Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/11/2018

une leçon in tellectuelle de base - mais que les gens reconnaissent si peu !!!!!!!!!

Suivez (c'est aussi passionnant que suivre l'actualité des hommes ou un bon roman !) le déroulement de la migration des grues sur la voie d'Europe occidentale (les autres voies de migration ne sont pas malheureusement aussi bien documentées, qui va s'y mettre?) : http://champagne-ardenne.lpo.fr/grues/point_sur_la_migrat...

En outre, lisez BIEN et attentivement, ce relevé est une grande leçon aux humains , et une sacrée gifle !  envers tous les caporalismes casernicoles, normomanies, conformisme borné et viscéral,  totalitarisme de la vie individuelle de chacun, dogmes, modèles et théories qui caractérisent tant notre époque contemporaine (par exemple concernant l'état de maigreur ou le nombre limite d'enfants qu'il vous est autorisé d'avoir! les activités et les manières d'être heureux, où d'être malheureux! - le droit à être malheureux va devoir faire l'objet d'une grande campagne de la Ligue des Droits de l'Homme !! - qui vous sont permises, les aliments ou les vêtements qui vous resteront non-interdit, etc, etc):

En effet: on peut, et ces relevés (ceux de la migration des grues, lien ci-dessus) le montrent, scientifiquement, statistiquement, déterminer, globalement, un calendrier type de la migration. Quand  les grues commencent à se rassembler, Quand est-ce qu'elle arrivent à Rügen, de quelle à quelle date environ (ça peut varier selon les années et/ou le temps qu'il fait) elles transitent par le lac du Der, Quand elles commencent à arriver à La Sotonera (En Aragon), et en Estramadure (leur - théorique - point final de migration). Bon; mais maintenant regardez bien:

* le 11 août 2018 11 grues étaient déjà au lac du DER ! le 21/9/2006 21 grues étaient déjà vues dans le Cher, plus d'un mois -2 mois avant l'époque normale, et 5 au-dessus du Bas-Rhin, où normalement elles ne passent jamais. De même il arrive qu'on en voie dans les bouches du Rhone,  qui n'est pas du tout mais alors là pas du tout sur leur chemin, ou simplement à 50 km de leur voie de migration (et c'est déjà remarquable car celle-ci est nettement délimitée, par exemple sur Arras (j'en ai vues une fois) ou sur les Ardennes. (Cette année 2018 c'est encore plus tôt ! regardez sur le LIEN LPO point sur la migration, de plus en plus mal présenté, je regrette !)
encore mieux:
* le 19/9 (vous lisez bien! le 19/9) 6 grues étaient déjà, non seulement parties (alors que presque toutes sont encore en train de quitter tranquillement leurs lieux de nidification du grand nord suédois !) mais arrivées tout au bout en Estramadure!!
le 9/09/2018 Les premières grues sont notées en Espagne !! (11 individus).
*Inversement tous les ans il y en a quelques milliers qui ont le courage (ou est-ce plutôt par flemme?) de passer tout l'hiver autour des champs enneigés et des lacs gelés du Der, voir quelque dizaines encore plus au nord, en Lorraine, alors que le but même de l'opération est théoriquement de fuir le froid et d'aller se réchauffer au soleil d'Espagne. Beaucoup ne font en fait qu'une partie du chemin migratoire et s'arrêtent bien tranquillement dans les Landes. Seuls la moité d'entre-elles en fait vont jusque l'Estramadure; mais, car il y a encore un mais ! il y  a quelques individus qui poussent carrément jusqu'au Maroc!
22 août 2011 (je dis bien 22 août) 10 grues "hivernent" sur le lac du Der, et 2 survolent (on ne nous dit pas dans quelle sens ) la Charente



Vous voyez bien qu'il y d'une part, les grandes tendances, les grosses masses statistiquement significatives, qui est un point de vue intéressant scientifiquement, et  - constatation à sa manière non moins significative! - le comportement concret, la vie vécue, donc toujours à la première personne du singulier, des INDIVIDUS, ici des individus grues, qui peuvent très bien faire pas du tout comme les autres (pour quelle et quelle raison, difficile à savoir, on n'est pas dans la tête des grues,  et pas davantage dans celles des humains).

Car la réalité, on semble de nos jours totalement l'oublier, avec cette paranoïa, cette névrose administrative, journalistique, totalitaireoïde, panurgique et inintelligente, méprisante,  la réalité EST ESSENTIELLEMENT DIVERSE, - et individuelle! - en dernière analyse toujours, on l'oublie, individuelle. Que la diversité, la variabilité, ce qui implique même le complètement aberrant, toujours la présence du totalement atypique, est consubstancielle à la réalité vivante.

Si les auvergnats sont sensés être avares (est-ce seulement vrai?) il n'y en a pas moins des dépensiers. Il y a des policiers humains et civilisés (en tout cas dans le temps il y en a eu). Il y a des israéliens qui reconstruisent les maisons dynamitées des palestiniens, il y en a même des anti-sionistes, comme autrefois le père de Yéoudi Ménuhin ou actuellement  Jean Baumgarten, il y a des femmes qui s'interessent à autre-chose que leur nombril, etc, etc, etc

Seule la mort est partout est toujours (c'est le cas de la dire!...) la même.
La mort, et les produits du capitalisme et de la grande distribution !

Écrire un commentaire