de l'argent liquide ! . qui lui est, de loin LE PIRE !! ..

http://miiraslimake.unblog.fr/2017/11/10/toutes-les-trans...

le-monde-est-en-train-de-devenir-totalitaire-et-ca-ne-sera-pas-gai-du-tout