Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/03/2015

L’ex-patron du MI6 britannique annonce la couleur

Un "pays occupé" par .... sa propre population !

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article5731

 

L’ex-patron du MI6 annonce la couleur : la guerre contre la Russie ne fait que commencer

4bhb06ef4b69ce24a_620C350-1728x800_c.jpg

John Sawers, patron du MI6 jusqu’en Novembre 2014, annonce clairement les choses, sans langue de bois ni faux semblants, avec le cynisme et la morgue qui caractérisent les dirigeants et hauts fonctionnaires britanniques. Pour lui, la Russie représente une menace pour la Grande-Bretagne. « Le danger de la Russie est imminent », dit-il, selon la chaine de télévision al-Arabiya

Le fait que Moscou soutienne les indépendantistes de Novorussie est, selon Sawers, une preuve claire de « l’ambition de la Russie d’accroître son influence dans les Balkans au détriment des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne ». Notez bien qu’il dit « au détriment des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne ». Ni l’Allemagne, ni la France, ni même l’UE ne sont concernées dans cette histoire. Il s’agit bien de sauvegarder des intérêts extra européens, disons anglo-saxons pour faire court.

« Le gouvernement britannique est prêt à défendre ses intérêts. Il doit se préparer à une guerre par procuration tout comme ce qui se passe actuellement en Ukraine. Londres doit renforcer sa défense électronique, car la Russie essaie de développer son influence par de nouvelles méthodes sans entrer en confrontation frontale avec l’Occident », rajoute-t-il

Il est à noter plusieurs choses dans ces déclarations faites par quelqu’un qui a dirigé le MI6 pendant 5 ans et qui n’est donc pas n’importe qui, bien plus près de la réelle gouvernance que bien des dirigeants mondiaux.

La première remarque est que Sawers ne parle jamais d’intérêts économiques. Il parle d’influence, donc d’hégémonie, là où tout le monde raisonne en termes économiques. C’est une politique constante des gouvernements britanniques au service de la Couronne, pour laquelle la très grande longévité de la reine actuelle est une bénédiction. Combien de présidents, de premiers ministres ou de chanceliers la Reine Elisabeth a-t-elle vu se succéder dans tous les pays du monde ? Elle les a vu défiler les uns après les autres en un carrousel de ce que les peuples appellent « changements » ou même « révolutions » mais qui n’est que la perpétuation de ce dont elle est la gardienne : le libéralisme triomphant. Chef de l’exécutif de plusieurs pays à travers le monde, elle détient les clés de la planète, au service des banques, ou l’inverse, à moins qu’il ne s’agisse d’un pacte gagnant-gagnant.

La deuxième remarque nous mène au cœur des guerres que subit le monde depuis des décennies. Sawers avoue, sans ambages, que la guerre que la Grande Bretagne doit mener contre la Russie se fera par procuration. C’est bien ce qui s’est passé depuis toujours, et continue de se passer sous nos yeux. Dans toutes les guerres actuelles, qu’elles soient pays contre pays ou par mercenaires interposés, on retrouve l’empreinte de ceux qu’on appelle généralement les anglo-saxons, qui ne sont en fait que les britanniques utilisant au maximum, en les mettant en avant au besoin, leurs premiers proxies qui forment le bloc dit « anglo-saxon ». Rompue à ce jeu depuis des siècles, la Grange Bretagne en est maintenant à créer des proxies de proxies, comme on le voit au Moyen-Orient. Israël lui-même est un de ses proxies.

La dernière remarque est le constat amer de John Sawers selon lequel la Russie refuse de se laisser entrainer dans une confrontation avec l’Occident, et qu’elle semble vouloir jouer le même jeu que la Grande Bretagne, ce qui est inacceptable. Puisque Moscou ne veut pas d’une guerre frontale, il faudra lui imposer une guerre asymétrique par procuration. Autant dire que ce n’est pas demain que l’Ukraine retrouvera la paix. Le tour des pays baltes, de la Pologne et des autres pays voisins ne tardera pas à venir, à moins que la Russie et ses alliés ne trouvent des solutions pour enrayer la machine.

 

Avic – Réseau International

 

 

ce sont eux regardez les
et leur président c'est ce gars en treillis, eh oui c'est comme ça une "république autoproclamée", tout mouvement de résistance est autoproclamé forcément ! la France Libre de De Gaulle était autoo-proclamée (mais pas Laval ! remis en selle par Hitler, et le gouvernement d'occupation que Roosvelt voulait installer à la suite de ses GI en france n'aurait pas été autoproclamé, et c'aurait pa été De gaulle, ni le CNR !). Voilà le libre gouvernement rebelle du peuple du DONBASS :

Ils progressent dans leur apprentissage de la guerre, de la démocratie, de la diplomatie, c'est beau la naissance et la libération d'une nation.

Pendant ce temps contre leur régime fasciste les ukrainiens se révoltent :

"Chaque homme politique occidental sera tenu pour responsable des horreurs subies par ces populations qui ont seulement voulu echapper au gouvernement putchiste nazi de Kiev et vivre selon leur désir en paix. Les decideurs occidentaux qui ont provoqué le putsch et soutiennent les nazis sont des ordures inexcusables. L’histoire les jugera, le révisionnisme ne cachera leurs saloperies qu’un temps et sur un espace limité. La preuve, on ne l’avale pas." (commentateur anonyme sur un forum)

 

Interview du 13 février avec des journalistes à la Douma d’Etat – commentaire sur la situation en Ukraine, par le président du Comité central du Parti communiste, GA Ziouganov.

« Le Parti communiste d’Ukraine a recueilli en son temps trois millions de signatures. Il insistait sur la tenue d’un référendum concernant l’adhésion de l’Ukraine à l’UE. Ce référendum aurait permis de résoudre pacifiquement les problèmes qui se sont accumulés « – a rappelé GA Ziouganov.

 

Au fait Les juges du Tribunal administratif de Kiev refusent en bloc de traiter l’interdiction du Parti communiste d’Ukraine - et toc !

eh oui ! en Ukraine c'est comme en France : il y a encore quelques juges par-ci par là qui restent imperturbablement intègres et pour qui un article du droit c'est un article du droit, point !  : https://histoireetsociete.wordpress.com/2015/02/21/les-ju...

 

 

http://www.les-crises.fr/pendant-ce-temps-la-a-uglegorsk/

http://fortruss.blogspot.fr/2015/02/ukrainian-forces-are-...

Mike Whitney :
"Washington a besoin d’une guerre en Ukraine pour atteindre ses objectifs stratégiques. On ne le dira jamais assez.
Les États-Unis veulent faire avancer l’OTAN jusqu’à la frontière occidentale de la Russie. Ils veulent un pont terrestre vers l’Asie pour multiplier les bases militaires étatsuniennes sur tout le continent. Ils veulent contrôler les couloirs de pipelines de la Russie vers l’Europe pour contrôler les revenus de Moscou et s’assurer que le gaz continue d’être négocié en dollars. Et ils veulent une Russie affaiblie et instable qui sera plus vulnérable au changement de régime, à la fragmentation et, finalement, au contrôle étranger. Ces objectifs ne peuvent être atteints pacifiquement, et de fait, si les combats cessaient demain, les sanctions seraient levées peu après et l’économie russe rebondirait. Cela serait-il profitable à Washington ?
Bien sûr que non. Cela saperait le plan plus vaste de Washington qui est d’intégrer la Chine et la Russie dans le système économique dominant, le système du dollar. Les éminences grises étatsuniennes se rendent compte que si le système actuel ne peut pas se développer, il s’effondrera. Si la Chine et la Russie ne sont pas mises au pas et convaincues d’accepter un rôle subalterne dans l’ordre mondial mené par les Etats-Unis, Washington perdra sa position de puissance hégémonique mondiale."

 

Latuff_Obama_vs_Poutine_Ukraine-36623-2215c.png

 

Les commentaires sont fermés.