Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/09/2018

la famille

Jusqu’au XIXè siècle inclus (ici anecdote de l’écrivain à qui on demandait si, une fois adultes, il était possible de concevoir des sentiments d’amitié entre un père et un fils, avait dit NON pas possible, et remarque de ce que tous les héros de Jules Verne sont des orphelins; ça a commencé à évoluer à l’époque de Vigée-Lebrun, mais ça a pris plus d’un siècle) le FONDEMENT de la famille était (voir l’analyse marxiste de Engels) l’héritage de la propriété (et du NOM ! Chez les aristocrates), d’où le culte de la virginité, et le fait que les mariages étaient l’affaire des parents - seuls ! - et les relations entre parents et enfants (dont la moitié mouraient avant l’âge de 1 an de toutes façons, et étaient chez les riches élevés par des nourrices, qui étaient le seul moment de tendresse dans une vie - à oublier de rigueur car vile domestique !! ) étaient faites de terreur ! De soumission totale, d’obéissance ac cadaver, comme diraient les jésuites, et de respect inconditionnel et ostentatoire des enfants envers leurs parents, relisez les oeuvres littéraires de ces siècles !
Ce qui fait que certains discours de penseurs de ces siècles prétendant abolir la famille ne doivent pas être vus avec des yeux horrifiés de gens des années 1950. Il n’était pas du tout question à l’époque du modèle familial qui a régné, disons de 1850 à 2000 (oui, maintenant « on » est en train de le détruire ! À coups de criminalisation des parents, d'éducateurs professionnels, féminisme, LGBT, théorie du genre, etc, bref vous savez ce qui se passe !) et qui était basé sur des relations de chaleur familiale, d’amour, de tendresse, de solidarité décontractée et d’intimité, et qui a connu son summum dans les années 50, la famille comme celle de Mafalda ou de Boule et Bill.

29/09/2018

ça sent bon dans le quartier

28 août matin

Il y a une odeur de feu de bois vert qui traîne dans l'air dans le quartier . Hmm! ça sent bon !

 

) 29/10/2009 hhmm ! ça sent bon !

Ça sent le bois brûlé par la fenêtre, il y a des gens libres et normaux dans le secteur.

 

octobre, fin d'été, saisons des bonnes odeurs de feux de feuilles mortes qui traînent

28/09/2018

kiel erinaco

et celui-ci j'aurais pu l'écrire à mon compte :

kiel erinaco

Kvazaŭ erinaco mi estas,

pro timego

buliĝinta,

kaj pro ega nefidemo

ĉe veprejo mi kaŝiĝas.

Nur ĉe foriro  de l'suno,

kiam la steloj ekbrilas,

mi kuraĝas,

sur piedoj,

alveni ĉe la marĝenoj

kie la vivo trankvilas.

 

Arquillos junio 2017

26/09/2018

du pliaj

Konsilanto

 

Estu mia konsilanto,

ĉar via konsilo estas

tiu nutraĵo de l'vivo,

kiun la menso necesas.

De antaŭlonge mi tre solas

for de vagantaj estaĵoj,

ĉar mia korpo deĵoras

en mallibereja spaco.

Estu mia konsilanto,

nevidebla mondkreinto,

dum mi kalkulas la tagojn

meze de ĉi labirinto.

La tempo rapide pasis

kaj mi vidas la ĉielon,

sed mi necesas konsilon

antaŭ ol tuŝi la celon.

 

Arquillos junio 2017

 

kaj

 

de patro al sia filineto mortinta antaŭ longe

 

Ŝajnas ke ŝi min rigardas

kun tre mistera mieno,

ofertante per la vido

lokon ĉe l'vasta ĉielo

 

Sed la ĉielo distancas,

ĉar mi loĝas en la tero

kie regas la malĝojo

kaj eterniĝas la tempo.

 

Ŝajnas ke ŝi min konsolas

per ĉielaj karesoj

dum sekigas miajn larmojn

la brizo de milda vento.

 

Mi feliĉas dum la dormo

kaj ripozo de la menso,

kun flugiloj fantaziaj

traflugante l'universon.

 

Ŝajnas ke ŝi min rigardas,

kaj atendas kun sereno

nian renkonton ĉielan,

tiel estas mia sento.

 

Arquillos junio 2017

 

25/09/2018

malkovru la poemojn de tiu nova Esperanta poemisto Angel Arquillos Lopez

du   poemaroj   jam  aperis   ,   baldaŭ   tria   ,    eĉ    pli  pli bona    ,     aperos.   jen 

 

Kiel niaj

 

Falinta branĉo ruladas

sur trotuaro larĝa,

malrapide, laŭkaprice de la vento

aŭ pro juna piedo...

kiu ĝin petole batadas.

Ĝi falis hazarde el arbo maljuna,

kiel niaj haroj blankaj,

kiel niaj fortoj lacaj,

kiel niaj malsukcesoj...

Malrapide ĝi ruladas

inter la pasantoj,

sed temas pri simpla branĉo

frakasita

aŭ simple deŝirita,

mi ne scias,

ĝi ruladas kaj baldaŭ

en iu ajn momento,

balaisto ĝin delevos

kaj en strat-rubujon...

tuj ĝin metos.

 

Arquillos junio 2017

 

23/09/2018

un très beau poème, à condition...

Dans un volume de poésies 2005 contenant plus de 100 poèmes d’amateurs, je n’en ai trouvé qu’un de bien, et encore à condition que suivant les conseils de Musset dans ses lettres de Dupuis et Cotonet on raye tous (ou presque) les adjectifs (et assimilés). https://fr.wikisource.org/wiki/Lettres_de_deux_habitans_d...

https://fr.wikisource.org/wiki/Lettres_de_deux_habitans_d...

Comparez, j’ai laissé en haut la version d’origine, et le texte sobrifié plus bas, lisez, et sentez comme il est plus évocateur (si ! absolument !) plus fort et plus poétique que le premier !

 

Solitude

J’avais relevé les lourds rideaux afin d’admirer la lune brillante et j’étais appuyé sur la balustrade, face au vent d’ouest. L’haleine de la nuit m’arrivait, toute imprégnée des senteurs troublantes de l’automne.

Le jade rosé du fleuve envahissait à l’horizon le jade vert du vide. Au pied des herbes chantait le grillon, tandis qu’au-delà du ciel, retentissaient des cris d'oiseaux.

Les souvenirs du temps passé me reviennent et me reviennent toujours. Et, ce soir encore, personne n’est là pour partager mes pensées.

Pareil à un vol de flèches, le vent furieux traverse les rideaux. Une pluie froide se met à tomber obliquement et à résonner comme le gong d’un match de boxe.

La poitrine glacée, je suis appuyée sur mes coussins mais ne puis m’endormir. Mes entrailles sont pesantes comme du fer, mes larmes coulent sans arrêt. La pluie, de la toiture, ruisselle sur les fleurs. La nuit ne finira jamais.

Seule dans l’obscurité, perdue dans le froid grandissant, je me sens accablée d’innombrables tristesses. Par instants, mon cœur se divise en éclats de douleur.

Comment pourrais-je écarter ces angoisses ?

La fenêtre gémit…

Dans ma solitude, je renferme une mélancolie épaisse et amère, sans un beau rêve…

 

(Chantal MONNIER)

 

Solitude

J’avais relevé les lourds rideaux afin d’admirer la lune et j’étais appuyé sur la balustrade, face au vent. L’haleine de la nuit m’arrivait, toute imprégnée des odeurs de l’automne.

Le jade du fleuve envahissait à l’horizon le jade du vide. Au pied des herbes chantait le grillon, tandis qu’au-delà du ciel, retentissaient les cris des oiseaux.

Les souvenirs du passé me reviennent et me reviennent toujours. Et, ce soir encore, personne n’est là pour partager mes pensées.

Pareil à un vol de flèches, le vent traverse les rideaux. La pluie se met à tomber obliquement et à résonner comme le gong d’un match de boxe.

La poitrine glacée, je suis appuyée sur mes coussins mais ne puis m’endormir. Mes entrailles sont pesantes comme du fer, mes larmes coulent sans arrêt. La pluie, de la toiture, ruisselle sur les fleurs. La nuit ne finira jamais.

Seule dans l’obscurité, perdue dans le froid, je me sens accablée d’innombrables tristesses. Par instants, mon cœur se divise en éclats de douleur.

 Comment pourrais-je écarter ces angoisses ?

 La fenêtre gémit…

 Dans ma solitude, je renferme une mélancolie épaisse et amère, sans un beau rêve…

 

tel qu'il est comme ça ce poème mérite d'être appris par coeur (donc d'être lu !  )

21/09/2018

Noël Taillepied

unu el la plej bonaj argumentoj favore la objektivecon de la "transnormalaj fenomenoj" estas, ke oni konstatas, ke plejparte ili tute ne aperis nur en nia tempo, sed ĉiam, simple ĉiuepoke viditaj per la okuloj de l'epoko.


Ekzemple jen (mi provis konservi la stilon de la epoka teksto!) en libro de Noël Taillepied (elp. Noel' Tajpje) eldonita en 1588 kaj titolita :

"Psikologio, t. e. traktato pri aperoj de l'spiritoj, nome la disigitaj animoj, fantomoj, mirindaĵoj, mirigaj okazintaĵoj":

"Ofte okazemas, ke kiam iu el niaj parencoj loĝantaj en fora lando pereige malsanas, ni aŭdemas fali en la domo aĵojn, kiuj ŝajnemos pezaj kaj faremos mirigan bruon ; kaj poste ni ektrovos tion okazinta en la horo mem kiam ĉitiuj parencoj forpasintos. Estas afero kia ordinara je kelkiuj, ke kiam persono estas mortonta, ili aŭdemas fermiĝi aŭ malfermiĝi la fenestrojn kaj pordojn, surŝtuparajn suprenpaŝojn, kaj aliaj similajn okazaĵojn. Iajfojojn iu spirito montriĝos en la domo, kion ekvidantaj la hundoj sin ĵetemos inter la kruroj de sia mastro, kaj ne konsentos disdeiri, ĉar ili tre forte timas spiritojn."

le site de "Parasciences" : http://www.parasciences.net/

 

(commentaire annexe : « Le plus grand mystère de la science demeure la nature de la
conscience. Ce n’est pas que nous n’en ayons que des théories
mauvaises ou imparfaites : nous n’en avons pas du tout ! nous savons,
au mieŭ, que la conscience a quelque chose à voir avec la tête plutôt
qu’avec les pieds. » (Nick Herbert)

On apprend aujourd'hui :
Kay Russell, une Britannique de 49 ans, s'est réveillée un matin de janvier 2010, quelque chose en elle avait changé: cette cadre commerciale à l'accent du Gloucestershire bien marqué, parlait désormais la langue de Shakespeare avec un accent français, elle qui n'a mis les pieds que deŭ fois en France.

Kay Russell explique au Guardian comment elle a eu l'impression de perdre une partie d'elle-même après que les médecins ont diagnostiqué un syndrome de l'accent étranger, une maladie extrêmement rare qui peut survenir après des blessures graves au cerveau.

Kay Russell confie que des amis qu'elle connaissait depuis des années ne la reconnaissaient plus au téléphone et qu'elle avait du mal à convaincre des personnes qu'elle ne connaissait pas qu'elle était anglaise. «On perd son identité et beaucoup d'autres choses. J'ai l'impression d'apparaître comme une personne différente», explique celle qui a perdu toute confiance en elle et a même dû renoncer à son travail. Pour se rendre compte du changement, BBC News propose une vidéo où Russel est interviewée, et où l'on peut également l'entendre avant son changement d'accent.

Seulement 60 cas du syndrome de l'accent étranger ont été avérés depuis 1941. Un des derniers cas en date était celui d'une autre Britannique, Sarah Colwill, qui avait perdu son accent de Plymouth et commencé à parler avec un accent chinois en avril dernier.

Le professeur Nick Miller, spécialiste de la maladie à l'université de Newcastle, décrit le syndrome ainsi:

«Beaucoup de personnes souffrant du syndrome de l'accent étranger parlent de la perte de leur ancien accent ou langage comme un deuil et comme s'ils avaient perdu une partie d'eŭ-mêmes. Ils disent qu'une partie de leur personnalité est morte ou perdue.»

L'AFP explique que la maladie est «en réalité un trouble du langage, et c'est la personne qui les écoute qui projette un accent sur ces changements d'élocution. [...] Le syndrome correspond à des dégâts dans certaines parties du cerveau
l'l'

QUESTION : ce phénomène étrange n'est il pas un indice en faveur de l'idée de réincarnation et de vies antérieures, car (alors que par ailleurs des gens qui sous hypnose durant des souvenirs vies antérieures se mettent à parler une langue qu'ils n'ont jamais même entendue) je ne vois pas comment ça peut s'expliquer par les phénomène psychologiques connus : un accent ça ne se prend pas pas comme ça en une seconde c'est une "déformation de tout l'appareil vocal qui s'est établit en plusieurs années lors de l'enfance, c'est des années de vécu et de, et qu'en général on est incapable de perdre même avec de l'exercice; seule l'irruption d'une personnalité antérieur dans un contexte phénomènes AUTRES que les reconnus actuellement pourrait l'expliquer

(un autre phénomène qui suscite des reflexions c'est ces gens à qui un trouble mental donne une mémoire parfaite capable de se souvenir de n'importe quoi d'un jour pris au hasard jusqu'à la sision de la page du journal qu'ils on tlu ce jour, etc http://www.youtube.com/watch?v=3JPCsqYXVvE etc donnant ainsi raison à la thèse de Bergson sur la mémoire)

Et la première question sur le matérialisme, si on y pense bien le monde matériel n'est qu'une hypothèse, alors que la conscience existe, forcément ! sinon personne ne penserait l'épiphénomènisme ! qui n'est jamais qu'un état de conscience d'un scientifique.

et

S’il n’y avait au fond des choses unité de substance, jamais la matière ne pourrait agir sur la pensée, ni la pensée sur la matière. La matière n’aurait d’action que sur la matière, et la pensée que sur la pensée. S’il n’y avait pas unité de substance, la lumière par exemple ne pourrait se transformer en une sensation du cerveau ; — en un mot, entre la matière et la pensée ne peut exister un abîme, car autrement l’abîme ne serait jamais franchi.

(Henri Cazalis)

20/09/2018

la marchandisation complète de la vie humaine

le cynisme des nazis dans les camps vous connaissez ? mais cette logique n'est pas morte le moins du monde, c'est l'âme du capitalisme, lisez ça !

https://reseauinternational.net/body-trade-entreprise-rec...

https://www.alterinfo.net/notes/En-marche-vers-la-marchandisation-du-corps-Le-Comite-d-ethique-soutient-l-extension-de-la-PMA_b25832239.html 

c'est ça le raisonnement, qu'on veut vous cacher, mais qui est vraiment présent partout 

http://www.agoravox.tv/actualites/societe/article/marchan...

 http://jre2014.fr/bebes-cotes-en-bourse/

"La théorie du genre est un passe-temps byzantin qui n'intéresse que les championnes olympiques de la carrière universitaire, un sport cérébral tordu pour "colloqueurs" grassement payés, qui laisse le gros des mortels fort froid. On suppose que ces gens-gentes-là sont sérieusesx, qu'elles-ils "cherchent" des choses importantes, qu'ils-elles font des "sciences humaines", et que, quelque part, elles-ils doivent bien trouver quelque chose....

(ne fusse que leur plan de carrière ! et un gras salaire)

Mais on ne paierait pas les universitaires les plus inventifves s'il n'y avait pas un retour sur investissement à en escompter. Alors que dans tous les pays occidentaux, après les manœuvres pour imposer le mariage gay, s'instaurent sournoisement des décrets et règlements afin que la théorie du genre devienne un enseignement obligatoire depuis la maternelle, l'enjeu se clarifie: il s'agit de favoriser l'industrie de la procréation, laquelle ne peut s'implanter et s'étendre qu'en dévastant la procréation naturelle, et en modifiant profondément la conscience naturelle des gens en matière d'identité sexuée.

Le bbbisness

https://www.alterinfo.net/notes/En-marche-vers-la-marchan...


Une fois que l'on prend conscience de cette dimension économique, mercantile, prédatrice, visant un marché mondialisé, c'est à dire un nouveau sommet du projet capitaliste de marchandisation totale de l'être humain, tout à la fois réduit en esclavage en tant que producteur, contraint à la consommation sur un marché entièrement captif, et privé de toute liberté d'expression de sa volonté, l'analyse du phénomène du "gender" trouve son cadre bien réel, bien cruel, extrêmement vexant pour ceux qui se croyaient jusqu'à maintenant sujets faisant des "choix": ce n'est pas une vague idéologie fumeuse ni marginale: c'est une étape clé pour le développement de l'industrie de la procréation.

vous ne croyez pas ?c'est que n'êtes pas au courant de la recherche : https://reseauinternational.net/des-bebes-cultives-en-lab.../



Le site http://www.planetoscope.com/natalite/1391-naissances-de-b... suffit pour constater l'essor fabuleux que peut prendre la chose en France et en Europe. Le frère du président Paul Bismuth en personne avait été mentionné dans l'affaire de l'Arche de Zoé, un vaste réseau de vol d'enfants tchadiens pour des "adoptions", voire transmutation en gibier à prostituer ou en stock d'organes sur pied, on ne le saura jamais. Les enquêtes entreprises par des chercheurs africains ont fait tout de suite l'objet de toutes les attentions des pouvoirs "publics": silence radio. Mais quand même, il en reste la trace sur certains sites: http://www.alterinfo.net/Arche-de-Zoe-Le-depute-Ngarlejy-..., http://www.voltairenet.org/article152777.html‎, et d'autres articles sur les mêmes sites.

Bref, allez, les jeunes, allez fouiller dans les bilans comptables de toutes les boîtes qui font du baby business, c'est le moment, on a besoin de dossiers étoffés pleins de chiffres et de courbes, tant sur ce qui se fait légalement que plus discrètement. Mais les conclusions, même sans chiffres, on les a déjà: la France fait incontestablement partie des pays de pointe pour l'exploitation d'un secteur de pointe: gpa, pma, transvasement de gosses de pays pauvres dans des familles riches de pays riches etc n'ont qu'un problème à régler: la demande n'augmente pas assez vite à leur goût.

Les eugénistes se frottent les mains

Halte-là, me dira-t-on! Qu'est-ce que vous racontez? A l'Onu, à l'Unesco, dans toutes les hautes sphères où on étudie des macro-choses, on se lamente: trop d'humains sur la planète, même Monsanto avec ses scientifiques projets de bouffe entièrement transgénique n'arrivera jamais à les nourrir tous; la seule solution: réduire la population, mais en douceur, dans le respect des droits de l'homme.
Et les écolos d'en rajouter, dans leur sabir: il n'y a pas que les multinationales qui peuvent être nuisibles et doivent être encadrées, horreur, les affamés chez eux dévastent les réserves naturelles, et ces gouvernements d'incapables, en Afrique, en Amérique latine, qui sont infichus de mettre de l'ordre là-dedans. Là c'est la ligne Soros qui s'exprime: que des fondations sages s'emparent de tous ces territoires, par-dessus la souveraineté des États, car tout ce gâchis dépasse les frontières, la survie de la planète est en jeu.

Bref les eugénistes d'obédience diverse mais bien pensants poussent des cris d'orfraie, et ils sont inattaquables, car leur combat est indissociable de la lutte pour la santé des peuples, disent-ils. Si leur objectif était vraiment de réduire la population pour le bien de l'humanité, ne serait-il pas logique qu'ils protestent contre le bébé business?
Or bien au contraire, on découvre que tous les organes supranationaux, composés d' industriels de la marchandise humaine, des commerciaux qui vont avec, et des prestigieux embrasseurs d'humanité, sont de mèche parce qu'ils ont une idée commune qui ne doit pas atteindre la conscience des peuples, sous aucun prétexte. Il s'agit de TOUT rationaliser, afin de contrôler la reproduction à l'échelle mondiale, et de faire avaler la pilule à ceux qui risqueraient de faire obstacle. L'invention de la pilule, dès le départ, s'inscrit dans le même schéma: limiter le nombre des indésirables, les pauvres du Tiers-Monde, mais en douceur, avec leur consentement, sous la bannière de la libération de la femme.

Les premiers résultats

Une génération plus tard, alors que ce sont les femmes des pays riches qui se sont ruées sur la pilule, nos autorités occultes cachent soigneusement ce qui constitue leur grand espoir, ce que chaque gouvernement interdit que l'on fasse savoir au peuple : au bout de 40 ans de pilule, d'innovations constantes dans le domaine de la contraception, et de libéralisation maximale de l'avortement, la stérilité progresse rapidement! Les hormones pissées par les dames du monde entier continuent d'agir en douce dans l'alimentation de tous. On est sur la bonne voie ! La fertilité baisse, et les magnats du bébé business tapotent fébrilement leurs calculettes: bientôt les hétéros n'arriveront plus du tout à se reproduire par la méthode ancestrale.

La déprime des hommes et des femmes, quand ils font les comptes de tous les avortements qu'ils ont favorisés, souhaités, encouragés, subis et exécutés dans la chair de leur chair, finit de les écraser. Pour s'en remettre, ils engraissent les psys et les labos de psychotropes. Pas de danger qu'ils relèvent la tête et entreprennent des révolutions, sourient nos Méphistos au pouvoir! Si vraiment ils y tiennent, au final, à faire des gosses, insinuent doucement les planificateurs de notre avenir, vers quarante ou cinquante ans, qu'à cela ne tienne, nos usines à bébés sur mesure sont là qui les attendent, parfait, on sait où les orienter, par ici la monnaie.

Jusqu'à l'entrée en scène de Farida Belghoul, tout allait bien dans le meilleur des mondes, celui d'Aldous Huxley, que nous concoctaient dans le plus grand cynisme nos inénarrables élites.

L'année dernière, la bataille contre le mariage gay mobilisait bien au-delà de la droite. Instinctivement, chacun rejetait ce projet qui nous tombait dessus, monstrueux et ridicule, comme disait Thierry Meyssan. Le choc de l'absurdité nous empêchait de comprendre. Cette année, l'offensive officielle sournoise sur le thème du "genre" a d'abord paru une bévue de ministres qui ne savaient pas ce qui se mijotait, et qui ont commencé par nier les faits.  Il s'agit bien d'une campagne concertée, au niveau de l'enseignement obligatoire, à partir de l'école primaire, avec un gros investissement dans les labos de recherche du CNRS.. L'énormité du mensonge officiel réveille chacun. Voir tous les dossiers, très précis, sur http://www.civitas-institut.com/.

La bonne vieille logique coloniale

Le capitalisme ne peut prospérer qu'après avoir anéanti les modes de production et de consommation traditionnels. C'est la démarche typiquement coloniale mise en œuvre pour développer la culture de la canne à sucre afin d'alimenter les voitures en éthanol, pour prendre un exemple récent. Premièrement, ravager les cultures vivrières et les échanges normaux dans les sociétés traditionnelles, là où on veut s'implanter. Alimenter quelques guerres entre voisins pour faire fuir tous ceux qui le peuvent est une des méthodes meilleur marché pour ce faire, sans trop se faire remarquer. S'emparer des matières premières, du territoire, des villages désertés après avoir brûlé tout ce qui pouvait résister, rien de plus facile après cela. Et vendre au prix fort les denrées qu'on va produire avec de la main d'œuvre réduite en esclavage par la faim, de préférence importée d'autres régions pour s'assurer de sa docilité, c'est le moindre des profits escomptés. Cela a très bien marché dans les colonies, cela marche encore partout où les États sont à la merci des puissants corrupteurs étrangers et où les armes circulent.

On recule d'épouvante à l'idée que nos magnats, ceux-là mêmes qui nous permettent de vivre dans la surabondance de biens désirables, veulent maintenant étendre leur empire au domaine de la reproduction humaine, car on sait bien que leur appétit sera insatiable. On se rassure en se disant que ce n'est pas possible, qu'on est des citoyens conscients, qu'on est en démocratie. Effectivement, si le but à atteindre est bien toujours le même, l'expansion d'un marché au détriment de la nature, au prix de l'éradication sans états d'âme des traditions et des droits des habitants naturels de chaque pays, dans nos pays dits "développés", les moyens doivent être un peu plus sophistiqués.

Nos contremaîtres UMPS sont payés par les grosses pointures de la mafia du bébé-business, dont les ambassadeurs sont les groupuscules LGBT. La fonction de ceux-ci consiste à faire exploser les repères traditionnels en matière de filiation. C'est le but avoué de la théorie "queer", c'est le changement de civilisation imprudemment admis par Mme Taubira. Les néo-esclavagistes qui nous gèrent à une échelle complètement supranationale prétendent nous déposséder de notre nature, de notre sexe, de notre idéal en matière d'amour et de famille, de notre progéniture; que les bébés soient fabriqués par eux, en fonction des lois d'un marché qu'ils créeront et gèreront à leur profit.

L'argumentaire « religieux », tant chrétien, que bouddhiste, juif, musulman, animiste, agnostique ou dignement athée contre la théorie du genre, rencontre l'adhésion de chacun, au niveau de ses angoisses métaphysiques, de sa conscience, de ses intuitions, de ses hontes secrètes, de sa mauvaise conscience pour tous les ratages familiaux vécus, rarement assumés comme fautes personnelles, mais encaissés comme défaites toujours douloureuses.

On reste marxistes

Heureusement, Marx et Engels, toute la tradition révolutionnaire de gauche, et le féminisme qu'ils ont encouragé, puis Lénine, avec Rosa Luxembourg, avec Clara Zedkin, accourent à notre aide, avec leur langage clair, leurs raisonnements solides.

Avec la liquidation des partis communistes et l'évolution du monde du travail, la réduction du secteur primaire et secondaire dans le marché du travail, la dévitalisation de l'agriculture et de l'industrie, l'évaporation de la classe ouvrière, le patronat mondial a cru pouvoir proclamer la fin de la lutte des classes, du moins comme moteur de l'histoire dans les pays riches.

Pourtant, notre combat s'inscrit dans l'histoire des luttes de libération des opprimés. C'est bel et bien un patronat mondial qui, achetant les politiques, veut nous arracher l'âme, avec une propagande nous réduisant au statut de stupides bêtes de sexe, statut infiniment dégradant, tout en prétendant qu'il s'agit là de progrès, ou encore d'augmentation de notre éventail de plaisirs naturels, le tout faisant l'objet du consensus de toute population civilisée, ou plutôt, comme ils disent "développée", comme une tumeur se développe sans limites, jusqu'à ce que mort s'ensuive...

Nous nous réclamons de la tradition ouvrière, du combat pour notre dignité: non, nous ne sommes pas des esclaves de notre cul ou de leurs sophismes, pour leur plus grand profit! Et nous nous servons à nouveau de nos outils éprouvés: la grève, pour commencer. La Journée de retrait de l'école est une grève des parents. Comme toute grève, elle peut devenir très dangereuse pour le patronat qu'elle démasque. C'est cette logique qui explique la répression disproportionnée qui se met en place. En Allemagne, il y a des parents qui vont en prison pour avoir refusé l'enseignement déstructurant du "genre", en fait de l'encouragement à la pratique pornographique.

Et féministes

A Cologne, les résistants français, russes et allemands se sont retrouvés, le dimanche 22 mars, à l'ombre de la plus ancienne cathédrale d'Europe, pour lancer une campagne à l'échelle européenne contre la théorie du genre. C'est à Cologne que la philosophe Edith Stein choisissait d'entrer au Carmel en 1920. Avant cela, comme toute femme d'exception, elle s'était battue pour la promotion légitime des femmes. Son cheminement précéda de peu celui d'une Simone Weil ou de la socialiste espagnole Maria Zambrano: toutes trois, et avec elle bien d'autres femmes philosophes, universitaires, courageuses, révoltées et honnêtes, avaient embrassé la défense des humiliés, des pauvres, des prolétaires, et la cause des femmes bafouées; logiquement elles rejetaient tout despotisme cynique comme celui qu'incarnait à leur époque le nazisme hitlérien. Mais les savants hitlériens comme les savants juifs européens ont été recyclés aux USA dès la fin de la guerre, et maintenant le despotisme cynique se fait appeler "démocratie occidentale".

Nous nous réclamons des plus anciennes luttes pour les droits des femmes. Comme les femmes combattantes de toutes les époques, nous refusons que les enfants soient arrachés à leurs mères dévorées par la nécessité de gagner leur pain à la sueur de leur front. Comme les premières d'entre elles, nous refusons que les femmes soient traitées en bétail, en vagues couveuses: nous les femmes revendiquons notre facette maternelle vitale, même si elle n'est pas la seule, et notre devoir d'éduquer nous-mêmes nos enfants dans le respect de la maternité et de la paternité. De tout temps, les femmes ont réclamé le droit à l'instruction pour pouvoir éduquer correctement les enfants. C'est toujours de cette responsabilité qu'il s'agit.

Au temps de sainte Thérèse d'Avila, autre femme fondatrice de dignité, de justice et de progrès pour les femmes, puis au temps de Flora Tristan, le respect des femmes passait par la reconnaissance de leurs droits en tant que personnes, et non pas seulement en tant que mammifères. Au XXI° siècle, avec la généralisation de la contraception, il n'y a plus lieu de protéger les femmes contre trop de maternités, dans nos pays; mais il est temps de les protéger contre les illusions répandues par les lobbys pharmaceutiques et médicaux: non, la contraception et l'avortement ne sont pas des pratiques anodines sans conséquences, leurs effets secondaires sont de graves pathologies individuelles et collectives, alors que la grossesse et l'enfantement ne sont pas des maladies, mais au contraire la plus rayonnante manifestation de la santé d'une femme! *

Et nous refusons la tyrannie d'une infime minorité, l'infâme lobby lgbt prétendant imposer ses sophismes à tout le peuple, et piétiner à son profit l'art de la perpétuation de l'espèce. Nous, féministes, continuons à penser qu'il faut se battre pour empêcher les hommes de céder à des pentes fatales: autrefois, c'était l'alcoolisme qui menaçait les ménages misérables et mettait les familles en danger. Désormais c'est l'irresponsabilité de l'hédonisme sans frein: les femmes comme les hommes, devraient, selon le "progrès", ne pas plus voir plus loin que leur plaisir, comme les hommes, et traiter les gosses comme des bagages qu'on peut laisser à la consigne.

Nous, les féministes qui en avons vu d'autres, et qui avons triomphé de bien d'autres mauvaises volontés, savons voir la puérilité de ces conduites addictives, incontrôlées; et comme nous savons apprendre aux enfants à maîtriser leurs caprices, nous allons apprendre aux adultes infantilisés à se reprendre en main, en leur montrant quels pouvoirs tyranniques et bien réels abusent de leur vacuité et de leur faiblesse.

Nous, féministes, sommes épouvantées par la trahison des soi-disant écologistes, incapables de se battre pour faire respecter le principe le plus universel de la nature, celui de la complémentarité des sexes, le degré zéro du bio. L'accès au pouvoir politique les a corrompus jusqu'à la moelle, ils ne sont plus capables de voir les menaces qui pèsent sur l'espèce humaine toute entière, si ses mystérieuses, ancestrales, animales parades amoureuses cessent de faire naître les enfants "au petit bonheur", comme des champignons, comme des dons merveilleux de la nature, au profit de fabricants cyniques et froids.

Nous, féministes, sommes solidaires des opprimés du monde entier. Olympe de Gouges se battait pour la libération des esclaves dans les colonies françaises. Nous nous battons pour le droit des peuples à résister à la colonisation forcée des esprits, contre l'intrusion de notre culture pornographique dans leurs univers spirituels propres. Nul ne nie que l'Occident répand chaque fois et partout sa propagande comme première étape de ses guerres de conquête, et la propagande soi-disant éducative du gender (en anglais ça fait plus sérieux) est une arme de destruction spirituelle massive. Le minimum du tiers-mondisme, du sens du respect dû aux les peuples non européens, consiste à les protéger de nos vices! Aucun héritier de la militance anti-impérialiste ne peut se voiler la face. C'est la guerre contre les pauvres qui atteint un nouveau degré de sophistication: tuer spirituellement des populations entières, les réduire en esclavage mental au nom de la combinaison des deux principes du monde occidental: la liberté pour le plaisir. Il faut parler de guerre, car la consommation des drogues de synthèse se veut obligatoire, elle veut s'imposer par l'école, les lois, les ONG, l'ONU...

L'ennemi, aujourd'hui comme hier, c'est le capital, qui veut vous voler votre force de reproduction physique et spirituelle, qui veut vous voler la maîtrise de vos engendrements et enfantements, et vos droits sur vos enfants, un capital avilissant qui s'avoue comme tel, avec l'ignoble projet de faire passer la pornographie au rang de matière scolaire obligatoire.

Reprenez confiance dans votre conscience, dans votre tradition spirituelle et familiale, dans votre intuition. Ce n'est pas parce qu'on ne trouve pas ses mots qu'on n'a pas de sentiments primordiaux. Il faut leur obéir, c'est notre santé mentale et morale qui est attaquée de toute part. Se sentir appartenir à la gauche, parce qu'on aime par dessus tout la liberté et qu'on a pour moteur la révolte contre l'injustice que les trop puissants imposent aux majorités, aux masses, aux multitudes, c'est sain, c'est le contrepoids nécessaire à la sensibilité de droite qui guide les responsables, les autorités, ceux qui ont du pouvoir, éventuellement légitime, bien entendu.  Nos ennemis, ce sont les corrupteurs d'enfants qui veulent faire d'eux des larves, des larves face aux tentations qu'ils leur servent sur un plateau, à l'école même, apparemment pour rien. Il s'agit en fait de nous endetter à vie, sur plusieurs générations, car plus nous "maîtriserons notre fertilité", comme on dit, plus nous nous rendrons stériles, et eux sauront nous rendre dépendants jusqu'à la mort, de compensations misérables.

Lorsque Farida Belghoul s'est mise à ameuter les parents d'élèves au sujet de la fameuse théorie, les politiques tenants de la chose ont aussitôt battu en retraite, découvrant la nullité théorique de la chose, et le grand danger si le peuple découvrait qu'effectivement, le militantisme pour la chose relève avant tout du contrôle mental des peuples, par les politiciens les plus rusés et les plus rapaces, ceux qui veulent vraiment que leur empire s'étende à la planète entière, et atteigne les tréfonds de l'intimité. Ces aspirants à la domination mondiale travaillent de concert avec ceux qui veulent vendre toujours plus, toujours plus loin, et avec les médias qui ne vivent que de la publicité pour des nouveautés, pimentées de polémique et de cul.

Eh bien non, la pilule ne passe pas.

*Note: pourquoi êtes vous opposé aux « mères porteuses » ? a-t-on demandé à Jean-Luc Mélenchon.
Réponse: « Parce que le corps des femmes n’est pas un instrument de production. Parce quand vous m’aurez montré une grande bourgeoise qui accepte contre rémunération de faire un enfant à une famille de pauvre, la discussion aura un sens ! Ça n’est pas vrai. Cela n’existe pas. Il ne peut pas être question d’accepter la marchandisation du corps humain. On ne me racontera pas d’histoire, c’est à ça qu’on arrive à la fin. Et si le corps d’une femme est un instrument de production, alors la question de sa propriété est reposée. »
http://www.jean-luc-melenchon.fr/2011/07/01/interview-au-... "

"ils (le grand capital) ont  mis la main sur la reproduction des plantes, et des animaux, alors maintenant ils veulent mettre la main sur la reproduction des humains", comme le marché de l'infertilité, pourtant en croissance explosive vu la pollution, ne leur suffit pas, il faut multiplier les couples non-reproductibles :

(par contre je ne suis pas du tout d'accord avec Pie XI : le communisme n'est pas intrinsèquement pervers ! au contraire ! par contre cette enquête-même montre que le capitalisme lui est intrinsèquement pervers. Dommage que cet Horovitz vienne en profiter pour tenir un discours intégriste, cependant il n'est pas aussi vieille baderne à la Pie IX qu'on pourrait croire, voir ici ce qu'il dit à côté de Farida Belghoul et où il donne de sains conseils de liberté et d'autonomie : https://www.youtube.com/watch?v=yYjJEm7y4O4 )

En Belgique :

NO MATERNITY TRAFFIC en première ligne le 3 mai à Bruxelles pour dénoncer une conférence de promotion de la GPA

Cette conférence, organisée par la société américaine Men having Babies autour d'agences commerciales essentiellement américaines (Extraordinary conceptions, Worldwide Surrogacy, etc.) présentait les différents moyens d'obtenir un enfant via une mère porteuse en contournant les lois nationales avec des prix allant jusqu'à 170 000 dollars. (on voit le public ! ...) La GPA est avant tout diffusée par des sociétés commerciales qui cherchent à faire du profit avec cette pratique en marchandisant des femmes et des enfants en toute impunité. Un basculement ?

La vigilance de No Maternity Traffic et la mobilisation de ses représentants belges qui ont manifesté à l'entrée de cette conférence, a suscité une vague de réactions médiatiques et politiques pour la défense des femmes et des enfants contre de telles pratiques.

C'est le premier coup d'arrêt donné à Men Having Babies qui fait la promotion de la GPA en Europe depuis plusieurs années, au mépris des lois existantes dans plusieurs pays européens, sans le moindre respect de la situation Belge en l'occurrence. Rajoutant à la confusion, cet évènement a eu lieu dans des salles louées dans les mêmes locaux que le gouvernement Bruxellois.

Ces manifestations ont lieu alors que la Belgique se pose la question d'encadrer la gestation pour autrui, actuellement tolérée mais pas légalisée. Pour les responsables de No Maternity Traffic : « On voit bien qu'il sera impossible d'"encadrer" la GPA. Le simple fait d'autoriser la GPA avec des conditions fait que des sociétés commerciales organiseront le contournement des lois mises en place pour procéder à la GPA à l'étranger et rapatrier ensuite le bébé dans le pays. C'est déjà ce qui se passe au Royaume Uni qui a "encadré" la GPA depuis 30 ans et où la très grande majorité des GPA se font à l'étranger sans le moindre respect des lois britanniques. La seule solution possible est donc l'abolition de la GPA au niveau mondial. »

No Maternity Traffic rappelle que la GPA fait des enfants l'objet de contrats en vue de leur conception et de leur abandon par leur mère et dénonce une nouvelle forme de traite d'êtres humains. La GPA viole le droit européen et international, en particulier les conventions sur les droits de l'enfant (1989), sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (1979), en matière d'adoption (1967 et 1993), sur la lutte contre la traite des êtres humains (2005), sur les droits de l'homme et la biomédecine (1997).

 

Et c'est convergent avec un autre projet, celui de ceux qui veulent que l'humanité cesse de se reproduire et Ils que les humains meurent, mais pas eux, les autres…

https://crioux.wordpress.com/2013/10/29/le-mouvement-vert...

Comme dit Mme Bilheran dans la préface du dernier livre d'Alexandre Jandrok  : "Nous vivons des heures folles, une immersion de plus en plus insoutenable dans le système totalitaire, une situation grave à l’heure actuelle où des esprits ayant une haute conception de l’Humanité se dressent pour tenter de faire rempart au chaos, sous les railleries, les calomnies, les quolibets, les suspicions des inconscients ou des complices.

Oui, ils risquent leur vie, pour contribuer à informer, et à vous réveiller.

Ils ont désormais conscience que sans résistance l’Humanité périra.

et si nous résistons, nous avons une petite chance d’éviter le pire.

Et pour cela, chaque initiative individuelle œuvrant pour le Bien Commun compte.

18/09/2018

le monde de Mafalda

Mafalda, cette merveilleuse série du dessinateur Quino, n'est pas seulement un enchantement  de  psychologie et de fantaisie, c'est un lieu où, ces sketches ont été dessinés en Argentine entre 1964 et 1972, où quand on observe bien de dessin en dessin on retrouve la VIE NORMALE,

du temps où les trottoirs étaient recouverts de carrés de ciment blancs, et non d'une couche de macadam noir.

un monde où on envoyait les enfants faire les courses, (et où on allait acheter le lait en emportant sous le bras une bouteille vide pour la faire remplir),

un monde avec les immeubles d'habitation dont la porte d'entrée est toujours ouverte et sans digicode,

des épiceries (et qui livrent chez les gens !) et non pas des supermarchés loin de tout (même si en rêve Manolito, dont l'esprit mercantile et borné contient le germe du libéral-fascisme actuel)

les femmes maitresses de maison qui s'occupent de chez elles tranquillement.

des enfants qui peuvent passer des heures à se promener et jouer librement dans les rues, https://www.legrandsoir.info/un-regard-sur-le-modele-cuba... les parcs publics, où ils voient se dérouler la vie, les gens, les choses,
et qui peuvent s'asseoir sur le trottoir, les pieds dans le caniveau sans qu'une meute de flics et d'assistantes sociales se jettent sur eux et les menottent en les accusant d'«incivilités» !
et regarder les flaques, les feuilles qui tombent sans qu'une caméra de vidéo-surveillance ne les fiche comme comportement suspect et anormal !
un monde où les enfants peuvent rester assis sur la bordure du trottoir à rêvasser et regarder le monde
où les hommes avaient le droit de fumer
et les enfants de se rendre visite les uns chez les autres librement (et à pied et tout seuls)
une vie quoi ! un monde civilisé et normal ….

 

Heureusement qu'on peut encore lire ces bandes dessinées des décennies passées (Boule et Bill aussi), sinon certains ne sauraient même pas ce que c'est qu'une société libre humaine détendue et conviviale ! Mais si ! ça peut exister, ça a existé ! Parce que maintenant il n'y a plus que les "vieux", ceux qui ont connu les années 50 et 60 qui se souviennent du temps où la France était encore un pays libre. Et d’à quel point en chauffant petit à petit la marmite on peut cuire les grenouilles.  En tous cas je rappelle que c’est François Asselineau et lui seul qui a débusqué le programme INDECT, personne d’autre ne le dénonce ! Et les caméras de vidéo-surveillance, il n’y a que lui qui parle de les interdire. et les rfid. Et l’omniprésence des plans vigipirate depuis des années, histoire d’habituer les gens à une surveillance exacerbée et constante ; fabriquer des zombies bien soumis, qui trouvent ça normal ! et ne se scandalisent même plus.

16/09/2018

il va falloir qu'on crée une justice internationle pour crime contre la vie


et une fois de plus on voit le caractère FONDAMENTALEMENT nocif des principes du capitalisme

Il est plus que temps d'y mettre bon ordre !

heureusement les gens commencent à se réveiller partout, comme dir Jean-Pierre Petit il y a une conscience qui se fait jour :